Dominic Champagne : pour une nouvelle démocratie

Le gouvernement invisible

Engagement des citoyens et démocratie véritable 

Normand Charest – chronique Valeurs de société, Dossiers Politique, Économie, Environnement

valeurs de société débats sociaux réflexions sociales socialeLe metteur en scène Dominic Champagne a publié un petit livre en août 2012 intitulé Le gouvernement invisible qui commence sur cette formidable citation du président américain Theodore Roosevelt, rédigée en 1906 :

« Derrière le gouvernement visible siège un gouvernement invisible qui ne doit pas fidélité au peuple et ne reconnaît aucune responsabilité. Anéantir ce gouvernement invisible, détruire le lien impie qui relie les affaires corrompues avec la politique, elle-même corrompue, tel est le devoir de l’homme d’État. »

Rien n’a changé

On est surpris de voir, plus d’un siècle plus tard, que la situation n’a pas changé et que les racines du gouvernement invisible et de la corruption sont aussi pérennes et persistantes que celles du chiendent ou du pissenlit.

Comme nous le démontrent en ce moment les histoires d’horreur de la commission Charbonneau, ainsi que toutes les dérives, les patinages de fantaisie et l’impossibilité des politiciens à nous donner des réponses claires. Comme des petits garçons qui ne souhaiteraient pas avouer leurs vols de bonbons ou de monnaie, et qui tenteraient de détourner l’attention des parents.

« Les raisons de nous indigner ne manquent pas », écrit Dominic Champagne, « spoliation de nos ressources, accroissement des inégalités, appauvrissement de la classe moyenne, dégradations de nos milieux de vie, privilèges fiscaux, corruption érigée en système, investissements militaires démesurés, convergence médiatique, perte de démocratie. »

Et cela donne le ton de ce véritable pamphlet.

Pour un gouvernement des citoyens

Dominic Champagne a surtout œuvré au théâtre, comme dramaturge et metteur en scène. Il vient de recevoir, en octobre de cette année, le Prix Gascon-Thomas de l’École nationale de théâtre. En 2006, il a mis en scène le spectacle Love à Las Vegas, basé sur des chansons des Beatles et produit par le Cirque du Soleil en collaboration avec Apple Corps.

Mais c’est « la saga du gaz de schiste » qui l’a « amené à prendre parti sur l’échiquier politique, en faveur des citoyens contre la domination de cette industrie prête à prendre le risque de sacrifier la qualité de vie des gens sur l’autel du développement à tout prix, au profit d’une minorité ». Car « Nous ne vivons pas que de pain », écrit-il. « Nous avons aussi soif de vérité et de justice. »

Dans son livre, Dominic Champagne plaide pour  un retour à la social-démocratie, à une économie qui serve les citoyens et non l’inverse. On a accusé la social-démocratie de tous les maux et prétendu que seul le néo-libéralisme était viable.

Une solution taillée à notre mesure

Mais pourtant, nous dit l’auteur, on parle peu des solutions nouvelles mises de l’avant par la Norvège, la Suède ou la Finlande et des surplus engrangés par ces pays, alors que le reste de l’Europe vit des heures difficiles.

Or, chacun de ces pays a trouvé une solution différente, taillée à sa mesure, adaptée à ses ressources et à ses besoins. Le Québec doit faire de même, nous dit Dominic Champagne, car nous ne manquons ni de créativité, ni de ressources naturelles.

Ce petit livre offre, en moins de 80 pages, une multitude de courts chapitres qui se lisent aussi facilement qu’un journal ou que des articles sur le Web.

Et l’auteur y ratisse large. Le Plan Nord, le gaz de schiste, les régions et les ressources. Éducation, culture. Démocratie. Protection du français, mais aussi diversité culturelle, recherche d’une voie commune avec les anglophones, les allophones et les Premières Nations.

La vigilance et l’implication des citoyens sont essentielles

Mais avant tout, son message souligne qu’il ne faut plus attendre des gouvernements ou des partis politiques qu’ils résolvent tous nos problèmes, puisque toutes ces organisations ont les mains liées par les finances.

La situation actuelle demande plutôt un engagement des citoyens, comme cela s’est fait pour le gaz de schiste. La vigilance et l’engagement constant des citoyens sont essentiels pour parvenir à une véritable démocratie.

Bien sûr, cette publication est un pamphlet, un manifeste dans lequel l’auteur exprime son opinion de citoyen, en se basant sur son engagement et ses expériences personnelles.

D’autres pourraient réfuter ses arguments, mais ces autres trouvent déjà leurs tribunes dans les pages financières et politiques des journaux et des autres médias.

Tandis que cet écrit fait une belle synthèse d’idées intéressantes qui peuvent inspirer notre réflexion et stimuler une plus grande implication sociale.

Cette implication et cette vigilance représentent la meilleure façon de réduire les abus, le laisser-aller et la corruption des administrations. Ou à l’inverse : le désintéressement et le laisser-faire sont les meilleurs moyens de se faire abuser.

Notes

  • Il faut signaler, au passage, une petite erreur en page 51 où il écrit : « Jacques Attali disait que le 21e siècle serait spirituel ou qu’il ne serait pas ». Cette phrase n’est certainement pas de Jacques Attali. On l’attribue généralement à André Malraux, et même dans ce cas, l’attribution est contestée.
  • Autre détail : ce livre est un pamphlet contre le gouvernement libéral de Jean Charest. Depuis sa publication, les Libéraux ont perdu le pouvoir et l’ancien Premier ministre s’est retiré de la vie politique. Mais outre ce détail, tout le reste du livre n’a rien perdu de sa pertinence.
  • Livre cité : Dominic Champagne, Le gouvernement invisible, éd. Tête première, 2012.

Autres articles sur la Politique:

Carte anniversaire, poster, T-Shirt avec impression d’artistes

poster affiche flyer carte anniversaire cartes souhaits voeux affichage impression t-shirtUne boutique virtuelle toute en couleur pour des produits artistiques originaux. Une façon originale de soutenir de jeunes artistes dans leur cheminement artistique.

Que ce soit pour une carte anniversaire ou un T-Shirt personnalisé, un CD de musique ou un livre, la boutique des Éditions TNT mérite de faire un détour.

Merci d’encourager les artistes et le Café-Graffiti. www.editionstnt.com (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009. cafegraffiti@cafegraffiti.net

Publicités

Steve Jobs et les blogueurs compulsifs

Steve Jobs est mort, la blogosphère fait du bruit

Les blogueurs compulsifs

Steve Jobs est mort mercredi dernier. Toutes mes sympathies à la famille et aux proches. La blogosphère a cependant démontré sa compulsion à faire du bruit, parfois très inutile.

Raymond Viger Dossiers Internet, Médias

steve-jobs-mort-deces-apple-fondateur-steve-jobsJe n’avais pas prévu parler de la mort du co-fondateur d’Apple Steve Jobs. C’est une nouvelle et elle est d’intérêt public. Sauf que tous les médias en ont parlé et avec plus d’informations que je n’aurais pu le faire.

Une panoplie de blogueurs et de compulsifs de Twitter ont commencé à répéter tout ce qui avait déjà été dit. Ils en ont parlé sans ajouter un élément supplémentaire. Juste pour faire du bruit et aller chercher un peu de trafic supplémentaire. Ces blogueurs compulsifs s’amusent à surfer sur les vagues différentes actualités en espérant ramasser leur part de trafic.

Ces blogueurs compulsifs ne m’épatent pas et je n’aurais pas fait un billet sur cette simple histoire et ma frustration de voir autant de pollution dans la blogosphère.

Une autre réalité qui ne fait pas de bruit

Ce qui m’a touché et que je voulais souligner, c’est le billet de Renart Léveillé. Tout en questionnant certains blogueurs qui se limitent à des billets opportunistes pour augmenter leur trafic, il ramène une citation provenant de son Facebook.

Steve Jobs est mort. Mais saviez-vous qu’il y a près de 30 000 enfants somaliens qui sont morts de faim au cours des derniers mois? Pour le premier décès, j’ai lu souvent le « putain de cancer ». Et pour les 30 000 autres, ça serait quoi selon vous? J’opterais pour le « putain d’indifférence ». Un truc comme ça…

Renart Léveillé termine avec une description intéressante des blogueurs compulsifs qui ne cherchent qu’à surfer sur l’actualité sans rien dire et sans bonifier la nouvelle:

Un évènement comme celui-ci est comme une lumière pour les moustiques dans la nuit.

Merci Renart Léveillé pour cette citation que je garde dans mes archives.

Autres textes Internet

Ce billet, ainsi que toutes les archives du magazine Reflet de Société sont publiés pour vous être offert gracieusement. Pour nous permettre de continuer la publication des textes ainsi que notre intervention auprès des jeunes, dans la mesure où vous en êtes capable, nous vous suggérons de faire un don de 25 sous par article que vous lisez et que vous avez apprécié.

Merci de votre soutien.

L’art d’écrire un blogue et d’être bien référencé, le livre!

Comment assurer d’être bien référencé pour votre blog ? Comment fidéliser les internautes ? Comment augmenter son trafic ? Comment interagir avec un Throll qui commente votre blog ?

guide-referencer-blog-referencement-naturel-livre Maintenant disponible, le livre Référencer son blogue, un mot à la fois. Un livre sur l’art d’écrire un blogue et d’être bien référencé.

Écrire pour un blogue est différent que pour un magazine ou un journal. Comment maîtriser une technique simple et efficace pour que votre billet soit bien référencé par les moteurs de recherche tout en étant pertinent et cohérent pour les internautes? Les techniques d’écrire qu’il faut maîtriser sont expliqués dans ce guide.

Le guide est accessible à tous et facile d’utilisation. Il est une bonne référence autant pour la personne qui veut débuter un blogue que celle qui travaille pour un média et qui veut augmenter son trafic et son rendement.

Pour commander le livre, par Internet aux Éditions TNT, par téléphone au (514) 256-9000 au coût de 9,95$ ou encore pour les dates des prochaines formations.

Laurent Lapierre, chaire de leadership Pierre Péladeau, Steve Jobs, Apple et folie de jeunesse

Laurent Lapierre, chaire de leadership Pierre Péladeau, Steve Jobs, Apple et folie de jeunesse

Raymond Viger       Dossier Journal de Montreal

Mon ami Serge Daigneault, qui collabore avec Reflet de Société et le Café-Graffiti m’a envoyé un article fort intéressant récemment. Webmarketeur et geek de la tête lapierrel aux pieds, Serge a eu l’opportunité d’avoir une conversation avec Laurent Lapierre,  chroniqueur à la section finance au Journal de Montréal, suite à la publication d’un billet sur Steve Jobs, multimilliardaire et fondateur de la société Apple.

Dans cet article, Laurent Lapierre rappelle les propos de Steve Jobs qui suggérait à de jeunes diplômés universitaires de ne pas perdre la légèreté que donnent la jeunesse et la liberté de penser. « Restez affamés, restez un peu fous ! » (Stay Hungry. Stay Foolish). À cette célèbre phrase s’est ajoutée une autre qu’il a adressée aux diplômés de l’Université Stanford, en Californie au printemps 2005. M. Lapierre le cite :

« Quand j’avais 17 ans, j’ai lu une citation qui disait à peu près ceci : Si vous vivez chaque jour comme si c’était votre dernier, un jour, vous serez certainement sur la bonne voie. Pendant les 33 ans qui ont suivi, en me regardant dans le miroir le matin, je me suis demandé : Si aujourd’hui était mon dernier jour, est-ce que je ferais ce que je m’apprête à faire ? Si je répondais non plusieurs jours de suite, je savais que je devais changer quelque chose. Garder à l’esprit que j’allais mourir bientôt a été l’outil le plus puissant dans ma vie. Les attentes, les reconnaissances extérieures, l’orgueil, la peur de mal paraître, la peur de l’échec, tout cela devenait relatif.

Ces paroles sensées ont pris une tournure inattendue alors qu’il y a un an, Steve Jobs apprenait qu’il avait un cancer au pancréas.

Lisez la suite dans le document téléchargeable sur le site de Laurent Lapierre. Profitez-en pour découvrir cet érudit de la culture et du monde des affaires.

PUBLICITÉ
cover_avril-mai08 Internet-o-thon pour soutenir le magazine communautaire Reflet de Société édité par le Journal de la Rue. C’est le temps de vous abonner pour montrer votre soutien à votre revue sur l’actualité communautaire et sociale. Toute contribution supplémentaire pour soutenir notre cause est la bienvenue.

Par téléphone: (514) 256-9000, ext.: 1-877-256-9009
Par Internet: http://www.refletdesociete.com/Abonnement.html
Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel.

%d blogueurs aiment cette page :