Château Frontenac, street art et graffiti

Le graffiti fait son entrée dans l’histoire

Hubert Therrien Jeune artiste et producteur

En juillet dernier, l’exposition «Contrastes urbains» présentait des artistes urbains au Château Frontenac. Dans un contexte de respect et d’ouverture d’esprit, Hubert Therrien a permis aux visiteurs d’admirer ces œuvres hors de la rue. Un projet pour susciter le partage et promouvoir la différence.

Raymond Viger Dossiers Graffiti, Porte-folio, Murales, VidéosHip-hop

château frontenac vernissage graffiti mercure monk-e1 Hubert therrienÀ 30 ans, je me considère plus comme un artiste urbain, qu’un graffiteur ou qu’un artiste du street art. J’ai été inspiré par le graffiti. Je ne veux pas voler le mérite des artistes que je respecte beaucoup et qui peignent dans la rue, les artistes du street art et les graffiteurs. Le graffiti fait partie de mon parcours artistique, comme l’aérographe, l’illustration et les murales.

Pourquoi exposer au Château Frontenac?

Je cherchais une galerie qui pourrait bien me représenter à Québec. Je me suis rendu compte que les galeristes de Québec boudent les artistes en art urbain, autant le graffiti que le street art.

Une seule galerie à Québec expose des artistes en art urbain. Mais elle n’est pas située dans un quartier touristique. Elle s’adresse à des gens déjà initiés mais pas forcément à des collectionneurs.

Les galeristes de Québec n’ont pas autant l’engouement pour la culture urbaine que ceux de New York, Paris, Los Angeles ou Londres.

Je voulais faire un pied de nez aux marchands et aux amateurs d’art qui nous ignorent volontairement. Je voulais leur montrer qu’à Québec il y a des artistes différents, actifs et talentueux. Des artistes qui sont présents et là pour rester.

Je voulais trouver un lieu pour sortir l’art urbain de son contexte et montrer que les artistes de l’underground sont organisés et sérieux dans leur démarche. Je ne souhaitais pas exposer dans un endroit isolé des touristes. Je voulais une exposition avec de grands tableaux. Les lieux que je trouvais avaient des plafonds trop bas et manquaient d’espace.

Je n’étais pas chaud à l’idée d’exposer dans un bar. C’est pourquoi le Château Frontenac était tout à propos.

Le Château Frontenac

chateau frontenac street art graffiti monk-e1 graffiteur exposition culture urbaineJ’ai eu plusieurs collaborations avec le directeur du Château, M. Mercure. J’ai fait plusieurs commandes d’illustrations. J’ai continué de lui apporter des dossiers et des soumissions pour garder contact, faire valoir mes projets.

Le directeur des opérations du Château a vu une toile que je livrais à un des employés. Après l’avoir bien examinée, il m’a lancé: «Ça pourrait être une bonne idée de faire une exposition dans un de nos salons».

Une proposition très vague, mais une porte venait de s’ouvrir. C’était maintenant à moi de la saisir. Le Château devenait l’opportunité rêvée pour faire un contraste avec l’art urbain.

Je ne voulais pas tester la limite minimale de l’institution mais plutôt sa limite maximale. C’est pourquoi je devais arriver avec un dossier complet, un projet clé en main.

Quand j’ai présenté le dossier à M. Mercure, il a embarqué dans le projet. Je ne savais pas dans quoi j’embarquais.

Personne n’allait faire le travail pour moi. Je devais m’occuper de tout. Une belle expérience qui m’en a fait encore apprendre sur moi.

Vernissage

Hubert Therrien exposition Contrastes urbains Château FrontenacJ’ai adoré devoir négocier avec des situations de dernières minutes, la logistique de l’improbable. Trouver des solutions rapides et efficaces.

Avec plusieurs artistes français, la logistique et la recherche de commandite ont nécessité beaucoup de travail.

Lorsque Stéphane Vignal a confirmé qu’il payait ses dépenses pour faire partie de l’exposition, je ne pouvais plus l’annuler. Ça m’a obligé à continuer. Je n’avais plus le choix de foncer.

Stéphane  a réalisé l’affiche de l’exposition à partir de ses locaux en France. Pas facile de travailler avec un graphiste qui n’a pas le même fuseau horaire! Quand je voulais faire un changement sur la maquette, Stéphane voyait le soir ma demande. Il me questionnait ou me faisait des propositions le lendemain, ce que je ne pouvais voir que le surlendemain!

Perception envers le street art

hubert therrien chateau frontenac graffiti street artM. Mercure avait mis sa confiance en moi. Mais il n’y avait pas nécessairement consensus dans l’organisation.

Ce n’est pas tout le monde qui était d’accord et confiant. Une certaine crainte régnait. J’ai pu les rassurer en leur montrant que j’avais des commanditaires.

Pendant le vernissage, je courais partout. Tout le monde était content et satisfait. Tous se sont bien sentis, autant ceux qui n’étaient pas habitués au Château que ceux qui ne l’étaient pas pour le street art.

Continuité

J’ai été surpris que M. Mercure fasse l’annonce publique d’une continuité et d’une récurrence pour l’exposition. Cette année, je ne pouvais que réagir à tout. Je ne savais pas où ça s’en allait. Maintenant, je connais les étapes à suivre et certains partenaires importants.

Je veux faire grandir l’événement et créer un mouvement: plus d’artistes, plus de visibilité et plus de visiteurs.

Il est important pour moi de choisir les artistes et d’avoir des références de gens de confiance. Je veux avoir des artistes radicalement différents mais avec une cohésion, malgré le contraste. Des artistes agréables, contents de se voir et de travailler ensemble.

Ce fut une aventure géniale avec des artistes fantastiques. Contrastes urbains, le nom va demeurer. Malgré les difficultés, j’ai adoré l’expérience de faire venir un artiste français tel qu’Opéra au Québec.

Je souhaite continuer à avoir plusieurs artistes internationaux pour les prochaines éditions.

Autres textes sur le Graffiti

Soutenez le Café-Graffiti, affichez vos couleurs!

tshirt-cafe-graffiti-t-shirt-personnalise-votre-logoVotre T-shirt Café-Graffiti pour seulement 9,95$. Disponible en bleu, rouge, noir, rose, vert ou blanc. Ou encore votre Sweat-shirt disponible en gris, noir, rouge ou rose pour 29,95$.

Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009 Par Internet: http://www.editionstnt.com/t-shirts.html

Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4

Pour votre T-shirt promotionnel avec votre logo: Café-Graffiti: (514) 259-6900.

Carte anniversaire, poster, T-Shirt avec impression d’artistes

publicité boutique t-shirts cartes voeux carte anniversaireUne boutique virtuelle toute en couleur pour des produits artistiques originaux.

Une façon originale de soutenir de jeunes artistes dans leur cheminement artistique.

Que ce soit pour une carte anniversaire ou un T-Shirt personnalisé, un CD de musique ou un livre, la boutique des Éditions TNT mérite de faire un détour.

Merci d’encourager les artistes et le Café-Graffiti.

www.editionstnt.com (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009. cafegraffiti@cafegraffiti.net

Autres artistes de la boutique des Éditions TNT:

Convention internationale graffiti Underpressure

Graffiti et art urbain

Under pressure gonflé à bloc

Charles Messier Dossier : Graffiti, Hip-Hop, Culture

Informations sur la convention graffiti Under Pressure 2012.

La 12e édition d’Under Pressure, un des plus importants événements graffiti au Canada, a réuni en août 2007 plus de 90 graffiteurs, 40 DJ et 70 breakdancers pour 5000 spectateurs ébahis par ces artistes de l’underground. Tout a commencé dans un simple loft de la rue Saint-Ambroise, à Montréal, en 1996.

Des DJ s’étaient réunis pour offrir des performances musicales pendant que peignaient 12 graffiteurs. Les organisateurs (Sterling Downey, Flow et Dyske) voulaient promouvoir la dimension artistique du graffiti plutôt que celle décrite par Ville de Montréal et le service de police.

Ils disaient que c’était lié à des gangs, parce que personne ne savait c’était quoi le graffiti, explique Sterling Downey. Ils pensaient que c’était des jeunes de 14 ans qui en faisaient juste pour salir la ville.

Ses compères graffiteurs et lui étaient au début de la vingtaine. Ils n’étaient pas du tout liés à des gangs.

C’était une activité communautaire, positive. Oui, il y avait un côté illégal, mais ça ne voulait pas dire que ce n’était pas artistique, dit le fondateur d’Under Pressure. C’était de l’art, pas du vandalisme.

Promouvoir le graffiti

De 300 spectateurs en 1996, l’événement en attire maintenant 5000 par année. Cette popularité a engendré des profits qui ont permis, en 1999, de publier un magazine bisannuel consacré entièrement au graffiti.

Le but était de faire la promotion à travers le monde des artistes de la bombe aérosol, tant montréalais que canadiens. Le magazine Under Pressure comptait d’abord 24 pages. Il en offre maintenant plus de 70. Il a cependant diversifié les types de sujets traités, les élargissant aux autres intérêts artistiques des graffiteurs, comme le breakdancing et le milieu des DJ.

Le groupe Under Pressure produit également des disques et gère un site Internet, www.underpressure.ca. La dizaine de personnes qui forme le noyau d’Under Pressure est bénévole, comme la quinzaine d’autres collaborateurs qui gravitent autour d’eux.

Autres textes sur le Graffiti:

Convention graffiti Under Pressure 2012

Arpi: Muraliste et designer d’intérieur

Inauguration de la fresque de Fluke avec RFF

Vidéo murale graffiti pour l’agence de communication ID3 (idées aux Cubes)

Murale graffiti, animation de foule, peinture en direct, T-shirt

Mural de Michael Jackson au Festival de Jazz avec les graffiteurs Fluke et Omen

Mural graffiti en direct par Fluke

Fluke pour Oxygen

Video clip graffiti hiphop et breakdance gratuit

Projet graffiti pour Oakley

Graffiti calligraphie El Seed

Le mural Jean Talon

Rencontre avec Nawlz: Graffeur du monde

Breakdance, hip hop, rap, graffiti: présentation des artistes

Pour rejoindre les artistes du Café-Graffiti, (514) 259-6900

Ce billet, ainsi que toutes les archives du magazine Reflet de Société sont publiés pour vous être offert gracieusement. Pour nous permettre de continuer la publication des textes ainsi que notre intervention auprès des jeunes, dans la mesure où vous en êtes capable, nous vous suggérons de faire un don de 25 sous par article que vous lisez et que vous avez apprécié.

Merci de votre soutien.

Graffiti Hip Hop de la scène de Montréal

operation-graffiti-hip-hop-graffiteur-graff Opération Graffiti. Toute l’histoire de la création du Café-Graffiti. La relation avec les jeunes. Ce qu’ils ont vécu dans le projet. Ce qu’ils ont fait vivre aux intervenants. Toutes les anecdotes d’un projet qui fait encore parler de lui. Une façon intéressante et originale de soutenir le Café-Graffiti dans sa mission d’aide et de soutien aux jeunes. 19,95$.

Disponible Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009
Par Internet: http://www.editionstnt.com/livres.html
Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4.

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel.

 

%d blogueurs aiment cette page :