Le prix des médicaments gonflé à bloc

Le système de santé et les médicaments

Le gouvernement, un très mauvais acheteur de médicaments

Les coûts de notre système de santé sont hors contrôle. Quand je regarde certaines opérations, j’ai l’impression que le gouvernement ne cherche qu’à payer le plus cher possible.

Raymond Viger Dossiers Santé, Économie

921107_73525875 Je suis diabétique, j’ai un problème de cholestérol et un problème de flash lumineux. Mon système est quelque peu débalancé. En plus d’un régime draconien, j’ai une petite boîte avec toutes sortes de pilules à prendre à chaque jour.

Pour les flash lumineux, je dois prendre des aspirines 81 mg. Je les ai toujours prises sans prescription et je paye 9,95$ pour 150 pilules. En renouvellant mes prescriptions pour le diabète et le cholestérol, le pharmacien veut m’aider et me dit que si j’ai une prescription pour les aspirines, je pourrais les inclure avec mes autres médicaments et bénéficier de l’assurance médicaments. Merci M. le pharmacien pour cette proposition pour me faire économiser un peu.

Je reviens donc avec ma prescription. Le pharmacien ne peut me les vendre que pour un format de 30 et non plus celui de 150. Avec l’assurance médicament, après que le gouvernement ait payé sa part, il me reste malgré tout 3,26$ à payer pour 30 comprimés, soit 16,30$ pour 150. Je paye donc 60% plus cher mes comprimés malgré l’assurance médicament!

Mauvaise gestion de l’assurance médicament

Trouvant la situation aberrante, je vérifie le coût de ces 30 comprimés sous prescription. Il en coûte 10,19 et notre cher gouvernement en tant qu’assureur paye 6,93$! Le gouvernement paye les 30 comprimés plus cher que le coût de 150, soit 50,95$ pour quelque chose qui en vaut 9,95$! Incompréhensible.

Avec une prescription, non seulement l’assurance médicament me fait payer 60% plus cher, mais il prend mes taxes pour payer presque le double du montant que je paye.

Ce n’est pas le système de santé qui coûte cher, ce sont ses gestionnaires qui ne font pas leur travail adéquatement. L’assurance médicament n’est pas un bar ouvert pour l’industrie pharmaceutique et les pharmacies. Je ne vois que 2 raisons qui peuvent justifier un tel comportement. Soit que le gouvernement est incompétent à gérer le système d’assurance médicament, soit que beaucoup de gens reçoivent des pots de vin et nous prennent pour des caves.

Autres textes sur la Santé.

Ce billet, ainsi que toutes les archives du magazine Reflet de Société sont publiés pour vous être offert gracieusement. Pour nous permettre de continuer la publication des textes ainsi que notre intervention auprès des jeunes, dans la mesure où vous en êtes capable, nous vous suggérons de faire un don de 25 sous par article que vous lisez et que vous avez apprécié.

Merci de votre soutien.

Abonnement au magazine Reflet de Société

reflet-de-societe-magazine-drogue-prostitution-suicide-alcool-gang-de-rue-gambling Internet-o-thon pour soutenir le magazine communautaire Reflet de Société édité par le Journal de la Rue. C’est le temps de vous abonner pour montrer votre soutien à votre revue sur l’actualité communautaire et sociale. Toute contribution supplémentaire pour soutenir notre cause est la bienvenue.

Pourquoi s’abonner à Reflet de Société?

  • Le citoyen est au cœur de notre mission;
  • Un regard différent, critique et empreint de compassion sur les grands enjeux de société;
  • Un espace ouvert aux lecteurs pour prendre la parole, partager leurs expériences et faire progresser les débats;
  • Un magazine d’information entièrement indépendant, financé par ses milliers d’abonnés aux quatre coins du Québec;
  • Tous les profits générés par la vente de Reflet de Société sont remis à l’organisme Journal de la Rue qui offre des services de réinsertion sociale aux jeunes.

Par téléphone: (514) 256-9000, ext.: 1-877-256-9009
Par Internet: http://www.refletdesociete.com/abonnement.html
Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4.

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel.

 

Assurance medicaments, consommation de medicaments et ministre de la Sante Yves Bolduc

Assurance médicaments, consommation de médicaments et ministre de la Santé Yves Bolduc

Raymond Viger                     Dossier Santé

921107_73525875 Le Devoir nous apprends que le ministre de la Santé Yves Bolduc, devant les données de l’Institut canadien d’information sur la santé (ICIS) se réjouit que le Québec soit l’une des provinces qui consomme le plus de médicaments.

Pas sûr que ce rapport puisse être une occasion de se pêter les bretelles et de crier victoire? Faudrait que l’on puisse interpréter les chiffres et avoir plus d’informations.

Le ministre de la Santé Yves Bolduc en conclue que si nous consommons beaucoup de médicaments, on aura une société plus en santé avec moins de coûts à long terme.

Et si on consommait plus de médicaments parce que nous étions plus malades? Si les médicaments que nous prenions n’étaient que des béquilles et ne guérissaient pas la maladie. Si nous étions un peuple déprimé et suicidaire nécessitant constamment des anti-dépresseurs et des somnifères?

Si l’on doit se nourrir de pilules de toutes sortes pour « endurer » le mal parce que nous sommes incapable de trouver un médecin de famille pour nous soigner, pas sûr que ce soit une bonne nouvelle.

Soit que le ministre de la Santé Yves Bolduc a d’autres donnés à présenter pour justifier son point et qu’il a « oublié » de nous les sortir. Soit qu’Yves Bolduc ne les interprète pas de la même façon que moi.

Merci M. le ministre de la Santé Yves Bolduc de nous fournir des chiffres complets et de mieux nous les expliquer. Article original du Devoir sur la consommation de médicaments.

PS Notre ami Renart a aussi écrit un billet sur le ministre de la Santé Yves Bolduc. À partir de son blogue, le tout est aussi en ligne chez Branchez-vous.

PS 30 juin 2009. Louis Préfontaine présente un billet sur les primes donnés aux infirmiers en citant que 27% des infirmiers ont déclarés des erreurs de dosage ou de médication! De quoi rendre les Québécois encore plus malades!

PUBLICITÉ

Guide d’intervention de crise auprès de personnes suicidaires

show_image Le guide d’intervention auprès de personnes suicidaires démystifie le suicide. Il permet d’aider les proches à reconnaître les signes avant-coureur du suicide et de déterminer qu’est-ce qui peut être fait pour soutenir la personne en crise.

Une section du guide est réservée aux endeuillés par suicide.

Le livre, au coût de 4,95$, est disponible :
Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009
Par Internet: www.refletdesociete.com
Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel.

%d blogueurs aiment cette page :