Produits dérivées et tritrisation

Produits dérivées et tritrisation

La titrisation (Securitization en anglais) est une technique financière qui consiste à transférer à des investisseurs des actifs financiers tels que des créances (par exemple des factures émises non soldées, ou des prêts en cours).

Annie Viger                         Dossier Économie

Le gouvernement du Québec pour aider l’industrie porcine après le choc pétrolier des années 70-80, il offre de garantir de garantir les prêts consenties par les banques. Il ne se doutait pas qu’il a ouvert la porte aux produits dérivés financiers dans la région agricole de St-Hyacinthe et Granby.

Les petites caisses de la région n’ayant pas les liquidités, elles se tournent vers l’Union régionale des caisses qui consent les prêts et fourni les liquidités nécessaires.

Les caisses utilisent les fonds à courte échéance avec des taux d’intérêt de plus en plus élevés mais, les prêts aux agriculteurs étaient sur cinq années et plus. Le résultat, l’industrie porcine prospère qui crée des emplois amenant une croissance au niveau des caisses leur permettant de développer d’autres secteurs d’activités.

Autres textes sur Économie

Intolérance: toujours d’actualité

Conseiller en placements et firme de courtage: l’utopie de la satisfaction du client

Déficit budgétaire: Paul Krugman contre Sarah Palin

Crise économique: croissance ou rechute

Barack Obama contre la Cour suprême

Ce billet, ainsi que toutes les archives du magazine Reflet de Société sont publiés pour vous être offert gracieusement. Pour nous permettre de continuer la publication des textes ainsi que notre intervention auprès des jeunes, dans la mesure où vous en êtes capable, nous vous suggérons de faire un don de 25 sous par article que vous lisez et que vous avez apprécié.

Merci de votre soutien.

PUBLICITÉ.

reflet-de-societe-magazine-drogue-prostitution-suicide-alcool-gang-de-rue-gambling Internet-o-thon pour soutenir le magazine communautaire Reflet de Société édité par le Journal de la Rue. C’est le temps de vous abonner pour montrer votre soutien à votre revue sur l’actualité communautaire et sociale. Toute contribution supplémentaire pour soutenir notre cause est la bienvenue.

Par téléphone: (514) 256-9000, ext.: 1-877-256-9009
Par Internet: http://www.refletdesociete.com/Abonnement.html
Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4.

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel.

Témoignage: ma prison intérieure

Livre de Colin McGregor LOVE in 3D

Présentation en français de LOVE in 3D

Développement personnel

Témoignage: ma prison intérieure

Jean-Pierre Bellemare   Dossiers Prison, Criminalité, Développement personnel

Au pénitencier nous avons accès aux réunions pour dépendants: toxicomanes, alcooliques, joueurs. C’est là que j’ai rencontré notre rédacteur en chef Raymond ainsi que sa charmante femme Danielle, deux êtres extraordinaires qui «contaminent» l’environnement par leur conscience collective.

Ils sont venus dans ma prison partager leur savoir avec respect et considération. Si le mépris engendre le mépris il en va de même avec la considération. Depuis ce jour, il me fait plaisir de partager avec vous ces bagages de prisons qui s’accumulent un peu plus chaque année.

Lors d’une réunion, un ex-dépendant aux drogues proclamait «il n’y a pas plus de prison sur terre que nous pouvons en retrouver dans l’homme». Après cette révélation, encore toute fraîche dans ma tête, un changement s’est produit, un tournant important dans ma vie. Cette phrase m’a marqué de façon indélébile.

Je regarde maintenant les autres différemment. J’ai compris que, malgré mon incarcération, je suis souvent beaucoup plus libre que certaines personnes de mon entourage. Leur tenue vestimentaire ainsi que leur expression faciale décrivent assez bien à quel point elles sont enfermées. Leurs réactions prévisibles et parfois même leurs propos, montrent leurs limites. Ces frontières qu’elles érigent autour d’elles pour se protéger, les isolent tout autant. Si elles ne peuvent en sortir, les autres ne peuvent y entrer.

Après 20 ans passés au pénitencier fédéral, où en suis-je de mon propre cheminement? Terminer des études, lire, chercher le meilleur de ma vie, mais surtout, me libérer de mes pensées toxiques. M’ouvrir tout doucement en choisissant les gens avec qui je me sentirais bien. Voilà un très grand progrès sur le plan personnel.

Plus je suis attentif à mon entourage, plus je deviens sensible. Par différentes activités, j’ai pu développer mon potentiel et augmenter mon estime personnelle.

Mon implication avec l’organisme de St-Maxime a été ma plus grande réalisation: aider les plus démunis, sortir du pénitencier sous escorte pour se diriger dans un sous-sol d’église, participer à l’organisation d’une soupe populaire, faire la collecte et la distribution des denrées. Aider est la meilleure prise de conscience que j’ai faite.

Voir des gens quémander leur nourriture avec leur famille a été révélateur. Mon orgueil, que j’ai toujours confondu avec ma fierté, devenait insoutenable. Il y avait plus de fierté dans leurs yeux que dans ceux rencontrés au cours de ma vie. Mon cœur se fissura et il en sortit un malaise terrible, un regret. Si j’ai eu suffisamment de courage pour m’attaquer à des banques et à kidnapper, je n’ai jamais eu le courage de demander de l’aide et encore moins de reconnaître mes faiblesses.

Voilà une de ces prisons qui nous enferment dans des comportements, des réflexions et des manières de faire qui limitent nos possibilités. Ce donjon a été conçu par mes faiblesse et résiste à toute raison. Lorsque j’envie ceux qui sont libres, je perds parfois de vue que la véritable liberté ne se trouve pas uniquement dans nos déplacements. Penser et agir autrement, se comporter différemment, fait partie de la liberté.

Dans ma prison, j’ai trouvé le pire juge et il travaille toujours avec le plus salaud des gardiens: ma conscience et ma raison. Celle qui devrait me protéger m’a condamné, celle qui devait m’ouvrir m’a enfermé.

Ma conscience et ma raison se sont construites à travers tous ceux que j’ai côtoyé. Ces gens de passage ont semé une graine qui a poussé. Je n’ai sûrement pas toujours su faire la différence entre le bon et le méchant.

autres textes de Chroniques d’un prisonnier

Autres textes sur Développement personnel

L’armure qui nous protège et nous isole

Être sa propre victime

Partager le bonheur et… son sourire

Le mur invisible

Les leçons à tirer des préjugés

Ma prison intérieure

Roman de cheminement, L’amour en 3 Dimensions

Recueil de textes à méditer

P.S. Jean-Pierre Bellemare est finaliste aux Grands Prix de journalisme magazine.

Les livres de Colin McGregor

Journaliste dans divers médias à travers le pays; Halifax Daily NewsMontreal Daily NewsFinancial Post et rédacteur en chef du Montreal Downtowner. Aujourd’hui, chroniqueur à Reflet de Société, critique littéraire à l’Anglican Montreal, traducteur et auteur aux Éditions TNT et rédacteur en chef du magazine The Social Eyes.

Parmi ses célèbres articles, il y eut celui dénonçant l’inconstitutionnalité de la loi anti-prostitution de Nouvelle-Écosse en 1986 et qui amena le gouvernement à faire marche arrière. Ou encore en Nouvelle-Écosse, l’utilisation répétée des mêmes cercueils par les services funéraires; scoop qui le propulsa sur la scène nationale des journalistes canadiens.

love-in-3dLove in 3D.

Enjoy our tale of the quest, the human thirst, to find light from within the darkness.

This is a tale for everyone, young and old, prisoner and free.

Love in 3D. Une traduction de L’Amour en 3 Dimensions.

teammate roman livre book colin mcgregorTeammates

Three teenage friends on a college rugby team in the shrinking community of English Montreal – three friends each facing wildly different fates.

This is the story of Bill Putnam, whose downward trajectory we first begin to trace in the late 1970s, and his friends Rudy and Max.

Teammates, their paths will cross in ways they never dreamt of in the happier days of their youth.

quebec-suicide-prevention-handbook-anglais-intervention-crise-suicidaireQuebec Suicide Prevention Handbook

Le suicide dérange. Le suicide touche trop de gens. Comment définir le suicide? Quel est l’ampleur du suicide? Quels sont les éléments déclencheurs du suicide? Quels sont les signes avant-coureurs? Comment intervenir auprès d’une personne suicidaire? Comment survivre au suicide d’un proche?…

Ce guide est écrit avec simplicité pour que tout le monde puisse s’y retrouver et démystifier ce fléau social. En français. En anglais.

social-eyes-web Magazine The Social Eyes

Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009
4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4.

Les contradictions d’une crise économique

Les contradictions d’une crise économique

Annie Viger          Dossier Économie

Un sondage effectué auprès d’économistes d’affaires américains et publié par le NABE révèle qu’il faudra près de trois années pour retrouver une situation financière similaire à celle que nous avions avant cette crise économique. Tandis qu’au même moment, The Telegraph annonce que la banque Golden Sachs a généré des revenus de 12 milliards de dollars. Pourtant cette même banque à eu droit à un prêt de 10 milliards du gouvernement américains dans le plan de relance.

Le chroniqueur économique Jean Gagnon nous fait part de ces fameux plans de sauvetage des dernières crises qui ont toujours inclus ces grandes banques et par un pur hasard, ce sont eux qui s’en sortent en meilleur posture et ce sur le dos des contribuables.

PUBLICITÉ

funbusy-poesie-urbaine-recueil-textesChantal Lee a vécu la violence physique, les abus sexuels et l’enfer de la drogue, mais elle en a triomphé. Malgré la maladie qui l’afflige, elle partage par sa poésie son amour de la vie et son optimisme à toute épreuve. Un livre rayonnant, à l’image de son auteure.

Le livre est disponible au coût de 10,00$.
Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009
Par Internet: http://www.editionstnt.com/Livres.html
Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel.

Comptables agréés et les banques: accommodements deraisonnables

Comptables agréés et les banques accommodements déraisonnables

Raymond Viger                                 Dossier Économie

Le 26 mai dernier, je vous parlais de l’ordre des comptables agréés qui avaient changés leurs normes comptables pour accommoder les mauvais résultats financiers des banques.

En discutant de cette nouvelle, une nouvelle réflexion vient de surgir. Dans le domaine artistique, les artistes sont souvent mal payé pour des oeuvres qui vont valoir des fortunes 100 ans plus tard.

Si les comptables agréés accommodent les banques pour leur piètres performances financières et économiques, devrions-nous faire la même chose avec  les artistes. Au lieu de calculer dans leur bilan la valeur marchande d’une de leur toile, ne devrions-nous pas tenir compte de la valeur que cette toile pourrait avoir dans 100 ans? Cela permettrait aux artistes de pouvoir emprunter autant d’argent qu’ils ont besoin pour continuer à créer.

Si vous trouver que mon raisonnement ne tient pas la route pour nos artistes, pourquoi l’est-il alors pour les banques?

PUBLICITÉ

show_image Après la pluie… Le beau temps. Recueil de textes à méditer. Chaque texte révèle un message, une émotion. Un même texte peut prendre un couleur différente selon notre état d’âme.

Le livre, au coût de 9,95$ est disponible

Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009
Par Internet: www.refletdesociete.com
Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel

Triste réalité économique et financière

Triste réalité économique et financière

Raymond Viger          Dossier Économie

Déficit budgétaire du Canada

Une semaine qui ne me rends pas très fier. Le ministre des Finances Jim Flaherty nous présente un déficit budgétaire de 34 millards. En moins de 24 heures le déficit budgétaire passe à 50 milliards. L’économiste en chef du Mouvement Desjardins, François Dupuis, considère tant qu’à lui que le ministre des Finances est encore trop timide et que le déficit devrait atteindre 58 milliards!

Faillite de GM

Pendant le président de GM, Rick Wagoner, se promenait en jet privé, GM se retrouve en faillite!

Nouvelles normes comptables pour accommoder les banques

Pendant ce temps-là, les banques vont nous en passer une petite vite. Avec l’histoire du papier commercial, on comprends que la valeur des actifs des banques ne valent plus grand chose. Mais les banques sont capables de bien camouflés la triste réalité de leurs résultats financiers. L’Institut canadiens des comptables agréés (ICCA) va changer ses normes comptables pour accommoder nos pauvres petites banques. Au lieu de déclarer la juste valeur marchande de leurs actifs déchus, les banques pourront déclarer une évaluation sur des rendements potentiels à venir de leurs actifs! WOW! Moi qui pensait que les comptables agréés étaient là pour aider les actionnaires à connaître la vérité. Pas pour être complice des banques dans leurs tripotages de chiffres.

La vision d’Henri-Paul Rousseau (ou le manque de vision)

Je passerais sous silence le départ de Henri-Paul Rousseau de la caisse de dépôt et de placement, juste avant que le Titanic coule. On peut dire qu’Henri-Paul Rousseau était plus visionnaire sur l’heure de son départ que sur la valeur du papier commercial.

Frais de courtages exagérés

Je ne ferais pas de cas sur le fait que les frais de gestion des fonds communs au Canada sont 2 fois plus élevés qu’ailleurs dans le monde!

La presse communautaire a-t-elle un avenir?

Pendant que les grosses institutions continuent de nous en compter de toutes sortes, la presse communautaire commencent une réflexion sur son avenir et son financement.

Avec une telle semaine, comment fait-on pour garder confiance dans notre système?

PUBLICITÉ

show_imageQuand un homme accouche. Roman de cheminement. Le personnage principal accouche de son enfant intérieur qui devient son ami et son thérapeute tout au long du roman. Ce livre est le premier d’une trilogie qui a été reprise dans L’amour en 3 Dimensions. 9,95$

Disponible Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009
Par Internet: www.refletdesociete.com
Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel

Résultats financiers des grandes banques canadiennes: L’Institut canadien des comptables agréés a-t-il trafiqué la vérité?

Résultats financiers des grandes banques canadiennes

L’Institut canadien des comptables agréés a-t-elle trafiqué la vérité?

Raymond Viger                   Dossier Économie

L’actualité économique n’a rien pour rassurer les petits épargnants. Les banques en arrachent avec certains actifs qui ne valent plus grand chose. Et bien soit, pour accommoder les banques, l’Institut canadien des comptables agréés change ses principes comptables! Vous avez bien lu! Les comptables agréés changent leurs normes de vérification pour accommoder les banques.

Les banques n’ont plus à évaluer leurs actifs en fonction de la juste valeur marchande, mais en fonction d’une valeur que l’on espère avoir éventuellement par ces actifs. Ce qui laisse place à beaucoup de spéculations, pour ne pas dire de fraude.

Moi qui pensait que les comptables agréés étaient là pour permettre aux actionnaires et à la société de connaître la vérité sur la réalité comptable d’une entreprise. L’Institut canadien des comptables agréés a opérer ce changement de norme comptable pour « faire comme’ leur équivalent américain, le Financial Accounting Standards Board (FASB).

Si les conseils d’administration ne peuvent plus se fier aux résultats financiers présentés par les comptables agréés pour exercer une bonne gouvernance, qui va pouvoir le faire?

Le journaliste économique Jean Gagnon nous présente cette triste réalité.

PUBLICITÉ

Guide d’intervention de crise auprès de personnes suicidaires

show_image Le guide d’intervention auprès de personnes suicidaires démystifie le suicide. Il permet d’aider les proches à reconnaître les signes avant-coureur du suicide et de déterminer qu’est-ce qui peut être fait pour soutenir la personne en crise.

Une section du guide est réservée aux endeuillés par suicide.

Le livre, au coût de 4,95$, est disponible :
Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009
Par Internet: www.refletdesociete.com
Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel.

Le micro-crédit

Le micro-crédit

Lisa Melia                      Dossier Égalité Homme-Femmes, Économie

Prix Nobel de la paix 2006: Muhammad Yunus

En 2006, le bangladais Muhammad Yunus a reçu le prix Nobel de la paix. Ce qui a pu surprendre ceux qui le connaissaient déjà: Yunus est en effet un économiste. Né en 1940 dans ce qui était encore à l’époque une partie de l’Inde sous colonisation anglaise, il étudie d’abord près de chez lui. Il visite cependant pendant sa jeunesse l’Amérique du Nord, l’Europe, et une partie de l’Asie.

En 1957, il part à l’université de Dakha étudier l’économie, obtient son diplôme et devient enseignant. Il s’essaie à diriger une entreprise, et rencontre le succès. Mais il décide finalement de partir étudier aux États-Unis, où il obtient son doctorat.

Il restera pour travailler, mais en 1971 éclate la guerre de libération du Bangladesh. Muhammad Yunus soutient les indépendantistes Muhammad Yunus le 17 mars à Tokyo. Photo AFP/Yoshikazu Tsunoet s’implique. Il rentrera finalement chez lui en 1972, quelques mois après la déclaration de l’indépendance du Bangladesh.

Une banque pour le développement: la Grameen Bank

Il occupe alors le poste de responsable du département d’économie de l’université de Chittagong. La pauvreté qui règne le choque: «Une terrible famine frappait le pays, et j’ai été saisi d’un vertige, voyant que toutes les théories que j’enseignais n’empêchaient pas les gens de mourir autour de moi.»

En étudiant la situation des pauvres, il en vient finalement à la conclusion que le principal problème vient du fait qu’ils n’ont pas accès à des capitaux. Les banques refusent de prêter et les usuriers locaux pratiquent des taux d’intérêts à la limite de l’indécence. L’idée germe alors. En utilisant son propre argent, ils proposent à quelques villageois des «micro-prêts» de quelques dollars, dont les conséquences s’avèrent très positives. En 1977, il crée finalement sa propre banque, la Grameen Bank, qui se consacre au micro-crédit.

Le micro-crédit: qu’est-ce que c’est?

Le fonctionnement est relativement simple. Lors de ses recherches, Yunus a rencontré un groupe d’artisans ayant besoin de 27 dollars pour acheter du bambou. Les banques refusaient de prêter une si petite somme à des clients soi disant insolvables. Yunus a finalement prêté les 27 dollars de sa propre poche, ce qui a permis aux artisans d’acheter le bambou, donc de produire, et même de créer de nouveaux emplois. Ils ont remboursé le prêt sans difficulté. C’est là tout le principe du micro-crédit.

La Grameen Bank propose à des artisans ou entrepreneurs à l’échelle locale des petits prêts à taux d’intérêt nul, ce qui leur permet de financer leurs activités et d’entrer dans une dynamique de production et de profit. L’impact sur le développement social est considérable car le micro-crédit profite à divers secteurs et directement aux plus pauvres qui peuvent alors améliorer leur situation économique par leurs propres moyens.

Cela a également permis l’accès aux services sociaux de bases, ainsi que la revalorisation de la place et du travail de la femme dans plusieurs pays en développement, car ce sont les femmes qui utilisent en majorité ce système de prêt. Le micro-crédit est donc un vecteur de pacification social et d’amélioration de la vie de ses utilisateurs.

C’est pour cela que Muhammad Yunus et son institution la Grameen Bank ont reçus en 2006 le prix Nobel de la paix. La Grameen Bank a soutenu quelques 2,4 millions d’emprunteurs. Selon la Banque mondiale, il y aurait maintenant près de 10 000 institutions de micro-crédit dans 85 pays qui brassent 30 milliards de dollars. Environ 300 millions de personnes dans le monde en bénéficient.

Profiter de la crise économique pour changer le monde

Muhammad Yunus est intervenu ce mardi à Tokyo, où il a estimé que la crise financière était une opportunité de changer le fonctionnement du monde de la finance à l’échelle mondiale en faveur des plus démunis.

Dans le journal Le Monde, il a ainsi déclaré: «Le système financier doit être entièrement repensé. Il ne fonctionne pas pour le peuple de toute façon ! Pour les riches, oui ! Les grandes entreprises, oui ! Mais pas pour le peuple […]. Un petit nombre de personnes d’un seul pays avaient créé une situation désastreuse pour le monde entier, [ce qui démontre] la fragilité du système capitaliste actuel.»

PUBLICITÉ

show_image

Poésie urbaine

L’âme de l’ange. Jean-Simon Brisebois.

À chaque mort, une naissance. À chaque naissance, un combat! Recueil de pensées et de poésies influencé par le béton, la rue et son vécu urbain. De jour et de nuit, la vie continue, se transforme. À travers les ombres et pénombres, elle se colore de différentes nuances de gris.

Disponible par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009
Par Internet: www.refletdesociete.com
Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel.

%d blogueurs aiment cette page :