Congrès de la Fédération professionnelle des journalistes du Québec (FPJQ), le Château Frontenac et l’eau Évian

Congrès de la Fédération professionnelle des journalistes du Québec (FPJQ), le Château Frontenac et l’eau Évian

Raymond Viger            Dossier RestaurantBistro le Ste-Cath

Je suis présentement au Château Frontenac pour le congrès de la Fédération professionnelle des journalistes du Québec (FPJQ). Même s’il fait horriblement froid en ce début d’hiver (-15 degrés), je vais vous livrer mes premiers commentaires à chaud de ce congrès!

Tout d’abord, il y a un record d’inscriptions. Un congrès de la FPJQ à guichet fermé. Un total de 720 inscriptions. Intéressant. Je suis de ceux qui croient à la formation continue, aux rencontres, aux débats. Je suis content de voir que je ne suis pas le seul. Peu importe le travail qui nous anime, il faut briser notre isolement, se regrouper, échanger sur nos pratiques…

J’ai beaucoup de difficultés à comprendre comment certains jeunes qui finissent leurs formations ne prennent pas avantage de ces opportunités. Surtout que le prix de ce congrès est vraiment abordable. Avec en plus, un prix spécial pour les étudiants et les journalistes qui n’ont pas encore de postes plein temps bien rémunérés. Aucune raison valable pour ne pas y être.

Le congrès de la FPJQ se déroule au Château Frontenac. Le prix que la FPJQ a négocié pour la chambre est abordable. Rien à redire sur ce chapitre. Ayant vu le prix des repas au restaurant Le Champlain, les deux repas inclus dans le prix du congrès valent à eux seuls le prix du congrès.

Félicitations à Claude Robillard et à son équipe pour l’organisation du congrès. Excellents ateliers, des invités intéressants. Nous sommes vendredi soir et je n’ai pas réussi à faire mon choix final d’ateliers pour samedi. Il y en a toujours au moins deux en même temps qui m’intéressent. Une nuit d’insomnie est à prévoir pour faire mon choix final. J’en profite pour souligner le bon accueil de Claude Robillard et de son équipe. Malgré le nombre de participants, tout le monde a le sourire, est calme et détendu. Ayant participé à plusieurs congrès et conventions de toutes sortes, ce n’est pas toujours le cas.

Mais pour ceux qui me connaissent, je ne peux partir à l’extérieur sans avoir une petite anecdote à vous conter. Dans les hôtels, tout le monde sait que le petit panier en osier rempli de friandises n’est pas un cadeau pour votre visite. Il faut payer un prix parfois assez horriblement cher pour ces petites gâteries. Le petit frigo avec un scellé est aussi rempli d’item qui vont venir garnir substantiellement votre facture.

Je viens d’une famille relativement humble. Nous n’avons manqué de rien. Mais nous allions rarement au restaurant. Lorsque nous y allions, nous avions le droit à une pizza avec un verre d’eau ou un buffet chinois, toujours avec de l’eau. Mes parents aussi. Pas question de prendre une liqueur ou un café au restaurant. Le rapport qualité-prix est trop faible. En d’autres mots, les breuvages étaient très chers pour une humble famille comme la nôtre. Et je n’ai aucun problème avec l’éducation que j’ai reçue. Je ne m’en porte que mieux aujourd’hui.

Vous avez deviné que je n’ai pas touché aux friandises dans le panier d’osier, encore moins enlevé le scellé sur le petit frigo. Habituellement, dans les hôtels que je suis habitué d’utiliser, il y a une bouteille d’eau sur une table de nuit. Cette bouteille d’eau non réfrigérée est gratuite. Tout comme le café qui vous est fourni avec la cafetière et qui m’aide à me réveiller le matin.

Pendant que je travaille à mon ordinateur, j’ai soif. Au lieu de me prendre un verre d’eau du robinet, je prends cette bouteille d’eau. Après quelques gorgées, j’ai failli m’étouffer. Une étiquette y était apposée: Cette bouteille d’eau Évian est fournie à titre de service pour notre clientèle. Si elle est consommée, une charge de 8,50$ sera portée à votre note d’hôtel.

Le prix d’une vulgaire bouteille d’eau même pas réfrigérée m’a scandalisé. Quand je lis fournie à titre de service pour notre clientèle, je m’attends que ce soit un petit cadeau de bienvenue. À 8,50$ pour une bouteille d’eau, pouvez-vous au moins me la servir froide et me la verser dans un verre.

C’est la première fois que je vois une bouteille d’eau qui n’est pas dans le petit frigo et que je doive payer. Il fallait que je le dise à quelqu’un avant de m’étouffer avec. Ça m’oblige à avoir un regard critique envers le Château Frontenac.

Cet incident n’est pas de la faute de la FPJQ que je veux féliciter encore pour leur bon travail. Mes parents doivent sûrement se retourner dans leurs tombes à me voir boire cette bouteille d’eau à 8,50$ lorsqu’il y a un robinet à quelques pas de moi. Désolé pour ma distraction. On ne m’y reprendra plus.

Ce billet, ainsi que toutes les archives du magazine Reflet de Société sont publiés pour vous être offert gracieusement. Pour nous permettre de continuer la publication des textes ainsi que notre intervention auprès des jeunes, dans la mesure où vous en êtes capable, nous vous suggérons de faire un don de 25 sous  par article que vous lisez et que vous avez apprécié.

Merci de votre soutien.

Autres textes sur Bistro le Ste-Cath

Bistro le Ste-Cath

bistro le ste-cath restaurant est montréal hochelaga-maisonneuveUn restaurant, une chaleureuse terrasse. Pour une rencontre entre amis ou en famille, les chefs du Bistro le Ste-Cath sauront vous offrir une cuisine réinventée et originale à un prix abordable.

Situé en plein coeur d’Hochelaga-Maisonneuve, au sud du Stade Olympique, à l’est de PIE-IX. 4264 Ste-Catherine est.

Bistro le Ste-Cath est opéré par l’organisme communautaire le Journal de la Rue. Tous les profits servent à financer notre intervention auprès des jeunes.

Pour informations et réservations: (514) 223-8116 ou bistro@le-ste-cath.com

Quand l’exotisme nous tue

Quand l’exotisme nous tue

Je suis sur la route avec mon amie Danielle. Elle a soif. Je décide de faire un arrêt dans un dépanneur. Je regarde les bouteilles d’eau. Une bouteille avec une forme et des couleurs originales attire mon attention. La bouteille d’eau vient des Îles Fidji.

On parle ici d’une bouteille d’eau. Pas un fruit exotique, spécial et différent qui ne pousse pas au Québec. Est-ce qu’une bouteille d’eau a un goût suffisamment différent d’un pays à l’autre pour que ça vaille la peine de lui faire traverser la moitié du globe et qu’elle se retrouve chez le dépanneur du coin? Est-ce que notre besoin d’exotisme et de différence est à ce point important que nous devons créer tant de pollution et de gaz à effet de serre pour le transport de cette bouteille d’eau? Bonne question.

Je suis très ouvert aux échanges à travers les cultures et les différents pays du monde. Mais une bouteille d’eau! Qu’elle provienne des Îles Fidji, n’est-ce pas un simple trip d’égo excentrique? On pourrait polluer un peu moins en consommant de l’eau qui vient de moins loin.

Autres textes sur l’Environnement et commentaires du rédacteur sur l’Environnement.

Ce billet, ainsi que toutes les archives du magazine Reflet de Société sont publiés pour vous être offert gracieusement. Pour nous permettre de continuer la publication des textes ainsi que notre intervention auprès des jeunes, dans la mesure où vous en êtes capable, nous vous suggérons de faire un don de 25 sous par article que vous lisez et que vous avez apprécié.

Merci de votre soutien.

PUBLICITÉ

quand-un-homme-accouche-roman-cheminementQuand un homme accouche. Roman de cheminement. Le personnage principal accouche de son enfant intérieur qui devient son ami et son thérapeute tout au long du roman. Ce livre est le premier d’une trilogie qui a été reprise dans L’amour en 3 Dimensions. 9,95$

Disponible Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009
Par Internet: http://www.editionstnt.com/Livres.html
Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel.

%d blogueurs aiment cette page :