Le Grand débarras et le Café Graffiti

Hochelaga-Maisonneuve en fête

La rue Ste-Catherine sous un nouveau jour

Graffiteurs, auteurs et illustrateurs seront sur place.

Raymond Viger Dossiers Hochelaga-MaisonneuveCommunautaire

grand débarras ste-catherine est fête rue barrée hochelaga-maisonneuveCe week-end, samedi et dimanche, les 24 et 25 août, dès 10:00 heures le matin, c’est la 7e édition de la Fête du Grand débarras sur la rue Ste-Catherine.

La rue sera fermé entre les rues PIE-IX et Bennet. Les marchands vous accueilleront avec des produits écologiques, du quartier et du terroir.  Une fête annuelle qui célèbre la consommation responsable et un mode de vie durable.

Les activités du Grand débarras

Plusieurs artistes seront présents pour faire lever la fête ainsi qu’une grande panoplie d’activités spéciales et originales.

L’événement offre une foule d’activités et une variété des produits exposés qui plairont autant aux messieurs qu’aux dames. Venez découvrir des vêtements et des accessoires éco-designés, faites un tour à notre zone automobile où se trouveront des voitures hybrides, électriques, ou passez voir un spectacle de BMX animé par Vélo Expresso, venez jouer à une partie de soccer 2v2, offert par le centre sportif Atrium64 !

Bières ETC. présentera un atelier qui expliquera la fabrication de la bière. Le tout soutenu par les porte-parole MC Gilles et Camille DG.

Les jeunes du Café Graffiti à l’honneur

Le Café Graffiti présentera une peinture en direct des graffiteurs Cyril Blanchard et Nixon, l’auteur Bruno Robitaille rencontrera le public et signera des autographes pendant que les illustrateurs Mélanie Gauthier et Nicolas B.Monfette feront des illustrations en direct.

Un week-end à ne pas manquer.

Autres textes sur Hochelaga-Maisonneuve

Pour un souvenir des artistes: carte anniversaire, poster, T-Shirt avec impression d’artistes

publicité boutique t-shirts cartes voeux carte anniversaireUne boutique virtuelle toute en couleur pour des produits artistiques originaux.

Une façon originale de soutenir de jeunes artistes dans leur cheminement artistique.

Que ce soit pour une carte anniversaire ou un T-Shirt personnalisé, un CD de musique ou un livre, la boutique des Éditions TNT mérite de faire un détour.

Merci d’encourager les artistes et le Café-Graffiti.

www.editionstnt.com (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009. cafegraffiti@cafegraffiti.net

Autres artistes de la boutique des Éditions TNT:

Récupération, consommation et empreinte écologique

Pour réduire votre empreinte écologique:

Changez vos habitudes de consommation

En moyenne, chaque Canadien produit 2,2 kg de déchets par jour. Mettez-vous au défi de réduire votre empreinte écologique.

Édition Nouvelle: Dossier Environnement

environnement récupération protection environnemental écologieIl est peut-être plus facile que vous ne le croyez d’adopter des habitudes de vie écologiques. Tout d’abord, déterminez votre empreinte écologique. Pour ce faire, utilisez le calculateur d’émissions de carbone en ligne de la Fondation TD des amis de l’environnement (FAE TD).

« Des entreprises mettent en œuvre des politiques leur permettant de réduire à zéro la quantité de déchets qu’elles produisent, souligne Mary Desjardins, directrice générale, FAE TD. Pourquoi est-ce que monsieur et madame Tout-le-Monde ne feraient pas la même chose? En suivant ces quelques conseils suivants, vous réduirez de façon considérable votre empreinte écologique et contribuerez à la protection de notre planète, ce qui suscitera l’envie dans votre entourage. »

Conseils pour protéger l’environnement

La FAE TD, un des organismes sans but lucratif qui œuvrent depuis le plus longtemps pour la protection de l’environnement au Canada, donne les cinq conseils suivants pour réduire son incidence sur l’environnement.

  • Réduisez l’emballage au minimum : Il existe plusieurs façons de réduire au minimum les produits d’emballage que vous utilisez. Apportez des sacs réutilisables lorsque vous allez à l’épicerie, utilisez des contenants réutilisables lorsque vous emportez votre lunch au travail et, le matin, buvez votre café dans votre propre tasse. Vous contribuerez ainsi grandement à changer les choses et à réduire la quantité de déchets dans les sites d’enfouissement.
  • Réfléchissez avant de jeter : Avant de jeter des déchets, demandez-vous s’ils peuvent être recyclés, réutilisés ou mis dans le bac à compost. Au lieu de jeter vos déchets, optez pour l’une de ces options lorsque la situation s’y prête.
  • Réduisez votre consommation d’eau : Le Canada bénéficie d’abondantes réserves d’eau, mais les Canadiens arrivent au premier rang pour ce qui est du gaspillage de cette ressource. Diminuez votre empreinte écologique en fermant le robinet lorsque vous vous brossez les dents, en évitant l’arrosage excessif de votre pelouse et en prenant des douches au lieu de bains.
  • Limitez la quantité de courrier reçue : Chaque année, les Canadiens reçoivent en moyenne 76 kg de courrier non sollicité. Tout ce courrier a une incidence négative sur l’environnement : limitez donc la quantité de courrier reçue en retirant votre nom des listes d’envoi et en annulant vos abonnements aux magazines que vous ne lisez plus. Par ailleurs, n’oubliez pas de recycler le courrier publicitaire.
  • Achetez des aliments produits à l’échelle locale : Rendez-vous au marché local pour vous procurer les aliments biologiques que produisent les agriculteurs de votre région. De cette façon, vous réduirez votre empreinte écologique et soutiendrez les agriculteurs qui assurent la production alimentaire dans votre collectivité.

Une minute suffit pour calculer vos émissions de carbone.

Autres textes Environnement

Abonnement au magazine Reflet de Société

reflet-de-societe-magazine-drogue-prostitution-suicide-alcool-gang-de-rue-gambling Internet-o-thon pour soutenir le magazine communautaire Reflet de Société édité par le Journal de la Rue. C’est le temps de vous abonner pour montrer votre soutien à votre revue sur l’actualité communautaire et sociale. Toute contribution supplémentaire pour soutenir notre cause est la bienvenue.

Pourquoi s’abonner à Reflet de Société?

  • Le citoyen est au cœur de notre mission
  • Un regard différent, critique et empreint de compassion sur les grands enjeux de société
  • Un espace ouvert aux lecteurs pour prendre la parole, partager leurs expérience et faire progresser les débats
  • Un magazine d’information entièrement indépendant, financé par ses milliers d’abonnés aux quatre coins du Québec
  • Tous les profits générés par la vente de Reflet de Société sont remis à l’organisme Journal de la Rue qui offre des services de réinsertion sociale aux jeunes.

Par téléphone: (514) 256-9000, ext.: 1-877-256-9009 Par Internet: http://www.refletdesociete.com/abonnement.html Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4.

Troquer pour mieux vivre et récupérer

Merci de visiter notre Boutique équitable

Commerce équitable et consommation responsable

Le troc, c’est pas du toc!

Forme de commerce la plus ancienne, le troc n’a rien de révolutionnaire. Quoiqu’en cette ère où tout se vend et tout s’achète, il soulève un vent de fraîcheur en remettant le citoyen au cœur de l’échange. Cofondatrices de l’organisme Troc-tes-Trucs, les dynamiques Maude Léonard et Véronique Castonguay font la promotion de la consommation responsable et du développement durable… tout en réalisant de belles économies!

Guillaume Brodeur Dossiers Commerce équitable, cartes anniversaire 

troc-troquer-echange-communautaire Troquer son vieux grille-pain en inox et quelques morceaux de linge qui végètent dans la garde-robe contre un ordinateur, sans même sortir son porte-monnaie. Voilà un échange en apparence surréaliste, illogique et farfelu… Sauf aux rencontres de Troc-tes-Trucs. Depuis juin 2006, ce groupe communautaire convie aux deux mois les habitants de Villeray, quartier populaire de Montréal, à se départir de biens devenus inutiles –mais non inutilisables! –qui feront ensuite le bonheur de concitoyens intéressés à leur offrir une nouvelle demeure.«Troc-tes-trucs est né du constat que les familles d’aujourd’hui ont de moins en moins d’enfants, explique Véronique Castonguay. Les vêtements et les jouets ne sont donc plus utilisés jusqu’à être usés à la corde.» Ainsi, plutôt que d’hériter de la paire de patins déjà portée par 8 cousins, les parents d’un hockeyeur en pleine croissance doivent aujourd’hui en racheter une paire chaque année. «Troc-tes-trucs a voulu offrir un réseau, un espace où les gens peuvent combler leurs besoins sans se ruiner.»Car contrairement au dépôt dans les fameuses «boîtes rouges» de la Société Saint-Vincent-de-Paul, celui qui donne ses biens à Troc-tes-Trucs ne repart jamais les mains vides : un système de jetons virtuels permet au donneur de se procurer des objets apportés par ses pairs. Ici, donner c’est recevoir.

Plus qu’un bazar

troc-entraide-troquer-communautaire-echange Inspirées par les travaux de l’École d’été de l’Institut du Nouveau Monde, les deux jeunes femmes revendiquent une certaine globalité à leur action. «On touche évidemment le domaine économique par le troc, explique Maude Léonard, mais aussi l’aspect social en réunissant de purs inconnus pour qu’ils s’échangent des trucs, mais surtout pour qu’ils se connaissent et s’entraident par la suite.» À l’entrée, histoire de briser la glace, des amuse-gueules et des breuvages sont offerts gracieusement aux participants.On ne saurait ignorer les bienfaits environnementaux du troc, discrets mais omniprésents selon Maude. «En augmentant la durée de vie d’objets qui se seraient retrouvés au dépotoir, on respecte la règle des 3 R-V: Réduire, Réutiliser, Recycler et Valoriser. On peut se targuer de faire du vrai développement durable!» dit-elle fièrement.

Foule bigarrée

Le 25 novembre dernier, avec sa foule de participants, le Centre de Loisirs Communautaires Lajeunesse ressemblait à une vraie fourmilière. De jeunes mères avec leur poussette, deux dames d’origine asiatique, un grand monsieur à la crinière argentée, des étudiants aux habits bohèmes… Une mixité exemplaire! «Ça rassemble des gens de différents milieux qui ne se rencontreraient pas autrement, constate Maude. Tout le monde ressent le désir et le besoin d’échanger l’inutile contre des objets convoités.»Ils étaient plus d’une centaine à arpenter les étals classés par genre et valeur: vêtements, articles de sport, bibelots, etc. Troc-tes-Trucs attire une foule hétéroclite avec des objets tout aussi discordants! Aussitôt arrivé, un bataillon de bénévoles se met en charge de classifier les objets apportés selon leur échelle de valeur, établie selon le principe du «gros bon sens.»

Pas juste pour les pauvres

Quelques heures plus tard, des centaines de trucs avaient changé de mains dans une ambiance bon enfant. À la différence des marchés aux puces et autres ventes de garage, pas de négociation. Le «prix» est fixe, et minime. «Le troc permet aux familles d’alléger leur fardeau financier et de mettre l’argent sur des choses peut-être plus essentielles», avance Véronique.On pourrait croire qu’il s’agit d’une activité de «pauvres», ce que dément sa complice Maude. «Oui, plusieurs viennent par nécessité. Mais d’autres participent dans l’idée de réduire leur consommation et leurs déchets. On parle beaucoup de consommation responsable, mais il n’y pas 36 000 façons de la mettre en pratique. Troc-tes-Trucs ne fonctionnerait pas si c’était juste une activité de pauvres! Les gens ont compris qu’on ne doit pas apporter des vieilleries, mais des biens qui seront utiles aux autres, pour leur donner une deuxième vie.»

Trésors cachés

Pas de tableau de Van Gogh ou de Riopelle, lors du dernier Troc-tes-Trucs, mais, quand même, des découvertes intéressantes. Comme cette version du jeu vidéo Zelda dénichée par Mikaël, 20 ans, «aujourd’hui introuvable. Ç’a fait ma journée.»Quant à Juan, un nouveau bénévole né au Salvador, il voit son implication comme «un petit coup de pouce pour changer le monde. J’apprécie bien sûr cette alternative pour économiser des sous, mais j’aime surtout voir des gens de toutes les cultures échanger entre eux.» Sa présence avait tout de même un motif personnel : «J’aime ramasser des choses… Il y a beaucoup de trésors cachés.» Sa meilleure prise de la journée? Un hachoir à viande.

Petits gestes, grands effets

Un coup d’épée dans l’eau du pessimisme ambiant, les rencontres de Troc-tes-Trucs? Au contraire, soutient Véronique, même si l’on baigne dans une société qui encourage l’hyperconsommation –les ménages québécois n’ont jamais été aussi endettés qu’en 2007–. «L’accumulation de petites actions a de l’impact à long terme sur le mode de vie des gens. Regardons le cas du recyclage : ça a commencé par des gestes isolés avant de quasiment devenir une obligation sociale si l’on ne veut pas se faire regarder de travers!»Signe de la popularité de Troc-tes-Trucs, Maude Léonard souligne que le nombre de participants a quadruplé depuis un an et demi, pour s’établir à 300 membres. L’activité ponctuelle est par ailleurs en voie de se constituer en organisme structuré, question d’épauler les groupes qui voudraient implanter des rencontres à l’extérieur du quartier Villeray. Dernière initiative en date, la ville de Québec aura sous peu son propre Troc-tes-Trucs.Je troque, tu troques, il troque…

Dehors l’argent, vive les jetons

Difficile d’enlever toute valeur quantifiable à un bien. C’est ce qu’on découvert Maude et Véronique au moment d’élaborer le projet. «Au départ, on avait pensé ne pas mettre de valeur du tout : un objet pour un objet, expliquent-elles. Mais les gens n’auraient pas voulu embarquer. On a déjà reçu des cafetières à espressos, des ordinateurs…» En général, les objets de grande valeur octroient plus de jetons virtuels que des petits cossins. «Mais avec 9 pièces de vêtements, on peut quand même se payer un ordinateur. Au magasin, c’est 1000 piastres!»Malgré l’imposition d’une échelle de valeur, le principe égalitaire s’impose à l’intérieur des catégories de biens. «Chez nous, un jeans Diesel et un jeans de L’Aubainerie ont la même valeur, poursuit Maude. On ne veut pénaliser personne. Le système des jetons est un peu arbitraire, mais il fallait simplifier les transactions. On pourrait croire que ce n’est pas juste, mais une chose dont tu n’as plus besoin n’a plus de valeur pour toi.»1 jeton : vêtement, petit accessoire et petit jouet.
3 jetons : accessoire et jouet moyen (ex : jeu de société), livre, manteau, ensemble de neige, petit article de sport (bâtons de hockey), etc.
5 jetons : équipement sportif (patins à roues alignées, skis), petits meubles, accessoires pour bébés, etc.
7 jetons et plus : meubles, appareils ménagers, appareils électroniques, etc.

Autres textes sur le Commerce équitable

Environnement: feuilles de thé équitables

Les roses de la St-Valentin empoisonnées

Misericordia, mode équitable et bioéthique

Éthiquette.ca, certification et produits équitables

Produit équitable: 5 principes

Misericordia mode de luxe, produits équitables et bioéthique

Quand l’exotisme nous tue

Ce billet, ainsi que toutes les archives du magazine Reflet de Société sont publiés pour vous être offert gracieusement. Pour nous permettre de continuer la publication des textes ainsi que notre intervention auprès des jeunes, dans la mesure où vous en êtes capable, nous vous suggérons de faire un don de 25 sous par article que vous lisez et que vous avez apprécié.Merci de votre soutien.

PUBLICITÉ.

apres-la-pluie-le-beau-temps-recueil-de-textes-a-mediter-croissance-personnelle Après la pluie… Le beau temps. Recueil de textes à méditer. Chaque texte révèle un message, une émotion. Un même texte peut prendre un couleur différente selon notre état d’âme.Le livre est disponible au coût de 9,95$.Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009
Par Internet: http://www.editionstnt.com/livres.html
Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4.

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel.

%d blogueurs aiment cette page :