Souper Spectacle avec B.U. au Ste-Cath

Bistro le Ste Cath, restaurant socialement engagé dans Hochelaga-Maisonneuve

Vendredi le 13 mars 20h le Ste-Cath présente

Souper spectacle avec B.U

Raymond Viger  Dossiers Le Ste-CathRestaurant

Durant les 20 dernières années, B.U. a performé et collaboré avec différents artistes internationaux. Il défini sa musique comme étant le son de la liberté. Reggae et musique du monde font parti de son répertoire. C’est la diversité culturelle de Montréal qui l’a fait évoluer. C’est en français, en anglais et en Créole qu’il fait vibrer la scène.

B.U reggae soul RnB music bistro le ste-cathEn plus d’obtenir plusieurs contrats avec des entreprises telles que Coca Cola et Adidas, l’auteur compositeur B.U. a aussi performé sur les scènes de grands festivals à travers le monde (Festival International de Jazz de Montréal, le Festival XXL Performances (France) et le Festival national des arts populaires de Marrakech, Maroc…)

L’auteur-compositeur a tourné le Québec à plusieurs reprises et a aussi prit part à la tournée State of The Union Tour, à travers le Canada, avec le band du U.K The Herbaliser.

spectacle reggae soul rnb show créole show musique est montréalSon parcours compte aussi plusieurs apparitions sur Radio-Canada, TVA, Art Tv, Musique Plus, Much Music, Much Vibe, Global et LCN. Trois vidéoclips de B.U ont été en rotation sur Much Music et Musique Plus, au Canada, soit les clips Make it Happen, Persévérant et Bagay Biza

B.U a aussi sa part de contribution en termes de musique de film, de séries et de publicité (tv & radio) avec, entre autres, les séries C.A, Smash, 3x Rien, Les Béliers et avec les films Hank and Mike, Y en aura pas d’facile et Hot Dog.

B.U. 13 mars 10 avril 16 mai 13 juin à 20h.

N’oubliez pas de réserver votre table, (514) 223-8116.

Bistro le Ste-Cath
4264 Ste-Catherine est, Montréal (une rue à l’est de PIE-IX)
(514) 223-8116
http://www.le-ste-cath.com
bistro@le-ste-cath.com

Pour ne pas manquer les nouveautés, inscrivez-vous à notre info-lettre sur le site http://www.le-ste-cath.com ou encore programmation 2015

Merci d’inviter Le Ste-Cath parmi vos amis Facebook: Bistro le Ste-Cath.

Bistro le Ste-Cath

restaurant-ou-manger ste-cath bistro quoi faireUn restaurant, une chaleureuse terrasse. Pour une rencontre entre amis ou en famille, les chefs du Bistro le Ste-Cath sauront vous offrir une cuisine réinventée et originale à un prix abordable.

Situé en plein coeur d’Hochelaga-Maisonneuve, au sud du Stade Olympique, à l’est de PIE-IX. 4264 Ste-Catherine est.

Bistro le Ste-Cath est opéré par l’organisme communautaire le Journal de la Rue. Tous les profits servent à financer notre intervention auprès des jeunes.

Pour informations et réservations: (514) 223-8116 ou bistro@le-ste-cath.com.

Souper – Spectacle avec Senaya, Soul, Blues, Folk, Rnb, Jazz

Bistro le Ste Cath, restaurant socialement engagé dans Hochelaga-Maisonneuve

Jeudi le 12 février 20h Le Ste-Cath présente

Souper spectacle Senaya

Raymond Viger  Dossiers Bistro le Ste-CathRestaurant

Spectacle Soul créole, Blues, Jazz, Folk, Pop, RnB.

10256829_10152014644376184_6260146730914208936_n

Chanteuse, compositrice, auteure, poète, guitariste, une artiste autodidacte aux mille bouquets. Senaya a déjà parcouru la moitié de la terre non pas comme visiteuse mais pour y résider. Une humaniste engagée, sa cause : c’est une justice humaine pour toutes et tous.

Une artiste sans frontières, sans barrières : Senaya transculturelle et polyglotte nous offre une musique à son image : métissée à souhait ! Du Blues, au rythmes de l’Afrique et des Caraibes, du Jazz au Soul en passant par le Funk, Folk, la Pop et le R’n’B . Dotée d’un charisme et d’un talent indéniable, une bête de scène, une voix chaude, mélodieuse, reconnaissable tels sont les mots utilisés par les critiques et ses fans pour décrire cette artiste authentique.

soul rnb jazz folk créole souper spectacleC’est dans son appartement d’étudiante, à Nancy, en lançant, les yeux fermés, une pièce de monnaie sur la carte du monde, que Senaya décide de son prochain chez soi, où la pièce roulerait, elle partirait, le choix : l’Australie ou le Canada.

En 1996, Senaya, à peine arrivée à Montréal, ville coup de foudre, co-fonde le groupe Sunroots, dans lequel elle chante dans toutes les langues, compose et partage la scène avec des musiciens-artistes camerounais, cubains, canadiens de toutes cultures. C’est sur les scènes canadiennes que l’artiste autodidacte apprend son métier.

Désignée Lauréate de l’année en 2003 au Concours du Festival International de la Chanson de Granby.

En 2004, Prix Coup de Coeur au Festival Vues Sur la Relève.

En 2005, son 1er album ‘’Garde la Tête Haute’’ lui mérite une nomination aux Juno’s Awards Canada , dans la catégorie meilleur album francophone. Toujours en 2005, elle est nominée pour le Prix de la Révélation Archambault au Québec.

En créole et en français, ses textes sont riches et teintés de positivisme, puisant dans ses expériences personnelles et sa force de caractère, la chanteuse citoyenne du monde veut insuffler de l’espoir et la joie de vivre. L’artiste pluridisciplinaire cisèle sa présence sur les scènes des différents festivals du Canada et du monde (Mexique, Senegal…).

Jeudi le 12 février 20h. Pour réserver votre table: (514) 223-8116.

Bistro le Ste-Cath

4264 Ste-Catherine est, Montréal (une rue à l’est de PIE-IX)
(514) 223-8116
http://www.le-ste-cath.com
bistro@le-ste-cath.com

Pour ne pas manquer les nouveautés, inscrivez-vous à notre info-lettre sur le site http://www.le-ste-cath.com ou encore programmation 2015

Merci d’inviter Le Ste-Cath parmi vos amis Facebook: Bistro le Ste-Cath.

Bistro le Ste-Cath

ste-cath-restaurant-bistro-resto-ou mangerUn restaurant, une chaleureuse terrasse. Pour une rencontre entre amis ou en famille, les chefs du Bistro le Ste-Cath sauront vous offrir une cuisine réinventée et originale à un prix abordable.

Situé en plein coeur d’Hochelaga-Maisonneuve, au sud du Stade Olympique, à l’est de PIE-IX. 4264 Ste-Catherine est.

Bistro le Ste-Cath est opéré par l’organisme communautaire le Journal de la Rue. Tous les profits servent à financer notre intervention auprès des jeunes.

Pour informations et réservations: (514) 223-8116 ou bistro@le-ste-cath.com.

St-Valentin avec le chanteur B.U. sur la scène du Ste-Cath

Pour la St-Valentin, les 6 jours de Cupidon

Bistro le Ste Cath, restaurant socialement engagé dans Hochelaga-Maisonneuve

Samedi 14 février 20h le Ste-Cath présente

Souper spectacle pour la St-Valentin avec B.U

Raymond Viger  Dossiers Le Ste-CathRestaurant

Une soirée toute particulière vous attends au Ste-Cath pour la St-Valentin. Le chanteur B.U. performera pour vous faire passer une excellente soirée entre amoureux.

  • Amoureux de votre conjointe
  • Amoureux de la scène
  • Amoureux de la culture
  • Amoureux d’une bonne bouffe…

Que vous soyez seul, en couple ou entre amis, la St-Valentin se fête cette année avec B.U. au Ste-Cath.

L’artiste

Durant les 20 dernières années, B.U. a performé et collaboré avec différents artistes internationaux. Il défini sa musique comme étant le son de la liberté. Reggae et musique du monde font parti de son répertoire. C’est la diversité culturelle de Montréal qui l’a fait évoluer. C’est en français, en anglais et en Créole qu’il fait vibrer la scène.

B.U reggae soul RnB music bistro le ste-cathEn plus d’obtenir plusieurs contrats avec des entreprises telles que Coca Cola et Adidas, l’auteur compositeur B.U. a aussi performé sur les scènes de grands festivals à travers le monde (Festival International de Jazz de Montréal, le Festival XXL Performances (France) et le Festival national des arts populaires de Marrakech, Maroc…)

L’auteur-compositeur a tourné le Québec à plusieurs reprises et a aussi prit part à la tournée State of The Union Tour, à travers le Canada, avec le band du U.K The Herbaliser.

spectacle reggae soul rnb show créole show musique est montréalSon parcours compte aussi plusieurs apparitions sur Radio-Canada, TVA, Art Tv, Musique Plus, Much Music, Much Vibe, Global et LCN. Trois vidéoclips de B.U ont été en rotation sur Much Music et Musique Plus, au Canada, soit les clips Make it Happen, Persévérant et Bagay Biza

B.U a aussi sa part de contribution en termes de musique de film, de séries et de publicité (tv & radio) avec, entre autres, les séries C.A, Smash, 3x Rien, Les Béliers et avec les films Hank and Mike, Y en aura pas d’facile et Hot Dog.

B.U. 17 janv. 14 fév. 13 mars 10 avril 16 mai 13 juin à 20h.

N’oubliez pas de réserver votre table, (514) 223-8116.

Bistro le Ste-Cath
4264 Ste-Catherine est, Montréal (une rue à l’est de PIE-IX)
(514) 223-8116
http://www.le-ste-cath.com
bistro@le-ste-cath.com

Pour ne pas manquer les nouveautés, inscrivez-vous à notre info-lettre sur le site http://www.le-ste-cath.com ou encore programmation 2015

Merci d’inviter Le Ste-Cath parmi vos amis Facebook: Bistro le Ste-Cath.

Bistro le Ste-Cath

drapeau-l-ste-cathUn restaurant, une chaleureuse terrasse. Pour une rencontre entre amis ou en famille, les chefs du Bistro le Ste-Cath sauront vous offrir une cuisine réinventée et originale à un prix abordable.

Situé en plein coeur d’Hochelaga-Maisonneuve, au sud du Stade Olympique, à l’est de PIE-IX. 4264 Ste-Catherine est.

Bistro le Ste-Cath est opéré par l’organisme communautaire le Journal de la Rue. Tous les profits servent à financer notre intervention auprès des jeunes.

Pour informations et réservations: (514) 223-8116 ou bistro@le-ste-cath.com.

 

Québécoise pure laine

Immigration

Entre Québec et Haïti: quelle identité?

Comme bien des immigrants de deuxième génération – c’est ainsi qu’on nomme officiellement les Québécois nés de parents immigrants – je me suis longtemps questionnée sur mon identité.

Murielle Chatelier     DOSSIERS Immigration , Culture

Élevée à cheval entre deux cultures, celle de mes parents, originaires d’Haïti, et celle de leur terre d’accueil, j’arrivais difficilement à me définir. Québécoise ou Haïtienne? À 29 ans, cette quête incessante, grandissante et profondément troublante m’a amenée à faire un long séjour dans mon pays d’origine. Six mois à la recherche de mon second moi.

Le besoin de partir pour se redécouvrir

murielle chatelier immigration haiti immigrantLes prétextes pour expliquer mon départ soudain vers la terre natale de mes parents furent nombreux. Opportunité d’emploi intéressante, besoin de changer d’environnement, envie de découvrir mes racines… La vérité, c’est que je ne savais plus où j’en étais. Dès mon adolescence, j’ai été marquée par de pénibles remises en question, au point de passer de longues heures à marcher dans les rues, avec mon lourd fardeau de questions sur le dos. Le melting pot des valeurs transmises par mes parents et celles propres à la culture québécoise m’a toujours perturbée et embrouillé l’esprit. Mais c’est lorsque j’ai intégré le marché du travail que cette quête a atteint un point culminant et est devenue intenable.

«Toi, t’es née où?» «Est-ce que tu comptes retourner dans ton pays un jour?» «Depuis combien de temps es-tu arrivée au Canada?» «Comptes-tu t’établir en banlieue comme une bonne partie des immigrants?» Voilà autant de questions auxquelles j’ai eu droit de la part de mes collègues, alors que je suis bel et bien née au Québec, à Montréal. Avant l’année 2007, je n’avais même jamais mis les pieds dans le pays de mes parents. À la longue, ces questions ont fait naître en moi un sentiment de frustration, surtout parce que j’avais toujours évolué dans la même société que mes confrères. Alors, à un moment, je me suis mise à penser que chez moi, c’était peut-être ailleurs.

Se sentir l’étrangère

Au début, quand je suis arrivée à Port-au-Prince, j’étais euphorique. Je sentais qu’on ne pouvait que m’accepter, parce qu’après tout, j’étais une des leurs. Pourtant, j’ai rapidement compris que, pour les Haïtiens, j’étais l’étrangère. Oui, même sans avoir à ouvrir la bouche, on devinait que je n’étais pas du pays. Quand je marchais dans les rues, on me dévisageait l’air de dire: «Oh! Regarde l’étrangère.» Une fois, alors que j’étais assise par terre dans un marché, au milieu des marchandises, un passant m’a montrée du doigt en disant: «C’est une diaspora (c’est ainsi qu’on appelle là-bas les Haïtiens nés à l’étranger).»

Pour survivre, je m’étais déniché un emploi de journaliste dans le plus grand quotidien de la place, Le Nouvelliste. Dans une ambiance de travail des plus décontractées, je me suis fait de nombreux amis. Même si je ne comprenais pas souvent les expressions qu’ils employaient – je maîtrise le créole, mais comme dans chaque culture, les expressions sont très «locales» – les échanges allaient bon train entre nous. Mais là encore, nos mentalités et nos préoccupations respectives étaient si diamétralement opposées que je me sentais seule dans mon coin, malgré les rires francs qui animaient nos conversations.murielle chatelier immigration haiti immigrant

Québécoise ou Haïtienne?

L’un de nos points de divergence était justement ma nationalité. Après quelques semaines passées dans la capitale, il ne faisait plus aucun doute dans ma tête que je ne pouvais pas me déclarer Haïtienne. Au contraire, j’avais plus envie de me dissocier de ce peuple que d’en faire partie. Le désordre généralisé dans lequel se trouve le pays, le manque de civisme des citoyens dans les rues, cette façon que les commerçants avaient de m’escroquer impudiquement parce qu’on supposait que j’avais plus d’argent que la moyenne, tout ça m’horripilait.

Pour mes collègues, animés d’un sentiment d’appartenance qui frise le fanatisme, c’était une trahison de dire que je me sentais plutôt Québécoise. Ils ne pouvaient pas comprendre que je ne sois pas habitée du même sentiment de fierté qu’eux, qui font partie de la première république noire à avoir acquis son indépendance. C’était en 1804. Moi, je vis en 2009. Et ça, c’était encore un point qui nous éloignait: ils vivent continuellement dans l’orgueil des gloires du passé, alors que les défis du présent m’importent plus.

Pourquoi immigrer: comprendre mes parents

D’ailleurs, c’est justement ce passé qui est à la base de la mentalité de mes parents, et c’est ce que j’ai compris lors de ce voyage. Dans mon jeune âge, ils ne faisaient qu’appliquer ce que leurs propres parents leur avaient appris. Mais ils avaient peut-être oublié que les choses avaient évolué depuis, et que mon environnement n’avait rien à voir avec le leur. C’est malheureusement le cas de beaucoup de parents immigrants.

L’un des dadas de mes parents était de m’empêcher de sortir, par exemple pour aller au parc avec ma sœur ou au cinéma avec mes amis. Selon leur façon de voir les choses, «l’extérieur» est une sorte de jungle où on peut facilement être amené à sortir du droit chemin, où les influences néfastes pullulent. Ce raisonnement qui m’emprisonnait a donné lieu à des scènes familiales orageuses. Pour moi, l’extérieur est plutôt un lieu de découvertes. Mais en Haïti, j’ai bien vu que la mentalité de mes parents prévaut encore, parce que les sorties des enfants sont très limitées, et pour les mêmes raisons que naguère…

Mais j’ai aussi fait une merveilleuse découverte à propos de mes parents. Avant d’avoir visité la campagne où ils ont grandi, je ne me suis jamais intéressée à leur émigration vers le Canada. Aujourd’hui, je réalise plus que jamais le courage qu’ils ont eu de partir de si loin uniquement pour offrir un meilleur avenir à leurs enfants. Une campagne où les commodités modernes n’existent pas, la pauvreté sévit et les espoirs se sont depuis belle lurette envolés. Mes parents se sont tenus debout, et ont franchi toutes les frontières pour atterrir à Montréal. Mon père est arrivé avec à peine 100 $ en poche, en 1972. Avec acharnement, il a travaillé pour rapatrier ma mère, en 1974. Tout ça, pour éviter à leurs enfants une vie de misère.

murielle chatelier immigration haiti immigrant

Trouver son identité et comprendre ses origines

À 30 ans, je ne me demande plus qui je suis, mais bien ce que je veux être. Bien sûr, ça me fatigue et m’irrite qu’on me demande encore d’où je viens. Certes, ma relation avec mes parents n’est pas idyllique. Mais j’ai saisi le pourquoi de leur périple, et par le fait même, les raisons qui font de moi un mélange de deux cultures. Vous savez, j’aurais pu grandir en Haïti, être coincée dans ce pays. J’aurais pu ne pas pouvoir rêver comme je le fais, être condamnée à l’indigence. J’étais à deux doigts de cette vie-là.

En me faisant naître au Québec, mes parents m’ont donné toute une liberté. Après avoir passé six mois dans leur pays, je sais que le temps n’est plus au questionnement. En fait, l’unique désir que mes parents aient tenté de m’exprimer, souvent maladroitement, c’est celui de me voir profiter de ma vie au maximum et d’exploiter tous mes atouts. Ils m’ont transplantée ici pour ça, pour m’offrir cette opportunité. Alors, maman et papa, je vous le jure que j’ai compris maintenant. Et ce que je veux être, c’est ce que vous avez fait de moi: une citoyenne du monde.

Autres textes sur Immigration

Intégration d’un Arménien au Québec

Fraudes et abus: immigration Québec

Immigration difficultes à retardement

Les aînés pure laine à la rencontre des néo-aînés

Jean Charest, les détournements de fonds, l’immigration et la publicité

Ce billet, ainsi que toutes les archives du magazine Reflet de Société sont publiés pour vous être offert gracieusement. Pour nous permettre de continuer la publication des textes ainsi que notre intervention auprès des jeunes, dans la mesure où vous en êtes capable, nous vous suggérons de faire un don de 25 sous par article que vous lisez et que vous avez apprécié.

Merci de votre soutien.

PUBLICITÉ

apres-la-pluie-le-beau-temps-recueil-de-textes-a-mediter-croissance-personnelle Après la pluie… Le beau temps. Recueil de textes à méditer. Chaque texte révèle un message, une émotion. Un même texte peut prendre un couleur différente selon notre état d’âme.

Le livre est disponible au coût de 9,95$.

Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009
Par Internet: http://www.editionstnt.com/livres.html
Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4.

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel

 

Enfants soldats et leurs victimes à la même école

Enfants-soldats Sierra Leone

Bourreaux et victimes à l’école

Kabala, Sierra Leone – Sunkarie a 16 ans. À la fin de la guerre, elle avait 12 ans. Lorsque les rebelles ont attaqué son village, ils l’ont pris avec sa mère. «Ma mère était enceinte. Ils lui ont ouvert le ventre brutalement pour connaître le sexe de l’enfant. J’ai vu ma mère mourir.» Elle a sept ou huit ans à l’époque. Elle vit encore sous le choc aujourd’hui. «Je vais toujours me souvenir de la mort de ma mère. La plupart du temps, quand je me rappelle comment je l’ai perdue, je pleure. Quand j’ai besoin d’aide, que je vis des moments tristes, je me sens seule. Je n’ai pas de famille», raconte-t-elle avant de rajouter que son frère a été tué pendant la guerre, que son père est mort et que sa belle-mère a perdu son bras à la suite à des bombardements.

Dominic Desmarais, Enfants-soldats, International

Sunkarie est devenue une enfant-esclave. Elle accomplissait les tâches que les rebelles lui assignaient, explique-t-elle laconiquement, avare d’explications. Difficile de savoir sienfants-soldats-enfants-de-la-rue-enfant-guerre elle a oublié cet épisode de sa vie ou si elle évite le sujet. Un regard sur son oreille gauche suffit pour comprendre qu’elle a vécu l’enfer. L’ouverture est bouchée par son lobe, recousu au centre de l’oreille. Elle a été poignardée. Sur les jambes, également, comme en témoignent ses vilaines cicatrices. Ses réponses sont brèves.

Trois ans passent avant qu’elle ne s’évade des rebelles. Malchanceuse, elle tombe entre les mains des soldats du gouvernement. Le cauchemar de Sunkarie se prolongera une autre année. «Les rebelles et les soldats du gouvernement, c’est du pareil au même», dit-elle à la dérobée. L’adolescente s’adresse à l’un de ses professeurs en créole, qui joue à l’interprète et au journaliste. Peu troublé par l’histoire de son élève, mille fois entendue, il la pousse à s’ouvrir. Sunkarie s’est portée volontaire, parmi la trentaine de jeunes filles de sa classe, pour témoigner de son vécu. Ses rares sourires sont provoqués par la gêne. Elle détourne rarement le regard de son interprète. Parfois, elle répond en anglais. Mais toujours cet air honteux.

L’école de la réintégration

Depuis octobre, la jeune fille est prise en charge par un centre de réintégration pour jeunes victimes de la guerre. Opéré par la Croix-Rouge, qui a quatre autres projets similaires à travers le pays, le centre de Kabala aide 150 jeunes de 10 à 18 ans. Comme Sunkarie, ils ont un passé douloureux. Mères-enfants que personne ne supporte, jeunes dont les parents ont tout perdu pendant la guerre et n’ont pas les moyens de les envoyer à l’école, victimes de la guerre (traumatismes), abusés sexuellement, enfants-soldats, enfants abandonnés pendant la guerre…

Le centre mélange enfants-soldats et autres victimes, filles et garçons. La Croix-Rouge évite toute stigmatisation. «À travers ces centres, on veut leur redonner une structure, un mode de vie normal. Beaucoup de ces enfants n’ont pas connu d’encadrement, une autorité plus ou moins présente», explique Philippe Stoll, agent de communication de l’organisme international. Philippe a délaissé le journalisme pour l’aide humanitaire. Il vit l’aventure d’une autre manière.

Les enfants sont divisés en fonction de leur âge. Les plus jeunes, les 10-13 ans, s’adaptent à leur nouvelle vie d’étudiant. Une première pour la grande majorité. «On leur donne une structure scolaire, dans le but qu’ils puissent, après un an, réintégrer le système régulier», raconte Philippe, convivial. Ils ont tout à apprendre, la guerre les ayant fait fuir des bancs d’école.

Les plus âgés, les 14-18 ans, reçoivent une éducation de base et apprennent un métier. Couture, cuisine, charpenterie, construction, agriculture, coiffure. Leur pratique profite au centre. La récolte du groupe en agriculture est utilisée par le groupe en cuisine pour faire le repas du midi. Les tables et les chaises sont fabriquées et réparées par les charpentiers. De nouveaux bâtiments servant de classes ont été construits par le groupe en construction. Sunkarie, elle, a choisi la couture. En sortant du centre, elle souhaite ouvrir un petit commerce. De quoi lui permettre, pense-t-elle, de gagner sa vie dans son village.

«L’idée, c’est que les gens qui ont appris un métier travaillent dans leur communauté. Qu’ils apprennent ensuite leur métier à des apprentis. De renégats, ils deviennent utiles et aident leur communauté», dit Philippe Stoll.

Le défi du recrutement

En ces temps difficiles, on se bouscule aux portes du centre de la Croix-Rouge. L’école est un mirage pour des milliers de jeunes de la province. Les enfants affectés par la guerre sont la norme. «Récemment, 715 personnes ont demandé une place. Plus de 80% étaient vulnérables. Mais le programme peut seulement supporter 150 enfants à la fois», raconte Amadu, le responsable du centre de réintégration de Kabala. Pour lui, est vulnérable tout enfant dont le passé correspond aux critères de sélection du centre. Ces filles déjà mères, ces anciens enfants-soldats, ces jeunes estropiés de la guerre, ces esclaves, ces filles-épouses de militaires…

Amadu et son équipe rencontrent un à un les enfants qui s’inscrivent. Ils passent des journées entières à écouter des histoires d’horreur. Comment choisir 150 enfants sur 715? «C’est tout un défi. Une décision difficile pour nous tous», affirme Amadu, à la fois sincère et lucide. «Pendant l’entrevue, on laisse le jeune parler de lui. Ce qu’il a vécu pendant la guerre. Certaines histoires sont si pathétiques qu’on a pas le choix de les prendre.» Comme l’histoire de Sunkarie, par exemple.

La fin des enfants soldats

Diplômé en agriculture, jadis enseignant au secondaire, Amadu ramène son stress à la maison. Son travail de responsable l’occupe à la semaine longue. Il a en mémoire les histoires de ses bénéficiaires, comme il appelle les jeunes du centre. Aujourd’hui, il a un poids de plus. La deuxième année du centre n’est pas encore achevée qu’il se demande comment éviter la fin du programme.

La quarantaine, l’homme cache mal sa lassitude. Sa fatigue l’emporte sur son enthousiasme. Les regards horrifiés par cette violence qui a volé la vie à des dizaines de milliers d’enfants se sont déplacés au gré des autres tragédies. La guerre est terminée depuis 2002. Quatre longues années suffisantes aux yeux des donateurs pour rétablir un pays et réhabiliter cinq millions de personnes. «On ne peut plus parler d’enfants-soldats aujourd’hui. La guerre est terminée depuis quatre ans, résume le superviseur, cynique. On veut cibler les jeunes. Ils n’ont rien à faire. Les enfants de la rue, la prochaine guerre, c’est eux qui la feront.»

Amadu craint l’abandon du programme par la Croix-Rouge d’ici un ou deux ans. «Je vais probablement regarder ailleurs pour trouver des fonds. Nous sommes chanceux d’avoir les bâtiments scolaires.» L’avenir du centre le hante. Les investisseurs ne courent pas les rues, dans son coin de pays.

Discrimination pour les femmes

Sur les 150 bénéficiaires de 2006, 112 sont des filles. «Traditionnellement, la femme ici est dépouillée de ses droits. Elle ne va pas à l’école. Ou sinon elle abandonne à mi-parcours. Elle tombe enceinte. Pas de mari. Pas de travail. Elle est seule. À la fin de la guerre, le programme de réintégration ne concernait que les hommes soldats. Ils ont oublié qu’il y avait des femmes soldats. Plusieurs garçons ont reçu tous les fonds. Alors, il y a plus de femmes vulnérables. Elles n’ont jamais participé au programme de réintégration. Maintenant c’est leur tour», explique Amadu.

Autres textes sur les enfants-soldats:

AK-47 et enfants-soldats

Enfants soldats et leurs victimes à la même école

Enfants-soldats: traumatismes de guerre

Une soirée avec les enfants-soldats à Freetown

Enfants-soldats: de la guerre à la rue

Enfants soldats: les anges de la guerre

Enfant soldat et Cause: de la guerre à la rue

Produit grâce à la contribution de l’Agence canadienne de développement international (ACDI)

Ce billet, ainsi que toutes les archives du magazine Reflet de Société sont publiés pour vous être offert gracieusement. Pour nous permettre de continuer la publication des textes ainsi que notre intervention auprès des jeunes, dans la mesure où vous en êtes capable, nous vous suggérons de faire un don de 25 sous par article que vous lisez et que vous avez apprécié.

Merci de votre soutien.

PUBLICITÉ.

poesie-urbaine-jean-simon-brisebois-art-de-la-rue Poésie urbaine. Renaissance. Depuis 1997, Jean-Simon Brisebois s’est découvert une passion pour écriture. Il s’implique activement dans divers projets communautaires dans Hochelega-Maisonneuve.
Renaissance est un recueil de pensées et de poèmes parlant autant de son amour de la vie que d’espoir. 4,95$

Disponible par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009
Par Internet: http://www.editionstnt.com/livres.html
Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4.

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel.

Enfants-soldats: de la guerre à la rue

Enfants-soldats

De la guerre à la rue

Alex a été enlevé par les rebelles à l’âge de 10 ans. Bons princes, les soldats lui ont donné le choix: mourir sur le champ, comme son père, ou suivre. Ce simple paysan participe à son premier combat deux ans plus tard. La vie paisible qu’il menait est un lointain souvenir. Pendant trois années, il s’amuse à semer la mort. Récit de la vie d’Alex, un des 300 000 enfants-soldats de la planète.

Dominic Desmarais, Dossier Enfants-soldats, International

enfants-soldats-enfant-guerre-sierra-leone Freetown, Sierra Leone – Difficile de deviner l’âge d’Alex. Il prétend avoir 19 ans. Il ne connaît pas sa date d’anniversaire. La notion du temps, pour lui, est un concept flou. Alex semble avoir deux personnalités. Un gamin de 12 ans, dont les plaisirs simples ravissent, et un homme plus vieux que son âge, qui en a trop vu. Physiquement, on dirait que le temps s’est arrêté à son enfance. Petit et costaud comme un jeune fermier qui a passé son enfance à travailler avec ses muscles, avec un visage de bambin. Le sourire naïf ou la mine concentrée, dans un monde à part.

La vie s’annonçait simple, pour le jeune Alex. Avec l’insouciance propre aux jeunes de son âge, il aidait son père à la maison, s’amusait avec ses amis au foot, mangeait, dormait. Une vie bien tranquille, remplie des joies et peines propres aux gens de son environnement. Alex allait faire l’apprentissage de la vie à un âge bien précoce. Alex n’a rien d’un vendeur. Quand il raconte son passé, il répond en peu de mots. Pas d’envolées tel un bon orateur. Ses émotions sont terre-à-terre, très simples. Il a peu à dire sur le début de sa mésaventure.

«Quand ils m’ont pris, ils ont mis des munitions sur ma tête. Ils m’ont dit «viens avec nous». Tu dois les suivre», dit-il à mon attention. Son regard sérieux justifie toute explication. À 10 ans, on suit. C’est d’une évidence à ses yeux qu’il ne voit pas ce qu’il pourrait ajouter. «Je venais de les voir tuer des gens de mon village. J’étais effrayé.» Les rebelles viennent d’assassiner son père, sa mère a déjà fui pour la Guinée. Il ne l’a d’ailleurs jamais revue depuis.

Alex passe 2 ans à transporter armes et munitions pour les rebelles. De ville en ville, il les suit. Il reçoit de la drogue tous les jours. De la cocaïne et de la marijuana. En même temps, il apprend les rudiments de son futur métier: soldat. «J’étais rendu fou, à cette époque-là», dit-il en référence à la drogue. Ses yeux, aux veines éclatées, rouges, témoignent de sa consommation journalière. Il dit ne plus prendre ni cocaïne, ni héroïne, grâce à deux injections de méthadone, donnée par les Nations unies à la fin de la guerre.

L’entraînement d’un enfant-soldat

enfants-soldats-guerre-enfant-sierra-leone «Tous les enfants soldats reçoivent le même entraînement. Ce n’est pas facile. Seuls les plus forts réussissent. Certains en meurent.» Alex a 10 ans. Il manipule AK-47, RPG, M-16 et bazookas. Des armes, pas des jouets. Il apprend à les démonter, les remonter, les utiliser. Il lance des grenades. Le jour, on le met en situation de combat. Il doit ramper dans la jungle, tirer sur des cibles humaines: ses amis enfants-soldats. «On se tire dessus pendant l’entraînement. On n’a pas d’amis. J’en ai tué un. Ça ne m’a pas dérangé. Avec la drogue, tu n’y penses pas. Tu ne vois pas la différence. Chaque jour, il arrive de nouveaux enfants. Tous du même âge, de la même grandeur.» Alex n’a pas d’émotions. Il n’a pas plus de remords aujourd’hui. Dans sa tête, le geste posé était normal.

À la fin de son entraînement, Alex reçoit son AK-47, une mitraillette russe. «Quand ils te donnent ton arme, tu es un soldat.» Il vient de passer deux ans. Depuis son arrivée, il est maintenu sous l’effet de la drogue à toute heure de la journée. Pour sa sécurité, se fait-il expliquer. Ses amis, des caddys au club de golf d’à côté qui ont évité la guerre, rajoutent à ses explications. Ils apportent des précisions sur la chronologie des événements de la vie d’Alex. Parfois, ils se souviennent davantage de ses histoires. Alex leur a tout raconté. Alpha, David, Denny, Muhammed et d’autres encore soutiennent Alex. Il n’ont pas peur d’Alex. Ils ne sont pas dégoûtés par son passé. Ils comprennent. Eux aussi auraient pu vivre la même expérience.

Pour son baptême du feu, Alex se rend à Kono, une ville qui abrite l’une des mines de diamants les plus riches du pays. Il marche pendant 5 jours pour s’y rendre. «J’étais excité. Je n’avais pas peur.» Il a 13 ans. Peut-être 14. Il se bat contre des Nigériens, venus soutenir l’armée sierra-léonaise. «C’était une bataille très violente. Nous nous sommes battus pendant 24 heures. À ce moment, parce que j’étais bien entraîné, j’étais un très bon guerrier. Jamais fatigué.» Alex prétend avoir tué 3 Nigériens, ce jour-là. «J’étais très fier, après la bataille. J’étais heureux. Comme lorsque je gagne au football (soccer)», raconte-t-il avec fierté. Jamais de remords.

Après cette journée, Alex est promu caporal. Il commande désormais les enfants-soldats. Âgé de 13 ou 14 ans, il n’en est pas certain, il a sous ses ordres 35 jeunes.

Mission ravitaillement

enfants-soldats-sierra-leone-enfant-guerre À tous les jours, Alex doit s’occuper de ramener de la nourriture pour sa troupe. Le matin, vers 7 heures, il choisit cinq enfants-soldats qui viendront avec lui piller les villageois du coin. «On utilise nos armes, on tire. On use de violence. Massivement. Sur les gens. Des fois, je compte les corps. 10 parfois. On a besoin de capturer d’autres civils pour qu’ils transportent la nourriture. 20 pour l’apporter. La mission dure 4 heures. Et on tire seulement pendant deux minutes.

La plupart des gens sont effrayés et se sauvent à ce moment.» Alex utilise d’autres stratagèmes. Il aime inventer des traquenards de toute sorte. Il s’habille en civil, un pistolet dissimulé dans sa chemise. Il leur explique qu’il a fui les combats. Qu’il meurt de faim. «Ils me donnent à manger. Quand j’ai terminé, j’en mets un en joue avec mon revolver. J’appelle alors mes hommes. Ils prennent le contrôle de l’endroit. Ensuite, on attrape les civils.

C’est une mission, alors je ne tolère pas que mes hommes violent les femmes.» En peu de mots, son ton direct et son détachement font penser au chef qu’il était. Il inspire la confiance, par son assurance toute simple.

Le sort des civils

Une fois les civils faits prisonniers, Alex les aligne. Comme de la marchandise qu’il observe d’un œil connaisseur. «Je choisis ceux que j’emmène. Agiles, forts. Je prends les belles femmes pour mes chefs. J’en prends pour moi. La femme doit travailler. Cuisiner, surveiller l’ennemi. On les ramène à la base. On les protège.»

Les rebelles utilisent les femmes pour divertir leurs ennemis, explique Alex, toujours impassible. «Ils n’ont pas de femmes. On les envoie espionner.» Elles se font passer pour des déplacées, un sort vécu par deux millions de Sierra Leonais en cette époque de guerre, selon les estimations de la Croix-Rouge. «Elles vont passer deux jours avec eux, puis s’enfuient. Elles ne nous dénoncent pas parce qu’elles nous aiment. On leur donne à manger, on les protège. On les traite bien. Parce qu’on veut qu’elles cuisinent pour nous.»

Alex livre sa propre perception. Il ne peut parler pour ces femmes. En bon soldat, il veut faire plaisir à son supérieur. Il mène la vie d’un adulte, mais il cherche une reconnaissance. Dans ce milieu, auquel Alex s’est intégré, ce n’est pas en étant charitable que l’on est valorisé. Pour être bien vu par ses pairs, par ses supérieurs, Alex doit tuer, être sans pitié, n’avoir aucune considération pour les civils. Son côté leader le pousse à prendre les devants, ne pas attendre qu’on lui demande. «Mon boss ne me donne pas d’ordre d’emmener des femmes. J’utilise mon rang pour lui en emmener afin d’obtenir une promotion.»

Ce qu’il finira par obtenir, passant de caporal à sergent. Il a même des adultes sous ses ordres. «Tous ceux que je recrute sont sous mon contrôle. J’ai le pouvoir de leur donner une promotion.» Le chef d’Alex amputait les civils, leur coupant une ou les deux mains, le bras, les pieds, les jambes. «J’ai pris l’idée de lui. On amputait ceux qui ne voulaient pas se joindre à nous. Ça ne me dérangeait pas. Et pour les viols, c’était comme tu le sentais. Nos chefs nous encourageaient à le faire, vers la fin. Même que, si on ne le faisait pas, ils nous punissaient.»

Alex est cruel et efficace. Il intimide les civils lorsqu’il participe à ses missions journalières. Son supérieur aime le goût du coeur humain? Alex lui en ramène un. «À toutes les fois, je le fais moi-même. Parce que les autres ne savent pas comment. Mon chef m’a montré. Je tire sur sa tempe deux fois. Je mets ensuite le corps sur une longue planche. Je prends mon couteau. C’est très dur, j’ai besoin d’un très bon couteau. J’enlève le coeur, après avoir ouvert l’estomac. Je le ramène à mon chef à toutes les missions parce qu’il aime ça.» Alex avoue y avoir goûté. Il n’a pas détesté. Comme de la viande. Mais ce n’était pas pour lui, fait-il savoir. Cette manœuvre, Alex l’exécute devant les civils qu’il retient prisonniers. Une façon de les intimider.

Sous l’effet de la drogue, l’influence des autres soldats, Alex devient insensible. Dans la jungle, lorsqu’il a soif et qu’il n’y a pas d’eau, ses compères et lui arrachent les yeux de leurs victimes, les crèvent et en boivent l’eau. «Un bon goût salé», raconte-t-il, fier du dégoût qu’il provoque chez son interlocuteur. On dirait un gamin fier d’être plus endurci que les autres. Aucune malice.

Le temps d’une paix

En 2002, l’appel à la paix trouve son écho chez les rebelles. Ils doivent remettre toutes leurs armes. «Moi, j’avais deux armes. J’en ai remis une, j’ai caché l’autre», avoue-t-il. On n’arrête pas du jour au lendemain de penser en soldat. Chaque rebelle qui rend son arme reçoit des Nations unies cinq sacs de riz et une somme d’argent.

L’ONU se charge également de rapatrier les jeunes comme Alex qui ont quitté leur foyer. C’est ainsi qu’Alex est retourné dans son village, chez son grand-père. «Il était content de me voir. Il me voyait comme un revenant. Il pensait que j’étais mort. Il m’a dit de demeurer avec lui.» Son visage s’illumine, à la pensée soudaine de son grand-père, de cette journée de retrouvailles. Un moment qui semblait oublié et qui ressurgit d’un coup, plongeant l’enfant dans un autre monde. Alex n’a pas les mots pour décrire ses émotions. Mais le sourire béat qu’il me fait, complice, est encore plus authentique. Une journée de pur bonheur.

Alex n’y restera que trois jours. Il avait peur des villageois. Pendant la guerre, Alex est passé par son village. Il y a fait des prisonniers, brûlé des maisons. Les gens l’ont reconnu. «J’ai essayé d’empêcher mes amis de tuer les gens de mon village. Mais la mission allait trop vite. On a appelé cette mission «Operation pay yourself». Mais j’ai demandé à ce qu’on épargne ma maison. J’ai tué mon ami, une de mes recrues. Je l’ai tué parce qu’il n’a pas suivi mes ordres. Il voulait s’en prendre à ma maison. Je n’ai eu aucun problème parce que je suis le chef.»

Alex ne s’est pas senti mal que les rebelles pillent son village, tuent des gens. «Une mission est une mission. Je n’ai rien ressenti. Tout ce qui m’importait, c’était de protéger ma maison.»

Vivre sans la guerre

Refusant de vivre dans son village, Alex retourne dans la capitale, à Freetown. Lui qui commandait une trentaine de soldats ne se voit pas vivre sous l’autorité de son grand-père. Il est un homme. Pas un enfant. La vie de paysan ne l’inspire guère. Cinq années passées avec les rebelles ne s’effacent pas. Alex est un soldat. Il vit de son arme. L’adrénaline de la violence, la liberté qu’il ressent dans sa vie de maquis sont imprégnées dans son caractère. Il choisit alors la rue. Profession: gangster, l’équivalent du soldat de la rue. Avec cinq amis, tous d’anciens enfants-soldats, il vole des cellulaires, de l’argent. Il vit de la violence. Un de ses amis est arrêté? Ils utilisent l’argent volé pour le sortir de prison. Ils forment une famille.

Alex poursuit cette vie pendant environ deux ans. Puis, c’est à son tour d’être arrêté. Il y aurait un an, selon ses amis. Car Alex ne se souvient plus trop. «Des civils et des policiers m’ont attrapé. Ils m’ont roués de coups.» Alex porte encore les cicatrices de ce passage à tabac collectif. Coups de poing, de bâton, de lames de rasoir. Il passera un mois et demi en prison, après avoir poignardé un homme qui l’avait offensé. «J’ai eu tellement de problèmes que j’ai décidé de changer ma vie. Je ne veux plus jamais y retourner», affirme-t-il. Il ne parvient pas à décrire son séjour en prison. L’épisode l’a marqué. Davantage que son passé de soldat.

À sa sortie de prison, Alex fait de petits boulots. Il se range dans le droit chemin. Il devient apprenti-chauffeur. Mais il ne possède pas l’argent qui lui permettrait de passer le test de conduite et d’obtenir son permis. Il travaille avec ses amis comme caddy au club de golf de la capitale. Sans parents, sans argent, il vit dans la rue. Il veut ouvrir un petit commerce. Soit un petit étal de marchandises comme des cigarettes, des savons, des cartes d’appels. Un dépanneur miniature au bord d’une rue, comme on en retrouve partout dans la ville. Il a des idées. Avec le temps, il raconte avoir été livreur pour un tel, fait un autre boulot pour tel autre. Il vogue d’idée en idée, d’espoir en espoir.

Vivre dans la rue

Alex n’a pas de toit. Chaque soir, dans les quartiers populaires de la ville, ils sont nombreux, comme lui, à fêter jusqu’aux petites heures du matin, ne sachant quoi faire d’autre. Jusqu’à cinq heures du matin, tous les soirs de la semaine, Alex et ses amis fument de la marijuana bon marché.

Dans ce milieu, tous connaissent Shaka. Gangster, en créole. Un surnom qu’il apprécie, vu le sourire qu’il décoche quand il traduit la signification du mot. Shaka se faufile bien dans cette jungle bruyante et festive de ces jeunes. Le plaisir qu’il a à faire découvrir son monde à un étranger est palpable. Il joue au guide, présente les gens de l’endroit à rencontrer. Il s’occupe des fauteurs de troubles. D’un naturel désarmant, Alex bondit sitôt qu’une personne se fait trop insistante ou déplaisante à l’endroit de son invité canadien. Quelques mots soufflés à l’oreille et son regard suffisent pour faire décamper l’infortuné. Peu importe la taille. Sur son terrain, Alex est maître. Le sergent.

En pleine nuit, Alex fait découvrir sa réalité. Dans plusieurs coins du quartier, il repère les endroits où les jeunes se couchent. Dans les installations d’un terrain de football pour certains, les chaises ou les bancs sur le porche des commerces pour d’autres. Pendant le trajet, Alex est devant. Il ouvre le chemin. On n’y voit pas à plus d’un mètre. Alex se déplace rapidement, agilement. Le regard droit, porté vers l’avant, on se demande comment il fait pour ne pas trébucher. Son pas est assuré. Il jette un regard de temps à autre vers l’arrière, pour s’assurer que tout va bien.

Chemin faisant, Alex m’explique. Les jeunes passent le temps. Ils vont dans les bars peu dispendieux, sirotent une boisson pour avoir un toit. Parfois, Alex se faufile dans le cinéma de son quartier, une grande pièce aux murs en bois avec un téléviseur qui diffuse des DVD, pour s’y assoupir. Sinon, il attend jusqu’à ce que le sommeil soit si envahissant qu’il accepte de dormir n’importe où. Malgré cette triste situation, ces jeunes étaient généralement animés d’un esprit joyeux.

Produit grâce à la contribution de l’Agence canadienne de développement international (ACDI)

Autres textes sur les enfants-soldats:

AK-47 et enfants-soldats

Enfants soldats et leurs victimes à la même école

Enfants-soldats: traumatismes de guerre

Une soirée avec les enfants-soldats à Freetown

Enfants-soldats: de la guerre à la rue

Enfants soldats: les anges de la guerre

Enfant soldat et Cause: de la guerre à la rue

Ce billet, ainsi que toutes les archives du magazine Reflet de Société sont publiés pour vous être offert gracieusement. Pour nous permettre de continuer la publication des textes ainsi que notre intervention auprès des jeunes, dans la mesure où vous en êtes capable, nous vous suggérons de faire un don de 25 sous par article que vous lisez et que vous avez apprécié.

Merci de votre soutien.

PUBLICITÉ.

Guide d’intervention de crise auprès de personnes suicidaires

guide-d-intervention-de-crise-personne-suicidaire-suicide-intervention-prevention-suicide-rates-suicide Le guide d’intervention auprès de personnes suicidaires démystifie le suicide. Il permet d’aider les proches à reconnaître les signes avant-coureur du suicide et de déterminer qu’est-ce qui peut être fait pour soutenir la personne en crise.

Une section du guide est réservée aux endeuillés par suicide.

Le livre est disponible au coût de 4,95$.
Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009
Par Internet: http://www.editionstnt.com/livres.html
Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4.

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel.

%d blogueurs aiment cette page :