NTBR: Not To Be Ressucited

Laissez faire la vie, même quand elle mène vers la mort

L’acharnement thérapeutique

Raymond Viger Dossiers SantéSuicide

suicide-assiste-euthanasie-decriminaliser-decriminalisation-legaliser-legalisation-3Nous avons tous entendu des dictons philosophiques nous dire qu’il faut vivre cette journée comme si elle était la dernière. Mais combien d’entre-nous en avons vraiment pris conscience et décidé de l’assumer?

Lors de ma convalescence, j’ai vu passé plusieurs voisins de corridors et de chambres. Des gens hospitalisés pour des raisons tout aussi diverses les unes des autres.

Ma dernière coloc est une dame octogénaire. Elle a eu un terrible accident automobile. Elle ne peut bouger. Sans connaître l’exactitude de son dossier médical, sa colonne et ses hanches sont dans un sérieux état. Elle devra passer au-travers de plusieurs opérations.

S’ouvrir à ses proches

Cette honorable dame reçoit beaucoup de visiteurs. De vrais rassemblements familiaux. Malgré les chuchotement, j’ai compris qu’elle avait demandé à ne pas être réanimé si elle devait faire une crise cardiaque avant – pendant ou après une de ces opérations. Tous ses proches étaient au courant de la situation. Tout le monde savait que cette dame vivait peut-être sa dernière journée.

Les membres de sa famille se sont succédés. Pour lui dire combien elle avait été importante dans leur vie. Combien ils l’apprécie et combien ils sont touchés par cette éventualité de la perdre. Elle a pu toucher et serrer de ses mains ses enfants et ses petits-enfants. Une de ses petites-filles lui a récité un poême qu’elle avait écrit pour l’occasion.

Ne pas rester seul

Un rapprochement intense qui n’a pu se faire que par cette acceptation de partager avec nos proches ce que nous vivons et ce que nous traversons. Ce qui a permis à ses enfants de s’assurer que c’était bel et bien son souhait. Qu’elle pouvait changer d’idée à tout moment.

Une expérience qui porte à réfléchir sur notre relation avec nos proches. Un suicide est le geste d’arrêter la vie. Le suicide assisté est d’aider une personne dans son suicide. L’euthanasie est le geste porté pour tuer quelqu’un à sa demande. Mais comment appelle-t-on cela quand on ne force pas la vie à continuer et qu’on lui laisse le libre arbitre de décider de notre sort?

Si cela amène une réflexion ou un questionnement pour vous, n’hésitez pas à trouver des gens de confiance pour en parler. Vous pouvez aussi demander une aide professionnelle.

NB: Il fût une époque où le personnel médical inscrivait les lettres NTBR dans le dossier des patients dont il ne fallait pas s’acharner pour leur survie.

Ressources en prévention du suicide:

Pour le Québec: 1-866-APPELLE (277-3553). Les CLSC peuvent aussi vous aider.

La France: Infosuicide 01 45 39 40 00. SOS Suicide: 0 825 120 364   SOS Amitié: 0 820 066 056.

La Belgique: Centre de prévention du suicide 0800 32 123.

La Suisse: Stop Suicide

autres textes sur le  suicide:

Autres textes sur le sujet:

Survivre, un organisme d’intervention et de veuille en prévention du suicide et en promotion de la Santé mentale. Pour faire un don. Reçu de charité pour vos impôts.

Merci de votre soutien.

Guide d’intervention de crise auprès de personnes suicidaires

guide-d-intervention-de-crise-personne-suicidaire-suicide-intervention-prevention-suicide-rates-suicide Le guide d’intervention auprès de personnes suicidaires démystifie le suicide. Il permet d’aider les proches à reconnaître les signes avant-coureur du suicide et de déterminer qu’est-ce qui peut être fait pour soutenir la personne en crise.

Une section du guide est réservée aux endeuillés par suicide.

Le livre est disponible au coût de 4,95$. Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009. Par Internet: http://www.editionstnt.com/livres.html

Par la poste: Reflet de Société 4260 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X6.

Maintenant disponible en anglais: Suicide Prevention Handbook.

Autres livres pouvant vous intéresser:

 

Publicités

Jocelyn Pelosse, la musique et la sclérose en plaques

Santé

Comment vivre sa retraite médicale

Certaines maladies semblent nous rendre prisonniers de notre corps. On passe alors, d’une vie de citoyen productif, à une retraite et à une solitude forcées.

Normand Charest Dossier Santé, Handicapés

Cela peut mener au désespoir… À moins de se trouver une nouvelle place dans la société où l’on pourra se sentir encore utile, mais autrement. Et alors, cela éveille souvent de nouveaux talents.

jocelyn pelosse sclérose plaque santé handicapAvant, Jocelyn Pelosse était un jeune gestionnaire peu porté vers les activités méditatives. Tout cela a changé il y a 3 ans, lorsqu’il devint «retraité médical» à l’âge de 34 ans.

À la suite de divers malaises, il découvre qu’il est atteint de la sclérose en plaques. On pouvait lui donner des traitements qui stopperaient sa dégénérescence. Mais il ne guérirait jamais de cette maladie, à moins qu’on ne découvre un nouveau remède. Et il devrait vivre avec des séquelles… Cela lui laissait peu d’espoir.

De nombreux deuils, des idées noires…

Cette maladie apporte des deuils successifs. «D’abord, on perd son travail, on est mis en « retraite médicale« . Ensuite, on perd son permis de conduire, parce que la vue et la coordination sont touchées.

Puis on risque de se retrouver seul, sans conjointe.» Ce qui lui est arrivé. Et dans sa condition, ça ne semble pas évident de trouver une nouvelle compagne.

La vie sociale active que Jocelyn Pelosse connaissait se transforme alors en isolement. «On se sent mis à part», dit-il. En plus de souffrir, il se sent inutile. Ce qui le remplit d’idées noires. Il se demande s’il ne vaudrait pas mieux en finir, et songe à des moyens pour y parvenir.

«Ce n’est pas normal de se lever le matin avec l’idée du suicide. En plus du fardeau de la maladie, je me sentais rejeté. Et je me demandais ce que j’allais faire de mes prochaines 30 années», dit-il. Il se croyait un peu trop jeune pour la retraite.

D’abord, en parler…

guitare jocelyn pelosse sclérose plaque nock musique santé handicapPour éviter que le désespoir l’envahisse, il décide d’abord d’entreprendre une action sociale utile. «Je n’étais peut-être plus capable de travailler comme avant. Pour le marché du travail, j’étais mort. Je ne pouvais plus conduire. Mais je pouvais encore parler. Pour ça, j’ai beaucoup de facilité!» dit-il en riant et en se qualifiant de verbomoteur.

À partir de là, il s’applique à mieux faire connaître la sclérose en plaques. Peu timide, il agit comme une sorte de porte-parole de cette cause. Il trouve que la question est trop peu médiatisée et qu’il faut relancer le débat. Selon lui, il y a en ce moment autour de 20 000 personnes atteintes de sclérose en plaques au Québec, et 3 nouveaux cas s’ajoutent chaque jour. Les pays nordiques sont les plus touchés par cette maladie, en particulier les jeunes gens. Les femmes sont atteintes en plus grand nombre, mais les hommes le sont de manière plus grave.

Il organise des pétitions, contacte des journaux locaux et la radio, participe à des manifestations. Il croit important d’en parler pour que les malades ne se sentent pas seuls. Pour les informer aussi des ressources qui pourraient les aider, mais dont ils ignorent souvent l’existence. «Sinon, ça peut prendre des années avant de découvrir les groupes d’aide, les associations qui peuvent nous aider. Je le sais parce que je suis passé par là. Et puis le fait de sortir de l’ombre fait du bien aux malades. Ils se sentent moins exclus de la société», dit-il.

Une thérapie artistique

Les deux premières années de sa maladie ont été les plus dures, du point de vue psychologique. S’il va mieux depuis un an, c’est à cause de la musique. Il jouait déjà un peu de guitare depuis l’âge de 15 ans, mais à partir du moment où il commence à composer des chansons (sous le nom de Joce), la musique et l’écriture deviennent pour lui une forme de thérapie.

Le fait d’exprimer son vécu en paroles le libère de ses idées noires, comme en une sorte de «journal intime», dit-il. La magie de la créativité transforme ses douleurs en œuvres d’art. Et il constate que ses confessions «intimes» rejoignent le vécu et la sensibilité de beaucoup d’autres. Soudain, il n’est plus seul. En même temps qu’il s’exprime, il donne une voix aux plus silencieux. Découverte fantastique: ce qui est utile pour soi peut aussi l’être pour les autres!

Et il devient lyrique lorsqu’il dit: «La musique m’a sauvé la vie… L’art guérit l’âme.»

Ses chansons et leurs contextes

Il enregistre sa première chanson, «La manifestation», chez Yves Savard qui en prépare les arrangements. Il s’agit d’une ballade accompagnée à la guitare acoustique. La voix est belle et chaleureuse, et les paroles reflètent sa condition, son vécu ainsi que ses idéaux sociaux. Il parle aussi des 20 000 personnes atteintes de la sclérose en plaques qui forment une société en soi.

De plus, cette pièce raconte une «histoire vraie» à laquelle il a participé. Une cinquantaine de malades, manifestant à Montréal devant les bureaux du Collège des médecins qui tardait à approuver une intervention pourtant reconnue et pratiquée en Europe: l’«angioplastie» (une opération libérant l’obstruction des veines du cou, afin de soulager les symptômes de cette maladie). Certains Québécois se faisaient déjà opérer en Pologne, à leurs frais, pour 15 000$.

«Je trouvais aberrant qu’une solution probable à notre maladie soit ainsi à portée de la main et qu’on ne puisse pas l’utiliser», dit-il.

Si ce genre de manifestations et de pression sur le Collège des médecins et les gouvernements n’ont pas donné de résultats directs, elles ont quand même fourni une présence médiatique plus importante à cette maladie, et ont aidé le public à mieux la comprendre. «La Société canadienne de la sclérose en plaques et le gouvernement canadien investissent pour la recherche.

«Par contre, c’est important que des gars comme moi s’efforcent d’en parler, dans le but de dire aux malades: non, vous n’êtes pas seuls, gardez espoir. Les différentes formes de sclérose en plaques font que, pour certains, le temps presse», ajoute Jocelyn Pelosse.

Il enregistre les 4 chansons suivantes dans le studio de son ami Daniel Labrecque à Mascouche, qui en réalise les arrangements. Il complète le CD en juillet 2012. Si la production de ce disque apporte beaucoup de satisfaction à «Joce», elle n’est pas toujours facile, par contre. À cause de sa santé, qui lui accorde une énergie très variable. Certaines journées sont bonnes et d’autres moins. C’est là où l’expression «au jour le jour» prend tout son sens, selon lui.

La chanson «10 000 questions» nous laisse entendre qu’il a «mal jusqu’au fond de l’âme». «Assis dans mon salon, à me poser 10 000 questions… En attendant les jours de paix.»

En réalité, cette composition ne parle pas directement de lui. Il l’a plutôt écrite pour une amie paraplégique, qui ne se plaint jamais de sa condition. En ce sens, l’exemple de son amie est remarquable.

La chanson «Au travers l’écran» apporte un éclairage intéressant sur l’utilité de l’Internet et des réseaux sociaux pour les gens isolés. C’est là où Jocelyn Pelosse prend conscience qu’il fait partie d’une grande communauté de personnes dont le vécu ressemble au sien. Cela donne lieu à un partage de photos, de pensées. On y voit le malheur des autres, ceux qui se lamentent pour de petites choses et ceux qui ne se plaignent jamais. «Lorsque ces moyens servent à bon escient, dit-il, ils peuvent être très utiles.» Comme le dit cette chanson: «On se partage nos mémoires… nos espoirs… au travers l’écran… Le temps nous guérit, nous grandit…»

«Ça change à soir», la chanson préférée de son père, est inspirée par les revendications étudiantes qui, selon lui, vont au-delà du problème des frais de scolarité. Et ses paroles prennent d’ailleurs un sens plus large lorsqu’il y chante: «le monde tourne à l’envers… on veut changer le cours de la société… on se lève pour la vérité…»

«Imparfait» parle de «tromper ma détresse pour mieux m’avancer», de «chercher la vérité dans ce monde cruel». «C’est ma chanson favorite», dit-il. «Et je pense souvent à cette phrase: « Trouver ma dignité au fond de la poubelle » qui exprime beaucoup de choses, pour moi. Au fond de la poubelle, je vois le permis de conduire que j’ai perdu, et puis toutes sortes de deuils. Mais je retrouve ma dignité par la musique qui me libère, en laissant moins de place à la maladie. Ça me permet de faire encore des choses utiles. Et de donner aux autres, à la société. Lorsque le disque a été complété, j’ai souri pour la première fois depuis longtemps. Et puis les échos positifs sur le Web me surprennent toujours. Ça me fait du bien d’écouter mes chansons, ma réalité exprimée en chansons qui peut ainsi rejoindre les autres.»

Et beaucoup de courage

Les recherches se poursuivent sur la sclérose en plaques, dont les causes sont mal connues. L’angioplastie (l’opération qui consiste à libérer les veines du cou) demeure controversée.

Certains médecins, au Canada et au Québec, s’y intéressent, mais il n’y a pas encore consensus. Pendant ce temps, ceux qui souffrent trouvent le temps long. Certains vont se faire opérer, à leurs frais, à l’étranger. Pas seulement en Pologne, mais aussi au Costa Rica, une destination populaire chez les malades canadiens. Parmi ceux qui ont été opérés là-bas, on dit qu’un tiers ont obtenu une grande amélioration, un autre tiers une certaine amélioration, mais aucune amélioration pour le dernier tiers (voir l’émission The Nature of Things avec David Suzuki, CBC, 30 août 2012).

Bon courage à Jocelyn Pelosse qui, pendant ce temps, fait tout ce qu’il peut pour donner un sens à sa vie. Tout en étant actif socialement et en aidant moralement ceux qui souffrent comme lui. Une attitude qui éveille notre respect.

Jocelyn Pelosse :

«Je suis devenu animateur pour la radio Web http://www.nockmusique.ca. J’y parle de sclérose, de musique et fais tourner de temps à autres mes chansons. Encore une fois, c’est une façon pour moi de me réaliser en tant qu’être humain.

L’impact de la maladie est parfois lourd à porter, encore aujourd’hui. Mais vous savez, j’ai la tête dure! Je veux foncer, m’exprimer et être à l’écoute des plus jeunes qui vivent des choses rock-and-roll…

On peut écouter ma musique sur :  myspace.com/jocelynpelosse»

Autres textes sur Handicapés

Autres textes sur Santé

Abonnement au magazine Reflet de Société

magazine revue journal édition journalisme presse écrite communautaireInternet-o-thon pour soutenir le magazine communautaire Reflet de Société édité par le Journal de la Rue. C’est le temps de vous abonner pour montrer votre soutien à votre revue sur l’actualité communautaire et sociale. Toute contribution supplémentaire pour soutenir notre cause est la bienvenue.

Pourquoi s’abonner à Reflet de Société?

  • Le citoyen est au cœur de notre mission
  • Un regard différent, critique et empreint de compassion sur les grands enjeux de société
  • Un espace ouvert aux lecteurs pour prendre la parole, partager leurs expérience et faire progresser les débats
  • Un magazine d’information entièrement indépendant, financé par ses milliers d’abonnés aux quatre coins du Québec
  • Tous les profits générés par la vente de Reflet de Société sont remis à l’organisme Journal de la Rue qui offre des services de réinsertion sociale aux jeunes.

Par téléphone: (514) 256-9000, ext.: 1-877-256-9009 Par Internet: http://www.refletdesociete.com/abonnement.html Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4.

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel.

La dernière journée de notre vie? Notre dernière fête de Pâques?

Vivre comme si nous devions mourir demain

Une journée qui pourrait être la dernière

Vivre une journée à la fois, la vivre pleinement. Comme si cette journée serait la dernière. Et un jour, discrètement, elle le sera.

Raymond Viger Dossier Croissance personnelle,  Famille

pleine lune moon demi-lune quartier de luneJ’ai vu beaucoup de gens mourir. Certaines personnes étaient très proches de moi. Des décès qui parfois auraient pu être évités.

Je me souviens de la dernière fois que je les ai vu. Certains sont partis avec le sourire et cette dernière image est celle que je veux bien conserver d’eux.

Pour d’autres, le dernier souvenir est plus tortueux, plus pénible. Il me restait encore des choses à leur dire. Mais voilà qu’ils ne seront plus à nos rendez-vous. Je n’aurais plus la chance de faire le point avec eux. Je reste seul avec tous ces mots que j’aurais bien voulu leur livrer et faire vibrer.

Pourquoi risquer de garder tout cela pour soi? Prenons le temps de dire à nos proches comment nous les aimons et que nous tenons à eux. Comme si c’était leur dernière journée à vivre.

Joyeuses Pâques à tous pour cette première journée du restant de notre vie!

Autres textes sur Croissance personnelle

L’amour en 3 dimensions.

l-amour-en-3-dimensions-roman-cheminement-humoristique-croissance-personnelleLa relation à soi, aux autres et à notre environnement

Roman de cheminement humoristique. Pour dédramatiser les évènements qui nous ont bouleversés. Pour mieux comprendre notre relation envers soi, notre entourage et notre environnement. Peut être lu pour le plaisir d’un roman ou dans un objectif de croissance personnelle.

L’histoire est une source d’inspiration pour découvrir, d’une façon attrayante et amusante, une nouvelle relation avec soi-même et son environnement. Bonne lecture et bon voyage au pays de Tom.

Le livre est disponible au coût de 19,95$.

Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009 Par Internet :P ar la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4.

Autres livres pouvant vous intéresser:

Le suicide de notre enfant

Le suicide de notre enfant

Témoignage         Dossier Suicide, Famille

suicide d'un proche suicidaire comment intervenir prévenir suicide Ma femme et moi avons toujours été les mentors de notre fils, car un grand amour nous a toujours unis. Comme nous, il voulait fonder une famille et avoir un bon boulot.

Les amours déchus et des problèmes financiers ont eu raison de sa santé psychologique. Il s’est suicidé. Pourtant, il avait toujours été jovial et fier. Mon épouse décrit ci-dessous les sentiments que nous éprouvons à l’égard de sa mort.

Lisez son message d’espoir afin d’aider les jeunes en difficulté à surmonter les obstacles qui les mènent trop souvent à commettre des gestes irréparables. Merci.

Le père de Jasmin.

Un jour, j’ai mis Jasmin au monde: Un fils d’amour. C’était un enfant joyeux et actif. Tous ses accomplisssements me remplissaient de fierté. Mon coeur vibre encore d’émotions lorsque je me rappelle que ses rêves ne se sont pas réalisés avant sa mort, qui a été causée par un manque de communication. Il n’a pas été capable de demander de l’aide à ses parents.

J’aimerais que les jeunes se tournent davantage vers leurs parents pour puiser dans leurs forces. Ils peuvent comprendre leurs faiblesses et les aider. Les parents sont là non pas pour corriger les erreurs de leurs enfants, mais pour les aider à les diriger vers une vie meilleure.

Aux jeunes, je n’ai qu’un message à leur adresser: ”De grâce, aimez-vous assez et prenez votre courage en main. N’oubliez jamais l’amour de vos parents.”

Le décès de Jasmin doit servir d’exemple. Son mal de l’âme a détruit ceux qu’il aimait. Il aurait pu leur demander de l’aide et reprendre le cours de sa vie.

À Jasmin, mon fils, je veux te dire que ton père et ta mère t’aimeront toujours. Nous aurons toujours une étincelle d’amour pour toi dans notre coeur.

La mère de Jasmin.

suicide suicidaire vouloir se tuer comment mourir sans souffrir se suicider prévention interventionRessources:

Pour le Québec: 1-866-APPELLE (277-3553). Les CLSC peuvent aussi vous aider.

La France: Infosuicide 01 45 39 40 00. SOS Suicide: 0 825 120 364   SOS Amitié: 0 820 066 056.

La Belgique: Centre de prévention du suicide 0800 32 123.

La Suisse: Stop Suicide

Autres textes sur le Suicide:

Survivre, un organisme d’intervention et de veille en prévention du suicide et en promotion de la Santé mentale. Pour faire un don. Reçu de charité pour vos impôts.

Merci de votre soutien.

PUBLICITÉ

Guide d’intervention de crise auprès de personnes suicidaires

guide-d-intervention-de-crise-personne-suicidaire-suicide-intervention-prevention-suicide-rates-suicide Le guide d’intervention auprès de personnes suicidaires démystifie le suicide. Il permet d’aider les proches à reconnaître les signes avant-coureur du suicide et de déterminer qu’est-ce qui peut être fait pour soutenir la personne en crise.

Une section du guide est réservée aux endeuillés par suicide.

Le livre est disponible au coût de 4,95$.
Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009
Par Internet. Par la poste: Reflet de Société 4260 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X6

Maintenant disponible en anglais: Quebec Suicide Prevention Handbook.

Steven, rappeur hiphop, s’éteint avec ses rêves

Steven, rappeur hiphop, s’éteint avec ses rêves


Raymond Viger, Volume 14.4   Dossier Gang de rue, RapHip-hop

Un jeune rappeur Hip Hop de 20 ans est retrouvé assasiné dans son appartement. Facile de s’imaginer que la culture Hip Hop est reliée à la violence, aux gangs de rue et aux activités criminelles.

Il ne l’a pas eu facile. À 12 ans, il emménage dans Hochelaga-Maisonneuve. Parce qu’il est le petit nouveau et parce qu’il est premier de classe, il se fait battre tous les jours. Il apprend à encaisser, mais surtout à se défendre et à répliquer. Steven, un grand sensible, a appris à se cacher sous le visage d’un tough, d’un vrai de vrai.

À 17 ans, c’est la recherche d’un père encore inconnu. Steven le retrouve. Son père refuse de le reconnaître. Une expérience traumatisante pour un enfant. Steven dérape vers la drogue et connaît rapidement la prison.

Steven fait la rencontre de Dub D, le producteur d’un petit label Hip Hop: Achipé Achopé. Pendant une année entière, Dub D lui fait pratiquer le rap, l’enregistre, l’encourage. Steven est une révélation. Sa première toune, Criminel de l’Est, se démarque de tout ce qui s’était déjà fait dans le Hip Hop. Pendant toute l’année 2005, Steven se consacre à son art, développe son talent. Il enregistre trois compilations en CD et DVD avec Dub D.

Le 18 décembre 2005, un mari violent veut revoir son ex. Il sonne sur n’importe quelle sonnette du bloc appartement pour se faire ouvrir la porte de l’entrée. Par un mauvais hasard, il sonne à l’appartement de Steven. La porte de son appartement s’ouvre au moment où un homme, aveuglé par la violence, frappe énergiquement dans la porte d’à côté pour que son ex lui ouvre. Quatre jours avant d’avoir ses 21 ans, Steven est retrouvé mort dans son appartement, battu à coups de marteau, de barre de métal et poignardé. Steven est décédé tout simplement parce qu’il a ouvert la porte à l’ex de sa voisine…

Rien à voir avec les gangs de rue. Rien à voir avec la drogue. Rien à voir avec de mauvaises fréquentations. Juste un jeune qui, depuis un an, avait découvert sa nouvelle vocation, et qui s’est retrouvé au mauvais endroit, au mauvais moment.

Son producteur, Dub D, est toujours sous le choc. Comme s’il venait de perdre son enfant. Il demeure devant son studio, incapable d’enregistrer et de continuer son travail. Plus rien ne l’intéresse, plus rien ne le motive.

Pour s’aider à vivre son deuil, il décide de nous rencontrer pour exprimer ce qu’il a sur le coeur. Il veut rendre un dernier hommage à son ami, son protégé. Face aux nombreux talents issus de la culture Hip Hop, Montréal possède peu de ressources pour ces jeunes. Dub D voudrait être riche et leur offrir du travail, des équipements pour enregistrer, des occasions pour qu’ils prennent leur place.

Alors que plusieurs associent la culture Hip Hop à la violence et la relie aux gangs de rue, un jeune rappeur prometteur s’éteint.

 

PUBLICITÉ

CD Rap music Hip Hop de la scène de Montréal

cd-rap-music-rappeur-musique-hip-hop-l-queb CD de musique Soul, R n B., Hip Hop. Rappeur et rap music de Bu The Knowledgist, L’Queb, HD, Marilyn, Ol1KU. 9,95$

Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009
Par Internet: http://www.editionstnt.com/Musique-hiphop-rap.html

Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel.

France Télécom, épidémie de suicide?

France Télécom, épidémie de suicide?

Raymond Viger                     Dossier Suicide

france télécom épidémie de suicide épuisement travailleurs En 18 mois, ce sont 23 employés de France Télécom qui se sont suicidés. Y a-t-il une épidémie? France Télécom traite-t-il adéquatement ses employés? Que doit-on envisager pour enrayer la situation?

Dans la nuit du 13 au 14 juillet 2009, Michel, architecte pour France Télécom se suicide et laisse une lettre sur ses motivations:

Je suis devenu une épave, il vaut mieux en finir. Je me suicide à cause de mon travail à France Télécom. C’est la seule cause… l’urgence permanente, la surcharge de travail, l’absence de formation, management par la terreur

Réaction de Denis Capdevielle pour France Télécom, juillet 2009:

Un « espace écoute » composé d’un médecin, d’une assistante sociale et de deux psychologues a été mis en place et une enquête interne auprès des membres du service concerné a été décidée. Le but est de trouver les faits concrets qui l’ont poussé à bout et de les prévenir pour que cela ne se reproduise plus.

Du côté de la direction, Mireille Le Van poursuit, juillet 2009:

Nos programmes de formation ont été musclés. Des espaces écoute sont disponibles depuis deux ans  Maintenant, on laisse l’unité « réseau » y travailler pour déceler les risques psycho-sociaux.

Suite au 23e suicide chez France Télécom le PDG Didier Lombard affirme le 15 septembre 2009 que, face aux suicides:

La première urgence c’est d’arriver à contrôler et à arrêter le phénomène de contagion et casser le mouvement de spirale infernale… mise en place d’une ligne avec un numéro vert qui débouche sur des psychologues extérieurs à l’entreprise…

Et après quoi? Au 24e suicide on va encore nous dire qu’on a un « espace écoute », des psychologues extérieurs… On aurait pu intervertir les réponses de juillet et de septembre et on en serait encore au même résultat.

Postvention

Et si on parlait d’un principe de base quand on pense être face à un cas d’épidémie? La postvention. Sans donner un cours complet, je vais tenter de vulgariser. Dans un milieu comme l’école ou le travail, le suicide d’un proche peut avoir un effet d’entraînement sur les proches. Les émotions que l’on subit, l’état de choc, de consternation… doivent être évacuées. Des intervenants rencontrent les différentes équipes de travail pour aider les collègues à ventiler leurs émotions. Plusieurs personnes pensent qu’ils sont plus forts, que les événements ne les affecteront pas. Les rencontres de groupe peuvent aider ces personnes à s’ouvrir pour ventiler une partie de leurs émotions. Il faut être pro-actif et aller au devant des gens qui ont subi le stress d’un proche. Une ligne téléphonique au cas où quelqu’un vivrait quelque chose n’est pas suffisant. La postvention est un processus actif pour aider les gens à faire leur deuil.

Pour certains, les rencontres avec les groupes de travail seront suffisant pour leur permettre de développer leur réseau d’aide. Pour d’autres, ils auront besoin de rencontres individuelles.

Est-ce que je considère que d’avoir une ligne téléphonique pour rejoindre un psychologue en dehors de l’entreprise est suffisant? Vraiment pas.

Pour avoir travaillé avec le système français et québécois, je considère qu’au Québec notre intervention auprès de personnes suicidaires est en très grande avance sur celui du système français.

Une épidémie de suicide?

Il faut regarder globalement la problématique. France Télécom, c’est 190 000 employés dans le monde, 106 000 en France. 23 suicides sur 18 mois, c’est une moyenne de 15 par année. 15 suicides pour 190 000 employés, cela donne un taux de suicide 7,9 suicides par 100 000 de population pour l’ensemble des employés de France Télécom. 14,1 suicides par 100 000 de population pour les seuls employés de la France (en supposant que les 23 suicides sont tous des employés français!).

Pour la France, le taux de suicide, selon les différentes littératures et selon les années, varient entre 15 et 30 suicides par 100 000 de population. Dans tous les cas, des taux supérieurs à ceux de France Télécom! Au Québec, en 2001, le taux était de 19,1 suicide par 100 000 de population.

Les taux de suicide chez France Télécom sont donc moindre que ceux de la France et du Québec. Pouvons-nous donner l’absolution à France Télécom? Pas encore. Il faut aussi considérer que pour une population globale, il y a des personnes toxicomanes, qui ont des troubles de santé mentale, des gens qui passent par des extrêmes de pauvreté, des pertes d’emploi… Pourtant des employés qui font carrière chez France Télécom devraient être heureux d’avoir un emploi et une stabilité financière. Et bien non. C’est là que leur responsabilité d’employeur, de bon père de famille est questionné. Leur travail n’est pas le milieu sécurisant et stable qu’un employé a le droit d’avoir. Parce que les dettes et les restructurations de France Télécom ne devraient pas se régler sur le dos des employés.

Dans mes nombreuses interventions auprès de personnes suicidaires françaises, on me mentionnent qu’il faut payer pour avoir accès à certaines lignes d’appel pour le suicide. Pouvez-vous imaginer qu’au Québec on fasse payer les gens qui utilisent les lignes d’écoute? D’autres ont mentionné qu’après une tentative de suicide, ils se retrouvent dans des hôpitaux psychiatriques et qu’aucun suivi n’est fait, aucun service ne leur est offert. Ils sont remis « en liberté » jusqu’à la prochaine tentative de suicide. Sur ce point, on est peut-être un peu mieux au Québec, mais cela nous arrive trop souvent.

Ressources:

Pour le Québec: 1-866-APPELLE (277-3553). Les CLSC peuvent aussi vous aider.

La France: Infosuicide 01 45 39 40 00. SOS Suicide: 0 825 120 364   SOS Amitié: 0 820 066 056.

La Belgique: Centre de prévention du suicide 0800 32 123.

La Suisse: Stop Suicide

Autres textes sur le  Suicide

Survivre, un organisme d’intervention et de veuille en prévention du suicide et en promotion de la Santé mentale. Pour faire un don. Reçu de charité pour vos impôts.

Merci de votre soutien.

PUBLICITÉ

Guide d’intervention de crise auprès de personnes suicidaires

guide-d-intervention-de-crise-personne-suicidaire-suicide-intervention-prevention-suicide-rates-suicide Le guide d’intervention auprès de personnes suicidaires démystifie le suicide. Il permet d’aider les proches à reconnaître les signes avant-coureur du suicide et de déterminer qu’est-ce qui peut être fait pour soutenir la personne en crise.

Une section du guide est réservée aux endeuillés par suicide.

Le livre est disponible au coût de 4,95$.
Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009 Par Internet
Par la poste: Reflet de Société 4260 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X6

Maintenant disponible en anglais: Suicide Prevention Handbook.

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel.

Autres livres pouvant vous intéresser:

Ex-Ivrogne n’est plus, la blogosphère est encore une fois en deuil

Ex-Ivrogne n’est plus, la blogosphère est encore une fois en deuil

La dernière fois que j’ai autant de deuil à traverser a été lors de mes 5 années dans l’aviation. J’ai perdu 10 amis et collègues de travail. Un par 6 mois.

Je vous avais présenté Ex-ivrogne et sa compagne La Fêlée le 20 mai dernier! Le 13 juin j’ai présenté l’implication de l’Ex-Ivrogne et de sa dame pour la réalisation des nouvelles 3D de la blogosphère.

Après un été qui a passé trop rapidement, je dois vous annoncer qu’Ex-Ivrogne vient d’écrire son dernier billet.

Il me semble que la blogosphère vit beaucoup de changements. En visitant pour une dernière fois le blogue d’Ex-ivrogne, je découvre Jo The Sea Rabbit. La description de son blogue me donne le goût d’aller le lire et de partager avec vous tout le vécu qu’elle y présente. Après 4 années de cyber-écriture, Jo avait décidé dernièrement de mettre fin à son blogue! Je n’ai même pas eu le temps d’en lire une ligne que le blogue est déjà mort.

Est-ce que je ne découvre que les blogues qui viennent de mourir ou ceux qui vont le faire dans les mois à suivre. Je commence à être gêné de découvrir de nouveaux blogues.

En ce qui concerne Ex-Ivrogne, je sais qu’il nous reviendra. Différemment, avec un autre nom, un autre type de blogue. Je ne sais pas quand. Mais si je veux voir apparaître ce nouveau blogue, je dois dire mes adieux à celui-ci.

Tel que défini dans mes critères, je vais devoir retirer le nom d’Ex-Ivrogne de ma blogoliste. Je ne suis cependant pas encore prêt. J’ai un deuil à faire avant. Parce que la vie est une série de deuil à faire. Il faut apprendre à les vivre. Lorsque mon deuil sera terminé, je retirerais le nom d’Ex-Ivrogne de ma blogoliste. En attendant, mon drapeau est en berne.

PUBLICITÉ
show_image Quand un homme accouche. Roman de cheminement. Le personnage principal accouche de son enfant intérieur qui devient son ami et son thérapeute tout au long du roman. Ce livre est le premier d’une trilogie qui a été reprise dans L’amour en 3 Dimensions. 9,95$

Disponible dans toute bonne librairie.
Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009
Par Internet: www.refletdesociete.com
Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel.

%d blogueurs aiment cette page :