Après les missions spatiales, la mission humaine

Mode de vie

La valeur d’une vie

On oblige les futurs conducteurs automobiles à suivre des leçons de conduite pour que tous et chacun puissent s’engager sur la voie publique de manière compétente et surtout sécuritaire. On sanctionne sévèrement ceux qui mettraient en péril la sécurité publique.

Jean-Pierre Bellemare, prison de Cowansville.

Dossier Chroniques d’un prisonnier, Croissance personnelle

En ce qui concerne le bonheur humain, notre propre réalisation, passons-nous à côté de quelque chose d’essentielle sinon capital pour nous tous? Quelle est l’importance que nous accordons à l’amélioration de notre propre bien-être collectif?

Notre présent ne m’apparaît pas du tout comme un succès; guerres, drogues et pilules sont devenues le pain quotidien. Une approche facilitant l’accès au bonheur devrait être la priorité. Les humains devraient, avant d’apprendre à conduire, savoir comment il faut faire pour atteindre le bonheur. N’est-ce pas le but ultime de notre passage sur cette terre?  Présentement, plusieurs d’entre nous pataugeons dans une embrouille indescriptible pour y arriver et pourtant, tous et chacun aspirons à ce bonheur.

Une société riche et enviable devrait se calculer en nombre de gens heureux et non pas en PIB ou PNB. Voilà ce qui devrait être la véritable mission humaine. Les moyens pour y arriver devraient être comparables à ce qu’on investit dans la recherche pharmaceutique, militaire ou l’exploration minière.

La plus grande fortune ne se trouve pas à côté ou sous nos pieds… mais bien dans nos souliers.

Autres textes sur Croissance personnelle

Quand un homme accouche

quand-un-homme-accouche-roman-cheminementRoman de cheminement. Le personnage principal accouche de son enfant intérieur qui devient son ami et son thérapeute tout au long du roman. Ce livre est le premier d’une trilogie qui a été reprise dans L’amour en 3 Dimensions. 9,95$

Disponible Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009   Par Internet: http://www.editionstnt.com/livres.htmlPar la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4

Autres livres pouvant vous intéresser:

Pour voir le catalogue complet des livres des Éditions TNT.

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel.

Le temps vu par un prisonnier

Livre de Colin McGregor LOVE in 3D

Présentation en français de LOVE in 3D

Chronique d’un prisonnier

La relativité du temps

Maudit par les condamnés, louangé par les banquiers et disséquer par les horlogers. Le temps est une notion qui varie au gré des humeurs ou des circonstances qu’on rencontre durant notre passage sur terre.

Jean-Pierre Bellemare, prison de Cowansville. Dossiers Développement personnelPrison

centre-jeunesse-prison-dpj-systeme-carceral-prisonnier-penitencierLe temps défile en trottant de ses talons aiguilles sur un plateau minute tout en découpant tel un chirurgien, l’espace de notre vie. Celle que nous tentons de remplir de bonnes heures et mal heures selon nos habilités individuelles à l’amélioration, à l’apprentissage des parcours que nous engageons durant notre excursion terrestre.

On s’inquiète souvent du jour ou nous commenceront à vieillir, pourtant ce jour débute à notre naissance. Il faut pour la plupart, attendre de traverser l’insouciance de nos jeunes années pour qu’on puisse aborder le temps avec la considération qu’il mérite.

Le temps, éternel

sexualite-prison-sexe-prisonnier-pénitencierEn vieillissant, on réalise que rien n’est éternel et surtout que personne n’est irremplaçable, en commençant par soi. Les priorités doivent changer pour en améliorer son appréciation. Devenir le meilleur se transforme en devenir le mieux, car le temps passé à tenter d’éblouir les autres assombrit significativement notre relation avec nous même.

Pour donner un sens à ma vie, j’ai décidé d’observer autour de moi. Ceux que j’ai connus et qui sont partis de reculons avaient tous un point en commun, le regret d’avoir perdu autant de temps à essayer d’en gagner plus ou à impressionner les autres. Ceux que j’ai considérés comme les plus sages, disparaissent sans éclats mais avec une quiétude enviable. Ce qui les distinguait des autres étaient leur relation avec la vie. Ils ont donné à la vie au lieu de tenter de la dévaliser comme moi j’ai fait. Ceux-là sont rares, en presqu’un demi siècle de vie, j’en compte seulement deux. Ils ont frappé si fort mon imagination que je recherche à chaque nouvelle rencontre des traces de leurs passages.

L’illusion du temps

Je perdu beaucoup de mon temps pour atteindre des objectifs illusoires. En croyant augmenter ma valeur par des acquisitions matérielles, j’y ai perdu mes valeurs morales et spirituelles. Le bonheur ne s’acquière pas, contrairement à ce que raconte les publicitaires. Il est semblable à une légère brise qui passe à l’improvise en s’invitant sur nos joues pour y faire pousser un sourire contagieux. Qui monte à nos yeux pour y peinturer douceur, tendresse et bienveillance. Hé oui, le bonheur peut ouvrir des cœurs de rocs pour y planter de jeunes et délicates fleurs. Il est insaisissable, il voyage selon le cours des évènements sans qu’on sache ou et quand il s’arrêtera. Il ne faut pas l’attendre à la gare car il est un état et non un arrêt.

Le temps de notre vie vaut ce qu’il donne aux autres et non ce qu’il prend, et ce indépendamment du résultat escompté. C’est à ma connaissance, la meilleure recette que la voie offre à ceux qu’ils veulent s’empiffrer d’une nourriture qui rassasie. Là ou je donne de mon temps, je reçois la vie en abondance et celle-ci détruit mes envies de compensation par du matérielle de consommation.

Autres textes sur Développement personnel

autres textes de Chroniques d’un prisonnier

Les livres de Colin McGregor

Journaliste dans divers médias à travers le pays; Halifax Daily NewsMontreal Daily NewsFinancial Post et rédacteur en chef du Montreal Downtowner. Aujourd’hui, chroniqueur à Reflet de Société, critique littéraire à l’Anglican Montreal, traducteur et auteur aux Éditions TNT et rédacteur en chef du magazine The Social Eyes.

Parmi ses célèbres articles, il y eut celui dénonçant l’inconstitutionnalité de la loi anti-prostitution de Nouvelle-Écosse en 1986 et qui amena le gouvernement à faire marche arrière. Ou encore en Nouvelle-Écosse, l’utilisation répétée des mêmes cercueils par les services funéraires; scoop qui le propulsa sur la scène nationale des journalistes canadiens.

love-in-3dLove in 3D.

Enjoy our tale of the quest, the human thirst, to find light from within the darkness.

This is a tale for everyone, young and old, prisoner and free.

Love in 3D. Une traduction de L’Amour en 3 Dimensions.

teammate roman livre book colin mcgregorTeammates

Three teenage friends on a college rugby team in the shrinking community of English Montreal – three friends each facing wildly different fates.

This is the story of Bill Putnam, whose downward trajectory we first begin to trace in the late 1970s, and his friends Rudy and Max.

Teammates, their paths will cross in ways they never dreamt of in the happier days of their youth.

quebec-suicide-prevention-handbook-anglais-intervention-crise-suicidaireQuebec Suicide Prevention Handbook

Le suicide dérange. Le suicide touche trop de gens. Comment définir le suicide? Quel est l’ampleur du suicide? Quels sont les éléments déclencheurs du suicide? Quels sont les signes avant-coureurs? Comment intervenir auprès d’une personne suicidaire? Comment survivre au suicide d’un proche?…

Ce guide est écrit avec simplicité pour que tout le monde puisse s’y retrouver et démystifier ce fléau social. En français. En anglais.

social-eyes-web Magazine The Social Eyes

Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009
4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4.

Dépendance affective; causes et conséquences

Roman humoristique et éducatif sur la sexualité.

Quand nos relations amoureuses nous font souffrir

Comment survivre à la dépendance affective?

La dépendance affective est très souffrant. Une souffrance qui peut même mener au suicide.

Raymond Viger Dossiers Dépendance affective, Croissance personnelle, Suicide

192135-gfJ’ai longtemps souffert de dépendance affective. Provenant de ma difficulté à dire non, d’être continuellement au service de l’autre cette dépendance affective, en plus de me pourrir la vie et mes relations, m’a amené à 2 tentatives de suicide.

Suite à mes tentatives de suicide, j’ai été en thérapie. Une première thérapie pour sortir de ma crise suicidaire. Une deuxième thérapie pour démonter ce qui m’empêchait de vivre librement ma vie et de pouvoir en profiter.

Même si l’écriture a toujours fait parti de ma vie, autant personnelle que professionnelle, à partir de mes thérapies elle prend une nouvelle couleur, un nouveau sens. Écrire devient une forme d’auto-thérapie, une façon d’intervenir auprès de moi-même.

quand-un-homme-accouche guide croissance personnelle livre développementJ’ai commencé par mon journal intime. Mais comme le nom le dit, je garde précieusement ces écrits pour moi-même. Pour mes autres écrits, des gens me demandaient sans cesse de leur faire des photocopies. À un point, où j’ai commencé à éditer mes écrits.

J’ai débuté avec Après la pluie… Le beau temps. Un recueil de textes à méditer. Des textes qui m’ont aidé à exprimer mes émotions. Celles que je refoulais à l’intérieur de moi et que je voulais pas laisser sortir. Un recueil de textes qu’on ouvre au hasard d’une lecture, laissant le texte faire remonter une émotion. Selon notre état d’âme, le même texte prendra une couleur différente. Ce recueil de textes se retrouvent dans plusieurs centre de thérapie pour un travail sur soi-même, seul ou en groupe.

images_publicit-lamour-en-3-dimensionsEnsuite est venu le roman de cheminement Quand un homme accouche. Un roman qui peut être lu pour le plaisir d’une histoire humoristique, celle d’un homme qui accouche de son enfant intérieur. Celui-ci devient le thérapeute imaginaire du personnage principal.

Quand un homme accouche est le premier roman d’une trilogie. La trilogie complète est publiée dans L’Amour en 3 dimensions, un roman qui permet de démystifier et dédramatiser la relation à soi, la relation à autrui et la relation à son environnement.

J’ai choisi le roman humoristique pour parler de ma dépendance affective pour montrer comment pense un dépendant affectif mais surtout, comment on peut en arriver à changer son mode de vie et retrouver sa liberté émotionnelle.

Bonne lecture sur la dépendance affective et ses conséquences.

Autres textes sur Dépendance affective

Autres textes sur le Suicide:

Ressources suicide

suicide suicidaire vouloir se tuer comment mourir sans souffrir se suicider prévention interventionPour le Québec: 1-866-APPELLE (277-3553). Les CLSC peuvent aussi vous aider.

La France: Infosuicide 01 45 39 40 00. SOS Suicide: 0 825 120 364   SOS Amitié: 0 820 066 066

La Belgique: Centre de prévention du suicide 0800 32 123.

La Suisse: Stop Suicide

 

Survivre, un organisme d’intervention et de veuille en prévention du suicide et en promotion de la Santé mentale. Pour faire un don. Reçu de charité pour vos impôts.

Merci de votre soutien.

Guide d’intervention de crise auprès de personnes suicidaires

guide-d-intervention-de-crise-personne-suicidaire-suicide-intervention-prevention-suicide-rates-suicide Le guide d’intervention auprès de personnes suicidaires démystifie le suicide. Il permet d’aider les proches à reconnaître les signes avant-coureur du suicide et de déterminer qu’est-ce qui peut être fait pour soutenir la personne en crise.

Une section du guide est réservée aux endeuillés par suicide.

Le livre est disponible au coût de 4,95$.
Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009
Par Internet: Par la poste: Reflet de Société 4260 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X6.

Maintenant disponible en anglais: Quebec Suicide Prevention Handbook.

Autres livres pouvant vous intéresser:

Enfant soldat et Cause: de la guerre à la rue

Enfants soldats et Cause

De la guerre à la rue

Dominic Desmarais   Dossier Enfants-soldats, International

ecole afrique sierra leone enfants soldats réinsertionCAUSE Canada, une ONG albertaine qui œuvre dans le développement, a déjà piloté un projet destiné aux enfants-soldats. De janvier 2000 à juillet 2001, 2274 enfants, victimes de la guerre et amputés, ont profité d’un programme de réintégration. Le tiers des participants était composé de filles. Faute de fonds, le projet a duré un an et demi. La directrice de CAUSE, Beverley Carrick, souhaitait un projet de cinq ans. La guerre est trop loin dans la mémoire des donateurs qui sont constamment sollicités pour soulager les nombreux maux de la planète. Pour obtenir du financement, les ONG doivent trouver d’autres projets plus attrayants.

Prince Cotay, directeur de CAUSE pour la Sierra Leone, constate que le vent a tourné. Depuis la fin de la guerre, les besoins ont changés. «Maintenant, il n’y a pas de besoin pour les enfants-soldats. On a un besoin urgent pour les enfants de la rue.» Plusieurs enfants-soldats ont glissé entre les mailles des programmes de réintégration. Ils n’ont reçu aucune aide. D’autres n’ont pas réussi à s’intégrer, après leur séjour au sein d’un centre de réhabilitation. «Ils ont perdu leur famille, leurs parents. Ils ne peuvent pas retourner chez eux. Ils ont été soldats, ils sont habitués de commander. Ils ne veulent pas retourner vivre sous l’autorité de leurs parents. Ils sont retournés vivre dans la rue», explique M. Cotay.

Plutôt que d’aider des jeunes en particulier comme les enfants-soldats, les nouveaux projets touchent la communauté. Avec le support d’Unicef Canada, CAUSE veut favoriser l’accès à l’éducation pour les enfants. Tous victimes de la perte de leur système d’éducation en raison de la guerre. Les écoles se reconstruisent, les enseignants sont formés. Un travail complémentaire au centre de la Croix-Rouge, qui envoie, après un an, ses plus jeunes sur les bancs d’école.

Pour épauler son projet de rétablissements des écoles, CAUSE s’apprête à mettre sur pied un programme pour sponsoriser l’éducation d’enfants. L’organisme espère rejoindre 5 000 enfants sur les 100 000 de la province. «Les parents doivent payer 50 000 à 60 000 léones par année (20$ US) pour envoyer un enfant à l’école. Certains parents n’ont pas ces moyens», raconte Prince Cotay.

«Le plus gros problème des victimes de la guerre, c’est que la plupart se sont appauvris. Ils n’ont aucune source de revenu. Pas de soins médicaux. Pas d’éducation. Avoir un toit est un autre problème important. Ils vivent au jour le jour. Ils ne peuvent pas penser à demain, car demain n’existe pas. Et plusieurs ont des femmes, des enfants. Avant la guerre, entre 70 et 80% des gens étaient pauvres. Avec la guerre, ça s’est empiré.» Le directeur de CAUSE possède une vaste expertise. Il a supervisé des projets concernant les enfants-soldats, les femmes, les amputés, l’éducation, la santé, les maladies sexuelles.

De la pauvreté à la guerre

Si la pauvreté est visible, la misère ne se sent pas. Philippe Stoll, de la Croix-Rouge, l’admet. «C’est calme en surface. Mais les gens explosent rapidement.» Comme cette fois où, expropriés de leurs terrains, des habitants s’en sont pris au ministre responsable du dossier. Ils l’ont torturé. Il a payé de sa vie sa décision.

Les signaux pour une autre guerre sont là. «Le sous-emploi, les abus aux droits de l’homme, l’accès à la propriété. Le gouvernement garde l’argent. C’est ce qui est arrivé il y a dix ans», fait savoir Daphne Olu Williams, de l’organisation FAWE (Forum for african women Educationalists). Assermentée commissaire pour les élections de 2007, cette femme énergique et bouillante n’a pas peur de ses opinions. Entre des directives à ses enfants, des conversations au téléphone qui ne dérougit pas, elle clame tout haut ce que les gens de la communauté internationale racontent sous le couvert de l’anonymat. Elle aussi remarque que les indicateurs qui ont mené à la guerre en 1991 sont aujourd’hui présents. Il ne manque plus qu’un leader, un rassembleur. Les ONG, elles, poursuivent leur travail. En espérant ainsi empêcher une autre boucherie.

Autres textes sur les enfants-soldats:

AK-47 et enfants-soldats

Enfants soldats et leurs victimes à la même école

Enfants-soldats: traumatismes de guerre

Une soirée avec les enfants-soldats à Freetown

Enfants-soldats: de la guerre à la rue

Enfants soldats: les anges de la guerre

Enfant soldat et Cause: de la guerre à la rue

Produit grâce à la contribution de l’Agence canadienne de développement international (ACDI)

Ce billet, ainsi que toutes les archives du magazine Reflet de Société sont publiés pour vous être offert gracieusement. Pour nous permettre de continuer la publication des textes ainsi que notre intervention auprès des jeunes, dans la mesure où vous en êtes capable, nous vous suggérons de faire un don de 25 sous  par article que vous lisez et que vous avez apprécié.

Merci de votre soutien.

PUBLICITÉ

conte-illustre-enfant-jeune-ecrivain-livre-illustrationConte illustré ralliant l’imagination débordante de Patrick Viger, un jeune de 15 ans, l’expérience littéraire de Raymond Viger et les illustrations professionnelles de Victor Panin. Patrick Viger a commencé à écrire en duo avec son père dès l’âge de 8 ans. Cette écriture a commencé par un jeu; une façon d’établir une relation entre un père et son fils. Ce conte illustré a été écrit pour le plaisir et l’amusement. 4,95$

Disponible Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009
Par Internet: http://www.editionstnt.com/livres.html
Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4.

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel.

Le micro-crédit

Le micro-crédit

Lisa Melia                      Dossier Égalité Homme-Femmes, Économie

Prix Nobel de la paix 2006: Muhammad Yunus

En 2006, le bangladais Muhammad Yunus a reçu le prix Nobel de la paix. Ce qui a pu surprendre ceux qui le connaissaient déjà: Yunus est en effet un économiste. Né en 1940 dans ce qui était encore à l’époque une partie de l’Inde sous colonisation anglaise, il étudie d’abord près de chez lui. Il visite cependant pendant sa jeunesse l’Amérique du Nord, l’Europe, et une partie de l’Asie.

En 1957, il part à l’université de Dakha étudier l’économie, obtient son diplôme et devient enseignant. Il s’essaie à diriger une entreprise, et rencontre le succès. Mais il décide finalement de partir étudier aux États-Unis, où il obtient son doctorat.

Il restera pour travailler, mais en 1971 éclate la guerre de libération du Bangladesh. Muhammad Yunus soutient les indépendantistes Muhammad Yunus le 17 mars à Tokyo. Photo AFP/Yoshikazu Tsunoet s’implique. Il rentrera finalement chez lui en 1972, quelques mois après la déclaration de l’indépendance du Bangladesh.

Une banque pour le développement: la Grameen Bank

Il occupe alors le poste de responsable du département d’économie de l’université de Chittagong. La pauvreté qui règne le choque: «Une terrible famine frappait le pays, et j’ai été saisi d’un vertige, voyant que toutes les théories que j’enseignais n’empêchaient pas les gens de mourir autour de moi.»

En étudiant la situation des pauvres, il en vient finalement à la conclusion que le principal problème vient du fait qu’ils n’ont pas accès à des capitaux. Les banques refusent de prêter et les usuriers locaux pratiquent des taux d’intérêts à la limite de l’indécence. L’idée germe alors. En utilisant son propre argent, ils proposent à quelques villageois des «micro-prêts» de quelques dollars, dont les conséquences s’avèrent très positives. En 1977, il crée finalement sa propre banque, la Grameen Bank, qui se consacre au micro-crédit.

Le micro-crédit: qu’est-ce que c’est?

Le fonctionnement est relativement simple. Lors de ses recherches, Yunus a rencontré un groupe d’artisans ayant besoin de 27 dollars pour acheter du bambou. Les banques refusaient de prêter une si petite somme à des clients soi disant insolvables. Yunus a finalement prêté les 27 dollars de sa propre poche, ce qui a permis aux artisans d’acheter le bambou, donc de produire, et même de créer de nouveaux emplois. Ils ont remboursé le prêt sans difficulté. C’est là tout le principe du micro-crédit.

La Grameen Bank propose à des artisans ou entrepreneurs à l’échelle locale des petits prêts à taux d’intérêt nul, ce qui leur permet de financer leurs activités et d’entrer dans une dynamique de production et de profit. L’impact sur le développement social est considérable car le micro-crédit profite à divers secteurs et directement aux plus pauvres qui peuvent alors améliorer leur situation économique par leurs propres moyens.

Cela a également permis l’accès aux services sociaux de bases, ainsi que la revalorisation de la place et du travail de la femme dans plusieurs pays en développement, car ce sont les femmes qui utilisent en majorité ce système de prêt. Le micro-crédit est donc un vecteur de pacification social et d’amélioration de la vie de ses utilisateurs.

C’est pour cela que Muhammad Yunus et son institution la Grameen Bank ont reçus en 2006 le prix Nobel de la paix. La Grameen Bank a soutenu quelques 2,4 millions d’emprunteurs. Selon la Banque mondiale, il y aurait maintenant près de 10 000 institutions de micro-crédit dans 85 pays qui brassent 30 milliards de dollars. Environ 300 millions de personnes dans le monde en bénéficient.

Profiter de la crise économique pour changer le monde

Muhammad Yunus est intervenu ce mardi à Tokyo, où il a estimé que la crise financière était une opportunité de changer le fonctionnement du monde de la finance à l’échelle mondiale en faveur des plus démunis.

Dans le journal Le Monde, il a ainsi déclaré: «Le système financier doit être entièrement repensé. Il ne fonctionne pas pour le peuple de toute façon ! Pour les riches, oui ! Les grandes entreprises, oui ! Mais pas pour le peuple […]. Un petit nombre de personnes d’un seul pays avaient créé une situation désastreuse pour le monde entier, [ce qui démontre] la fragilité du système capitaliste actuel.»

PUBLICITÉ

show_image

Poésie urbaine

L’âme de l’ange. Jean-Simon Brisebois.

À chaque mort, une naissance. À chaque naissance, un combat! Recueil de pensées et de poésies influencé par le béton, la rue et son vécu urbain. De jour et de nuit, la vie continue, se transforme. À travers les ombres et pénombres, elle se colore de différentes nuances de gris.

Disponible par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009
Par Internet: www.refletdesociete.com
Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel.

%d blogueurs aiment cette page :