Commerce équitable

Merci de visiter notre Boutique équitable

L’ABC du commerce équitable

Par Carle Bernier-Genest   Dossiers Commerce équitable, cartes anniversaire

Le commerce équitable existe depuis plus de 50 ans. Il commence aujourd’hui, bien lentement, à faire sa place dans les échanges commerciaux. Il n’est pas la solution à tous les problèmes, mais, pour l’heure, il s’agit du meilleur système pour les paysans des pays en voie de développement. Il leur offre une alternative au marché actuel et de la charité tout en leur assurant un certain développement. Chaque produit équitable consommé respecte 5 principes.

Un juste prix

Dans le commerce équitable, le prix du café est fixe à 1,26$ la livre. À la bourse, le prix fluctue entre 40 cents et 1$. Dans le circuit du commerce équitable, les agriculteurs obtiennent donc des revenus 5 à 10 fois supérieurs. Ce juste prix est décidé entre les producteurs (agriculteurs et paysans) et les acheteurs du Nord. Il correspond à ce qui permet aux producteurs de vivre et aux acheteurs de vendre dans leurs pays. Équiterre a étudié le cas de 5 villes au Québec pour comparer le coût du café équitable avec celui du café conventionnel. Statistiquement parlant, il n’y a pas de différence quand on compare du café de même qualité.

Un commerce direct

Le commerce équitable élimine les intermédiaires: l’acheteur se procure ses produits directement du producteur. Éliminé, l’intermédiaire qui transporte le café du champ à la capitale. Éliminé, l’intermédiaire qui achète le café pour le vendre à la bourse. Éliminé, le courtier qui revend le produit aux grandes compagnies. Trois intermédiaires de moins, 3 parts de profits de moins à débourser.

Un engagement à long terme et l’accès au crédit

L’acheteur, lorsqu’il transige avec des paysans, s’engage envers eux pour au moins 2 ans. Les producteurs s’assurent de revenus fixes pour cette période. De plus, les paysans peuvent demander à l’acheteur une avance de prêts. L’accès au crédit, dans les pays en voie de développement, est plus difficile. Les frais sont beaucoup plus élevés. Cette mesure permet aux agriculteurs de moins s’endetter. Ce qui arrive rarement car les acheteurs paient généralement la moitié du prix à l’achat.

Un développement communautaire et écologique

Sur les 1,26$ la livre, la coopérative de producteurs conserve 5 à 20 cents. Ensemble, ils décident de financer un projet de développement communautaire. Plus souvent qu’autrement, ils investissent dans les domaines de la santé et de l’éducation ou dans l’amélioration de leur production. Les agriculteurs du commerce équitable n’ont pas le droit d’utiliser les pesticides interdits dans les pays développés comme le DDT, par exemple, jugé cancérigène. La biodiversité est également encouragée.

Une gestion démocratique et transparente

La règle: un producteur, un vote. Les coopératives doivent ouvrir leurs livres et laisser les certificateurs indépendants vérifier. Ils reçoivent des mises en garde ou des avis auxquels ils doivent se soumettre. Par exemple, une coopérative n’ayant qu’une femme dans ses instances décisionnelles s’est vue obligée de remédier à la situation si elle ne voulait pas perdre sa certification de commerce équitable.

Dans la prochaine chronique: la certification des produits équitables pour assurer le respect des 5 principes. Du champ du producteur à la maison du consommateur.

  • Équiterre est un organisme à but non lucratif ayant pour mission de contribuer à bâtir un mouvement citoyen en prônant des choix collectifs et individuels à la fois écologiques et socialement équitables.
  • Produits du commerce équitable: café, thé, riz, bananes, cacao, sucre, jus de fruits, ballons de sport et artisanat. À venir: fruits, vins, huiles, beurre de karité…
  • Café équitable: 3% des ventes de café au Québec, 2% au Canada. Touche environ 800 000 travailleurs

Les ventes de produits certifiés équitables augmentent de 10 à 20% par année depuis 1997

Répertoire des points de vente de produits équitables: equiterre.qc.ca

Autres textes sur Commerce équitable

Ce billet, ainsi que toutes les archives du magazine Reflet de Société sont publiés pour vous être offert gracieusement. Pour nous permettre de continuer la publication des textes ainsi que notre intervention auprès des jeunes, dans la mesure où vous en êtes capable, nous vous suggérons de faire un don de 25 sous par article que vous lisez et que vous avez apprécié.

Merci de votre soutien.

PUBLICITÉ

Guide d’intervention de crise auprès de personnes suicidaires

guide-d-intervention-de-crise-personne-suicidaire-suicide-intervention-prevention-suicide-rates-suicide Le guide d’intervention auprès de personnes suicidaires démystifie le suicide. Il permet d’aider les proches à reconnaître les signes avant-coureur du suicide et de déterminer qu’est-ce qui peut être fait pour soutenir la personne en crise.

Une section du guide est réservée aux endeuillés par suicide.

Le livre est disponible au coût de 4,95$. Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009 Par Internet: http://www.editionstnt.com/livres.htmlPar la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4.

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel.

Centraide est-il adapté aux réalités d’aujourd’hui?

Philantropie et communautaire

Centraide est-il dépassé ou encore pertinent?

Avec les concepts d’économie sociale, Centraide a-t-il su s’adapter aux nouvelles méthodes d’interventions?

Raymond Viger Dossiers Communautaire, Commerce équitable

Visitez notre boutique équitable

centraide-collecte-de-fonds-communautaire-united-wayLes racines de ce qui deviendra Centraide sont profondes. Différents mouvements de collectes de fonds qui avaient vu le jour au moment de la Grande Dépression dans les années 1930 se sont regroupés pour former, en 1975, Centraide.

Centraide a depuis, capitalisé des sommes d’argent dont les intérêts sont remis à certains organismes communautaires en plus de faire d’importantes collectes de fonds pour en augmenter les argents ainsi remis. Il y a 117 regroupements Centraide à travers le Canada.

Centraide du Grand Montréal

Les montants que Centraide du Grand Montréal remets annuellement ont passé de 5 millions en 1975 à plus de 50 millions aujourd’hui. Est-ce que nous avons réussi à baisser la pauvreté proportionnellement à l’augmentation des budgets investi dans le communautaire? Malheureusement non. La pauvreté n’a pas cessé d’augmenter pour autant.

Notre organisme n’est pas subventionné par le gouvernement. Nous travaillons notre propre financement en vendant des abonnements à notre magazine d’information et de sensibilisation Reflet de Société ainsi que des produits dérivés du Café-Graffiti des jeunes artistes que nous accompagnons. Cette méthode de financement est basée sur des principes d’économie sociale et d’autonomie communautaire.

Quand nous sollicitons le public, souvent ont nous demande pourquoi nous ne sommes pas subventionné par Centraide. Il y a tellement d’organismes communautaires qui recherchent des fonds que Centraide doit mettre des contraintes pour avoir accès à leur financement. Une des limites qu’ils imposent est l’obtention d’un numéro de charité.

Numéro de charité et économie sociale

art urbain culture urbaine artistes émergentsMais voilà que l’économie sociale n’est pas accepté par les fonctionnaires canadiens qui attribuent les numéros de charité. Il faut se limiter à une activité d’intervention charitable. Et la vente de produits, qu’elle soit équitable ou non, n’est pas considéré comme une intervention charitable.

J’ai vérifié auprès de responsables de longue date de Centraide si leur organisation avait l’intention de se rajeunir et de s’adapter aux nouvelles réalités économiques du communautaire en arrêtant d’exiger un numéro de charité. Malheureusement, non. Il y a tellement d’organismes communautaires, des besoins qui sont tellement grand et qui dépassent les capacités financières de Centraide, que les organismes d’économie sociale comme nous ne pourrons jamais avoir du financement de Centraide.

Les choix de Centraide

Centraide doit même faire des choix et couper le financement de certains organismes qui ont longtemps été financé.

Le public doit continuer de soutenir Centraide pour la pertinence qu’ils représentent auprès d’un certain nombre d’organismes communautaires. Mais il doit aussi soutenir les organismes en économie sociale qui sont une nouvelle génération d’intervention avec une vision différente.

Je profite de cet instant de réflexion pour vous diriger vers les abonnements de notre magazine Reflet de Société ainsi que vers notre boutique Internet où nous présentons les produits dérivés de nos jeunes artistes urbains.

Visitez notre boutique équitable

Autres textes sur Commerce équitable

Abonnement au magazine Reflet de Société

reflet-de-societe-magazine-drogue-prostitution-suicide-alcool-gang-de-rue-gambling Internet-o-thon pour soutenir le magazine communautaire Reflet de Société édité par le Journal de la Rue. C’est le temps de vous abonner pour montrer votre soutien à votre revue sur l’actualité communautaire et sociale. Toute contribution supplémentaire pour soutenir notre cause est la bienvenue.

Pourquoi s’abonner à Reflet de Société?

  • Le citoyen est au cœur de notre mission
  • Un regard différent, critique et empreint de compassion sur les grands enjeux de société
  • Un espace ouvert aux lecteurs pour prendre la parole, partager leurs expérience et faire progresser les débats
  • Un magazine d’information entièrement indépendant, financé par ses milliers d’abonnés aux quatre coins du Québec
  • Tous les profits générés par la vente de Reflet de Société sont remis à l’organisme Journal de la Rue qui offre des services de réinsertion sociale aux jeunes.

T-shirts du Café-Graffiti et T-Shirts 15e anniversaire

Par téléphone: (514) 256-9000, ext.: 1-877-256-9009
Par Internet: http://www.refletdesociete.com/abonnement.html
Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4.

Les roses de la St-Valentin empoisonnées

Pour la St-Valentin, les 6 jours de Cupidon

Commerce équitable

Des roses empoisonnées

Les roses de la Saint-Valentin sont-elles cultivées par des gens qui s’empoisonnent en travaillant?

Les Débrouillards, Marie-Ève Favron  Dossiers Commerce équitable, cartes anniversaire, Une St-Valentin toute spéciale

roses-equitables-st-valentin-commerce-equitable (Agence Science-Presse) Depuis vingt ans, la culture des roses s’est concentrée dans les pays du Sud. Un quart des roses produites dans le monde le sont en Équateur… souvent au mépris de la santé des travailleurs et de l’environnement.

Certains producteurs brûlent leurs terres à force d’utiliser des pesticides toxiques, qui se retrouvent ensuite dans l’eau de consommation. Plusieurs de ces produits sont interdits, même en Équateur! Ils causent maux de tête, irritations, maladies respiratoires, rénales ou sanguines, cancers chez les travailleurs et même des mutations génétiques chez certains bébés. Les enfants ne sont pas épargnés, car plusieurs travaillent pour faire vivre leur famille.

«Les travailleurs ruinent leur santé et n’ont même pas un salaire adéquat et la sécurité d’emploi!» , s’indigne Roberto Nevado, président d’une compagnie de roses équitables en Équateur.

L’espoir bourgeonne

Des associations se sont formées pour aider les travailleurs à obtenir de meilleures conditions de travail. La moitié des 400 entreprises florales équatoriennes se sont jointes à l’association Expoflores. Elles n’embauchent pas d’enfants et respectent l’environnement ainsi que le code international du travail et la déclaration internationale des droits de la personne.

Julia Malquin, de l’association de certification équitable FLO, est fière des accomplissements des plantations équitables: «Chez Agriful, tous les enfants ont reçu un diagnostic de leur état de santé. De son côté, Planterra a monté un programme de diplomation pour les enfants et chez Nevado Ecuador, on a installé une garderie.»

Carmen Lascano travaille pour une ferme de roses équitables. «Sans l’aide apportée par la certification équitable, je n’aurais pas pu envoyer mes enfants à l’école.»

Vancouver d’abord…

Au Canada, ce n’est qu’à Vancouver qu’on retrouve des roses certifiées «commerce équitable». À travers le pays, certaines compagnies vendent des roses cultivées dans des conditions respectueuses des travailleurs et de l’environnement. Espérons que comme pour le café, on verra bientôt des roses équitables dans les supermarchés.

Un symbole de justice et d’équité

Voici un des symboles du «commerce équitable»: c’est celui de Transfair. Pour l’obtenir dans l’industrie de la rose, certaines exigences doivent être respectées :

  • Interdiction du travail des enfants
  • Présence d’une garderie pour les enfants des travailleurs
  • Respect des congés de maternité et pauses d’allaitement durant la journée de travail
  • Accès à des logements décents près du lieu de travail ou à un moyen de transport gratuit
  • Sécurité d’emploi et salaire au-dessus du salaire minimum
  • Bannissement d’une centaine de pesticides et port d’habits spéciaux pour protéger les travailleurs des pesticides permis.
  • Accès à des visites médicales sur demande pour les employés
  • Protection de l’environnement à l’intérieur et autour de la plantation

Souper Spectacle du chanteur B.U. sur la scène du Ste-Cath pour la St-Valentin.

Une St-Valentin toute spéciale

Merci à Éric Bouron pour la traduction de l’entrevue de Julia Malquin.

Ce billet, ainsi que toutes les archives du magazine Reflet de Société sont publiés pour vous être offert gracieusement. Pour nous permettre de continuer la publication des textes ainsi que notre intervention auprès des jeunes, dans la mesure où vous en êtes capable, nous vous suggérons de faire un don de 25 sous par article que vous lisez et que vous avez apprécié.

Merci de votre soutien.

Autres textes dossier Environnement

PUBLICITÉ

Graffiti Hip Hop de la scène de Montréal

operation-graffiti-hip-hop-graffiteur-graff Opération Graffiti. Toute l’histoire de la création du Café-Graffiti. La relation avec les jeunes. Ce qu’ils ont vécu dans le projet. Ce qu’ils ont fait vivre aux intervenants. Toutes les anecdotes d’un projet qui fait encore parler de lui. Une façon intéressante et originale de soutenir le Café-Graffiti dans sa mission d’aide et de soutien aux jeunes. 19,95$.

Disponible Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009
Par Internet: http://www.editionstnt.com/Livres.html
Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4.

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel.

Produit équitable: 5 principes

Produit équitable: 5 principes

Carle Bernier-Genest     Dossier EnvironnementProtection du consommateur

Pour être étiqueté produit équitable, il faut que le produit respecte 5 principes: le juste prix, le commerce direct, un engagement à long terme et l’accès au crédit, un développement communautaire et écologique ainsi qu’une gestion démocratique et transparente.

Pour s’assurer du respect de ces 5 principes, un système de certification est mis en place afin de vérifier que toute la chaîne d’approvisionnement correspond aux critères du commerce équitable.

Certification des producteurs

En premier lieu, le contrôle s’effectue auprès des paysans qui cultivent la matière première ou conçoivent le produit. La certification est effectuée par Fairtrade Labelling Organizations International (FLO) dont les agents se rendent directement dans les champs. Idéalement, les producteurs devraient recevoir la visite des agents de FLO une fois par année. Présentement, la norme tourne autour d’une fois aux deux ans, sans compter les visites surprises. Les coopératives n’ont pas le choix d’ouvrir leurs livres si elles veulent conserver leur certification équitable.

FLO, un organisme indépendant qui établit les normes et les procédures du commerce équitable, ne vend aucun produit. Il joue le rôle de chien de garde.

Certification des acheteurs

Une fois le produit acheté par un commerçant d’un pays industrialisé, le contrôle se poursuit. FLO laisse à d’autres organismes le soin de s’assurer du respect des règles du commerce équitable. TransFair Canada est l’organisme au pays chargé de contrôler les entreprises. TransFair regarde les achats, les activités de transformation et les ventes de produits équitables des entreprises canadiennes. L’organisme certifie qu’il n’y a pas de différence entre ce que FLO a vérifié et ce que le consommateur achète.

Une certification contournable?

Le commerce équitable ne peut souffrir d’un scandale sans que sa crédibilité ne soit entachée. Pour le bien du système, FLO ne peut se permettre d’être laxiste. Également, d’autres organismes internationaux vont vérifier sur le terrain par eux-mêmes. Par exemple, Équiterre fait de la contrevérification. Oxfam-Québec, qui achète du café équitable pour le revendre ici, fait également de la vérification de son côté. Personne ne peut se permettre un scandale.

Un système qui favorise toute la communauté

L’effet du commerce équitable ne touche pas que le producteur mais toute sa communauté. Tous les producteurs,  y compris ceux qui ne font pas partie du système, en profitent grâce aux informations des producteurs du commerce équitable. L’analphabète, dupé par les intermédiaires, a maintenant des informations sur le prix de son produit sur le marché, le coût du transport et bien d’autres renseignements. Il détient un certain pouvoir, grâce au producteur du commerce équitable, pour mieux négocier. On se rend compte que, là où le commerce équitable est présent, les producteurs locaux ont vu leurs prix augmenter. Raison de plus pour acheter équitable!

Produits du commerce équitable: café, thé, riz, bananes, cacao, sucre, miel, jus de fruits, ballons de sport

À venir: fruits, vins, huiles, beurre de karité

Café équitable: 3% des ventes de café au Québec, 2% au Canada

Production par environ 800 000 travailleurs dans les pays du Sud

Les ventes de produits certifiés équitables augmentent de 10 à 20% par année depuis 1997

Autres textes sur Protection du consommateur

Ressources

Office de la protection du consommateur du Québec
Montréal: 514-253-6556
Québec: 418-643-1484
Partout au Québec: 1-888-OPC-ALLO (1-888-672-2556)

Option consommateurs
Montréal: 514-598-7288
Numéro sans frais: 1-888-412-1313

Protégez-vous

Rédaction
courrier@protegez-vous.ca
2120, rue Sherbrooke Est, bureau 305
Montréal (Québec) H2K 1C3

Pour un abonnement à Protégez-vous.

Ce billet, ainsi que toutes les archives du magazine Reflet de Société sont publiés pour vous être offert gracieusement. Pour nous permettre de continuer la publication des textes ainsi que notre intervention auprès des jeunes, dans la mesure où vous en êtes capable, nous vous suggérons de faire un don de 25 sous par article que vous lisez et que vous avez apprécié.

Merci de votre soutien.

PUBLICITÉ

couverture  livre jean-simon copie Poésie urbaine. Je me raconte. Jean-Simon Brisebois. Depuis 1997 Jean-Simon s’est découvert un goût pour l’écriture. Après avoir publié une trilogie poétique aux Éditions TNT(Entité en 2008, L’âme de l’ange en 2007 et Renaissance en 2006), plusieurs de ses lecteurs étaient curieux de savoir lesquels de ces textes parlaient le plus de lui. Il revient donc en force avec Je me raconte, un court récit autobiographique. Laissez-vous guider dans le monde particulier de ce jeune auteur!  7$

Disponible par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009
Par Internet: http://www.editionstnt.com/Livres.html
Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4.

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel.

L’avenir de notre société.

L’avenir de notre société?

Dossier Gang de rue.

D’un côté, il y a les groupes criminalisés. On les a laissé s’organiser, tout contrôler. Il y a même une justice à deux vitesses. Si un motard passe en cours, ses avocats, payé par l’aide juridique pour leurs « pauvres clients » ont le droit à une forte augmentation de salaire. Quand un des jeunes que j’accompagne fait face à la musique, il faut qu’il sorte du cash pour être servi par ces avocats de l’aide juridique. Sinon, il n’est qu’un simple numéro dans la grosse machine et les chances d’avoir un procès juste et équitable sont plus mince que de gagner au casino. Est-ce qu’on laisse les gangs de rue refaire le même scénario? Jusqu’où la violence et les injustices vont monter?

De l’autre, nous voyons des politiciens nous compter toutes sortes de romances, changer les lois et la fiscalité pour avantager rétroactivement leurs entreprises personnelles, accepter de la surfacturation pour des programmes tels les commandites, des députés qui embauchent, dans des conditions inhumaines, des immigrants pour les faire travailler sur leurs terres, d’autres qui profitent de la réforme des CPE pour leur entreprise privée…

En ce début de nouvelle année, mon coeur est à la tristesse et au découragement. Malgré tout, il y a des changements majeurs en vue. Des groupes s’organisent, réfléchissent, se positionnent. Que ce soit les groupes de réflexion de l’Institut du nouveau monde, du forum jeunesse ou encore le forum citoyen… le besoin de réfléchir et de se positionner collectivement se fait sentir de plus en plus. Cette nouvelle synergie devrait déboucher vers une nouvelle classe de dirigeant qui vont prendre des postes politiques, économiques et autres.

De cette réflexion, l’action et le changement doit déboucher. Sinon, il faudra retourner au bonnes vieilles méthodes. Celle de Robin des Bois et de nos anciens sauveurs sociaux. Plus violente, plus radicale, mais qui peuvent atteindre leurs objectifs: une société juste, plus humaine et équitable, une harmonie à travers toutes les couches de la société et les différentes cultures de notre monde…

Pour cette année 2006, je nous souhaite, Paix sur terre et Amour pour tous. Que règne Santé et Harmonie sociale.

Autres textes sur Gang de rue

 Ce billet, ainsi que toutes les archives du magazine Reflet de Société sont publiés pour vous être offert gracieusement. Pour nous permettre de continuer la publication des textes ainsi que notre intervention auprès des jeunes, dans la mesure où vous en êtes capable, nous vous suggérons de faire un don de 25 sous par article que vous lisez et que vous avez apprécié.

Merci de votre soutien.

PUBLICITÉ

quand-un-homme-accouche-roman-cheminementQuand un homme accouche. Roman de cheminement. Le personnage principal accouche de son enfant intérieur qui devient son ami et son thérapeute tout au long du roman. Ce livre est le premier d’une trilogie qui a été reprise dans L’amour en 3 Dimensions. 9,95$

Disponible Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009
Par Internet: http://www.editionstnt.com/Livres.html
Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel.

%d blogueurs aiment cette page :