Vivre ou survivre en coopérative d’habitation

Spectacle du Bistro le Ste-Cath (l’ancien Bistro In Vivo) dans Hochelaga-Maisonneuve

Habitation et logements abordables

Vivre en coop

Logements moins chers, droit de regard sur les améliorations locatives et esprit  communautaire. La vie en coopérative: situation idéale?

Ève Lemay   Dossier Communautaire, Coopérative

cooperative-d-habitation-coop-cooperants-loyers-modiques La recherche de l’appartement parfait peut devenir un véritable cauchemar. Ainsi, plusieurs désirent vivre en coopérative d’habitation qui offre des logements propres, très abordables et un style de vie basé sur l’entraide et la mixité. Au Québec, 50 000 personnes vivent en coopérative. On compte 1200 habitations de ce type dont plus de la moitié sur l’île de Montréal.

Une coopérative d’habitation est une petite entreprise. Les membres sont locataires mais aussi propriétaires. Le paiement du loyer sert à payer l’hypothèque de l’immeuble. Le concept est semblable à celui des caisses populaires. À leur arrivée, les membres doivent acheter une part sociale, dont le montant varie selon la grandeur de leur futur logement. C’est aussi une organisation démocratique et tous les membres sont appelés à participer activement aux décisions.

Un conseil d’administration est formé. Différents comités sont mis sur pied afin que chacun s’investisse en fonction de ses intérêts et de ses compétences. Le comité des relations extérieures s’occupe, entre autres, de recruter des membres prêts à s’impliquer. Le comité d’entretien veille à contacter des entrepreneurs pour les rénovations.

coop-d-habitation-cooperative-cooperants-loyer-modique La base d’une coopérative d’habitation demeure l’assemblée générale. Tous les membres se réunissent au moins une fois par année. Pour chaque décision, tous ont droit de vote. Selon la loi, seul le conseil d’administration a les pouvoirs pour gérer les affaires de la coopérative.

Pour Julie Grammond, qui a habité en coopérative de 2007 à 2010, l’avantage majeur était l’esprit de communauté et la possibilité de connaître ses voisins. «Si j’avais besoin de lait et que le dépanneur était fermé je n’étais aucunement gênée d’aller voir mes voisins pour qu’ils puissent me dépanner, relate-t-elle. En tant que campagnarde, j’étais très heureuse de trouver une communauté dans mon immeuble. Tous les membres se retrouvaient souvent dans la cour arrière pour discuter et nous faisions souvent des barbecues», ajoute-elle.

Pour Micheline Migneault, qui a habité une coopérative de six logements à Sherbrooke entre 2004 et 2006, l’avantage majeur était le prix des logements. La possibilité d’un certain contrôle sur l’entretien de l’immeuble et le droit de regard sur les améliorations locatives l’avaient aussi séduite. Même chose pour André Pruneau, qui a habité en coop de 2006 à 2010, très heureux de trouver un appartement abordable.

Malgré tout, la réalité moins reluisante rattrape souvent la vision idyllique que les occupants ont des coopératives. Déresponsabilisation et conflits de personnalités s’invitent souvent dans ces communautés.

Inconvénients de la coopérative d’habitation

Did Belizaire qui habite une coopérative depuis 7 ans, considère qu’elles ne font que donner l’illusion qu’il y règne une atmosphère de partage et d’entraide. «Je l’ai surtout remarqué lorsqu’il y a eu le tremblement de terre en Haïti. Je suis Haïtien d’origine et personne n’est venu me demander si ma famille allait bien», témoigne-t-il, déçu.

Pour André Pruneau, c’est le manque d’implication des membres qui l’a le plus déçu. «Ce sont toujours les mêmes personnes qui font tout, déplore-t-il. Certains avaient de petites réparations mineures à effectuer dans leur logement et même s’ils étaient parfaitement capables de les faire eux-mêmes, ils faisaient toujours appel au comité d’entretien», ajoute André.

Micheline Migneault a aussi été marquée par cette déresponsabilisation. «Les gens promettaient mer et monde en entrevue et une fois rentrés dans la coopérative, beaucoup réussissaient à se défiler de leurs obligations», se souvient-elle. Elle cite l’exemple d’une locataire qui affirmait que son statut de mère monoparentale l’empêchait de s’impliquer, n’était-ce qu’une heure par mois pour l’entretien des corridors et autres espaces communs.

Julie se souvient amèrement que sa coopérative, qui était divisée en cinq immeubles, ne partageait pas également les dépenses. «Les escaliers extérieurs de mon immeuble étaient vraiment dangereux et rien n’était fait, contrairement aux autres blocs qui eux, avaient souvent droit à beaucoup plus de budget.»

Secrétaire de direction à la Fédération des coopératives d’habitation intermunicipale du Montréal métropolitain (FECHIMM), Isabelle Lalouette avoue que la majorité des plaintes reçues concernent des problèmes de voisinage et des conflits de personnalités. «C’est plutôt surprenant étant donné que, souvent, le but recherché en venant vivre en coopérative est de trouver une ambiance chaleureuse et un esprit communautaire», observe-t-elle.

Pour vivre en coopérative

Malgré les inconvénients que comportent les coopératives d’habitations, Did Bélizaire assure que ce type de logement est parfait pour des familles, si on considère les bas prix des logements. Il ajoute que l’esprit de convivialité doit être créé par les membres afin d’en faire un milieu de vie agréable.

«Vivre en coopérative exige de la souplesse, de la tolérance et un sens du devoir», concède Micheline. Elle suggère qu’un membre doit idéalement être capable de faire passer les intérêts du groupe et de la coopérative avant les siens.

«Il doit y avoir des coopératives fonctionnelles quelque part, mais moi je ne conseille pas ce type d’habitation», conclut Julie.

Décider de vivre en coopérative c’est accepter de mettre l’épaule à la roue, dans l’espoir d’obtenir de meilleures conditions de vie.

Autres textes sur Coopérative et logements

Le logement à Val d’Or pour les autochtones

Du nouveau pour la Place Benoit de Saint-Laurent: Aldo rénove!

La coopérative de santé: le citoyen prend en main son bien-être

Ce billet, ainsi que toutes les archives du magazine Reflet de Société sont publiés pour vous être offert gracieusement. Pour nous permettre de continuer la publication des textes ainsi que notre intervention auprès des jeunes, dans la mesure où vous en êtes capable, nous vous suggérons de faire un don de 25 sous par article que vous lisez et que vous avez apprécié.

Merci de votre soutien.

PUBLICITÉ.

L’amour en 3 dimensions.

l-amour-en-3-dimensions-roman-cheminement-humoristique-croissance-personnelleLa relation à soi, aux autres et à notre environnement

Roman de cheminement humoristique. Pour dédramatiser les évènements qui nous ont bouleversés. Pour mieux comprendre notre relation envers soi, notre entourage et notre environnement. Peut être lu pour le plaisir d’un roman ou dans un objectif de croissance personnelle.

L’histoire est une source d’inspiration pour découvrir, d’une façon attrayante et amusante, une nouvelle relation avec soi-même et son environnement. Bonne lecture et bon voyage au pays de Tom.

Le livre est disponible au coût de 19,95$. Une co-écriture avec le journaliste Colin McGregor a permis de présenter une version anglophone LOVE in 3D.

Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009 Par Internet:Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4.

Autres livres pouvant vous intéresser:

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel.

Hochelaga mon amour

Lettre d’amour à son quartier

Hochelaga mon amour

Antérieurement, les chroniques Reflet de mon quartier ont démontré avec brio que le quartier Hochelaga-Maisonneuve est en pleine effervescence et regorge de gens passionnés. Lettre d’amour à leur quartier de la part de quelques résidents.

Ève Lemay Dossiers Communautaire, FamilleHochelaga-Maisonneuve

Reflet de mon quartier est un bi-mensuel consacré à l’actualité et aux débats d’idées reliés à l’arrondissement montréalais d’Hochelaga-Maisonneuve.

marche-maisonneuve-hochelaga-maisonneuve-arrondissement-quartier Élyse Champagne et son mari Luis Tovar sont installés dans le quartier depuis peu. Heureux d’avoir pu trouver un logement abordable et assez grand pour les accueillir avec leur petite Bahia, un an et demi. Lorsqu’elle vante son quartier, Élyse devient poète.  « J’aime mon quartier parce que je m’y sens chez moi et qu’il est à l’image de l’homme, pleins de contradictions », exprime-t-elle. Si Réal Ménard, maire de l’arrondissement d’Hochelaga-Maisonneuve, voulait créer une publicité pour vendre le quartier, Élyse ferait une excellente porte-parole. « J’aime mon quartier parce qu’il est modeste et digne à la fois. Nous arrivons parfois à nous croire dans un village québécois où les plus âgés semblent moins isolés qu’ailleurs, commérant, assis sur un banc de la promenade Ontario », ajoute la jeune mère. Est-ce que les gens y seraient plus authentiques qu’ailleurs? C’est la question qu’elle se pose et à laquelle elle répond par l’affirmative.

Annie Lafontaine, installée dans Hochelaga depuis quatre ans. Elle avoue aussi apprécier son quartier pour l’aspect presque village. « C’est le quartier qui ressemble le plus aux régions à Montréal, c’est dans Hochelaga-Maisonneuve que je me sens chez moi », affirme celle qui est originaire de Shawinigan. Catherine Lemay et son amie Jessica Crevier habitent toutes deux dans le quartier depuis quelques années et leurs pensées rejoignent celles d’Annie. « C’est un quartier où il fait bon vivre », exprime Catherine. « La nature a encore sa place ici, avec l’immense Parc Maisonneuve et les rues bordées d’arbres », ajoute Jessica. Elles sont aussi d’accord sur un autre point. « C’est un quartier très calme et, contrairement à ce que les gens pensent, très sécuritaire », disent-elles.

La revitalisation du quartier a  amené une population nouvelle dans le quartier. Julie Bellavance fait partie de ces « nouveaux arrivants », elle y a récemment acheté un condo et elle adore son milieu de vie. «Dans Hochelaga, nous trouvons toutes les commodités, nous ne sommes pas très loin du centre-ville et il est possible d’acheter une propriété à prix raisonnable contrairement à d’autres quartiers », s’enthousiasme-t-elle.

Ce n’est définitivement pas tous les quartiers qui peuvent se targuer d’accueillir une population aussi diversifiée et d’offrir des  logements abordables tout en ayant tous les avantages des quartiers « à la mode ».

Autres textes sur Hochelaga-Maisonneuve

Ce billet, ainsi que toutes les archives du magazine Reflet de Société sont publiés pour vous être offert gracieusement. Pour nous permettre de continuer la publication des textes ainsi que notre intervention auprès des jeunes, dans la mesure où vous en êtes capable, nous vous suggérons de faire un don de 25 sous par article que vous lisez et que vous avez apprécié.

Merci de votre soutien.

Pour un souvenir des artistes: carte anniversaire, poster, T-Shirt avec impression d’artistes

publicité boutique t-shirts cartes voeux carte anniversaireUne boutique virtuelle toute en couleur pour des produits artistiques originaux.

Une façon originale de soutenir de jeunes artistes dans leur cheminement artistique.

Que ce soit pour une carte anniversaire ou un T-Shirt personnalisé, un CD de musique ou un livre, la boutique des Éditions TNT mérite de faire un détour.

Merci d’encourager les artistes et le Café-Graffiti.

www.editionstnt.com (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009. cafegraffiti@cafegraffiti.net

Autres artistes de la boutique des Éditions TNT:

Merci de partager

Pour votre T-shirt promotionnel avec votre logo: Café-Graffiti:(514) 259-6900.

%d blogueurs aiment cette page :