Patrick Huard, Bon Cop Bad Cop et le cinéma québécois

Patrick Huard, Bon Cop Bad Cop et le cinéma québécois

Raymond Viger        Dossier Cinéma.

Je viens de voir le film Bon Cop Bad Cop avec Patrick Huard. J’ai regardé ce film avec ma fille Annie et ma blonde Danielle, tous trois de grands fervents des films américains. Nous préféfons même les réalisations de Toronto avant celles du Québec.

Avec un public si critique envers le cinéma québécois, il est surprenant de dire que nous sommes malgré tout unanime. C’est le premier film québécois qui nous a enchantés. Je dirais même le seul. Félicitations à Patrick Huard d’avoir réussi ce tour du chapeau. Un film qui nou tient en haleine du début à la fin et qui est plaisant à regarder. J’ai même parti le bal et soutenu le rire dans la salle de cinéma. Je suis même obligé de me demander si les gens riraient de mon rire ou du film?

Je dois cependant émettre deux critiques. D’une part, il y a eu une scène de sexe avec Patrick Huard et la soeur de son colllègue. Très bien amenée, parce qu’on voyait en parrallèle son collègue qui se battait pour sauver sa peau faire les mêmes mouvements avec son agresseur que Patrick Huard dans ses débats amoureux. Des scènes de sexe dans les films et les téléséries, c’est rendu cliché et un automatisme pour beaucoup de producteurs au Québec. Ce que je suis obligé de questionner, Patrick Huard, ayant réussi à bien amener cette scène en comédie, aurait peut-être dû éviter de nous montrer les seins et les fesses de la fille à deux reprises. Pas que je suis plus pudique qu’il ne le faut, mais s’il avait évité de nous montrer la fille sous tous ses charmes, l’emphase sur la satire aurait été encore plus grand.

D’autre part, la fameuse cigarette que Patrick Huard nous présente tout le long du film. Compte tenu que nous avons coupé toute publicité concernant la cigarette, était-ce opportun de faire une fixation sur la cigarette? Est-ce que les compagnies de cigarettes ont commandités cette présence majeure? Les deux paliers de gouvernement étant impliqués dans cette production, le fédéral et le provincial, n’aurait-il pas été opportun de mentionner que le gouvernement, avec tous les efforts investis pour diminuer la consommation de cigarette, ne veut pas s’associer à la cigarette?

Pour ceux qui se souviennent que j’avais commencé en 1974 comme chroniqueur arts et spectacles ainsi que pour les sports, ne vous inquiétez pas. Je n’ai pas l’intention de refaire carrière sous cette rubrique. Mais la qualité du film de Patrick Huard, Bon Cop Bad Cop, méritait amplement que je fasse une petite incursion de ce côté.

autres textes sur sexualité

Autres textes Cinémas films et vidéos

Ce billet, ainsi que toutes les archives du magazine Reflet de Société sont publiés pour vous être offert gracieusement. Pour nous permettre de continuer la publication des textes ainsi que notre intervention auprès des jeunes, dans la mesure où vous en êtes capable, nous vous suggérons de faire un don de 25 sous  par article que vous lisez et que vous avez apprécié.

Merci de votre soutien.

PUBLICITÉ

poesie-urbaine-jean-simon-brisebois-art-de-la-rue Poésie urbaine. Renaissance. Depuis 1997, Jean-Simon Brisebois s’est découvert une passion pour écriture. Il s’implique activement dans divers projets communautaires dans Hochelega-Maisonneuve.
Renaissance est un recueil de pensées et de poèmes parlant autant de son amour de la vie que d’espoir. 4,95$

Disponible par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009
Par Internet: http://www.editionstnt.com/livres.html
Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4.

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel.

%d blogueurs aiment cette page :