Marianne Verville et sa famille

Relation privilégiée

Marianne et sa grand-mère

Le public connait Marianne Verville pour son rôle d’actrice dans Le journal d’Aurélie Laflamme ou encore pour son talent de poète.

Marie Semeur dossier Famille

Marianne-VervileMais on la découvre également comme coprésidente du prix d’Excellence de la Commission scolaire du Québec (Édition 2015) sur le thème Le lien intergénérationnel: une formule gagnante! Marianne nous raconte son expérience personnelle des liens entre enfants, parents et grands-parents.

C’est à travers ses expériences professionnelles que Marianne entre tôt dans le monde des «grands». Comme elle l’explique: «Le lien intergénérationnel dans le milieu des acteurs est très présent, tu rencontres tout le temps des personnes de tout âge. Allant de 7 à 87 ans». Ces rencontres lui permettent à la foi de gagner en maturité et de lui ouvrir les yeux sur la vie d’adulte.

Vie d’adulte

«Pendant que mes amies préféreraient faire la fête entre jeunes, j’allais dans l’appartement de ma meilleure amie de 38 ans, et vivais en direct ses histoires de cœurs et ses difficultés… Je rêvais d’avoir un jour son indépendance. J’étais impressionnée de comprendre la génération d’adulte à travers elle», raconte-t-elle.

Chaque année, sa mère a l’habitude d’organiser une fête avec des huitres où elle invite tous ses amis. Marianne trouve alors le prétexte d’inviter également les siens. «Au début c’était assez bizarre, raconte-t-elle, mais finalement tout le monde se mélange et discute. Il y a ceux qui ont des idées nouvelles, novatrices et ceux qui ont l’expérience de la vie. C’est un bel échange de savoir.»

Une chose est certaine, outre sa carrière d’actrice et ces partys familiaux, sa plus grande histoire d’amour intergénérationnelle est avec sa grand-mère Gaëtane.

Gaëtane alias Mimi

Marianne adore passer du temps avec sa grand-mère, surnommée Mimi. Cette mamie de 82 ans habite depuis 3 ans seule, tout en restant active. Pour cela, elle garde gratuitement des maisons durant l’absence de leurs propriétaires. Ce qui lui permet de changer régulièrement de paysages. Avec Marianne, ces 2 mordues de thé partagent régulièrement leurs secrets autour d’une bonne dégustation. Une réelle échappatoire du quotidien pour l’une comme pour l’autre.

«J’ai la chance d’avoir une mamie en forme qui n’habite pas loin, capable de m’écouter et me conseiller. C’est une femme formidable dotée d’une sagesse et d’une sérénité que je ne retrouve chez personne d’autre», explique Marianne. La relation qu’elle entretient avec sa Mimi est différente de celle qu’elle a avec ses amies ou sa mère.

Le rôle et le jugement ne sont pas les mêmes: «Ma mère était là pour gérer mes crises d’adolescence, et m’élever, mais elle ne comprenait pas forcément mes envies de sortir avec mes amis. Tu finis par craquer un jour. Quand c’était le cas, je prenais mes affaires et m’en allais chez ma grand-mère, qui me disait “Ta mère a oublié qu’à ton âge aussi elle voulait sortir avec ses amis!” C’est ce vécu qui la rend unique», raconte-t-elle.

Durant ces crises sa grand-mère était heureuse de pouvoir conseiller Marianne et d’agir comme une grand-mère. Elle se sentait «utile dans la vie de quelqu’un.» Depuis la mort de son grand-père, Marianne essaye d’aller voir sa Mimi le plus souvent possible, pour être présente à ses côtés comme elle le fait pour elle.

Héritage familial

«On oublie peu à peu ses grands-parents de nos jours. Malheureusement, on se tourne vers eux qu’une fois qu’on ressent le danger de les perdre», exprime Marianne.

La jeune femme essaie au maximum de combler et remercier sa grand-mère afin de lui prouver son amour et son respect. Cet échange, que ces 2 femmes entretiennent, est rempli de cadeaux, d’amour, de conseils, de discussions, de valeurs et de bons thés. Il est un cheminement important pour garder leur héritage.

«Mimi est mon dernier grand-parent, c’est pourquoi j’en prends soin. La famille sera toujours là pour moi quoiqu’il arrive! On perd trop de temps à penser que nos grands-parents sont trop vieux et qu’on aura toujours le temps d’aller les voir. Mais à côté de ça, on en oublie les valeurs et les belles choses qu’ils ont à nous transmettre.»

À travers son rôle de coprésidente dans le concours, Marianne se sent d’autant plus investie dans les relations intergénérationnelles. Même si pour elle c’était juste un thème comme les autres, elle se rend compte de son importance.

La jeune femme a adoré lire les projets, dont un qui a particulièrement retenu son attention: des personnes âgées proposant des ateliers de coutures, de bricolage… dans les écoles. Une initiative à l’inverse de ce qui se fait.

Autres textes sur Famille

L’amour en 3 Dimensions

l-amour-en-3-dimensions-roman-cheminement-humoristique-croissance-personnelle La relation à soi, aux autres et à notre environnement

Roman de cheminement humoristique. Pour dédramatiser les évènements qui nous ont bouleversés. Pour mieux comprendre notre relation envers soi, notre entourage et notre environnement. Peut être lu pour le plaisir d’un roman ou dans un objectif de croissance personnelle.

L’histoire est une source d’inspiration pour découvrir, d’une façon attrayante et amusante, une nouvelle relation avec soi-même et son environnement. Bonne lecture et bon voyage au pays de Tom.

Le livre est disponible au coût de 19,95$. Maintenant disponible en anglais: Love in 3 D

Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009 Par Internet:
Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4.

Autres livres pouvant vous intéresser:

 

Deux générations de féministes

Le féminisme des années 70 à aujourd’hui

Dialogue intergénérationnel entre quatre féministes

Après une période glorieuse au Québec dans les années 70, le mot « féministe » a ensuite été plongé dans une longue période de noirceur, dont il a commence à ré-émerger… Se dire féministe semble de plus en plus « cool » grâce notamment à une nouvelle génération de femmes engagées.

Caroline Lévesque, Caroline Morin, Centre des Femmes Uqam

Dossier Femme, Famille

Dans le cadre des activités entourant la Journée internationale des femmes, le Centre des femmes de l’UQÀM propose cette rencontre souhaitant réunir ces deux époques, avec des féministes de différentes générations afin de réfléchir, dans un premier temps, aux valeurs qui ont été transmises, ou non, à travers les décennies et discuter des enjeux qui touchent les femmes en ce moment et qui seront des défis pour les années à venir.

Comment devient-on féministe? Pourquoi être féministe en 2011? Qu’est-ce que ça signifie? Comment les plus jeunes ont été conscientisées? Est-ce que les plus âgées ont le souci de passer le flambeau aux nouvelles générations? Comment s’inscrit le discours féministe dans la société québécoise contemporaine? Quelles ont été les préoccupations des féministes des années 70? Ces questions-là sont-elles résolues? Quel constat font-elles du chemin parcouru? Quels sont les préoccupations des jeunes féministes aujourd’hui? Ont-elles conscience de l’héritage légué? Quel est celui qu’elles aimeraient laisser aux futures féministes?

Les panelistes

MARIE-ANDRÉE BERTRAND

Professeure émérite à l’Université de Montréal, est docteure en criminologie de l’Université de Californie, Berkeley; elle a fait carrière à l’Université de Montréal. Elle a aussi enseigné aux universités de Berkeley; de Hambourg, d’Alberta et à la Antigua Universidad de Onatai au Pays basque espagnol, sur les rapports entre femmes et droit pénal.

POL PELLETIER

Femme de théâtre engagée, fondatrice du Théâtre expérimental des femmes, la place des femmes dans le monde est au cœur de son œuvre. Elle a créé, en 1999, Cérémonie d’adieu, un spectacle hommage aux victimes de la tuerie de Polytechnique.

BARBARA LEGAULT

Militante féministe radicale engagée dans la lutte contre le patriarcat, le capitalisme, le colonialisme et tous les systèmes d’oppression. Présentement consultante en organisation communautaire, elle a occupé de 2002 à 2009 le poste de Responsable de la mobilisation et de la Marche mondiale des femmes (MMF) à la Fédération des femmes du Québec (FFQ). En outre de ses implications militantes, elle coordonne depuis 2009 le Secrétariat pancanadien du Mouvement RebELLEs.

LÉA CLERMONT DION

Photographe et reporter féministe, depuis l’adolescence, elle a organisé de nombreux événements de réflexion sur l’égalité des sexes auxquels elle a participé à titre de conférencière. Elle a siégé de 2006 à 2008 sur le Conseil du Statut de la femme du Québec. Elle est reconnue comme l’une des initiatrices de la Charte de l’image corporelle saine et diversifiée. Elle compte publier dans la prochaine annéee un ouvrage sur les femmes victimes des bombardements de l’OTAN au Kosovo en 1999.

ANIMATRICE : Caroline Morin

Recherchiste et chroniqueuse à Radio-Canada, elle tient une chronique féministe à l’émission La Tête ailleurs. Elle a l’habitude de l’animation des tables rondes, notamment dans le cadre du Festival Metropolis bleu auquel elle participe depuis plusieurs années. Elle prépare en ce moment un livre d’entretiens avec Pol Pelletier qui traitera entre autres de l’engagement féministe de cette dernière.

Vendredi 4 mars 19:00 à 21:30 heures. Changement d’horaire: 18:00 à 21:00 heures.

Salle des Boiseries, UQAM Judith-Jasmin 405, rue Sainte-Catherine Est La Salle des boiseries est logée au local J-2805 sous le clocher de la rue Saint-Denis. On y accède depuis la Grande Place du pavillon Judith-Jasmin.

Autres textes sur Femme

Femme au pénitencier: gardienne de prison

Mère monoparentale

Patrick Jean et «La Domination masculine»

Magazine du Québec: La Gazette des femmes

Voile islamique debat sur le port des signes religieux

Racisme, sexisme et violence dans la pornographie et dans la societe

La vie à contre-Coran de Djemila Benhabib

Lotus Webzine, pour les femmes victimes de violences sexuelles

La CLES et l’exploitation sexuelle

Débat en cours sur la violence faite envers les femmes.

Ce billet, ainsi que toutes les archives du magazine Reflet de Société sont publiés pour vous être offert gracieusement. Pour nous permettre de continuer la publication des textes ainsi que notre intervention auprès des jeunes, dans la mesure où vous en êtes capable, nous vous suggérons de faire un don de 25 sous par article que vous lisez et que vous avez apprécié.

Merci de votre soutien.

PUBLICITÉ.

quand-un-homme-accouche-roman-cheminementQuand un homme accouche. Roman de cheminement. Le personnage principal accouche de son enfant intérieur qui devient son ami et son thérapeute tout au long du roman. Ce livre est le premier d’une trilogie qui a été reprise dans L’amour en 3 Dimensions. 9,95$

Disponible Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009
Par Internet: http://www.editionstnt.com/livres.html
Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel.

.

%d blogueurs aiment cette page :