Jacynthe René, Fabienne Larouche et le casting couch

Raymond Viger | Dossiers Prostitution, Sexualité, Cinéma

Nouveau dévoilement en cours. Les producteurs et les réalisateurs aux mains longues qui profitent de leur poste d’autorité pour avoir des avances sexuelles.

Félicitations à Jacynthe René pour lever le voile sur ce qui est une rumeur depuis très, très, longtemps. Tout le monde s’en doutait. Tout le monde le savait. Mais personne n’avait osé briser le mur du silence. Je suis convaincu, et je l’espère, que d’autres femmes, victimes de ces profiteurs vont se lever et pointer du doigt les abuseurs. Un nettoyage s’impose dans l’industrie du cinéma.

Dans cette nouvelle histoire qui saura tenir les médias en haleine, j’ai bien apprécié le commentaire de Fabienne Larouche dans le Journal de Montréal du 11 novembre. Elle a cerné les 3 composantes importantes de ce cercle vicieux. Des hommes vicieux et abuseurs, des victimes qui ont peur de dénoncer pour rester dans l’industrie et certaines femmes qui font des avances sexuelles aux producteurs pour avoir le rôle. Fabienne Larouche a bien résumé la situation et je la félicite.

Quand un homme prend avantage de son poste d’autorité pour avoir des avances sexuelles, on parle d’abus sexuel, voire de viol. Quand une femme propose des services sexuelles pour avoir un rôle, on parle de prostitution. Il faut mettre les bons mots au bonne place.

Et cela nous ramène à ce fameux débat sur la légalisation de la prostitution. Est-ce vraiment par choix qu’une femme propose des avantages sexuels pour avoir un rôle ou encore par manque de choix? Si elle est convaincu que la seule façon de percer dans l’industrie est de coucher avec le réalisateur ou le directeur de casting quelles sont ses choix?

Ce dilemme, certaines le vivent avec leur carrière de comédienne. D’autres avec l’idée d’avoir quelque chose pour se nourrir. D’autres pour pouvoir consommer drogue ou alcool. Peu importe ce que l’on cherche à obtenir, tout cela demeure prostitution. Est-ce le scénario que nous voulons offrir à nos jeunes? Pouvons-nous créer une société où la femme a des choix réelles devant elle?

Autres textes sur la Légalisation de la prostitution

Autres textes sur Sexualité

couverture.jpgVanessa, Voyage dans les Caraïbes

Un roman humoristique sur la sexualité

Un roman qui, je l’espère, pourra être lu autant par des jeunes qui s’éveillent à leur sexualité, qu’à des adultes qui veulent guérir des zones de grandes blessures.

Si vous avez peur que votre jeune ne soit pas encore assez vieux ou mature, accompagnez-le dans sa lecture. Soyez prêts à répondre à ses questions, à en discuter ouvertement avec lui.

Ce roman a été nourri par des années de travail de rue et de thérapie dans différents milieux. Des instants privilégiés qui auront permis de recevoir de grandes quantités de confidences sur un sujet, trop souvent tabou.

Bonne lecture et bon voyage dans les Caraïbes avec Vanessa.

L’amour en 3 dimensions 

Roman sur la relation aux autres

l-amour-en-3-dimensions-roman-cheminement-humoristique-croissance-personnelleLa relation à soi, aux autres et à notre environnement
Roman de cheminement humoristique. Pour dédramatiser les évènements qui nous ont bouleversés. Pour mieux comprendre notre relation envers soi, notre entourage et notre environnement. Peut être lu pour le plaisir d’un roman ou dans un objectif de croissance personnelle.

L’histoire est une source d’inspiration pour découvrir, d’une façon attrayante et amusante, une nouvelle relation avec soi-même et son environnement. Bonne lecture et bon voyage au pays de Tom.

Le livre est disponible au coût de 19,95$. Une co-écriture avec le journaliste Colin McGregor a permis de présenter une version anglophone LOVE in 3D.

Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009 Par Internet. Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4.

Autres livres pouvant vous intéresser

Nathalie Simard et l’histoire de Ste-Sophie

Raymond VigerDossiers Nathalie SimardJournal de MontrealMédias

Une adolescente abandonne son bébé mort dans un boisée à Ste-Sophie.

Le Journal de Montréal du 14 novembre rapporte les propos de Nathalie Simard en conférence de presse: « L’adolescente devait assumer les conséquences de ses actes, que des filles accouchent à 12, 13 et 14 ans, sans catastrophe… Les parents sont à blâmer. »

Je suis convaincu que Nathalie Simard a aidé beaucoup de femmes lorsqu’elle a pris le micro pour dénoncer les abus qu’elle a subi en rapport avec Guy Cloutier. Le dévoilement de son histoire, tout comme celui des sœurs Hilton avec leur père, a possiblement aidé d’autres cas d’abus, tel Jacynthe René à sortir du placard, qui elle-même aide d’autres femmes à parler de leur vécu.

Tout cela est très positif. Que Nathalie Simard veuille s’impliquer dans une fondation pour aller plus dans l’aide à apporter aux femmes, pas de problèmes. C’est très fréquent pour une victime de vouloir s’impliquer et créer une fondation ou une association. Cela fait partie d’un processus de guérison. D’autres l’ont fait: M. Bienvenue pour le meurtre de sa fille, Lise Mondor pour le pacte de suicide de sa fille, la fondation Mélanie Cabay, la fondation du petit Durocher… La liste est longue.

Tant que Nathalie Simard nous parle d’elle et de l’aide qu’elle veut apporter aux femmes, pas de problèmes. Je suis touché par son implication et je suis prêt à soutenir son travail. Là où je décroche, c’est quand elle prend le micro pour commenter les histoires des autres. Sa pertinence et l’intérêt de ce qu’elle dit tourne autour de son vécu en tant que victime. Quand elle prend le micro pour juger des agissements d’une mère de 16 ans et de sa famille, j’ai peur que les médias veuillent en faire une Doc Mailloux des affaires sociales.

D’une part, je déplore la prise de position de Nathalie Simard dans cette histoire. D’autre part, je déplore que les médias aient donné suite et visibilité à cette déclaration. Les médias cherchent souvent la voix de la facilité. Toujours les mêmes spécialistes, les mêmes porte-paroles… S’ils ont jugé que ces propos étaient d’intérêt public, ils sont autant à blâmer que Nathalie Simard.

Que ce soit l’histoire de Ste-Sophie, un jeune qui se suicide, un autre qui se met à tirer sur tout le monde, il y a une souffrance humaine qui nous pousse parfois à faire des actes que nous regrettons. Il est facile de juger les gens et les événements. Mais qu’aurions-nous fait si nous avions été dans ses souliers? Aurions-nous fait pire. C’est facile de dire qu’il faut assumer, être responsable… Parfois la vie nous amène une série d’épreuves et nous sommes dépassé par la situation.

Si nous voulons demeurer des aidants naturels, c’est à travers la compassion et l’empathie que nous pourrons l’être. Apprendre à aimer son voisin, malgré les gestes posés.

Merci à Nathalie Simard pour le dévoilement de ce qu’elle a vécu. Félicitations pour votre implication dans votre fondation. J’ai confiance que vous saurez rester vous-mêmes et aidante.

Autres textes sur Média

Autres textes sur Nathalie Simard

livre croissance personnelle bouquin cheminement personnel recueilL’amour en 3 dimensions

Roman de cheminement humoristique. Pour dédramatiser les événements qui nous ont bouleversés. Pour mieux comprendre notre relation envers soi, notre entourage et notre environnement. Peut être lu pour le plaisir d’un roman ou dans un objectif de croissance personnelle.

Le livre, au coût de 19,95$ est disponible dans toutes bonnes librairies au Québec ainsi qu’à la Librairie du Québec à Paris.

Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009
Par Internet. Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4

Autres livres pouvant vous intéresser

Ressources sur le suicide

<span>%d</span> blogueurs aiment cette page :