Peut-on comparer une émission de Radio-Canada aux radios poubelles de Québec?

Moqueries ou intimidation? Violence ou humour?

Les limites du bon sens et du savoir vivre?

Raymond Viger | Dossiers JusticeHumoristeIntimidationMédias, Hochelaga-Maisonneuve

C’est la fête des mères. Malgré l’orientation de ce billet, je souhaite une belle journée à toutes les mamans.

J’en profite pour souligner que c’était la première fêtes des mères de ma fille Annie. Sa fille Clara a fait de moi grand-père et parrain.

Pour la fête des mères, le chef Éric du Bistro le Ste-Cath et notre serveur Marc-Olivier Gingras ont invité l’animateur de l’émission La soirée est (encore) jeune, Jean-Sébastien Girard et sa mère à un brunch gratuit au Bistro le Ste-Cath. Un restaurant appartenant à un organisme communautaire qui reverse 100% de ses profits à la communauté.

J’ai été cependant extrêmement déçu d’entendre les préjugés de Jean-Sébastien Girard envers le quartier Hochelaga-Maisonneuve. Des gags faciles et de bas étages qui me donnent l’impression d’écouter certaines radio de Québec et non pas celle de Radio-Canada.

Heureusement que les auditeurs ont une bonne capacité de discernement.

J’ai questionné ce genre d’humour sur le site de l’émission et tenter de sonner des cloches à plusieurs niveaux. La question qui est lancée peut-on laisser passer ce genre d’humour et ne rien dire? Quel est la différence entre Jeff Filion qui attaque Sophie Chiasson et Jean-Sébastien Girard qui attaque le quartier Hochelaga-Maisonneuve et les prostituées?

Ce genre d’humour est une forme de violence. Et toute violence doit être dénoncée. Sophie Chiasson avait pu se choquer et avait eu gain de cause en cours contre Jeff Filion. Mais quand Jean-Sébastien se moque d’un quartier et d’un groupe de personnes comme les prostituées ou encore les personnes toxicomanes est-ce qu’on devrait intenter un recours collectif?

Cela va donner un sens encore plus concret à mon billet de demain!

Je demeure tout de même très surpris que ce genre d’humour trouve une place à Radio-Canada.

Autres textes sur Intimidation

Autres textes sur Média

Liberté… Un sourire intérieur livre liberté poésie recueil sourire intérieur

Un livre de poésie de 128 pages. Liberté politique, liberté journalistique, liberté émotionnelle…

Toutes les couleurs de la liberté, individuelle et collective. Une belle suite pour mon premier livre de poésie, Après la pluie… Le beau temps.

Parce qu’après la crise… on peut trouver la liberté… sa liberté.

Liberté… Un sourire intérieur. Une façon de souligner les 5 000 exemplaires vendus du premier livre Après la pluie… Le beau temps. Même prix que le premier livre publié en 1992 avec le même nombre de pages et écrit avec le même amour: 9,95$. croissance personnelle développement personnel cheminement guide recueil

Après la pluie… Le beau temps

Recueil de textes à méditer. Chaque texte révèle un message, une émotion. Un même texte peut prendre un couleur différente selon notre état d’âme.

Au coût de 9,95$ chacun de ces livres sont disponibles par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009 Par Internet. Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4.

Autres livres pouvant vous intéresser

Richard Martineau, la pédophilie et sa chronique Franc-parler du Journal de Montréal

Raymond Viger | Dossiers Richard MartineauJournal de Montréal

Le Québec a malheureusement eu son lot de grandes gueules qui dépassent les bornes et les limites de l’acceptable. Les complètement immoraux tels que Jeff Filion, Champagne, André Arthur, les érudits qui sautent les plombs trop souvent comme Gilles Proulx pour jouer le rôle de l’avocat du diable, ceux qui se cherchent une vocation comme Stéphane Gendron… La liste peut être longue. Trop longue.

Pour différentes raisons, je n’ai pas encore classé un chroniqueur tel que Richard Martineau. Plus difficile à définir. D’une part, parce que je l’ai déjà entendu tenir des positions différentes dans deux débats. Cela aurait tendance à prouver qu’il ne joue qu’une comédie, un jeu de rôle comme plusieurs de ces animateurs. Possiblement parce que plusieurs des débats qu’il a touché sont socialement important. Il ne se limite pas à déblatérer sur la sorte de robe que peux porter la mairesse de Québec Andrée Boucher.

Aujourd’hui, Richard Martineau m’a profondément déçu. Dans sa chronique Franc-parler du 21 mai dans le Journal de Montréal, il traite de l’article du magazine Maclean qui traite Montréal de terre d’accueil et de paradis pour les pédophiles. En réponse à un article stupide, Richard Martineau fait de même. Il donne les indications pour trouver l’adresse et le téléphone du pédophile John Robin Sharpe. Il incite ses lecteurs à montrer aux Canada anglais que nous ne sommes pas tolérant envers les pédophiles. Est-ce une incitation à la violence? Jusqu’ou cette violence peut dégénérer? Si quelques psychiatriques, affamés du sensationalisme du Journal de Montréal, prennent à la lettre le texte de Richard Martineau et vont tuer John Robin Sharpe, en fournissant la façon de trouver ses coordonnés, Richard Martineau sera-t-il reconnu coupable de complicité de meurtre?

La violence attire la violence. La violence peut être physique, verbale ou écrite. Avec sa chronique du 21 mai, Richard Martineau nous montre un niveau de violence sociale inacceptable. Inciter à la violence est pire que la faire soi-même. Celui qui se lève pour faire acte des écrits d’un chroniqueur tel que Richard Martineau n’a pas peut-être pas toute sa tête. Mais celui qui a écrit le texte est un acteur social qui est instruit et qui est payé pour faire un travail respectable.

Même si je suis contre la pédophilie et les gestes que peut avoir posé John Robin Sharpe, s’il devait lui arriver quelque chose suite aux textes violents de Richard Martineau, le Journal de Montréal serait aussi complice d’avoir laissé ce droit de parole pour un tel texte. En tant qu’éditeur, le Journal de Montréal a une responsabilité sur les dires et les agissements de son personnel.

Nous récoltons ce que nous semons. Si nous voulons une société plus humaine et plus juste, ou amour et liberté pourront l’habiter, il serait temps que nous commencions à semer un peu plus d’amour.

Autres textes sur Richard Martineau

Autres textes sur Sexualité

couverture.jpgVanessa, Voyage dans les Caraïbes

Un roman humoristique sur la sexualité

Un roman qui, je l’espère, pourra être lu autant par des jeunes qui s’éveillent à leur sexualité, qu’à des adultes qui veulent guérir des zones de grandes blessures.

Si vous avez peur que votre jeune ne soit pas encore assez vieux ou mature, accompagnez-le dans sa lecture. Soyez prêts à répondre à ses questions, à en discuter ouvertement avec lui.

Ce roman a été nourri par des années de travail de rue et de thérapie dans différents milieux. Des instants privilégiés qui auront permis de recevoir de grandes quantités de confidences sur un sujet, trop souvent tabou.

Bonne lecture et bon voyage dans les Caraïbes avec Vanessa.

L’amour en 3 dimensions 

Roman sur la relation aux autres

l-amour-en-3-dimensions-roman-cheminement-humoristique-croissance-personnelleLa relation à soi, aux autres et à notre environnement
Roman de cheminement humoristique. Pour dédramatiser les évènements qui nous ont bouleversés. Pour mieux comprendre notre relation envers soi, notre entourage et notre environnement. Peut être lu pour le plaisir d’un roman ou dans un objectif de croissance personnelle.

L’histoire est une source d’inspiration pour découvrir, d’une façon attrayante et amusante, une nouvelle relation avec soi-même et son environnement. Bonne lecture et bon voyage au pays de Tom.

Le livre est disponible au coût de 19,95$. Une co-écriture avec le journaliste Colin McGregor a permis de présenter une version anglophone LOVE in 3D.

Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009 Par Internet. Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4.

Autres livres pouvant vous intéresser

Mario Dumont et les médias

Raymond Viger | Dossiers Accommodements raisonnables, Mario Dumont

Lorsque je lis les différentes déclarations du chef de l’ADQ Mario Dumont, j’ai l’impression qu’il les préparent en fonction de ce qu’il a lu dans les médias les jours précédents.

Une musulmane ontarienne, Asmahan Mansour est exclue d’un tournoi de soccer pour avoir refusé de retirer son hidjab, Mario Dumont lève le ton et questionne les accommodements raisonnables. Les médias mentionnent qu’aucun chef de parti n’avait parlé de culture, peu après, Mario Dumont promet 20 millions pour la culture… Mario Dumont semble être réactionnaire au média, ce qui est loin de sa vision autonomiste!

Ce manque de vision et ce plaisir à vouloir lever les foules à la Jeff Filion ou à la Louis Champagne ne peut le style d’un bon premier ministre. La complicité était tellement grande avec ce monde de grandes gueules, que Mario avait même recruté un de leurs fans, Jean-François Plante.

Désolé Mario. Même si les sondages vous donnent plusieurs votes, j’aurais très peur de vous avoir comme Premier ministre du Québec. Je me console en remarquant que vous êtes très sensibles aux médias et aux nouvelles qui y sont rendus. Très différent de Jean Charest qui n’en fait qu’à sa tête.

Ce billet, ainsi que toutes les archives du magazine Reflet de Société sont publiés pour vous être offert gracieusement. Pour nous permettre de continuer la publication des textes ainsi que notre intervention auprès des jeunes, dans la mesure où vous en êtes capable, nous vous suggérons de faire un don de 25 sous par article que vous lisez et que vous avez apprécié.

Merci de votre soutien.

Autres textes sur les Accommodements raisonnables

Autres textes sur Média et Communautaire

Ce billet, ainsi que toutes les archives du magazine Reflet de Société sont publiés pour vous être offert gracieusement. Pour nous permettre de continuer la publication des textes ainsi que notre intervention auprès des jeunes, dans la mesure où vous en êtes capable, nous vous suggérons de faire un don de 25 sous par article que vous lisez et que vous avez apprécié.

Merci de votre soutien.

reflet-de-societe-magazine-drogue-prostitution-suicide-alcool-gang-de-rue-gambling Internet-o-thon pour soutenir le magazine communautaire Reflet de Société édité par le Journal de la Rue. C’est le temps de vous abonner pour montrer votre soutien à votre revue sur l’actualité communautaire et sociale. Toute contribution supplémentaire pour soutenir notre cause est la bienvenue.

Par téléphone: (514) 256-9000, ext.: 1-877-256-9009
Par Internet: http://www.refletdesociete.com/abonnement.html
Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4.

Autres livres pouvant vous intéresser

Pour voir le catalogue complet des livres des Éditions TNT.

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel.

Mario Dumont devant Guy A. Lepage à Tout le monde en parle

Raymond VigerDossiers Mario Dumont, Tout le monde en parle

Dany Turcotte a eu la chance de participer plus avec Mario Dumont qu’avec André Boisclair. Mon commentaire sur André Boisclair qui n’avait pas réagi aux commentaires de Dany Turcotte semble avoir fait l’unanimité, André Boisclair est resté de glace pendant son apparition à Tout le monde en parle.

Mario Dumont a été très différent. Très à l’aise, il était prêt à embarquer dans toutes les questions ou commentaires qu’on lui présentait. Marion Dumont n’a pas été intimidé pour le fou du roi Dany Turcotte. Malgré tout, on peut cependant dire qu’il s’est fait ramasser solidement.

Que ce soit Guy A. Lepage avec ses questions lui demandant de chiffrer ses promesses électorales, Dany Turcotte qui tapait du pied devant son grand tableau ou encore Chantal Hébert qui a profité de son entrevue pour revenir sur la question, Mario Dumont n’avait pas beaucoup d’allié. Mario Dumont a mentionné qu’il faut être prudent quand on parle de cadre financier. Sa prudence va à l’extrême en ne voulant rien chiffrer.

Après la guerre des chiffres, le débat s’est transporté sur la position  »autonomiste » de Mario Dumont. Guy A. Lepage lui a cloué un autre clou en définissant la position autonomiste de Mario Dumont comme étant une façon d’être souverainiste avec certains et fédéralistes avec les autres. Une sorte de caméléon politique.

Si on se fit aux applaudissements pour qualifier la soirée, c’est Guy A. Lepage qui s’est fait applaudir le plus souvent. Ces questions étaient lancé à Mario Dumont comme on lance une fléchette sur sa cible.

Guy A. Lepage a rappelé à son invité qu’il aurait renié les syndicats. Mario Dumont a patiné pour mentionner qu’il fallait actualiser nos anciennes institutions qui ne répondent pas nécessairement aux besoins d’aujourd’hui. Les syndicats seraient-ils des dinosaures d’un autre siècle?

En ce qui concerne l’aide sociale, j’ai senti deux intonations dans la voix de M. Dumont. D’un côté, on sentait qu’il voulait couper l’aide sociale. Il a immédiatement fait marche arrière en mentionnant qu’il ne parle pas de couper mais plutôt qu’il faut faire des efforts pour ramener sur le marché du travail ceux qui sont aptes.

Guy A. Lepage a aussi questionné Mario Dumont sur ses flirts avec Jeff Filion et son collaborateur qu’il a dû faire démissionner, Jean-François Plante. Chantal Hébert a aussi souligné le manque d’équipe pour entourer Mario Dumont. Celui-ci s’est mis les pieds dans les plats en tentant de parler de la plus grosse prise aux candidats. Il a eu à défendre qu’un lobbyiste tel Gilles Taillon valait plus qu’un journaliste ou tout autre candidat. Ouf! Pas sur qu’il a gagné des points sur ce tableau.

Malgré des questions parfois fort embarrassantes, Mario Dumont a tenté de demeurer crédible et est resté dans le ring. Il est habitué de ramasser les coups. Il a un très beau discours. Peut-être trop philosophique et pas assez pratico-pratique. Possiblement le style de débat oratoire développé par un député qui a beaucoup siégé mais qui n’a jamais géré un ministère.

Mario Dumont peut-il avoir l’étoffe d’un premier ministre pour le Québec? Il peut faire de beaux et grands discours. Mais où il aurait une équipe avec lui. Malheureusement, je ne pense pas que ce soit le cas. Pour nous le prouver, il faudrait qu’il fasse un mandat comme chef officiel de l’opposition. Cela serait une belle occasion de nous montrer ses Porte-paroles de l’opposition officielle vis-à-vis les différents ministères. Nous pourrons alors juger s’il a une équipe ou non derrière lui.

Parfois il est suicidaire de faire monter un jeune trop vite ou de lui donner de trop grands défis. Pour l’instant, Mario Dumont n’est pas prêt à être premier ministre du Québec. Pour le bien de sa continuité en politique, il serait préférable qu’il saute un tour. Pour le bien des Québécois aussi.

Autres textes sur Politique

Autres textes sur Culture

Autres textes sur Tout le monde en parle

Ce billet, ainsi que toutes les archives du magazine Reflet de Société sont publiés pour vous être offert gracieusement. Pour nous permettre de continuer la publication des textes ainsi que notre intervention auprès des jeunes, dans la mesure où vous en êtes capable, nous vous suggérons de faire un don de 25 sous  par article que vous lisez et que vous avez apprécié.

Merci de votre soutien.

    Bistro le Ste-Cath

    bistro restaurant resto bonne bouffe où manger est montréalUn restaurant, une chaleureuse terrasse. Pour une rencontre entre amis ou en famille, les chefs du Bistro le Ste-Cath sauront vous offrir une cuisine réinventée et originale à un prix abordable.

    Situé en plein cœur d’Hochelaga-Maisonneuve, au sud du Stade Olympique, à l’est de PIE-IX. 4264 Ste-Catherine est.

    Bistro le Ste-Cath est opéré par l’organisme communautaire le Journal de la Rue. Tous les profits servent à financer notre intervention auprès des jeunes.

    Pour informations et réservations: (514) 223-8116 ou bistro@le-ste-cath.com

      Graffiti Hip Hop de la scène de Montréal

      operation-graffiti-hip-hop-graffiteur-graffOpération Graffiti

      Toute l’histoire de la création du Café-Graffiti. La relation avec les jeunes. Ce qu’ils ont vécu dans le projet. Ce qu’ils ont fait vivre aux intervenants. Toutes les anecdotes d’un projet qui fait encore parler de lui. Une façon intéressante et originale de soutenir le Café-Graffiti dans sa mission d’aide et de soutien aux jeunes. 19,95$.

      Disponible Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009
      Par Internet: http://www.editionstnt.com/livres.html
      Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4.

      Autres livres pouvant vous intéresser

      Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel       

      <span>%d</span> blogueurs aiment cette page :