Les jeunes ne votent pas ?

C’est un refrain qu’on entend souvent, chaque élection, et depuis des décennies. Mais est-ce bien vrai ?

Un texte de Gabrielle Brassard-Lecours – Dossier Politique

En ce moment, la majorité des conseillers et conseillères de l’équipe de la mairesse Valérie Plante ont dans la vingtaine et la jeune trentaine. Même chose du côté de Québec solidaire. Ce dernier use même de tactiques pour parler directement aux «jeunes», notamment en invitant des influenceurs à monter à bord de leur autobus de tournée de campagne électorale.

Si de nombreux «milléniaux» travaillent dans l’ombre des principaux partis politiques qui font campagne en ce moment au Québec, sur le terrain et dans les médias, ces derniers sont plutôt désillusionnés de la politique, cyniques, et ne savent pas pour qui ils vont voter, aujourd’hui plus que jamais. Ni même s’ils vont voter tout court. Certains se font même carrément retirer de la liste des électeurs.

Selon un article du Devoir, les 18-35 ans représentent 28 % de l’électorat. Un pourcentage non négligeable de votes pour les partis politiques, qui tentent de courtiser cette tranche d’âge pour aller chercher leur voix. D’après le même article, les 18-24 ans et les 25-34 ans se présentent toujours moins aux urnes que le reste de la population, les baby-boomers étant encore majoritaires dans notre société.

Des solutions pour le vote chez les jeunes

Pour 2020, le directeur général des élections envisage la possibilité de tenir un vote électronique, ce qui pourrait peut-être encourager plus de jeunes à voter.

Pour certains universitaires qui étudient le vote chez les jeunes, la motivation à voter passe avant tout à l’éducation à la citoyenneté, qui devrait commencer dès le primaire et le secondaire selon eux. Cela permettrait d’apprendre aux enfants et adolescents qu’est-ce que c’est que de voter, pourquoi c’est important, etc.

En attendant, si les jeunes n’ont pas envie d’aller aux urnes, les jeunes n’hésitent pas à investir plusieurs plateformes numériques pour exprimer leur opinion.

En complément à Reflet de Société +

Dans de nombreux pays à travers le monde, le vote obligatoire a été instauré. Mais de quoi s’agit-il et quels sont ses effets ? Réponse avec cette balado du département de Science politique de l’Université de Montréal.

Autres textes sur Politique

Suggestions de lecture

Autres livres pouvant vous intéresser

Déconfine tes pensées – Un projet d’écriture

Dossier Santé mentale 

Crédit : Mélodie Descoubes

L’auteur-slameur et porte-parole du Mouvement Santé mentale Québec, David Goudreault, effectue tous les mois, avec d’autres artistes, en direct sur Facebook, une lecture publique de textes rédigés par des jeunes de 12 à 25 ans dans le cadre du projet d’écriture Déconfine tes pensées. Un beau clin d’œil au confinement vécu en raison de la pandémie COVID-19.

« On désire faire entendre vos mots dans l’espace public à travers nos voix. On souhaite savoir ce que vous avez ressenti pendant cette crise, ce que vous ressentez en ce moment. Tout est bienvenu ; écrivez en vers, en prose, des nouvelles, en inversé, en sanscrit, en calligramme, en slang… on veut vous entendre ! », explique David Goudreault.

Le niveau de stress, d’anxiété et de désespoir a généralement augmenté avec le confinement. Plusieurs jeunes sont retournés aux études avec le plaisir de revoir leurs amis, mais ont dû s’adapter au quotidien chamboulé des écoles. Le Mouvement Santé mentale Québec souhaite donner la parole aux jeunes en vue de favoriser leur résilience et réduire à long terme les effets nocifs de la pandémie sur leur santé mentale.

Vous pourrez lire ici des textes et des extraits reçus depuis l’automne dernier.


Exprimer ma colère

Chère COVID-19,

Je suis habituée d’écrire des messages à mes amis ou à ma famille pour leur dire à quel point ils sont importants pour moi, surtout en ces temps incertains. En revanche, j’ai rarement composé un message pour exprimer ma haine.

J’ai commencé à entendre de parler de toi pendant les vacances de Noël. Je me disais que tu étais vraiment très loin de nous et que tu ne m’atteindrais jamais. Alors, je me suis carrément foutue de toi.

Février est arrivé et tout était encore normal. Ensuite, mars est venu, ainsi que la semaine de relâche, où plusieurs personnes sont parties en voyage, partout dans le monde. Tu le sais très bien, tu t’es attaqué à plusieurs d’entre elles.

En revenant de la semaine de congé, jamais je n’aurais pu croire qu’autant de victimes seraient affaiblies ou mortes par ta faute. Le mercredi 11 mars 2020, ma mère m’avait prévenue de rapporter mes effets scolaires au cas où l’école fermerait pour deux semaines. Éternelle obstinée ou positive, vois-le comme tu veux, j’ai plus ou moins respecté son conseil. Je n’avais aucune idée que je ne pourrais plus voir personne pendant des semaines, confinée avec ma famille.

Ta présence dans notre pays a eu l’effet d’une bombe. Tu as explosé dans nos vies, sans te soucier de nous. J’ai essayé tant bien que mal de me convaincre que tu partirais dans le temps de le dire… mais un mois après le début du confinement, j’ai commencé à perdre espoir.

Il y a des gens qui disent que tu nous colleras après pendant près de deux ans. J’ai souvent pleuré sur mon sort. Tu m’as fait perdre cinq mois de ma vie. Tu m’as enlevé un des seuls réconforts que j’avais, le contact humain. Le simple fait de voir des gens et de pouvoir les serrer dans mes bras. Tu m’as empêchée de profiter du temps avec la seule aïeule qu’il me reste.

 Tu as mis à risque mes deux parents qui travaillent aux services essentiels. Tu m’as enlevé ma motivation de continuer d’avoir une routine. Tu m’as poussée à bout. L’annonce que l’école secondaire continuerait seulement à distance m’a aussi bien découragée.

L’été est arrivé. J’avais tant espoir que même avec toi dans les parages, les douanes américaines soient ouvertes. Bien sûr, je me suis fait une fausse joie. Encore une raison qui m’a poussée à te haïr.

Mes amis et moi faisons souvent des partys l’été. Au moins, nous avons pu, à la mi-juillet. Tu as légèrement remonté dans mon estime. L’annonce que nous irions à l’école m’a rendue tellement heureuse, que j’ai essayé de te pardonner.

Ce qui fonctionna. Jusqu’en octobre. Tu as refait surface dans ma vie, et ce, en grand. Tu as contaminé mon oncle, ma tante, mon cousin, ma seule grand-mère. Ma mère et mon père. Tu m’empêches encore de voir des gens, d’avoir une vie sociale ou tout simplement, encore une fois, d’avoir la motivation de continuer.

Je sais que tout le monde dit qu’on ne sait pas apprécier les choses quand on les a, mais ce n’est pas vrai. Je profite de chaque instant, mais je ne vois pas ce qu’il y a de positif en ce moment.

J’espère que tu auras compris que je n’ai jamais rien fait pour mériter ta haine et que tu n’aurais point la mienne si tu n’avais pas attaqué ma famille.

Je te souhaite le pire. J’ai très hâte que tu quittes mon entourage. Ou fais juste disparaître et ne refais jamais surface. J’en connais plus d’un qui serait heureux.

Ton ennemie éternelle,

Vivichou, 14 ans, Boucherville.


Gagner au change

Lors de l’arrêt soudain de l’école, j’étais pris dans les griffes du vapotage et dans une relation toxique. Ces deux problèmes faisaient en sorte qu’à la maison, ma frustration se transformait en colère.

Puisque j’étais bien habitué à ne jamais laisser paraître mes sentiments, mes parents ne comprenaient pas pourquoi je devenais agressif. Ils m’enlevaient toujours plus de privilèges. Ça rajoutait de l’huile sur le feu.

Soudainement, j’ai été coupé de mon ravitaillement de nicotine, ce qui a été le pire moment du confinement pour moi, ainsi que probablement pour ma mère et mon père. J’étais en sevrage forcé. Puisque mes parents allaient m’assassiner si je leur faisais part de ma dépendance, je n’avais aucune porte de sortie.

Ma solution : voir ma blonde toxique qui, elle, avait du ravitaillement. Pendant un mois, j’ai alors enduré son chantage émotif, des menaces de suicide, des dépenses excessives pour elle. Je l’ai même ramassée dans des partys, car elle était trop finie pour marcher. 

Bref, je devais endurer tout cela pour un peu de nicotine.  Je ne suis pas fier de moi, pas fier du tout.  Cependant, sur ce que je croyais être un coup de tête, j’ai mis fin à notre relation. Le vide qui était omniprésent dans mon cœur s’est rempli tout seul. J’ai aussi décidé d’arrêter de vapoter. C’est venu tout seul, laissant ces mauvaises habitudes peu à peu.

Les deux derniers mois ont surtout été du travail sur moi-même et, encore plus important, j’ai connu le pardon. Mes parents ont été compréhensifs et mon père, un peu vieux jeu, m’a fait bûcher tout l’été, ce qui m’a permis d’identifier ce que je veux faire de ma vie : la foresterie. Le confinement a été dur pour moi et mon entourage, mais j’en suis ressorti gagnant, avec finalement un objectif dans ma vie.

Louis Caleb, 16 ans, Acton Vale.


Offre-nous, microbe

Telle la souffrance 

La violence sera libérée 

De tout confinement

Lors de la trouvaille du soleil

Dans cette tempête de foudre

Tels les esclaves

Nous serons libérés 

De toute mauvaise ganache 

Dans cette complotiste année

Parsemée de solitude

Nous vivons dans un enclos

Telle une sardine

Claustrophobe

Dans sa boîte 

D’aluminium

Quand serons-nous délivrés

De tout velouté d’émotion

Quand serons-nous délivrés 

De tout ce manège

Sans fin?

Dès que les juges 

De cette souffrance 

En auront décidé 

Définitivement 

Quand?

Quand verrons-nous les étoiles?

Dans ce ciel 

Parfumé de noirceur

Oh, microbe 

Dis-nous 

Offre-nous cette illumination

Dans notre vie 

Offre-nous le début 

D’un horizon nouveau 

Offre-nous cette chance 

Nous t’en remercierons

Un jour 

Je ne sais pas 

Encore comment 

Mais nous le ferons 

Promis 

Sandrine, 17 ans, Shawinigan.


La casse

Bouche cousue, oreilles tendues

J’assimile les missiles qui m’assaillent

Qui sans tact attaquent : de vérité,

De faits, d’information, de formations

Voilà une belle rébellion

Ça prend forme follement et affole

Ça bouille et grouille

Puis ça casse…

Le temps stoppe, la confusion règne

L’opportuniste pille, les murs saignent

Discours muet? Action sans intention?

La conclusion semble privée de raison

Le sentiment d’impuissance est fort

Mais pour qui?

Pour le commun des morts

Tels ces mortels qui crient

NoixZette, 22 ans, Saint-Hyacinthe.


Ça va passer

Il y a des mots puissants qui ne sont pas rassurants 

Quand ça arrive, on se demande comment faire

Car c’est la première fois.

Il y a des personnes qui décrivent la situation avec de la haine ou de la peine
Parce que ça coule dans leurs veines. 

Il y a d’autres personnes qui saisissent l’occasion

Pour apprendre de nouveaux trucs, mais toujours avec précaution.

Moi, j’ai vécu ça comme si je faisais de la prison à domicile

Mais la différence, c’est que j’ai internet 

Et j’ai de quoi m’occuper.

C’est dur de rester enfermé 24h sur 24h

Je suis une personne qui a besoin de bouger 

J’ai réussi à survivre au confinement.

Des fois, je me dis que ça ne va jamais se terminer

Puis je remets mes pensées en place 

Et je me dis ça va passer.

Zélenski, 12 ans, Montréal.


Quarantaine

Quand je mangeais avec ma famille

Quelqu’un d’autre mourait de faim

Quand je dormais dans ma chambre

Quelqu’un d’autre était allongé sur un carton

Quand j’avais un écran devant moi

Quelqu’un d’autre avait des problèmes devant lui

Quand j’ai ri avec ma famille

Quelqu’un d’autre a perdu sa famille

Quand j’étais chez moi en ayant peur du coronavirus

Quelqu’un d’autre travaillait sans penser au coronavirus

Quand j’ai fait mes cours en ligne

Quelqu’un d’autre n’avait pas l’argent pour un laptop ou l’internet.

Fatema Jafari, 14 ans, Sherbrooke.


Le cirque de ma vie

Je maîtrise l’art de disparaître à la perfection
Je m’éclipse dans le néant
Alors que la foule applaudit
Ma destruction est un spectacle auquel tous assistent sans avoir acheté de billet
Je jongle avec des anneaux de feu et l’on m’envoie des fleurs
Je marche sur un fil
Sous le regard ahuri des spectateurs qui en demandent toujours plus
Je me nourris de leur admiration
J’en fais ma plus grande réussite
J’ai le ventre vide, mais des fleurs plein les mains

Julie, 19 ans, Québec.


Questions sans réponse

On te dit souvent :

Quand tu ne trouves pas ta clé,

Sors par une autre porte.

Et va penser là où sont cachées tes réponses.

Mais que se passe-t-il s’il n’y a pas d’autres portes?

Que se passe-t-il si on a volé ta porte?

Que fais-tu?

Que fais-tu quand tes clés s’envolent?

Que fais-tu quand tes portes se ferment?

Comment je sais?

Comment je sais si mes clés vont redescendre?

Comment je sais si mes portes vont se rouvrir?

J’attends?

Et si oui, pour combien de temps?

Combien de temps dois-je attendre pour que mes clés redescendent?

Combien de temps dois-je attendre pour que ma porte s’ouvre?

Valentina, 13 ans, Sherbrooke.


La tempête

Le confinement… un moment où nous nous sommes tous mis à chercher qui nous étions vraiment. Un moment où, emprisonnés en eux-mêmes, plusieurs ont perdu leur point d’ancrage.

Tout a basculé si rapidement que je n’ai pu trouver à quoi m’accrocher. La situation était irréelle. Seule dans ma tête, je me suis noyée dans mes pensées. Comme si j’étais prise au piège, comme si je n’avais aucune chance de refaire surface. Les journées ont été longues. Dans les couloirs inanimés, les nuits étaient froides.  J’ai dû me battre et je me bats toujours d’ailleurs pour m’en sortir. 

Je ne te cacherai pas que les orages doivent parfois être traversés à deux et que la paix d’esprit ne s’acquiert pas en un claquement de doigts. Mais, crois-moi, s’il te plait, la vie mérite d’être vécue. Tout ce que tu vis te rapproche du bonheur. Donc, toi, toi qui me lis, on va faire une promesse ensemble : Rien de stupide, okay?

Abygaël, 16 ans, Acton Vale.


Sans le regard des autres

Si les maladies mentales étaient autant considérées que les maladies physiques, est-ce que la santé serait une priorité? Est-ce que l’économie prendrait le bord afin que l’humanité soit respectée? Ou grandirait-elle au même titre que mon intégrité?

J’ai appris ce que serait la vie si on pouvait faire des choix sans souffrir le martyre parce qu’on se sent coupable de ne jamais sortir de son lit. Je sais maintenant comment je me sentirais si je choisissais de ne plus aller à l’école. Ça ne vaut pas la peine de perdre ma confiance et ma capacité à rester saine.

La Covid-19 fait ressortir toutes les émotions qu’on se voit obligé de garder en dedans, celles qui rendent les autres inconfortables au point où ils se sentent menacés. Elle fait ressortir les imperfections des clients des commerces qui ont tant de difficultés à faire tenir le tissu sur leur nez. On découvre enfin la vérité à propos de ceux qu’on suspectait d’avoir des problèmes de colère. On s’éloigne de ceux qui nous énervent à juger tout le monde pour des erreurs qui n’auraient pu être empêchées.

Camille, 17 ans, Mirabel.


Un congé forcé

Pendant le confinement, chaque matin, en me levant, j’attrape mon paquet de cigarettes et je sors dehors fumer ma clope. Quand j’ai fini ma tope, je l’éteins en l’écrasant sous mon snik.

Puis, je rentre à l’intérieur, j’écris un bon matin à mon chum sur internet et je retourne me coucher une heure ou deux. Je me réveille pour la deuxième fois, il est onze heures ou midi, je jette un coup d’œil dans le frigo.

Je fais cuire des patates à déjeuner, car je sais que mon frère adore ça, et moi aussi. Nous allons dehors renforcer notre fort de neige. Le confinement est très long et je n’ai rien à faire, donc je décide de me faire un igloo à moi. Ma petite sœur vient m’aider. Même si les blocs ne tiennent pas toujours, nous nous amusons beaucoup toutes les deux.

La nuit tombée, je retourne à l’intérieur. Je vois ma mère préparer un pop-corn maison. Je me débarrasse de mon culotton, le met à sécher et vais m’installer dans le salon pour écouter le film avec ma mère. Mon frère vient nous rejoindre.

Après tout, le confinement n’est pas si mal, j’en avais vraiment besoin, de ce congé!

Chloe


Le poison du charabia

Au commencement, je n’étais qu’une idée dans l’esprit prolifique de ma mère. Je crois même qu’elle n’avait envisagé personne pour partager la parentalité. Je suis née à travers l’ébauche d’un incommensurable désir de reconnaissance narcissique. Sans cri et sans douleur, j’ai vu le jour après un interminable travail. La douce chaleur de ma première couverture, le premier contact des mains sur l’épicarpe de l’acharnement maternel m’offrent la perspective d’une existence.

Dès la première œillade, j’ai su avec certitude que ma vie serait vouée à l’exercice d’un altruisme intellectuel. Je suis tatouée d’histoires et de pensées chimériques si éphémères, ne sachant survivre que sous la sollicitude d’autrui. Des bribes de souvenirs me parviennent comme une vague immense submergeant la douloureuse réminiscence de ma première relation.

Désespoir provoqué par la finalité de cette liaison vitale. C’est le goût amer de l’opium sentimental. Incapable de combler le manque, ce fichu hiatus séparant mes désirs de la rationalité humaine, j’ai soif d’un amour inextinguible. Dès lors, je suis affublée de ces incessants abandons, condamnée à de perpétuelles et fugaces passions.

Aby-Ève, 21 ans, Saint-Jean-sur-Richelieu


Le confinement a sauvé mon couple

On va se le dire, les débuts de relations sont toujours déterminants. Tout dépend des premiers mois. Si c’est déjà ardu et compliqué et que je ne suis pas trop sûre, je coupe tout, tout de suite. Alors, tu peux t’imaginer combien c’est périlleux pour moi, un début de relation au temps du confinement. Même si on voit beaucoup d’articles circuler sur les difficultés sociales, dans mon cas, ça a permis à mon couple de survivre!

Mon amoureux et moi, on terminait notre baccalauréat en enseignement lorsque la pandémie de Covid-19 est arrivée. On était censés passer les semaines les plus stressantes et drainantes de nos vies, mais on s’est retrouvé avec une situation complètement différente. Pas de stage ni de rapport à rédiger pour la fin de nos études.

On a pu grandir en tant que couple et approfondir notre relation sans stress externe ni pression. On goûte à la retraite à l’âge de 23 ans (retraite temporaire but, still). On a du temps, de l’énergie et de l’argent (Thanks to Justin). On prend le temps de prendre notre temps, on se laisse de l’espace. On s’aide à mieux se comprendre et on apprécie plus nos petits comme nos grands moments, aux balbutiements de notre vie à deux.

Mélanie St-Louis, 23 ans, St-Joseph-du-Lac.


Le grand ménage

Depuis plusieurs saisons, j’apprends à creuser à l’intérieur pour apprendre qui je suis. Certains coups de pelle sont plus douloureux que d’autres, mais ils finissent tous par être utiles d’une certaine façon.

Grâce à la montagne de temps que la Covid-19 m’a offerte, j’ai eu des tonnes d’occasions pour faire des sessions de ménage intérieur. J’ai pu faire le tri entre ce qui méritait d’être gardé et ce qui pouvait être envoyé dans un centre de charité. Certaines taches n’ont pas voulu partir, mais j’ai trouvé une façon de les rendre moins dérangeantes.

Pendant ce temps, de nouveaux items ont commencé à prendre place dans les récents espaces créés et j’ai appris à aimer tout ce qui se trame en dedans de la jeune adulte que je suis. Comme toutes bonnes rénovations, rien n’est encore parfait, mais je suis bien fière du progrès qui a été fait, car je peux maintenant dire que je suis bien chez moi.

Camille Gaucher, 23 ans, Montréal.

Abonnez-vous au format numérique afin de consulter nos articles portant sur la santé mentale

Autres articles publiés dans ce magazine

Ressources sur le suicide

  • Québec: 1-866-APPELLE (277-3553). Les CLSC peuvent aussi vous aider.
  • Canada: Service de prévention du suicide du Canada 833-456-4566
  • France Infosuicide 01 45 39 40 00 SOS Suicide: 0 825 120 364 SOS Amitié: 0 820 066 056
  • BelgiqueCentre de prévention du suicide 0800 32 123.
  • Suisse: Stop Suicide
  • Portugal: (+351) 225 50 60 70

Guide d’intervention de crise auprès de personnes suicidaires

Le guide d’intervention auprès de personnes suicidaires démystifie le suicide. Il permet d’aider les proches à reconnaître les signes avant-coureur du suicide et de déterminer qu’est-ce qui peut être fait pour soutenir la personne en crise.

Une section du guide est réservée aux endeuillés par suicide.

Le livre est disponible au coût de 9,95$. Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009. Par Internet.

Par la poste: Reflet de Société 4260 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X6.

Maintenant disponible en anglais: Quebec Suicide Prevention Handbook.

Autres textes sur le Suicide

Autres livres pouvant vous intéresser

[Vidéo] David Goudreault au Salon du Livre Hochelaga-Maisonneuve 2021

L’auteur-slameur et porte-parole du Mouvement Santé mentale Québec, David Goudreault, était de passage au Bistro le Ste-Cath pour le projet d’écriture jeunesse Déconfine tes pensées. Raymond Viger, directeur général du Bistro, a discuté avec lui du Salon du livre Hochelaga-Maisonneuve qui aura lieu du 25 au 28 mars 2021.

Le projet d’écriture jeunesse du Mouvement Santé Mentale Québec se poursuit jusqu’en juin prochain. Les jeunes sont invités à s’exprimer sur l’impact qu’à la pandémie de la COVID-19 au sein de leur quotidien. 

Découvrez plusieurs textes issus de ce projet

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est poeme1.jpg.
L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est poeme0.jpg.
L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est poeme2.jpg.

Programmation officielle du Salon du livre HM 2021

Reflet de Société présente le Salon du livre Hochelaga-Maisonneuve, en direct de la salle numérique du Bistro le Ste-Cath. Cette toute première édition est 100 % en ligne. Pas question que la COVID-19 limite notre amour des mots !

Le Salon du livre Hochelaga-Maisonneuve est une rencontre créative gratuite pour les passionnés de lecture. Pendant les quatre jours de l’événement, les Éditions TNT offrent aux participants la chance d’assister à des entrevues exclusives, d’échanger virtuellement avec des auteurs et bien plus… du confort de leur salon !

Pédophilie, quel humain derrière l’agresseur?

AVERTISSEMENT: Reflet de Société émet une mise en garde pour les lecteurs sensibles à la problématique de la pédophilie. Cet article est destiné à comprendre l’autre versant de cet enjeu, celui des agresseurs. Nous pensons que pour lutter contre la pédophilie, il faut comprendre le comportement de ces hommes et femmes. Toutefois, certaines personnes pourraient être heurtées par sa lecture.

D’aussi loin qu’il s’en souvienne, Thomas (prénom fictif) est attiré par les enfants, par les garçons prépubères précisément. Thomas est pédophile. Au Canada, la pédophilie est considérée comme une déviance sexuelle. Les chercheurs estiment que ces hommes et femmes développent leur intérêt pour les enfants à l’adolescence, au même titre que l’hétérosexualité ou l’homosexualité. En revanche, les pédophiles primaires (qui n’auraient d’intérêt que pour les enfants) sont rares.

Un texte de Delphine Caubet – Dossier Sexualité

Relation avec les adultes

Thomas a une relation complexe avec les femmes, dont il dit avoir toujours eu des images négatives. Dans sa tête, les choses sont claires: «Je ne pas veux pas quitter le monde des enfants», dit-il. Que ce soit avec sa mère, son ancienne conjointe ou d’autres adultes, Thomas explique ne pas recevoir l’amour dont il a besoin.

Durant toute sa vingtaine, Thomas fera une dizaine de victimes, dans sa famille et chez les scouts. Par deux fois il tentera des thérapies «pour ne pas devenir un monstre.» À 29 ans, Thomas entame la deuxième, qui dure un an et se solde par un échec. «J’y suis rentré de mon plein gré, mais c’était une thérapie policière qui marchait à la menace. Ça a d’ailleurs conduit au suicide d’un de mes amis.» Il entre alors dans une phase de révolte contre le système.

Parallèlement, Thomas voit sa vie d’adulte évoluer et il tombe amoureux d’une collègue de travail. Malgré l’amour qu’il dit ressentir pour cette femme, sexuellement, il est incapable d’interagir avec elle. Ils auront deux enfants, aucun conçu naturellement.

Empathie pour les victimes?

Alors qu’il a conscience de faire du mal aux enfants, Thomas essaie d’expliquer ses actes: «Avant de poser les gestes, c’est comme regarder le monde à travers une meurtrière, on n’a pas conscience de tout. Mais après, tu vois le monde dans son intégralité et tu comprends ce que tu as fait… C’est très souffrant.»

Autant les intervenants que les personnes ayant ces déviances témoignent de la souffrance que vivent également les agresseurs. Katia Lavallée, directrice du Centre d’aide et de traitement des agressions sexuelles (CETAS), explique: «Pendant le passage à l’acte, le point de vue de la victime est balayé ou déformé. Il se dit que si la victime revient, c’est qu’il ne lui fait pas si peur, qu’elle peut être capable de vivre avec. Pendant l’acte, ils ne peuvent pas se mettre à la place de la victime. C’est après que la honte, le regret et la souffrance arrivent.» Description du phénomène appuyée par Thomas.

À quoi la directrice ajoute: «Les pédophiles ne posant qu’une seule fois des gestes sont fréquents. Ce sont les prédateurs, comme dans les films, qui sont rares.» D’après Katia Lavallée, 20% des pédophiles seraient des femmes, mais le sujet serait encore tabou et peu traité. «Les choses commencent à changer, mais les femmes sont encore souvent vues comme des victimes et l’on cherche l’homme derrière. Il y a un double standard envers les hommes et les femmes. La pédophilie féminine est banalisée.»

Souffrance de l’agresseur

Depuis 17 ans, Thomas dit ne pas avoir touché d’enfants. En 1988, il a été condamné à 4 mois de prison pour des attouchements envers ses enfants et celui d’un ami. Depuis, Thomas suit une thérapie et est médicamenté (des antidépresseurs et d’autres molécules pour diminuer ses fantasmes.)

Il n’arrive pas encore à réconcilier les deux parties de lui: celle qui est attirée par les jeunes garçons, et celle qui ne veut pas leur faire de mal. Sa nouvelle piste de solution est de faire du bénévolat et de se faire de nouveaux amis qui connaissent son passé. Il parle notamment de sa nouvelle voisine «qui déteste les gens comme lui», mais qui l’aide. «Elle contribue à ma réconciliation avec le monde des adultes et des femmes.»

L’isolement est une menace supplémentaire pour les victimes et agresseurs. Claire Deschambault, directrice du groupe Amorce, explique: «L’isolement augmente les fantasmes. Ça n’aide pas de ne pas parler. Mais il faut que l’interlocuteur ne cautionne pas les gestes, sinon au contraire, cela pousse à l’acte.»

Pour Thomas, les «crétins» qui écrivent sur internet que les pédophiles doivent mourir ne font que les renvoyer dans l’anonymat et ils deviennent plus dangereux.

Thérapie

D’après Katia Lavallée, l’intérêt sexuel pour les enfants ne disparaîtra pas, mais des thérapies existent pour prévenir les passages à l’acte et contrôler les fantasmes. Pour cela, des intervenants travaillent avec ces personnes pour comprendre pourquoi elles ont commis ces actes.

Ces thérapies misent sur l’identification des situations à risque, pour que la personne garde le contrôle. Dans son centre, Katia Lavallée voit essentiellement des personnes référées par le système judiciaire. Selon elle, les autres n’oseraient pas se présenter par honte et par peur d’être dénoncées à la police.

Enfin, contrairement aux idées véhiculées, les délinquants sexuels font partie des criminels dont le taux de récidive est le plus bas: 17% pour non les traités (à 10% pour les traités), contre 51% pour les autres délinquants. À noter, toutefois, que ces statistiques ne prennent en compte que la minorité de crimes connus par la justice.

Cyberpédophilie

D’après l’Institut national de la santé publique du Québec, il serait difficile de conclure catégoriquement que la consommation de matériel pédopornographique engendrerait des agressions sexuelles. Les experts sur le sujet sont divisés.

Mais la directrice du groupe Amorce, Claire Deschambault, précise: «La consommation de ces images amène une progression: l’âge des enfants diminue, tandis que la quantité de matériel augmente. Et progressivement, ils vont se mettre à regarder les enfants dans la rue et à fantasmer sur eux. La cyberpédophilie banalise les actes.»

D’après le Code criminel canadien, leurrer un enfant par des moyens de télécommunication ou la cyberprédation est punissable criminellement. «Car c’est un crime sexuel comme un autre, c’est une agression sexuelle sans contact», explique Claire Deschambault. Prendre ou diffuser des images pédopornographiques est un crime, mais la possession des clichés (sans en être l’auteur) est tout aussi punissable par la loi.

Le nombre de personnes consultant ces images est extrêmement difficile à évaluer. Notamment dû à l’absence de frontière géographique du web. Plusieurs organismes se sont spécialisés dans la cyberprotection des enfants et reçoivent des signalements de la part des internautes. L’un d’eux, Cyberaide, a annoncé que le nombre de signalements continue d’augmenter avec les années, oscillant à environ 700 par mois.

En complément à Reflet de Société +

Le Centre canadien de la protection de l’enfance a mis en place un site internet dédié à la sensibilisation des parents à la cyberpédophilie. Retrouvez tous leurs conseils sur : ParentsCyberAvertis.ca

Autres textes sur Sexualité

Abonnez-vous au format numérique afin de consulter nos articles portant sur la culture du viol

Autres articles publiés dans ce magazine

        Biais9

Vanessa… Voyages dans les Caraïbes

Le ministère de l’Éducation a fait plusieurs coupures qui font mal. Les enseignants ont maintenant la responsabilité de parler de sexualité pendant les cours réguliers. Certains enseignants sont démunis devant l’objectif à atteindre et ont besoin de nouveaux outils pour les soutenir.

Est-ce que nous voulons que nos jeunes s’initient à la sexualité par la pornographie ou encore un chef de gang? Beaucoup de documents existent et traitent de sexualité. Mais combien sont des outils de discussion, de réflexion dans le respect sans être moralisateur? L’humour est une approche attrayant et aide à dédramatiser les situations

Le roman

Le roman permet d’entendre le témoignage autant de victimes que d’abuseurs, des jeunes en quête de leur identité sexuelle. Il aborde la sexualité sous différents angles tout en dédramatisant le sujet : relation d’amitié, relations amoureuses, sexualité, abus, harcèlement, homosexualité… Il permet aux adolescents dans leur quête sexuelle, aux personnes vivant des difficultés touchant la sexualité, aux enseignants et parents qui doivent parler de sexualité avec les jeunes de s’y retrouver tout en découvrant des moyens pour les aider et les soutenir dans leur cheminement.

Les jeunes ont des pratiques et des activités sexuelles sans équivoque. Nous n’en sommes plus à feutrer nos mots pour parler de sexualité, les jeunes peuvent en parler possiblement plus ouvertement que nous sommes capables de le faire.

Le roman reflète cette nouvelle réalité. Il est attrayant et descriptif pour les jeunes qui veulent découvrir leur sexualité et en parler.

Suite à de nombreux comité de lecture, le roman de 292 pages a été réécrit à plusieurs reprises. Un travail qui a duré plus de 15 ans.

Autres livres pouvant vous intéresser

Prix leviers du Rocajq: Médérick Beaudin

Prix Leviers du ROCAJQ

Médérick Beaudin à l’honneur

Comme chaque année, le Regroupement des organismes communautaires autonomes jeunesse du Québec (ROCAJQ) décerne les Prix Leviers à des jeunes qui se sont distingués par leur implication et leur réussite dans un organisme. Une façon de reconnaitre ces jeunes et leur cheminement. Pour une meilleure reconnaissance, Reflet de Société a choisi de publier ces jeunes pour souligner leur engagement et leur détermination.

Dossiers Communautaire, Jeunes

Médérick-Beaudin prix leviers rocajqMédérick est un jeune garçon de 11 ans qui entreprend sa dernière année du primaire. Il est consciencieux et met les efforts pour obtenir de bons résultats académiques.

Il est particulièrement énergique et s’implique activement aux olympiades de son école. Au niveau provincial, il participe aux compétitions de BMX et se retrouve fréquemment sur le podium!

Il est l’aîné d’une famille monoparentale de 3 garçons et fait figure de modèle pour ses jeunes frères.

Avec ce prix Levier, nous souhaitons souligner et reconnaître sa persévérance, son sens des responsabilités pour l’encourager à poursuivre.

Autres textes sur les Jeunes

Graffiti Hip Hop de la scène de Montréal

show_imageOpération Graffiti

Toute l’histoire de la création du Café-Graffiti. La relation avec les jeunes. Ce qu’ils ont vécu dans le projet. Ce qu’ils ont fait vivre aux intervenants. Toutes les anecdotes d’un projet qui fait encore parler de lui. Une façon intéressante et originale de soutenir le Café-Graffiti dans sa mission d’aide et de soutien aux jeunes. 19,95$.

Disponible Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009
Par Internet: www.refletdesociete.com
Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4

Autres livres pouvant vous intéresser

La détermination d’un jeune, Vincent St-Amour

Prix Leviers du ROCAJQ

Vincent St-Amour à l’honneur

Comme chaque année, le Regroupement des organismes communautaires autonomes jeunesse du Québec (ROCAJQ) décerne les Prix Leviers à des jeunes qui se sont distingués par leur implication et leur réussite dans un organisme. Une façon de reconnaitre ces jeunes et leur cheminement.Pour une meilleure reconnaissance, Reflet de Société a choisi de publier ces jeunes pour souligner leur engagement et leur détermination.

Dossiers Communautairejeunes.

Vincent-St-Amour prix leviers rocajqLorsque nous avons rencontré Vincent, il venait de décrocher de l’école secondaire. Il était dans une phase de questionnements, de révolte et de dévalorisation.

Graduellement, à travers la relation d’aide et son implication dans la vie associative du TRÎL, il s’est découvert un intérêt pour la justice sociale et les enjeux jeunesse.

Au-delà de critiquer et dénoncer les injustices et inégalités sociales, Vincent a participé activement à des discussions et causeries ainsi que des manifestations. Son cheminement l’a mené à s’impliquer au sein du TRÎL comme représentant des jeunes au sein du conseil d’administration.

À travers toutes ces expériences, Vincent est proactif dans ses projets et a repris confiance en lui. Il occupe maintenant un emploi à temps plein à l’épicerie de son quartier et il s’y implique même comme délégué syndical.

Autres textes sur les Jeunes

Graffiti Hip Hop de la scène de Montréal

show_imageOpération Graffiti

Toute l’histoire de la création du Café-Graffiti. La relation avec les jeunes. Ce qu’ils ont vécu dans le projet. Ce qu’ils ont fait vivre aux intervenants. Toutes les anecdotes d’un projet qui fait encore parler de lui. Une façon intéressante et originale de soutenir le Café-Graffiti dans sa mission d’aide et de soutien aux jeunes. 19,95$.

Disponible Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009
Par Internet: www.refletdesociete.com
Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4

Autres livres pouvant vous intéresser

Voyage dans le Grand Nord pour des jeunes du secondaire

Secondaires du Cégep Sophie-Barat

L’expédition au Nunavik

Les Inuits. Une culture que beaucoup pensent connaître. Certains les appelant plus ou moins péjorativement «Esquimaux», d’autres imaginant des Indiens dans la neige. Pour lutter contre ces préjugés et ces erreurs, des jeunes de 4e et 5e années de l’école Sophie-Barat sont partis 11 jours dans le Nunavik.

Delphine Caubet | Dossiers AutochtoneÉducation.

Cégep Sophie-Barat voyage Nunavik

Photos: François Léger-Savard.

Pendant 1 an, ces jeunes ont été éduqués sur l’Histoire des Inuits et des Premières Nations. Aidés et accompagnés de Lyne St-Louis, directrice de Taïga Vision (organisme d’aide et conseils auprès des autochtones), les jeunes ont maintenant une mission: parler des Inuits et de leur Histoire pour ne pas oublier.

Mission

Partir à Kangiqsualujjuaq n’était pas le fruit du hasard. L’organisatrice, Lyne St-Louis, connait bien la région et ce petit village de 800 habitants possède une riche vie culturelle. Pour cette expédition, Élodie, Noé et leurs acolytes y sont allés en journaliste. Enregistreuse en main, ils ont vécu au rythme de la vie locale pour s’intégrer et poser des questions.

Car le plus gros du travail est à leur retour. Au travers de conférences et d’événements, les jeunes partageront leur expérience et leurs connaissances pour sensibiliser la population québécoise aux enjeux des Inuits. «Car il n’y aura jamais assez d’efforts pour sensibiliser», précise Lyne St-Louis, et il faut comprendre comment ils en sont arrivés là.

Comme dans toutes expéditions, certaines craintes peuvent se présenter au départ. Noé, élève en secondaire IV, se posait une question importante: les Inuits sont-ils toujours fâchés après les Blancs?

Durant les mois de préparation, les jeunes ont vu des films tels que We were children ou Echo of the last howl, suivis de discussions pour appréhender la réalité de ces peuples. Ils ont appris l’histoire des pensionnats et du traumatisme collectif, mais aussi de l’abattage des chiens, qui en plus d’être un crime envers ces animaux, a bouleversé le mode de vie de ces peuples.

Mais Noé est vite rassuré. À leur arrivée, leur premier contact sur place est Charlie. Un Inuit qui a marqué autant Noé que son professeur par le calme et la sérénité que dégageait cet homme.

Survie

«Les 3 mots d’ordre de ce peuple sont force, beauté et résilience», annonce Élodie. Les jeunes ont pu observer comment les habitants, avec résilience, travaillent à la survie de leur culture. Noé donne l’exemple de festins communautaires pour illustrer ce phénomène.
Plusieurs fois par an, les habitants se réunissent autour d’un festin composé de nourriture traditionnelle et contemporaine. Dès leur arrivée, les jeunes ont pu assister à celui organisé en l’honneur de la fin de la formation des femmes. Pendant cette soirée, des spectacles ont accompagné le souper, et les jeunes ont eu l’opportunité d’échanger avec les aînés.

Un souvenir agréable pour les apprentis journalistes, bien qu’ils aient gardé une gêne à poser des questions sur les pensionnats et les traumatismes du passé.

Autre exemple de force et de résilience: les cultural classes. Dans ces cours, les garçons apprennent à réparer les motoneiges et à chasser, tandis que les filles apprennent (entre autres) la couture. Toujours dans le but de conserver leur patrimoine.

Alimentation

Pendant leurs 3 jours au parc national Kuururjuaq, les jeunes ont appris à pêcher comme la tradition inuite l’exige, à chasser et à monter une tente. «Comme le répète Éric, notre professeur, il faut garder l’esprit ouvert», précisent les étudiants. Alors, après la pêche vient le repas. Au menu: du poisson cru. Et ils ont adoré ça! À part le cœur qui a laissé un souvenir plus partagé chez les apprentis pêcheurs.

Dans le Nunavik, les Inuits se nourrissent de viande et de poisson crus, tout en intégrant des
aliments plus «occidentalisés». «Mais c’est extrêmement cher», précise Élodie. À quoi Noé ajoute que les prix sont parfois 3 fois plus chers et qu’un sac de chips peut coûter 9,95$.

Pendant ces 10 jours dans le nord, les jeunes n’ont pas fait que regarder. Ils ont aussi participé. À travers du bénévolat, notamment dans les cuisines pour participer à une meilleure éducation alimentaire ou dans les écoles pour aider les jeunes avec le français.

Perte culturelleKangiqsualujjuaq parc nature communauté

Malgré la beauté de ce peuple et leur volonté de conserver leur culture, comme bien d’autres jeunes dans une situation analogue, les jeunes Inuits se trouvent pris entre deux feux. D’un côté, ils vivent dans un village isolé qui ne possède qu’une route pour se rendre à l’aéroport. Ce qui aurait tendance à conserver leur culture.

D’un autre côté, les jeunes Inuits sont eux aussi influencés par la culture américaine. Car bien qu’ils n’aient pas le réseau téléphonique, Internet et le wifi fonctionnent et ils voyagent en métropole. «Ils ont tous un iPod et écoutent Justin Bieber», conclut Élodie.

Étudier?

Comme dans beaucoup de lieux isolés, les étudiants font face à un choix difficile.

Dans le village de Kangiqsualujjuaq, jusqu’au secondaire, les jeunes peuvent rester dans leur famille pour étudier. Quant à ceux qui souhaitent continuer, ils doivent quitter leur village pour se rendre au Cégep. Élodie et Noé expliquent alors que pour beaucoup d’entre eux, ils doivent faire une année de préCégep pour se mettre à niveau.

Jusqu’en 3e année, les Inuits étudient dans leur langue: l’Inuktitut. Un moyen de faire vivre leur culture. Mais à partir de la 4e année, il bascule vers le français. Et forcément, «tu ne peux pas arriver au même résultat», explique Lyne. Les jeunes doivent apprendre simultanément une langue et une matière. Alors, forcément, les élèves ont du retard dans leurs cours.

En plus de ces difficultés linguistiques, le mode d’apprentissage des Inuits n’est pas le même que celui des autres Québécois. D’après Lyne: «Les Inuit ont le même
programme, mais il n’est pas adapté à eux, ce n’est pas assez concret. Déjà qu’en général au Québec c’est difficile… Eux apprennent selon le mode watch and learn. Le programme est trop abstrait pour eux.»

Retour

Depuis leur retour à Montréal, les jeunes ont donné quelques conférences dans les écoles pour sensibiliser la population et lutter contre les préjugés. «Car ce n’est pas vrai que tous les Inuits sont des alcooliques, s’insurge Élodie. Pour ceux qui le sont, il faut comprendre leur Histoire et pourquoi.»

À l’avenir, nul ne peut prévoir les effets de cette expédition sur les jeunes et la communauté du
Nunavik. Une relation s’est créée et les villageois demandent des nouvelles des adolescents. Parmi les apprentis journalistes, Élodie a été particulièrement influencée par ce voyage et elle souhaite désormais devenir infirmière ou ambulancière dans le Grand Nord.

Impact auprès des jeunes

Sur les 18 jeunes faisant partie de l’expédition, environ 5 sont toujours très engagés dans leur mission de sensibilisation. Une réalité, mais aussi une grande déception pour Lyne, «car les jeunes ne réalisent pas toujours le travail qu’ils ont au retour.»

«Mais c’est l’expérience d’une vie, et pour 50% d’entre eux, ce vécu aura un impact.» Si l’engagement sur le long terme de ces jeunes est difficile à évaluer, Lyne St-Louis n’oublie pas de préciser «que c’était un bon groupe», qui s’est bien adapté et a tout essayé.

Sur le court terme, Éric Laforest, professeur d’Éducation physique et de plein air à l’école Sophie-Barat, constate une réduction du bruit de la part de ses étudiants. «On se faisait souvent dire que l’on parlait trop fort», plaisante Élodie. Si Éric constate ce 1er changement, il veut surtout que ses jeunes prennent conscience d’être des privilégiés.

Autres textes sur Autochtone

Bistro le Ste-Cath

bistro restaurant resto bonne bouffe où manger est montréalUn restaurant, une chaleureuse terrasse. Pour une rencontre entre amis ou en famille, les chefs du Bistro le Ste-Cath sauront vous offrir une cuisine réinventée et originale à un prix abordable.

Situé en plein coeur d’Hochelaga-Maisonneuve, au sud du Stade Olympique, à l’est de PIE-IX. 4264 Ste-Catherine est.

Bistro le Ste-Cath est opéré par l’organisme communautaire le Journal de la Rue. Tous les profits servent à financer notre intervention auprès des jeunes.

Pour informations et réservations: (514) 223-8116 ou bistro@le-ste-cath.com

    Abonnement au magazine Reflet de Société

    Une façon originale de soutenir notre intervention auprès des jeunes.

    magazine revue journal édition journalisme presse écrite communautaireInternet-o-thon pour soutenir le magazine communautaire Reflet de Société édité par le Journal de la Rue. C’est le temps de vous abonner pour montrer votre soutien à votre revue sur l’actualité communautaire et sociale. Toute contribution supplémentaire pour soutenir notre cause est la bienvenue.

    Pourquoi s’abonner à Reflet de Société?

    • Le citoyen est au cœur de notre mission
    • Un regard différent, critique et empreint de compassion sur les grands enjeux de société
    • Un espace ouvert aux lecteurs pour prendre la parole, partager leurs expérience et faire progresser les débats
    • Un magazine d’information entièrement indépendant, financé par ses milliers d’abonnés aux quatre coins du Québec
    • Tous les profits générés par la vente de Reflet de Société sont remis à l’organisme Journal de la Rue qui offre des services de réinsertion sociale aux jeunes.

    Par téléphone: (514) 256-9000, ext.: 1-877-256-9009 Par Internet: http://www.refletdesociete.com/abonnement/ Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4.

    Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel

    %d blogueurs aiment cette page :