Cent Papiers: fermeture, piratage ou sabotage? Le journalisme citoyen peut-il exister?

Journalisme citoyen

La mort du site Centpapiers.com

Un des plus vieux et respectacle site de journalisme citoyen du Québec, Cent Papiers, est mort. Mort naturel ou sabotage? Est-ce une preuve que le journalisme citoyen ne peut exister au Québec?

Raymond Viger Dossiers Internet

Le site Internet Cent Papiers avait été cité à plusieurs reprises comme un exemple de journalisme citoyen. Ces fondateurs et artisans se sont retrouvés régulièrement à prendre la parole dans des congrès de journalistes pour présenter ce projet comme un exemple et une initiative exemplaire.

Historique de Cent Papiers

Le site de journalisme citoyen a été créé à la base par Messieurs Jean-Philippe Wauthier et Olivier Niquet. Ils avaient aussi mis en ligne le site le Sportnographe. Dans les meilleurs années de Cent Papiers, plus de 400 rédacteurs publiaient des textes. Pendant ce temps, Wauthier et Niquet faisaient le référencement des billets publiés dans Cent Papiers dans les différents digg like tel que Scoopeo ou Blogasty. Le nombre de billets présentés, les commentaires des différents auteurs et le référencement dans les digg like ont permis à Cent Papiers de prendre une position dans les moteurs de recherches enviables.

Quelques chicanes sur les orientations et les façons de faire dans Cent Papiers créent des dissensions. Des rédacteurs commencent à quitter le navire. C’est ainsi que, sous l’initiative de Pierre JC Allard, les 7 du Québec ont été créé, initialement, avec des rédacteurs de Cent Papiers qui avaient leur vision d’une nouvelle continuité.

Sportnographe et Radio-Canada

Le site Sportnographe se fait remarquer par Radio-Canada qui conclut une entente avec Wauthier et Niquet. Ce contrat avec Radio-Canada venait de diluer les énergies que Wauthier et Niquet pouvaient mettre dans Cent Papiers. Incapable de vendre Cent papiers, Olivier Niquet prend une entente avec Pierre JC Allard. Pierre JC Allard prend les rennes de Cent Papiers. Au moment d’une vente éventuelle, Olivier Niquet recevrait un pourcentage de la vente.

Les textes des 7 du Québec sont repris par Cent Papiers pour une 2e publication. Les textes des internautes doivent être modérés avant d’être publié. Le manque de temps des bénévoles de Cent Papiers fait que peu, pour ne pas dire aucun autre texte ne se retrouvent sur Cent Papiers.  Seule la republication des 7 du Québec et quelques partenaires Européens se retrouvent en ligne. Cent Papiers avait passé de 400 rédacteurs à une quinzaine, avec très peu de textes originaux.

Le soutien informatique qu’exige une plate-forme telle que Cent Papiers passe entre plusieurs mains pour aboutir en bout de course entre les mains de Philippe David. Le plus étrange c’est que Philippe David avait quitté le navire de Cent Papiers depuis août dernier pour créer sa plate-forme citoyenne, contrepoids.. Son dernier billet sur Cent Papiers étaient daté du 30 septembre. Plus étrange encore, lorsque nous faisons des recherches dans WHOIS pour connaître le propriétaire du nom de domaine de Cent Papiers, à la grande surprise de Pierre JC Allard, ce n’est pas le sien, mais de Philippe David qui apparaît, autant comme contact technique qu’administratif, avec ses coordonnés complètes!

Technical Contact:

   Centpapier inc.

   Philippe David
Administrative Contact:

   Centpapier inc.

    David
Registrant Contact:

   Centpapier inc.

   Philippe David

Le mois suivant, c’est au tour de Renart Léveillé de quitter le navire pour fonder le site Le Globe. Tout comme l’avait promis Cent Papiers à ses débuts, les nouvelles plate-formes promettent de pouvoir payer éventuellement leurs rédacteurs. Le bénévolat des rédacteurs est essentiel pour créer un achalandage et vendre éventuellement de la publicité. De là, on est encore loin de pouvoir payer des salaires. Parce qu’il ne faut pas oublier les coûts d’entretien et de développement de la plate-forme.

Le mois dernier, le site de Cent Papiers ferme. Un site Internet a besoin d’entretien régulier pour demeurer en ligne. Il s’agit qu’un des outils utilisés fasse une mise à jour avec une version plus récente pour que cette mise à jour vienne en conflit avec les autres outils présents sur la plate-forme.

La fermeture de Cent Papiers est-elle dû à un manque d’entretien, un acte de piratage ou un sabotage volontaire pour éliminer un concurrent? Difficile à dire pour l’instant puisque personne ne donne d’informations à l’intérieur de Cent Papiers et que personne ne semble se parler. François Marginean qui était l’ancien technicien de Cent Papiers nous dit que c’est Philippe David qui s’occupe du site. Sauf que Philippe David ne répond pas aux différents messages qu’on lui fait parvenir.

Pour l’instant, nous avons enterré le mois dernier Cent Papiers qui aura exister 6 ans dans la blogosphère avant de sombrer dans l’oubli et l’indifférence.

Une plate-forme, même basée sur du journalisme citoyen et des bénévoles a besoin d’une direction rédactionnelle, de modération, de correcteurs, de webmestre pour la mise en ligne, le référencement, un plan d’affaire pour sa continuité et son développement… Tout ça prend du temps et éventuellement de l’argent. Et pour faire entrer de l’argent, cela prend une équipe de vente et de marketing. Sans un bon plan d’affaire, une bonne politique éditoriale et un bon capitaine aux commandes, les plate-formes citoyennes sont appelés à disparaître assez vite ou de demeurer le jouet d’un bénévole archarné… ou entêté.

NB Plusieurs digg like, tel que Blogasty ou Scoopeo ont aussi sombré dans les abîmes.

Autres textes sur l’Internet

Ce billet, ainsi que toutes les archives du magazine Reflet de Société sont publiés pour vous être offert gracieusement. Pour nous permettre de continuer la publication des textes ainsi que notre intervention auprès des jeunes, dans la mesure où vous en êtes capable, nous vous suggérons de faire un don de 25 sous par article que vous lisez et que vous avez apprécié.

Merci de votre soutien.

L’art d’écrire un blogue et d’être bien référencé, le livre!

Prochaines dates de formation sur le référencement d’un blogue

Comment assurer d’être bien référencé pour votre blog ? Comment fidéliser les internautes ? Comment augmenter son trafic ? Comment interagir avec un Throll qui commente votre blog ?

guide-referencer-blog-referencement-naturel-livre Maintenant disponible, le livre Référencer son blogue, un mot à la fois. Un livre sur l’art d’écrire un blogue et d’être bien référencé.

Écrire pour un blogue est différent que pour un magazine ou un journal. Comment maîtriser une technique simple et efficace pour que votre billet soit bien référencé par les moteurs de recherche tout en étant pertinent et cohérent pour les internautes? Les techniques d’écriture qu’il faut maîtriser sont expliquées dans ce guide.

Le guide est accessible à tous et facile d’utilisation. Il est une bonne référence autant pour la personne qui veut débuter un blogue que celle qui travaille pour un média et qui veut augmenter son trafic et son rendement.

Pour commander le livre, par Internet aux Éditions TNT, par téléphone au (514) 256-9000 au coût de 9,95$ ou encore pour les dates des prochaines formations.

Autres livres pouvant vous intéresser:

Pour voir le catalogue complet des livres des Éditions TNT.

Louise Gagné, bénévole de l’année

Association des médias écrits communautaires du Québec (AMECQ)

Louise Gagné, bénévole de l’année

Raymond Viger    Dossier Médias, Presse communautaire, Bénévolat.

louise_gagne_benevole_de_l_annee_media-communautaire Ce week-end, l’Association des médias écrits communautaires du Québec (AMECQ) a tenu son congrès annuel au Cheribourg d’Orford. Les 87 médias membres de l’AMECQ) se réunissaient pour planifier leur plan d’action pour les années à venir et assister à des formations pour continuer à faire un journalisme toujours de plus en plus représentatif de leur communauté et de leur lectorat.

Reflet de Société, un magazine provincial d’information et de sensibilisation sur les thèmes sociaux, membre de l’AMECQ était présent. Reflet de Société a maintenant plus de 491 000 lecteurs à travers le Québec. Les abonnements à Reflet de Société permettent non seulement de publier des textes de qualité, mais les surplus permettent de soutenir l’intervention de l’organisme auprès des jeunes marginalisés et de leur offrir un milieu de vie.

Bénévolat et médias écrits communautaires

À l’occasion de son congrès annuel, l’AMECQ met à l’honneur un bénévole qui s’est démarqué par son implication dans un média communautaire. Cette année, c’est Louise Gagné, native de Magog qui a remporté le titre de bénévole de l’année. Mme Gagné s’implique dans Reflet de Société depuis 1994, à titre de conseillère, administratrice, présidente de l’organisme et membre du comité de lecture de Reflet de Société.

Le bénévolat est le moteur et l’énergie qui permet de soutenir les communautés.

Félicitations et merci à Mme Louise Gagné pour son implication pour le soutien de la démocratie et de la liberté de presse au Québec.

Autres textes sur le Bénévolat.

Prix hommage Bénévolat-Québec

Le communautaire en action: des gens de coeur

Bénévolat, Vidéo et DVD

Charite bien ordonnee commence par nous tous

Ce billet, ainsi que toutes les archives du magazine Reflet de Société sont publiés pour vous être offert gracieusement. Pour nous permettre de continuer la publication des textes ainsi que notre intervention auprès des jeunes, dans la mesure où vous en êtes capable, nous vous suggérons de faire un don de 25 sous par article que vous lisez et que vous avez apprécié.

Merci de votre soutien.

PUBLICITÉ.

reflet-de-societe-magazine-drogue-prostitution-suicide-alcool-gang-de-rue-gambling Internet-o-thon pour soutenir le magazine communautaire Reflet de Société édité par le Journal de la Rue. C’est le temps de vous abonner pour montrer votre soutien à votre revue sur l’actualité communautaire et sociale. Toute contribution supplémentaire pour soutenir notre cause est la bienvenue.

Par téléphone: (514) 256-9000, ext.: 1-877-256-9009
Par Internet: http://www.refletdesociete.com/Abonnement.html
Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4.

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel.

Cent Papiers change de main, Olivier Niquet quitte

Cent Papiers change de main

Olivier Niquet quitte, Pierre JC Allard arrive

Raymond Viger    Dossier Internet

cent papiers journalisme citoyen blogue olivier niquet Olivier Niquet vient d’annoncer son départ du site Cent Papiers. Son implication dans Sportnographe lui prenant tout son temps et l’implication infructueuse de son frère Julien pour prendre la relève de Cent Papiers pousse Olivier Niquet à faire des changements plus drastiques. Pierre JC Allard, fondateur des 7 du Québec et un collaborateur de longue date va prendre le contrôle de Cent Papiers.

7-du-quebec-les-7-du-quebec-site-journalisme-citoyen Le premier objectif de Pierre JC Allard est de réorganiser la présentation visuelle de Cent Papiers. Avec la fermeture de Québec 89 et avec Pierre JC Allard en tête de Cent Papiers et des 7 du Québec, il va y avoir du changement dans la blogosphère du Québec.

Une histoire à suivre. Je vous tiens au courant des développements.

Ce billet, ainsi que toutes les archives du magazine Reflet de Société sont publiés pour vous être offert gracieusement. Pour nous permettre de continuer la publication des textes ainsi que notre intervention auprès des jeunes, dans la mesure où vous en êtes capable, nous vous suggérons de faire un don de 25 sous par article que vous lisez et que vous avez apprécié.

Merci de votre soutien.

PUBLICITÉ.

Guide d’intervention de crise auprès de personnes suicidaires

guide-d-intervention-de-crise-personne-suicidaire-suicide-intervention-prevention-suicide-rates-suicide Le guide d’intervention auprès de personnes suicidaires démystifie le suicide. Il permet d’aider les proches à reconnaître les signes avant-coureur du suicide et de déterminer qu’est-ce qui peut être fait pour soutenir la personne en crise.

Une section du guide est réservée aux endeuillés par suicide.

Le livre est disponible au coût de 4,95$.
Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009
Par Internet: http://www.editionstnt.com/Livres.html
Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4.

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel.

On tue la une, V télé; un délire dénudé de sens

On tue la une à V télé

Un délire dénudé de sens

Un documentaire sur l’Internet et l’avenir des médias présenté sur V télé. J’ai été très déçu de ce documentaire de Pierre Szalowski.

Raymond Viger   Dossier Internet, médias, Journal de Montréal

25stanley.com-stanley-cup-sport-25stanley Jean Trudel, 25Stanley.com

Jean Trudel du blogue 25Stanley.com a eu de longs instants pour délirer sur le journalisme. Vraiment pas convaincu qu’il y avait-là matière à une grande discussion philosophique. Beaucoup de généralisations et de jugements personnels sans valeurs et sans fondements.

richard-martineau-illustration-dessin-journaliste-blogueur-franc-tireur Richard Martineau

Richard Martineau a été fidèle à lui-même avec des élans oratoires qui laissaient supposer que tout ceux qui se retrouvaient sur l’Internet étaient des ados qui mangeaient des chips et qui n’avaient rien d’autres à faire que de regarder du porno sur le web!

 Gabrielle Duchaine, journaliste en lock-out du Journal de

Montréaljournal-de-montreal-quebecor-lock-out-quotidien

Ensuite, Gabrielle Duchaine, journaliste en lock-out du Journal de Montréal, fait un plaidoyer dont je ne suis vraiment pas d’accord. Gabrielle Duchaine se présente comme une victime de l’Internet et soutient que, parce que son employeur lui demande d’être multimédia (papier, web, vidéo…), la qualité des nouvelles va en souffrir. Pourtant, j’y vois une opportunité de faire de meilleures nouvelles. Si je travaille 3 nouvelles différentes dans un laps de temps, je ne peux pas les approfondir autant que si je n’ai qu’une seule nouvelle à traiter mais que je la publie sur 3, 4 ou 5 plateformes différentes.

jean-benoit-nadeau-francais-auteur-pigiste-journaliste Jean-Benoît Nadeau, pigiste multi-plateformes

Parlez-en à Jean-Benoît Nadeau, le maître de la pige en journalisme au Québec. Il fait de la grosse argent et de gros contrats parce qu’il traîte peu de sujets mais qu’il le fait sur plusieurs médias différents. Exemple, un livre traite des Français pour les Français, un autre des Français pour les Américains… livre en Français, Anglais, Chinois, conférence sur le Français, des articles en différentes langues, toujours sur le même sujet. Et voilà qu’il se prépare à sortir son site Internet et son blogue et vendre des vidéos conférences sur Internet!

En travaillant moins de sujets et en les publiant sur plusieurs plateformes, notre temps de recherche est amorti sur plusieurs publications, nous permettant de pouvoir en mettre un peu plus, d’actualiser nos sujets, de mieux les connaître et d’avoir une meilleure connaissance des principaux acteurs nous intéressant.

centpapiers-cent-papiers-média-citoyen-centpapiers Journalisme citoyen, Rue 89 et Centpapiers.com

Finalement, on aborde les sites de journalisme citoyens. On y souligne que seul Rue 89 et Centpapiers.com sont des sites de journalisme citoyens. Quelle est la différence entre un site comme Centpapiers.com et un blogue collectif? Théoriquement, la modération. Mais la modération de Centpapiers.com est-elle réelle ou un simple fantasme. Depuis plus d’une année que Centpapiers.com se cherche, cherche un modèle d’affaire, cherche du monde pour faire la modération. Centpapier est prêt à offrir la une de son site à quelqu’un qui s’occuperait de faire la modération de son site! Pas fort comme qualité de ce qui pourrait y être publié.

C’est vrai que dans Centpapiers.com il y a 2 journalistes: Olivier Niquet et Jean-Philippe Wauthier. Mais depuis que leur autre site, Sportnographe, a été associé à Radio-Canada, ils n’ont plus le temps de s’occuper de Centpapiers.com qui périclite et qui a perdu de nombreux, très nombreux rédacteurs.

Désolé M. Pierre Szalowski, j’ai pas aimé cette présentation sur l’avenir des médias et du web.

Plan d’affaire pour rentabiliser le web

Dernier petit commentaire pour V télé et les médias qui se cherchent un plan d’affaire pour rentabiliser leurs investissements sur le web. Après avoir vu le documentaire On tue la une,  j’apprends qu’il y avait eu une première partie la semaine précédente. J’ai cherché sur le site de V télé pour avoir accès à la première partie. Je n’ai trouvé que la deuxième! Si V télé m’avait offert un accès facile à ce documentaire, j’aurais payé sans problème 2$. Je ne comprends vraiment pas pourquoi on donne tout gratuitement sur le web.

Autres textes sur Média

Huffington Post arrive au Québec

Le Globe, un nouveau webzine au Québec

RueMasson.com le blog du Vieux-Rosemont

Le magazine des journalistes frappe un iceberg!

Illustrations de Richard Martineau réalisé par Renart L’éveillé.

Ce billet, ainsi que toutes les archives du magazine Reflet de Société sont publiés pour vous être offert gracieusement. Pour nous permettre de continuer la publication des textes ainsi que notre intervention auprès des jeunes, dans la mesure où vous en êtes capable, nous vous suggérons de faire un don de 25 sous par article que vous lisez et que vous avez apprécié.

Merci de votre soutien.

PUBLICITÉ

reflet-de-societe-magazine-drogue-prostitution-suicide-alcool-gang-de-rue-gambling Internet-o-thon pour soutenir le magazine communautaire Reflet de Société édité par le Journal de la Rue. C’est le temps de vous abonner pour montrer votre soutien à votre revue sur l’actualité communautaire et sociale. Toute contribution supplémentaire pour soutenir notre cause est la bienvenue.

Par téléphone: (514) 256-9000, ext.: 1-877-256-9009
Par Internet: http://www.refletdesociete.com/Abonnement.html
Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4.

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel.

La quête du journalisme citoyen

La quête du journalisme citoyen

Raymond Viger                     Dossier Journalisme et média

Quand les relationnistes ont décidé de se lancer sur Internet et les médias sociaux, les journalistes ont sursauté. Philippe Schnobb de Radio-Canada a déjà déchiré sa chemise sur le dos du journalisme-citoyen. L’éthique du journalisme-citoyen a régulièrement été questionné. Surtout après que Morrow Communication ait créé un faux blogue de citoyens pour mousser l’idée des vélos Bixi de la Ville de Montréal.

Récemment, j’ai réagi à un commentaire de la chercheure Samia Mihoub chercheuse à l’École de politique appliquée de l’Université de Sherbrooke. Mme Samia Mihoub laissait sous-entendre, lors du congrès annuel de l’Association francophone pour le savoir (ACFAS) à Ottawa, que des sites tels qu’Agoravox en France, grâce à une politique éditoriale et une charte de rédaction permettait d’obtenir un cadre éthique au journalisme citoyen. Étant moi-même rédacteur et modérateur sur le site d’Agoravox, je ne suis vraiment pas d’accord avec les affirmations de Samia Mihoub.

Il est vrai qu’Agoravox a un comité de modération pour éviter que n’importe qui publie n’importe quelle connerie. Mais est-ce du journalisme citoyen pour autant? Pas en ce qui me concerne. Parce que si un citoyen amène un bon sujet, un bon angle mais qu’il faut le développer plus, faire plus de recherche, vérifier des faits, aucun journaliste n’est affecté pour pouvoir compléter le travail amorcé. Entre le texte brute d’un citoyen et le produit final et publiable, il y a une équipe journalistique, ou du moins, une éthique journalistique qui est employé.

Rien de tel n’existe dans les blogues ou dans les sites tels qu’Agoravox, Cent Papier ou autres. Au Québec, tout citoyen peut faire du journalisme. Il n’existe pas d’association professionnelle et légale pour encadrer la profession. Comment fait-on alors pour séparer le journaliste du journaliste-citoyen? Par son professionnalisme! Même parmi les médias conventionnels il existe parfois des gens qui font du journalisme et qui ne devrait pas en faire. Et certains citoyens, qui ne sont pas officiellement reconnus comme journaliste, ont pourtant une éthique et une rigueur importante et professionnelle.

Un débat qui dure depuis des années et qui n’est pas encore terminé.

PUBLICITÉ

Concert bénéfice pour le Café-Graffiti

logo aherosol basse resolution 50 musiciens de l’Orchestre symphonique pop de Montréal nous présenterons un répertoire de musique de films tels que Spiderman, Mission Impossible, James Bond… Les danseurs de Breakdance seront présents sur scène avec l’orchestre symphonique. Le 28 novembre à 19:30 heures à l’Église St-Jean-Baptiste.

Pour le prix d’un spectacle, vous soutenez un organisme jeune, intense et dynamique. Pour l’achet de vos billets du Concerto aHÉROSol, par téléphone au (514) 256-9000, sur le site Internet de l’organisme ou encore sur le Réseau Admission. Pour plus d’informations sur le concerto aHÉROSol de l’Orchestre symphonique pop de Montréal.

Éthique et controverse dans la blogosphère et sur Twitter

Éthique et controverse dans la blogosphère et sur Twitter

Raymond Viger                     Dossier Internet

Régulièrement, le débat s’anime sur l’éthique dans les blogues et sur Twitter, la controverse entre journalistes et blogueurs, la définition de journalisme-citoyen… Même les agences de communication comme Morrow qui avait créé un blogue pour le compte de Stationnement Montréal avec de faux blogueurs en a choqué plus d’un.

Passant d’un blogue à l’autre traitant de ces sujets, j’en arrive sur le blogue de Martin Comeau. M. Comeau a su prendre un ton que j’ai bien apprécié sur la rigueur que nous devons tous conserver et acquérir, que nous soyons journaliste, blogueur ou citoyen.

C’est avec grand plaisir que je vous présente le blogue de Martin Comeau, Carnet numérique, dans ma blogoliste. J’irais le commenter et animer certains débats à partir de son blogue et que je ramènerais ici de temps à autre.

Renart L’éveillé a écrit quelques billets sur l’éthique dans la blogosphère, Mais Martin Comeau a remis les pendules à l’heure sur la rigueur que nous devons soutenir.

Pendant ce temps, Michelle Blanc nous parle d’éthique et médias.

L’éthique n’a pas fini de faire couler beaucoup d’encre. L’anonymat ne permettant pas toujours de bien établir la crédibilité de notre interlocuteur.

Christophe Lefevre de Techtrends aborde le sujet sous l’angle de l’anonymat des blogueurs.

PUBLICITÉ

show_image L’amour en 3 dimensions. Roman de cheminement humoristique. Pour dédramatiser les événements qui nous ont bouleversés. Pour mieux comprendre notre relation envers soi, notre entourage et notre environnement. Peut être lu pour le plaisir d’un roman ou dans un objectif de croissance personnelle.

Le livre, au coût de 19,95$ est disponible.

Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009
Par Internet: www.refletdesociete.com
Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel.

Journalisme citoyen et les journalistes professionnels vu par Philippe Schnobb de Radio-Canada

Journalisme citoyen et les journalistes professionnels vus par Philippe Schnobb de Radio-Canada

Accomodements raisonnables

Philippe Schnobb de Radio-Canada, suite au congrès des journalistes, a fait un blogue sur le journalisme citoyen. Je n’ai pas assisté à l’atelier dont fait référence M. Schnobb. J’étais dans un autre atelier sur les accommodements raisonnables. Cet atelier ou l’on tentait de comprendre tous les dérapages médiatiques sur cette question. L’atelier ou certains médias et journalistes ont été pointé du doigt pour leur manque de rigueur et leur incapacité à suivre un code d’éthique.

Vous comprendrez peut-être mon étonnement lorsque je lis ceci dans le blogue tenu par M. Schnobb :

Quand ces images générées par les citoyens sont placées sur un blogue, elles ne sont pas toujours mises en contexte ou, si elles le sont, cette mise en contexte peut être biaisée. Il n’y a que les journalistes qui peuvent garantir que la mise en contexte n’est pas biaisée parce que les journalistes obéissent à un code d’éthique, à des normes. Si nous ne le faisons pas, nous sommes sujets à recevoir un blâme. De l’ombudsman de Radio-Canada, du Conseil de presse ou, pire, d’un tribunal!

Seuls les journalistes peuvent garantir une mise en contexte qui n’est pas biaisée. Sinon, c’est le blâme. La grosse claque sur les doigts que le Conseil de presse va nous infliger. Pourtant, en 2006, j’ai fait 4 plaintes au Conseil de presse. Je les ai toutes gagnées. Les médias et les journalistes ont tous été blâmés. Est-ce que cela les empêchent de continuer? Certainement pas. Il y a trop d’argent à faire avec le plagiat et le sensationnalisme. Est-ce que quelqu’un pourrait me nommer les 4 médias et les 4 journalistes impliqués dans mes plaintes? Encore moins.

Qu’est-ce qui est mieux? Un mauvais journaliste ou un bon citoyen? Parce qu’il y a de mauvais journalistes. Et il y a des citoyens qui font un excellent travail. Ce n’est pas parce que tu portes le titre de journaliste que tu es obligatoirement bon et meilleur que les autres. Peut-on faire confiance aux lecteurs d’être capables de discernement entre le blogue et le média conventionnel qu’ils lisent?

Une chose est certaine. Les blogues permettent un échange d’information beaucoup plus grand qu’un média écrit conventionnel. Les gens laissent des commentaires, permettant une mise à jour de l’information et offre une variété de sources. Les blogues permettent aussi de donner une permanence à l’information. En page 39 d’un grand quotidien, nous avons lu qu’une grande entreprise a été condamnée par l’Office de la protection du consommateur. Peu de gens l’auront vu ou s’en souviendront une semaine plus tard. Lorsque repris par un blogue, cela permet à tous les consommateurs qui font des recherches de retracer l’information et d’en être avisés avant de compléter ses achats. Et ça, même des années après les faits. Si un consommateur est insatisfait d’un commercant, même si l’information n’est pas publiée dans un média, même s’il décide de ne pas porter plainte, il pourra fournir l’information à d’autres consommateurs par l’intermédiaire de son blogue. Aucun média conventionnel ne peut nous offrir autant.

J’ai vu des organismes communautaires prendre leurs caméras vidéos et passer en entrevue des politiciens et d’autres acteurs significatifs pour leur communauté. Les vidéos intégraux se retrouvent sur leur blogue. Une entrevue intégrale est-elle meilleure ou pire que le 30 secondes que l’on peut écouter aux nouvelles?

Un bénévole dans une région fait un petit journal distribué à 200 exemplaires dans son patelin. Certains ont leurs cartes de journalistes professionnels. Si le même bénévole décide de tenir un blogue au lieu d’un petit journal, du jour au lendemain, ce qu’il dit serait moins crédible?

Question d’intégrité, je ne cacherais pas mes appartenances. Je suis journaliste pour le magazine Reflet de Société. Je suis blogueur. Je suis intervenant.

Certains journalistes disent que je suis intervenant, donc que je ne peux pas être un journaliste. Certains intervenants disent que je suis journaliste, donc je ne peux être intervenant et respecter le secret professionnel.

Je me sens à l’aise de bloguer. Personne n’a osé me dire que je n’avais pas le droit de bloguer ou que je ne pouvais pas arborer le titre officiel de « blogueur ». Du moins, tant qu’une association professionnelle ne mettra pas le grappin sur le terme.

Blogueurs qui ont débattu ce sujet: Renart L’éveillé, Mario Tout de go, Olivier Niquet, Le canard réincarné.

Autres textes sur les Accomodements raisonnables

Le traitement journalistique des accommodements raisonnables

Les vitres teintées du YMCA et les accommodements raisonnables

Commission Bouchard-Taylor sur les accommodements raisonnables

Voter à visage découvert

Karine Goma, le CLSC et les accommodements raisonnables à Tout le monde en parle

Les accommodements raisonnables

Les accommodements raisonnables, un policier et une chanson

Hérouxville, André Drouin, Jacques Proulx et les accommodements raisonnables

://raymondviger.wordpress.com/2007/11/13/journalisme-citoyen-democratie-et-cent-papiers/

https://raymondviger.wordpress.com/2007/10/15/blog-action-day-du-vin-tout-pres-de-chez-vous/

https://raymondviger.wordpress.com/2007/09/01/blogday-une-fete-a-inscrire-a-son-agenda/

https://raymondviger.wordpress.com/2007/04/13/internet-un-soutien-aux-magazines-papier/

https://raymondviger.wordpress.com/2006/08/30/les-blogues-la-democratie-et-la-convergence/

Ce billet, ainsi que toutes les archives du magazine Reflet de Société sont publiés pour vous être offert gracieusement. Pour nous permettre de continuer la publication des textes ainsi que notre intervention auprès des jeunes, dans la mesure où vous en êtes capable, nous vous suggérons de faire un don de 25 sous  par article que vous lisez et que vous avez apprécié.

Merci de votre soutien.

PUBLICITÉ

T-Shirt promotionnel disponible avec votre logo

tshirt-cafe-graffiti-t-shirt-personnalise-votre-logo Soutenez le Café-Graffiti, affichez vos couleurs.

Votre T-shirt Café-Graffiti pour seulement 9,95$. Disponible en rouge, noir ou blanc.

Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009
Par Internet: http://www.editionstnt.com/T-shirts-promotionnels-et-personnalise.html
Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4

Pour votre T-shirt promotionnel avec votre logo: Café-Graffiti: (514) 259-6900

%d blogueurs aiment cette page :