Pélerinage; Compostelle au Québec

Compostelle au Québec

Pèlerinage au Québec: prenez la clé des champs!

La famille Prévost-Cyr a usé ses souliers sur près de 150 km de bitume montérégien. Reflet de Société s’est entretenu avec Francis Prévost (22 ans), sa mère Monique Cyr (45 ans) et le grand-père maternel, Fernand Cyr (67 ans). Il n’y a pas que le sentier de Compostelle qui vaille pour les pèlerinages…

Marie-Josée Richard  Dossier Famille, Communautaire

À la tête de l’expédition, le couple Guy Prévost et Monique Cyr. Le but de cette odyssée pédestre: atteindre le Cap-de-la-Madeleine à partir de Saint-Hyacinthe, à raison de 15 à 20 km par jour. Une vingtaine de jeunes âgés entre 12 et 24 ans se sont greffés à eux, en vue de se préparer aux Journées mondiales de la jeunesse qui auront lieu l’été prochain à Madrid, soit le plus grand rassemblement de jeunes catholiques au monde. Faisaient aussi partie du voyage, quatre accompagnateurs dans la quarantaine et le grand-père Fernand. Retour sur les moments forts de cette escapade.

Se découvrir des qualités de chef

À travers cette expérience, Monique a pu se réinventer, transcender ses peurs et ses limites. C’est qu’elle avait la responsabilité de veiller à ce que tout se déroule bien, tant au niveau logistique, qu’au niveau humain. «C’était tout un défi. J’avais beaucoup à gérer, mais je crois m’en être bien sortie», lance-t-elle sur un ton rieur.

La dame avait aussi à cœur que ce voyage soit formateur pour le groupe. «Plus qu’une épreuve physique, c’était une occasion de grandir en tant que personne. Je tenais à ce que les jeunes soient persévérants, qu’ils vivent de manière positive la souffrance occasionnée par les longues heures de marche. J’espérais qu’ils voient dans leur fatigue une manière de se dépasser et d’être fiers de leur accomplissement!»

Monique s’est même découvert des qualités de leader: prévenir les conflits, faire régner la bonne entente, être à l’écoute, savoir planifier les déplacements et les activités, stimuler les troupes et donner l’exemple… malgré ses préoccupations du moment! Son coup de coeur? «Chaque matin, on se réservait une heure de silence en marchant. C’était très ressourçant.» Au final, malgré le poids des responsabilités, cette semaine lui a apporté un grand bien-être.

Renouer avec l’amour

Francis n’en était pas à sa première sortie du genre. Pourtant, c’était la première fois qu’il l’expérimentait avec sa femme. «Ça a été une superbe opportunité pour se redécouvrir. On avait du temps chaque jour pour discuter, confie le jeune homme, marié depuis l’été dernier. Avoir du temps de qualité en couple, ce n’est pas toujours évident avec les vies que l’on a. Étudiants à temps plein la semaine, avec un emploi à temps partiel la fin de semaine. On a vraiment pu connecter à nouveau.»

Chaque nuit, le groupe dormait dans un endroit différent, accueillis par des bénévoles des paroisses sur leur chemin. «Parfois, on dormait au sous-sol d’une église, parfois dans une salle communautaire. En guise de douche, on a même eu droit au boyau d’arrosage à l’extérieur! On sortait de notre confort habituel.» Voici qui a demandé à plus d’un de développer ses capacités d’adaptation. «Être avec les mêmes personnes 24 heures sur 24 demande aussi d’être patient, ouvert d’esprit et d’être prêt à faire des compromis! confie le futur enseignant au secondaire en éthique et culture religieuse. Pour moi, une telle expérience me permet de me recentrer sur mes croyances. Ça me fait sortir du tourbillon de la vie et de prendre du recul sur ce que je vis, pour mieux replonger dans mes projets.»

Pour Francis, un pèlerinage l’invite aussi à contempler la nature. «On appelle ça la louange: observer le travail du créateur. Chaque fois, c’est ce qui me touche le plus. J’entre à nouveau avec qui je suis vraiment et avec ce qui m’entoure. Tout va tellement vite de nos jours. Tant dans les transports que dans les communications. Dans un pareil contexte, le silence devient d’or; on apprend à l’apprécier, que ce soit seul ou en groupe. C’est bon aussi que de n’avoir qu’une seule préoccupation pendant plusieurs jours: marcher! Mais ce ne fut pas une tâche facile, tant la chaleur était accablante.» Rappelons que l’été 2010 a brisé des records de chaleur.

Retrouver ses airs de jeunesse

Pour Fernand, l’aîné du groupe, cette randonnée de plusieurs jours lui a permis de se rapprocher de sa fille Monique et de ses petits-enfants, dont cinq sur sept étaient présents. «On se côtoie aux fêtes familiales, mais ça n’adonne pas souvent de discuter en profondeur. En marchant plusieurs heures par jour, on pouvait faire un bout de chemin ensemble et aborder une foule de sujets, comme jaser de sexualité, d’engagements, de leurs orientations professionnelles, du sens de la vie.»

«J’aime les pèlerinages parce que ça me rappelle une valeur chrétienne très importante: celle de s’occuper de son prochain. Dans un pareil voyage, on n’a vraiment pas le temps de se regarder le nombril! On finit par ne plus penser que pour soi. On développe certains réflexes collectifs! Ça m’a beaucoup apporté, pas juste comme grand-père, mais aussi comme être humain.»

Au fil des conversations, il admet avoir été impressionné par la curiosité et la soif d’apprendre des jeunes. Aussi, il a été touché de voir combien ils se dévouaient à la tâche. C’est que chacun avait des responsabilités au quotidien. Pour certains, c’était de s’assurer que rien ne soit oublié en chemin alors que d’autres s’occupaient du repas du midi ou de recharger les batteries des walkies-talkies chaque soir. «Il se passe de belles choses chez la jeunesse, mais il faut être là pour les voir.»

La maladie de sa femme, il y a un an, lui a rappelé l’importance de savourer chaque moment de vie… et de profiter pleinement de sa propre santé. «Même si elle n’a pas pu nous accompagner, je trouvais important de le faire pour moi. Aussi, ça m’a permis de me retrouver davantage, de faire une sorte de bilan. C’est important de prendre du recul et de se regarder aller. Il faut prendre le temps de s’arrêter dans la vie, sinon on ne la voit pas passer.» Et pour Fernand, c’est en demeurant actif qu’on reste jeune. «J’ai juste 67 ans, vous savez…»

Autres textes sur Famille

L’amour en 3 dimensions.

l-amour-en-3-dimensions-roman-cheminement-humoristique-croissance-personnelleLa relation à soi, aux autres et à notre environnement

Roman de cheminement humoristique. Pour dédramatiser les évènements qui nous ont bouleversés. Pour mieux comprendre notre relation envers soi, notre entourage et notre environnement. Peut être lu pour le plaisir d’un roman ou dans un objectif de croissance personnelle.

L’histoire est une source d’inspiration pour découvrir, d’une façon attrayante et amusante, une nouvelle relation avec soi-même et son environnement. Bonne lecture et bon voyage au pays de Tom.

Le livre est disponible au coût de 19,95$.

Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009 Par Internet:Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4.

Autres livres pouvant vous intéresser:

L’avortement et le Pape

Spectacle du Bistro le Ste-Cath (l’ancien Bistro In Vivo) dans Hochelaga-Maisonneuve

La religion et les femmes

L’Église veut pardonner l’avortement

Plus d’un million de jeunes catholiques étaient rassemblés à Madrid, entre les 16 et 21 août, pour les Journées mondiales de la jeunesse (JMJ). Les prêtres ont tous reçu pour ces quelques jours, la faculté de pardonner l’avortement, un des pêchés « impardonnable ». Entre doctrine et réalité, il existe un fossé.

Lucie Barras   Dossiers Avortement, Religion et spiritualité

pape-avortement-eglise-avorter-droit-avortement-benoit-xviUne légère brise de modernité a soufflé sur les Journées mondiales de la jeunesse 2011 : les prêtres mandatés pour confesser durant les 6 jours de fête ont reçu de l’archevêché de Madrid l’autorisation de gracier le pêché d’avortement. Le pape en personne a donné la confession. Au même titre que l’inceste ou l’hérésie, l’avortement est encore passible dans la religion catholique d’une « peine » spéciale pouvant aller jusqu’à l’excommunication. Le Vatican considère cet acte comme un meurtre. Alors que plusieurs manifestations pro laïcité ont émaillé les JMJ, ce geste de grâce a ému de nombreux catholiques pour sa tolérance.

En temps normal, seuls les prêtres « autorisés » peuvent pardonner l’avortement. Au Québec, comme dans plusieurs archevêchés du monde, tous les prêtres ont le pouvoir de lever cette peine. Pour la première fois, peu importe leur origine, tous avaient cette autorisation.

L’avortement dans le droit canon

Benoît-Marc Boyer est vice-chancelier et prêtre du diocèse de Montréal. Il nous explique comment fonctionne le dogme qui encadre la question de l’avortement :

« Il y a deux aspects dans la confession. Le pêché, résolu par l’absolution, et la peine. Celle-ci est une sanction bien particulière qui concerne un certain nombre de cas. Depuis 1983 et le nouveau code droit canonique, ce nombre est restreint. Et l’avortement en fait partie.

Mais attention : pour que l’avortement soit passible de cette « sanction », la personne qui l’a provoquée doit avoir agi sobre et être âgée de plus de 16 ans. Elle doit avoir agi sans connaître la portée de son acte et la peine qu’elle encourt dans l’Église. Enfin, elle ne doit pas avoir agi sous l’effet de la peur.

Ce dernier point est crucial dans la question de l’avortement. Combien de jeunes filles se sont fait avorter sous le coup de la panique, de la peur du jugement ?

« J’espère de tout mon cœur que tous les prêtres savent et respectent cela : la peine n’est applicable que rarement. Nous ne sommes pas des juges. Nous sommes là pour renouer ce qui s’est cassé. Nous ne sommes plus au Moyen-âge », précise le père Boyer.

Une doctrine éloignée des réalités

Est-il encore pertinent, de la part de l’Église, de condamner l’avortement? Prêcher l’amour et trier ses pardons ?

Le père Raymond Gravel a souvent été critiqué pour avoir défendu l’avortement. Il a des idées claires à ce sujet : « Je suis contre l’avortement. Mais, je suis surtout contre la condamnation des femmes qui se sont fait avorter. Qui suis-je pour décider qui mérite d’être pardonné et qui ne le mérite pas? Pour remédier à l’avortement, il s’agit surtout de prévention et de responsabilisation. Il faut que les jeunes sachent ce que représente une grossesse. De toutes façons, lors de la confession, le prêtre n’est qu’un intermédiaire. L’affaire ne concerne que l’intéressée et Dieu.

Pour le père Boyer, un bon prêtre est un homme bon avant d’être celui qui fait respecter la doctrine. « Enseignant au séminaire, c’est ce que je répète à mes élèves. Dans la rue, j’ai choisi de porter la soutane. C’est mon choix, d’autres ne la portent pas. Des gens viennent me demander la confession, et ça ne me dérange pas de les confesser au coin de la rue. »

Un pape ambigu

Ce qui s’est passé aux JMJ en a étonné plus d’un : le pape Benoît XVI n’a pas l’habitude de se prononcer à contre-courant de la doctrine. « Aux JMJ, il s’est produit un extraordinaire temps de grâce. Le pape et les archevêques ont dit aux prêtres que des gens viendraient les voir. Pour qu’ils aient le cœur en paix, levez leur peine. » Pour le père Boyer, l’image d’un pape intransigeant est erronée. « C’est une perception extérieure. Mais à l’intérieur, on découvre souvent autre chose. Lorsqu’en 2005, Joseph Ratzinger a été élu pape, pas un seul archevêque n’a été surpris. Ratzinger était préfet de la Congrégation pour la doctrine de la foi. Cette mission consiste à protéger les dogmes. Il a donc véhiculé par sa fonction cette image de juge autoritaire.

autres textes sur l’avortement:

Autres textes sur Religion et spiritualité

Ce billet, ainsi que toutes les archives du magazine Reflet de Société sont publiés pour vous être offert gracieusement. Pour nous permettre de continuer la publication des textes ainsi que notre intervention auprès des jeunes, dans la mesure où vous en êtes capable, nous vous suggérons de faire un don de 25 sous par article que vous lisez et que vous avez apprécié.

Merci de votre soutien.

L’amour en 3 dimensions.

l-amour-en-3-dimensions-roman-cheminement-humoristique-croissance-personnelleLa relation à soi, aux autres et à notre environnement

Roman de cheminement humoristique. Pour dédramatiser les évènements qui nous ont bouleversés. Pour mieux comprendre notre relation envers soi, notre entourage et notre environnement. Peut être lu pour le plaisir d’un roman ou dans un objectif de croissance personnelle.

L’histoire est une source d’inspiration pour découvrir, d’une façon attrayante et amusante, une nouvelle relation avec soi-même et son environnement. Bonne lecture et bon voyage au pays de Tom.

Le livre est disponible au coût de 19,95$. Une co-écriture avec le journaliste Colin McGregor a permis de présenter une version anglophone LOVE in 3D.

Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009 Par Internet:Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4.

Autres livres pouvant vous intéresser:

Journées mondiales de la jeunesse

B.U. The knowledgist et les journées mondiales de la jeunesse

En cette journée d’ouverture des 27e Journées mondiales de la jeunesse à Madrid, nous vous présentons un rappel de la présence de B.U. The Knowledgist aux Journées mondiales de la jeunesse à Toronto en 2002.

Par Martin Ouellet   Dossier Religion et spiritualité

Dimanche le 28 juillet 2002, au Parc Downsview, à Toronto, le pape Jean-Paul II a présidé une messe devant 800 000 jeunes, d’environ 173 pays différents, dans le cadre de la 17e Journée Mondiale de la Jeunesse. B.U. The Knowledgist, rappeur montréalais très empreint de spiritualité, a suivi de près cette manifestation de foi et a partagé sa vision des JMJ avec nous…

Que représentent pour toi les Journées Mondiales de la Jeunesse?

Une formidable occasion pour les jeunes croyants de se rencontrer, d’échanger dans la paix, l’harmonie et le calme! Je le vois comme une sorte de cri du cœur civilisé et organisé, un appel au changement social et un témoignage d’espoir. De jeunes de différentes provenances, de cultures variées, y vont pour s’instruire sur les traditions de l’Église et prier tous ensemble. Il ne s’agit pas juste de s’agenouiller au bon moment ou de se signer de la croix quand il faut, comme des automates, il faut comprendre la signification des rites religieux. Finalement, je dirais que les JMJ sont la preuve qu’il est possible d’utiliser les médias, de mobiliser les jeunes et de créer un événement d’envergure pour passer un message positif, encourageant.

Crois-tu que la foi est encore bien vivante de nos jours, en particulier chez les jeunes?

Je ne suis pas en mesure de répondre pour les jeunes à l’étranger, mais au Québec, je ne crois pas qu’on assiste à un retour de la foi. Bien sûr, la venue du pape à Toronto a provoqué un engouement, une ferveur passagère mais c’est contextuel et ça retombe vite à plat. Il devrait y avoir davantage d’événements rassembleurs pour les jeunes, afin qu’ils participent à l’évolution de leur Église. Quand je pense aux énormes effectifs promotionnels qui ont été mis en place pour les JMJ, je trouve ça dommage de constater qu’il n’y a pas de suivi dans les paroisses. Il faudrait une présence continue de la spiritualité afin de combattre toutes les propagandes néfastes qui éloignent les jeunes de leur beauté intérieure. Souvent, plus ou moins consciemment, les jeunes ressentent un vide spirituel qu’ils essaient de combler par toutes sortes de sensations fortes, mais laisse-moi te dire que rien ne peut égaler ce que tu éprouves en priant et en observant les signes qui te guident vers le vrai sens de ta vie…

Penses-tu que le pape est devenu trop vieux pour être un bon représentant de l’Église catholique? A-t-il encore quelque chose à apporter à ses fidèles?

Je crois qu’il faudrait poser la question à Jean-Paul II lui-même! Ce n’est pas par obéissance aux lois de l’Église que le pape a consacré sa vie à Dieu (et qu’il le fera jusqu’à son dernier souffle), c’est pour servir Dieu… Les gens qui étaient à Toronto ont vu ce vieil homme s’animer, s’énergiser, s’illuminer au contact des jeunes fidèles venus manifester leur foi avec lui. Douter des miracles, c’est douter de Dieu lui-même…

Penses-tu que l’Église catholique devrait moderniser son discours, par exemple sur l’ordination des femmes, la contraception, l’avortement, la reconnaissance des homosexuels?

L’Église doit, comme tout ce qui est, se remettre en question. Son rôle est de partager, non de contrôler. L’Église est une interprétation de la parole de Dieu. La Bible elle-même est une interprétation de l’enseignement de Jésus, écrite par des hommes, remplie de paraboles, de poésie, de symboles. C’est aux fidèles de se l’approprier, d’y découvrir leur vérité. En bout de ligne, c’est Dieu lui-même qui envoie ses réponses.

Si tu avais à choisir un remplaçant à Jean-Paul II, sur quels critères te baserais-tu pour faire un choix?

Tout d’abord, ce devrait être quelqu’un qui a un parcours de foi exemplaire, un homme capable autant de rassembler les foules que de les confronter, qui n’aurait pas peur de ramener certaines valeurs traditionnelles aussi. Mais surtout, il faudrait qu’il dissocie l’Église de la politique et qu’il ne permette plus qu’on invoque Dieu pour déclarer des guerres, qu’on utilise la religion comme bouclier en temps de conflit. Il y a un travail d’éducation à faire pour rapprocher les religions, pour briser le cercle de l’intolérance entre les nations de croyances religieuses différentes. Les religions divisent, alors qu’elles devraient unir.

B.U. The Knowledgist a un disque sur le marché, intitulé «Réflexions», qui aborde plusieurs thèmes tels que la spiritualité, la politique, l’écologie et bien d’autres phénomènes de société.

Autres textes sur Religion et spiritualité

Nouvelles réalités dans les églises

Rap et spiritualité rencontre avec Madhi, Khyro et Monk.e

Féminisme musulman: le Coran au féminin

Écoles musulmanes à Montréal

Le prisonnier et la religion

Laicite au Quebec

Voile islamique debat sur le port des signes religieux

La vie à contre-Coran de Djemila Benhabib

Ce billet, ainsi que toutes les archives du magazine Reflet de Société sont publiés pour vous être offert gracieusement. Pour nous permettre de continuer la publication des textes ainsi que notre intervention auprès des jeunes, dans la mesure où vous en êtes capable, nous vous suggérons de faire un don de 25 sous par article que vous lisez et que vous avez apprécié.

Merci de votre soutien.

cd-rap-music-rappeur-musique-hip-hop-l-quebCD de musique Soul, R n B., Hip Hop. Rappeur et rap music de Bu The Knowledgist, L’Queb, HD, Marilyn, Ol1KU. 9,95$

Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009
Par Internet: http://www.editionstnt.com/musique-hiphop-rap.html

Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4.

 

%d blogueurs aiment cette page :