Discussion avec Mario Tessier sur Twitter

Un débat Une discussion qui a faillie ne jamais avoir lieu!

La persévérance de Mario Tessier

Débat Discussion sur Twitter avec Mario Tessier concernant son émission On connaît la chanson.

Raymond Viger Dossiers CultureCinéma et télévision

mario tessier tva on connait la chansonPour ceux qui me connaissent, j’haïs les réseaux tels que Twitter et Facebook. Pour Twitter, avec une limite de 140 caractères, il ne reste pas beaucoup de place pour une longue débat discussion. Surtout que tu en perds une quinzaine pour dire à qui tu l’envoies!

Autre problème avec les réseaux sociaux: l’incapacité de pouvoir avoir les archives des échanges que nous avons eus. Le bruit et le bourdonnement de tous les messages qui sont mis en ligne relèguent rapidement aux oubliettes la très grande majorité des messages sur Twitter.

Sur Twitter, l’interaction entre une communauté, il faut oublier. Un auteur parle à un autre. Mais de pouvoir s’émiscer dans la conversation et faire un débat à 3, 4 ou 5, contrairement à un blogue, pas facile.

Je suis un blogueur. Je suis du genre classique. J’ai des billets qui datent de 2006 qui sont encore commentés à tous les jours. Je peux y retrouver tous les commentaires qui se sont accumulés avec les années. Certains de mes billets approchent de 5 000 commentaires et ça continue.

Hier, j’ai mis en ligne un billet concernant l’émission de Mario Tessier: On connait la chanson. Dans ce billet, je ramenais une réflexion et une position de ma conjointe Danielle sur les émissions concepts de Mario Tessier. Mon blogue étant relié à mon compte Twitter, Mario Tessier a eu accès à mon billet. Il a commencé par envoyer un premier message, que je n’ai jamais reçu, adressé à ma Danielle. Voici le premier message que Mario Tessier m’avait fait parvenir:

refletdesocieteAllo Raymond,tu peux rassurer ta femme, les émissions concepts sont rares,en général c’est des inconnus,tout comme ce soir:)

Je n’ai jamais reçu le message! Un simple détail technique peut briser la communication. Il n’y avait pas d’espace entre le destinataire et le message. Twitter n’a pas réussi à définir l’adresse et à me le rendre. C’est pour cela que le destinataire est demeuré en noir au lieu de s’inscrire en bleu et d’être souligné.

Mais la persévérance de Mario Tessier a fait qu’il m’en envoit un 2e que je reçois. Avant de vous présenter mes opinions sur l’émission de cette semaine, je vous laisse une transcription des échanges que nous avons eus, tout en se limitant aux 140 caractères.

@refletdesociete Le gars est un directeur d’école, il est super bon…En passant , quand y’a émission concept, c’est pour une bonne cause 🙂mario tessier on connait la chanson tva

@MarioTessierTVA Le feehling de l’émission n’est pas le même. Le directeur devrait mieux que le concept avec vedettes.

@refletdesociete pour ce qui est de l’émission avec les enfants, on ne pouvait donner de l’argent car il n’avait pas 18 ans, d’où les prix !

À noter sur ce point que Danielle mentionne que ça aurait pu être des bourses d’études offertes aux jeunes. Question de ne pas créer une injustice envers les jeunes et leur offrir moins qu’aux adultes.

@MarioTessierTVA Merci pour l’info Le directeur pour son école va mieux passer que des vedettes pour grandes causes anonyme

@refletdesociete Cause anonyme ? La recherche sur le cancer du sein? Tu sais qu’octobre est le mois de la sensibilisation au cancer du sein?

@MarioTessierTVA C’est pas une cause personnalisée comme un directeur d’école pour son école. Plus c’est gros plus c’est anonyme.

@refletdesociete O.k dans ce sens là … Dans ce cas , les prochaines émissions devrait te plaire …. À +

@MarioTessierTVA J’en suis convaincu et il me fera grand plaisir d’en reparler dans un autre billet.

Le directeur d’école

Danielle et moi avons regardé l’émission d’hier avec le directeur d’école Florent Lavoie. C’était une émission régulière et non pas une émission concept. Nous verrons dans le temps comment les émissions concepts se dérouleront.

Cela a permis à Danielle et moi de mieux définir ce qui nous a agacé dans l’émission de Charles Lafortune et de Sophie Prégent pour soutenir le financement du cancer du sein.

Le financement des grandes causes

Dans une émission telle que On connaît la chanson, on veut voir le public tenter de prendre sa place. On n’est pas intéressé à entendre des vedettes nous parler des grandes causes déjà très financées et très médiatisées. Il y a déjà suffisamment de téléthon de toutes sortes pour couvrir les grandes causes.

De plus, c’est souvent toujours les mêmes grandes causes qui se font choisir pour recevoir un financement. Et les grandes causes bien organisées en arrivent parfois à ressembler aux enveloppes brunes de l’industrie de la construction. Certains documentaires en ont questionnés plusieurs. Pensons à Léa Pool et à l’industrie du ruban rose.

Danielle et moi avons été déçu de voir que Charles Lafortune et Sophie Prégent n’était pas présent pour financer un organisme relié à l’autisme. Ils auraient pu nous en parler avec beaucoup de chaleur et d’intimité. Ils auraient peut-être même pu amener leur enfant autiste à l’émission. Nous n’aurions pas eu des vedettes financer une grande cause, mais des parents financer une cause qui les tient à coeur.

Les décideurs

Mais qui décide quelle cause sera financée et qu’est-ce qui motive ses choix? Un petit message aux producteurs et aux décideurs: ce sont les petites causes orphelines, moins connus, qui ont un visage, une histoire qui sont les plus belles et les plus touchantes. Les grandes causes sont trop faciles et sont devenus trop institutionnalisées.

Message à Mario Tessier

Merci d’avoir réagit à mon billet d’hier. Félicitations d’avoir été persévérant et d’avoir envoyé un 2e message suite au 1er que je n’avais pas reçu. On aime bien ton émission. Elle fait partie des classiques que Danielle va enregistrer si on ne peut pas l’écouter en direct.

Autres textes sur Cinéma et télévision

Abonnement au magazine Reflet de Société

magazine revue journal édition journalisme presse écrite communautaireInternet-o-thon pour soutenir le magazine communautaire Reflet de Société édité par le Journal de la Rue. C’est le temps de vous abonner pour montrer votre soutien à votre revue sur l’actualité communautaire et sociale. Toute contribution supplémentaire pour soutenir notre cause est la bienvenue.

Pourquoi s’abonner à Reflet de Société?

  • Le citoyen est au cœur de notre mission
  • Un regard différent, critique et empreint de compassion sur les grands enjeux de société
  • Un espace ouvert aux lecteurs pour prendre la parole, partager leurs expérience et faire progresser les débats
  • Un magazine d’information entièrement indépendant, financé par ses milliers d’abonnés aux quatre coins du Québec
  • Tous les profits générés par la vente de Reflet de Société sont remis à l’organisme Journal de la Rue qui offre des services de réinsertion sociale aux jeunes.

Par téléphone: (514) 256-9000, ext.: 1-877-256-9009 Par Internet: http://www.refletdesociete.com/abonnement.html Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4.

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel.

Ruban rose en spécial à la pharmacie

Produits dérivés du Ruban rose

Calepins et blocs notes Ruban rose

Qui va faire les frais des prix escomptés sur les produits dérivés du Ruban rose?

Raymond Viger Dossier Santé

ruban rose financement recherche cancer sein pharmaciePour financer Ruban rose, des produits dérivés sont créés et vendus. Calepins, blocs notes et autres.

Après un certain temps, une pharmacie, qui voit un inventaire d’invendu trop grand, décide de faire un spécial sur les produits Rubans rose et d’offrir une escompte de 25%.

Qui fait les frais de cette escompte? Est-ce que la pharmacie va verser les royautés à Ruban rose malgré l’escompte? Est-ce que la pharmacie se sert des royautés dûes à Ruban rose pour ne pas les payer et offrir une escompte à ses clients? Quand un client de la pharmacie achète un produit escompté Ruban rose, comment peut-il s’assurer qu’il soutient encore la cause?

Autres textes sur Santé

Abonnement au magazine Reflet de Société

magazine revue journal édition journalisme presse écrite communautaireInternet-o-thon pour soutenir le magazine communautaire Reflet de Société édité par le Journal de la Rue. C’est le temps de vous abonner pour montrer votre soutien à votre revue sur l’actualité communautaire et sociale. Toute contribution supplémentaire pour soutenir notre cause est la bienvenue.

Pourquoi s’abonner à Reflet de Société?

  • Le citoyen est au cœur de notre mission
  • Un regard différent, critique et empreint de compassion sur les grands enjeux de société
  • Un espace ouvert aux lecteurs pour prendre la parole, partager leurs expérience et faire progresser les débats
  • Un magazine d’information entièrement indépendant, financé par ses milliers d’abonnés aux quatre coins du Québec
  • Tous les profits générés par la vente de Reflet de Société sont remis à l’organisme Journal de la Rue qui offre des services de réinsertion sociale aux jeunes.

Par téléphone: (514) 256-9000, ext.: 1-877-256-9009 Par Internet: http://www.refletdesociete.com/abonnement.html Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4.

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel.

Léa Pool, l’industrie du ruban rose à Tout le monde en parle

Les victimes du cancer du sein veulent un remède

Le cancer du sein est-il prétexte à faire du cash?

La réalisatrice Léa Pool sera l’invité de Guy A. Lepage dimanche le 29 janvier. Un débat fort prometteur sur un sujet très controversé: l’industrie du ruban rose.

Raymond Viger Dossiers SantéTout le monde en parle 

cancer-du-sein-ruban-rose-breast-cancerProduit par Ravida Din et réalisé par Léa Pool le documentaire L’industrie du ruban rose: la couleur de l’argent sera en salle le 3 février prochain. Une production de l’Office national du film.

Les origines du ruban rose

Charlotte Haley, une survivante du cancer du sein, avait créé en 1992 un ruban de couleur saumon. L’industrie du marketing l’avait approché pour commercialiser son ruban. Charlotte Haley avait refusé. Que cela ne tienne, l’industrie l’a copié, mais de couleur rose!

Le documentaire de Léa Pool soulève de nombreuses questions.

La priorité de la mise en marché du ruban rose n’est-elle qu’un prétexte pour faire de l’argent?

L’industrie pharmaceutique retarde-t-elle la sortie d’un remède contre le cancer du sein pour vendre plus de médicaments?

Le cancer du sein n’est-il utilisé que pour faire du profit?

Où va l’argent ramassé par les campagnes du ruban rose?

Avec tous les milliards recueillis, où en est rendu la recherche sur le cancer du sein?

Que font les compagnies cosmétiques dans les campagnes du ruban rose?

Un remède contre le cancer du sein

Léa Pool, par la voix de son documentaire souligne que les femmes veulent trouver un remède contre le cancer du sein… pas un ourson rose. Ces victimes se sentent utilisées. Elles ne veulent pas qu’on arrêtent le financement de la recherche du cancer du sein, mais qu’on le fasse mieux.

Pour que la cause se vende mieux, l’industrie du ruban rose y va de plusieurs mensonges. Parce qu’une image trop dark ne vend pas, elle ne présente pas la réalité telle qu’elle est. De belles couvertures jeunes et sexy!

À ne pas manquer, l’entrevue de Léa Pool dimanche soir à l’émission Tout le monde en parle. À compter du 3 février, au cinéma, le documentaire L’industrie du ruban rose: la couleur de l’argent.

Autres textes sur Santé

Ce billet, ainsi que toutes les archives du magazine Reflet de Société sont publiés pour vous être offert gracieusement. Pour nous permettre de continuer la publication des textes ainsi que notre intervention auprès des jeunes, dans la mesure où vous en êtes capable, nous vous suggérons de faire un don de 25 sous par article que vous lisez et que vous avez apprécié.

Merci de votre soutien.

Abonnement au magazine Reflet de Société

reflet-de-societe-magazine-drogue-prostitution-suicide-alcool-gang-de-rue-gambling Internet-o-thon pour soutenir le magazine communautaire Reflet de Société édité par le Journal de la Rue. C’est le temps de vous abonner pour montrer votre soutien à votre revue sur l’actualité communautaire et sociale. Toute contribution supplémentaire pour soutenir notre cause est la bienvenue.

Pourquoi s’abonner à Reflet de Société?

  • Le citoyen est au cœur de notre mission
  • Un regard différent, critique et empreint de compassion sur les grands enjeux de société
  • Un espace ouvert aux lecteurs pour prendre la parole, partager leurs expérience et faire progresser les débats
  • Un magazine d’information entièrement indépendant, financé par ses milliers d’abonnés aux quatre coins du Québec
  • Tous les profits générés par la vente de Reflet de Société sont remis à l’organisme Journal de la Rue qui offre des services de réinsertion sociale aux jeunes.

Par téléphone: (514) 256-9000, ext.: 1-877-256-9009
Par Internet: http://www.refletdesociete.com/abonnement.html
Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4.

%d blogueurs aiment cette page :