Lancement du 2e livre de Biz, La chute de Sparte

Roman jeunesse

La chute de Sparte

Après le roman Dérives traitant des difficultés d’être père, Biz nous conviait au lancement de son 2e roman, La chute de Sparte.

Raymond Viger Dossiers SuicideCulture

chute-de-sparte-biz-roman-jeunesse-livre-bizUn lancement très convivial. Une salle accueillante du Gainzbar située sur la Plaza St-Hubert. Parents et amis se sont regroupés autour de Biz pour assister au lancement de son 2e roman, La chute de Sparte.

La chute de Sparte et le suicide

Un roman qui nous présente la vie d’un étudiant dans une polyvalente bien de chez nous. Un roman qui nous questionne sur le suicide. Un roman qui est maintenant disponible dans les librairies et qui devrait connaître un succès certain.

Le premier roman de Biz à 8 ans

De sa famille, j’ai été charmé d’entendre Biz nous présenter son père: “mon premier éditeur”. Parce qu’à 8 ans, Biz avait déjà écrit son premier livre. Et son père l’avait fait relier en livre. Un souvenir qu’affectionne encore Biz.

Ce sont parfois ces petits détails entre un papa et son fils qui peuvent changer une vie. Un beau message pour tous les papas de la terre.

Murale graffiti et couverture du livre de Biz

Sur le mur extérieur du Gainzbar, se retrouve une immense murale réalisée par le muraliste graffiteur Arpi du Café-Graffiti. Cette murale a servi à faire la page couverture du livre de Biz. J’ai été charmé de voir que la photo choisie par Biz est celle où l’on voit Arpi à l’oeuvre pendant la réalisation de la murale. Une belle relation culturelle entre l’écrivain qui travaille avec une plume et celui qui écrit avec des canettes aérosol.

Biz s’était déjà grandement impliqué dans la prévention du jeu compulsif. Maintenant un roman jeunesse qui nous parle de suicide. Félicitations Biz pour ton travail et bonne continuité.

Pour rejoindre un artiste du Café-Graffiti (514) 259-6900

DVD Gambling: de l’aide pour les joueurs compulsifs avec la participation de Biz

Maudite Machine, Biz, rappeur de Loco Locass

Autres textes sur le Suicide:

Ce billet, ainsi que toutes les archives du magazine Reflet de Société sont publiés pour vous être offert gracieusement. Pour nous permettre de continuer la publication des textes ainsi que notre intervention auprès des jeunes, dans la mesure où vous en êtes capable, nous vous suggérons de faire un don de 25 sous par article que vous lisez et que vous avez apprécié.

Merci de votre soutien.

Guide d’intervention de crise auprès de personnes suicidaires

guide-d-intervention-de-crise-personne-suicidaire-suicide-intervention-prevention-suicide-rates-suicide Le guide d’intervention auprès de personnes suicidaires démystifie le suicide. Il permet d’aider les proches à reconnaître les signes avant-coureur du suicide et de déterminer qu’est-ce qui peut être fait pour soutenir la personne en crise.

Une section du guide est réservée aux endeuillés par suicide.

Le livre est disponible au coût de 4,95$.
Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009
Par Internet: http://www.editionstnt.com/livres.html
Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4.

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel.

Bad News Brown, spectacle hommage au Métropolis

Bistro le Ste Cath, restaurant socialement engagé dans Hochelaga-Maisonneuve

Fondation Paul Frappier alias Bad News Brown

Le 8 mai, date de naissance de Bad News Brown

La scène urbaine de Montréal, touchée par le meurtre de Bad News Brown, organise un spectacle en sa mémoire.

Raymond Viger Dossiers Hip-hopRapQuoi voir ce week-end

bad-news-brown-rappeur-paul-frappier-harmonicaLe spectacle Hommage à Bad News Brown se tiendra au Métropolis dimanche le 8 mai, journée anniversaire de Bad News Brown. Seront présents au Métropolis: Lee Oskar, Daniel Merriweather, Marie-Chantal Toupin, Sylvie Desgroseilliers, Skipper Dean, Guy Bélanger, Loco Locass, Paul Cargnello, Jim Zeller, The Franklin Electric, Karma Atchykah, Dr Draw, Marco Volcy, Eric Speed, Sans Pression, Imposs, Dramatik, Empire Isis, Naadei, K-Rim, Ryan Stevenson et plusieurs autres.

Nouvel album de Bad News Brown

Un album Hommage à Bad News Brown, réunissant les artistes sur scène lors de cette soirée, sera en vente au Métropolis. Le spectacle sera animé par Angelo Cadet, l’humoriste Eddy King et le rapper B.U.

En plus des prestations musicales, les spectateurs auront le privilège d’entendre en primeur les pièces du nouvel album de Bad News Brown qui sera lancé officiellement en juin ainsi que du visuel inédit sur la vie de Bad News Brown.

Fondation Paul Frappier (alias Bad News Brown)

bad news brown bnb rap rapper harmonica hip-hopLes profits amassés au cours de la soirée seront remis à une fondation au nom de Paul Frappier, alias Bad News Brown. Cette fondation vient en aide aux jeunes défavorisés vivant dans la rue et veut leur révéler des alternatives de vie à travers la musique. Aussi, l’argent amassé lors du spectacle permettra de produire les derniers enregistrements de Bad News Brown. Une façon pour plusieurs de garder en vie l’essence de Bad News Brown, de poursuivre dans la voie empruntée par Paul Frappier. Les prix des billets sont 20$ à l’avance et 25$ à la porte. Les billets sont en vente au Métropolis. Les portes ouvriront à 19h et le spectacle débutera à 20h.

Reportage spécial sur Bad News Brown

Le magazine Reflet de Société publiera la semaine prochaine un numéro spécial rendant hommage à Bad News Brown. Pour obtenir un exemplaire du magazine Reflet de Société: journal@journaldelarue.ca (514) 256-9000. En vous abonnant au magazine Reflet de Société, vous recevrez gratuitement ce numéro portant sur Bad News Brown.

Autres textes sur Rap

Ce billet, ainsi que toutes les archives du magazine Reflet de Société sont publiés pour vous être offert gracieusement. Pour nous permettre de continuer la publication des textes ainsi que notre intervention auprès des jeunes, dans la mesure où vous en êtes capable, nous vous suggérons de faire un don de 25 sous par article que vous lisez et que vous avez apprécié.

Merci de votre soutien.

CD Rap music Hip Hop de la scène de Montréal

cd-rap-music-rappeur-musique-hip-hop-l-quebCD de musique Soul, R n B., Hip Hop. Rapper et rap music de B.U. The Knowledgist, L’Queb, HD, Marilyn, Ol1KU. 9,95$

Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009
Par Internet: http://www.editionstnt.com/musique-hiphop-rap.html

Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4.

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel

Word Up! Battle, rap battle, journalistes et blogueurs

Word Up! Battle: rap battle Hip hop qui fait couler beaucoup d’encre

Word Up! Battle fait la une

Word Up! Battle est un combat entre deux rappers qui s’affrontent à coup de mots et de rimes. Plusieurs ligues de rap battle existent à travers le Québec. Pour Montréal, le rap battle c’est Word Up! Battle qui en est à sa 7e édition.

Raymond Viger  Dossier Hip-Hop, RapCulture

hip-hop-chretien-spiritualite-spirituel-rap-music Word Up! Battle et les rap battle font jaser. Patrick Lagacé a fait un billet en présentant la vidéo du rap battle Just Split It, la première édition de rap battle à Gatineau, un rap battle inspiré par le trailer 8 Mile dont le rapper Eminem en était la vedette. Patrick Lagacé nous présente ce vidéo sans vraiment le commenter, se contentant de nous l’offrir pour notre pause Kit Kat comme il le dit si bien.

Word Up! Battle et le franglais

Renart Léveillé reprend le flambeau et s’inquiète de l’émergence de ces rap battle. Il mentionne que Word Up! Battle n’est que des rimettes, pour certains — donc, pas grand-chose à voir avec la poésie. Renart Léveillé est agressé par le franglais cette manière de s’exprimer qui mélange beaucoup d’anglicisme dans un peu de français. Des anglicismes qui, selon lui, sont la plupart du temps complètement inutiles et qui ne servent qu’à se donner un genre au rap battle. Renart Léveillé faisait remarquer, qu’à l’émission Ghetto érudit à CISM (l’émission officielle de hhqc.com la source du hip-hop Québécois), les pièces rap présentées n’utilisaient presque pas d’anglicismes.

Word Up! Battle; violence, vulgarité et homophobie

Le journaliste de La Presse, Tristan Péloquin a assisté à la 6e édition du Word Up! Battle de janvier dernier présenté au Sino Shop. En plus du slang anglophone, ce qui a frappé Tristan Péloquin ce sont la vulgarité et la violence des rimes lancées dans les rap battle. Malgré certaines bonnes constructions lyriques, Tristan Péloquin a dû censurer plusieurs extraits.

La ligue d’improvisation Hip hop du Québec

Je ne cacherais pas ma surprise sur le ton présenté par Word Up! Battle. Je me souviens de la création de la Ligue d’improvisation Hip hop du Québec lancée en 2004 et parrainnée par les Loco Locass. Plusieurs rappers qui font partis du Word Up! Battle faisaient parti de la Ligue d’improvisation Hip hop du Québec dont Maybe Watson. Ces combats d’improvisation entre rappers avaient gagné en popularité, à tel point que Music Plus avait débuté des négociations pour téléviser les matchs. Une des difficultés rencontrées par la Ligue d’improvisation Hip hop du Québec pour sa continuité avait été le financement pour payer ses artistes. Ce qui n’est pas le cas avec Word Up! Battle puisque les artistes ne sont pas payés pour s’affronter.

À l’époque, la mission que s’était donnée la Ligue d’improvisation Hip hop du Québec:

En plus de la qualité artistique des participants, les promoteurs souhaitent ainsi souligner un aspect de la culture hip-hop méconnu du grand public: la transmission de messages positifs et la démonstration que les adeptes de ce genre musical ne visent pas à véhiculer des valeurs malsaines ou à influencer son public de façon négative.

Mission qui avait été atteinte avec brio et professionnalisme. Nous avions même invité les rappers à performer à l’Église Saint-Nom-de-Jésus pour une soirée d’improvisation sous la musique des orgues Casavant!

Le Word Up! Battle a-t-il un avenir?

Après avoir enterré la Ligue d’improvisation Hip hop du Québec, nous en sommes rendu avec Word Up! Battle. Je ne pense pas que la culture Hip hop ait fait un grand pas en avant. Au contraire, nous avons régressé et c’est très dommage.

Je suis cependant convaincu que les Word Up! Battle sont importants pour la culture Hip hop et pour les rappers de la scène montréalaise. Les rappers de Montréal ont l’esprit vif, sont intelligents et sont capables d’une très grande créativité. Pour l’instant, Word Up! Battle stimule et mobilise la scène. Le plus triste est de voir que les rappers de Montréal, malgré toute leur expérience et leur potentiel, ne se démarquent pas des rappers moins expérimentés des régions. Pour l’instant, Word Up! Battle ne fera pas parti de la remise des Oscars!

Une réflexion est déjà en cours entre les rappers. J’ai confiance que nous arriverons sous peu avec une nouvelle génération de rap battle qui saura soulever les foules.

Présentation de la 7e édition du Word Up! Battle.

Autres textes sur le Rap:

Références de ce billet: Word Up! BattleRenart Léveillé, Patrick Lagacé, Tristan Péloquin, hhqc.com, CISM, Ghetto érudit.

Illustration Mabi.

Ce billet, ainsi que toutes les archives du magazine Reflet de Société sont publiés pour vous être offert gracieusement. Pour nous permettre de continuer la publication des textes ainsi que notre intervention auprès des jeunes, dans la mesure où vous en êtes capable, nous vous suggérons de faire un don de 25 sous par article que vous lisez et que vous avez apprécié.

Merci de votre soutien.

PUBLICITÉ.

CD Rap music Hip Hop de la scène de Montréal

cd-rap-music-rappeur-musique-hip-hop-dj-mana-sp-manspino-dynastie-des-morniers CD de musique Ill Legal. Compilation de rappeur et rap music Hip Hop avec Chilly D, DJ Mana, L’intrus, Shades of culture, SP, Patrick Batemen, 01 Étranjj, Ninja P, Virus, Vulguerre, Chance Won, Erratum, Son 2 PT, Manspino, Dynastie des Morniers. 9,95$

Tél: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009
Par Internet: http://www.editionstnt.com/musique-hiphop-rap.html

Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4.

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel.

Samajam, le bonheur des percussions

Hochelaga-Maisonneuve et l’économie sociale

Samajam, percussions et modèle d’affaire

Samajam, est la plus importante école de percussions… au monde! Dans son quartier général basé dans Hochelaga-Maisonneuve, l’école reçoit plus de 800 élèves par semaine… et ce chiffre ne cesse d’augmenter ! Comment expliquer cette popularité ? Jouer de la percussion rendrait heureux, même que ce serait contagieux!

Marie-Josée Richard   Dossiers Hochelaga-Maisonneuve

Culture.

samajam-percussions-show-event-spectacle-art Samajam, c’est une école de percussion fondée il y a cinq ans par Louis Bellemare, un ancien agent financier, spécialisé dans le capital de risque dans le domaine culturel… et professeur de djembé (tam tam africain). Son amour pour les percussions et les échanges multiculturels l’a amené à tout lâcher pour se consacrer à sa passion… et la transmettre aux autres! « La pratique des percussions demande un lâcher-prise, qui stimule le cerveau droit, siège de la créativité… et amène surtout beaucoup de plaisir ! » insiste le président fondateur, les yeux pétillants.

Dans les studios de Samajam, les mordus du rythme peuvent s’inscrire à cinq différents cours de percussion : latine, africaine, brésilienne, arabe et le stomp*. Aussi, deux types de danse sont offerts : gumboots** et la danse africaine. L’automne dernier, on a aussi offert un cours de création et de mise en scène, tout désigné pour mettre sur pied des spectacles avec des groupes de percussionnistes.
* Stomp : Les instruments de musique sont des objets de la rue : poubelles, chaudières, banc de parc, etc.
** Gumboot : Type de danse africaine percussive se pratiquant à l’aide de bottes de caoutchouc. Il s’agit d’une danse développée par des mineurs africains.

Samajam s’est beaucoup fait connaître par les spectacles du Samajam World Band (SWB), ainsi que ceux de ses professeurs et élèves. Parmi ses dernières parutions publiques : l’ouverture du spectacle-bénéfice L’union fait la force, soit un concert bénéfice pour Haïti, tenu le 21 janvier dernier au Théâtre Télus, en compagnie des Colocs, Loco Locass, Mélanie Renaud, Paul Piché et de nombreux autres. Samajam a aussi réalisé l’ouverture de la Série Montréal-Québec le 22 janvier cette année en plus de paraître à l’émission En direct de l’univers à Radio-Canada le 30 janvier dernier. À la télé, on l’a aussi vu à Belle et Bum et dans des téléthons.

L’écho des djembés… jusque dans les bureaux!

Avec le temps, Samajam est devenue bien plus qu’une école. Depuis quatre ans, l’organisme offre des programmes de formation en entreprise permettant de renforcer l’esprit d’équipe, communément appelé du team building. Avec plus de 300 interventions chaque année, grâce au travail d’une équipe d’animateurs expérimentés, Samajam est devenu un leader incontestable dans ce secteur au Québec.

« Les participants sont souvent ultraconditionnés par leur rôle en entreprise ou leur statut en société. » explique M. Bellemare. « Dans un atelier Samajam, que vous soyez l’employé ou le patron, avocat, ingénieur, comptable, médecin, ça n’a plus d’importance. Même les gens les plus rationnels finissent par entrer dans le jeu! C’est comme si le masque social tombait… rendant les gens plus vrais. C’est qu’on aborde les gens avec le cœur; je m’adresse avant tout aux êtres humains devant moi. Ça les ramène à leur humanité et les connecte avec leur instinct. »

Voici qui a un effet positif sur l’individu, mais aussi sur tout le groupe, qui doit apprendre à collaborer ensemble. « On veut faire vivre des expériences collectives extraordinaires par nos interventions. » poursuit le fondateur. « Ça nous permet aussi de tester des valeurs véhiculées par l’entreprise comme le respect, la communication, l’entraide ou la performance. » Voici qui marque profondément les relations de travail… pour le mieux !

Un cours conçu et enseigné par Louis Bellemare est aussi offert aux gestionnaires d’entreprise : les 7 grandes clés pour mobiliser rapidement ses équipes. Il s’agit de la seule entreprise au Québec accréditée pour des formations dans le domaine des percussions par Emploi-Québec, dans le cadre de la loi sur les compétences, qui demande que 1% de la masse salariale de l’entreprise soit versée en formation aux employés annuellement.

Donner au suivant

samajam-percussions-cours-caserne-no-1 hochelaga-maisonneuve

Le bouche à oreille fait son petit bonhomme de chemin pour Samajam, preuve que les clients apprécient et recommandent l’entreprise autour d’eux. « On devra même penser à exporter nos services en dehors du Québec, comme en Ontario, aux États-Unis, même en Europe. » dit M. Bellemare. « C’est fantastique car cette demande à l’international nous permettra de financer nos projets locaux, à caractère sociaux et humanitaires. »

Samajam est un organisme sans but lucratif (OSBL). Depuis deux ans, tous ses profits font rayonner différents projets sociaux et humanitaires. « On croit à une transition qui passe par le cœur : toute la finalité de ce que l’on fait doit retourner à la communauté! » indique le président fondateur.

Au total, pas moins de 300 personnes en bénéficient chaque semaine, touchant une cinquantaine d’entreprises caritatives chaque année. Parmi les clientèles ciblées : en priorité, les enfants du quartier, puis les jeunes de la rue, les itinérants, les autistes, les sourds et muets, les gens en réinsertion sociale, de même que des personnes en réadaptation physique.

samajam-percussions-africaines hochelaga maisonneuve homa

Autres textes sur Hochelaga-Maisonneuve

Autres textes sur la Culture

Ce billet, ainsi que toutes les archives du magazine Reflet de Société sont publiés pour vous être offert gracieusement. Pour nous permettre de continuer la publication des textes ainsi que notre intervention auprès des jeunes, dans la mesure où vous en êtes capable, nous vous suggérons de faire un don de 25 sous par article que vous lisez et que vous avez apprécié.

Merci de votre soutien.

PUBLICITÉ.

Carte anniversaire, poster, T-Shirt avec impression d’artistes

publicité boutique t-shirts cartes voeux carte anniversaireUne boutique virtuelle toute en couleur pour des produits artistiques originaux.

Une façon originale de soutenir de jeunes artistes dans leur cheminement artistique.

Que ce soit pour une carte anniversaire ou un T-Shirt personnalisé, un CD de musique ou un livre, la boutique des Éditions TNT mérite de faire un détour.

Merci d’encourager les artistes et le Café-Graffiti.

www.editionstnt.com (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009.cafegraffiti@cafegraffiti.net

Pour votre T-shirt promotionnel avec votre logo: Café-Graffiti:(514) 259-6900

Rap engagé: Micros armés

Art multidisciplinaire au service de la société

Micros Armés: rap engagé

Groupe hip-hop multidisciplinaire, les Micros Armés sont des artistes engagés aux allures résolument old school. Originaires de la France, de la Martinique, du Sénégal et du Québec, ils sont neuf sur scène pour défendre les causes sociales qui leur tiennent à cœur au moyen du chant, de la danse et du rythme. Portrait de ces poètes des temps modernes.

Murielle Chatelier     Dossier Rap, Hip Hop, Culture

rap_micros_armes_rap_music_hip_hop Quand ils foulent le plancher d’une scène, les membres de Micros Armés ne souhaitent pas que donner un bon spectacle: ils veulent réveiller les consciences et bousculer les conventions. Quatre auteurs-interprètes – deux hommes et deux femmes – trois b-boys et deux compositeurs accordent ainsi leur passion pour galvaniser les foules avec leurs messages revendicateurs.

Leur rap dénonce la brutalité policière, prend position en faveur de la «cause autochtone», soutient le travail des maisons de jeunes et met en lumière les dangers de la politique sur la masse. «Tous les spectacles-bénéfices que nous faisons sont liés à des causes auxquelles nous croyons et il nous arrive de créer des pièces musicales spécialement pour ces événements», dit DigboX, l’un des deux fondateurs du groupe.

Fondé en 2004 par sa conjointe, SuYin, et lui-même, le collectif Micros Armés a débuté son parcours en duo. Année après année, au fil de rencontres inspirantes et déterminantes, le groupe a pris de l’ampleur pour atteindre sa vitesse de croisière avec le recrutement de ses deux compositeurs québécois, BigWill et Dj Pek, en 2009. Sélectionnés pour rivaliser avec d’autres artistes dans le cadre de la 14e édition des Francouvertes, un concours qui favorise l’émergence de la relève francophone de tous les genres musicaux et qui lui offre une vitrine exceptionnelle, c’est un nouveau chapitre qui s’écrit pour ce collectif.

«Pour nous, avoir le privilège de participer à ce concours est déjà un prix en soi. Ça nous prouve que ce que nous faisons, ce n’est pas de l’amateurisme parce que les gens qui nous jugent sont influents dans l’industrie musicale. Ils s’y connaissent. Alors, nous sommes vraiment heureux d’être ainsi reconnus par nos pairs», fait valoir DigboX.

L’immigration: passage obligé

micro_armes_rap_music_hip_hop Fasciné par l’effervescence artistique qui caractérise Montréal, le couple français DigboX et SuYin a choisi de s’y établir pour bénéficier des nombreuses opportunités qu’il entrevoyait. «Les Québécois ont des talents artistiques incroyables, et l’été, Montréal n’a pas son pareil au niveau culturel. On dirait qu’ici, chacun peut réaliser son rêve», s’enthousiasme SuYin.

Arrivée au Québec il y a plus de dix ans, la jeune femme ne soupçonnait pourtant pas que s’établir dans la métropole lui causerait tant de soucis. Il lui aura fallu plus de sept ans pour obtenir sa résidence permanente.

Mal conseillée par une consultante en immigration qui a englouti ses maigres avoirs, elle a dû quitter le pays, contre son gré, pendant trois mois. «Mon dossier avait mal été rempli. Ma consultante devait m’aider à obtenir un visa de travail, pour me permettre de passer à l’étape suivante, soit la demande de résidence permanente, mais elle n’a rien fait.»

«À un moment, en cours de processus, j’ai reçu un appel d’Immigration Canada et on me demandait si je souhaitais demander un statut de réfugiée. Mais réfugiée d’où? De la France? C’est là que j’ai compris que je m’étais fait avoir par ma consultante qui avait écrit n’importe quoi dans mon dossier et que j’étais en situation irrégulière. Je me suis donc tournée vers le député de Gouin de l’époque, André Boisclair, et c’est lui qui m’a vraiment aidée. Il m’a conseillé de partir du pays, pour revenir en règle. C’est ce que j’ai fait. Et je suis ici maintenant.»

Deux autres membres du groupe, des Martiniquaises, ont aussi eu maille avec l’Immigration. L’une d’elles a été expulsée du pays pendant trois mois tandis que l’autre est coincée dans son pays d’origine, où elle se trouve toujours.

À la manière d’antan

Toutes ces embûches n’ont pas empêché le groupe de progresser et d’agrandir leur «famille de cœur». Contrairement aux groupes hip-hop de l’heure, les b-boys ne sont pas des accessoires dans leurs spectacles: ils font partie intégrante de l’équipe. «Quand j’ai rencontré Micros Armés, un lien d’amitié s’est installé entre nous. J’allais les voir en spectacle pour les encourager et je dansais de mon côté», raconte le chorégraphe du groupe, Bourrik. «Quand le groupe a pris de l’expansion, on s’est dit: ‘‘Pourquoi ne pas joindre nos forces?’’», poursuit le danseur. Et c’est comme ça que la danse s’est intégrée au chant dans le collectif.

«De nos jours, les groupes hip-hop engagent les danseurs plutôt au besoin, pour des spectacles ou des tournées. On ne suit donc pas la tendance», laisse entendre Bourrik tout en expliquant l’origine de son art.

«La musique de Micros Armés est un rap français aux accents de la côte est américaine. Comme le break dance est né dans la même région, ces deux éléments se marient très bien. Quand je danse sur ces rythmes, je sens la musique, ses vibrations, sa symbiose avec mes mouvements. C’est passionnant de chorégraphier des danses sur des sons qui nous interpellent, qui s’harmonisent avec nos gestes».

En plus de l’amitié, une grande complicité soude tous les membres de Micros Armés qui partagent des idéaux communs. «C’est difficile à expliquer, mais les chorégraphies des b-boys sont le reflet de nos visions», soutient SuYin.

Modestes, tout ce que les Micros Armés souhaitent maintenant, c’est continuer à créer en faisant du rap conscient. «Le rap, ça ne doit pas servir à faire de l’argent. Ce n’était pas ça à l’origine. C’était une voix pour ceux qui n’en avaient pas. Pour nous, c’est important de livrer des messages. Sinon, le rap, c’est inutile», conclut SuYin, une jeune mère au foyer qui travaille occasionnellement tandis que son mari occupe un emploi régulier d’intervenant.

Les Francouvertes

Le concours Les Francouvertes a vu le jour en 1995 et s’adresse à la relève musicale francophone. Les porte-parole de sa 14e édition, qui se déroule du 8 février au 3 mai 2010, à Montréal, sont le groupe Karkwa et l’auteur-compositeur David Marin, des anciens participants et lauréats à ce concours.

Chaque année, une vingtaine de concurrents sont sélectionnés et trois lauréats récoltent une quantité de prix qui leur permet entre autres de réaliser, produire et promouvoir un disque, dont une bourse de 10 000 $ remise au grand gagnant. Les prestations des participants sont soumises à un vote du public et d’un jury composé de gens de l’industrie. Loco Locass, Les Cowboys Fringants et Damien Robitaille sont quelques-uns des artistes couronnés lors d’éditions précédentes.

Au moment d’écrire ce texte, Les Micros Armés étaient en demi-finale pour Les Francouvertes 2010.

 

Autres textes sur le Rap:

Ce billet, ainsi que toutes les archives du magazine Reflet de Société sont publiés pour vous être offert gracieusement. Pour nous permettre de continuer la publication des textes ainsi que notre intervention auprès des jeunes, dans la mesure où vous en êtes capable, nous vous suggérons de faire un don de 25 sous par article que vous lisez et que vous avez apprécié.

Merci de votre soutien.

PUBLICITÉ.

Spectacle Hip Hop Breakdance, Graffiti, DJ et rap

orgue-classique-hip-hop-breakdance-graffiti-dj-rappeurs Le Choc des Cultures – Le Hip-Hop rencontre le classique
Spectacle original mettant en vedette: organistes classiques, break-dancers, rappers, DJ et graffiteurs.
L’église Saint-Nom-de-Jésus expose une centaine de toiles peints par des artistes. Plus de cinquante artistes complices présentent « Le Choc des Cultures ». 25$

Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009
Par Internet: http://www.editionstnt.com/Video.html
Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4.

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel.

Gambling, vidéo et DVD

Gambling, vidéo et DVD

Raymond Viger     Dossier  Gambling et jeu compulsif

Bande annonce DVD gambling

DVD de sensibilisation rassemblant témoignages et interventions de Biz, de Loco Locass, de l’ancienne croupière Éléonore Mainguy, du joueur devenu paraplégique Did Tafari Bélizaire et de plusieurs joueurs compulsifs. Le moyen idéal de s’éveiller aux conséquences de la dépendance au jeu.

DVD Gambling. 20$ + 5$ (taxes et frais de transport)

Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009.

Par Internet: http://www.editionstnt.com/Video.html

Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc, H1V 1X4.

Textes sur le  Gambling et jeu compulsif

Témoignage d’un joueur en ligne

Jeux en ligne legalisation en France

Autres textes sur Loto-Québec

Loto-Québec, une longue tradition de mensonges

Merci à Loto-Québec de nous avoir ruiné

À Loto-Québec de qui se moque-t-on?

Quand une croupière s’en va-t-en guerre; histoire d’Éléonore Mainguy

Anne Panasuk transforme la société

Loto-Québec, les gracieusetés et les joueurs compulsifs

Loto-Québec, le Journal de Montréal et l’accès à l’information

Loto-Québec, le Casino et le suicide

DVD Gambling: de l’aide pour les joueurs compulsifs

DVD Gambling: de l’aide pour les joueurs compulsifs

Ariane Aubin              Dossier Gambling et jeu compulsif

Endettement chronique, troubles familiaux, spirales de la drogue et du mensonge… Le quotidien d’un joueur compulsif n’a rien de la vie glamour que promettent les pubs des grands casinos.

Pour aider ceux qui sont déjà accros autant que les joueurs occasionnels à risque de le devenir et les jeunes encore étrangers aux dangers des jeux de hasard, Reflet de Société, en collaboration avec le Café-Graffiti, présente un DVD de sensibilisation au jeu compulsif.

Ce document vidéo est destiné à provoquer la discussion et la réflexion sur cette dépendance qui touche aujourd’hui plus de 180 000 Québécois. Des témoignages bouleversants entrecoupés du rap de Biz de Loco Locass, Khyro d’Atach Tatuq, de Sournoi, rappeur et joueur compulsif et de Corbeau s’y succèdent.

Did Tafari Bélizaire, ancien joueur compulsif devenu paraplégique après avoir tenté de se suicider et Éléonore Mainguy, ex-croupière au Casino de Charlevoix participe au DVD. Le constat est clair: il n’y a aucun plaisir ou avantage à retirer des jeux de hasard.

Rappeur Biz de Loco Locass et la Maudite Machine!

Biz de Loco Locass avait lui aussi co-produit un documentaire sur le jeu compulsif: Maudite Machine! Le rap qu’il nous offre est un lyric bien renseigné est approprié au DVD.

Vous avez aussi accès a du matériel que vous pouvez télécharger pour vos campagnes de prévention du jeu compulsif.

Au coût de 20$, le DVD en prévention du jeu compulsif de Reflet de Société est disponible sur Internet ou par la poste:

Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4
Pour plus d’informations: Téléphone: (514) 256-9000,en région: 1-877-256-9009
Courriel :     journal@journaldelarue.ca

Textes sur le Gambling et jeu compulsif:

Témoignage d’un joueur compulsif

Comment fidéliser un gambler?

DVD prévention gambling et jeu compulsif

Être le conjoint d’un gambler

Le prix à payer pour devenir un gambler

La Sérénité pour un joueur compulsif

Biz Locolocass et le gambling

Éléonore Mainguy, ex-croupière du Casino

Did Tafari Bélizaire, casino, jeu compulsif et suicide

Jeux de cartes entre amis

Statistiques du pile ou face

Responsabilité de Loto-Québec

PUBLICITÉ

show_image Après la pluie… Le beau temps. Recueil de textes à méditer. Chaque texte révèle un message, une émotion. Un même texte peut prendre un couleur différente selon notre état d’âme.

Le livre, au coût de 9,95$ est disponible

Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009
Par Internet: www.refletdesociete.com
Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel.

%d blogueurs aiment cette page :