Etre en affaire no 2, rencontre avec Pierre Péladeau

L’entrepreneur

Réussir en affaire

Être à son compte est un choix pour certains, un manque de choix pour d’autres. Tous les vendredis, une nouvelle chronique présente un demi siècle d’expérience en entreprenariat privé et communautaire. 

Raymond Viger     Dossier Réussir en affaire

Pierre Péladeau québécor être en affaire journal de montréalPierre Péladeau a été mon mentor. Nos échanges ont façonné une partie de ce que je suis. Il aurait été difficile de débuter cette chronique sans revenir sur un des principaux héritages que Pierre Péladeau a su me léguer.

La première loi du succès, c’est d’abord se rendre accessible aux autres, savoir les écouter, partager leurs confidences, les aider aux besoin, les convaincre de persévérer dans la poursuite d’un but.

« Se rendre accessible aux autres… », je peux témoigner de la véracité de cette affirmation. Lorsque j’ai laissé mon premier message à M. Pierre Péladeau pour discuter de quelques idées, il a retourné mon appel. Il a pris le temps de discuter avec moi. Peu de gens ont cette délicatesse. Encore aujourd’hui. Mais Pierre Péladeau, à une époque où il avait déjà tout et qu’il n’avait pas besoin de moi, l’a fait.

J’ai voulu remercier Pierre Péladeau du temps qu’il m’a offert et des échanges que nous avons eus. Il n’a pas voulu. Il m’a simplement expliqué que rappeler tout le monde fait parti de ses principes. C’est sa façon de pouvoir faire de l’argent. Si j’ai l’idée du siècle avec laquelle il pourrait faire quelques millions, comment pourrait-il se l’approprier s’il ne me rappelle pas?

Sa secrétaire fera le premier contact, synthétisera le tout, mettra des normes dans la communication que nous aurons. J’aurais à gagner des rencontres plus directes avec Pierre Péladeau. Mais Pierre Péladeau aura pu apprendre qui je suis et ce que j’ai en tête.

Peu importe l’argent que nous avons ou les moyens qui sont à notre portée, restons sensibles à notre voisin et à la société dans laquelle nous évoluons.

Merci M. Pierre Péladeau pour votre présence dans ma vie. Nous verrons la semaine prochaine comment gérer et mettre ses limites quand on veut parler à tout le monde et tout savoir.

Chronique Réussir en affaire

Autres textes sur les affaires

Publicité D’un couvert à l’autre: être un entrepreneur communautaire

D'un couvert à l'autre livre bistro le ste-cath journal de la rue Café GraffitiLe livre retrace les 25 ans d’histoire de l’organisme Journal de la Rue, les principaux évènements que l’organisme a traversé et parle avec émotions et réalisme de la réalité de l’intervention auprès des jeunes.

Une section est dédiée au dernier projet de l’organisme, le bistro Ste-Cath, l’histoire quotidienne de ce lieu mais également la relation entre les artistes et le public, notamment Elizabeth Blouin-Brathwaite, Pascal Dufour, Sule Heitner, B.U, Davy Boisvert,…

Une co-publication entre Delphine Caubet et Raymond Viger. Photographies Georges Dutil. Une couverture de l’artiste Geneviève Lebel. Le livre est disponible en édition de luxe (30 pages en couleur) à 24,95$ ou en noir et blanc à 19,95$ (plus 4,95$ taxe et livraison). Aux Éditions TNT. (514) 256-9000.

Autres livres pouvant vous intéresser:

Roch Voisine, Mitsou et le Journal de la Rue

20 ans plus tard

Les rôles changent

Il y a près de 20 ans, j’ai refusé une entrevue avec Roch Voisine et une autre avec Mitsou.

Raymond Viger   Dossiers Hypersexualisation, Médias et Télévision

roch voisine photos chansonMalgré que j’aie accepté Annie Pelletier ou encore Marie-Carmen, quand les agents de Roch Voisine et de Mitsou m’ont appelé pour m’offrir une entrevue avec ces 2 artistes il y a bientôt 20 ans, j’ai refusé.

Notre politique éditorial était claire, nous ne voulions pas utiliser les artistes et les vedettes pour leur simple promotion. Il fallait qu’ils aient quelque chose à dire à nos lecteurs en lien avec les thèmes sociaux que nous abordons.

Dans le cas d’Annie Pelletier nous avions l’angle de la ténacité et de la persévérance. Jeune elle était gymnaste. Elle voulait faire les Jeux Olympiques. Un accident l’a empêché de pouvoir s’y présenter en tant que gymnaste. Et bien soit, c’est à titre de plongeuse qu’elle s’est présenté aux Jeux Olympiques. Annie Pelletier n’a pas fait le deuil de son rêve. Elle l’a adapté à une nouvelle réalité.

mitsou gélinas animatrice chanteusePour Marie-Carmen, c’était le suicide qui était notre angle. Quand les agents de Roch Voisine et de Mitsou nous ont contacté, ils n’avaient rien d’autre que les dates de leur tournée et la sortie d’un CD de musique. Nous avons été obligé de les refuser.

Plus récemment, j’ai laissé un message à la gérante de Mitsou. Maintenant qu’elle est mère de famille, je voulais faire un texte sur l’hypersexualisation. Mitsou avait effleuré le sujet lors d’une entrevue. Le parrallèle entre l’artiste sexy qu’elle a été la mère de famille d’aujourd’hui était intéressant à couvrir. Malheureusement, je n’ai pas eu de retour d’appel.

J’aurais apprécié qu’on me rappelle, même si ce n’était que pour me dire qu’il n’y aura pas d’entrevue. Cela fait parti des principes que mon mentor, Pierre Péladeau, m’a transmis:

Toujours rappeler les gens. On ne sait pas pourquoi les gens nous rappellent. Je ne veux pas manquer le deal du siècle!

Photo de Roch Voisine, Wikipedia. Photo de Mitsou provenant de sa page Facebook.

Autres textes sur Hypersexualisation

Autres textes sur Médias

Abonnement au magazine Reflet de Société

magazine revue journal édition journalisme presse écrite communautaireInternet-o-thon pour soutenir le magazine communautaire Reflet de Société édité par le Journal de la Rue. C’est le temps de vous abonner pour montrer votre soutien à votre revue sur l’actualité communautaire et sociale. Toute contribution supplémentaire pour soutenir notre cause est la bienvenue.

Pourquoi s’abonner à Reflet de Société?

  • Le citoyen est au cœur de notre mission
  • Un regard différent, critique et empreint de compassion sur les grands enjeux de société
  • Un espace ouvert aux lecteurs pour prendre la parole, partager leurs expérience et faire progresser les débats
  • Un magazine d’information entièrement indépendant, financé par ses milliers d’abonnés aux quatre coins du Québec
  • Tous les profits générés par la vente de Reflet de Société sont remis à l’organisme Journal de la Rue qui offre des services de réinsertion sociale aux jeunes.

Par téléphone: (514) 256-9000, ext.: 1-877-256-9009 Par Internet: http://www.refletdesociete.com/abonnement.html Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4.

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel.

%d blogueurs aiment cette page :