Rap et spiritualité rencontre avec Madhi, Khyro et Monk.e

 Rap et spiritualité

Rencontre avec Madhi, Khyro et Monk.e

Pour 3 jeunes rappeurs en quête d’originalité, la spiritualité va de pair avec l’expression de leur art. Sans être enflammée par une quelconque ferveur religieuse, ils fuient les carcans du hip-hop commercial en s’inspirant plutôt de leur profonde connaissances d’eux-mêmes.

Murielle Chatelier   Dossier Rap, Spiritualité et Hip-hop

monke1

Écrire et réfléchir

Partager, aimer, apprendre, c’est la meilleure façon qu’a trouvé Madhi de vivre pleinement. Évoluant dans l’univers hip-hop depuis son adolescence, il transmet maintenant sa passion à divers publics, jeunes et moins jeunes, en animant des ateliers axés sur l’écriture et la réflexion.

«Cette occasion s’est présentée par hasard dans ma vie. J’ai été contacté pour animer un atelier. J’y retrace l’historique de la culture hip-hop et je parle de mon parcours pour aider les gens à comprendre que le hip-hop n’est pas aussi superficiel qu’on peut le croire. Ensuite, je partage avec eux mes techniques d’écriture et mes sources d’inspiration. Même si quelqu’un ne s’intéresse pas vraiment au hip-hop, j’arrive à capter son attention avec la portion écriture de mon atelier: je lance un thème au hasard, et j’invite les gens à extérioriser leurs émotions pour les coucher sur du papier. Parfois, je suis béat de voir avec quelle profondeur les gens parviennent à aborder des sujets simples. Et je fais constamment des rencontres extraordinaires.»

greg Longtemps confronté à de pénibles crises d’identité, né de parents d’origines haïtienne et dominicaine, Madhi a grandi dans un milieu anglophone, entre le créole et l’espagnol, dans des quartiers multiculturels où il a appris à s’ouvrir aux autres et à respecter toutes les différences. «Mes parents viennent de deux pays dont les peuples sont en conflit depuis belle lurette. Des deux côtés, j’ai dû faire face à l’ignorance, née de cette haine aveugle. Malgré tout, j’ai réussi à tirer le positif de cette double culture et je me trouve même privilégié de bénéficier d’une telle richesse. Il ne fait aucun doute que cet héritage influence beaucoup ma musique.»

Rapper pour épater la galerie, ce n’est pas son truc : «Quand j’écris et que je chante, j’illustre ou je dénonce ce que je vis. Et je me dis que, tant qu’à prendre la parole en public, autant faire réfléchir le monde.»

Expérimenter un autre rap

Ramant à contre courant, Khyro – membre fondateur du groupe Atach Tatuq, dissous en 2007 – pratique un rap expérimental aux sonorités surprenantes qui ne respecte ni les mesures ni les schémas d’écriture dictés par ce style musical. «Ce que je cherche avant tout en faisant de la musique, c’est de créer un lieu d’exploration de mon intimité. Dans mes chansons, je parle toujours au «je» et j’aborde des thèmes très proches de moi, puisés le plus souvent dans mes rêves.»

khyro Déplorant que le «sacré» ait été éliminé de la société québécoise, cet artiste a viscéralement besoin de se recueillir avant de pouvoir laisser libre cours à son sens artistique: «Je crois que c’est à travers soi, et non à travers des idées, des doctrines ou des idéologies qu’on peut avoir accès à une force divine que certains appellent Dieu. Plus tôt dans ma vie, la recherche religieuse était très présente et elle m’a aidé à me trouver une identité. Après cela, j’ai voulu comprendre pourquoi j’ai eu besoin de cette recherche et pourquoi cette quête est passée par la religion. Ces questionnements m’ont amené à découvrir la psychanalyse, une méthode à travers laquelle j’ai trouvé la clé de la compréhension de mon être.»

Bien que, pour ce rappeur, la spiritualité s’exprime mieux en actions qu’en paroles, une partie de son travail en est quand même teintée: «Dans ma musique, ma spiritualité se traduit surtout lorsque je fais de l’improvisation parce que je cherche à atteindre un état de transcendance qu’on peut qualifier d’extatique. À ce moment-là, je perds le contrôle de ce qui se passe en moi, alors ce sont essentiellement les énergies qui me traversent qui guident mes paroles.»

Khyro se dit conscient que son rap expérimental rejoint un public assez restreint au Québec : «Avec les chiffres de vente de mes albums, je constate que mes fans sont plutôt européens. On achète mes CD surtout en France, en Allemagne, au Danemark et en Suède. À ma grande surprise, des achats ont aussi été enregistrés en Australie et au Japon. Mon public, c’est celui qui veut se laisser toucher par ce que je fais: du rap conscient et intelligent.»

Un nouveau mode de vie

«À travers mon art, j’ai besoin de mettre sur la table toutes ces parties de moi qui ne sont pas visibles, dans le but de les partager avec mon public. Tout ce que je fais doit avoir une profondeur, une signification. Une personne qui ne recherche pas cette spiritualité se coupe d’une dimension importante de sa vie», fait valoir Monk.e, un jeune rappeur atypique de 27 ans.

Sans pratiquer de religion, il décrit sa musique comme des prières dont la source d’inspiration unique est son Créateur. Les mots et les mélodies qu’il choisit vibrent fondamentalement de cette essence. D’ailleurs, chacune des sphères de sa vie laisse transparaître son attachement à son Être suprême. Même son apparence physique ressemble à celle du Jésus présenté dans bon nombre de films.

«J’ai grandi dans une famille chrétienne traditionnelle, et, rebelle dans l’âme, j’ai voulu me sortir de ce moule.Je me suis mis à étudier le taoïsme, l’islam et les idéologies rastas, ce qui a façonné ma transformation. Pas mal de gens de l’industrie n’ont pas compris ce changement de cap, me prêtant toutes sortes d’intentions malveillantes.»

«Avant, j’étais plus matérialiste, je portais des vêtements griffés, je me rasais, je ressemblais à n’importe quel rappeur. Maintenant, je laisse pousser mes cheveux et ma barbe, c’est une démarche liée à la dimension spirituelle de ma vie: c’est ce que faisaient les sages des cultures anciennes.»

Fidèle à des principes moraux semblant venir d’une époque lointaine et révolue, Monk.e ne vend aucune de ses œuvres. Il les échange plutôt contre des services : «Je me bats pour la souveraineté artistique et personne d’autre que moi-même ou mon Créateur n’est propriétaire de mon œuvre. Monétairement, les albums que je produis ont une valeur, et les gens peuvent s’en inspirer pour m’offrir en don quelque chose d’équivalent, comme de la nourriture.» Le troc à l’ancienne est-il suffisant pour bien vivre? «Je ne suis pas riche en argent, mais il y a beaucoup de gens autour de moi qui croient en ce que je fais et qui sont prêts à m’aider. Sur le plan moral et spirituel, je vis très bien.»

Autres textes sur le Rap:

Photos François Delaplante-Delagrave

Ce billet, ainsi que toutes les archives du magazine Reflet de Société sont publiés pour vous être offert gracieusement. Pour nous permettre de continuer la publication des textes ainsi que notre intervention auprès des jeunes, dans la mesure où vous en êtes capable, nous vous suggérons de faire un don de 25 sous par article que vous lisez et que vous avez apprécié.

Merci de votre soutien.

PUBLICITÉ.

apres-la-pluie-le-beau-temps-recueil-de-textes-a-mediter-croissance-personnelle Après la pluie… Le beau temps. Recueil de textes à méditer. Chaque texte révèle un message, une émotion. Un même texte peut prendre un couleur différente selon notre état d’âme.

Le livre est disponible au coût de 9,95$.

Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009
Par Internet: http://www.editionstnt.com/Livres.html
Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4.

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel.

Live Love Learn lancement du premier album de Madhi

Live, Love, Learn: lancement du premier album de Madhi

Lisa Melia             DOSSIERS RapHip-hop

«Live, Love, Learn» est le premier album solo de Madhi, un artiste de 30 ans nourrit à la culture hip hop. D’un père haïtien et d’une mère dominicaine, il a grandit dans cet univers, en particulier en visitant sa famille à New York. «A l’époque, c’est là que le hip hop s’exprimait le plus, explique-t-il. Ça m’a beaucoup influencé.»

4803_204329850443_204324360443_7565005_5287967_n Dans l’univers du rap

Jeune, il commence par imiter ce qu’il entend devant sa glace, et prend de l’assurance au fur et à mesure. Il finit par écrire ses propres textes, en anglais, et participe à des spectacles. «Je n’avais pas encore d’identité en tant qu’artiste, mais j’ai toujours été dans le milieu hip hop.» Son album est l’aboutissement de ses années de travail et d’écriture.

«Les chansons de l’album sont très personnelles, j’y parle des mes défauts, de mes forces, de mes expériences», dit le rappeur. Il aborde aussi des questions sociales, son héritage culturel ou de ce qui l’interpelle. Le titre «Supersize Me» aborde la question de l’abondance, avec un questionnement sur la société de consommation. Il ne cherche cependant pas à donner des leçons ou à servir d’exemple. Il veut plutôt faire passer le message que tout est possible quand on se donne la peine.

Rap et jeunesse

Madhi aborde aussi les thèmes du titre de son album: la vie, l’amour, l’apprentissage. Depuis plusieurs années, il est intervenant auprès des jeunes, animent des ateliers rap en tant que correcteur de français par exemple. L’artiste explique que son album est en anglais, car c’est dans cette langue qu’il a découvert le rap et qu’il a été influencé. Il revendique pourtant les différentes cultures avec lesquelles il a grandit. Certaines chansons sont ainsi en espagnole.

Son héritage latin et antillais constitue aussi une source d’inspiration, tout comme des artistes comme Public Enemy. «Dans l’âge d’or du hip hop, il y avait des groupes avec un message et un flow», se souvient-il.

Madhi a également crée une compagnie, U Live Love Learn et travaille sur une ligne de t-shirt qui reprend des extraits de ses textes, comme «each one, teach one.» Il voudrait, dans le futur, ouvrir un studio d’enregistrement pour les jeunes.

.

Le 21 juillet, il fait le lancement officiel de son album, au Petit Campus (57 Prince Arthur Est), qui ouvre à 19h. Dès 20h commencera le spectacle.

.

D’autre billets sur les artistes du Café-Graffiti.

Pour rejoindre les artistes du Café-Graffiti: (514) 259-6900

PUBLICITÉ

La réalité sur les jeux de hasard, un outil de discussion pour les jeunes

publicité gamblingDVD Gambling. 20$ + 5$ (taxes et frais de transport)

DVD de sensibilisation rassemblant témoignages et interventions de Biz, de Loco Locass, de l’ancienne croupière Éléonore Mainguy, du joueur devenu paraplégique Did Bélizaire moyen idéal de s’éveiller aux conséquences de la dépendance au jeu.

Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009.

Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc, H1V 1X4

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel.

%d blogueurs aiment cette page :