Les différents styles de danses urbaines

Spectacle hip hop au Bistro le Ste-Cath

Compétition danse Hip hop et breakdance

Vidéo danses urbaines

Comment différencer le B-boying (breakdance), Popping, Waacking, Crumping, New style, Lady style, Video style, New style contemporain…

Raymond Viger     Dossiers Break-danceHip-hop

Il existe plusieurs styles de danses urbaines. Plusieurs les associent au breakdance. Ce vidéo vous permet de pouvoir différencer breakdance, Popping, Waacking, Crumping, New style, Lady style, Video style, New style contemporain.

HIP-HOP
La danse hip-hop est née au début des années 80 et a évolué en suivant l’industrie changeante de la musique R&B et Hip-hop. Tout est dans la
manière de ressentir et comprendre la musique afin de créer une combinaison de mouvements, d’attitude et d’expressions. Les styles de danse hip-hop peuvent varier selon la musique utilisée.

VIDEOSTYLE

Un style de danse relié avec le Hip-hop spécialisé, conçu pour les besoins de futures danseuses semi-professionnelles et professionnelles afin de les
entraîner vers un style plus sexy et féminin utilisé dans le style vidéo, qui met en valeur le pouvoir de la femme combiné à une touche de sensualité
élégante.

Cette classe est enseignée en portant des talons hauts, offrant l’opportunité aux danseuses d’exercer leur style vidéo augmentant leur confiance et les familiarisant avec les vêtements moulants requis pour représenter un côté plus féminin du hip-hop.

STOMP  (STEPPING)

Originaire de l’Afrique du Sud autour de l’année 1870, la danse Gumboots s’apparente aux styles du Step ou du Stomp, où les danseurs utilisent leurs
mains et leurs pieds pour créer des rythmes.

Les mineurs de race noire n’avaient pas le droit de parler durant le travail minier et se servaient donc de cette danse comme moyen de communication et d’expression alors qu’ils faisaient face à la vie de classe inférieure.

WAACKING

Un style puissant développé sur la Côte Ouest américaine durant les années de Soul Train. Le Waacking est une forme d’art électrisant, composé de mouvements de bras et de mains complexes qui projettent sensualité et force tout en utilisant le corps comme instrument définissant la musique.

KRUMP

Le Krump est une danse née dans les années 2000 au cœur des bas quartiers de Los Angeles. Cette danse, non-violente malgré son apparence agressive à cause des mouvements exécutés très rapidement, de la rage ou la colère qui peut se lire parfois sur les visages des danseurs de Krump que l’on appelle les
« Krumpers », se veut être une danse représentant la « vie » et toute sa « jouissance ».

POPPING

Le Popping a suscité l’intérêt en 1978 lorsque Boogaloo Sam et les Electric Boogaloos ont performé à Soul Train, ce qui plus tard influença
Michael Jackson à apprendre d’eux, faisant ainsi du Moonwalk l’une des danses les plus reconnues et populaires de son temps.

Boogaloo Sam faisait sauter (pop) ses muscles sur des rythmes funk. Le terme boogaloo est utilisé pour expliquer le style de roulement des hanches pour
lequel Sam était reconnu.

D’autres styles de popping ce sont développés avec les variations d’adaptation à la musique P-Funk et G-Funk. Les techniques de base peuvent inclure le
Fresno, l’Old Man, le Twist-O-Flex, Cobras, Waving, Back-Sliding (alias le Moonwalk), Bopping, Tutting et plus encore.

LOCKING

Le Locking a été créé par Don Campbellock au début des années 70. Le Locking a charmé la nation grâce au groupe de pionniers The Lockers qui développa la danse et performa à l’émission de télévision Soul Train en 1976.

Ce style s’exécute sur de la musique funk ou disco et se compose de mouvements de base tels que le Lock, les Wrist Rolls (roulements de poignets), Points
(pointer), le Pimp Walk ainsi que des mouvements acrobatiques, des expressions faciales et surtout de « FUNKINESS »!!!

Breakdance (B-BOYING & B-GIRLING)

Le B-Boying aussi connu sous Breakdancing, tient son nom du DJ new-yorkais Cool Herc. Au début des années ’70, les pionniers du b-boying performait une chorégraphie particulière durant le break des beats que le DJ jouait.

Le B-Boying se danse généralement sur des chansons funk des années ’70 ou sur des chansons hip-hop de break et se compose de Top Rock, Brooklyn Rock, 6-step, C-Cs, Freezes et B-Boy Stances.

Ce style de danse est exercé lors de cercles freestyle (à l’improviste) et lors de combats où b-boys et b-girls démontrent leur rocking, jeux de pieds, trucs
et mouvements de puissance qui définissent leur style personnel.

HOUSE

Cette danse est née durant les années 70 et a été reconnue au début des années 80, nommée aussi Jacking à Chicago et Clubbing à New York. Ce style est mieux connu sous le nom de House grâce au genre de musique duquel il est inspiré.

Le Jacking fait partie de la fondation de la danse typique des années 80 dans la culture House. Le patinage à roulette, le stomping, le spinning, le heel & toe ainsi que les jeux de pieds complexes sont également les bases du House.

Autres textes sur Break-dance

Textes sur le breakdancer Lazy Legz

Autres artistes de la boutique des Éditions TNT:

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel.

Publicités

Découvrir sa féminité et le premier amour d’adolescent

Devenir femme et son premier chum

La famille ou son petit copain?

Cindy a quitté son Angleterre natale pour le Canada sans se retourner. En s’établissant au Québec, la jeune femme fermait le livre d’une enfance difficile. Une famille violente et sans amour, une ville terne et dure et une vie de souffre-douleur.

Dominic Desmarais   Dossiers Famille , Développement personnel

cindy-goldylocks-breakdance-24k-danse-hiphop-breakLe passage du primaire au secondaire devait être une bouffée d’air frais pour Cindy. Un nouvel environnement scolaire, un nouveau départ où elle pourrait prendre sa place. Mais la crise d’adolescence a pris le pas sur l’espoir.

«La rage intérieure de ma jeunesse est sortie. Mes parents divorçaient juste au moment où j’avais vraiment besoin de leur aide.» Son père a gardé la maison, sa mère est partie rejoindre sa famille. Les frères et la sœur de Cindy avaient quitté le domicile familial. Elle se retrouvait seule avec son militaire à la retraite de père.

Cindy accepte un emploi dans un café pour soutenir son père financièrement. «Il ne me voyait plus comme sa fille mais comme une coloc. Très jeune, il a fallu que je prenne des responsabilités.»

Alors qu’elle doit tenir la maison, se préparer à manger, voir elle-même à ses études, la jeune fille ne connaît rien de la vie. «Je ne savais rien à propos des menstruations, des garçons.» Elle doit tout apprendre par elle-même du haut de ses 12 ans. Et ne pas montrer ses faiblesses à son père. Cindy doit devenir une adulte avant le temps.

Piercings, cigarette et alcool

Son chemin croise celui d’une autre fille qui vit la même situation. «On a commencé à fumer jeunes, à se saouler la gueule. Je faisais mes propres piercings. Parce que je venais d’une famille extrême, je faisais moi aussi des choses extrêmes!» La Cindy souffre-douleur du primaire disparaît peu à peu. À la place, une punk en crise d’adolescence partage sa vie avec une ado plus vieille que son âge qui travaille. D’un côté elle ressemblait à ses confrères de classe, de l’autre à ses collègues de travail. Une vie en deux temps.

Nouvelle passion extrême

parachute-parachutisme-avion-cours-formation-vol-saut-parachutesCindy n’échappe pas à la tradition familiale qui veut qu’à 16 ans, tous les enfants, encouragés par le paternel, sautent en parachute. Elle se découvre une passion dès sa première descente. L’ardeur qu’elle a mis dans ses cours d’autodéfense se retrouve dans les sauts qu’elle exécute toutes les fins de semaine. À 17 ans, elle devient la plus jeune à obtenir sa qualification. Elle partage son temps entre l’école, le travail et le parachute. Son père est fier. Il l’attend après chaque saut pour aller savourer une pinte de bière avec elle. «Il me traitait comme une adulte!»

Le premier amour d’adolescent

Le temps de quitter la maison approche pour Cindy. Son père se décide à vendre le domicile familial. Les deux décident de se quitter en beauté. Ils partent pour la Tunisie avec leurs sacs à dos. «On ne fêtait pas Noël, chez moi. À la place, mon père et moi on voyageait. Nous sommes  allés au Maroc, en Tunisie, on a fait le tour de l’Europe ensemble en backpack.»

Cette fois, en guise d’adieu, le père et la fille se dirigent vers le désert du Sahara. «On ne faisait pas du tourisme! Mais la dernière soirée, pour fêter la fin du voyage, on est allé dans un hôtel. Et là, j’ai rencontré mon premier vrai chum.» Le jeune garçon est un serveur tunisien. Cindy a le coup de foudre. Mais elle doit rentrer en Angleterre.

Le cœur en Tunisie

De retour chez elle, Cindy termine l’équivalent du cégep. Comme son père a vendu la maison, elle va rejoindre sa mère qu’elle a peu vu depuis cinq ans. «Ma mère n’avait pas d’opinion, elle ne prenait jamais position. Comme si rien ne la dérangeait. Moi, j’étais toujours fâchée contre elle. Je voyais qu’elle m’avait abandonnée, qu’elle ne s’était pas battue pour moi, pour me garder. C’est là que j’ai appris qu’elle avait été abusée sexuellement par son père. Je ne le savais pas. Je me suis sentie bien poche. J’ai commencée à la voir différemment.»

Cindy passait son temps entre les études, son travail dans un bar et les sauts en parachute. Son corps était en Angleterre mais son cœur se trouvait en Tunisie. Comme toujours, elle gardait ses sentiments pour elle. Personne dans sa famille ne connaissait l’existence de cet amoureux qu’elle appelait constamment. Refusée à l’université, elle quitte le pays pour retrouver l’élu de son cœur.

french-cancan-danse-cabaret-resort-tunisie-danseuses-french-cancanElle trouve un emploi au centre de villégiature où travaille son amoureux. «J’étais animatrice pour les touristes. Je donnais des cours de volley-ball et de planche à voile. Et je dansais pour les soirées cabaret. Du country pour la danse en ligne, des remake de Thriller de Michael Jackson ou de Grease.»  Cindy faisait ses premiers pas de danse, loin de s’imaginer que cette passion la ferait vivre des années plus tard.

Découvrir sa féminité

Au contact d’une des danseuses de l’hôtel, Cindy explore sa féminité. «C’était vraiment une poupée. Elle savait utiliser ses atouts. C’est elle qui m’a fait devenir femme, qui m’a appris à me maquiller, m’habiller. Je n’avais aucun style, avant. Moi, personne ne me connaissait. Je pouvais former mon image comme je le voulais. J’y ai trouvé ma confiance.» En Tunisie, la blancheur de sa peau et la blondeur de ses cheveux font tourner les têtes. Les «Cindy Doll t’es même pas belle» sont très loin. Elle se sent renaître.

Racisme et amour interdit

La jeune femme retourne une fois de plus en Angleterre après un séjour de trois mois à travailler au resort. Elle communique sans cesse avec son amoureux. Dans ses rapports avec sa famille, on la sent ailleurs, la tête dans les nuages. Elle ne peut plus cacher son secret. «Ma famille est assez raciste… Ils étaient sur mon cas quand ils ont appris que je sortais avec un Tunisien. Et moi je ne voulais pas dire la vérité: oui, il était très possessif. J’étais en amour, à 17 ans je ne voyais pas que c’était un problème.»

Sa famille, qui l’avait abandonné à son sort toute son enfance, fait pression. Elle a peur que le jour de ses 18 ans, Cindy reparte pour la Tunisie. «Ils se sont cotisés pour me donner de l’argent pour que j’aille passer cinq semaines avec ma sœur, au Québec. Ils étaient unanimes: si je retournais voir mon chum, je perdrais leur respect. C’était ma dernière chance de sauver ma relation familiale.»

Cindy préfèrerait retourner dans les bras de son Tunisien. Elle connaît peu sa grande sœur qui a quitté le foyer alors qu’elle n’avait que 10 ans. Elle est intimidée par celle qui lui envoyait des cartes postales et des cadeaux d’un peu partout dans le monde dans son enfance. Le seul lien qui les relie. Malgré tout, Cindy accepte. Sans se douter une seconde qu’elle laissera toute sa vie, et sa famille dysfonctionnelle, derrière elle pour fonder la sienne.

NDLR: Ce billet est le deuxième d’une série de 4. La suite sera publiée le 26 septembre prochain.

Première partie de Violence familiale et famille dysfonctionnelle

Autres textes sur Famille

Avant d’être un papa

lettre d’une mère à ses enfants

Ressources pour les familles et les enfants

Droits des enfants

Influences des parents sur l’éducation de leur jeune

Conflit de génération, dossier famille

Ce billet, ainsi que toutes les archives du magazine Reflet de Société sont publiés pour vous être offert gracieusement. Pour nous permettre de continuer la publication des textes ainsi que notre intervention auprès des jeunes, dans la mesure où vous en êtes capable, nous vous suggérons de faire un don de 25 sous par article que vous lisez et que vous avez apprécié.

Merci de votre soutien.

Quand un homme accouche

quand-un-homme-accouche-roman-cheminementRoman de cheminement. Le personnage principal accouche de son enfant intérieur qui devient son ami et son thérapeute tout au long du roman. Ce livre est le premier d’une trilogie qui a été reprise dans L’amour en 3 Dimensions. 9,95$

Disponible Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009
Par Internet: http://www.editionstnt.com/livres.html
Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel.

Rap et criminalité

Est-ce que le rap est relié à la criminalité?

Raymond Viger Dossier Rap, Hip Hop, Culture, Gang de rue, Criminalité

Sur un billet de l’an dernier, nous avons eu un débat sur les grandes stars: Michael Jackson, 2Pac et Elvis Presley. Après une année et 888 commentaires, le débat s’est essouflé et à trouver sa fin.

Un des fidèles internautes de ce billet, Shakurpeare, un jeune de 17 ans, veut maintenant relancer le débat sur la relation entre le rap et la criminalité.

Shakurpeare soulève un questionnement qui mérite que nous relançions le débat. Je publie ici le débat que Shakurpeare nous propose.

J’ai entendu les propos d’Éric Zemmour (écrivain et journaliste politique français) dans un interview qui m’a attristé : le rap est une sous-culture et les rappeurs sont des illettrés (à cause du langage familier dans leur paroles).

Même si je pense que zemmour n’a pas une grande ouverture d’esprit c’est l’avis de beaucoup de personne que le rap serait inhérent à la criminalité.

Pourquoi les gens n’essaie pas de découvrir la culture hip-hop. Pas nécessairement aimer le rap mais s’ouvrir l’esprit, comprendre comment on devient une « racaille ».

Pourquoi quand on parle de la réussite du juge le raisonnement des gens de droite (majorité des francais) est « jeune homme élevé de bonne famille, ses parents étaient avocat et son père instituteur. Normal qu’il ait réussi ».

Puis quand on parle du condamné qui s’est fait pincer pour avoir vendu de la drogue la réaction du français de droite ressemble à  « c’est qu’une racaille, un rat d’HLM, un séjour aux frais lui apprendra, qu’ils pourrissent, faut tous les mettre en prison »

Réaction totalement différente de celle décerné au juge. Sans discrimination leur propos décerné au condamné aurait pu ressembler à « ce jeune à pas eux la vie facile, il à pas connu son père, les jeunes de son quartier étaient des voyous, les chiens ne trainent pas avec les chats. Pas étonnant qu’il soit voyou lui aussi. Il doit être puni, mais il faudra prendre des mesures afin que son fils ne soit pas comme lui.

La solution n’est pas d’envoyer un déluge de CRS (police française) en banlieue. Ce n’est pas ce qui va changer des jeunes déjà hostiles. Il ne faudra pas s’étonner si les voitures vont brûler »

Ce qui favorise les préjugés et les discriminations de l’homme de droite envers l’homme de banlieue est l’ignorance de ce dernier. C’est pourquoi je pense qu’étudier des chansons rap dans un but instructif ferait évoluer les mentalités. Par la suite, certains jugeront peut-être le condamné équitablement au juge.

Qu’est-ce qui est le plus profitable à une société? Est-ce que de traiter le rap de culture d’illètrés incite à la criminalité? Faut-il faire disparaitre le rap des rayons des disquaires et mépriser le milieu? Ou encore de s’en servir comme moyen pour comprendre les raisons de la délinquance et la prévenir? Les rappeurs ouvrent-ils plus leurs malheurs dans leur chansons que dans un commissariat?

Merci à tous de nourrir la réflexion.

Autres textes sur le Rap:

Introduction Histoire des gangs de rue

Autres textes sur Gang de rue

Ce billet, ainsi que toutes les archives du magazine Reflet de Société sont publiés pour vous être offert gracieusement. Pour nous permettre de continuer la publication des textes ainsi que notre intervention auprès des jeunes, dans la mesure où vous en êtes capable, nous vous suggérons de faire un don de 25 sous  par article que vous lisez et que vous avez apprécié.

Merci de votre soutien.

PUBLICITÉ

T-Shirt promotionnel disponible avec votre logo

tshirt-cafe-graffiti-t-shirt-personnalise-votre-logo Soutenez le Café-Graffiti, affichez vos couleurs.

Votre T-shirt Café-Graffiti pour seulement 9,95$. Disponible en rouge, noir ou blanc.

Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009
Par Internet: http://www.editionstnt.com/T-shirts-promotionnels-et-personnalise.html
Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4

Pour votre T-shirt promotionnel avec votre logo: Café-Graffiti: (514) 259-6900

Vincent et Clément, fans de Michael Jackson

Vincent et Clément, fans de Michael Jackson

Raymond Viger            Dossier Culture

clement-fan-de-michael-jackson Un billet spécial. Très spécial. À la demande de Ruiz, un Français de 17 ans, j’ai écrit un premier billet sur la mort de Michael Jackson. Il y avait un besoin des fans de Michael Jackson d’en parler. Une façon de faire le deuil. 225 commentaires et j’en reçoit encore.

Dans le débat, s’en suit un débat sur la popularité de Michael Jackson, 2Pac et Elvis Presley. Je décide d’en faire un autre billet pour ne rendre confus le débat. Le débat n’est pas encore terminé avec 550 commentaires!

Dans le débat, apparaît Jacqueline Jeanson. Jacqueline nous explique que Vincent,vincent-fan-de-michael-jackson son petit-fils de 7 ans est un fan de Michael Jackson et qu’il est bien heureux d’avoir trouvé ce billet sur Michael Jackson. Un grand bonhomme qui imite Michael Jackson régulièrement. La famille demeure en Nouvelle-Calédonie, à l’autre bout du monde par rapport au Québec.

Dans nos différentes communications, Jacqueline m’a fait parvenir la photo de Vincent ainsi que de son grand frère de 13 ans et demi, Clément.

PUBLICITÉshow_image

L’amour en 3 dimensions. Roman de cheminement humoristique. Pour dédramatiser les événements qui nous ont bouleversés. Pour mieux comprendre notre relation envers soi, notre entourage et notre environnement. Peut être lu pour le plaisir d’un roman ou dans un objectif de croissance personnelle.

Le livre, au coût de 19,95$ est disponible.

Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009
Par Internet: http://www.editionstnt.com/Livres.html
Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel.

L’armée, nouveaux rêves pour les jeunes

L’armée, nouveaux rêves pour les jeunes

Raymond Viger             Dossier Société

Sur de mes billets traitant de la mort de Michael Jackson, j’ai reçu près de 200 commentaires. Ce débat s’est divisé sous plusieurs angles. J’ai demandé aux internautes de rester dans le sujet. Pour respecter la consigne de la pertinence des commentaires en lien avec le billet, je me suis engagé à écrire des billets sur les sujets que j’ai demandé de garder au frais.

C’est ainsi que j’ai publié un billet écrit pour Reflet de Société sur le tatouage et le body piercing. J’ai aussi écrit un billet sur les comparaisons de popularité entre Elvis Presley, Michael Jackson et 2Pac.

Malgré tout, il y avait un dernier sujet que j’avais demandé que l’on écarte. Un débat sur l’armée et la vie dans les Forces armées. Je reprends ici quelques commentaires que nous avions eus et vous laissant le soin de reprendre le débat.

Ruiz: Aucun diplôme, aucun rêve, mauvaises notes. Mais ça n’empéche pas que je peux m’exprimer mieux que n’importe qui.

Claude: Les diplômes et les bonnes notes ne sont pas garants d’une philosophie de vie et d’une capacité de s’exprimer. Tu possèdes Ruiz de grandes qualités. Continue de les cultiver et gardes contact avec celles-ci.

Je suis surpris que tu dises que tu n’as pas de rêves. Avec la philosophie et la sagesse que tu as je m’attendais à ce que tu aies des rêves et des objectifs. Es-tu sûr que tu n’as aucun rêve qui ne t’habite?

Ruiz: Tireur d’élite dans l’armée de terre, c’est tout nouveau donc c’est pas un réve de gamin. Pour l’instant je vais faire des stages pour l’armée de terre et si je m’engage j’entrerais dans l’infanterie c’est à dire les soldats de premiere ligne, sur le terrain et arme à la main. C’est pas impossible, suffit que je sois bon à l’entrainement de tir, ce n’est pas vraiment un rêve mais c’est ma première ambition.

BAxT: Concernant ton entrée dans l’armée, ayant moi-même fait cette expérience, je tiens seulement à te préciser que le travail avec ton arme ne représente qu’un faible pourcentage de ton temps de soldat. Surtout au début (note que c’est différent si tu vas en combat à l’étranger dans ta 2e année).

De plus, depuis 1990, l’entrainement de l’armée est beaucoup plus orienté vers le côté psychologique, que le côté guerre.

Lors de ta première année d’entrainement, tu n’auras à peu près jamais ton arme à la main. Car tu ne sera qu’un zombie manipulé psychologiquement. C’est pourquoi les instructeurs se protège. Car y’en a qui pêtent leur coche.

De plus, certaines personnes avec un certain passé aggravent certaines maladies à cause de cela. Beaucoup d’instructeurs militaires n’ont pas vraiment de formation psychologique pour les comprendre. Et certains d’entres eux ne reconnaissent même pas l’existence de certaines maladies comme la dépression (pour eux, ce n’est que pour les faibles).

Trop d’instructeurs manquent littéralement de scolarisation, alors ils pataugent dans leur croyance, plutôt que la connaissance et la compréhension.

Et si dans le future tu tombes malade à cause de tes formations militaires, la procédure actuelle de cette armée est de simplement te laisser tomber, te pousser au suicide, se débarrasser de toi au plus vite… pour pas te payer de soins.

Alors si tu y vas, je te souhaite bonne chance. Car j’en connais beaucoup à l’époque de la Yougoslavie, qui se sont suicidés depuis.

Quand tu prends une personne avec un secondaire 4 seulement, et que tu lui donnes le grade de sergent instructeur de recrue (parce qu’il a fait de la bonne job sur le terrain), que tu lui donnes le droit d’utiliser des techniques de manipulation psychologique coercitive extrêmement complexe (et dangereuse pour un être humain), que même des docteurs en psychologie n’utiliseraient que sous d’intenses supervisions médicales, le risque pour notre société est GRAND. Les risques pour un citoyen l’est encore plus.

Monsieur Viger comprendra surement ce que je veux dire ici. C’est comme donner la charge de décider de la médication et du traitement d’un patient à une préposée aux bénéficiaires… alors que c’est la job d’un médecin pour plusieurs raisons…

Ruiz: Merci BAxT pour tes informations. Évidement je ne m’attends pas toujours à être sur le terrain et je me doute que les instructeurs ne seront pas tendres, pour eux la dépression comme tu le dis peut être vu comme de la faiblesse. Merci pour tes explications.

 

PUBLICITÉ

Témoignage sur l’implication bénévole

show_image La récompense – Regard sur des gens de cœur
Documentaire sur l’implication bénévole.
-Découvrir sa communauté, donner un sens à sa vie…
-Briser son isolement et celui d’autrui.
-Découvrir de nouveaux amis.
-Prendre part à la vie sociale et de quartier.
-Une source de contact et d’échange.
-L’acquisition de nouvelles connaissances.
-Une occasion d’expérimenter et mieux se connaître.
S’impliqer c’est trippant et ça mérite d’être vécu. 25$

Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009
Par Internet: cafegraffiti.net
Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel.

Michael Jackson, 2Pac et Elvis Presley. Un debat à finir.

Michael Jackson, 2Pac et Elvis Presley. Un débat à finir.

Raymond Viger            Dossier Culture, Hip Hop.

J’ai écrit un billet sur la mort de Michael Jackson qui a fait jaser les internautes. Jusqu’à présent, 134 commentaires et ce n’est pas encore terminé, le débat continue de faire rage.

Dans le fil des discussions, j’ai été obligé de ramener à l’ordre les internautes. Le débat commençait à déraper sur 2Pac. Ce rappeur tiré par balles à l’âge de 25 ans détient le record de vente pour la musique Hiphop.

La question était de savoir si 2Pac allait percer les générations et devenir un classique tel que Elvis Presley l’avait été ou encore comme Michael Jackson le sera. J’ai demandé aux internautes de revenir sur le débat principal du décès de Michael Jackson en leur promettant de faire un billet sur 2Pac et d’y ramener le débat.

Je vous présente donc ce débat sur 2Pac. Au plaisir de vous voir participer aux débats et de prendre votre place.

Ruiz: le talent de l’artiste est important pour la vente mais sa personnalité et ses geste aussi. C’est pour ça que 2pac est le rappeur le plus connu et apprécié.

BAxT: Michael Jackson est le successeur d’Elvis Presley en tant que Roi de la Pop, modèle dont il s’est littéralement inspiré (moonwalk = pas de dance du bas du corps d’Elvis, vidéos de Michael Jackson = films d’Elvis Presley dans lesquels nous voyons parfois Elvis Presley chanté comme dans Jailhouse Rock, mode de Michael Jackson (gant et veston Michael Jackson) = style urbain d’Elvis Presley avec son jeans, les 2 étant des incompris (des génies oui) faux solitaires de la gloire.

Ruiz: Pour moi Michael Jackson n’est pas le successeur d’Elvis Presley il est le plus grand dans son domaine. Elvis Presley pour le rock, 2pac pour le rap, Michael Jackson pour la pop.

Raymond Viger: Tu as raison de souligner que Michael Jackson n’est pas le successeur d’Elvis Presley. Ils ont eu chacun leur style et leur public. Ils ont à leur façon influencé la société dans nos valeurs, dans nos moyens de communication, dans les techniques de communication, de mise en marché…Tu présentes un bon trio d’artistes qui ont été très influents.

BAxT: Elvis Presley et Michael Jackson étant tellement grand dans l’industrie musicale, qu’ils sont tous 2 rois, au contraire de 2pac qui sera oublié dans moins de 2 générations. Elvis Presley était aimé autant des rock’n’rolleux, des bluemans, des gospelliens et de plusieurs autres styles, tout comme Michael Jackson. Madonna est la reine de la pop actuelle. 2pac est confiné à un style, a une seule génération. Elvis Presley à établi des records mondiaux, tout comme Michael Jackson, ce que 2pac n’a pas fait encore à part peut-être dans son enclave le hiphop ou le rap.

Ruiz: 2pac a toujours le record de disques de rap vendus, pourtant il est mort il y a bientôt 13 ans. Il a aussi fait de bonnes actions. Il était quelqu’un de bien. Ce que je respecte le plus chez 2pac c’est le fait que, contrairement à Michael Jackson ou Elvis Presley, 2Pac chantait pour raconter une histoire, une souffrance, la pauvreté, l’inégalité entre noirs et blancs, pour changer le monde en quelque sorte. Il est mort à 25 ans sinon qui sait…

Raymond: À ses débuts, Elvis Presley était banni des parents. 2Pac même si les parents ne comprennent pas ces paroles et sa culture, va-t-il traverser les générations? Je suis entouré de jeunes de la culture Hiphop depuis plus de 15 ans. 2Pac est encore très significatif pour eux. J’ai vu des jeunes se marier, acheter une maison, une auto, avoir des enfants… et ils écoutent encore 2Pac. Je ne pourrais pas affirmer que 2Pac va disparaître dans une génération ou deux.

Ruiz: 2pac ne disparaîtra pas de si tôt il est aussi connu a travers le monde. Dans une interview, le rappeur 50 cent, reconnu par beaucoup comme un très bon rappeur, voir le meilleur, a dit en parlant de 2pac: c’est notre Elvis Presley.

Ruiz: Niveaux lyrics 2pac valait bien Michael Jackson ou Elvis Presley et peut-être meilleur. Dans Changes ou Life goes on, deux gros poids lourds niveaux rythme, lyrics… Si les gens écoute bien les paroles ils verraient que les chansons racontent quelque chose. Je ne pense pas que Michael Jackson et Elvis Presley ait déjà écrit de telles paroles.

BAxT: Selon 50 cent: 2pac est notre Elvis Presley, donc pas le Elvis Presley de tout le monde. Michael Jackson était aimé par des personnes de tout style, de tous pays, de tout milieu tout comme Elvis Presley et Madonna. Ce n’est pas le cas ni de 2pac ni 50 cent, qui ne sont aimé que par une partie d’une génération. Là où ce style musical n’est pas à la mode, ils sont inconnus. Ce qui n’est pas le cas d’Elvis Presley et de Michael Jackson, connu et aimé en Chine en Russie, en Afrique comme au Japon. C’est aussi le cas de Madonna, des Beattles, de U2…

Ruiz: 2pac pouvait aussi être aimé par les riches que par les pauvres, les blancs et les noirs, hispaniques, asiatiques… Il n’est pas la légende qu’est Michael Jackson mais il est la légende du rap.

BAxT: Elvis Presley, tout comme Michael Jackson, était aimé par des personnes de tout âge. La génération du pouvoir américain avait commencé une guerre contre Elvis Presley. Mais Elvis Presley a gagné cette guerre. Qui ne connais pas Elvis Presley? Sa musique est encore aujourd’hui reprise par les DJ. Nous en faisons encore mention 50 ans plus tard. Michael Jackson, je ne suis même pas certain qu’on parlera de lui dans 50 ans. À part peut-être ses nombreux records de vente de disques. Car ces records, avec la nouvelle technologie (et le web), risque de ne jamais être battu. Probablement que le nom de Michael Jackson deviendra un nom inconnu dans 2 ou 3 générations. Alors maintenant 2pac, confiné uniquement à une partie d’une génération. J’en doute fort.

Ruiz: Michael Jackson inconnu dans 2 ou 3 génération! J’en doute encore plus que pour 2pac.

BAxT: 2pac n’est pas fort en Russie, Ukraine, Yougoslavie… tous les pays à faible population noire ou espagnole. Si on regarde la tendance mondial, le rap stagne. Le style musical en progression est la musique latine, un peu dévié du hiphop, du folklore latin, du rap et du rock. C’est la culture des gangs des pays pauvres qui amène ce style. Puis les gangs d’espagnols de L.A. et du sud des États-Unis, l’adaptent de plus en plus à la culture américaine.

PS 5 juillet, 21:00 heures BAxT ne participera pas au débat. Il vient de m’annoncer que, suite à une série d’événements malheureux qui brasse la blogosphère il prenait sa retraite de son blogue.

Ce billet, ainsi que toutes les archives du magazine Reflet de Société sont publiés pour vous être offert gracieusement. Pour nous permettre de continuer la publication des textes ainsi que notre intervention auprès des jeunes, dans la mesure où vous en êtes capable, nous vous suggérons de faire un don de 25 sous par article que vous lisez et que vous avez apprécié.

Merci de votre soutien.

Soutenez le Café-Graffiti, affichez vos couleurs!

Votre T-shirt Café-Graffiti pour seulement 9,95$. Disponible en bleu, rouge, noir ou blanc.

Ou encore votre Sweat-shirtdisponible en gris pour seulement 29,95$.

Par téléphone:  (514) 256-9000 , en région: 1-877-256-9009   Internet. Par la poste: 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4

Votre T-shirt promotionnel avec votre logo: (514) 259-6900

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel.

Michael Jackson mort chanson musique Thriller danse Moonwalk

Michael Jackson est mort, Thriller n’est plus

Raymond Viger            Dossier Culture, Hiphop, Breakdance

Ma première réaction en apprenant la mort de Michael Jackson est de me rendre compte que j’avais la même âge que lui. Deuxième réaction, non je n’écrirais pas un billet sur la mort de Michael Jackson.

Michael Jackson, la mort d’un grand artiste

J’ai reçu plusieurs courriels et même un message sur un de mes billets me demandant de commenter la mort de Michael Jackson. Je ne cacherais pas que c’est le commentaire de Ruiz qui m’a convaincu. Avec la justification suivante: « Puisqu’il était un grand artiste… les gens pourraient en discuter ».

En fait, je n’ai pas nécessairement l’intérêt personnel de couvrir tous les artistes qui décèdent. Je ne ferais pas de billets sur Farrah Fawcett. À moins que Ruiz ne réussisse à me trouver des raisons qui me stimulent. Même si mes premières armes en journalisme en 1974 étaient Arts et Spectacles et les Sports, je n’ai aucun intérêt à y retourner.

La mort de Michael Jackson ne m’avait pas motivé à écrire un billet parce que je n’avais rien d’intéressant à rajouter sur ce que tous les autres pourraient dire. Sauf que l’argument de Ruiz est simple. Les internautes qui lisent mon blogue ont le goût d’en parler sur mon blogue.

Michael Jackson, le roi de la Pop et du Moonwalk

Pourquoi cet intérêt de parler de la mort de Michael Jackson sur mon blogue? Parce que Michael Jackson était le roi de la Pop? Parce que le Moonwalk qu’il a introduit a influencé les breakdancers que je croises depuis presque 20 ans? Parce que j’ai des jeunes qui trippent sur le Hiphop qui me lisent et que Michael Jackson aura été significatif dans cette culture urbaine et underground?

Je n’avais pas réalisé que  Michael Jackson avait été aussi significatif pour les jeunes de la culture Hiphop. Ce billet que j’écris sur la mort de Michael Jackson est une porte ouverte pour que les internautes puissent commenter le débat et s’exprimer. Ce n’est pas moi qui ait quelque chose à dire sur la mort de Michael Jackson, mais les internautes.

J’ai bien hâte de vous lire.

Le débat se continue sur des comparaisons de la notoriété entre Michael Jackson, Elvis Presley et 2Pac

Statistiques sur le décès de Michael Jackson (source Twitter d’Influence, Jean-François Dumas):

45 122 articles, 9,6 années de temps d’antenne, 15,3% de l’attention médiatique (10% pour le Canadiens de Montréal et 1,8% pour Farrah Fawcett), 143 articles ou commentaires à la seconde (pointe à 231 en début de soirée)!

La mort de Michael Jackson aurait même créé des intempéries dans la blogosphère.

Quelques blogueurs qui versent des larmes sur la mort de Michael Jackson: Michelle Blanc, Presse-Citron, Dominic Arpin, Pierre Cayouette. Presse-Citron s’est amusé à faire un jeu de mots avec les enfants de Michael Jackson.

Cécile Gladel de Branchez-vous nous fait la tournée de plusieurs médias.

Pour Abeille 344 et La porte de l’éloquence, ils pleurent la mort de Michael Jackson ainsi que la mort de Farrah Fawcett.

Patrick Lagacé se limite à Farrah Fawcett. Dutron nous parle des symboles reliés à la mort de Michael Jackson. Finalement, la mort de Michael Jackson aura touché tout le monde. Même Pierre JC Allard du blogue Nouvelle Société nous présente son témoignage. Fort du trafic de son 1er billet, Pierre JC Allard y va d’un 2e billet.

PUBLICITÉ

Spectacle Hip Hop Breakdance, Graffiti, DJ et rap

show_image Le Choc des Cultures – Le Hip-Hop rencontre le classique
Spectacle original mettant en vedette: organistes classiques, break-dancers, rappers, DJ et graffiteurs.
L’église Saint-Nom-de-Jésus expose une centaine de toiles peints par des artistes. Plus de cinquante artistes complices présentent “Le Choc des Cultures”. 25$

Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009
Par Internet: cafegraffiti.net
Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel.

%d blogueurs aiment cette page :