Des ministres qui se vident le coeur

Nouvelle vision de la politique

Justice et équité sociale

Raymond Viger Dossiers PolitiqueJustice

Si j’étais Ministre… de la Santé

Si vous pensez que nos routes sont en mauvais état… vous n’avez pas vu l’état de notre système de Santé !

Les coupures dans le système de Santé créent de grandes violences. Les personnes psychiatriques sont maintenant refusées dans les hôpitaux psychiatriques et se retrouvent à l’urgence. Avec une diminution du personnel, il faut intervenir avec plus de gens et plus de cas lourds. La violence a augmenté dans les urgences. Il faut protéger autant le personnel soignant que les patients.

Si j’étais Ministre de l’Éducation

Qu’on arrête de faire une obsession de faire terminer le Secondaire à tous les jeunes. C’est un échec sur toute la ligne. Ce n’est pas de terminer son secondaire qui est important mais de terminer ses études.

Qu’on donne accès à des métiers à nos jeunes qui veulent travailler. Donnons du bois à un ébéniste et du métal à un forgeron. Qu’on garde les sinus et cosinus aux jeunes qui veulent continuer au Cégep.

Si j’étais… Ministère des Finances

Dire à Loto-Québec de gérer le jeu et d’arrêter d’en faire une obsession de le vendre.

Si j’étais… Ministère de la Culture

Revendiquez les budgets culturels de Loto-Québec, Hydro-Québec. La Culture doit être géré par le Ministère de la Culture. Pas par une Société d’État qui a une vision mercantile.

Quand Loto-Québec finance les événements culturels et communautaires c’est une façon indirecte de contrôler les gens. Ferme ta gueule sinon je te coupe les finances.

Si j’étais… Premier Ministre

J’implanterais des élections à date fixe pour éviter qu’un gouvernement tente de contrôler la démocratie en déclenchant des élections quand les sondages lui sont favorables.

Présentement mon vote est en conflit d’intérêt. Il représente autant le Parti que je veux au pouvoir que le député de mon comté. Je changerais le système de vote pour avoir un vote pour le premier ministre et un autre pour le député.

Et il y a tant d’autres idées que l’on peut mettre sur pied pour obtenir une société juste et équitable.

Merci de nous partager les vôtres.

Autres textes sur Politique

Bistro le Ste-Cath
4264 Ste-Catherine est, Montréal (une rue à l’est de PIE-IX)
(514) 223-8116
http://www.le-ste-cath.com
bistro@le-ste-cath.com

Pour ne pas manquer les nouveautés, inscrivez-vous à notre info-lettre sur le site http://www.le-ste-cath.com ou encore programmation 2015

Merci d’inviter Le Ste-Cath parmi vos amis Facebook: Bistro le Ste-Cath.

Bistro le Ste-Cath

souper spectacle musique chant show event est montréal restaurant où sortir quoi faireUn restaurant, une chaleureuse terrasse. Pour une rencontre entre amis ou en famille, les chefs du Bistro le Ste-Cath sauront vous offrir une cuisine réinventée et originale à un prix abordable.

Situé en plein coeur d’Hochelaga-Maisonneuve, au sud du Stade Olympique, à l’est de PIE-IX. 4264 Ste-Catherine est.

Bistro le Ste-Cath est opéré par l’organisme communautaire le Journal de la Rue. Tous les profits servent à financer notre intervention auprès des jeunes.

Pour informations et réservations: (514) 223-8116 ou bistro@le-ste-cath.com.

Des sites Internet considérés comme médias écrits

Association des médias écrits communautaires du Québec

Des webzines pourraient devenir des médias officiels

Ce week-end se déroule le 31e Congrès de l’Association des médias écrits communautaires du Québec (AMECQ). Un vote sera demandé pour reconnaître officiellement les sites Internet qui font des nouvelles locales et régionales comme étant des médias conventionnels.

Raymond Viger Dossier Culture, Média

Ce week-end à Rivière du Loup, une centaine de directeurs et de rédacteurs en chefs de médias écrits communautaires à travers le Québec se réunissent pour le 31e Congrès de l’Association des médias écrits du Québec (AMECQ).

Les statuts et règlements de l’AMECQ sont appelés à être modifié. La grande question qui sera débattue par les artisans de la presse communautaire: devons-nous intégrer les sites Internet qui font des nouvelles locales et régionales comme étant un média écrit communautaire conventionnel?

Ce changement dans les technologies pour publier un média écrit viendra questionner le ministère Culture et Communication. Un média officiellement reconnu comme étant un média communautaire a le droit à une subvention pour son fonctionnement. La base de calcul pour un média conventionnel est son tirage. Comment le calcul serait fait pour un média électronique? Son lectorat ne se limite plus à sa communauté mais devient international.

À noter que le magazine Reflet de Société n’est pas éligible à cette subvention de fonctionnement pour les médias écrits. La revue est considérée comme un thématique provincial, donc pas éligible pour les médias écrits communautaires qui doivent couvrir les nouvelles locales et régionales.

Autres textes sur  Média

Abonnement au magazine Reflet de Société

reflet-de-societe-magazine-drogue-prostitution-suicide-alcool-gang-de-rue-gambling Internet-o-thon pour soutenir le magazine communautaire Reflet de Société édité par le Journal de la Rue. C’est le temps de vous abonner pour montrer votre soutien à votre revue sur l’actualité communautaire et sociale. Toute contribution supplémentaire pour soutenir notre cause est la bienvenue.

Pourquoi s’abonner à Reflet de Société?

  • Le citoyen est au cœur de notre mission
  • Un regard différent, critique et empreint de compassion sur les grands enjeux de société
  • Un espace ouvert aux lecteurs pour prendre la parole, partager leurs expérience et faire progresser les débats
  • Un magazine d’information entièrement indépendant, financé par ses milliers d’abonnés aux quatre coins du Québec
  • Tous les profits générés par la vente de Reflet de Société sont remis à l’organisme Journal de la Rue qui offre des services de réinsertion sociale aux jeunes.

Par téléphone: (514) 256-9000, ext.: 1-877-256-9009 Par Internet: http://www.refletdesociete.com/abonnement.html Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4.

Authentik: des filles authentiques

Magazine pour vraies adolescentes

Rejetant l’image superficielle de la femme blanche, mince et hypersexualisée, le magazine Authentik propose aux jeunes Québécoises une vision d’elles-mêmes plus… authentique. Avec des textes percutants et révélateurs, Authentik veut changer la game dans l’arène des magazines pour adolescentes.

Gabriel Alexandre Gosselin             Dossiers Anorexie, Média

L’aventure commence en 2006, à la Maison des jeunes (MDJ) de Bordeaux-Cartierville, à Montréal. Le Projet Café Lilas propose depuis 2 ans des activités de sensibilisation aux adolescentes qui fréquentent les lieux. Par contre, pas question de s’endormir avec un conférencier monotone. «On voulait faire comprendre des choses, alimenter la discussion, mais aussi avoir du fun entre filles», explique Geneviève Morand, rédactrice en chef d’Authentik et intervenante à la MDJ.

Face au Projet Lilas, les jeunes participantes de Bordeaux-Cartierville manifestent le besoin d’agir. Profitant de cette mobilisation, Geneviève Morand et Julia Rymarz, une autre intervenante, proposent de lancer un magazine différent. Les filles de la MDJ acceptent, sans savoir vraiment dans quoi elles s’embarquent.

Pendant l’été, des d’adolescentes volontaires travaillent ardemment sur le premier numéro. Elles collectent l’information, réalisent des entrevues, gribouillent leurs articles. Petit à petit, un magazine se dessine. Le monde d’Authentik voit le jour en mars 2007 avec des textes sur l’hypersexualisation, les manipulateurs et des portraits de femmes inspirantes. Rien à voir avec les publications habituelles pour adolescentes.

«On voulait créer un modèle de magazine jeunesse différent. Je me souviens d’une des activités du Projet Café Lilas sur l’anorexie et la boulimie. Au début, on avait demandé aux filles lesquelles avaient déjà suivi un régime. Les ¾ d’entre elles ont levé la main. Avec un tel constat dans un groupe de 12-17 ans, il y a des questions à se poser sur ce qui les influence», note Geneviève. De cette expérience naîtra un article sur 4 filles qui ont vécu des troubles alimentaires et qui tentent encore de s’en sortir.

Éveiller les passions

La façon de faire d’Authentik est fidèle à la réalité des adolescentes. Suite aux différentes activités, les jeunes se portent volontaires pour écrire un texte sur le sujet discuté. Les participantes au magazine peuvent s’exprimer dans 5 catégories (voir ci-dessous).

«Chaque fille s’investit selon son besoin. On n’en pousse aucune à faire ce qu’elle ne veut pas faire. Certaines sont plus timides. Elles font des dessins pour le magazine ou écrivent des poèmes pour la section Passion Poétik», précise Geneviève Morand.

L’équipe du magazine, inexpérimentée dans le milieu de la publication médiatique, a su bien s’entourer. Des graphistes et photographes professionnelles contribuent à la publication. Le tout sur une base bénévole!

Un succès inattendu

Avec un budget restreint, la MDJ Bordeaux-Cartierville peut tout de même se permettre un tirage de 5000 copies à son premier numéro. 5000 copies envoyées gratuitement à différents organismes et établissements scolaires. Rapidement, la pile diminue jusqu’à disparaître.

Geneviève Morand trouve des subventions auprès d’Uniprix pour imprimer 5000 copies supplémentaires. En plus, la chaîne de pharmacie accepte de distribuer le magazine dans toutes ses succursales et ce pour la modique somme de… 0$. Le deuxième numéro, publié en mars 2008, a été imprimé à 10 000 exemplaires. Et on craint, une fois de plus, d’en manquer.

Authentik s’est attiré les reconnaissances depuis sa création. Au premier gala du Prix Égalité, organisé par la ministre de la Culture, des Communications et de la Condition féminine, Christine Saint-Pierre, le magazine a remporté les honneurs dans la catégorie Modèles et comportements égalitaires. Le quartier Bordeaux-Cartierville a également décerné une plaque à sa MDJ pour son travail autour d’Authentik.

Mais qu’en est-il du lectorat? Y a-t-il vraiment des adolescentes qui s’intéressent au contenu non traditionnel d’Authentik? Mélissa, 17 ans, a participé aux deux numéros. Elle est convaincue que le produit de leurs efforts réussit à passer le message auprès de la tranche d’âge visée: «J’ai apporté des copies à ma bibliothèque. Chaque fois que j’y retourne, la bibliothécaire est toute contente de me dire que beaucoup de jeunes l’ont lu.» Les exemples ne manquent pas pour appuyer ces propos: les participantes ont aperçu le magazine dans le métro, dans un CLSC ou entre les mains d’une cousine.

Pour Mélissa, participer au magazine ne lui permet pas seulement de constater le succès d’Auhentik, ou encore d’acquérir de l’expérience en journalisme, un domaine qui l’intéresse particulièrement. Elle attire désormais les confidences: «Après l’écriture du texte sur la boulimie, une fille est venue me parler de son problème en sachant que je participais au magazine», s’étonne encore la jeune femme.

Geneviève Morand voit la réussite à travers ce fait: «Notre objectif est de livrer un contenu plus positif de l’image de la femme. Quand les jeunes lisent des revues comme Cool! ou Adorable, elles se comparent aux images toutes retapées des modèles parfaits qu’on y affiche. C’est dommageable pour leur estime de soi. Authentik veut valoriser l’adolescente dans ce qu’elle représente réellement: une jeune femme dans un corps normal qui peut être belle en étant bien avec elle-même. C’est exactement le message qu’on veut transmettre!»

Authentik est disponible gratuitement dans tous les Uniprix et sur le site magauthentik.com

Les 5 sections

Magnifik: la section présente des trucs beautés. La rédaction donne la priorité au bien-être plutôt qu’à la beauté physique. Masques naturels, rouge à lèvres à base de chocolat, les produits sont testés au préalable par les jeunes journalistes, qui émettent leurs commentaires.

Sujet Critik: une section pour celles qui préfèrent les sujets controversés et délicats. Hypersexualisation, manipulation, agression sexuelle, anorexie/boulimie, les sujets critiques qui touchent les jeunes ne manquent pas.

Femmes Unik: des portraits de femmes qui se sont démarquées sur la scène locale, nationale ou internationale. La section aura permis aux jeunes de la MDJ Bordeaux-Cartierville de rencontrer Michaëlle Jean et Nathalie Simard. Et d’ajouter un certain prestige au magazine, bien que les rencontres se soient toujours passées dans la modestie.

Psychologik: un regard sur la mentalité des adolescentes. On y parle de bitchage, de relations, d’estime de soi, etc. Une petite place y est souvent réservée aux garçons. Sous forme de vox pop, ces derniers donnent leur point de vue sur la relation amoureuse, sur la femme parfaite, etc.

Passion Poétik
: section plus artistique du magazine, les filles sont appelées à dessiner, écrire des poèmes, faire des réflexions, etc.

Autres textes sur Anorexie 

Témoignage: l’anorexie une histoire d’horreur

L’ex-anorexique Léa Clermont-Dion à Tout le monde en parle

Dietes, regimes et anorexie pour la Journee internationale sans diete

La Maison Simons et l’anorexie

Régime, diète et la glace

Du talent à revendre, Glamazones, Pussycat dolls et Sharon Osbourne

Autres textes sur Média

Huffington Post arrive au Québec

Le Globe, un nouveau webzine au Québec

RueMasson.com le blog du Vieux-Rosemont

Le magazine des journalistes frappe un iceberg!

Ce billet, ainsi que toutes les archives du magazine Reflet de Société sont publiés pour vous être offert gracieusement. Pour nous permettre de continuer la publication des textes ainsi que notre intervention auprès des jeunes, dans la mesure où vous en êtes capable, nous vous suggérons de faire un don de 25 sous par article que vous lisez et que vous avez apprécié.

Merci de votre soutien.

PUBLICITÉ

Graffiti Hip Hop de la scène de Montréal

operation-graffiti-hip-hop-graffiteur-graff Opération Graffiti. Toute l’histoire de la création du Café-Graffiti. La relation avec les jeunes. Ce qu’ils ont vécu dans le projet. Ce qu’ils ont fait vivre aux intervenants. Toutes les anecdotes d’un projet qui fait encore parler de lui. Une façon intéressante et originale de soutenir le Café-Graffiti dans sa mission d’aide et de soutien aux jeunes. 19,95$.

Disponible Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009
Par Internet: http://www.editionstnt.com/Livres.html
Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4.

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel.

%d blogueurs aiment cette page :