Hommage à Gabrielle Major

Dossiers Santé mentale et Santé

La vie, quand la mort s’en mêle… En septembre, je lisais des textes dans le cadre du projet Déconfine tes pensées lorsque j’ai été particulièrement touché par un poème en prose, Claire de lune. Quelques jours plus tard, les proches de la jeune poète, dont sa mère, me contactent pour m’annoncer son décès, une semaine à peine avant cette lecture qu’elle espérait.

Arrachée à la vie, à 19 ans. La maladie, fulgurante et cruelle. Gabrielle rêvait de publier, d’être lue. En guise d’hommage et de salutation à Gabrielle Major, ma brillante collègue partie trop tôt, je vous invite à lire son texte… on salue ses proches, toutes nos sympathies.

David Goudreault

Auteur, poète et slameur

Claire de lune

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est kahl-68145_960_720.jpg.

Je suis allongée je ne sais où, un vent inhabituel rejetant mes cheveux sur le côté. Je resterais bien ainsi, les yeux mi-clos et le corps sans douleur, mais une étrange boule de poils pousse la paume de ma main. Je me redresse aussitôt, découvrant un chat qui me fixe intensément.

C’est celui qui m’avait accompagnée durant 14 ans de ma vie, avant qu’il ne décède en novembre dernier. Mon visage se fend d’un sourire radieux quand je reconnais son doux pelage gris. Il me lèche les doigts: nous étions séparés depuis si longtemps!

C’est la nuit, là où je suis. On m’a étendue dans un lit de roses, dont je n’aperçois point les limites. Je lève les yeux, mais aucune étoile ne brille dans le ciel, même la lune a disparu. Nul criquet ne chante, c’est le silence complet.

Je tombe face à face avec une fontaine de marbre, décorée d’une statue ressemblant à mon chanteur favori. Des trous vides remplacent ses pupilles, je plonge le regard à l’intérieur. Un tunnel empli d’une vive lumière blanche s’étale derrière sa tête. J’entends des sanglots de l’autre côté: ce sont mes parents! Je voudrais aller les rejoindre, j’aimerais tant verser une larme pour eux, mais mes paupières restent sèches, il semblerait que j’aie perdu la capacité de pleurer.

Mon chat se met à miauler bruyamment, je perçois un bruit de pas. Je me tourne. Tu me rejoins. Tu es pareil à celui que tu étais lorsque nous nous sommes laissés. Je reste figée de stupeur, n’ayant pas vu ton visage depuis deux longues années.

Te trouvais-tu ici depuis tout ce temps? Tu me fais non de la tête.

-Pourquoi es-tu là?

-Parce que tu ne pourras jamais m’avoir.

Les cris de mes parents retentissent toujours dans la fontaine, mais ils se font loin, de plus en plus loin. Lorsqu’ils s’estompent, ma mémoire en fait de même. L’essentiel: tu es là, mon chat aussi et j’en suis comblée. Tu hausses un sourcil.

-Où veux-tu aller maintenant? C’est ton univers, après tout!

-Là où nous étions la dernière fois.

Nos doigts s’entrelacent et une fête foraine se matérialise devant nous. Notre fête foraine. En ligne pour le carrousel, sous ce firmament sans étoiles, tu poses tes lèvres sur les miennes.

Je crois que je me plais, ici.

Gabrielle Major, 19 ans, Sorel-Tracy.

RIP 2001-2020

Une étoile filante

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est 2017-03-27-08-43-26-1024x682.jpg.

Comme une trainée de poudre, la Covid-19 s’est répandue partout sur le globe. Tuant des millions de personnes et rendant énormément de gens malades. Ce sont peut-être vos proches, votre famille, vos amis ou des connaissances. Personne n’est épargné.

Mais, après tout, ce n’est qu’une autre horreur sur la planète. Une horreur qui finira par disparaître comme les autres auparavant. Ça en devient même une tradition. Chaque année, quelque chose se passe. Quelque chose d’étrange qu’on n’avait jamais vu avant. Et au final, on s’y habitue; quelque chose d’anormal devienne alors normal. C’est la raison pour laquelle on baisse souvent les bras… trop vite.

Sans vous connaître, je sais que chacun d’entre vous est merveilleux. Soyez prudents, car un jour on pourra disparaître sans même avoir le temps de comprendre ce qui se passe. On est des âmes fragiles. On est des étoiles filantes.

Sarah-Lee, 16 ans, Chicoutimi.

Abonnez-vous au format numérique afin de consulter nos articles portant sur la santé mentale

Autres articles publiés dans ce magazine

Ressources sur le suicide

  • Québec: 1-866-APPELLE (277-3553). Les CLSC peuvent aussi vous aider.
  • Canada: Service de prévention du suicide du Canada 833-456-4566
  • France Infosuicide 01 45 39 40 00 SOS Suicide: 0 825 120 364 SOS Amitié: 0 820 066 056
  • BelgiqueCentre de prévention du suicide 0800 32 123.
  • Suisse: Stop Suicide
  • Portugal: (+351) 225 50 60 70

Guide d’intervention de crise auprès de personnes suicidaires

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est images_publicit-suicide2-150x300.jpg.

Le guide d’intervention auprès de personnes suicidaires démystifie le suicide. Il permet d’aider les proches à reconnaître les signes avant-coureur du suicide et de déterminer qu’est-ce qui peut être fait pour soutenir la personne en crise.

Une section du guide est réservée aux endeuillés par suicide.

Le livre est disponible au coût de 9,95$. Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009. Par Internet.

Par la poste: Reflet de Société 4260 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X6.

Maintenant disponible en anglais: Quebec Suicide Prevention Handbook.

Autres textes sur le Suicide

Autres livres pouvant vous intéresser

De combattants à acteurs sociaux : les policiers aiment-ils leur nouveau rôle?

Ghyslain Vallières compte 22 ans d’expérience dans la police. Il a été patrouilleur, préventionniste et agent spécialisé dans la lutte à l’exploitation sexuelle. Aujourd’hui, il est relationniste à la police de Longueuil, tout en continuant à travailler sur le terrain. Depuis le début de la pandémie, l’agent Vallières a mis à l’épreuve le rôle de policier RÉSO qui incarne bien la volonté de créer une police plus humaine au Service de police de l’agglomération de Longueuil (SPAL).

Un texte de Marie-Claude Savard publié pour les abonnés de RDS+. Un abonnement à Reflet de Société soutient notre intervention auprès des jeunes.

Dossier Justice

Plutôt que combattant du crime, le policier RÉSO est un acteur social qui veille sur les gens vulnérables de concert avec les organismes d’aide de son territoire. Il travaille dans la communauté près des personnes souffrant de problèmes de santé mentale, de pauvreté, d’itinérance, de dépendance ou autres. Il apprend à connaître les réalités des différents milieux et crée des liens de confiance. Il identifie les fragilités, évalue les besoins et agit avant qu’il y ait une crise. L’agent Vallières travaille depuis mars auprès des itinérants.

La suite disponible aux abonnés de Reflet de Société Plus. Un abonnement à Reflet de Société soutient notre intervention auprès des jeunes.

Autres textes sur Justice

Autres articles publiés dans le magazine sur la Justice

Autres textes sur Santé mentale

Autres livres pouvant vous intéresser

Liberté – Un sourire intérieur

livre liberté poésie recueil sourire intérieur

Un livre de poésie de 128 pages. Liberté politique, liberté journalistique, liberté émotionnelle… Toutes les couleurs de la liberté, individuelle et collective.

Une belle suite pour mon premier livre de poésie, Après la pluie… Le beau temps. Parce qu’après la crise… on peut trouver la liberté… sa liberté.

Liberté… Un sourire intérieur. Une façon de souligner les 5 000 exemplaires vendus du premier livre Après la pluie… Le beau temps.

Même prix que le premier livre publié en 1992 avec le même nombre de pages et écrit avec le même amour: 9,95$.

Une police à échelle humaine

Le policier doit se détacher de son rôle de combattant du crime et se rapprocher de ses citoyens. C’est du moins ce que croit le Service de police de l’agglomération de Longueuil (SPAL) qui, depuis plusieurs mois, travaille à implanter une approche plus humaine dans son fonctionnement. De nouvelles équipes d’intervention ont été créées. La plus récente est l’Équipe de soutien en intervention psychosociale (ÉSIP), qui mise sur le dialogue et les solutions alternatives à la judiciarisation.

Un texte de Marie-Claude Savard publié pour les abonnés de RDS+. Un abonnement à Reflet de Société soutient notre intervention auprès des jeunes.

Dossier Justice

En 2019, 88 000 appels ont été faits au 911. De ces interventions, 70% n’étaient pas reliées à des infractions criminelles. Ainsi, dans quelque 61 600 interventions, les patrouilleurs ont répondu à des appels relatifs à la détresse humaine plutôt qu’à l’activité criminelle.

La suite disponible aux abonnés de Reflet de Société Plus. Un abonnement à Reflet de Société soutient notre intervention auprès des jeunes.

Abonnez-vous au format numérique afin de consulter nos articles portant sur la résilience

Ressources sur le suicide

  • Québec: 1-866-APPELLE (277-3553). Les CLSC peuvent aussi vous aider.
  • Canada: Service de prévention du suicide du Canada 833-456-4566
  • France Infosuicide 01 45 39 40 00 SOS Suicide: 0 825 120 364 SOS Amitié: 0 820 066 056
  • BelgiqueCentre de prévention du suicide 0800 32 123.
  • Suisse: Stop Suicide
  • Portugal: (+351) 225 50 60 70

Autres textes sur Santé mentale

Après la pluie… Le beau temps

croissance personnelle développement personnel cheminement guide recueil

Recueil de textes à méditer. Chaque texte révèle un message, une émotion. Un même texte peut prendre un couleur différente selon notre état d’âme.

Un livre que vous pouvez commenter et où vous pouvez présenter vos propres créations. Vous pouvez y laisser votre commentaire et même vos propres textes. Chaque commentaire est lu et obtient sa réponse.

Au coût de 9,95$ chacun de ces livres sont disponibles par téléphone: (514) 256-9000 et en région: 1-877-256-9009 ou par Internet. Éditions TNT : 625 Avenue de la Salle, Montréal, QC H1V

Autres textes sur Justice

Autres textes sur Santé mentale

Autres livres pouvant vous intéresser

Les personnes derrière les institutions

Intervenant en CLSC

Salut à mon amie Marie-Louise

Dans le merveilleux monde de l’intervention et du travail de rue, on a la critique facile quand ça touche les institutions. Les CLSC, on les dit fermés, mal adaptés, pas commodes, comme notre système de santé. Mais on rencontre des individus qui changeront ces perceptions à jamais. Marie-Louise Côté a été une de ces personnes.

Alain Martel, travailleur de rue en Montérégie | Dossier Communautaire

Marie-Louise a été une organisatrice communautaire chevronnée. Je dis qu’elle l’a été parce que, ce 27 juin, j’assistais à son dîner de retraite. Femme de caractère, organisée, intelligente, et ce ne sera pas ce que je retiendrai le plus d’elle. Ce sont ses qualités humaines qui demeureront dans ma mémoire.

J’ai rencontré Marie-Louise quand on m’a assigné à la table de concertation jeunesse de Brossard. Je venais à peine d’être promu coordonnateur du travail de rue pour le Carrefour Jeunesse Rive-Sud. J’arrivais avec un bagage de douze années de travail terrain et j’assistais à ma première table de concertation officielle. J’avais l’habitude de repasser dans ma tête chaque commentaire qui me venait à l’esprit. Je trouvais ça plate, ces réunions-là. Et les deux animatrices, les deux Maries (je vous salue Marie pleines de grâce…) rigolaient. Marie-Louise a senti qu’il lui fallait un genre d’animation qui saurait attirer mon attention et pour me mener dans une sphère de réflexion mieux organisée sans déshumaniser le résultat. Elle a su le faire avec sa collègue Marie-Claude.

L’humanisme de Marie-Louise

Marie-Louise est une femme profondément humaniste. Sans préjugés. Pour vrai. Elle n’a pas de préjugés. Elle veut être proche des gens. Elle aurait pu monter dans la hiérarchie, mais ça l’aurait éloignée des gens. Elle a décidé d’influencer les décideurs par son analyse et son ardeur à promouvoir les bonnes conditions humaines. Elle est sensible à la condition des gens. Elle partage volontiers ses idées et son énergie. Elle a compris la nécessité et l’utilité de la concertation, du travail d’équipe. Elle a réussi à nous mener dans une forme de concertation où l’être humain qui recevait les services prenait la place qui lui revenait. Je pense qu’elle a influencé l’ensemble de la table. Elle a laissé un riche héritage à Chantal, sa digne successeure.

Ce que je retiendrai, donc, c’est sa patience angélique. Elle a su me comprendre et m’attendre dans mon développement. Son regard. Quand elle trouvait que je dépassais les bornes, elle n’avait qu’à me lancer ce regard. Ceux qui l’ont reçu savent de quoi je parle. Par ce seul regard, accompagné d’un sourire diabolique, je comprenais que c’était le temps de me la fermer. Elle a toujours su reconnaître le potentiel des gens. Heureusement pour moi. Et finalement, sa grande fidélité. Comme dit la chanson, quand elle aime une fois, elle aime pour toujours! Heureusement pour moi. Merci pour tout ça.

Cherchez donc qui est votre Marie-Louise. On en a tous une. Prenez la chance de la remercier comme il se doit. Salut à mon amie Marie-Louise. Merci de me lire. Merci de me publier.

Autres textes sur Communautaire

Ce billet, ainsi que toutes les archives du magazine Reflet de Société sont publiés pour vous être offert gracieusement. Pour nous permettre de continuer la publication des textes ainsi que notre intervention auprès des jeunes, dans la mesure où vous en êtes capable, nous vous suggérons de faire un don de 25 sous par article que vous lisez et que vous avez apprécié.

Merci de votre soutien.

Quand un homme accouche

quand-un-homme-accouche-roman-cheminementRoman de cheminement. Le personnage principal accouche de son enfant intérieur qui devient son ami et son thérapeute tout au long du roman. Ce livre est le premier d’une trilogie qui a été reprise dans L’amour en 3 Dimensions. 9,95$

Disponible Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009
Par Internet: http://www.editionstnt.com/livres.html
Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel

François Morency et le chapiteau de Bromont, 8e partie

Raymond Viger | Dossiers HumoristeFrançois MorencyGraffiti

Après nos deux visites dans les marchés aux puces, avec un véhicule plein à craquer de nouveaux souvenirs, nous quittons la région de Bromont en direction de Montréal. Pour ceux qui ont déjà lu mes livres, vous savez que je n’aime pas utiliser le même chemin au retour qu’à l’aller. J’aime le changement, l’imprévu, l’aventure. Je suis arrivé par l’autoroute. Je décide donc de revenir par les petites routes secondaires. Celles qui nous font traverser tous les petits villages et qui nous font découvrir le charme et l’intimité d’une région.

Un premier choix s’impose. Vers le nord par Granby ou par le sud en passant par Cowansville. C’est le sud qui gagne. Un chemin que j’ai moins fréquenté que par le Nord. Danielle et moi avions été au Zoo de Granby le mois dernier avec Lyne et son adorable petite fille, Rose. J’ai besoin de changement, c’est pourquoi le sud a gagné.

Après avoir passé par Cowansville, nous nous retrouvons sur  la 202 en direction de Sunham. Je remarque une enseigne bleue de Tourisme Québec. Une indication pour la route des vins! Je ne savais pas qu’il y avait une route des vins au Québec. Trop curieux, je ralentis pour aller questionner. J’atterris ainsi au Vignoble Les Trois Clochers. J’y apprends qu’il y a 14 vignobles en montérégie! Certains ont déjà plus de 25 années d’existence.

Après avoir fait une dégustation au Vignoble Les Trois Clochers, nous nous arrêtons ainsi Domaine des Côtes d’Ardoise, au Vignoble Les Blancs Coteaux et finalement au Vignoble de l’Orpailleur. Ce qui est intéressant dans ce dernier vignoble, c’est une visite guidée d’une heure pour nous expliquer comment fonctionnent le vignoble et la fabrication de leur vin. L’un des propriétaires est le gérant de Gilles Vigneault. C’est lui qui a par ailleurs trouvé le nom du vignoble: L’Orpailleur qui signifie chercheur d’or.

Danielle et moi, nous n’avons pas fait des dégustations. Nous avons pris le temps de faire nos emplettes et remplir notre cave à vin. Il est intéressant de pouvoir goûter un nouveau vin avant de faire notre sélection. Il est aussi intéressant de faire des expérimentations et d’en découvrir de nouveau. Ce qui est aussi intéressant c’est d’encourager cette nouvelle industrie et encore méconnue de la viniculture au Québec. La majorité de ces vins ne se retrouvent pas à la Société des Alcools du Québec. Raison de plus pour faire nos emplettes directement dans ces vignobles.

Quoi de mieux que de déboucher une bonne bouteille d’un vignoble qu’on a eu la chance de visiter. Je vous laisse quelques sites d’information sur cette route des vins. Je vous encourage à prendre le temps d’en visiter quelques-uns. Si vous passez par la Montérégie, que ce soit pour aller un spectacle d’humoriste à Bromont ou encore pour le Zoo de Granby, vous passez tout près de la route des vins. Le détour en vaut le déplacement.

En ce qui concerne notre retour à Montréal, nous avons terminé par Bedford, Stanbridge Station, Pike River. Un petit arrêt à Henryville pour manger une bouchée. Dans ces voyages, Danielle et moi ne mangeons jamais dans des grandes chaînes conventionnelles qui ont des restaurants partout et qui brisent le charme d’une visite locale. Nous préférons arrêter dans les petits restaurants ou, souvent, c’est le propriétaire qui vient vous servir. Ce fut le cas à Henryville.

Le dernier arrêt avant de revenir au bercail a été La Maison Simons aux Galeries St-Bruno. Du 30 juillet au 24 septembre, le Café-Graffiti décore les vitrines des magasins Simons. Puisque nous passons devant, nous en avons profité pour admirer la toile que Fluke a réalisée pour le magasin de St-Bruno.

Un retour à la maison qui aura pris toute la journée entière. C’est plaisant de sortir de chez soi pour un spectacle d’humoriste. Mais pourquoi se contenter d’un simple aller-retour comme si on allait travailler à l’usine. Cette sortie n’est qu’un prétexte pour pousser plus loin notre exploration. Il y a tant de choses, partout au Québec, qui ne demandent que nous nous arrêtions pour les admirer. Un peu comme une fleur qui pousse en forêt. Si vous ne prenez pas le temps d’aller en forêt, vous ne pourrez pas la voir.

L’histoire complète de François Morency, humoriste au chapiteau de Bromont.

Autres textes sur le Graffiti

Autres textes sur Humour

show_imageQuand un homme accouche

Roman de cheminement. Le personnage principal accouche de son enfant intérieur qui devient son ami et son thérapeute tout au long du roman. Ce livre est le premier d’une trilogie qui a été reprise dans L’amour en 3 Dimensions. 9,95$. Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009. Par Internet: www.refletdesociete.com. Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel

<span>%d</span> blogueurs aiment cette page :