Chihuly, du verre soufflé aux beaux-arts (MBAM)

Musée des beaux-arts de Montréal

Le verre soufflé élevé au niveau d’un grand art

Cette fois, on ne va pas reprocher au Musée des beaux-arts de Montréal d’être trop sérieux et inaccessible. En effet, avec l’exposition «Chihuly, un univers à couper le souffle», il nous offre une explosion de couleurs aussi pures et sans arrière-pensées que celles des enfants. Ce qui domine ici, cette fois, c’est le bonheur simple de la créativité et de l’énergie exprimée par les formes, le mouvement et la lumière.

Normand Charest – chronique Valeurs de société – dossier Culture

Pour les enfants de tous âges

débats société réflexions sociales communautéLes enfants sont nombreux parmi les visiteurs aujourd’hui, et je vois l’émerveillement spontané dans le visage d’un jeune garçon à côté de moi. Comme eux, je suis frappé par la grandeur des œuvres et par l’effet de la lumière sur le verre.

Chihuly, l’artiste au cœur de cette exposition, est comme un enfant auquel on aurait donné de grands moyens et qui les utilise sans barrières, sans théories et sans avoir besoin d’expliquer son travail de manière conceptuelle.

Au lieu d’une feuille et d’une boîte de crayons, il a à sa disposition du verre à souffler de toutes les couleurs, de grands fours et tout un étage de musée pour exposer ses œuvres. Chihuly est passionné par son travail et son enthousiasme est communicatif. Les enfants sont les premiers à le ressentir.

Dès l’entrée, en gravissant l’escalier de marbre de l’ancien édifice, les couleurs solaires du verre nous éclairent. Sur le palier, de hautes tiges bleues font contraste. Dans la plupart des salles, la lumière qui éclaire le verre est mise en valeur par les murs noirs.

«À couper le souffle»

Chihuly art culture musée beaux arts montréalLa première salle où j’entre me jette à terre, comme dit l’expression. Elle compte 28 grands vases, installés à diverses hauteurs, et porte le titre général de «Forêt de Macchia». Ces vases font penser à de grandes fleurs, plissées de manière irrégulière et naturelle. Chacun nous offre des couleurs différentes, dont les nuances n’envient rien aux meilleurs tableaux. Je pourrais rêver longtemps devant un seul de ces vases.

L’expression «à couper le souffle» qu’on a utilisée dans la publicité est parfaitement appropriée et on ne saurait trop souligner la virtuosité, la variété, la beauté des formes, des couleurs et des installations.

Féérique

plafond persan musée beaux arts montréal art cultureUne autre salle, nommée «Plafond persan», nous réserve une belle surprise par son plafond transparent sur lequel on a empilé des vases et des objets de verre aux couleurs variées (une centaine), éclairés par le haut. La lumière traverse les différentes couches de verre coloré, puis descend sur les murs blancs et sur nous de manière totalement féérique. On peut d’ailleurs se coucher par terre pour admirer, puisque l’on a disposé quelques larges coussins pour le faire. Cela nous fait penser à une sieste sous un arbre dont le feuillage est traversé par le soleil d’été.

Chihuly est né en 1941 à Tacona, dans l’État de Washington. Il a étudié le design d’intérieur, la sculpture, la céramique et le verre soufflé qu’il a élevé au sommet des beaux-arts, comme le montre cette exposition. Par les formes il est un fameux sculpteur, mais par son utilisation de la couleur il est un grand peintre. Il écrit d’ailleurs :

Je suis obsédé par la couleur – je n’en ai jamais vu que je n’aimais pas.

On trouvera à la fin de l’exposition l’habituelle boutique de souvenirs : des livres, des cartes, des calendriers pour tous… mais aussi, pour les amateurs sérieux, de véritables vases du studio Chihuly, plus petits que ceux de l’exposition, avec des prix sur l’étiquette dans les trois ou cinq mille dollars.

Expositions permanentes : beauté durable

Le Musée présente aussi plusieurs expositions permanentes gratuites. On peut y voir des tableaux anciens qui ont toujours quelque chose à nous apprendre : que ce soit par leur composition, la touche du pinceau, le dessin ou le jeu de la lumière et de l’ombre. Et peu importe que le tableau soit figuratif ou abstrait.

McGill_College_art culture musée beaux arts montréal

«Devoir de mémoire»

À quelques rues de là, sur l’avenue McGill College, le Musée McCord, en collaboration avec la Commission vérité et réconciliation du Canada, présente une exposition en plein air de photos anciennes sur le thème des pensionnats autochtones. C’est à voir. Nous avons déjà beaucoup écrit sur ce thème dans le magazine Reflet de Société et sur le Web, mais le titre «Devoir de mémoire» est très éloquent : il faut se souvenir des erreurs du passé pour en tirer des leçons et ne pas les répéter.

_____________

Chihuly, un univers à couper le souffle, au MBAM du 8 juin au 20 octobre 2013. Entrée : 12 $ pour les 13-30 ans, 20 $ pour les 31 ans et plus (10 $ le mercredi soir). MBAM

Devoir de mémoire – Les pensionnats autochtones du Canada, Musée McCord, sur l’avenue McGill College à Montréal, du 19 juin au 20 octobre 2013.

Autres textes sur Culture

Carte anniversaire, poster, T-Shirt avec impression d’artistes

publicité boutique t-shirts cartes voeux carte anniversaireUne boutique virtuelle toute en couleur pour des produits artistiques originaux.

Une façon originale de soutenir de jeunes artistes dans leur cheminement artistique.

Que ce soit pour une carte anniversaire ou un T-Shirt personnalisé, un CD de musique ou un livre, la boutique des Éditions TNT mérite de faire un détour.

Merci d’encourager les artistes et le Café-Graffiti.

www.editionstnt.com (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009. cafegraffiti@cafegraffiti.net

Autres artistes de la boutique des Éditions TNT:

Identité et vêtements autochtones

Exposition permanente au Musée McCord

Porter son identité : la culture des Premiers Peuples telle qu’exprimée par les vêtements

Le Musée McCord présente, depuis mai 2013, une nouvelle exposition permanente sur l’identité autochtone, telle qu’elle s’exprime par les vêtements, depuis les temps traditionnels jusqu’à maintenant.

Normand Charest – chronique Valeurs de société – dossiers AutochtonesCulture

autochtones premières nations amérindiens

Lorsqu’on pense à un musée, on imagine des tableaux accrochés aux murs ou des objets exposés dans des vitrines. Mais de nos jours, les musées ajoutent au visuel une dimension sonore qui rend les installations plus vivantes.

L’exposition Porter son identité nous accueille avec des voix autochtones qui disent à quels peuples elles appartiennent. Elles nous donnent ainsi l’occasion d’entendre la musique de leurs langues, dans les mots Wendat, par exemple («ou-ann-dat») ou Anishinaabe prononcés bien lentement.

L’ancienne «Loi sur les Sauvages», projetée sur le mur, illustre bien le traitement honteux des Autochtones par les autorités gouvernementales au début du 20e siècle.

Puis les commentaires de l’exposition nous font remarquer l’importance des beaux vêtements pour ces peuples, et leur fabrication particulièrement soignée qui a impressionné les Européens à leur arrivée.

Dans une vidéo, la poète innue Joséphine Bacon nous raconte l’histoire de la «Femme de l’espace», une entité invisible de la Nature. Les chasseurs devaient porter de beaux vêtements colorés pour lui plaire, afin qu’elle les amène là où se trouvent les animaux.

Ailleurs et de manière semblable, on parle du respect que l’on démontre aux animaux, en portant de beaux vêtements, lors de la chasse. Car «les animaux qui seront honorés et respectés [de cette manière] se donneront littéralement au chasseur.»

Les quatre thèmes de l’exposition sont évocateurs : «Porter qui je suis», «Porter sa culture», «Porter son histoire» et «Porter ses croyances». Et les objets exposés proviennent des Premières Nations, des Inuits et des Métis.

Il faut saluer cette nouvelle exposition, et surtout le fait qu’elle soit permanente. En effet, le sujet des Premiers Peuples est inépuisable et nous avons un grand retard à reprendre dans la connaissance de leur histoire, à laquelle celle de notre pays est intimement liée depuis quatre siècles.

  • Porter sdébats société valeurs sociales communautéon identité – la collection Premiers Peuples, une exposition permanente depuis le 2 mai 2013.
  • Fondé en 1921, le Musée McCord possède l’une des plus importantes collections d’objets des Premiers Peuples en Amérique du Nord. Il est situé au 690, rue Sherbrooke Ouest à Montréal.

Autres textes sur Autochtone

Carte anniversaire, poster, T-Shirt avec impression d’artistes

publicité boutique t-shirts cartes voeux carte anniversaireUne façon originale de soutenir de jeunes artistes dans leur cheminement artistique.

Une boutique virtuelle toute en couleur pour des produits artistiques originaux.

Que ce soit pour une carte anniversaire ou un T-Shirt personnalisé, un CD de musique ou un livre, la boutique des Éditions TNT mérite de faire un détour.

Merci d’encourager les artistes et le Café-Graffiti.

www.editionstnt.com (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009. cafegraffiti@cafegraffiti.net

Autres artistes de la boutique des Éditions TNT:

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel.

Journée de la Diaspora

Bistro le Ste Cath, restaurant socialement engagé dans Hochelaga-Maisonneuve

Quoi faire ce week-end, quoi voir aujourd’hui

Annie Viger               Dossiers Rap, Hip-hop

JOURNE~1Nous vous invitons à la Journée de la Diaspora. C’est un évènement culturel qui a pour objectif de promouvoir  la culture Haïtienne.

Vous pourrez retrouver le Groupe DP Consultations, la Fédération des travailleurs et travailleuses du Québec ( FTQ,) le Fonds de solidarité FTQ, Centre International de Documentation et d’Information Haïtienne, Caribéenne et Afro-Canadienne (CIDIHCA), Alternatives et le Consulat Général d’Haïti à Montréal

Date: le samedi 20 avril 2013

Heure: 10h00 à 20h00

Lieu:  Musée McCord, 690 rue Sherbrooke Ouest, Montréal.

Admission: 10$ et entrée libre pour les étudiants

Autres textes sur le Rap:

Soutenez le Café-Graffiti, affichez vos couleurs!

Votre T-shirt Café-Graffiti pour seulement 9,95$. Disponible en bleu, rouge, noir ou blanc. Ou encore votre Sweat-shirt disponible en gris pour seulement 29,95$. Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009 Internet. Par la poste: 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4

Votre T-shirt promotionnel avec votre logo:  (514) 259-6900

Musée McCord : calendrier maya, fin du monde…

Calendrier maya et fin du monde au musée McCord

Normand Charest – chronique Valeurs de société Dossiers Autochtone, Humour

musée mccord fin du monde 2012 illustrations humour caricaturesLa fin du monde en 2012, selon le calendrier maya ? Tout a été dit sur ce non-événement, au cours de l’année, mais le musée McCord a choisi d’en sourire en présentant 175 caricatures tirées de sa collection, qui remonte au début du 20e siècle.

On sourit du thème, mais tout en présentant des caricatures en grande partie sérieuses, puisqu’elles commentent des tragédies. Des catastrophes naturelles, comme le tsunami du Japon, ainsi que les différentes menaces à l’environnement, sur lesquelles beaucoup ont choisi de se fermer les yeux.

Les conflits armés prennent aussi beaucoup de place dans l’histoire humaine. Et, à ce titre, il faut souligner une importante collection de caricatures sur la Deuxième Guerre mondiale et la Guerre froide qui l’a suivi. Des dessins lourds d’histoire.

À l’opposé, dans la section réservée au calendrier maya et dans le genre comique, je retiens un dessin d’Aislin où il compare ce calendrier à un biscuit Oreo, dont on célèbre cette année le 100e anniversaire. La ressemblance entre le bas-relief maya et son équivalent chocolaté est certes frappante. Ce qui ajoute à ce thème le comique qu’il mérite.

(« La fin du monde… en caricatures ! », jusqu’au 26 janvier 2013.)

La fin d’un monde annoncé : les Amérindiens à l’aube du 20e siècle

Dans la cage d’escalier du musée McCord, on peut voir un énorme totem de Colombie-Britannique qui s’étend sur 3 étages. Bois non peint, ours, corbeau, une dizaine de figures en tout… cette grande sculpture autochtone fait plaisir à voir.

E. Curtis, Jeune fille arikara, 1909 (Wikipedia Commons)

Dans une autre salle, on présente les célèbres portraits d’Amérindiens du photographe et ethnologue américain Edward Curtis (1868-1952), qui forment les archives les plus riches sur ce thème.Nous connaissons tous ces photos. On les a vu en librairie, sur des cartes, en illustrations dans des livres et des magazines. Curtis a publié 2 200 de ses 44 000 photos sépia dans une collection de 20 grands volumes reliés cuir et dorés sur tranche, entre 1907 et 1930, sous le titre général The North American Indian. De plus, le premier volume bénéficie  d’un avant-propos du président Theodore Roosevelt.

Si son œuvre a été critiquée par certains, il demeure que son intention était de témoigner de la culture autochtone que tous, à l’époque, croyaient en voie de disparition. La fin du monde amérindien, comme on l’avait connu jusqu’alors.

L’exposition présente un choix de photos tirées à part, en grand format, ainsi que quelques volumes originaux exposés sous verre. Les plaques de verre de Curtis ont été détruites ou perdues. Il ne reste que les plaques de cuivre ayant servie à imprimer les photogravures.

(« Edward Curtis – Un projet démesuré », jusqu’au 18 novembre 2012.)

Une profondeur historique

L’actualité nous offre tellement de matériel qu’on serait portés à ignorer le passé. Or, c’est toujours une erreur de le faire, car le passé est riche d’enseignement et sa connaissance offre beaucoup plus de profondeur à notre pensée et à nos opinions actuelles.

C’est pourquoi nous gagnerions à écouter les anciens, ceux qui veulent nous raconter leurs expériences, et à visiter des lieux comme le musée McCord.

Un extrait du site Web du musée

« Notre mission – Le Musée McCord célèbre la vie d’ici, d’hier et d’aujourd’hui : son histoire, ses gens, son peuple, ses communautés.

Un musée… qui fait réfléchir – Un regard actuel sur les enjeux de société, les réalisations et les thèmes actuels. »

Autres textes sur Humoriste

Autres textes Autochtone

Carte anniversaire, poster, T-Shirt avec impression d’artistes

poster affiche flyer carte anniversaire cartes souhaits voeux affichage impression t-shirtUne boutique virtuelle toute en couleur pour des produits artistiques originaux. Une façon originale de soutenir de jeunes artistes dans leur cheminement artistique.

Que ce soit pour une carte anniversaire ou un T-Shirt personnalisé, un CD de musique ou un livre, la boutique des Éditions TNT mérite de faire un détour.

Merci d’encourager les artistes et le Café-Graffiti.

www.editionstnt.com (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009. cafegraffiti@cafegraffiti.net.

Quand un homme accouche

quand-un-homme-accouche-roman-cheminementRoman de cheminement. Le personnage principal accouche de son enfant intérieur qui devient son ami et son thérapeute tout au long du roman. Ce livre est le premier d’une trilogie qui a été reprise dans L’amour en 3 Dimensions. 9,95$

Disponible Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009 Par Internet: http://www.editionstnt.com/livres.htmlPar la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4

Autres livres pouvant vous intéresser:

Pour voir le catalogue complet des livres des Éditions TNT.

%d blogueurs aiment cette page :