Prisons au Mexique pour touristes Québécois

Tourisme au Mexique

Trois semaines en prison pour deux Québécois

Lorsque Carlos Oliva et Fanny Parent ont traversé la frontière mexicaine en autobus en décembre dernier, ils dormaient à poings fermés. Conséquence : les deux étudiants en arts visuels de l’UQÀM sont alors entrés clandestinement au pays de Felipe Calderon. Plutôt qu’un séjour au bord de la plage et des expéditions en mode sac à dos, ils ont eu droit à une vingtaine de jours de prison et un retour forcé au Canada. Récit d’un périple pour le moins olé olé!

Marie-Josée Richard       Dossiers Prison, International

prison-systeme-carceral-prisonnier-penitencier-pen-tole Aux dires de Carlos, 26 ans, l’autobus a filé sans s’arrêter à la frontière mexicaine. «Si le bus s’est arrêté aux douanes, on n’en a jamais eu connaissance», renchérie Fanny. «On était épuisé, on avait peu dormi les deux nuits précédentes», poursuit la jeune fille de 22 ans.

Quelle que soit la version des faits, les deux jeunes sont entrés au Mexique illégalement. Une fois à destination, plutôt que d’aller chercher l’étampe requise à Mexico, les vacanciers se sont envolés pour les plages de Cancun. «Au diable la bureaucratie, on règlera ça à la sortie», se sont-ils dits. Un douanier de l’aéroport les avait pourtant mis en garde contre leur nonchalance, leur recommandant de faire étamper leur passeport dès leur arrivée dans cette ville de la côte ouest. «On ne l’a pas pris au sérieux», reconnaît Carlos.

Du Mexique aux États-Unis

Les deux aventuriers ont vite déchanté une fois arrivés à Cancun: les plages, remplies de touristes, ne sont pas aussi attrayantes qu’espérées. Ils décident de repartir aussitôt vers l’est, vers des villages isolés de la campagne mexicaine.

«C’est là que cela s’est corsé», raconte Carlos. «Les autobus qui traversent le pays sont bondés de Guatémaltèques, de Péruviens et de Boliviens désireux de traverser le Mexique pour rejoindre les États-Unis, l’eldorado des gens du sud.» Résultat? «Il y a de nombreux postes de contrôle pour vérifier si les papiers des voyageurs sont en règle.» À Oaxaca, un agent de l’immigration fait descendre les deux Québécois de l’autocar: pas de preuve d’entrée au pays, pas le droit de circuler. Leur terminus: le centre de détention Tapanatepec, situé à une quinzaine d’heures d’autobus de Cancun, non loin de la frontière avec le Guatemala. Après dix jours en sol mexicain, fini les vacances.

L’expérience du sud en prison

profils-meurtrier-prison-prisonnier-systeme-carcéral «C’était surréaliste; je ne comprenais pas ce qui se passait», explique Fanny, qui ne parle pas aussi bien espagnol que son compagnon de voyage. La jeune fille prend du temps pour comprendre qu’ils doivent être détenus le temps que leur dossier soit étudié. «Je pensais qu’on en aurait pour quelques minutes», dit celle qui séjournera dans une cellule avec son ami pendant une vingtaine de jours. «On nous a permis d’appeler l’Ambassade canadienne, mais rien ne pouvait être fait puisque c’est nous qui n’avions pas respecté les règles», reprend Carlos.

Fanny l’admet aussi: «C’est notre faute, on aurait dû être à l’affût.» L’étudiante n’en était pourtant pas à son premier voyage à l’étranger, elle avait visité la France, le Pérou, la Bolivie ainsi que quelques villes américaines.

Rien dans les poches

suicide-assiste-euthanasie-decriminaliser-decriminalisation-legaliser-legalisation-2 Les jeunes auraient pu être libérés s’ils avaient payé une amende de 600$ chacun. Mais ils n’auraient alors plus assez d’argent pour revenir au Canada. N’aurait-il pas été possible de prélever la somme demandée avec une carte de crédit? Aucun d’eux n’en possédait une. Emprunter de l’argent à leurs parents? Pour Carlos et Fanny, ceci était hors de question: «Ce voyage, c’était notre initiative; on avait pris la décision de partir même si on n’avait rien en poche. On voulait se débrouiller seuls.»

Après une semaine de détention, Fanny, devenue fébrile, décide d’aviser sa mère. Carlos a mis quelques jours de plus avant de contacter les siens à Montréal. Encore une fois, le couple se bute à un mur: même leurs parents sont impuissants. Il faudra se montrer patient.

Heureusement, ils ont bien été traités : ils mangeaient trois repas par jour, avaient accès à une salle commune, pouvaient circuler dans la prison et disposaient d’une chambre pour deux. De plus, les autres détenus et les agents d’immigration étaient très aimables et courtois. Cependant, le temps leur a paru long derrière les barreaux; pour se distraire, ils jouaient au bonhomme pendu. Mais être gardé entre quatre murs contre son gré est loin d’être le scénario idéal pour des vacances à l’étranger.

Après trois semaines, les autorités mexicaines prennent enfin leur décision: ce sera l’expulsion. Des agents de l’immigration les conduisent en voiture jusqu’à Mexico, où ils doivent être détenus le temps qu’on organise leur vol jusqu’en terre canadienne.
Ils ont ensuite pris place dans un a-vion commercial en direction de Toronto, escortés de deux gardes mexicains.. Une semaine plus tard que ce qui avait été planifié initialement, ils atterrissent enfin à Montréal. Les étudiants ont manqué deux semaines de cours, mais leur session n’est heureusement pas en péril.

Voir le bon côté des choses

«Cette mésaventure m’a appris qu’avant de partir en voyage, il faut s’informer un minimum et être conscient que si l’on ne respecte pas les règles, il peut y avoir des conséquences.», poursuit Fanny. Pour une prochaine escapade, elle compte bien avoir un coussin financier pour faire face aux imprévus. Ce qu’elle retient de tout cela? «Ça m’a appris aussi à me contrôler pour garder le moral; je crois que je suis une personne beaucoup plus positive aujourd’hui.»

Pour Carlos, son principal regret est d’avoir été obligé de retourner au Canada alors qu’il comptait se rendre ensuite au Chili, pour visiter sa parenté et prendre quelques photos, lui qui est photographe.

On se compare, on se console

Être témoin de la misère dans laquelle vit certains Mexicains a beaucoup fait réfléchir Fanny: «Je trouve qu’au Québec, on est vite négatif et on se plaint souvent pour pas grand-chose. Les Mexicains sont hyper positifs, même si parfois, ils n’ont rien».

Carlos, quant à lui, a été marqué de constater à quel point de nombreux habitants de l’Amérique du Sud veulent se rendre aux États-Unis dans l’espoir d’une vie meilleure. «Plusieurs n’y arrivent par car ils n’ont pas les papiers nécessaires, bien qu’ils soient à leur troisième ou quatrième essais. Certains passent leur vie à essayer de se sortir de leur pauvreté et de gagner les États-Unis ou le Canada. Ça m’a attristé de voir ça.»

Fanny et Carlos admettent avoir appris la leçon qui a été riche en émotions. L’on dit que les voyages forment la jeunesse? On ne pourrait pas mieux dire!

Ce billet, ainsi que toutes les archives du magazine Reflet de Société sont publiés pour vous être offert gracieusement. Pour nous permettre de continuer la publication des textes ainsi que notre intervention auprès des jeunes, dans la mesure où vous en êtes capable, nous vous suggérons de faire un don de 25 sous par article que vous lisez et que vous avez apprécié.

Merci de votre soutien.

PUBLICITÉ.

apres-la-pluie-le-beau-temps-recueil-de-textes-a-mediter-croissance-personnelle Après la pluie… Le beau temps. Recueil de textes à méditer. Chaque texte révèle un message, une émotion. Un même texte peut prendre un couleur différente selon notre état d’âme.

Le livre est disponible au coût de 9,95$.

Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009
Par Internet: http://www.editionstnt.com/livres.html
Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4.

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel.

%d blogueurs aiment cette page :