Sinbad, concert rock à la Offenbach

Reflet de mon quartier

Sinbad, concert rock à la Offenbach

Sinbad, un ancien d’Hochelaga-Maisonneuve fait revivre les rythmes d’Offenbach avec un concert rock remplit d’amour et de paix

Estelle Gombaud   Dossier Culture

sinbad-offenbach-concert-rock-hochelaga-maisonneuve Proposant un rock puissant et théâtral, Sindbad et ses disciples est une formation francophone unique en son genre née en 2008 de la rencontre entre le chanteur-rocker Sindbad et de jeunes musiciens. Après le succès de leur premier spectacle donné à Montréal dans la petite salle de la Place-des-Arts en octobre 2008, ils reviennent en 2010 avec des morceaux encore plus psychédéliques et pacifistes que les précédents.

 

En assistant à leur première représentation, le 2 août dernier au Belmont, une salle de spectacle située sur le boulevard St-Laurent à Montréal, on découvre des artistes originaux à l’esprit un brin utopiste et décalé. Jouant avec une seule idée en tête, celle de répandre des messages d’amour et de paix sur la Terre, ils dégagent un son et une énergie particulière qui nous plonge dans les couleurs d’un rock pur et dur ayant marqué les années 70.

Que ce soit en raison des costumes hippies et multicolores des artistes ou des paroles un peu naïves abordant plusieurs thèmes tels que la dénonciation de la guerre, de la violence, des injustices et de la pauvreté, il est clair que cet ensemble étonnant se démarque des autres groupes de rock habituels.

À la fois auteur, compositeur et interprète, Sindbad prend le temps d’écrire chacune de ses chansons à son image. Originaire du quartier d’Hochelaga-Maisonneuve à Montréal, il nous fait notamment vivre, à travers ses textes, les histoires qui ont marqué sa vie : ses déboires amoureux et son penchant pour l’alcool. Apparaissant d’abord comme un vieux «bad boy» avec son pantalon en cuir rouge et ses longs cheveux blonds, il laisse finalement entrevoir sur scène une personne énergique et émotive.

Accompagné de deux choristes, Genny et Karine aux voix cristallines, du batteur Guy, du guitariste Alain, du bassiste J-F et du pianiste Daniel, Sindbad consacre tout son temps à sa passion. Ce qui n’est pas le cas des autres membres du groupe qui, avant d’être des artistes engagés la nuit, travaillent le jour, en tant que cuisinier, agent de sécurité, ouvrier ou encore secrétaire.

Durant le spectacle, seule une petite vingtaine de personnes étaient présentes pour applaudir le groupe. Malgré cet effectif réduit, le public a semblé apprécier la prestation. Pendant plus de 2h30, rythmé par un rock éloquent et sensible, où l’expérience de la vie est abordée sous tous ses angles, cette première représentation d’une série de 4 concerts fut, pour le groupe, une réussite.

Si dans la salle il y avait des fans du célèbre groupe Offenbach et des chanteurs Gerry Boulet et Johnny Halliday, ils furent enchantés de retrouver dans les musiques proposées par Sindbad et ses Disciples des sonorités et des rythmes identiques.

Autres textes sur Culture

Spectacle de breakdance 20 novembre 2010.

Les différents styles de breakdance

Geneviève Guérard, Andrée Waters et le Breakdance

Quand vieillesse rime avec breakdance

Rapper et père de famille

Un mère pour le soutien des enfants de son quartier

Ce billet, ainsi que toutes les archives du magazine Reflet de Société sont publiés pour vous être offert gracieusement. Pour nous permettre de continuer la publication des textes ainsi que notre intervention auprès des jeunes, dans la mesure où vous en êtes capable, nous vous suggérons de faire un don de 25 sous par article que vous lisez et que vous avez apprécié.

Merci de votre soutien.

PUBLICITÉ.

quand-un-homme-accouche-roman-cheminementQuand un homme accouche. Roman de cheminement. Le personnage principal accouche de son enfant intérieur qui devient son ami et son thérapeute tout au long du roman. Ce livre est le premier d’une trilogie qui a été reprise dans L’amour en 3 Dimensions. 9,95$

Disponible Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009
Par Internet: http://www.editionstnt.com/livres.html
Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel.

Showtime, François Cossette et la salle J.-Antonio-Thompson

Showtime, François Cossette et la salle J.-Antonio-Thompson, 2e partie

Raymond Viger     Dossier Culture ,GraffitiShowtime 

Dans mon blogue d’hier, je vous parlais de mon malheur d’avoir acheté des billets dans les loges de la Salle J.-Antonio Thompson. Je me devais de faire un rappel sur cette mésaventure. J’espère que personne n’aura la malchance d’acheter ces billets. Prenez des billets réguliers. Ils sont sûrement tous meilleurs que les billets des loges.

Mais oublions cette mésaventure. Concentrons-nous sur la critique de ce spectacle. Le spectacle autant pour ma part que celle de Danielle a été une réussite, un événement à ne pas manquer. Même si la salle n’était pas pleine, la foule a suivi les rythmes, les applaudissements n’ont pas cessé de soutenir les artistes dans leur travail.

Showtime et François Cossette

Les artistes ont travaillé fort pour nous divertir et nous tenir en haleine. Ils méritent d’être nommés: André Veilleux, François Cossette, Cindy Angelini, Natalie Byrns et Marilyn Berthiaume. Yvan Toutant a joué le rôle d’Alex Hendrix. Un personnage qui vient nous parler de l’histoire, des faits saillants qui ont accompagné les principales périodes musicales.

Je ne peux m’empêcher de souligner que j’ai eu une peur bleue du personnage Alex Hendrix. C’est une revue musicale. Quand on me fait un numéro avec Elvis Presley, les Beatles, les Rollings Stones et autres classiques, j’ai le goût de taper des pieds et je m’amuse. Mais quand cette mascotte vient nous parler et que la musique se tait, je deviens pointilleux sur ce qu’il a à nous dire. Un peu de parlotes, ça va, mais il ne faut pas en abuser.

J’ai tout de même réussi à apprécier ce personnage qui me dérangeait au départ. Certains de ces textes méritaient d’être entendus. Une description sociale des événements qui nous ont touchés et influencé nos vies.

Je vais me permettre aussi de mentionner les musiciens. Ils ont participé au spectacle et ils ont bien soutenu les artistes dans leurs prestations: Stéphane Milot, Sylvain Sauvageau, Christian Laflamme, Yves Loiselle, Jacques Livernoche, André Chiasson et François Boutin.

Il faut que j’explique pourquoi je vais si loin dans mes applaudissements électroniques envers les artistes de Showtime. J’ai vu et apprécié le spectacle Generation Motown réalisé par René Simard et présenté au Théâtre St-Denis. Il y a une différence entre ces deux catégories de spectacle. Generation Motown, les billets, à 80$ chacun nous donnait un excellent spectacle, avec des décors à n’en plus finir, des effets spéciaux et toute une équipe d’artistes pour jouer les différents numéros.

Showtime, le billet est à 40$. Les décors, se sont les 23 chemises (et peut-être plus) que les artistes, autant les chanteurs que les musiciens vont mettre et changer à toutes les 3 minutes pour donner la couleur du temps, un follow spot, un rideau noir et c’est à peu près tout. Ce qui fait le spectacle, c’est la présence sur scène des artistes. Tout le monde doit y mettre du sien. Que ce soit le guitariste qui vient faire sa prestation à l’avant-scène ou le batteur qui se déguise en Ringo Star des Beatles, tout le monde doit travailler très fort pour nous donner un spectacle de qualité.

Je dois souligner la prestation effrénée de François Cossette dans ce spectacle. Même si tous les artistes ont été sublimes, la prestation de François Cossette méritait d’être soulignée deux fois plutôt qu’une. Une énergie qui nous transporte dans les différents styles musicaux que Showtime nous présente.

Un spectacle de 2 heures 50 avec l’entracte. Presque trois heures! Plus long que les spectacles traditionnels que l’on peut voir dans les salles du Centre-ville de Montréal.  Je me suis questionné pendant la pause. Avec tout ce que je venais de voir dans la première partie, restait-il encore des styles musicaux à nous présenter pour la 2e partie?

Ma crainte s’est vite estompée. Corbeau, Charlebois, Pagliaro, Boule Noire, Offenbach, Harmonium, Ginette Reno, sans oublier The Walls avec Pink Floyd, Hotel California des Eagles, Cat Steven ou encore The Police. La 2e partie a été au moins aussi entraînante que la première.

Petit bémol pour la fin. Showtime a actualisé la musique jusqu’à nous présenter Locolocas, du techno et d’autres styles musicaux très underground. Cela ne répondait plus à mes attentes d’une revue musicale. Je ne m’y reconnaissais pas. La foule écoutait, mais avait arrêté de taper sur les bancs pour suivre le rythme des chansons qu’elle reconnaissait. Pas grand monde dans la salle pour reconnaître les courants musicaux underground.

Un spectacle qui mérite le déplacement. Et pour ceux qui doivent compter leurs économies avant d’acheter des billets de spectacle, voici un petit calcul. Generation Motown m’avait coûté près de 80$ le billet au théâtre St-Denis. Showtime à Trois-Rivières, 40$ le billet. Un couple vient d’économiser 80$. Si vous invitez un autre couple à se joindre à vous et qui fournit son automobile, vous pouvez cotiser 10$ d’essence. Le 30$ d’économie peut même vous payer un petit souper avant le spectacle. Peut-être pas les gros restaurants, mais tout de même.

Pour ceux qui peuvent acheter des billets de spectacle sans compter, et bien, faites les deux spectacles. Profitez de certains spectacles dans le centre-ville de Montréal, mais prenez le temps de visiter un peu. Ça va vous faire du bien de vous dépaysez un peu.

https://raymondviger.wordpress.com/2007/09/03/showtime-francois-cossette-la-salle-j-a-thomson-et-trois-rivieres/

https://raymondviger.wordpress.com/2007/08/12/francois-morency-et-le-chapiteau-de-bromont-6e-partie/

https://raymondviger.wordpress.com/2007/08/15/andre-philippe-gagnon-au-chapiteau-st-sauveur/

Autres textes sur le Graffiti :

Arpi: Muraliste et designer d’intérieur

Inauguration de la fresque de Fluke avec RFF

Vidéo murale graffiti pour l’agence de communication ID3 (idées aux Cubes)

Murale graffiti, animation de foule, peinture en direct, T-shirt

Mural de Michael Jackson au Festival de Jazz avec les graffiteurs Fluke et Omen

Mural graffiti en direct par Fluke

Fluke pour Oxygen

Video clip graffiti hiphop et breakdance gratuit

Projet graffiti pour Oakley

Graffiti calligraphie El Seed

Le mural Jean Talon

Rencontre avec Nawlz: Graffeur du monde

Breakdance, hip hop, rap, graffiti: présentation des artistes

PUBLICITÉ

Spectacle Hip Hop Breakdance, Graffiti, DJ et rap

show_image Le Choc des Cultures – Le Hip-Hop rencontre le classique
Spectacle original mettant en vedette: organistes classiques, break-dancers, rappers, DJ et graffiteurs.
L’église Saint-Nom-de-Jésus expose une centaine de toiles peints par des artistes. Plus de cinquante artistes complices présentent “Le Choc des Cultures”. 25$

Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009
Par Internet: cafegraffiti.net
Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel.

%d blogueurs aiment cette page :