Annie Brocoli se confie sur son implication à Opération Enfant Soleil

Une partie des animateurs du Téléthon OES 2020 | Crédit : Krystel Beaulieu

Après avoir participé pour la première fois en tant que chanteuse à La matinée des enfants en 2001, Annie Brocoli a décroché le rôle d’animatrice au côté de Guillaume Lemay-Thivierge trois années plus tard. Depuis, l’histoire d’amour s’est poursuivie. Le 7 juin 2020, elle sera à la barre, avec Maxime Landry, de son 17e téléthon avec une formule adaptée aux circonstances exceptionnelles de la COVID-19.

«Je ne me vois pas arrêter un jour tellement ça fait partie de ma vie», s’est exclamée celle qui considère toute l’équipe comme étant sa famille. De grands frissons traversent le corps d’Annie Brocoli au moment où tous les Enfants Soleil arrivent à l’ouverture. Selon elle, ça permet de mettre des visages sur les gens qu’on va aider, tout en comprenant mieux leurs besoins : «Je me souviens, entre autres, de Pier-Olivier qui répondait comme s’il avait 30 ans alors qu’il en avait 10. Quand tu es un jeune malade, tu fais partie de la famille. Le téléthon, c’est l’aboutissement d’une année de travail où l’on s’est tous tenu la main.»

Pier-Olivier Provencher | Facebook (2017)

Tout d’un coup, sa vie a été bousculée

Au début des années 2000, Annie Grenier (de son vrai nom) a reçu un message d’une mère qui lui avait demandé de venir voir son fils Émile. Comme elle ne croyait pas qu’elle pouvait apporter quelque chose de bon à ce jeune qui vit d’aussi grandes choses (il avait un cœur artificiel), la chanteuse ne se sentait pas capable de le faire. Devant l’insistance, elle a finalement accepté de le rencontrer. Quand elle est arrivée à sa chambre d’hôpital, elle a donné des broco-vitamines (des petits collants à son effigie) au petit gars. Elle lui a dit : «Chaque fois que tu vas être tanné de te faire piquer, tu te colleras des broco-vitamines et ça fera qu’on est ensemble.» De retour à son domicile, elle se sentait complètement ridicule et impuissante. Un jour, Émile a été greffé. En entrevue à la télévision, sa mère s’était fait questionner sur ce qu’ils avaient fait dans ses grands moments de découragement. Elle avait répondu : «Annie Brocoli est venue le voir, ça lui a fait tellement du bien et à nous autres aussi.» Devant cette illumination, l’idole d’une génération a décidé de s’impliquer auprès des jeunes malades : «Même si je me sentais impuissante, je me suis rendu compte que je pouvais apporter un peu de réconfort et de solidarité pour donner l’impression d’être avec eux.»

Maëly et son papa Antoine | Crédit : Ladislas Kadyszewski

Parmi ses expériences marquantes, elle avoue avoir fait des heures de voiture pour répondre à des derniers souhaits. Elle se souvient s’être rendue dans le coin de Montmagny (Chaudière-Appalaches) parce qu’une petite fille s’en allait et que c’était son vœu de la rencontrer. «D’apercevoir des étincelles dans les yeux des jeunes et de leurs parents, c’est extraordinaire. Si j’apporte du bonheur ne serait-ce que quelques minutes, ces instants resteront gravés dans ma mémoire. En plus, ça donne un sens à ma vie — peu importe le temps où cette différence illuminera l’œil de l’autre

Bien que nous vivions des moments difficiles, la porte-parole d’Opération Enfant Soleil a l’impression que chacun contribuera à sa façon : «Imaginons qu’on a un enfant malade. Déjà, cette inquiétude est incroyable. Quand un jeune immunosupprimé doit retourner à la maison ou qu’il doit prolonger son séjour à l’hôpital en temps de pandémie, c’est une double dose d’angoisse. C’est pour cette raison qu’on doit être là et que nous devons les soutenir

Affiche officielle du Téléthon Opération Enfant Soleil 2020

Un élan de solidarité à prévoir !

Au moment où le Québec a été mis sur pause à la suite de la contagion de la COVID-19, l’équipe d’Opération Enfant Soleil avait accompli la moitié des tournages avec les Enfants Soleil : «La production s’est organisée pour que ceux qu’on n’avaient pas eu le temps d’enregistrer leurs capsules soient bien présents – grâce aux parents. On a essayé de les représenter le mieux possible. Tout le monde chez soi, on a fredonné la chanson Nous autres (de 2Frères). C’est très touchant et magique !»

De prime abord, Annie Brocoli a eu la crainte que le téléthon soit annulé. Toutefois, TVA a été d’une aide extraordinaire puisqu’ils ont réussi à faire chanter les artistes chacun de chez eux : «Les personnalités artistiques ont répondu plus que jamais. Étant donné que ce n’est pas évident de produire un événement caritatif de cette envergure durant la pandémie, je pense qu’on verra encore plus de solidarité. On sera arrivé à faire quelque chose de beau et de sincère. »

Bande-annonce officielle

Horaire de la diffusion du 33e Téléthon Opération

7 h à 9 h : La matinée des enfants sur la page Facebook

9 h à 10 h : Salut Bonjour Week-end (heure spéciale) à TVA

12 h 30 à 14 h et 18 h 30 à 22 h : Téléthon diffusé à TVA

Liens importants

Autres textes de Frédéric Lebeuf

Autres textes en Culture

Jeunes bénévoles et personnes âgées

Bénévolat en Gaspésie

Les motivées de Grande-Vallée

À Grande-Vallée, en Gaspésie, des jeunes ont compris ce qu’ils peuvent apporter aux personnes âgées de leur communauté.

Gabriel Alexandre Gosselin  Dossier Gaspésie, Bénévolat, Famille.

Les enfants des 2 écoles primaires de la ville participent à une activité bénévole intergénérationnelle. Une fois par mois, ils se rendent dans un centre d’hébergement pour personnes âgées où ils présentent de la danse, lisent des poèmes ou chantent.

L’école primaire Notre-Dame-de-Cloridorme (35 élèves) a le malheur d’être située trop loin de la maison des aînés. Ses élèves ne peuvent s’y rendre chaque fois que l’activité a lieu. Mais, Anne Minville, coordonnatrice du projet, a trouvé une solution pour eux: «Ils préparent les décorations avec des bricolages pour la thématique du mois.»

Tous ces jeunes impliqués comprennent très bien ce qu’ils apportent aux aînés. Étienne et Cindy, deux élèves de 11 et 12 ans, sont du même avis: ils rendent ces gens heureux, et leur récompense est de les voir sourire.

Ce projet bénévole, qui avait reçu une aide gouvernementale pour sa première année, devra se passer de subventions à partir de l’an prochain. Anne Minville compte bien le poursuivre, puisqu’il fait autant le bonheur des aînés que des enfants. «Depuis le début, le nombre de participants a presque doublé. Le sous-sol du centre d’hébergement est rendu trop petit pour accueillir tous ceux qui viennent voir les jeunes. Les personnes âgées aiment voir la naïveté des enfants!»

Une présence qui fait la différence

Anne Minville est coordonnatrice pour le Centre d’action bénévole La Grande Corvée. Elle partage son temps entre le centre et les trois écoles de Grande-Vallée. Son travail consiste à rallier enfants et adolescents à l’implication citoyenne. Ses projets ne cessent de trouver de nouveaux adeptes motivés.

Son seul acte de présence dans les écoles la place déjà en avance par rapport à la majorité des établissements scolaires de la province. Peu d’entre eux jouissent d’une personne ressource comme Anne. C’est d’abord avec entrain et un sourire aux lèvres qu’elle parle de bénévolat aux élèves. Elle leur propose ensuite des projets susceptibles de les intéresser.

Grâce son approche, quand on demande à ces enfants d’aller montrer de quoi ils sont capables devant les personnes âgées, ils embarquent dans l’aventure. «Je ne vois aucun problème à confier des projets aux jeunes. J’ai pleine confiance en eux.»

Annie et ses causes

Dès l’âge de 7 ans, le bénévolat appelle Annie-Dominique Chicoine. L’élément déclencheur survient lorsque Pierre Bruneau — journaliste à TVA et père d’un enfant décédé de leucémie — visite sa ville, Grande-Vallée, pour amasser des fonds pour les enfants handicapés. Sensibilisée à la cause, puisque son propre cousin est atteint d’un handicap, Annie-Dominique et son frère cumulent dans leur petit cochon 60 $ pour l’hôpital Sainte-Justine.

«Si j’avais un enfant avec ce genre de problèmes, je serais contente que des gens veuillent m’aider», souligne-t-elle. À 10 ans, elle s’implique de nouveau pour Opération Enfant-Soleil et pour l’hôpital Sainte-Justine. Aujourd’hui âgée de 15 ans, elle organise chaque année une discothèque sur glace avec vente de hot dogs et un lave-auto. Dans sa boîte à idées, il y a aussi l’organisation d’une partie de sucre.

Boule d’énergie

Pendant l’année scolaire, Annie-Dominique pratique le théâtre. L’été, de deux à trois fois par semaine, elle présente bénévolement avec sa troupe, devant la communauté, la pièce de théâtre qu’elle a pratiquée toute l’année. Annie-Dominique s’est aussi engagée dans la Guignolée. Elle a récolté l’argent et les denrées non périssables à son école secondaire, en plus de faire du porte-à-porte pour récolter les dons de tous les citoyens de Grande-Vallée.

L’adolescente compte également participer à la Marche de la Mémoire, qui sert à amasser des dons pour la recherche sur l’Alzheimer. Sa grand-mère est décédée de cette maladie. «J’étais très près d’elle, et je trouvais ça triste de ne plus me faire reconnaître.» Elle commandite sa mère qui, pour l’occasion, est marcheuse élite.

Entre son chum, ses amis et ses études, cette adolescente ne compte pas arrêter de sitôt tous les efforts qu’elle offre à sa communauté. Le prix de la relève bénévole qu’elle vient de se voir décerner l’encourage d’ailleurs à continuer à s’impliquer et à donner de son temps. «Je sais que je ne fais pas ça pour rien.»

Autres textes sur le Bénévolat

Prix hommage Bénévolat-Québec

Le communautaire en action: des gens de coeur

Bénévolat, Vidéo et DVD

Les petits gestes font la différence

Charite bien ordonnee commence par nous tous

Ce billet, ainsi que toutes les archives du magazine Reflet de Société sont publiés pour vous être offert gracieusement. Pour nous permettre de continuer la publication des textes ainsi que notre intervention auprès des jeunes, dans la mesure où vous en êtes capable, nous vous suggérons de faire un don de 25 sous par article que vous lisez et que vous avez apprécié.

Merci de votre soutien.

Témoignage sur l’implication bénévole

benevolat-benevole-implication-jeune La récompense – Regard sur des gens de cœur
Documentaire sur l’implication bénévole.
-Découvrir sa communauté, donner un sens à sa vie…
-Briser son isolement et celui d’autrui.
-Découvrir de nouveaux amis.
-Prendre part à la vie sociale et de quartier.
-Une source de contact et d’échange.
-L’acquisition de nouvelles connaissances.
-Une occasion d’expérimenter et mieux se connaître.
S’impliqer c’est trippant et ça mérite d’être vécu. 25$

Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009
Par Internet: http://www.editionstnt.com/videos.html
Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4.

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel

.

%d blogueurs aiment cette page :