Pacifest, journée pour célébrer la Paix

Journée internationale de la Paix

Participez aux Pacifest le 21 Septembre

Pacifest est le festival de Montréal célébrant la Journée Internationale de la Paix. Toute la famille est invitée à se joindre à nous lors de ces événements.

Raymond Viger | Dossier Paix

Venez faire la Paix !
L’objectif de Pacifest est d’inspirer la Paix, en embrassant nos différences culturelles et sociales et que nous nous réjouissons de la diversité humaine qui habite cette planète.

Plusieurs activités vous sont offertes pour souligner la Journée internationale de la Paix le 21 septembre:

  • Peace_dove paix journée internationaleYoga pour la Paix Place d’Armes 10h00-11h45
  • Moment de Paix Place d’Armes 12h00
  • Marche de la Paix De: Place d’Armes à Place de la Paix 12h30-13h30
  • Village de la Paix Place de la Paix 13h00

Participez en grand nombre! Laissez-nous un commentaire sur comment vous allez souligner la Journée internationale de la Paix.

Autobus de la Paix vers les Nations-Unies.

Autres textes sur Paix

Autres textes sur Communautaire

L’amour en 3 dimensions

l-amour-en-3-dimensions-roman-cheminement-humoristique-croissance-personnelleLa relation à soi, aux autres et à notre environnement

Roman de cheminement humoristique. Pour dédramatiser les évènements qui nous ont bouleversés. Pour mieux comprendre notre relation envers soi, notre entourage et notre environnement. Peut être lu pour le plaisir d’un roman ou dans un objectif de croissance personnelle.

L’histoire est une source d’inspiration pour découvrir, d’une façon attrayante et amusante, une nouvelle relation avec soi-même et son environnement. Bonne lecture et bon voyage au pays de Tom.

Le livre est disponible au coût de 19,95$.

Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009 Par Internet:
Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4.

Maintenant disponible en anglais: LOVE in 3D

Autres livres pouvant vous intéresser

Pour voir le catalogue complet des livres des Éditions TNT

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel.

Autobus de la Paix

Journée internationale de la Paix

Vers les Nations Unies à New York

Du 17 au 19 septembre 2013 une délégation Québécoise participera aux célébrations de la Journée Internationale de la Paix au siège des Nations Unies à New York.

Raymond Viger | Dossier Paix 

Peace_dove paix journée internationaleDans le cadre des activités du Pacifest 2013 et des célébrations de la Journée Internationale de la Paix (21 septembre), Cercle de Paix organise un voyage de 2 jours à New York permettant à notre délégation jeunesse d’assister à la cérémonie « Student Observance » au siège des Nations Unies.

Il s’agit d’une occasion unique de rencontrer des centaines de jeunes provenant de tous les horizons, des dignitaires des Nations Unies tels que le Secrétaire général, le Président de l’assemblée, les représentants d’ONG, et de prendre part aux activités-conférences sur les enjeux inhérents au développement d’une Culture de Paix dans le monde.

Cette opportunité unique s’adresse aux jeunes âgés de 18 à 35 ans démontrant un intérêt marqué pour l’implication sociale et désireux d’endosser le rôle de Jeune Ambassadeur de la Paix.

Pour obtenir plus d’information, communiquez avec Pacifest peacebus@pacifest.caVideo Autobus de la Paix

Autres textes sur Paix

Autres textes sur Communautaire

L’amour en 3 dimensions

l-amour-en-3-dimensions-roman-cheminement-humoristique-croissance-personnelleLa relation à soi, aux autres et à notre environnement

Roman de cheminement humoristique. Pour dédramatiser les évènements qui nous ont bouleversés. Pour mieux comprendre notre relation envers soi, notre entourage et notre environnement. Peut être lu pour le plaisir d’un roman ou dans un objectif de croissance personnelle.

L’histoire est une source d’inspiration pour découvrir, d’une façon attrayante et amusante, une nouvelle relation avec soi-même et son environnement. Bonne lecture et bon voyage au pays de Tom.

Le livre est disponible au coût de 19,95$.

Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009 Par Internet:
Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4.

Maintenant disponible en anglais: LOVE in 3D

Autres livres pouvant vous intéresser

Pour voir le catalogue complet des livres des Éditions TNT

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel.

Luttes sociales de la jeunesse américaine dans les années 60

Marie-Claire Blais, Passages américains

Contre la ségrégation et pour la paix

Retour sur la jeunesse et la révolte des années 1960 aux États-Unis et sur les justes luttes sociales qu’elle a menées.

Normand Charest – chronique Valeurs de société | Dossier Économie

débats société réflexions sociales socialeLe « printemps érable » de 2012 nous aura montré des étudiants luttant contre la hausse des frais de scolarité et, si possible, pour la gratuité scolaire complète. Sans vouloir diminuer les défis auxquels fait face la jeunesse actuelle, il faut bien constater que chaque génération a connu son lot de difficultés tout aussi importantes.

Dans son essai Passages américains qui vient de paraître, la romancière québécoise bien connue nous ramène à une autre jeunesse, celle des années 1960 qui luttait aux États-Unis contre la ségrégation raciale et la guerre du Vietnam, en commençant par ces paroles :

« Ces années étaient des années de révolte et d’illuminations, mais des années, aussi, de grandes souffrances. »

La lutte pour les droits des Noirs

martin-luther-king-assasinat-noirs

Martin Luther King

Le livre est divisé en trois parties. La première, intitulée « Lamentation pour un sénateur foudroyé », met en scène le sénateur Robert Kennedy, sa lutte pour les droits des Noirs, son assassinat après celui de Martin Luther King, et brosse un grand tableau, plein de passion et de compassion, de cette époque impressionnante.

« Mais c’est l’esprit que l’on voulait tuer en Martin Luther King, Jack et Robert Kennedy, Malcom X, l’esprit et ses idées de progrès, l’esprit et sa désobéissance à un ordre inéquitable, social ou racial. »

Et Marie-Claire Blais ressort une prophétie que Robert Kennedy avait faite aux Noirs américains, après l’assassinat de Martin Luther King, en la reliant à l’actuel et premier président noir des États-Unis, Barak Obama :

« Oui, il  se pourrait bien que dans quarante ans nous ayons un président noir (« A Negro would be president within forty years »), avait dit le sénateur, dont la vision soudain s’était agrandie, prophétique, jusqu’à ces jours que nous vivons. »

Désobéissances civiles

Robert_F._Kennedy_1964-etats-unis-assasinat

Robert Kennedy

La deuxième partie appelée « Désobéissances civiles » raconte la longue Marche pour la paix et la liberté entreprise par des jeunes qui cheminèrent de Québec à Miami en 1963, qui furent menacés de mort par le Ku Klux Klan, puis emprisonnés et maltraités dans le Sud ségrégationniste :

« En ces années 1963-1964, de jeunes manifestants pacifistes partaient sur les routes, c’étaient des étudiants ou des professeurs, des artistes, des femmes, des hommes, qu’ils soient de race blanche ou noire, ils étaient tous frères et appartenaient au même mouvement de l’action non-violente… »

À près de cinq décennies de distance, on reste sidéré par le courage, certes, mais peut-être aussi par l’inconscience de cette jeunesse venue du Nord, de l’Est et de l’Ouest qui croyait que l’on pouvait changer les choses par des manifestations non-violentes. Une jeunesse qui, arrivée dans le Sud des anciens planteurs de coton, se retrouve à la merci d’une minorité blanche prête à toutes les humiliations, et jusqu’au meurtre.

Dans le Sud où le Ku Klux Klan s’affiche encore en toute impunité, de jeunes manifestants non armés sont entourés par des meurtriers armés jusqu’aux dents. Les manifestants réalisent alors, avec horreur, qu’il y a une différence entre des lois théoriques et l’application de ces lois.

« C’est peut-être cette fin du silence de l’esclave qui inquiète le plus les maires et les shérifs de ces villes du Sud, dans la venue des militants du Nord », écrit l’auteur. Et puis : « si on a l’illusion de pratiquer la charité, d’être chrétien, dans cette ville, pourquoi tant de manifestations de haine raciste » ?

Cependant, les jeunes qui ont vu cet enfer de leurs propres yeux continueront à lutter toute leur vie contre la ségrégation et pour les libertés civiles.

« On a tué des enfants innocents »

La troisième partie du livre, plus courte, a été publiée dans le Devoir. L’auteure y relate une manifestation non-violente des étudiants de l’université Kent contre la guerre, en 1970. C’était des jeunes « paisibles, sans armes… échevelés et doux » qui croyaient à la victoire de l’amour sur la guerre, comme leurs pancartes l’indiquaient : Make love, not war.

La Garde nationale viendra briser la manifestation en tirant finalement sur les étudiants, dont quatre seront tués, qui n’avaient que 19 ou 20 ans, des filles et des garçons. « On a tué des enfants innocents », écrit Marie-Claire Blais. Le président Nixon déplorera leur mort, mais en jetant le blâme sur les manifestants, qu’il accuse injustement de violence.

Le combat intérieur

Une telle lecture pourrait réveiller en nous la révolte, et peut-être même la haine, mais ce n’est pas son intention. Il s’agit plutôt d’une invitation à la vigilance, à l’action sociale positive et non-violente dans le but de faire évoluer nos sociétés.

On se rappellera aussi que le combat commence d’abord sur soi, puisqu’il s’agit en premier lieu de se changer soi-même avant de changer les autres.  C’est seulement ainsi que l’on pourra avoir une influence évolutive sur les autres et sur nos communautés.

Références

  • Marie-Claire Blais, Passages américain, essai, Boréal, 2012.
  • Evan Thomas, Robert Kennedy. His life, Simon & Schuster, NY, 2000.

Autres articles sur la Politique

Autres textes sur Économie

Autres textes sur le Mois de l’histoire des Noirs

Abonnement au magazine Reflet de Société

magazine revue journal édition journalisme presse écrite communautaireInternet-o-thon pour soutenir le magazine communautaire. Reflet de Société édité par le Journal de la Rue. C’est le temps de vous abonner pour montrer votre soutien à votre revue sur l’actualité communautaire et sociale. Toute contribution supplémentaire pour soutenir notre cause est la bienvenue.

Pourquoi s’abonner à Reflet de Société?

  • Le citoyen est au cœur de notre mission
  • Un regard différent, critique et empreint de compassion sur les grands enjeux de société
  • Un espace ouvert aux lecteurs pour prendre la parole, partager leurs expérience et faire progresser les débats
  • Un magazine d’information entièrement indépendant, financé par ses milliers d’abonnés aux quatre coins du Québec
  • Tous les profits générés par la vente de Reflet de Société sont remis à l’organisme Journal de la Rue qui offre des services de réinsertion sociale aux jeunes.

Par téléphone: (514) 256-9000, ext.: 1-877-256-9009 Par Internet:http://www.refletdesociete.com/abonnement.html Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4.

Guide d’intervention de crise auprès de personnes suicidaires

guide-d-intervention-de-crise-personne-suicidaire-suicide-intervention-prevention-suicide-rates-suicideLe guide d’intervention auprès de personnes suicidaires démystifie le suicide. Il permet d’aider les proches à reconnaître les signes avant-coureur du suicide et de déterminer qu’est-ce qui peut être fait pour soutenir la personne en crise.

Une section du guide est réservée aux endeuillés par suicide.

Le livre est disponible au coût de 4,95$. Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009. Par Internet:http://www.editionstnt.com/livres.html

Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4.

Maintenant disponible en anglais: Quebec Suicide Prevention Handbook.

Autres livres pouvant vous intéresser

Joyeux Noël et Bonne Année 2011

L’essentiel en ce jour de Noël

Jean-Pierre Bellemare, prison de Cowansville | Dossiers Prison, Criminalité, Développement personnel

murale-graffiti-salon-chalets-maisons-de-campagne-stade-olympique-graffiti Un rire enjôleur avec un regard pétillant, voilà une nourriture, une récompense qui n’a pas son pareil. S’épanouir par l’expression de son bonheur occasionne des dividendes à notre entourage. L’atmosphère se feutre, l’air s’adoucit et le toucher devient une caresse. De percevoir dans le regard de son prochain tout le potentiel aimant nous dispose à un accueil véritable. Notre compagnie devient recherchée pour ceux qui aspirent au bien-être, c’est contagieux.

Ce bonheur est accessible à tous mais les tentatives pour y arriver peuvent nécessiter beaucoup de temps et d’apprentissage. Quelques moyens simples et efficaces pour y arriver.

Recherchez dans votre environnement la personne qui répond le mieux à cette définition. Approchez le plus possible et observez son comportement. Est-elle attentive, travaillante, passionnée? Quelles sont ses activités, comment résout-elle ses problèmes? Copiez sans honte ses habitudes de vie et son caractère au mieux de vos propres capacités. Attendez et constatez si certains changements se produisent. Donnez-vous le temps nécessaire de vous imprégner de sa personne. C’est une manière simple et productive. Le plus important est la personne choisie comme modèle.

murale-graffitis-murales Une bonne compréhension de votre personne facilitera celle des autres. Si vous vous améliorez à chaque fois qu’un problème se présente, c’est une preuve irréfutable que vous apprenez. Le cas contraire est signe d’un entêtement nuisible.

Personne n’a dit que cela serait facile et sans embûche. Mais votre réussite fera de vous un être magique.

Un indice, si votre sourire surpasse votre impassibilité dans le quotidien, il y a de bonnes chances que vous soyez heureux. Le temps et les efforts consacrés à votre bien-être augmenteront la valeur accordée à votre bonheur.

Autres textes de Chroniques d’un prisonnier

    Les livres de Colin McGregor

    Journaliste dans divers médias à travers le pays; Halifax Daily NewsMontreal Daily NewsFinancial Post et rédacteur en chef du Montreal Downtowner. Aujourd’hui, chroniqueur à Reflet de Société, critique littéraire à l’Anglican Montreal, traducteur et auteur aux Éditions TNT et rédacteur en chef du magazine The Social Eyes.

    Parmi ses célèbres articles, il y eut celui dénonçant l’inconstitutionnalité de la loi anti-prostitution de Nouvelle-Écosse en 1986 et qui amena le gouvernement à faire marche arrière. Ou encore en Nouvelle-Écosse, l’utilisation répétée des mêmes cercueils par les services funéraires; scoop qui le propulsa sur la scène nationale des journalistes canadiens.

    love-in-3dLove in 3D

    Enjoy our tale of the quest, the human thirst, to find light from within the darkness.

    This is a tale for everyone, young and old, prisoner and free.

    Love in 3D. Une traduction de L’Amour en 3 Dimensions.

    teammate roman livre book colin mcgregorTeammates

    Three teenage friends on a college rugby team in the shrinking community of English Montreal – three friends each facing wildly different fates.

    This is the story of Bill Putnam, whose downward trajectory we first begin to trace in the late 1970s, and his friends Rudy and Max.

    Teammates, their paths will cross in ways they never dreamt of in the happier days of their youth.

    quebec-suicide-prevention-handbook-anglais-intervention-crise-suicidaireQuebec Suicide Prevention Handbook

    Le suicide dérange. Le suicide touche trop de gens. Comment définir le suicide? Quel est l’ampleur du suicide? Quels sont les éléments déclencheurs du suicide? Quels sont les signes avant-coureurs? Comment intervenir auprès d’une personne suicidaire? Comment survivre au suicide d’un proche?…

    Ce guide est écrit avec simplicité pour que tout le monde puisse s’y retrouver et démystifier ce fléau social. En français. En anglais.

    Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009
    4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4.

    Autres livres pouvant vous intéresser

    Sinbad, concert rock à la Offenbach

    Reflet de mon quartier

    Sinbad, concert rock à la Offenbach

    Sinbad, un ancien d’Hochelaga-Maisonneuve fait revivre les rythmes d’Offenbach avec un concert rock remplit d’amour et de paix

    Estelle Gombaud | Dossier Culture

    sinbad-offenbach-concert-rock-hochelaga-maisonneuve Proposant un rock puissant et théâtral, Sindbad et ses disciples est une formation francophone unique en son genre née en 2008 de la rencontre entre le chanteur-rocker Sindbad et de jeunes musiciens. Après le succès de leur premier spectacle donné à Montréal dans la petite salle de la Place-des-Arts en octobre 2008, ils reviennent en 2010 avec des morceaux encore plus psychédéliques et pacifistes que les précédents.

    En assistant à leur première représentation, le 2 août dernier au Belmont, une salle de spectacle située sur le boulevard St-Laurent à Montréal, on découvre des artistes originaux à l’esprit un brin utopiste et décalé. Jouant avec une seule idée en tête, celle de répandre des messages d’amour et de paix sur la Terre, ils dégagent un son et une énergie particulière qui nous plonge dans les couleurs d’un rock pur et dur ayant marqué les années 70.

    Que ce soit en raison des costumes hippies et multicolores des artistes ou des paroles un peu naïves abordant plusieurs thèmes tels que la dénonciation de la guerre, de la violence, des injustices et de la pauvreté, il est clair que cet ensemble étonnant se démarque des autres groupes de rock habituels.

    À la fois auteur, compositeur et interprète, Sindbad prend le temps d’écrire chacune de ses chansons à son image. Originaire du quartier d’Hochelaga-Maisonneuve à Montréal, il nous fait notamment vivre, à travers ses textes, les histoires qui ont marqué sa vie : ses déboires amoureux et son penchant pour l’alcool. Apparaissant d’abord comme un vieux «bad boy» avec son pantalon en cuir rouge et ses longs cheveux blonds, il laisse finalement entrevoir sur scène une personne énergique et émotive.

    Accompagné de deux choristes, Genny et Karine aux voix cristallines, du batteur Guy, du guitariste Alain, du bassiste J-F et du pianiste Daniel, Sindbad consacre tout son temps à sa passion. Ce qui n’est pas le cas des autres membres du groupe qui, avant d’être des artistes engagés la nuit, travaillent le jour, en tant que cuisinier, agent de sécurité, ouvrier ou encore secrétaire.

    Durant le spectacle, seule une petite vingtaine de personnes étaient présentes pour applaudir le groupe. Malgré cet effectif réduit, le public a semblé apprécier la prestation. Pendant plus de 2h30, rythmé par un rock éloquent et sensible, où l’expérience de la vie est abordée sous tous ses angles, cette première représentation d’une série de 4 concerts fut, pour le groupe, une réussite.

    Si dans la salle il y avait des fans du célèbre groupe Offenbach et des chanteurs Gerry Boulet et Johnny Halliday, ils furent enchantés de retrouver dans les musiques proposées par Sindbad et ses Disciples des sonorités et des rythmes identiques.

    Pour rejoindre les artistes du Café-Graffiti: (514) 259-6900

    Autres textes sur le Graffiti

    Autres textes sur Culture

    Ce billet, ainsi que toutes les archives du magazine Reflet de Société sont publiés pour vous être offert gracieusement. Pour nous permettre de continuer la publication des textes ainsi que notre intervention auprès des jeunes, dans la mesure où vous en êtes capable, nous vous suggérons de faire un don de 25 sous  par article que vous lisez et que vous avez apprécié.

    Merci de votre soutien.

    apres-la-pluie-le-beau-temps-recueil-de-textes-a-mediter-croissance-personnelleAprès la pluie… Le beau temps

    Recueil de textes à méditer. Chaque texte révèle un message, une émotion. Un même texte peut prendre un couleur différente selon notre état d’âme. Le livre est disponible au coût de 9,95$.

    Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009
    Par Internet: http://www.editionstnt.com/Livres.html
    Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4.

    Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel

    <span>%d</span> blogueurs aiment cette page :