La grande famille du Café Graffiti

Journal de la Rue, 21 ans auprès des jeunes

Café Graffiti, 16 ans comme milieu de vie

Luc Dupont. Dossiers Graffiti, Porte-folio, Murales, Vidéos, Hip-hop

«ALLUMONS TOUS LES BLACK LIGHTS

DE NOTRE COEUR»

«Comme tout phénomène social, le graffiti représente une énergie qui ne demande qu’à être libérée.

Cette énergie peut changer la couleur d’une ville, d’une société, d’un pays, d’une planète.

Il s’agit pour nous de débrider la peinture et d’en faire un instrument pour vivre son intensité, sa

créativité.  Allumons tous les black lights de notre cœur.

Reconnaissons en plein jour nos artistes de la nuit»

Opération Graffiti, 1997

cafe graffiti hiphop graff grafferL’aventure du Café Graffiti s’amorce en 1997, le jour où Luc Dalpé, Raymond Viger et Danielle Simard, collègues au Journal de la Rue, entendent à la radio qu’un mouvement de répression des graffiteurs est en train de prendre forme à Montréal.

Luc, un artiste-peintre qui dit «avoir appris à peindre en prison», qui «peint pour sa survie», est convaincu «qu’il ne faut pas sous-estimer la force de la peinture»; Raymond est, de son propre aveu, celui «qui passe son temps à questionner, à vouloir changer les choses, celui qui n’admet rien par automatisme ou habitude.» Quant à Danielle, qui cumule de nombreuses années d’implication, principalement dans des organismes communautaires dédiés aux femmes en difficultés, elle est «la fibre émotive, la fibre féminine» du Café Graffiti.

«Raymond, j’ai l’impression que nous nous retrouvons dans la même impasse qu’à l’époque du Refus Global», dit Luc, au moment où les empêchements et les embêtements générés par les comités anti-graffitis poussent dans les municipalités comme des champignons «On veut museler les artistes, brimer leur liberté, comme dans le temps de Paul-Émile Borduas, poursuit-il, on veut les empêcher de pratiquer leur art comme ils l’entendent.» En clair, on veut tout envoyer promener sans discuter, sans même faire un petit effort de conciliation…

Sortir de la nuit

cafe graffiti stade-olympique skate board skaterEn 1997, rentrée officielle du Café Graffiti dans le monde! C’est la réalisation, par plusieurs graffiteurs, d’une magnifique murale lors d’une exposition au Palais des Congrès de Montréal. Une grande force d’attraction se créée dans le groupe et avec le public qui les encourage. Sera suivi de l’occupation de la Place Hydro-Québec pendant 5 années consécutives. Les jeunes artistes présentent maintenant au grand jour un art qui se pratiquait uniquement la nuit.

Il y a, dans l’esprit des fondateurs du Café Graffiti, une confiance inébranlable vis-à-vis des jeunes artistes de la rue. Ils sont convaincus que beaucoup d’entre eux ont le potentiel de se créer de véritables carrières…

La suite d’une belle histoire

t-shirt graffiti tee-shirt street art affiche impression personnaliséeÀ partir de cette première réussite, ce que le Café Graffiti allait devenir, nul ne pouvait le prévoir. Les jeunes devaient creuser eux-mêmes le sillon… «L’humour et la critique sociale feront partie des thèmes qui nous animeront», ont écrit fort sagement, à sa fondation, les piliers du Café Graffiti.

Le local est trouvé rue Sainte-Catherine. Le Café Graffiti devient… un atelier où les graffiteurs peuvent être vus en action, une galerie où peut entrer le public, un endroit pour jaser, bref un lieu de médiation individuel, artistique et social.

Raymond arrive à dénicher de nombreux contrats lucratifs au profit des jeunes. C’est ainsi que ses graffiteurs vont réaliser les backgrounds des vitrines de l’important détaillant de vêtements Simons, à travers le Québec. Un autre jour, un client, à la campagne, leur demande de peindre les murs extérieurs de sa grange et de transformer celle-ci en œuvre d’art colorée et visible de loin pour y vendre ses produits du terroir. La Fédération Desjardins a fait réaliser par le Café Graffiti 11 étages de murales pour ses bureaux administratifs.

L’organisme est devenu, il est vrai, multiforme: le Café Graffiti est comme une PME qui vend ses services de décoration, de scénographes et d’organisateurs d’événements hip-hop; c’est un magazine bimestriel, Reflet de Société; c’est une maison d’édition appelée TNT dont le nom, qui rappelle l’explosif, encourage l’explosion des émotions.

L’organisme c’est aussi plusieurs sites Web de grande qualité, pilotés par Raymond, qui navigue dans le virtuel comme naguère le pilote d’avion et l’instructeur de pilotage qu’il était. De fait, les sites Web www.cafegraffiti.net et www.refletdesociete.com sont très bien positionnés dans les moteurs de recherche, pour toutes les personnes cherchant des informations sur des problématiques psycho-sociales traitées dans le magazine: prostitution, suicide, drogues, abus de toutes sortes.

Raymond entretient même un blogue à travers lequel il mène une veille anti-suicide sur le net auprès de divers correspondants à risque suicidaire à travers le monde.

Et, mine de rien, le Café Graffiti fêtait l’an dernier ses 15 ans!

«J’ai pleuré avec eux»

spectacle-breakdance-caf-graffiti-ahrosol-breakdancing-show-break-event-breaker«Passe le temps et passent les années», écrivait le poète Apollinaire (1880-1918). Effectivement, beaucoup de jeunes, artistes ou non, sont passés au Café Graffiti depuis le premier jet de peinture. «On reçoit chaque mois des garçons «sentenciés» par le tribunal de la jeunesse», me dit Danielle Simard, l’une des fondatrices du Café Graffiti. Le tribunal? «Au lieu de la prison, des jeunes viennent écouler ici des heures de travaux communautaires, payant ainsi leur dette à la communauté, poursuit-elle. On leur offre la possibilité de s’arrimer à l’une ou l’autre des nombreuses activités du Café Graffiti: ce peut être de monter des ateliers de breakdance, de s’initier à l’infographie, voire même de présenter des demandes de subventions pour des projets artistiques qu’ils ont en tête.

Bref, on veut cibler avec eux quelque chose qui leur est naturel, qu’ils vont expérimenter et développer durant leur passage ici.»

Dans son témoignage, Danielle révèle une capacité d’accueil immense, sans bornes même, je devrais dire inconditionnelle: «Moi, quand je suis arrivée à Montréal, en provenance de mon Saguenay, j’avais l’innocence, je n’avais pas de préjugés. Je m’ouvrais à une réalité de jeunes de grande ville que je ne connaissais pas tant que ça…

Les six premiers mois, j’étais un-peu-pas-mal impressionnée par l’esprit de gang des jeunes, du genre Hells Angels, dit-elle en riant. Pendant un temps, les jeunes m’ont tenue à distance comme si j’étais quelqu’un qui voulait les infiltrer… Ceci dit, je me suis vite attachée à ces jeunes-là, j’ai pleuré avec eux… je les ai aimés comme une mère. Aujourd’hui, je suis capable de les défendre. À mon sens, ce qu’on a créé au Café Graffiti, c’est comme une grande famille sociale…»

Artistes de la boutique des Éditions TNT:

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel.

    Soutenez le Café-Graffiti, affichez vos couleurs!

    tshirt-cafe-graffiti-t-shirt-personnalise-votre-logoVotre T-shirt Café-Graffiti pour seulement 9,95$. Disponible en bleu, rouge, noir, rose, vert ou blanc. Ou encore votre Sweat-shirt disponible en gris, noir, rouge ou rose pour 29,95$.

    Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009 Par Internet: http://www.editionstnt.com/t-shirts.html

    Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4

    Pour votre T-shirt promotionnel avec votre logo: Café-Graffiti: (514) 259-6900.

    Le Refus global, un cri de liberté

    Peintre du Québec

    Vous connaissez le Refus Global?

    Il s’agit d’un manifeste de protestation signé par 16 artistes québécois qui rêvent de transformer leur société. De la rendre plus sensible aux beautés qui sont la substance même de notre âme. Pour y arriver, ils posèrent un acte de liberté.

    Luc Dupont   Dossier Culture

    Extrait du Refus Global

    Un nouvel espoir collectif naîtra

    Les forces de la société nous reprochent nos excès comme une insulte à leur mollesse à leur bon goût.

    Elles nous soupçonnent de n’être que des révoltés.

    …nous protestons contre ce qui est, mais dans l’unique désir de le transformer:

    Fini l’assassinat massif du présent et du futur

    Les frontières de nos rêves ne sont plus les mêmes

    Faites de nous ce qu’il vous plaira, mais vous devez nous entendre.

    refus_global cri liberté paul emile borduasCes mots écrits avec fougue et avec colère, mais si pleins d’idéal et d’espérance, sont tirés d’un texte intitulé Refus Global. Qu’est-ce que le Refus Global? Un grand texte de protestation, de dénonciation; c’est un «manifeste» comme dans le mot manifes…tation.

    Il a été écrit en 1948 par Paul-Émile Borduas (1905-1960), un peintre québécois. Il est aussi le fruit de la réflexion de 15 artistes, très jeunes, huit gars et sept filles, dont la moyenne d’âge ne dépassait pas 26 ans. Un photographe, deux écrivains, six peintres, deux comédiennes, une décoratrice, trois danseuses et chorégraphes.

    Un certain nombre d’entre eux étaient déjà des élèves de Paul-Émile Borduas, professeur de dessin à l’École du meuble de Montréal; d’autres, des amis de ces élèves à l’École des Beaux-arts.

    Le Refus Global: un oui… en forme de non!

    Au début des années 1960, l’écrivain Pierre Vadeboncœur (1920-2010) décrivit en quelques mots ce que fut le Refus Global: «Ce fut un énorme «oui», qui prit l’enveloppe d’un «non».

    Le «non» signifiait «refus» de toutes ces vieilleries, ces arriérations, ces limitations à la parole et à l’initiative, qui empêchaient le Québec d’alors de se développer comme un peuple normal dans la Modernité du monde. On interdisait par exemple aux artistes de peindre des nus, de danser, de lire certains livres, bref on manifestait au Québec une pudibonderie excessive… Pourquoi? Par crainte, disait-on, que les jeunes «perdent leur âme».

    Et pourquoi parlait-il d’un «non» en forme de «oui»? Parce que derrière le «non», se déployait un «oui» tout aussi entier, une «acceptation globale». Acceptation de quoi? D’une nouvelle ligne de pensée pour le Québec: c’est-à-dire un énorme «oui» à la jeunesse, «oui» à l’art, «oui» à l’innovation, «oui» au courage d’être, «oui» au renouvellement du monde.

    Pierre Vadeboncœur est le premier à avoir vu cela. Il faisait partie de ces écrivains, déjà actifs au milieu du 20e siècle, qui, par leur articulation d’une pensée de liberté, préparèrent les Québécois à leur Révolution tranquille.

    Paul Borduas, l’artiste révolutionnaire

    Mais qui était Paul-Émile Borduas? Cet homme fut le premier artiste réellement révolutionnaire qu’ait produit le Québec du 20e siècle.

    Né à Saint-Hilaire en 1905, le jeune Borduas avait développé son art au contact du grand Ozias Leduc (1864-1955), un peintre en art sacré qui mettait son talent dans la décoration intérieure des églises du Québec.

    Le hasard amena ensuite Borduas à enseigner à des enfants du niveau primaire, où il sut cerner, chez ses jeunes élèves, un trait capital: la grande spontanéité. «Les jeunes, c’est connu, ont besoin d’une extériorisation abondante, sans entrave», disait-il. De là, il extrapola la règle suivante: il faut laisser libre l’instinct de création des individus.

    Dans un Québec qui se méfiait alors comme du diable de l’instinct, l’associant immédiatement aux débordements sexuels, cet acte de liberté avait quelque chose de provocateur.

    Au début des années 1940, Borduas déménage dans une autre institution, l’École du meuble, et enseigne à des élèves plus vieux (de niveau cégep, dirait-on aujourd’hui). Il y est responsable du cours de dessin technique, mais son enseignement va infiniment plus loin, sort des sentiers battus, au grand dam de la direction de l’École… «Il y prône l’abandon des exercices mécaniques, des imitations et des singeries, et la valorisation de l’expression personnelle.» (F.M. Gagnon)

    À ce moment-là de sa vie, l’artiste Borduas traverse une crise… de création. La peinture figurative, naturaliste, ne lui convient plus. Encore moins celle de l’art sacré. Il cherche à en sortir, à s’émanciper vers l’abstraction, un genre pictural que rejettent avec véhémence les principales écoles d’art du Québec. Or, ce sont ses jeunes élèves qui aideront «le professeur Borduas à devenir l’artiste Borduas.» (R. Viau)

    Dans l’atelier de Paul Borduas

    Bchevalet toile canevas peinture peintreorduas avait pris l’habitude de les recevoir chaque mardi soir à son atelier de la rue Mentana, près du Parc Lafontaine à Montréal. Les peintres y apportaient leurs œuvres, leurs dessins, et lui les étalait sur le plancher pour que tout le monde puisse en discuter librement.

    Borduas, comme Léonard de Vinci (1452-1519), croyait aux intuitions profondes qui habitent les artistes. Il rappelait parfois ce que le peintre de La Joconde avait dit, un jour, à un de ses élèves qui lui demandait quel sujet il pouvait peindre:

    Va près d’un vieux mur de pierre. Regarde-le longtemps ; petit à petit, tu y verras se dessiner des êtres et des choses. Tu découvriras ainsi un sujet de tableau bien à toi.

    Ce professeur-artiste était particulièrement sensible à un mouvement littéraire venu d’Europe, le Surréalisme, dirigé par le poète André Breton (1896-1966), mouvement qui avait aussi commencé par un manifeste intitulé celui-là Rupture inaugurale. Breton, qu’on a surnommé le «pape du surréalisme», encourageait une forme d’écriture spontanée, voire automatique, une technique propre à favoriser l’expression de la partie inconsciente en nous.

    Borduas s’était mis en tête d’appliquer les éléments de cette technique littéraire à la peinture. Ses élèves et lui ne le savaient pas encore, mais cette voie créative, dans laquelle tout le groupe avait décidé de s’engager, était rien moins qu’une révolution, non seulement au Québec mais dans l’histoire mondiale de la peinture au 20e siècle.

    Le manifeste du Refus Global

    Comme tous les artistes, Borduas et ses disciples cherchaient à capter les courants profonds de leur époque… Or au Québec, en 1948, trois ans seulement après la Deuxième Guerre mondiale, le courant profond et principal qui dominait tous les autres, c’était un désir tous azimuts d’émancipation, de liberté. Et pas seulement dans l’art…

    Comment vivre dans une société «fermée», si peu ouverte au risque, à l’invention, étouffant dans l’œuf les désirs de sa population? Comment grandir dans une société québécoise, très religieuse, trop religieuse, «plus catholique que l’pape!», disait-on? Car de cela aussi, les jeunes artistes, le mardi soir, dans l’atelier de Borduas, parlaient aussi.

    Beaucoup choisissaient à l’époque de créer des revues (La Relève et Cité Libre apparurent dans ces années-là) pour diffuser «les idées qui dérangent»… Mais le Groupe des Automatistes, car c’est ainsi que furent appelés Borduas et ses amis artistes, opta pour la création d’un texte «coup-de-poing», un grand texte de protestation, un «manifeste» comme on disait alors, un magistral et retentissant «refus global»!

    Ils y dénoncèrent cet «empêchement de vivre» jugé anormal et malsain. Ils y proposèrent des pistes de solution qui constituaient, en revanche, une espèce d’«acceptation» globale à de nouvelles formes de vie…
    Un grand cri : «Ouiiiiiiiiiiiiiiiiiii!!!» à toutes les aventures sensibles, susceptibles de germer dans des cœurs humains et libres!

    Semeurs de liberté

    Cela dit, en juillet et en août 1948, au moment où il applique une dernière correction à ce texte hyper explosif, Borduas ne va pas jusqu’à penser qu’il sera mis à la porte de son école, et qu’il perdra son poste de professeur.

    Pourtant, c’est ce qui lui arrivera! Et dans la foulée, beaucoup des jeunes signataires du Manifeste (Jean-Paul Riopelle, Thérèse Renaud, Fernand Leduc et d’autres) pour échapper à ce Québec intolérant qui leur rendait la vie impossible, partiront s’établir en Europe afin d’y poursuivre leur carrière.

    Pour le professeur déchu qui dût aussi s’exiler du Québec pour peindre, les années qui suivent seront parmi les plus difficiles de sa vie. En fait, c’est le début de la fin… Après un séjour à New York, où il continuera fiévreusement son travail, et après son établissement à Paris, rue Rousselet, il mourra subitement dans son atelier, le 22 février 1960.

    Paul-Émile Borduas disparaîtra sans bien sûr savoir qu’il est sur le point, par un extraordinaire retournement des choses, de passer à l’histoire du Québec. Et pas du tout comme un fauteur de troubles, mais bien plutôt comme un peintre de première grandeur, comme un véritable avant-gardiste de la Modernité québécoise.

    Et les jeunes artistes qui se réunissaient autour de lui, et qui signèrent courageusement le document, que devinrent-ils? La plupart, sinon la totalité, continuèrent avec grands succès leur œuvre artistique personnelle.

    Quinze ans après sa mort, le grand professeur de l’UQAM, André-G. Bourassa (1936-2011), exhumera des papiers de Borduas cette phrase que le peintre de Saint-Hilaire avait écrite à quelqu’un ou peut-être ce quelqu’un était-il… lui-même:

    Ce texte engagera ma vie entière, sans échappatoire possible.

    L’écrivain Pierre Vadeboncœur dira encore à propos de Borduas et de son texte:

    Or voici qu’un homme nous a proposé l’illimité et en a réalisé un chef-d’œuvre. Il s’est avancé jusqu’au bout de sa pensée. Il a délié en nous la liberté. Et il est mort après avoir tout dit.

    Claude Gauvreau, son ami, aura cette pensée :

    Les semeurs de liberté ne regrettent rien.

    Les 16 signataires du Refus Global

    PAUL-ÉMILE BORDUAS, peintre (1905-1960)
    BRUNO CORMIER, poète et psychanalyste (1919-1991)
    CLAUDE GAUVREAU, écrivain (1925-1971)
    PIERRE GAUVREAU, peintre et réalisateur (1922-2011)
    MURIEL GUILBAULT, comédienne (1922-1952)
    MARCELLE FERRON, peintre (1924-2001)
    THÉRÈSE LEDUC, écrivaine (1927-2005)
    JEAN-PAUL MOUSSEAU, peintre (1927-1991)
    MAURICE PERRON, photographe (1924-1999)
    JEAN-PAUL RIOPELLE, peintre (1923-2002)
    MADELEINE ARBOUR, designer d’intérieur, artiste multidisciplinaire (1923-    )
    MARCEL BARBEAU, peintre (1925-     )
    FERNAND LEDUC, peintre (1916-     )
    LOUISE RENAUD, peintre, danseuse et éclairagiste (1922-     )
    FRANÇOISE RIOPELLE, chorégraphe et danseuse (1927-     )
    FRANÇOISE SULLIVAN, peintre, sculpteure et danseuse (1925-     )

    Autres textes sur Culture

    Ce billet, ainsi que toutes les archives du magazine Reflet de Société sont publiés pour vous être offert gracieusement. Pour nous permettre de continuer la publication des textes ainsi que notre intervention auprès des jeunes, dans la mesure où vous en êtes capable, nous vous suggérons de faire un don de 25 sous par article que vous lisez et que vous avez apprécié.

    Merci de votre soutien.

    Carte anniversaire, poster, T-Shirt avec impression d’artistes

    poster affiche flyer carte anniversaire cartes souhaits voeux affichage impression t-shirtUne boutique virtuelle toute en couleur pour des produits artistiques originaux. Une façon originale de soutenir de jeunes artistes dans leur cheminement.

    Que ce soit pour une carte anniversaire ou un T-Shirt personnalisé, un CD de musique ou un livre, la boutique des Éditions TNT mérite de faire un détour.

    Merci d’encourager les artistes et le Café-Graffiti. www.editionstnt.com (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009. cafegraffiti@cafegraffiti.net.

    %d blogueurs aiment cette page :