Art autochtone et culture Navajo

JayCee Beyale

Entre tradition et modernité

Je suis un artiste navajo (Nouveau-Mexique). J’ai grandi dans une petite ville,  Farmington. Je réside depuis deux ans à Colorado Springs (Colorado). Mon identité et mes antécédents ont toujours été présents dans mon travail, car je suis fier de qui je suis et d’où je viens. Mon lien à la culture autochtone est fortement influencé par mon implication dans les arts.

Entrevue de Flora Lassalle. Dossiers Autochtone, Artistes, Culture

Qu’est-ce que te relie à la culture autochtone?

jaycee-beyale-artiste-autochtone-art-indien-navajoMon grand-père paternel était un médecin-chaman qui a consacré sa vie à aider les autres. À l’aide de chants et de peintures de sable, il guérissait et rétablissait l’équilibre de ses patients. Mon grand-père fait partie intégrante de qui je suis et d’où je viens. C’est bon pour moi de rester en contact avec mon passé et de partager mon talent avec les autres de la même manière. Le fait d’avoir vécu loin de la maison (la réserve) m’a donné l’occasion de partager ma culture avec les non-autochtones et de les aider. De cette façon, je suis rattaché à  la culture autochtone au quotidien, que ce soit dans le partage avec les autres ou dans l’expression de cette culture à travers mon travail.

J’implique tout mon être dans chacune de mes œuvres, c’est ce qui me garde connecté à ma culture autochtone. Ça se ressent dans la majorité de mes œuvres. C’est un peu ma signature. Il est difficile d’ignorer cette connexion dans mon travail parce que pour moi, elle est très puissante et spirituelle. Quand je peins, je me sens bien. Je crée avec grâce et gratitude. Je suis très chanceux de posséder des talents que je peux mettre au service de ma passion. Je ne crée pas par «amour des arts», mais pour ma survie, j’ai ça dans le sang. Ce facteur englobe tout ce que je réalise. Nous les Autochtones, nous avons utilisé la nature pour nous aider à maintenir l’existence. Je reproduis cela dans mes œuvres.

Comment as-tu découvert l’art urbain?

art autochtone artiste amérindien culture navajoJ’ai découvert l’art urbain et le graffiti grâce à mon frère aîné. Il revenait à la maison et pratiquait des tags qu’il apprenait avec ses amis mexicains (Cholo). Nous avons été élevés dans une ville frontalière pas trop loin de la réserve. Nous avons grandi entourés de plusieurs ethnies. Quand il a commencé à s’entraîner avec ses amis Cholo, il a créé des alphabets inspirés par les gangs de rue. Ce que nous avions à l’époque au Nouveau-Mexique était très similaire à ce que les gangs faisaient sur la Côte-Ouest des États-Unis.

J’ai trouvé ses dessins très beaux. J’ai commencé à les regarder régulièrement, jusqu’à lui demander de me créer un alphabet. Avec ce qu’il m’a donné, j’ai commencé à copier et à développer mon propre style de lettres. Lorsque nous allions visiter la famille dans des villes comme Albuquerque, Nouveau-Mexique et Phoenix, en Arizona, je regardais les graffitis et les peintures sur les murs. Je savais qu’il y en aurait toujours des nouveaux et je passais mon temps à les chercher, à les observer.

Sans avoir fait de graffitis, ma sœur écrivait déjà en lettres en forme de bulle sur ses manuels scolaires et dans des courriers pour ses amis. Elle avait un esprit super créatif. Elle a développé un style qui me plaisait que je me suis approprié.

Après que mes frères m’aient introduit aux bases du graffiti, j’ai commencé à dessiner beaucoup plus et à ajouter mes propres touches à ce que l’on m’avait montré. Je n’ai pas vraiment commencé à peindre sur les murs jusqu’à mon arrivée au lycée, à la fin des années quatre-vingt-dix. Avant cela, je travaillais sur du papier. Parce que je vivais dans une petite ville et que j’apprenais différentes formes d’art tout seul, il m’a fallu du temps avant d’acquérir les bons outils et réussir à produire de bonnes œuvres.

Je devais aller jusqu’à Albuquerque (à trois heures de route de chez moi) pour acheter des cannettes et rencontrer des artistes susceptibles de m’apprendre certaines techniques. Je m’exerçais alors dans une réserve, car c’était beaucoup plus sûr qu’en ville. J’avais déjà tellement de problèmes que je ne voulais pas me faire harceler par mes parents pour ça.

L’année dernière (2012), mes toutes premières œuvres réalisées dans la réserve ont été effacées. Ça m’a un peu découragé parce que je pensais qu’elles resteraient là beaucoup plus longtemps.

Quel est ton parcours artistique?

art autochtone artiste amérindien jaycee beyale culture navajoLorsque j’ai obtenu mon diplôme d’études secondaires, je n’avais aucune idée de ce que j’allais faire de ma vie! Un ami de la famille m’a aidé à m’inscrire au collège, j’ai été très chanceux d’avoir pu le faire.

À cette époque, personne dans ma famille n’avait fréquenté une université, ni même obtenu le diplôme collégial. Lorsque je suis rentré à l’Université du Nouveau-Mexique à Albuquerque, j’ai commencé à réaliser que j’étais unique, non seulement à cause de mes capacités artistiques, mais aussi parce que j’étais Amérindien.

En grandissant, j’ai appris beaucoup de choses sur les autres tribus et leurs chefs, en lisant des livres et en faisant attention à ce qu’il se passait autour de moi. Quand je suis entré au collège, ma soif de connaissances s’est intensifiée!

J’ai pris quelques cours à travers le programme d’études américaines autochtones, j’ai participé à une organisation étudiante autochtone et me suis entourée d’autres personnes autochtones de différentes tribus. Elles sont devenues ma nouvelle famille, elles m’ont beaucoup appris sur moi-même et m’ont encouragé à exploiter mon talent et à l’utiliser comme un outil pour améliorer notre avenir. Albuquerque n’est pas une très grande ville, mais moi, à cause de mes origines, je la trouvais immense! De plus, en vivant dans une ville, j’avais la chance de profiter de l’électricité et de tous les équipements modernes;  j’ai voulu combiner cela avec la culture autochtone traditionnelle et ses coutumes.

Aujourd’hui, j’en suis encore à essayer de trouver une voix pour parler de ça avec mon art. C’est de là que proviennent toutes les couleurs voyantes et les mouvements exprimés dans mon travail.

Ma spécificité réside bien sûr dans le fait que je graff, mais aussi dans l’utilisation d’ordinateurs pour générer de l’art et dans mon statut d’Amérindien dans l’univers technologique qu’est le monde aujourd’hui.

Le graffiti se vit souvent en crew (en groupe). L’as-tu déjà expérimenté?

Je n’ai jamais été vraiment attiré par un crew. Quand j’étais enfant à l’école secondaire, j’ai échangé des dessins et des croquis avec des amis. Nous étions une sorte de crew à l’époque, mais ça n’a pas duré longtemps. Aujourd’hui, j’ai été invité à faire partie de différents crews, mais je préfère juste continuer à faire ce que j’ai besoin de faire et de créer. J’ai toujours peint c’est ce que j’aime le plus. Je pense qu’il y a des avantages à faire partie d’un crew, peut-être qu’un jour j’en rejoindrai un. Mais pour le moment, je peins et me bats pour les peuples autochtones!

Ton travail mélange culture autochtone et modernité, qu’en pense les peuples autochtones et les graffiteurs?

art amérindien culture navajo autochtone artiste indienDe ce que j’ai vu et vécu, je pense que la plupart des Autochtones commencent petit à petit à apprécier mon travail. Ce qu’ils préfèrent, ce sont bien sûr mes œuvres les plus traditionnelles comme mes aquarelles. Ils aiment ce style! Il s’agit de mon travail le plus facile à approcher et à comprendre en raison de la forte présence des Amérindiens et des caractéristiques très subtiles du graffiti que l’on retrouve dans la couleur aléatoire des nuages, des éclaboussures et des gouttes.

Les couleurs plus audacieuses et la symétrie des mouvements dans mes dernières pièces prendront certainement plus de temps à être acceptées. C’est un regard nouveau auquel ils ne sont pas habitués. Mais je ne suis pas trop inquiet à ce sujet. C’est quelque chose que je veux affiner et développer pour l’exprimer avec une voix plus claire. Je suis actuellement en train de passer de la peinture aquarelle à la peinture à l’huile pour une approche plus technique, avec une palette plus riche.

Les graffiteurs quant à eux aiment ce que je fais! C’est drôle parce que j’ai été connu sous l’étiquette de l’artiste qui a étudié les beaux-arts alors que j’ai grandi en dessinant et en faisant des graffitis. Ce fut la seule raison pour laquelle j’ai continué à étudier et à explorer plus de styles et de médiums.

Ce fut une surprise pour la plupart des graffiteurs quand ils ont réalisé que je pouvais peindre avec des cannettes comme je le faisais avec des pinceaux! Ils aiment le style autochtone du Sud-Ouest, donc lorsqu’ils le remarquent dans mon graff, ça les rend vraiment enthousiastes!

Que veux-tu transmettre par tes œuvres?

Avec le travail que je fais parvenir, je veux que les gens sachent que le graffiti et l’art urbain sont seulement une partie de ce que je suis. J’aime l’art et je tente toujours de renouveler les médiums pour m’exprimer.

Bien sûr, tout ce que je réalise découle de mon passé et de ma culture parce que je veux que les gens prennent conscience que nous, les peuples autochtones, nous sommes toujours là et que nous pouvons nous exprimer dans un style contemporain. Bien que mes œuvres puissent paraître jolies et transmettre la beauté, il est important de garder en tête que je suis autochtone et que les peuples que je représente sont encore pris entre les griffes de la colonisation et de la modernité. Même si cela est difficilement acceptable et qu’on ait encore à se battre, on s’adapte et on avance, comme tout le monde. Les va-et-vient entre les beaux-arts et l’art urbain que l’on retrouve au sein de mon travail sont le symbole de tout cela. C’est ma façon comme artiste d’aider les gens à guérir de leurs maux.

Visiter la galerie de JayCee Beyale.

Autres textes sur Autochtone

Carte anniversaire, poster, T-Shirt avec impression d’artistes

publicité boutique t-shirts cartes voeux carte anniversaireUne boutique virtuelle toute en couleur pour des produits artistiques originaux.

Une façon originale de soutenir de jeunes artistes dans leur cheminement artistique.

Que ce soit pour une carte anniversaire ou un T-Shirt personnalisé, un CD de musique ou un livre, la boutique des Éditions TNT mérite de faire un détour.

Merci d’encourager les artistes et le Café-Graffiti.

www.editionstnt.com (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009. cafegraffiti@cafegraffiti.net

Autres artistes de la boutique des Éditions TNT:

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel.

Stage international en journalisme Billet numero 2 de Marie-Sophie en direct du Vietnam

Stage international en journalisme

Billet numéro 2 de Marie-Sophie en direct du Vietnam

barqueEn direct d’Ho Chi Ming Ville, je reviens d’un périple de 3 jours dans le Delta du Mékong! (le 3ieme plus grand fleuve du monde!)
Nous nous sommes promenés en barque sur le Mékong en visitant quatre îles vraiment sublimes: la Tortue, Phoenix, Dragon et Licorne. Vous voyez le genre de noms que l’on donne aux endroits ici! Nous avons visité une ferme de noix de coco où les vietnamiens produisent leurs fameux bonbons à cette saveur. Nous avons aussi vu des rizières verdoyantes et goûté au thé vietnamien accompagné de chants traditionnels.

Ensuite, nous sommes allés au marché flottant… incroyable! Des centaines de bateaux se donnent rendez-vous chaque matin pour vendre des produits de toutes sortes: fruits, légumes, vêtements, boissons et plus encore!  Directement du bateau, nous avons pu faire nos emplettes… Il existe aussi des villes directement sur l’eau!  Ce sont pour la majorité des pêcheurs qui y vivent avec leur famille. Je peux vous jurer que c’est un dépaysement total!

caodaistes Nous sommes aussi allés visiter un temple bouddhiste au sommet du mont Sam où nous avons pu admirer le coucher du soleil qui descendait directement sur le Cambodge.

Juste avant le Delta du Mékong nous sommes allés visiter un temple de la religion caodaisme. En fait, à première vue, nous avons l’impression que c’est une secte! Les caodaistes vénèrent Victor Hugo, Weston Churchill et deux seigneurs vietnamiens. Cette religion a été créée à la fin des années trente. Au tout début, la religion ne comptait que quelques centaines d’adeptes, mais ce sont aujourd’hui plus de deux millions de personnes qui pratiquent ce culte! Le temple est tout à fait à couper le souffle tellement les couleurs et l’architecture sont spectaculaires… Je n’ai rien vu de semblable auparavant.

chapeau pointuFinalement, nous sommes allés voir les tunnels de cuchis. Ces tunnels ont été construis grâce à l’ingéniosité des Vietnamiens lors de la guerre du Vietnam! Ces soldats vivaient dans ces tunnels pour se cacher de l’ennemi et préparer des attaques secrètes! Les passionnés d’histoire ont été servis!

Fait intéressant, la chaleur ressentie aujourd’hui est de 41 degrés celcius! Oui oui vous avez bien lu! Je ne vous parle pas de l’humidité!
Notre voyage se déroule à merveille, le groupe est génial et les vietnamiens sont extrêmement gentils et serviables.

D’autres nouvelles suivront sous peu! À très bientôt.

Marie-Sophie.

Le début de l’histoire au Vietnam.

PUBLICITÉ

show_imageQuand un homme accouche. Roman de cheminement. Le personnage principal accouche de son enfant intérieur qui devient son ami et son thérapeute tout au long du roman. Ce livre est le premier d’une trilogie qui a été reprise dans L’amour en 3 Dimensions. 9,95$

Disponible Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009
Par Internet: www.refletdesociete.com
Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel.

Pierre Chantelois, blogueur phoenix

Pierre Chantelois: le blogueur phoenix

Raymond Viger

untitled

Biographie

Après une dizaine d’années dans le secteur privé des communications (radio-télévision), Pierre Chantelois s’est orienté vers le secteur de la Fonction publique du Canada et du Québec du 1970 à 2005. Conseiller, gestionnaire et analyste, Pierre Chantelois s’est particulièrement intéressé à la télédiffusion des débats parlementaires, aux services en ligne gouvernementaux et aux communications stratégiques gouvernementales. Pierre Chantelois a aussi touché au domaine des relations internationales et du développement international au sein du gouvernement du Canada et auprès d’une importante université francophone du Québec. Pierre Chantelois a oeuvré auprès d’une société internationale d’informatique à titre d’analyste-conseil avant de prendre sa retraite en 2006.

La retraite et la naissance du blogueur

Que devient un retraité comme Pierre Chantelois? Un blogueur très actif e18f17e9a8f9b54280dce839ba2c3f43et très  présent dans la blogosphère. Pierre Chantelois a publié plus de 1 000 billets. Des billets songés, écrit avec la main de l’expérience et de la sagesse.

Pierre Chantelois a été actif sur son blogue, De ce côté-ci de l’Amérique. Pierre Chantelois a aussi été un blogueur très actif sur des blogues tels que Agoravox, Les 7 du Québec ainsi que Cent Papiers. Actif parce qu’il publiait régulièrement, mais aussi parce qu’il commentait régulièrement d’autres billets. Des commentaires tout aussi songé et pertinent que ses billets.

La retraite du blogueur

Le 14 mars dernier, Pierre Chantelois nous annonce une nouvelle retraite. Pierre Chantelois ne sera plus un blogueur comme il l’a été. Il sera un blogueur photographe. S150_auton11241ous le nom Les beautés de Montréal, le nouveau blogue de Pierre Chantelois nous présente des photos de Montréal. Des photos qu’il prend quotidiennement, des photos sensibles et humaines de Montréal. Sous le noms Les beautés de Montréal Bis, Pierre Chantelois présente sa photo du jour.

Pierre Chantelois veut que ses photos voyagent. Vous pouvez le contacter pour l’utilisation de ses photos. Il sera ravi de prendre arrangement avec vous.

PUBLICITÉ

show_imageQuand un homme accouche. Roman de cheminement. Le personnage principal accouche de son enfant intérieur qui devient son ami et son thérapeute tout au long du roman. Ce livre est le premier d’une trilogie qui a été reprise dans L’amour en 3 Dimensions. 9,95$

Disponible Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009. Par Internet: www.refletdesociete.com
Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel.

L’éducation francophone en Colombie-Britannique: école Gabrielle Roy

L’éducation francophone en Colombie-Britannique

Vancouver, chapitre 11

Raymond Viger                     Dossier Francophone, Éducation

Je suis en train de préparer un reportage sur la communauté francophone de la Colombie-Britannique. Cela va m’amener, pendant 15 jours à rencontrer beaucoup de personnes qui travaillent dans différents milieux.

J’ai besoin de nuancer ici la différence entre le blogue et le reportage. Dans ce blogue que j’écris au moins une fois par jour, je donne les grandes lignes des lieux visités, des gens rencontrés et quelques anecdotes de voyage. Je ne peux ramener toutes les informations recueillies. D’une part, pour une journée de visite, j’aurais besoin d’une nuit complète pour vous en faire état. D’autre part, il ne faut pas oublier que je suis en vacances. Il faut que je me garde un peu de temps, non seulement pour dormir, mais aussi pour prendre avantage de ces vacances. Cela ne fera qu’augmenter votre intérêt pour le reportage qui sera publié en septembre prochain. Pour les sujets qui ne se retrouveront pas dans le reportage, je reviendrais vous en faire un témoignage éventuel plus complet.

Pour notre journée de visites scolaires, Paul de la Riva est notre guide. Paul est directeur des communications pour le Conseil scolaire francophone de la Colombie-Britannique. Pour couvrir la grandeur du territoire, Paul se retrouve souvent en déplacement en auto et en avion. Je profite de l’occasion pour le remercier pour la journée qu’il a prise avec nous pour ces visites d’école et d’organismes communautaires francophones. Les connaissances qu’il nous a partagées seront très précieuses pour les contacts que je vais faire à Vancouver et pour le reportage en cours.

Notre première visite est l’école Gabrielle Roy de Surrey, la plus grosse école francophone de la Colombie-Britannique, 540 élèves de la maternelle jusqu’à la 12e année. La directrice, Irène Roy, nous y accueille pour faire la tournée de l’école et nous en parler. Une garderie communautaire est rattachée à l’école, La Coccinelle.

Avec 13 niveaux scolaires et pour le nombre restreint d’étudiants, cela veut dire qu’il peut arriver que certaines classes soient regroupées ensemble. Le directeur, les enseignants et les élèves se connaissent tous. Le lien est tellement fort, que deux élèves, Charmante et Bernadette, s’ennuyaient déjà de France qui leur enseigne.  Elles étaient de retour pour jaser un peu avec leur enseignante, devenu une amie, une confidente.

L’école ayant passé au feu, le Phoenix est devenu leur symbole. Renaître de ses cendres et reprendre son envol. Lors de notre départ, un couple de Mississauga en Ontario venait d’arriver pour visiter l’école avant d’inscrire leurs 3 enfants à l’école francophone.

education-langue-francaise-francophone-francophonie La devise de l’école que je ne peux passer sous silence: Nous sommes à construire un monde meilleur – un étudiant à la fois. Irène a un message clair aux parents. Avant d’acheter une maison et de s’installer, magasiner votre école, sa distance… Prenez le temps de vous informer avant.

J’ai découvert dans cette école un drôle d’équipement qui se nomme  »une vache ». Une sorte de gros chariot dans lequel sont entreposés des ordinateurs portatifs pour les élèves et qui fournit les branchements nécessaires.

Autres textes sur la Francophonie

Éducation francophone dans l’Ouest du Canada

Éducation francophone en milieu anglophone. École Gabrielle Roy.

Éducation francophone en milieu anglophone. Écoles Rose-des-vents et Jules-Vernes.

Société francophone de Maillardville, bastion de la francophonie en Colombie-Britannique

La qualité du français dans la blogosphère

Meeting francophone. Le français est-il une maladie en voie d’extinction?

PUBLICITÉ
recueil-de-textes-a-mediter-croissance-personnelle-cheminement Après la pluie… Le beau temps. Recueil de textes à méditer. Chaque texte révèle un message, une émotion. Un même texte peut prendre un couleur différente selon notre état d’âme.

Le livre, au coût de 9,95$ est disponible dans toutes bonnes librairies au Québec ainsi qu’à la Librairie du Québec à Paris.

Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009
Par Internet: www.refletdesociete.com
Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel.

%d blogueurs aiment cette page :