Photographe et artistes pop art en vernissage

Réservez votre calendrier 2014

Quoi faire ce week-end, quoi voir aujourd’hui.

Vernissage contemporain, pop, street art et photographie

Six artistes s’exposent

Raymond Viger Dossiers ArtistesIllustrationVidéos

Un vernissage d’exception de 6 artistes issus de courants aussi variés que le contemporain, le pop / street art ainsi que de la photographie.

La fusion de 6 visions saura vous séduire et vous entraînera dans un voyage de style et de créativité artistique. Un rendez-vous ‘’fusionnel’’ avec les 6 artistes autour d’un vin & fromages.

Une série d’œuvres accessible à tous les budgets en plus de facilités de paiement, qui vous permettront d’acquérir des œuvres originales de grande qualité d’artistes émergents sur le marché de l’art au Québec et au Canada.

Vernissage, mercredi le 11 décembre de 17:00 hres à 21:00 hres. L’exposition se poursuivra jusqu’au 24 décembre 2013.

Ray Lengelé sera présent et fait parti des six artistes exposés. Vous pouvez visiter la boutique virtuelle de Ray Lengelé.

Art 55 Galerie
4270, Chemin Cote-De-Liesse. Ville Mont-Royal
Derrière centre commercial sur la rue Lucerne V.M.R
Métro: De La Savane T: 514.731.6660

Carte anniversaire, poster, T-Shirt avec impression d’artistes

publicité boutique t-shirts cartes voeux carte anniversaireUne boutique virtuelle toute en couleur pour des produits artistiques originaux.

Une façon originale de soutenir de jeunes artistes dans leur cheminement artistique.

Que ce soit pour une carte anniversaire ou un T-Shirt personnalisé, un CD de musique ou un livre, la boutique des Éditions TNT mérite de faire un détour.

Merci d’encourager les artistes et le Café-Graffiti.

www.editionstnt.com (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009.cafegraffiti@cafegraffiti.net

Autres artistes de la boutique des Éditions TNT:

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel.

Le graffiti de Québec s’expose

Réservez votre calendrier 2014

Quoi faire ce week-end, quoi voir aujourd’hui.

Le graffiteur Bjorn nous invite

Fanzine photo et skateboards

Raymond Viger Dossiers Hip-hopCulture, GraffitiPorte-folioMuralesVidéos

portefolio murales graffiti muraliste graffiteur street art urbainLe Graffiteur Bjorn sera présent au Salon Nouveau Genre pour présenter son tout premier fanzine photo, ainsi que quelques reproductions et skateboards. Samedi et dimanche, les 7 et 8 décembre 2013, de 11h à 19h, à l’Église Saint-Jean Baptiste à Québec.

Une invitation pour tous.

street art urbain graffiti murale graffiteur muralistePour sa 9e édition, le Salon Nouveau Genre revient dans le quartier Saint-Jean-Baptiste, à Québec! Rendez-vous incontournable pour quiconque s’intéresse aux créations artistiques et indépendantes, le salon réunira plus de 120 créateurs de la relève en métiers d’art, en arts visuels, en édition, en mode, en design et en musique !

Vous pourrez y rencontrer des céramistes, des joailliers, des ébénistes, des créateurs de vêtements, des designers, des illustrateurs, des auteurs, des musiciens, des sculpteurs et bien d’autres. Vous y trouverez des produits audacieux, innovateurs et, en grande partie, exclusifs. Bref, des cadeaux nouveau genre!

portefolio graffiteur street art urbain graffiti artistes rue avive patrickL’église Saint-Jean-Baptiste

470, rue Saint-Jean (à Québec)

entrée gratuite

Autres billets sur le Graffiti qui pourraient vous intéresser:

Vidéos murales graffiti:

Pour rejoindre un artiste du Café-Graffiti: (514) 259-6900cafegraffiti@cafegraffiti.net

Soutenez le Café-Graffiti, affichez vos couleurs!

tshirt-cafe-graffiti-t-shirt-personnalise-votre-logoVotre T-shirt Café-Graffiti pour seulement 9,95$. Disponible en bleu, rouge, noir ou blanc. Ou encore votre Sweat-shirt disponible en gris pour seulement 29,95$.

Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009 Par Internet: http://www.editionstnt.com/t-shirts.html

Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4

Pour votre T-shirt promotionnel avec votre logo: Café-Graffiti:  (514) 259-6900 .

National Geographic discrimine Québec et Cuba

Concours de photographies du National Geographic

Discrimination du National Geographic envers le Québec

Cuba, Iran, Corée du Nord, Soudan, Syrie et… le Québec refusés au concours de photographie du National Geographic.

Raymond Viger Dosssier Culture, Protection du consommateur

national-geographic-concours-photographies-photo-photos-photographieNational Geographic organise un concours de photographies. Trois photographes sont en lien avec le Café Graffiti: AnnieNicole-Sophie V. et Juan. Je les avise de ce concours de photos qui pourrait les intéresser. La barre est haute. D’excellents photographes à travers le monde y participent.

Mais voilà qu’Annie me revient en me disant que dans les règlements, certaines régions sont exclus du concours et ne peuvent pas participer. Aux côtés de Cuba, de l’Iran, de la Corée du Nord et de la Syrie… nous retrouvons le Québec!

Pourquoi discriminer des citoyens de certains pays? L’art, la culture, la photographie, ça n’a rien à voir avec la politique d’un pays.

C’est à ne rien y comprendre. Devant mon incompréhension totale et une injustice qui me monte au nez, j’ai laissé des messages aux gens du National Geographic. J’attends impatiemment leur réponse justifiant que certains pays sont exclus de leur prestigieux concours.

En espérant que le National Geographic nous réponde rapidement pour expliquer cette position discriminante envers le Québec.

Extrait des règles du concours de photographies duNational Geographic:

Contest is open only to individuals who have reached the age of majority in their jurisdiction of residence at the time of entry and who do NOT reside in Cuba, Iran, New Jersey, North Korea, the Province of Quebec, Sudan, Syria or Vermont. Employees of National Geographic Society, and its subsidiaries and affiliates, and their immediate family members (spouse, parent, child, sibling and their respective spouses, regardless of where they live) or persons living in the same households of such employees, whether or not related are not eligible. CONTEST IS VOID IN CUBA, IRAN, NEW JERSEY, NORTH KOREA, THE PROVINCE OF QUEBEC, SUDAN, SYRIA, VERMONT AND WHERE PROHIBITED.

Le slogan du National Geographic: inspiring people to care about the planet. Il faudrait leur dire aux gens du National Geographic qu’une planète est la somme de tous les pays et de tous ces citoyens et que la discrimination est inacceptable.

Référence du concours du National Geographic.

Les raisons qui auraient pousser le National Geographic a créer une liste noire de pays.

Carte anniversaire, poster, T-Shirt avec impression d’artistes

publicité boutique t-shirts cartes voeux carte anniversaireUne boutique virtuelle toute en couleur pour des produits artistiques originaux.

Une façon originale de soutenir de jeunes artistes dans leur cheminement artistique.

Que ce soit pour une carte anniversaire ou un T-Shirt personnalisé, un CD de musique ou un livre, la boutique des Éditions TNT mérite de faire un détour.

Merci d’encourager les artistes et le Café-Graffiti.

www.editionstnt.com (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009. cafegraffiti@cafegraffiti.net

Autres artistes de la boutique des Éditions TNT:

Référencement des photos pour un blog

Comment bien référencer ses photographies

Hyperlien sur les photos

Vous voulez que les internautes puissent voir vos photographies. Mais vous voulez aussi que les internautes demeurent sur votre site pour vous donner la reconnaissance que vous méritez.

Raymond Viger  Dossier référencement

Si vous ne faites que placer une photo dans le texte, lorsque les internautes vont cliquer dessus ils verront la photo pleine page. Vous pouvez cependant en profiter pour rediriger les internautes vers un endroit plus stratégique pour augmenter la navigabilité.

Pour se faire, placer un hyperlien sur la photo vers une destination pertinente et complémentaire à la photo. N’oubliez pas de donner un titre et de placer des mots-clés sur votre photo.

De plus, vous avez le choix de faire ouvrir une nouvelle fenêtre ou de garder l’internaute sur la même page en cliquant sur la photo. C’est un choix éditorial que vous aurez à faire. Ce qui est important c’est d’être cohérent dans votre choix et de conserver toujours la même pratique.

Certains blogueurs n’aiment pas subir l’ouverture d’une nouvelle fenêtre. Stratégiquement, il peut cependant arriver qu’il soit préférable de le faire.

Titre d’une photo

Les internautes peuvent faire une recherche pour un mot clé mais aussi pour trouver des images qui correspondent à un mot clé. Il ne faut pas négliger le trafic qui provient de la recherche d’une photo.

Vos pires ennemis en ce qui concernent le titre et le référencement d’une photo sont les photographes et les infographes (je viens encore une fois de me faire quelques ennemis!). Non pas par méchanceté ou pour le plaisir de saboter votre travail en référencement naturel mais par obligation d’archiver la grande quantité de photos qu’ils procèdent.

Si vous recevez une photo qui a pour titre : 130111zga23B, fort peu probable qu’un internaute tente de faire une recherche sur un tel titre. Pour le classement du photographe il était peut-être important de connaître la date, qu’il a utilisé un zoom grand angle pour le 2e contrat du client numéro 23. Pour vous, toutes cette série de chiffre est complètement inutile.

Vous aurez donc à rebaptiser votre photo en fonction du billet dans lequel vous voulez l’insérer. Et si vous utiliser la même photo pour deux billets différents, vous devriez avoir deux titres différents.

Autres textes sur les techniques de référencement

Date prochaine formation sur l’écriture web.

Comment assurer d’être bien référencé pour votre blog ? Comment fidéliser les internautes ? Comment augmenter son trafic ? Comment interagir avec un Troll qui commente votre blog ?

Maintenant disponible, le livre Référencer son blogue, un mot à la fois

guide-referencer-blog-referencement-naturel-livre Maintenant disponible, le livre Référencer son blogue, un mot à la fois. Un livre sur l’art d’écrire un blogue et d’être bien référencé.

Écrire pour un blogue est différent que pour un magazine ou un journal. Comment maîtriser une technique simple et efficace pour que votre billet soit bien référencé par les moteurs de recherche tout en étant pertinent et cohérent pour les internautes? Les techniques d’écriture qu’il faut maîtriser sont expliquées dans ce guide.

Le guide est accessible à tous et facile d’utilisation. Il est une bonne référence autant pour la personne qui veut débuter un blogue que celle qui travaille pour un média et qui veut augmenter son trafic et son rendement.

Pour commander le livre, par Internet aux Éditions TNT, par téléphone au (514) 256-9000 au coût de 9,95$ ou encore pour les dates des prochaines formations: raymondviger@hotmail.com.

Recherche de photos et d’illustrations pour votre blog

Trucs et astuces sur l’art de bien référencer son blog.

Comment trouver des photographies pour un blog

Un blog, c’est comme un magazine. La présentation est importante pour attirer l’attention de l’internaute, lui donner le goût de lire votre billet et le fidéliser à votre blog.

Raymond Viger  Dossier référencement.

Pour les sites proposés ici pour vos photographies, illustrations ou caricatures, prenez le temps de vérifier les conditions d’utilisation pour chacune de ces références.

Pour se faire, vous voulez peut-être agrémenter votre blog de photos et d’illustrations. Il existe des sites où vous pouvez obtenir ce matériel gratuitement avec des images libres de droits d’auteurs tel que http://www.sxc.hu/. Si vous êtes prêts à payer 1$ ou plus pour des photos plus originales, vous pouvez utiliser un site tel que : http://www.istockphoto.com/index.php.

Les Forces Armées américaines mettent à votre disposition gratuitement des photos d’archives.

Wikipedia est un important site de référence où les textes et les photos sont libres de droits d’auteur. En cliquant sur la photo, vous pouvez en voir tous les attributs.

Pour les journalistes, www.cnw.ca vous offre des photos et un fils de presse sur l’actualité.

Un blogueur, Pierre Chantelois, a développé un blog spécialisé sur des photos de Montréal où il vous les présente. Il veut que ses photos circulent. Si vous mentionnez la source et faites un lien vers son site, il peut vous autoriser à les utiliser.

Même chose pour les caricatures de Renart Léveillé.

Lorsque vous intégrez une photo à votre blog, n’oubliez pas de la mettre en basse résolution. Une qualité de 72 DPI est suffisant. Si vous ne publiez que des photos hautes résolutions, le poids que cela va représenter va ralentir le téléchargement de votre blog et vous risquez de perdre les internautes qui n’auront pas la patience d’attendre.

Dans leurs classements, les moteurs de recherche tiennent aussi compte de la vitesse de téléchargement d’un site. Les sites trop longs à télécharger seront relégués aux oubliettes! Si vous utilisez un CMS (content management systems) tel que WordPress, la réduction du poids des photos se fait automatiquement.

Pour connaître la vitesse de téléchargement de votre blog, vous pouvez utiliser www.websiteoptimization.com. En quelques secondes, vous saurez s’il y a des liens brisés sur votre blogue, vous aurez des avertissement sur ce qui est trop lourd ou qui pourrait être problématique pour un bon référencement de votre blog.

Autres textes sur les techniques de référencement

Date prochaine formation sur l’écriture web.

Comment assurer d’être bien référencé pour votre blog ? Comment fidéliser les internautes ? Comment augmenter son trafic ? Comment interagir avec un Throll qui commente votre blog ?

guide-referencer-blog-referencement-naturel-livre Maintenant disponible, le livre Référencer son blogue, un mot à la fois. Un livre sur l’art d’écrire un blogue et d’être bien référencé.

Écrire pour un blogue est différent que pour un magazine ou un journal. Comment maîtriser une technique simple et efficace pour que votre billet soit bien référencé par les moteurs de recherche tout en étant pertinent et cohérent pour les internautes? Les techniques d’écriture qu’il faut maîtriser sont expliquées dans ce guide.

Le guide est accessible à tous et facile d’utilisation. Il est une bonne référence autant pour la personne qui veut débuter un blogue que celle qui travaille pour un média et qui veut augmenter son trafic et son rendement.

Pour commander le livre, par Internet aux Éditions TNT, par téléphone au (514) 256-9000 au coût de 9,95$ ou encore pour les dates des prochaines formations. raymondviger@hotmail.com

Le feu sacré d’Anne-Catherine

L’école de la vie

Étudier autrement

L’université et les diplômes sont devenus des outils indispensables pour bien se placer sur le marché de l’emploi. La société aime bien souligner l’importance de l’éducation pour parfaire ses connaissances et développer ses possibilités. Mais l’école n’est pas faite pour tous. Il est possible de s’offrir une vie pleine de défis et d’apprentissages par l’expérimentation. Reflet de Société vous présente l’histoire d’Anne-Catherine, une jeune femme pleine d’énergie et de volonté qui ne se voyait pas sur les bancs d’école.

Dominic Desmarais  Dossiers Éducation

Anne-Catherine a toujours été bonne à l’école. Ses parents l’encourageaient, elle et ses six frères et sœurs, à étudier avec sérieux. «Les études étaient très prisées chez moi. Surtout du côté de ma mère. Elle passait plusieurs heures par semaine à nous aider avec nos devoirs. Dans la famille, on ne se posait pas de questions. C’était naturel que les études se terminent avec un diplôme universitaire.»

Née à Ottawa en 1980, Anne-Catherine passe son enfance dans le système scolaire ontarien où le CEGEP n’existe pas et le secondaire se termine par une treizième année avant d’accéder à l’université. «Ça allait super bien à l’école mais j’ai fait ma 12ème année dans une école alternative. J’avais perdu le beat d’être toujours à l’école. Je voulais essayer quelque chose de différent.»

Anne-Catherine va en classe en matinée et fait ses devoirs l’après-midi à la maison. Elle met à profit son autonomie. «J’avais de super bonnes notes. Je n’avais pas besoin de professeurs. Je n’ai pas vraiment comparé les deux façons. C’est juste que ça m’a fait du bien de changer. Je suis retournée à mon école pour la fin de ma 13ème année. Je voulais graduer avec mes amis!»

Vouloir tout faire, tout apprendre

Jeune, Anne-Catherine s’intéresse à tout. Elle est incapable de se brancher sur son avenir. Au secondaire, elle fait partie d’un programme spécial orienté vers les arts visuels. Elle touche à la photo, la peinture et la gravure. À la fin de son secondaire, les universités viennent présenter leurs programmes pour inciter les étudiants de son école à choisir leur avenir. «Il y avait tellement de choses qui m’intéressaient. Les communications, le marketing, la mécanique, le théâtre, les arts visuels… C’est là que je me suis perdue. Ça m’a tellement écœurée d’avoir à choisir.»

Incapable de se brancher, elle reçoit les conseils de son père. «Il s’est permis de me dire que l’université, ce n’était pas si important, que je n’avais pas besoin d’y aller pour réussir dans la vie. Mon père est médecin! Est-ce qu’il m’a influencée? Oui. Mais c’était ma réflexion, ma décision. J’ai choisi ma plus grande passion, la nourriture! Je suis allée en hôtellerie.»

Pour Anne-Catherine, c’est un choix logique. Depuis ses 14 ans, elle travaille dans plusieurs hôtels d’Ottawa. Elle va parfaire ses connaissances dans un domaine qui la comble déjà de bonheur.

Mais, son expérience la déçoit. Au début de sa 2ème année en hôtellerie, ses professeurs lui repassent les mêmes cours. «Ils m’ont ramenée ce que j’avais déjà appris en 1ère année. Je me suis demandé pourquoi étudier. En hôtellerie, c’est tellement logique. J’apprenais 10 fois plus vite dans le département du Royal Service, un service aux chambres de haute qualité. Et plutôt que débourser pour apprendre, j’étais payée!»

Anne-Catherine quitte l’école pour s’appliquer à son travail. Et le temps fait son œuvre. «J’ai travaillé 6 ans dans le domaine. C’était tellement plaisant que je me suis dit que c’était impossible que je fasse ça toute ma vie. Je ne me creusais pas la tête, c’était juste du gros fun. Il me manquait du challenge.»

Apprendre au travail

Anne-Catherine s’ennuie à Ottawa. Sa grande sœur, installée à San Diego, lui offre un emploi d’un mois à travailler pour les placements en Bourse. La jeune femme tombe en amour… avec une boutique d’aliments naturels. «C’était vraiment les débuts du bio. C’était super bon! La fraîcheur des aliments, j’y goûtais. J’y allais tous les deux jours.»

Ce coup de foudre pour le bio va changer le cours de ses prochaines années. De retour de San Diego, elle décide de suivre un cours intensif en marketing à la Toronto School of Business. «Je ne savais pas pourquoi. J’ai juste suivi mon instinct. Le cours durait moins d’un an. Je n’ai pas de patience et j’apprends vite. Je voulais que ce soit court!»

Dans l’un de ses cours, on lui demande de monter un plan d’affaires fictif. Elle le fait sur une boutique bio, dans l’esprit de celle qu’elle a tant aimée à San Diego. «J’avais eu de bons guides et du bon feedback à la Toronto School of Business. Mon plan d’affaires était sérieux.»

L’entreprise familiale

Elle revient chez elle, à Ottawa, excitée. «J’avais tellement d’énergie à dépenser. Je voulais m’occuper. J’ai ouvert mon commerce. Je suis allée voir ma grand-mère pour qu’elle investisse dans ma boutique. Elle a hésité au début. J’étais jeune, j’avais 21 ans! Mais même ma mère a décidé d’embarquer. Mon père aussi était emballé. Finalement, c’était toute la famille qui s’excitait. J’étais comme une enfant, je n’avais aucune idée dans quoi je m’embarquais.»

Avec l’aide de ses proches, Anne-Catherine aspire à créer une entreprise familiale où chacun travaillerait un peu. Mais, deux semaines après l’ouverture, sa mère décède. «Ça été une grosse claque. J’ai dû gérer la boutique avec ma sœur et l’aide de mon père.»

Le deuil passé, Anne-Catherine plonge dans les affaires. «Je ne suis peut-être pas allée à l’université, mais ça a été mon école. J’ai appris la finance, l’honnêteté, la confiance, à travailler fort. Un business, c’est comme un bébé. Tu dois en prendre soin. Tu ne peux pas t’en détacher. J’apprenais tellement.»

«Mon petit cours en marketing à Toronto m’a beaucoup aidé. Je l’appliquais. C’était de la logique simple comme tout. Pas besoin de trois ans d’université pour l’apprendre. Tout ce dont tu as besoin, c’est de la drive. Et moi, je n’ai pas de doute, je n’ai pas froid aux yeux. J’étais comme une enfant qui apprenait à tous les jours!»

Fuir la routine

La lune de miel avec son entreprise dure trois ans. Jusqu’à ce que la routine s’installe. «Je commençais à étouffer. J’étais entre quatre murs, à toujours voir le même monde, les mêmes clients. En hôtellerie, il y a toute une équipe. J’avais besoin de ça, de l’échange d’énergie et de connaissances. Ma sœur, qui s’en occupait avec moi, est enseignante à temps plein. Elle venait le soir seulement pour fermer la caisse. J’étais trop souvent seule. C’est quand j’étais avec elle et mon père que je m’amusais le plus. Mais c’était rare. J’ai compris que j’avais besoin de travailler avec un gang.»

La jeune femme cherche des idées. Elle décide de prendre conseil auprès d’un ami de la famille, entrepreneur. «Je n’avais jamais entendu parler de mentor. L’idée m’est venue comme ça, soudainement. Il m’a donné le livre What color is your parachute, pour me guider vers un emploi qui me satisferait. L’hôtellerie, pour moi, c’était trop facile. Je ne me voyais pas en faire une carrière. Donc, ça devait être le marketing. Et comme j’aime le sport, j’ai fait l’équation: mon prochain emploi serait avec le club de hockey les Sénateurs d’Ottawa.»

Diplôme de la vie

Au moment où Anne-Catherine a son éclair de génie, les propriétaires des équipes de hockey ont décrété un lock-out. Rien pour décourager l’énergique jeune femme de 24 ans. «Je me suis trouvé un petit emploi à la billetterie, pour les concerts pendant le lock-out du hockey. Je n’y travaillais que 6 à 8 heures par semaine. La dame en entrevue m’avait demandé pourquoi je voulais cet emploi alors que j’étais propriétaire d’une boutique. Moi, j’attendais la saison pour postuler dans mon domaine! C’était tout réfléchi!»

Un mois et demi avant le début de la saison, une entente est conclue entre l’association des joueurs et la ligue. Chez les propriétaires des Sénateurs, c’est le stress. «Ils n’avaient pas d’employés alors que la saison devait commencer. Ils étaient en mode urgence. Ils ont fait une foire à l’emploi. J’avais cinq minutes pour me présenter au vice-président marketing. Je lui ai expliqué ce que j’avais fait avec ma boutique.»

Anne-Catherine est convoquée pour une 2ème entrevue, puis une 3ème. Elle n’obtient pas le poste. «J’étais déçue. Mais un mois plus tard, on me rappelle d’urgence, un jeudi. Je travaillais alors à la Coupe Rogers, l’Omnium de tennis, à Montréal. Ils avaient besoin de moi le lundi matin! Celle qui avait eu l’emploi n’était plus intéressée. Ainsi, je suis devenue coordonnatrice marketing. Je gérais une douzaine de comptes clients. Mon embauche par les Sénateurs a été un point culminant. Un homme de plus de 50 ans qui parle avec une petite jeune de 24 ans qui avait ouvert une boutique de A à Z et qui la gère seule. Il en a été bouche bée. C’est comme si ma boutique, c’était mon diplôme universitaire. On me reconnaissait, on reconnaissait mes compétences. Dix mois plus tard, les Canadiens de Montréal me recrutaient!»

Les Canadiens de Montréal, le véritable objectif de ses démarches auprès des Sénateurs, lui ouvraient les portes moins d’un an après ses débuts dans la Ligue Nationale de hockey. «Tout ce que j’ai fait était planifié. Mon but, c’était le Canadien. En rentrant aux Sénateurs, j’ai rencontré une fille de mon âge qui faisait le même boulot pour le Canadien de Montréal. On est devenues bonnes amies et quand il y a eu ouverture d’un poste, elle m’a appelée. Je suis descendue à Montréal pour une entrevue et j’ai été engagée sur le champ.»

Anne-Catherine restera à l’emploi du prestigieux club de hockey pendant trois ans. «J’avais le même poste qu’avec les Sénateurs. Je m’occupais des commanditaires. L’affichage sur les bandes, la pub à la radio et la télé, les événements. J’ai trippé. Mais, je suis tombée malade et j’ai dû tout arrêter. Ma boutique était toujours ouverte. Je passais la semaine à Montréal et je retournais à Ottawa y travailler les samedis et dimanches. Je travaillais sept jours sur sept. C’était fou!»

À tête reposée

«Quand le contrat de location du local est arrivé à terme, on en a parlé, ma sœur, mon père et moi, à savoir si on voulait le reconduire. Il n’y avait plus d’intérêt. J’étais là juste les fins de semaine, ma sœur qui travaillait comme enseignante… Je ne voulais pas forcer. Je voulais que la boutique continue parce que pour moi, c’était un cadeau à la communauté. Je l’ai vendue à un de mes employés.»

Après s’être reposée, Anne-Catherine fait un court détour par le communautaire. Puis, elle cogne à la porte du Cirque du Soleil. Elle se trouve une niche au sein du département des alliances corporatives où elle se démarque par sa volonté d’apprendre.

Ce qui lui vaudra de travailler sur un projet bien personnel du fondateur du Cirque, Guy Laliberté. La jeune femme, qui préférait le terrain plutôt que l’université, côtoie régulièrement l’un des Québécois les plus reconnus pour organiser ses conférences à la grandeur de la planète. Déplacements, longues heures et stress font partie de son quotidien. Avec en prime le sentiment de l’accomplissement, le travail d’équipe et l’excitation.

Il n’y a pas qu’un seul chemin pour se réaliser et gagner sa vie. Pour Anne-Catherine, le bonheur ne passait pas par l’université mais par l’expérience. Mais pour y arriver, la jeune femme a dû s’écouter.

Autres textes sur  Éducation

Abonnement au magazine Reflet de Société

magazine revue journal édition journalisme presse écrite communautaireInternet-o-thon pour soutenir le magazine communautaire Reflet de Société édité par le Journal de la Rue. C’est le temps de vous abonner pour montrer votre soutien à votre revue sur l’actualité communautaire et sociale. Toute contribution supplémentaire pour soutenir notre cause est la bienvenue.

Pourquoi s’abonner à Reflet de Société?

  • Le citoyen est au cœur de notre mission
  • Un regard différent, critique et empreint de compassion sur les grands enjeux de société
  • Un espace ouvert aux lecteurs pour prendre la parole, partager leurs expérience et faire progresser les débats
  • Un magazine d’information entièrement indépendant, financé par ses milliers d’abonnés aux quatre coins du Québec
  • Tous les profits générés par la vente de Reflet de Société sont remis à l’organisme Journal de la Rue qui offre des services de réinsertion sociale aux jeunes.

Par téléphone: (514) 256-9000, ext.: 1-877-256-9009 Par Internet: http://www.refletdesociete.com/abonnement.html Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4.

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel.

Photos de la nuit

Photographies, livre et recueil

Des couleurs de la nuit

Un deuxième livre électronique de Nicole Sophie Viau qui nous présente les arts de Montréal la nuit.

Raymond Viger Dossiers Culture, Ville de Montréal

La poésie peut-elle se vivre sans photos? La poésie est une description d’une émotion, d’un lieu. Une photographie est la présentation de ce lieu.

Merci Nicole pour ce nouveau recueil remplie de beautés nocturnes et de poésies photophaphiques.

Des couleurs de la nuit, le 2e livre de photographie Nicole Sophie Viau

Dans la quiétude de la nuit, le 1er livre de photographie nocturne de Nicole.

Le blogue de Nicole pour lui laisser un commentaire ou pour en voir un peu plus sur son travail.

Galerie de l’artiste.

Félicitations et continue ton beau travail.

Autres textes sur Culture

Carte anniversaire, poster, T-Shirt avec impression d’artistes

poster affiche flyer carte anniversaire cartes souhaits voeux affichage impression t-shirtUne boutique virtuelle toute en couleur pour des produits artistiques originaux. Une façon originale de soutenir de jeunes artistes dans leur cheminement artistique.

Que ce soit pour une carte anniversaire ou un T-Shirt personnalisé, un CD de musique ou un livre, la boutique des Éditions TNT mérite de faire un détour.

Merci d’encourager les artistes et le Café-Graffiti. www.editionstnt.com (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009. cafegraffiti@cafegraffiti.net

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Joignez-vous à 1  466 followers

%d bloggers like this: