Les jeunes ne votent pas ?

C’est un refrain qu’on entend souvent, chaque élection, et depuis des décennies. Mais est-ce bien vrai ?

Un texte de Gabrielle Brassard-Lecours – Dossier Politique

En ce moment, la majorité des conseillers et conseillères de l’équipe de la mairesse Valérie Plante ont dans la vingtaine et la jeune trentaine. Même chose du côté de Québec solidaire. Ce dernier use même de tactiques pour parler directement aux «jeunes», notamment en invitant des influenceurs à monter à bord de leur autobus de tournée de campagne électorale.

Si de nombreux «milléniaux» travaillent dans l’ombre des principaux partis politiques qui font campagne en ce moment au Québec, sur le terrain et dans les médias, ces derniers sont plutôt désillusionnés de la politique, cyniques, et ne savent pas pour qui ils vont voter, aujourd’hui plus que jamais. Ni même s’ils vont voter tout court. Certains se font même carrément retirer de la liste des électeurs.

Selon un article du Devoir, les 18-35 ans représentent 28 % de l’électorat. Un pourcentage non négligeable de votes pour les partis politiques, qui tentent de courtiser cette tranche d’âge pour aller chercher leur voix. D’après le même article, les 18-24 ans et les 25-34 ans se présentent toujours moins aux urnes que le reste de la population, les baby-boomers étant encore majoritaires dans notre société.

Des solutions pour le vote chez les jeunes

Pour 2020, le directeur général des élections envisage la possibilité de tenir un vote électronique, ce qui pourrait peut-être encourager plus de jeunes à voter.

Pour certains universitaires qui étudient le vote chez les jeunes, la motivation à voter passe avant tout à l’éducation à la citoyenneté, qui devrait commencer dès le primaire et le secondaire selon eux. Cela permettrait d’apprendre aux enfants et adolescents qu’est-ce que c’est que de voter, pourquoi c’est important, etc.

En attendant, si les jeunes n’ont pas envie d’aller aux urnes, les jeunes n’hésitent pas à investir plusieurs plateformes numériques pour exprimer leur opinion.

En complément à Reflet de Société +

Dans de nombreux pays à travers le monde, le vote obligatoire a été instauré. Mais de quoi s’agit-il et quels sont ses effets ? Réponse avec cette balado du département de Science politique de l’Université de Montréal.

Autres textes sur Politique

Suggestions de lecture

Autres livres pouvant vous intéresser

Politique municipale, le combat du congé de maternité

Un texte de Alexandra Duchaine – Dossier Politique

Les femmes aux ambitions politiques doivent-elles taire leur désir d’avoir des enfants pour être élues?

La conseillère municipale de l’arrondissement montréalais Ahuntsic-Cartierville, Émilie Thuillier, le croit et s’en désole. «Dans mon quartier, par exemple, plus on avance dans les échelons, dans les paliers de gouvernement, moins les élues ont d’enfants, moins elles sont mères», évoque la trentenaire.

Émilie Thuillier a 2 enfants. Elle côtoie la députée provinciale d’Ahuntsic-Cartierville Marie Montpetit qui en a un seul, puis la députée fédérale, Mélanie Joly, qui n’en a pas. «Aucune femme ne dira qu’elle a mis de côté sa vie familiale pour sa carrière politique, c’est beaucoup trop tabou, affirme Émilie Thuillier. Sauf qu’on le voit, on ne peut le nier, les élues ont rarement des familles nombreuses», souligne la conseillère en riant.

Aucun soutien

Pour la députée péquiste de Marie-Victorin Catherine Fournier, les femmes ne devraient jamais avoir à choisir entre vie politique et familiale. «Des mesures doivent être mises en place pour qu’être à la fois mère et législateur soit possible», croit l’élue de 25 ans qui désire donner naissance. «Pour l’instant, je ne comprends pas comment je ferais pour avoir des enfants, puisque mes fonctions politiques sont très prenantes», partage la plus jeune députée de l’histoire du Québec.

À l’Assemblée nationale du Québec, les familles ne profitent d’aucun soutien. «Il n’y a pas de salle d’allaitement, pas de garderie et, pire encore, les élus n’ont pas un seul jour de congé parental», souligne Catherine Fournier. Les mères députées doivent se remettre au travail tout de suite après l’accouchement, sinon elles encourent des pénalités financières, voire leur destitution.

Aux dires de la conseillère municipale de l’arrondissement montréalais Villeray–Saint-Michel-Parc-Extension et ex-députée de Laurier-Dorion, Elsie Lefebvre, les législateurs sont les grands oubliés de la politique familiale. «En termes de conciliation travail-famille, le Québec est un modèle, conçoit-elle. Par contre, pour les élus, c’est la préhistoire», dénonce la mère. À ses yeux, si les institutions politiques sont en retard, c’est parce qu’elles ont été trop longtemps entre les mains d’un «boys club» que les femmes commencent à peine à s’approprier.

Ce qu’il reste à faire

Élue enceinte en 2009, Elsie Lefebvre s’est battue pour qu’à l’Hôtel de Ville de Montréal la situation des parents, mais surtout des mères, s’améliore. La mairie qui n’était même pas dotée d’une table à langer est aujourd’hui pourvue d’un salon d’allaitement et d’une halte-garderie. Depuis juin 2016, tous les élus municipaux du Québec profitent même de 18 semaines de congé parental.

Sauf que ce congé reste plus symbolique que pratique. «La plupart des élus n’ont pas le budget pour disposer d’un secrétaire ou d’un remplaçant, explique la conseillère de Ville de Champlain-L’Île-des-Soeurs Marie-Eve Brunet. Si personne ne prend notre relève, à l’accouchement, on n’a pas le choix de continuer à travailler, parce que le citoyen doit toujours être représenté», défend la mère de 2 enfants. Il faut donc qu’un remplaçant soit désigné pour chaque conseiller.

Pour Elsie Lefebvre, tout reste encore à faire pour que la conciliation politique-famille soit possible. «Il faut changer les horaires des consultations publiques, qui se font surtout le soir, commence-t-elle. Il faut rendre possible le vote à distance ou l’enregistrement des assemblées et, plus important encore, il est nécessaire d’offrir des congés parentaux au fédéral et au provincial», énumère-t-elle.

Ailleurs en politique

Au sein de tous les paliers gouvernementaux, les femmes sont minoritaires. Elles occupent 32% des sièges au municipal, contre 27% au provincial et 26% au fédéral. «Si les femmes n’avaient pas à décider entre vie familiale et vie politique, si la conciliation allait de soi, il est certain qu’elles seraient plus présentes dans les espaces décisionnels», plaide Elsie Lefebvre, loin de négliger l’existence d’autres facteurs.

Fait fort révélateur, l’ex-députée de Laurier-Dorion a décidé de quitter le Parti québécois pour tenter sa chance au municipal en 2009 parce qu’elle était enceinte. Impossible pour elle de parcourir le Québec à la rencontre des citoyens ou de multiplier les allers-retours Québec-Montréal un bébé dans les bras. Représenter les habitants de son quartier semblait plus réaliste pour la jeune mère.

Émilie Thuillier, Marie-Ève Brunet, Catherine Fournier et Elsie Lefebvre mènent un combat pour que la politique soit à l’image de la société. «Les élus doivent vivre ce que les citoyens vivent, sinon ça fait des politiques publiques vides et décalées, qui n’ont aucun sens», résume Marie-Ève Brunet. À Ottawa, à Québec et au sein des mairies, certifient les 4 femmes de tête, il faut des mères qui comprennent le casse-tête quotidien des familles et qui légifèrent en conséquence.

Et il faut aussi des pères. Marie-Ève Brunet a dû retourner au travail 5 jours après son accouchement, car à l’époque le congé parental de 18 semaines n’était pas encore mis en place. Elle a pu le faire grâce à son mari, qui a pris plusieurs mois de congé pour la suivre partout où son statut d’élue la menait.

Marie-Ève Brunet le dit haut et fort, si les femmes sont minoritaires à l’Assemblée nationale, c’est en partie parce qu’elles sont encore perçues comme les responsables des petits. «Il faut réfléchir à notre vision collective de la mère, à notre vision du couple et de la répartition des tâches», conclut-elle. Parce qu’avant de moderniser les institutions politiques, il faut d’abord moderniser la famille, rappelle-t-elle.

Autres textes sur Politique

Suggestion de lecture

Autres livres pouvant vous intéresser

Politique municipale, Vision Montréal, Louise Harel et Benoît Labonté Louise Gagné, candidate pour Vision Montréal

Raymond Viger | Dossiers Politique, Ville de Montréal

Louise Harel, chef de Vision Montréal et candidate à la mairie, et Benoit Labonté, chef de l’Opposition officielle, ont présenté Louise Gagné comme candidate pour l’investiture de Vision Montréal dans l’arrondissement d’Outremont à l’élection du 1er novembre prochain.

Louise Gagné est une femme connue et reconnue dans les milieux communautaires, politiques et institutionnels. Elle a travaillé avec de nombreux ministres, participé à la création de plusieurs organismes communautaires. Mme Gagné s’est investi avec le Bureau international du droit des enfants, auprès de l’Immigration… Protection de la jeunesse, défense des droits humains, Santé… ses implication auront été nombreuses.

En 2003, Reflet de Société avait présenté un reportage sur Louise Gagné et sa famille. Louise Gagné a été présidente du Conseil d’administration de Reflet de Société et a fait parti pendant de nombreuses années de notre comité de lecture.

Bonne chance Louise pour ta nouvelle implication politique avec Louise Harel et Benoît Labonté.

Louise Gagné Vision Montréal politique municipale

 Autres textes sur Politique

Ce billet, ainsi que toutes les archives du magazine Reflet de Société sont publiés pour vous être offert gracieusement. Pour nous permettre de continuer la publication des textes ainsi que notre intervention auprès des jeunes, dans la mesure où vous en êtes capable, nous vous suggérons de faire un don de 25 sous par article que vous lisez et que vous avez apprécié.

Merci de votre soutien.

Après la pluie… Le beau temps

apres-la-pluie-le-beau-temps-recueil-de-textes-a-mediter-croissance-personnelleRecueil de textes à méditer. Chaque texte révèle un message, une émotion. Un même texte peut prendre un couleur différente selon notre état d’âme.

Le livre est disponible au coût de 9,95$.

Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009 Par Internet: http://www.editionstnt.com/livres.htmlPar la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4.

Autres livres pouvant vous intéresser

Pour voir le catalogue complet des livres des Éditions TNT.

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel 

Un maire intimide des journalistes en Montérégie

François Richard | Dossiers Médias, Politique

Le maire de Roxton Falls a envoyé récemment une lettre à ses électeurs dans laquelle il affirmait qu’il boycotterait ‘pour un certain temps’ la journaliste Ariane Faribault du journal La Pensée de Bagot. Le premier magistrat de la municipalité montérégienne y annonçait aussi son intention de ne plus publier d’avis municipaux dans les pages du journal. Ces avis sont une source de revenus importante pour les publications régionales. Comment La Pensée s’est-elle attirée la fureur du maire? En publiant un article mettant à jour une pratique illégale mis en place par l’administration municipale.

Entreprise de construction illégale

Afin d’éviter d’aller en appel d’offres pour la construction d’une garderie dans sa municipalité, l’administration de Roxton Falls s’est donnée le statut d’entrepreneur en construction sans détenir le permis obligatoire de la Régie du bâtiment à cet effet. L’hebdomadaire régional La Pensée de Bagot a révélé l’information dans ses pages le 3 juin dernier.

Un maire en colère

La réaction du maire Jean-Marie Laplante ne s’est pas fait attendre. En plus d’expédier une lettre contenant les menaces de boycott journalistique et publicitaire déjà mentionnées, le maire Laplante a déclaré qu’il réserverait à l’avenir ses achats publicitaires pour le principal concurrent de La Pensée, soit La Voix de l’Est, journal du groupe Gesca (La Presse, Le Soleil, etc.) situé à Granby.

Les journalistes qu’ossa-donne?

Le maire Laplante a démontré son incompréhension totale du rôle des médias d’information en écrivant dans sa missive que La Pensée devrait traiter de ‘sujets plus positifs, tels le développement du milieu, les exploits et réalisations accomplis par les citoyens des municipalités’. Il aurait de plus affirmé que La Voix de l’Est pouvait se permettre d’être plus critique envers les élus municipaux, mais pas ‘un journal communautaire comme La Pensée’. Il faut ici rappeler que La Pensée de Bagot n’est pas un journal communautaire, mais que même s’il l’était, son rôle serait tout de même de rapporter les informations les plus exactes possibles à ses lecteurs, que les nouvelles soient bonnes ou mauvaises.

Pas de mauvaises intentions, mais une grosse gaffe

Selon le directeur de La Pensée, Michel Dorais, l’administration n’a pas agit de mauvaise foi dans cette affaire. Il explique qu’un appel d’offres pour la construction de la garderie aurait risqué de favoriser un entrepreneur de l’extérieur de la municipalité, dont la taille permet de soumissionner à coût moins élevé. Michel Dorais souligne toutefois que ce n’est pas une raison pour enfreindre la loi, et encore moins pour punir un journal qui le mentionne. Le directeur de La Pensée croit que les nombreuses réactions que la lettre du maire a suscité l’ont fait réfléchir et il considère que ‘pour moi, cette histoire est déjà du passé’.

Avalanche de critiques

Les réactions ont effectivement été nombreuses, spontanées et quasi-exclusivement dirigées contre le maire Jean-Marie Laplante. De nombreux médias, régionaux comme nationaux, se sont saisis de l’affaire, la Fédération professionnelle des journalistes du Québec est intervenue auprès du maire et de nombreux lecteurs ont manifesté leur sympathie à l’égard de l’équipe de La Pensée et de son travail. Une réaction est particulièrement digne de mention, celle du chroniqueur de La Voix de L’Est, Michel Laliberté. Le maire Laplante est traité de ‘petit despote’ et comparé à Maurice Duplessis. C’est à se demander si le maire de Roxton Falls souhaitera toujours redirigé ses dépenses publicitaires vers un média beaucoup plus dur avec lui que ne l’a été La Pensée de Bagot. Patrick Lagacé en parle aussi de façon éloquente dans son blogue.

Politique municipale et journalisme: un débat encore à faire

Michel Dorais dit se réjouir d’une certaine façon que cette histoire soit arrivée et qu’elle ait fait le tour du Québec. ‘Des situations d’intimidation se produisent chaque semaine dans les médias régionaux. La plupart du temps il s’agit de menaces financières liées à la publicité. Le maire Laplante est toutefois le seul qui ait écrit ces menaces.’ Selon Michel Dorais le débat reste à faire sur le journalisme municipal en région et les pressions dont sont victimes ses artisans. Reflet de Société a d’ailleurs abordé la question dans une série de textes sur l’état et l’avenir de la presse communautaire au Québec que vous pouvez consulter ici. La Fédération professionnelle des journalistes du Québec a pour sa part profité de cet incident afin d’annoncer la création d’un comité chargé de répertorier et d’analyser les cas d’abus liés au journalisme municipal. Des modifications légales et réglementaires pourraient éventuellement être proposées.

Autres textes sur Politique

Ce billet, ainsi que toutes les archives du magazine Reflet de Société sont publiés pour vous être offert gracieusement. Pour nous permettre de continuer la publication des textes ainsi que notre intervention auprès des jeunes, dans la mesure où vous en êtes capable, nous vous suggérons de faire un don de 25 sous par article que vous lisez et que vous avez apprécié.

Merci de votre soutien.

Après la pluie… Le beau temps

apres-la-pluie-le-beau-temps-recueil-de-textes-a-mediter-croissance-personnelleRecueil de textes à méditer. Chaque texte révèle un message, une émotion. Un même texte peut prendre un couleur différente selon notre état d’âme.

Le livre est disponible au coût de 9,95$.

Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009 Par Internet: http://www.editionstnt.com/livres.htmlPar la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4.

Autres livres pouvant vous intéresser

Pour voir le catalogue complet des livres des Éditions TNT.

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel

La blogosphère est de nouveau en deuil: Lutopium et Noisette Sociale

Raymond Viger | Dossier Référencement

Lutopium, un blogue social-politique nous quitte pour une nouvelle orientation politique. Lutopium se concentrera sur la politique municipale et scolaire.

Noisette Sociale quitte la blogosphère suite à un harcèlement qu’elle a vécu concernant son anonymat qui a été dévoilé.

C’est une grande tristesse qui m’habite en voyant deux autres blogueurs disparaître ainsi de ma blogoliste.

Bonne continuité à vous deux. Étant un grand sensible, c’est départ donne une couleur toute particulière à ma journée.

PS 14 juin à 18:45 heures. La porte de l’éloquence le blogue de BAXT parle d’un article paru dans Cyberpresse où Noisette Sociale avait dévoilé son identité et celle de son conjoint. Il lance l’hypothèse que Noisette Sociale serait même sous contrat pour bloguer avec Cyberpresse. Si vous avez des informations sur le sujet, ne vous gênez pas pour nous tenir au courant.

PS 15 juin 7:15 heures Nicole a pris position autant dans son blogue que sur les commentaires des autres blogues pour tenter de remettre les pendules à l’heure concernant les commentaires d’internautes anonymes qui ne cherchent que la controverse. Nicole tient le blogue kekpart dans mon monde.

PS 15 juin 8:20 heures Renart L’éveillé avait parlé des départs de Noisette Sociale et de Lutopium le 13 juin dernier. Il repart dans le débat aujourd’hui avec son billet sur le Voyou de Bayou.

PS 15 juin 18:50 heures. Josianne Massé, Branchez-vous   nous résume l’histoire et présente les autres blogueurs qui ont traités de Noisette Sociale: Hispong Lebayne, Lendemain de brosse, La Plaine, Miscellanée Inc.

PS 15 juin 19:00 heures: Non seulement Noisette Sociale arrête d’écrire son blogue, mais son blogue est maintenant fermé. Deux années de billets viennent d’être détruit. La blogosphère vient de perdre une blogueuse aimée et respectée et toutes les archives de son blogue. Un blogue étant un journal personnel électronique, j’espère que Noisette Sociale s’est fait une copie personnelle de son blogue avant de le fermer.

PS 16 juin 7:00 heures: Réactions post-tsunamiques de Nicole.

PS 5 juillet 13:00 heures: C’est maintenant au tour de La porte de l’éloquence d’annoncer sa retraite!

PS 30 juillet 23:45 heures: Renaissance de Noisette Sociale. Rebienvenue dans la blogosphère.

Ce billet, ainsi que toutes les archives du magazine Reflet de Société sont publiés pour vous être offert gracieusement. Pour nous permettre de continuer la publication des textes ainsi que notre intervention auprès des jeunes, dans la mesure où vous en êtes capable, nous vous suggérons de faire un don de 25 sous par article que vous lisez et que vous avez apprécié.

Merci de votre soutien.

Autres textes sur Référencement

Autres textes sur Internet

L’art d’écrire un blogue et d’être bien référencé, le livre!

Comment assurer d’être bien référencé pour votre blog ? Comment fidéliser les internautes ? Comment augmenter son trafic ? Comment interagir avec un Troll qui commente votre blog ?

guide-referencer-blog-referencement-naturel-livreMaintenant disponible, le livre Référencer son blogue, un mot à la fois. Un livre sur l’art d’écrire un blogue et d’être bien référencé.

Écrire pour un blogue est différent que pour un magazine ou un journal. Comment maîtriser une technique simple et efficace pour que votre billet soit bien référencé par les moteurs de recherche tout en étant pertinent et cohérent pour les internautes? Les techniques d’écriture qu’il faut maîtriser sont expliquées dans ce guide.

Le guide est accessible à tous et facile d’utilisation. Il est une bonne référence autant pour la personne qui veut débuter un blogue que celle qui travaille pour un média et qui veut augmenter son trafic et son rendement.

Pour commander le livre, par Internet aux Éditions TNT, par téléphone au (514) 256-9000 au coût de 9,95$ ou encore pour les dates des prochaines formations.

Autres livres pouvant vous intéresser

%d blogueurs aiment cette page :