Pour ou contre la légalisation de la prostitution: Décriminaliser l’industrie de la prostitution ou la prostituée?

Pour ou contre la légalisation de la prostitution

Décriminaliser l’industrie de la prostitution ou la prostituée?

Raymond Viger         Dossier Prostitution et Sexualité.

Que ce soit Marie-France Bazzo sur Télé-Québec à l’émission Il va y avoir du sport ou encore Denis Lévesque à TVA, les médias nous ont régulièrement servi ce débat un peu réducteur.

Richard Martineau et Stella

On appelle le Franc-tireur Richard Martineau et on l’associe avec l’organisme Stella pour former le clan des Pour la légalisation de la prostitution. Pour leur faire face, le clan des Contre la légalisation de la prostitution, on retrouve des chercheurs abolitionnistes tels que Yolande Geadah ou encore Richard Poulin, membre de la coalition des luttes contre l’exploitation sexuelle (CLÉS).

Un drôle de débat. D’un côté on se limite à deux positions extrêmes: pour ou contre la légalisation de la prostitution. Pourtant il y existe la décriminalisation de la prostitution. Mais on n’en parle pas. Du côté de Stella, on veut une décriminalisation complète de la prostitution: la personne qui se prostitue, le client, le proxénète, la maison de débauche et toutes les activités reliées à la prostitution. Du côté de la Coalition, leur position est une décriminalisation de la personne qui se prostitue sans décriminaliser le restant de cette industrie.

Confusion des genres

Pouvez-vous m’expliquer comment se fait-il que Stella, qui est contre la légalisation de la prostitution se retrouve aux côtés de Richard Martineau dans le clan des pour la légalisation? Malgré que Stella et la Coalition ont des finalités très différentes, les deux groupes ont deux points énormes en commun: ils sont premièrement contre la légalisation de la prostitution et, deuxièmement, ils sont en faveur de la décriminalisation de la personne qui se prostitue. Au lieu d’avoir un début de chicane, on a ici un bon début de discussion et de partenariat.

Oui! Vous avez bien lu. Un début de partenariat pour deux organismes diamétralement opposé. Parce que les politiciens se sont questionnés à plusieurs reprises pour faire passer une loi pour légaliser la prostitution. En unissant leur message, en montrant leurs points communs et ensuite de montrer leurs différences, ils ont plus de chance de faire du millage ensemble qu’à se tirer des tomates dans un faux débat créé par les journalistes.

Responsabilité des médias

Les médias ont mis ces deux groupes en opposition. Est-ce que les médias ont mal agit en présentant le débat sous cet angle? Non! Ce sont les deux groupes militants qui ont mal répondus. Ils auraient dû clairement donner leur position contre la légalisation. Et ça, ils ne l’ont pas fait, créant une confusion pour plusieurs.

Les médias ont présenté le débat sous l’angle qui est connu par le public. Le public ne connaît pas nécessairement toutes les subtilités des différences entre légalisation et décriminalisation. Même dans les groupes militants, pour en avoir rencontré plusieurs, certains membres ne comprennent pas eux-mêmes toutes ces nuances et les subtilités entre criminaliser ou décriminaliser la prostitution! Il est donc normal et acceptable que les journalistes nous présentent ce que le public reconnaît. Mais ce sont aux groupes militants de prendre ces occasions pour éduquer et informer le public.

Parce qu’il y a des conséquences et des impacts majeurs à vouloir légaliser la prostitution. Une chose est certaine, même si le message communautaire a souvent été confus sur le sujet, les principaux intéressés sont cependant unanimes: contre la légalisation de la prostitution!

Autres textes sur Prostitution et Sexualité.

Avons-nous l’argent nécessaire pour légaliser la prostitution?

Doit-on légaliser la prostitution?

Les effets pervers de la légalisation de la prostitution.

Les clients de la prostitution.

Les filles dans les gangs de rue et la prostitution.

Prostitution de luxe d’une escorte.

Pour ou contre la légalisation de la prostitution?

Jean-François Lisée de L’actualité et la légalisation de la prostitution.

PUBLICITÉ

cover_avril-mai08 Internet-o-thon pour soutenir le magazine communautaire Reflet de Société édité par le Journal de la Rue. C’est le temps de vous abonner pour montrer votre soutien à votre revue sur l’actualité communautaire et sociale. Toute contribution supplémentaire pour soutenir notre cause est la bienvenue.

Par téléphone: (514) 256-9000, ext.: 1-877-256-9009
Par Internet: http://www.refletdesociete.com/Abonnement.html
Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel.

Publicités

Ça brasse dans le monde de la prostitution

Ça brasse dans le monde de la prostitution

Dossier ProstitutionRichard Martineau et  Sexualité.

Dans la dernière année, nous avons entendu toutes sortes de position sur la légalisation de la prostitution. Le débat a-t-il vraiment évolué? Richard Martineau a participé à des discussions sur le sujet. Il est pour la légalisation parce qu’il y aura des examens médicaux et psychologiques pour les prostituées. Le groupe Stella qui font du travail auprès des prostituées sont en faveur de la légalisation complète de la prostitution mais refuse tout examen médical ou psychologique. Deux positions qui votent du même côté, mais qui sont diamétralement opposé!

Ana Popovic et Sisyphe

Nouvelle orientation de ce débat qui existe depuis toujours. Ana Popovic, animatrice communautaire au Centre des femmes de Laval publie un texte sur le site de Sisyphe (http://sisyphe.org/article.php3?id_article=2444): L’UQÀM est-elle complice de l’industrie du sexe? Ce texte dénonce et questionne le département de travail social et Service aux collectivités de l’UQÀM.

UQAM et Stella

L’université peut-elle être partenaire de Stella dans une formation encourageant la prostitution comme étant un métier comme les autres? Est-il acceptable que l’université offre son soutien logistique pour aller chercher une subvention de 270 000$ auprès de l’Agence de santé publique du Canada pour l’organisation du Forum XXX. Les argents de l’Agence de santé publique du Canada peut-elle être mis au profit d’une association pour des fins politique et non pas d’intervention auprès des personnes concernées?

Pour avoir le droit d’assister à cet événement de 4 jours, il fallait être en faveur de la décriminalisation complète et totale de la prostitution. Les intervenants de plusieurs organismes communautaires n’ont pu participer au débat et à la formation, ne pouvant soutenir une telle allégeance.

Irène Demczuk et le Forum XXX

Irène Demczuk responsable du département de travail social à l’UQÀM, répond au texte d’Ana Popovic. Elle mentionne que c’est une formation sur les conditions de vie et de travail des femmes qui oeuvrent dans l’industrie du sexe au Québec. Les femmes qui travaillent dans l’industrie du sexe subissent l’impact des nombreux préjugés de la part de la population mais aussi, de personnes qui œuvrent dans les domaines de la santé, des services sociaux, communautaire et des services policiers. La méconnaissance des réalités vécues par les travailleuses du sexe et les préjugés influencent fortement leurs conditions de vie, de travail et de santé. Cette situation favorise l’isolement, la marginalisation voire l’exclusion sociale de ces femmes et porte atteinte à leur dignité.

Comment dans ce contexte faire confiance aux services créés pour venir en aide lorsqu’on craint d’être jugée et discriminée? Comment parvenir à se faire respecter, à consulter librement un médecin, à porter plainte contre un agresseur sans crainte d’être catégorisée comme une dépravée sexuelle ou d’être victimisée?

Madame Demczuk soutient que la subvention de 270 000$ ne servait pas seulement à ce forum de 4 jours, mais s’étalait sur une période de 2 ans.

Le débat est encore ouvert. Une commission parlementaire continue de se questionner sur la légalisation de la prostitution. Des tonnes de documents existent sur le sujet. Malheureusement, certains médias pensent clore le débat dans une émission de 30 minutes en affrontant 2 personnes qui sont « contre » à 2 personnes qui sont « pour ». Un débat plus complexe est à faire.

autres textes sur sexualité

PUBLICITÉ

show_image Poésie urbaine. Jours de Nuit. Roberto Mayer. 11,95$

Entre en mon univers, infiniment petit. Que se libère ta galaxie. Entre, là, tu es ton enfer, ton paradis. Ton repère y est enfoui. Entre, il ne manque que toi en ces mots. En ces vers dont j’aime me croire l’auteur.

Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009
Par Internet: www.refletdesociete.com
Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel.

Prostitution; légalisation ou décriminalisation

Prostitution; légalisation ou décriminalisation

Dossiers ProstitutionSexualité et MTS-Sida

Le débat va recommencer pour la nieme fois. Les rumeurs mentionnent qu’un comité de travail va se remettre en branle à l’automne pour débattre encore une fois du statut de la prostitution. Les journalistes s’activent et ont commencé à contacter différents intervenants pour faire des panels télévisés sur la question fin août, début septembre.

Je commence à être fatigué de répéter sans cesse nos positions sur ce sujet qui ne cesse d’être redondant. D’un côté le Bloc Québécois avec quelques alliés de Vancouver semble vouloir porter le débat sur la légalisation de la prostitution jusqu’à ce que leurs idées finissent par passer. Est-ce de la démocratie ou de l’acharnement politique? On consulte jusqu’à ce qu’on finisse par entendre ce qui fait notre affaire.

Notre magazine d’information et de sensibilisation, Reflet de Société a déjà réalisé plusieurs reportages sur les effets pervers de la légalisation de la prostitution, des conséquences de la légalisation de la prostitution sur les régions. Je ne recommancerais pas à en faire le débat dans mon blogue. Je vous laisse les liens de quelques articles que nous avons écrits et nous attendons vos commentaires.

autres textes sur la légalisation de la prostitution.

autres textes sur sexualité

PUBLICITÉ

show_image L’amour en 3 dimensions. Roman de cheminement humoristique. Pour dédramatiser les événements qui nous ont bouleversés. Pour mieux comprendre notre relation envers soi, notre entourage et notre environnement. Peut être lu pour le plaisir d’un roman ou dans un objectif de croissance personnelle.

Le livre, au coût de 19,95$ est disponible.

Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009
Par Internet: www.refletdesociete.com
Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel.

%d blogueurs aiment cette page :