Bloc Québécois VS Bloc Canadien

Face à face avec Simon Marchand

L’avenir du Canada

Raymond Viger Dossiers Le Ste-CathPolitique

Malgré que j’ai présenté cette position politique sur le Canada à maintes reprises, pour la première fois, un membre du Bloc Québécois ou du Parti Québécois prends le temps d’écouter attentivement ce qui est proposé.

politique élections fédérales bloc québécois parti québécoisQuelques commentaires de Simon Marchand sur la proposition:

Originale, viable, faisable, qui mérite qu’on s’y attarde…

Comment peut-on convaincre les gens de voter pour le Bloc Québécois? Le parti ne peut pas prendre le pouvoir parce qu’il n’est pas représenté dans l’ensemble du Canada.

Il y a pourtant des séparatistes dans l’ensemble du Canada. Pourquoi ne pas leur offrir de prendre parole et de voter pour un parti séparatiste.

Un bloc canadien composé de divers groupes canadiens. Le Bloc Québécois, le Bloc de l’Ouest, le Bloc de l’Ontario, le Bloc des Maritimes…

N’oubliez pas que chaque vote permet au parti de recevoir 1,75$ pour son financement. Même s’ils ne réussissent pas à faire élire un candidat séparatiste, il y a là une possibilité de financement pour le Bloc Québécois.

Quand l’argent du pétrole coulait à flot dans l’ouest du pays, beaucoup de gens de l’ouest espérait rejeter le Québec du Canada pour éviter la péréquation et envoyer un chèque au Québec. Il y avait beaucoup de séparatistes dans ce secteur du pays.

Pourquoi se casser la tête à passer par un référendum qui n’implique que le Québec.

Pourquoi se chicaner sur la légitimité d’un référendum fait que par le Québec?

Imaginer que le pays fasse élire le Bloc canadien avec le mandat de séparer le pays. Fini les référendums. Fini les chicanes. Personne pour nous dire qu’on ne peut pas. Que c’est illégal. Et bla… bla… bla…

La volonté d’un pays… de ne plus avoir un pays comme le Canada.

Simon Marchand a écouté. Il a trouvé l’idée intéressante.

Le premier politicien à avoir écouté attentivement.

Félicitations Simon Marchand. L’écoute est une grande qualité que mon mentor, Pierre Péladeau m’avait enseignée.

Autres textes sur Politique

Pour ceux qui trouvent qu’il y a trop de chicanes inutiles en politique, et qui seraient découragé par la vie politique du Québec, je vous laisse les informations sur un roman humoristique et de croissance personnelle:

L’Amour en 3 Dimensions (français), Love in 3 D (anglais).

l-amour-en-3-dimensions-roman-cheminement-humoristique-croissance-personnelleLa relation à soi, aux autres et à notre environnement

Roman de cheminement humoristique. Pour dédramatiser les évènements qui nous ont bouleversés. Pour mieux comprendre notre relation envers soi, notre entourage et notre environnement. Peut être lu pour le plaisir d’un roman ou dans un objectif de croissance personnelle.

L’histoire est une source d’inspiration pour découvrir, d’une façon attrayante et amusante, une nouvelle relation avec soi-même et son environnement. Bonne lecture et bon voyage au pays de Tom.

Le livre est disponible au coût de 19,95$.

Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009 Par Internet:Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4.

Autres livres pouvant vous intéresser:

Publicités

Face à face Québec 2014

Stérilité du débat politique

La politique, l’opium du peuple?

Raymond Viger. Dossier Politique

Le face à face des quatre politiciens majeurs vient de terminer. Pendant deux heures, Pauline Marois, Philippe Couillard, François Legault et Françoise David se sont affrontés. Pierre Bruneau a tenté d’animer et de contrôler le débat.

La grande question qui se pose après une telle soirée d’échange:

La démocratie est-elle bien servie avec de tels débats?

Quatre politiciens qui se lancent des couteaux, qui essayent de descendre son voisin, qui essayent de montrer qu’ils sont les seuls à détenir LA vérité. Est-ce cela que nous voulons élire comme gouvernement? Des politiciens qui ne sont pas capables de travailler ensemble pour servir les citoyens.

Une telle soirée ne réussi malheureusement pas à me réconcilier avec la politique. Il y a 125 circonscriptions électorales à travers le Québec. Un gouvernement majoritaire doit faire élire un minimum de 63 sièges. Le gouvernement péquiste a reçu en 2012 un mandat minoritaire avec 54 sièges. C’est donc dire que ce gouvernement doit travailler avec 71 autres politiciens d’allégeances diverses et autres que celle du gouvernement.

Tant que les politiciens ne nous démontreront pas leur capacité de travailler ensemble, en harmonie et d’arrêter de se garocher de la boue, pourrons-nous les considérer crédibles dans leur rôle de gestionnaire du Québec?

Manon pèse sur le bouton

Compte tenu des débordements des politiciens qui n’étaient pas tout à fait à l’écoute de l’animateur Pierre Bruneau, celui-ci aurait mérité d’avoir un bouton pour fermer le micro des politiciens qui abusent des droits de parole.

Autres textes sur Politique

Pour ceux qui trouvent qu’il y a trop de chicanes inutiles en politique, et qui seraient découragé par la vie politique du Québec, je vous laisse les informations sur un roman humoristique et de croissance personnelle. L’Amour en 3 Dimensions… Ha si les partis politiques pouvaient faire autant au lieu de se lancer de la boue!

L’Amour en 3 Dimensions (français), Love in 3 D (anglais).

l-amour-en-3-dimensions-roman-cheminement-humoristique-croissance-personnelleLa relation à soi, aux autres et à notre environnement

Roman de cheminement humoristique. Pour dédramatiser les évènements qui nous ont bouleversés. Pour mieux comprendre notre relation envers soi, notre entourage et notre environnement. Peut être lu pour le plaisir d’un roman ou dans un objectif de croissance personnelle.

L’histoire est une source d’inspiration pour découvrir, d’une façon attrayante et amusante, une nouvelle relation avec soi-même et son environnement. Bonne lecture et bon voyage au pays de Tom.

Le livre est disponible au coût de 19,95$.

Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009 Par Internet:Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4.

Autres livres pouvant vous intéresser:

Politique: choisir son vote

Politique

Élections: pas de « bon » vote

Comme en 2012, le Café Graffiti offre l’opportunité à ces jeunes de débattre  avec un candidat aux élections. Le vendredi 21 mars, Carole Poirier les a rencontrés. Plusieurs question lui ont été posées et l’une d’elle a particulièrement retenu mon attention.

Delphine Caubet dossier Politique

vote

Ce billet n’a pas but de faire la promotion d’un parti ou d’un candidat.

Mais pendant cette rencontre, l’une de nos jeunes a posé une question très vraie, réaliste et qui résonne en beaucoup d’entre nous.

La question qui tue

À l’heure de la commission Charbonneau et de la corruption, on a plus le goût de croire en la politique. Alors, que va changer la souveraineté pour le Québec ?

Cette question aurait pu être posée sans l’aspect de la souveraineté. Un parti ou un autre, après tout, qu’est ce que ça change ?

Et la réponse de l’actuelle député d’Hochelaga-Maisonneuve, Carole Poirier, est intéressante :

Il n’est pas possible de promettre un « jardin rose » à qui que ce soit. La diversité de partis est une bonne chose. C’est l’expression de la démocratie.

En somme, le « bon » vote, le « bon » choix qui mènera à un Québec paisible et prospère n’existe pas. Bien sur, chaque parti aura une incidence différente sur la société, et satisfera différentes catégories de la population.

Faire ses choix

À l’heure où la France est au prise avec un parti d’extrême droite, le Front National (FN), et où certains en appellent au Front républicain (vote stratégique pour bloquer le FN), pourquoi ne pas en profiter au Québec pour voter en fonction de notre coeur et de nos opinions?

Dans tous les cas, et quel que soit votre choix: s’abstenir c’est laisser les autres choisir.

Et vous, chers lecteurs, comment votez-vous? En fonction de votre tête ou de votre coeur ? Pour un candidat ou un parti?

Autres textes sur Politique

Pour ceux qui trouvent qu’il y a trop de chicanes inutiles en politique, et qui seraient découragé par la vie politique du Québec, je vous laisse les informations sur un roman humoristique et de croissance personnelle:

L’Amour en 3 Dimensions (français), Love in 3 D (anglais).

l-amour-en-3-dimensions-roman-cheminement-humoristique-croissance-personnelleLa relation à soi, aux autres et à notre environnement

Roman de cheminement humoristique. Pour dédramatiser les évènements qui nous ont bouleversés. Pour mieux comprendre notre relation envers soi, notre entourage et notre environnement. Peut être lu pour le plaisir d’un roman ou dans un objectif de croissance personnelle.

L’histoire est une source d’inspiration pour découvrir, d’une façon attrayante et amusante, une nouvelle relation avec soi-même et son environnement. Bonne lecture et bon voyage au pays de Tom.

Le livre est disponible au coût de 19,95$.

Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009 Par Internet:Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4.

Autres livres pouvant vous intéresser:

Expliquez-moi les élections et la politique

Au service du peuple ou du parti?

Élections quand il fait beau

Merci de m’expliquer le sens de la démocratie au Québec!

Raymond Viger Dossiers Politique

Le Québec repart en élections. Encore et encore. Est-ce vraiment pour le bien-être du peuple ou parce que le Parti Québécois y voit une occasion de prendre le pouvoir majoritaire?

Le parti Libéral ou tout autre parti au pouvoir ferait sûrement de même. Les grands du pouvoir consultent le peuple, font des sondages. Et quand tout semble propice pour leur parti et pour leur avenir politique, ils se lancent en élection.

Est-ce vraiment le sens que l’on donne à la démocratie? La démocratie vient du grec et veut dire la souveraineté du peuple. Pourtant, le peuple a voté pour mettre au pouvoir, pendant 4 ans, un parti minoritaire. Aller en élection avant le terme de 4 ans n’est-il pas être en contradiction avec le mandat que le peuple a donné au gouvernement?

Pourquoi faut-il que mes billets de la catégorie Politique se retrouvent aussi dans la catégorie Conflit d’intérêts?

Merci de m’expliquer. J’aimerais bien comprendre.

Autres textes sur Politique

Pour ceux qui seraient découragé par la vie politique du Québec, je vous laisse les informations sur notre guide d’intervention auprès de personnes suicidaires:

Guide d’intervention de crise auprès de personnes suicidaires

guide-d-intervention-de-crise-personne-suicidaire-suicide-intervention-prevention-suicide-rates-suicideLe guide d’intervention auprès de personnes suicidaires démystifie le suicide. Il permet d’aider les proches à reconnaître les signes avant-coureur du suicide et de déterminer qu’est-ce qui peut être fait pour soutenir la personne en crise.

Une section du guide est réservée aux endeuillés par suicide.

Le livre est disponible au coût de 4,95$. Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009. Par Internet:http://www.editionstnt.com/livres.html.

Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4.

Maintenant disponible en anglais: Suicide Prevention Handbook.

Autres livres pouvant vous intéresser:

Un curieux tournant politique au Québec

Élections Québec 2012

Un curieux tournant politique au Québec

Normand Charest – chronique Valeurs de société dossier Politique

Le 4 septembre 2012, les citoyens ont élu un Parti québécois (PQ) très minoritaire, mais aussi la première femme en tant que premier ministre du Québec, ce dont on peut tous se réjouir.

L’espoir d’une nouvelle attitude politique ?

Cela pourrait changer l’habituelle bataille de coqs que représente la vie parlementaire, à plusieurs égards. Du moins, nous le souhaitons.

En effet, en tant que femme, Mme Marois souhaite montrer l’exemple d’une gestion féminine plus basée sur la collaboration et la recherche de consensus. Son attitude, posée et calme, lorsqu’elle s’adressait à ses partisans, le soir de la victoire (même après l’attentat qui la visait), est rassurante.

Mme Françoise David, de Québec solidaire (QS), élue pour la première fois, offre aussi une attitude remarquablement paisible et conciliante.

De son côté, M. Legault, de la Coalition Avenir Québec (CAQ), s’est engagé à agir de manière respectueuse, lors des débats à l’Assemblée nationale. Il a été le premier à s’engager sur ce point.

Des engagements politiques

Tous ces engagements envers une action politique paisible et positive font plaisir à voir. Et, sans rêver outre mesure, nous voulons bien les croire et les appuyer. Car il est temps que nous sortions du cynisme, qui a trop longtemps régné.

Ce que nous souhaitons, c’est que les élus puissent enfin consacrer toutes leurs énergies à la mission que leur a confiée les citoyens. Celle de travailler à l’amélioration de notre société, qui en a bien besoin, à tous points de vue.

Les enjeux de société sont nombreux, tout comme les dossiers prioritaires, nous le savons tous. Des questions urgentes attendent des réponses du côté de l’environnement, de la santé, de l’éducation et ainsi de suite. Et la recherche de solutions se perd souvent, comme l’eau dans le sable : d’abord dans les débats partisans, et ensuite dans la bureaucratie.

Nous sommes tous politiquement responsables

C’est pourquoi ce travail ne doit pas se limiter aux politiciens. Les citoyens ne doivent pas s’attendre à ce que ceux-ci trouvent des solutions magiques à tous leurs problèmes. Ils doivent d’abord y travailler eux-mêmes de diverses manières. Par exemple, par des actions communautaires.

Mais cela commence par le travail sur soi, qui se reflète ensuite dans notre entourage : notre famille, nos proches, nos voisins et ainsi de suite. Car notre santé intérieure influencera nos choix, choix de consommation et de mode de vie, par exemple.

La vraie liberté

Des individus éveillés ne suivront pas aveuglément les courants qu’on leur propose, autant dans la mode que dans la façon de penser. On ne pourra plus les manipuler si facilement, comme s’il s’agissait de marionnettes. C’est pourquoi le travail sur les valeurs de société commence par le travail sur soi, et sur les valeurs auxquelles on choisit librement d’adhérer.

Et voilà la vraie liberté fondamentale, que personne ne peut nous enlever, quels que soient nos choix politiques : la liberté intérieure.

Autres textes sur Politique

Abonnement au magazine Reflet de Société

magazine revue journal édition journalisme presse écrite communautaireInternet-o-thon pour soutenir le magazine communautaire Reflet de Société édité par le Journal de la Rue. C’est le temps de vous abonner pour montrer votre soutien à votre revue sur l’actualité communautaire et sociale. Toute contribution supplémentaire pour soutenir notre cause est la bienvenue.

Pourquoi s’abonner à Reflet de Société?

  • Le citoyen est au cœur de notre mission
  • Un regard différent, critique et empreint de compassion sur les grands enjeux de société
  • Un espace ouvert aux lecteurs pour prendre la parole, partager leurs expérience et faire progresser les débats
  • Un magazine d’information entièrement indépendant, financé par ses milliers d’abonnés aux quatre coins du Québec
  • Tous les profits générés par la vente de Reflet de Société sont remis à l’organisme Journal de la Rue qui offre des services de réinsertion sociale aux jeunes.

Par téléphone: (514) 256-9000, ext.: 1-877-256-9009 Par Internet: http://www.refletdesociete.com/abonnement.html Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4.

La démocratie, le scrutin proportionnel et le manque de couille des partis politiques

Élections provinciales 2012

Les mensonges des partis politiques

En 2003, Jean Charest, Bernard Landry et Mario Dumont s’étaient engagé à instaurer le scrutin proportionnel au Québec.

Raymond Viger Dossie Politique

Depuis 2003, Jean Charest ne cesse de  »gouverner » majoritairement le Québec avec parfois seulement 24% des votes. C’est une des grandes lacunes de notre système politique actuel. C’est une des raisons pour laquelle plusieurs citoyens ont décroché de la politique. Seulement 57% des électeurs ont été voté aux dernières élections.

Une monarchie élective

Avec un gouvernement majoritaire qui peut faire ce qu’il veut, comment peut-on prétendre être un état démocratique? Un gouvernement majoritaire, c’est un gouvernement qui peut se faire élire avec une série de menteries qu’il ne sera même pas tenu de respecter. Parce que le gouvernement n’est pas imputable. Il nous promet n’importe quoi et il fait ce qu’il veut.

Le seul pouvoir qu’on laisse aux citoyens c’est de placer un X à côté du nom d’une personne ou de son parti politique. Après, la démocratie va se coucher pour les 4 années suivantes. Que nous ne soyons pas d’accord avec les orientations que prend le gouvernement en cours de mandat, nous sommes impuissants, sans aucun outil démocratique pour faire changer la donne.

Le gouvernement peut vendre le Mont Orford aux amis du pouvoir, il peut vendre nos ressources naturelles autant dans le Grand Nord qu’aux Îles de la Madeleine… Le gouvernement peut, en toute impunité, dépouiller le Québec à son avantage personnel et personne ne peut rien faire.

Ni les partis d’opposition, ni les journalistes, ne peuvent changer la situation devant un gouvernement majoritaire. Tout comme le simple citoyen, ils sont impuissants devant un gouvernement qui peut déraper comme il le veut.

Un système politique désuet et dépassé depuis plus d’un siècle

Notre système politique facilite la fraude, sous toutes ses formes. Depuis 1908, notre système politique est décrié. Depuis 1908, différents penseurs proposent de changer notre système politique pour le rendre plus démocratique et le diminuer sa vulnérabilité aux fraudes et aux main-mises sur le pouvoir. Parce qu’il n’est pas logique de donner le contrôle absolu du pouvoir à un parti politique qui ne reçoit que 24% des votes.

Des aberrations peuvent survenir tel que l’Union Nationale qui en 1944 et en 1966 avait pris le pouvoir majoritaire avec moins de votes que les libéraux! René Lévesque avait connu ce genre d’expérience lorsqu’en 1970, avec 23% du suffrage, il n’obtient que 7 députés élus. En 1973, avec 30% des votes, il n’en obtient que 6! Quand on pense que Jean Charest a obtenu un gouvernement majoritaire avec 24%, notre système politique en est renversante.

Les promesses des politiques non respectées

En 1998, quand Lucien Bouchard a pris le pouvoir au détriment du Parti Libéral, le nouveau chef du Parti Libéral, Jean Charest s’est fait un ardent défenseur d’un changement de système politique. Dès la création du Parti Québécois, son programme incluait de changer notre système politique.

Jean-Pierre Charbonneau et Claude Béland ont été responsable des États généraux sur la réforme des institutions démocratiques. Jean-Pierre Charbonneau a été journaliste et homme politique, ministre et président de l’Assemblée nationale. Claude Béland a été le président du Mouvement Desjardins. Un rapport a été déposé en 2003 proposant le scrutin proportionnel mixte.

Les chefs politiques Jean Charest, Bernard Landry et Mario Dumont ont endossé les changements proposés dans le mode de scrutin. .

On aurait pu penser qu’avec cette volonté politique commune, un changement dans notre système politique aurait déjà été fait et terminé. Malheureusement, non. Nous sommes encore dans un statu quo. Le Parti Québécois a même enlevé de son programme cette volonté de changer le mode de scrutin.

Parce que les partis politiques s’engagent avec des paroles en l’air. Parce que les partis politiques font des changements en fonction de ce qui les avantagent.

Jean-Pierre Charbonneau dans ses différentes allocutions cite Louis-Joseph Papineau l’Institut canadien en 1880:

Il n’y a pas de gouvernement légitime s’il n’est pas l’émanation de la majorité du peuple.

Ce n’est malheureusement que dans d’extrêmement rare cas que notre système de scrutin nous ait permis d’avoir des gouvernements légitimes.

Voici une note du secrétariat à la réforme des institutions démocratiques et à l’accès à l’information publié en 2004:

Pour que chaque vote compte – la proportionnelle mixte

La proportionnelle mixte pour :

  • rétablir la confiance envers le processus électoral et les élus;
  • corriger les trop grandes distorsions entre les votes reçus par chaque parti et le nombre de candidats élus;
  • éviter les renversements de volonté populaire, où le parti qui remporte le plus de votes n’est pas celui qui obtient le plus de sièges (comme en 1944, en 1966 et en 1998);
  • améliorer les chances des petits partis d’être représentés;
  • respecter le sentiment d’appartenance régionale des citoyens.

Autres textes sur Politique

Abonnement au magazine Reflet de Société

reflet-de-societe-magazine-drogue-prostitution-suicide-alcool-gang-de-rue-gambling Internet-o-thon pour soutenir le magazine communautaire Reflet de Société édité par le Journal de la Rue. C’est le temps de vous abonner pour montrer votre soutien à votre revue sur l’actualité communautaire et sociale. Toute contribution supplémentaire pour soutenir notre cause est la bienvenue.

Pourquoi s’abonner à Reflet de Société?

  • Le citoyen est au cœur de notre mission
  • Un regard différent, critique et empreint de compassion sur les grands enjeux de société
  • Un espace ouvert aux lecteurs pour prendre la parole, partager leurs expérience et faire progresser les débats
  • Un magazine d’information entièrement indépendant, financé par ses milliers d’abonnés aux quatre coins du Québec
  • Tous les profits générés par la vente de Reflet de Société sont remis à l’organisme Journal de la Rue qui offre des services de réinsertion sociale aux jeunes.

Par téléphone: (514) 256-9000, ext.: 1-877-256-9009 Par Internet: http://www.refletdesociete.com/abonnement.html Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4.

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel.

Pour qui voter? Comment voter?

Élections provinciales 2012

Voter pour le moins pire?

Certains ont décroché et n’iront pas voter. D’autres votent contre un parti ou son chef. Une partie de la population demeurent perplexes. Un parti ou l’autre, est-ce que ça va changer quelque chose?

Raymond Viger Dossier Politique

Le taux de participation aux élections provinciales de 2008 était de 57%, le plus bas depuis les 70 dernères années soit en 1927! Il faut cependant savoir que depuis la naissance du Canada et la création de la Confédération, de 1867 à 1927, la moyenne du taux de participation aux élections provinciales était de 50%. Jamais dans les 70 dernières années, le taux de participation aux élections provinciales avaient descendu sous la barre des 70%!

Le taux de participation aux élections provinciales des 5 dernières années est très significatif:

  • pour-qui-voter-comment-voter-election-2012-elections-provinciales81% en 1994
  • 78% en 1998
  • 70% en 2003
  • 71% en 2007
  • 57% en 2008

Comme le dit si bien certains annonceurs de Radio-Canada

Si la tendance se maintient… en 2028, plus personne n’ira voter!

Il est décevant d’assister à ce décrochage des électeurs aux élections provinciales. Mais c’est très compréhensibles.

Comment voter aux élections provinciales?

Laisser au parti au pouvoir le droit de déterminer quand les élections auront lieu est machiavélique et antidémocratique. Collé aux sondages et le nez dans l’agenda des mauvaises nouvelles à venir, il est inconcevable de laisser le parti au pouvoir déterminer quand déclencher des élections en fonction du meilleur timing pour son parti de se faire réélire. Conflit d’intérêt, délit d’initié, manipulation de l’opinion publique… Une décision qui ne se fait pas pour le bien être de la société, mais pour le bien être du parti au pouvoir.

Ça fait longtemps qu’on parle d’élections à date fixe. Qu’on arrête de parler et qu’on passe aux actes.

Pour qui voter?

pour-qui-voter-comment-voter-elections-2012-election-provincialeLes choix sont limités. Quelques partis mais qui ne répondent aux aspirations politiques de l’ensemble. L’idée même des partis politiques est peut-être révolu. Pourquoi m’obliger que mon vote pour le meilleur député de mon comté soit automatiquement relié à un parti politique et un chef de parti qui deviendrait Premier Ministre. Le meilleur député de mon comté est peut être membre d’un parti dont je suis complètement allergique. Pour quoi voter alors? Le parti que je veux au pouvoir ou le député de mon comté? Même problématique pour le chef de parti.

Le respect de mon vote est de me donner le privilège de voter pour le député de mon comté et pour le Premier ministre séparément. En faisant cela, nous aurons possiblement moins souvent des Premiers ministres qui sont en contrôle total sur notre société.

Se battre pour une société ou contre le partie au pouvoir

Un des problèmes majeurs de notre système politique est la notion de parti politique. Il y a un parti au pouvoir. Il tentera de dénoncer et de trouver les erreurs du gouvernement précédent. Le parti d’opposition, tentera de mettre des bâtons dans les roues du parti au pouvoir et d’être contre ce qu’il proposera.

Tout ces combats entre partis n’ont rien à voir avec la gestion d’une société. Les députés devraient avoir le mandat de travailler tous ensemble pour bâtir un pays. L’assemblée nationale n’est pas un ring de lutte pour des guerres fraticides. L’assemblée nationale se doit d’être un lieu de création collective pour un meilleur avenir de ses citoyens.

Le droit au désengagement

La démocratie ne devrait-elle pas nous donner le droit de se réajuster et de changer d’idée? Présentement, les citoyens votent au 4 ans. Entre ces 2 minutes démocratiques, pendant 4 très longues années, on laisse un parti politique majoritaire et son chef faire ce qu’il veut, comme il le veut. Si après 2 ans, les citoyens considèrent que notre Premier ministre ne va pas dans la bonne direction, si je suis dans une démocratie, je dois avoir le pouvoir de le congédier et de demander de nouvelles élections.

Les élections provinciales 2012

Pour les élections provinciales 2012, je m’attends à un taux record de participation. La mobilisation des jeunes de ce printemps et le conflit étudiant devrait amener beaucoup de gens aux urnes. J’invite les gens à se présenter aux élections et de remplir, le plus consciencieusement possible, leur devoir de citoyen. Mais pour qui voter? Et si nous annulions tous nos votes? Si plus de 50% des gens annulaient leur vote, est-ce à dire que les élections ne sont pas légales?

Les taux de participation aux élections provinciales ont été fourni par le directeur général des élections.

Autres textes sur Politique

Après la pluie… Le beau temps

apres-la-pluie-le-beau-temps-recueil-de-textes-a-mediter-croissance-personnelleRecueil de textes à méditer. Chaque texte révèle un message, une émotion. Un même texte peut prendre un couleur différente selon notre état d’âme.

Le livre est disponible au coût de 9,95$.

Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009 Par Internet: http://www.editionstnt.com/livres.htmlPar la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4.

Autres livres pouvant vous intéresser:

%d blogueurs aiment cette page :