Découvrez la programmation de la Semaine de la santé mentale

Durant la Semaine de la santé mentale qui se déroule du 3 au 9 mai, le Mouvement Santé mentale Québec proposera diverses conférences web gratuites et divers outils sous le thème « Ressentir c’est recevoir un message ».

Les émotions nous ont permis de vivre et de survivre à travers les siècles. Les émotions sont nécessaires, utiles et quotidiennes! Plus que jamais en temps de pandémie, on doit se permettre d’accueillir et de ressentir nos émotions.

Programmation de la Semaine de la santé mentale

Lundi 3 mai

12 h 00 à 13 h 00 : Faire place aux émotions

Conférence-web gratuite (Rencontre Zoom)

14 h 00 : Courte vidéo en direct sur les émotions

Présentation des quatre émotions dites « primaires » : tristesse, joie, peur et colère (Facebook)

Mardi 4 mai

10 h 30 : Courte vidéo en direct sur les émotions

Présentation des quatre émotions dites « primaires » : tristesse, joie, peur et colère (Facebook)

12 h 00 à 13 h 00 : L’intelligence des émotions au travail

Conférence-web gratuite (Rencontre Zoom)

12 h 00 à 13 h 00 : Garder l’équilibre

Conférence-web gratuite (Rencontre Zoom)

18 h 30 à 20 h 30 : Ressentir pour prévenir la tempête

Webinaire de soir (Visio-conférence Zoom)

Mercredi 5 mai

AM : Capsule vidéo pour les personnes au travail

Publication Facebook (SMQ – Bas-Saint-Laurent)

12 h 00 à 13 h 00 : Promouvoir la compétence émotionnelle des 12-17 ans

Conférence-web gratuite (Rencontre Zoom)

12 h 00 à 13 h 00 : Agir pour donner du sens

Conférence-web gratuite (Rencontre Zoom)

14 h 00 : Courte vidéo en direct sur les émotions

Présentation des quatre émotions dites « primaires » : tristesse, joie, peur et colère (Facebook)

18 h 30 à 20 h 30 : Le signal d’alarme du trop-plein

Webinaire du soir (Rencontre Zoom)

19 h 00 à 20 h 30 : Soirée d’écoute empathique

Conférence-web gratuite (Rencontre Zoom)

Il y a quatre étapes pour ressentir: observer ce qui se passe dans son corps, accueillir l’émotion, identifier le besoin qui découle de l’émotion, choisir comment y répondre. En étant plus à l’aise avec nos émotions, nous sommes plus à l’aise avec celles des autres. Nos émotions et celles des autres sont à prendre en considération. 

– Mouvement Santé mentale Québec

Jeudi 6 mai

10 h 30 : Courte vidéo en direct sur les émotions

Présentation des quatre émotions dites « primaires » : tristesse, joie, peur et colère (Facebook)

12 h 00 à 13 h 00 : L’intelligence émotionnelle

Conférence-web gratuite (Rencontre Zoom)

12 h 00 à 13 h 00 : Découvrir c’est voir autrement

Conférence-web gratuite (Rencontre Zoom)

PM : Capsule vidéo pour les personnes au travail

Publication Facebook (SMQ – Bas-Saint-Laurent)

18 h 00 : Le stress et l’anxiété en contexte de pandémie  

Formation

Vendredi 7 mai

AM : Capsule vidéo pour les personnes au travail

Publication Facebook (SMQ – Bas-Saint-Laurent)

12 h 00 à 13 h 00 : Stigmatisation en santé mentale

Conférence-web gratuite (Rencontre Zoom)

19 h 00 à 20 h 30 : La charge mentale

Soirée mieux-être (Rencontre Zoom)

Est-ce qu’on parle des problèmes de santé mentale de la même façon qu’on parle des problèmes de santé physique ?

– Mouvement Santé mentale Québec

Une année pour s’outiller, une vie pour ressentir

Le thème de la Campagne annuelle de promotion de la santé mentale 2020-2022 du Mouvement SMQ est « Ressentir c’est recevoir un message », l’une des 7 astuces qui nous aident à maintenir une bonne santé mentale individuelle et collective. Découvrez sur www.etrebiendanssatete.ca du matériel à partager tout au long de l’année, des capsules vidéo d’animation ludiques, des récits de vie, des fiches d’animation, des dépliants, des affiches… Il y en a pour tous les goûts. Découvrez les conférences en consultant la riche programmation Web qui vous est offerte du 3 au 10 mai.

Pourquoi « ressentir c’est recevoir un message » ?

Parce que :

  • Différentes recherches sur la résilience nous apprennent que le fait d’accepter nos émotions, de ne pas les refouler ou les éviter et de ne pas les voir comme un signe de faiblesse, permet un certain apaisement et une meilleure guérison à la suite d’un événement traumatique. Plus nous apprenons à écouter et à accepter les messages générés par nos émotions, moins celles-ci ont besoin de sonner à tue-tête pour attirer notre attention et plus les réactions physiques et mentales s’amoindrissent.
  • Notre capacité à reconnaître, exprimer, comprendre et évaluer nos propres émotions et celles des autres contribue à notre fonctionnement en collectivité. Ensemble, nous pouvons arriver à nous soutenir et à nous accompagner.
  • Tout comme l’apprentissage d’une langue, l’apprentissage du langage des émotions se fait lentement.
  • Nourrir les émotions positives favorise aussi la résilience et permet de prendre un certain recul pour trouver des solutions.
  • Les émotions sont un GPS à prendre en considération tant dans les milieux de travail, la vie familiale, la vie en collectivité que dans notre vie personnelle.

Abonnez-vous au format numérique afin de consulter nos articles portant sur la santé mentale

Ressources sur le suicide

  • Québec: 1-866-APPELLE (277-3553). Les CLSC peuvent aussi vous aider.
  • Canada: Service de prévention du suicide du Canada 833-456-4566
  • France Infosuicide 01 45 39 40 00 SOS Suicide: 0 825 120 364 SOS Amitié: 0 820 066 056
  • BelgiqueCentre de prévention du suicide 0800 32 123.
  • Suisse: Stop Suicide
  • Portugal: (+351) 225 50 60 70

Guide d’intervention de crise auprès de personnes suicidaires

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est images_publicit-suicide2-150x300.jpg.

Le guide d’intervention auprès de personnes suicidaires démystifie le suicide. Il permet d’aider les proches à reconnaître les signes avant-coureur du suicide et de déterminer qu’est-ce qui peut être fait pour soutenir la personne en crise.

Une section du guide est réservée aux endeuillés par suicide.

Le livre est disponible au coût de 9,95$. Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009. Par Internet.

Par la poste: Reflet de Société 4260 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X6.

Maintenant disponible en anglais: Quebec Suicide Prevention Handbook.

Autres livres pouvant vous intéresser

Différents articles touchant les dépendances

Dossier Toxicomanie

Site d’injection supervisée Insite de Vancouver
Reportage sur le site d’injection supervisée Insite de Vancouver, le seul site d’injection supervisée en Amérique du Nord. Avantages d’un site d’injection supervisée.

À Anne-Marie, ma mère alcoolique
Une personne témoigne de son histoire, et de celle de sa mère alcoolique. Un alcoolisme qui a foutu en l’air la vie de cette mère et qui aurait pu avoir de graves répercussions sur ses enfants.

Légaliser ou décriminaliser la drogue?
Débat sur la légalisation de la drogue, de ses conséquences et de ses impacts.

Réduction des méfaits et la Santé publique

En matière d’alcool et de drogue, la Santé publique fédérale renie-t-elle les principes d’intervention en toxicomanie basés sur la réduction des méfaits?

Lettre d’une mère à un jeune toxicomane
Nous avons publié dans notre numéro d’été 2009 un poème écrit par Kevin, jeune de 14 ans pensionnaire dans un Centre jeunesse de Montréal, pour sa mère. Ses mots ont touché Debbie, une autre mère, qui a tenu à lui répondre.

Afghanistan : Faites fleurir le pavot, pas la guerre
Une meilleure stratégie existe pourtant, signale le professeur John Polanyi, un chimiste canadien et Prix Nobel : légaliser la culture du pavot et fabriquer des médicaments. En doublant la production afghane de pavot, on fait d’une pierre deux coups: aider l’économie de ce pays et soulager les patients des pays pauvres qui en sont privés.

Une alternative à la guerre à la drogue
Les politiciens affirment comprendre l’échec de la guerre contre la drogue, mais prétendent que l’opinion publique n’est pas prête à accepter une alternative. Montrons-leur que non seulement nous accepterons une politique sensée et humaine, mais que nous l’exigeons.

Drogue: entrevue avec Line Beauchesne
Je veux légaliser toutes les drogues, mais une à la fois, en commençant par le cannabis, parce qu’on a beaucoup à apprendre avant de légaliser les autres.

Gouvernement: un bon père de famille?
Entrevue avec un intervenant en CLSC sur les impacts sociaux et individuels de la criminalisation de la drogue. Dossier Alcool, Drogue et Toxicomanie

Drogué à 12 ans
La consommation excessive de drogue et d’alcool débute de plus en plus tôt. Témoignage d’un jeune toxicomane de 12 ans.

Hubert Sacy, Éduc’alcool et consommation d’alcool
Éduc’alcool et la consommation modérée d’alcool. Quel est le mandat d’Éduc’alcool? Comment l’interpréter? Courrier de lecteurs dans le Devoir et réponse d’Hubert Sacy.

Drogue, prostitution et violence
1ère partie Témoignage de la mère d’une personne toxicomane et prostituée.

Rue de la violence
2e partie Témoignage de la mère d’un personne toxicomane et prostituée. Dossier Alcool, Drogue et Toxicomanie

Dopage: Comment s’assurer que les athlètes des jeux olympiques ne tricheront pas ?
Comment s’assurer que les athlètes ne se droguent pas lors des Jeux Olympiques? Dossier Alcool, Drogue et Toxicomanie

Site d’injection supervisée
Visite du site d’injection supervisée Insite de Vancouver et du Downtown Eastside, le quartier chaud de Vancouver. Situé près du port de Vancouver, il fait cohabiter consommation d’alcool, drogue, itinérance et prostitution avec le Centre-Ville touristique.

Drogue, alcool ou jeu excessif?
Les statistiques présentées par Toxico-Québec sont révélatrices quant au monde de la drogue, de l’alcool et du jeu excessif.

Prozac et les ados agressifs
Quels sont les impacts de la consommation de Prozac sur les jeunes? Dossier Alcool, Drogue et Toxicomanie

La codépendance: d’une dépendance à l’autre
Les dépendances aux drogues, au jeu, à l’alcool et au sexe sont souvent liées à un problème personnel profond et inavoué. En fuyant sa dépendance, une personne qui ne connaît pas ou très peu son problème risque de tomber dans une autre dépendance, et de rechuter dans son ancienne, éventuellement. Mais qu’est-ce que la codépendance exactement?

Témoignage: dettes de la drogue
Myshell a été en couple avec un homme dépendant à la drogue. À titre d’amoureuse, elle avait toujours envie de l’aider quand il était dans le pétrin. Mais quelle est la meilleure façon d’aider une personne toxicomane?

Témoignage: de campagne à la ville
Témoignage d’une personne toxicomane sur les conséquences de sa consommation d’alcool et de drogue.

Jeune, drogue et DPJ
La toxicomanie a volé mon fils! Je suis une mère qui a le cœur meurtri par les combats contre la toxicomanie de son fils. Dossier Alcool, drogue et toxicomanie.

Lettre d’un jeune à sa consommation
Ça fait environ un mois que je n’ai pas fumé de crack, d’héroine (smack) ou bu d’alcool. Depuis que je suis entré en traitement au centre Jellinek, je ne veux plus consommer. Dossier Alcool, drogue et toxicomanie.

Le graal de la sérénité
Raymond Viger fait part de sa vision de la sérénité et de sa façon de l’atteindre.

Témoignage: l’impuissance d’un père
Un père cherche à aider son garçon dont il n’obtient plus aucune nouvelle. Mais l’impuissance qu’il ressent devant les problèmes d’alcool et de drogue de son fils mène ce père à chercher de l’aide pour lui-même. Où peut-il en trouver? Jusqu’où l’alcool et la drogue peuvent-ils affecter les proches de celui qui consomme? Dossier Alcool, Drogue et toxicomanie.

Drogue et paradis artificiel en prison
Sans vin, ni bière, les détenus se rabattent sur les drogues que l’on trouve entre les murs. Ayant cessé toute consommation depuis vingt ans, je perçois la drogue d’un tout autre œil aujourd’hui. Retour vers le passé. Dossier Alcool, drogue et toxicomanie.

Les écoles, la drogue et le sexe
Impact de l’abandon des cours de Formation professionnellle et sociale (FPS) dans les écoles sur la consommation de drogue, d’alcool et sur la sexualité des jeunes.

Impact de l’alcool sur une société
L’Inde a vu une augmentation drastique de la violence conjugale suivre l’arrivée de fabricants d’alcool dans ce pays.

Les publicités sociales qui nous font mal
Le placement d’une publicité d’Éduc’alcool dans le magazine Reflet de Société pose un problème pour l’organisme : «Cette publicité sur l’alcool transmet-elle vraiment le message que nous voulons passer?» Un questionnement important sur ses propres valeurs pour le Journal de la Rue et les lecteurs ayant eu des problèmes avec l’alcool et la drogue. Dossier Alcool, Drogue et Toxicomanie

L’avenir des bébés du crack
Recherche sur l’impact de la consommation d’alcool et de drogue pendant la grossesse.

Que signifie être dépendant?
Que signifie «être dépendant»? Comment savoir si vous ou l’un de vos proches êtes dépendant de quelque chose? Où pouvez-vous trouver de l’aide? Qu’est-ce qui caractérise un comportement de dépendance? Où commence-t-il? Dossier Alcool, Drogue et toxicomanie

Témoignage: revivre après la drogue
Témoignage d’une personne toxicomane après sa thérapie et sa désintoxication. Ma renaissance vis-à-vis l’acool et la drogue. Dossier Alcool, Drogue et Toxicomanie

Les régions, une nouvelle vie pour les jeunes marginalisés
Les jeunes marginalisés quittent souvent les régions pour s’installer dans les rues de Montréal et peuvent facilement y développer une dépendance à l’alcool et aux drogues. Le contraire peut-il être bon? Un jeune qui a vécu des problèmes avec la drogue et l’alcool dans la grande métropole peut-il trouver la quiétude et la sérénité à son retour dans les régions du Québec?

Toxicomanie: témoignage d’un jeune
Témoignage d’un jeune toxicomane. Les retours de l’enfant prodigue. S’il est un bonheur magnifique dans la vie, c’est bien celui de mettre au monde un enfant. En même temps, on doit peu à peu faire le deuil de celui qu’on attendait afin d’accueillir celui qui est là.

Alcooliques Anonymes sur Internet
La fraternité d’entraide Alcooliques Anonymes utilise maintenant les nouvelles technologies pour rendre accessibles des meetings dans le cyberespace pour soutenir les alcooliques de partout à travers le monde.

Downtown Eastside et le Insite, site d’injection supervisé de Vancouver
Visite du site d’injection supervisée Insite de Vancouver, le seul site d’injection supervisée en Amérique du Nord. Dossier Alcool, drogue et toxicomanie.

Alcoolisme et dépression, thérapie et abstinence
La métamorphose de la chenille rappelle l’un des plus grands enseignements de la vie : les ailes de la maturité et de l’autonomie grandissent dans le renoncement à ses vieilles habitudes.

Documentaire: Amos WA
Amos WA, un documentaire sur la drogue et l’alcool tourné par une jeune d’Amos.

Les junkys face au média
Témoignage d’un travailleur de rue sur l’envahissement par les photographes et les journalistes des personnes toxicomanes. Dossier Alcool, Drogue et Toxicomanie

Témoignage: un nouveau trip
Partie 1 – Nouvelles réalités d’un arrêt de consommation de drogue.

Témoignage: … pour de nouvelles aspirations
Partie 2 – Nouveau mode de vie sans drogue. Dossier Alcool, Drogue et Toxicomanie

Projet Salome: héroinomanes, site d’injections supervisées et morphine
Pas de site d’injection supervisée pour les toxicomanes de Montréal. Le ministère de la Santé refuse de financer un traitement à la morphine pour les toxicomanes de Montréal. Dossier Alcool, drogue et toxicomanie.

Découvrir ses dépendances
Photo-reportages sur la consommation de drogues et d’alcool.

Jeune, consommation de drogue et décrochage
Drogue et décrochage: «La vie, c’est de la marde!» Voilà ce que je pense et c’est contre cette pensée que je dois lutter tous les jours. Lutter contre le découragement, lutter contre le sentiment d’impuissance qui m’envahit et lutter contre le désir de m’en évader en fumant un joint. Dossier Alcool, drogue et toxicomanie.

Gamblers, toxicomanes ou alcooliques?
« Au Québec, le pourcentage de toxicomanes du jeu (joueurs compulsifs) se situe, selon les études, entre 2,1 et 5% alors qu’il n’y a que 0.9% de toxicomanes (drogues illicites) et 1.9% d’alcooliques ».

Maison du Pharillon: centre de thérapie pour jeunes toxicomanes
Soirées portes ouvertes hebdomadaire de la Maison du Pharillon. Il s’agit en fait d’un lieu de thérapie pour jeunes toxicomanes qui veulent s’en sortir. Dossier Alcool, drogue et toxicomanie.

Paul Arcand et le documentaire Dérapages
Sous le thème alcool et vitesse au volant chez les jeunes, Paul Arcand part en tournée pour présenter son 3e documentaire Dérapage. Dossier Alcool, drogue et toxicomanie.

Fabrication de la drogue du viol, GHB
La fabrication de la drogue du viol (GHB) comporte certains risquent qu’il faut connaître.

Lutte à la drogue: les Conservateurs contre la science
La Stratégie nationale antidrogue du gouvernement canadien serait devenue inefficace depuis l’arrivée au pouvoir des Conservateurs à Ottawa. Stephen Harper s’est prononcé contre la réduction des méfaits comme approche centrale de la lutte aux toxicomanies. Dossier Alcool, drogue et toxicomanie.

Qu’est-ce qu’un alcoolique?
Qu’est-ce qu’un alcoolique? Quels sentiments l’habitent? Peut-il être conscient de son problème d’alcoolisme? Où peut-il trouver de l’aide?

Un alcoolique peut-il retrouver son équilibre?
Un alcoolique peut-il retrouver son équilibre? Les ravages physiques et mentaux laissés par l’abus d’alcool sont-il réparables? De quelle façon? Dossier Alcool, Drogue et Toxicomanie

Point de vue d’une jeune sur la drogue et l’alcool
J’ai composé un texte qui exprime mon point de vue sur la drogue et l’alcool. Je vous l’envoie afin que vous puissiez le publier dans Reflet de Société. Ne vous gênez pas pour faire vos commentaires.

La guerre contre la drogue
Décriminalisation et régulation des drogues. Alternatives à la guerre contre la drogue. Le public est-il prêt à entendre et accepter les alternatives à la guerre contre la drogue? Dossier Alcool, drogue et toxicomanie.

Génétiquement toxicomane: les rats.
Des chercheurs de l’Université de Cambridge ont découvert chez certains rats une prédisposition à la toxicomanie.

Site d’injection supervisée: le ministre de la Santé du Québec Yves Bolduc main dans la main avec le gouvernement Harper
Le ministre de la Santé du Québec Yves Bolduc vient d’annoncer qu’il dit non aux centres d’injections supervisées. Dossier Alcool, drogue et toxicomanie.

Stockwell Day refuse un programme d’échange de seringues dans les prisons
Un programme de tatou pour diminuer le nombre de détenus qui héritent du VIH-Sida a échoué dernièrement. Maintenant les autorités carcérales refusent un programme d’échange de seringues pour les détenus. Dossier Alcool, drogue et toxicomanie.

Pétition en faveur des sites d’injections supervisées
Nous venons de recevoir du GRIP, une pétition à signer pour sensibiliser le nouveau ministre de la Santé, M. Yves Bolduc sur l’importance de créer un site d’injections supervisées.

Fraternité d’entraide – Quatrième étape
Fraternité d’entraide Ateliers de quatrième étape (inventaire moral). L’abstinence, à elle seule ne suffit pas, il faut changer son caractère, vaincre ses peurs, se débarrasser de ses ressentiments, se découvrir soi-même, apprendre à pardonner et grandir spirituellement. L’inventaire moral : un indispensable outil de libération! Une démarche basée sur les fraternités d’entraide.

Autres textes sur Toxicomanie

Guide d’intervention de crise auprès de personnes suicidaires

Cette image a un attribut alt vide ; le nom du fichier est livre_lintervention_de_crise_aupres_dune_personne_suicidaire_raymond_viger_editions_tnt.jpg

Le guide d’intervention auprès de personnes suicidaires démystifie le suicide. Il permet d’aider les proches à reconnaître les signes avant-coureur du suicide et de déterminer qu’est-ce qui peut être fait pour soutenir la personne en crise.

Une section du guide est réservée aux endeuillés par suicide.

Le livre est disponible au coût de 9,95$. Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009. Par Internet.

Par la poste: Reflet de Société 625 De La Salle Montréal, Qc. H1V 2J3.

Maintenant disponible en anglais: Quebec Suicide Prevention Handbook.


Autres livres pouvant vous intéresser

Seul à mourir

« J’aurais aimé que ce récit ne soit qu’une fabulation. Pourtant, cette histoire est inspirée de mon expérience terrain, trente ans d’intervention auprès de personnes marginalisées »

Un texte de Raymond Viger publié sur RDS+. Un abonnement à Reflet de Société soutient notre intervention auprès des jeunes.

Dossier Santé mentale

Personne n’ose lui demander comment ça va. Parce que ça ne va pas. Mais vraiment pas.

Abonnez-vous au format numérique afin de consulter nos articles portant sur la santé mentale

Autres articles publiés dans ce magazine

Ressources sur le suicide

  • Québec: 1-866-APPELLE (277-3553). Les CLSC peuvent aussi vous aider.
  • Canada: Service de prévention du suicide du Canada 833-456-4566
  • France Infosuicide 01 45 39 40 00 SOS Suicide: 0 825 120 364 SOS Amitié: 0 820 066 056
  • BelgiqueCentre de prévention du suicide 0800 32 123.
  • Suisse: Stop Suicide
  • Portugal: (+351) 225 50 60 70

La suite disponible sur Reflet de Société Plus. Un abonnement à Reflet de Société soutient notre intervention auprès des jeunes.

Autres textes sur Santé mentale

Guide d’intervention de crise auprès de personnes suicidaires

Cette image a un attribut alt vide ; le nom du fichier est image-2.jpeg

Le guide d’intervention auprès de personnes suicidaires démystifie le suicide. Il permet d’aider les proches à reconnaître les signes avant-coureur du suicide et de déterminer qu’est-ce qui peut être fait pour soutenir la personne en crise.

Une section du guide est réservée aux endeuillés par suicide.

Le livre est disponible au coût de 9,95$. Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009. Par Internet.

Par la poste: Reflet de Société 625 De La Salle Montréal, Qc. H1V 2J3.

Maintenant disponible en anglais: Quebec Suicide Prevention Handbook.

Autres livres pouvant vous intéresser

Une vie en montagne russe

J’ai eu le meilleur papa au monde. Un aventurier qui m’a donné le goût du plein air. Petite fille, j’étais sa princesse qui parlait aux poissons et aux animaux de la forêt lorsque nous partions à la pêche. Avec mon frère, nous avons traversé en canot des rivières remplies d’obstacles à surmonter. Nous avons exploré les profondeurs des lacs québécois avec nos masques, nos tubas et nos palmes.

Un éditorial de Geneviève Raymond publié pour les abonnés de RDS+. Un abonnement à Reflet de Société soutient notre intervention auprès des jeunes.

Dossier Santé mentale

« J’ai vu mon héros hyperactif sombrer dans la dépression. À 43 ans, mon papa dormait beaucoup trop, passait ses journées en robe de chambre et en pantoufles. Prendre une douche et se brosser les dents étaient des épreuves en soi. L’étincelle dans ses yeux avait disparu. Je ne comprenais pas son mal de vivre, ses ruminations anxiogènes et son incapacité à refaire surface. J’ai tenté par tous les moyens de trouver un remède à ses maux», souligne-t-elle dans son éditorial.

La suite disponible aux abonnés de Reflet de Société Plus. Un abonnement à Reflet de Société soutient notre intervention auprès des jeunes.

Abonnez-vous au format numérique afin de consulter nos articles portant sur la santé mentale

Autres articles publiés dans ce magazine

Autres textes sur Santé mentale

Guide d’intervention de crise auprès de personnes suicidaires

Cette image a un attribut alt vide ; le nom du fichier est livre_lintervention_de_crise_aupres_dune_personne_suicidaire_raymond_viger_editions_tnt.jpg

Le guide d’intervention auprès de personnes suicidaires démystifie le suicide. Il permet d’aider les proches à reconnaître les signes avant-coureur du suicide et de déterminer qu’est-ce qui peut être fait pour soutenir la personne en crise.

Une section du guide est réservée aux endeuillés par suicide.

Le livre est disponible au coût de 9,95$. Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009. Par Internet.

Par la poste: Reflet de Société 625 De La Salle Montréal, Qc. H1V 2J3.

Maintenant disponible en anglais: Quebec Suicide Prevention Handbook.


Autres livres pouvant vous intéresser

Suicide en période de pandémie

Le processus suicidaire est la somme de plusieurs facteurs qui augmentent le stress et le désespoir. Depuis les années 1990, le taux de suicide diminue d’année en année au Québec, étant passé de 22 décès pour 100 000 habitants, à 12.4 en 2017, soit près de deux fois moins de suicides par année.

Un éditorial de Raymond Viger publié pour les abonnés de RDS+. Un abonnement à Reflet de Société soutient notre intervention auprès des jeunes.

Dossier Suicide

« À quoi peut-on s’attendre pour 2020, avec la pandémie que nous traversons? En réalité, malgré tous les modèles que les chercheurs peuvent échafauder, personne ne peut le savoir. Parce qu’il y a des facteurs aggravants et d’autres qui diminuent le risque », se questionne le directeur du magazine dans son éditorial.

La suite est disponible aux abonnés de Reflet de Société Plus. Un abonnement à Reflet de Société soutient notre intervention auprès des jeunes.

Abonnez-vous au format numérique afin de consulter nos articles portant sur la santé mentale

Autres articles publiés dans ce magazine

Ressources sur le suicide

  • Québec: 1-866-APPELLE (277-3553). Les CLSC peuvent aussi vous aider.
  • Canada: Service de prévention du suicide du Canada 833-456-4566
  • France Infosuicide 01 45 39 40 00 SOS Suicide: 0 825 120 364 SOS Amitié: 0 820 066 056
  • BelgiqueCentre de prévention du suicide 0800 32 123.
  • Suisse: Stop Suicide
  • Portugal: (+351) 225 50 60 70

Guide d’intervention de crise auprès de personnes suicidaires

Le guide d’intervention auprès de personnes suicidaires démystifie le suicide. Il permet d’aider les proches à reconnaître les signes avant-coureur du suicide et de déterminer qu’est-ce qui peut être fait pour soutenir la personne en crise.

Une section du guide est réservée aux endeuillés par suicide.

Le livre est disponible au coût de 9,95$. Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009. Par Internet.

Par la poste: Reflet de Société 4260 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X6.

Maintenant disponible en anglais: Quebec Suicide Prevention Handbook.

Autres textes sur le Suicide

Survivre, un organisme d’intervention et de veuille en prévention du suicide et en promotion de la Santé mentale. Pour faire un don. Reçu de charité pour vos impôts. Merci de votre soutien.

Autres livres pouvant vous intéresser

Covid : des vagues désastreuses pour la santé mentale

Un texte de Isabelle Burgun, Agence Science-Presse, dans le dossier Santé mentale

La deuxième vague ne fait que commencer, mais l’alerte est déjà lancée du côté des impacts psychologiques. Ils devront être traités avec la même vigilance que les impacts physiques des malades hospitalisés.

Les témoignages personnels et les reportages en parlaient depuis des mois, mais des chercheurs viennent de mettre des chiffres sur l’ampleur du problème en mai et juin, à travers huit pays, dont le Canada. Où le taux de dépression majeure aurait avoisiné les 25 %, une hausse de près de 7 %. « C’est énorme et il faudrait pouvoir dépister largement les adultes car nous constatons que les idées suicidaires ont également bondi avec près de 17 % qui affirment qu’ils se verraient mieux morts », s’alarme la médecin-conseil Mélissa Généreux, de la Direction de santé publique de l’Estrie / INSPQ. « C’est bien plus élevé que ce à quoi on s’attendait. »

L’étude qu’elle mène avec d’autres collègues vise à étudier les réactions psychologiques et comportementales à la pandémie dans ces huit pays — dont l’Angleterre et les États-Unis. L’enquête, à laquelle ont participé plus de 8800 personnes, dont 1500 Canadiens, s’intéresse aussi à l’incidence des nouvelles transmises par les médias traditionnels et les médias sociaux, parmi les autres facteurs de stress et de protection.

Une pandémie vient évidemment avec son lot de facteurs de stress. La menace pour le monde perçue comme élevée, l’auto-isolement ou la quarantaine, sans parler des pertes financières sont en tête des facteurs mentionnés par les participants. Pour y faire face, les Canadiens ont développé différentes stratégies, comme une activité physique élevée (64,3 % des répondants), une consommation d’alcool chez une personne sur trois (36,6 %), mais aussi la consommation de cannabis (15,6 %), plus élevée qu’ailleurs.

Pour l’ensemble du Canada, cela représente un taux de 19,6 % pour les troubles d’anxiété généralisée parmi les personnes interrogées et 19,2 % du côté du stress post-traumatique. C’est plus fort en Ontario : 23,4 % de troubles anxieux et 26,2 % de dépressions majeures.

Cette recherche entame sa seconde phase et les résultats complets seront publiés alors que le Québec sera peut-être au milieu ou à la fin de la 2e vague.

C’est aux États-Unis que la flambée des impacts fait le plus mal avec plus de 31 % d’anxiété et 31,6 % de dépressions majeures — une hausse estimée de 6,9 % par rapport à une étude américaine comparable, en 2011.

« Les États-Unis ont un président qui contredit les experts de la santé publique. C’est le pays qui va le moins bien du côté de l’anxiété et de la dépression majeure », note Mélissa Généreux.

L’étude pilote, dont les résultats avaient été publiés au printemps, avait déjà montré que les Québécois étaient légèrement moins susceptibles de souffrir d’anxiété et de stress post-traumatique liés à la pandémie que les Canadiens : un Québécois sur six contre un Canadien sur 4.

Si les Québécois sont moins anxieux — alors que c’est la province où l’on dénombre le plus de cas — ce serait en raison d’une plus faible exposition aux fausses nouvelles et théories du complot que le reste du Canada. Les chercheurs constatent également un plus haut niveau de confiance envers les autorités.

Cohérence et résilience

Traverser ce type d’épreuve de manière positive serait une opportunité, comme individu ou comme communauté : ça aide à développer un « sentiment de cohérence ». Il s’agit de la capacité à donner du sens aux événements et qui permet d’envisager des solutions pour sortir de la crise : elle serait le facteur majeur pour passer au travers des impacts psychosociaux. Ceux qui en sont dotés seraient trois fois moins susceptibles de présenter des troubles psychologiques.

« La perception qu’on a de l’événement et des risques va nous permettre de l’appréhender et de mobiliser des ressources et là, ce sont généralement les personnes plus âgées, avec plus d’expérience de vie, qui s’en sortent mieux », explique la chercheuse.

Pour un quart de la population, cela reste néanmoins une épreuve difficile à passer, qui pourrait avoir des impacts à long terme sur la santé mentale. C’est pourquoi il faut leur offrir du soutien, mais également créer des environnements favorables au bien-être de tous, en tenant compte notamment des inégalités sociales.

Pour stimuler la résilience communautaire, les autorités locales de santé publique peuvent prendre des actions identifiées par la recherche : favoriser une information juste et positive, susciter la participation, l’engagement citoyen et communautaire et encore, répondre aux besoins psychosociaux des membres de la communauté.

Mélissa Généreux a beaucoup appris de la tragédie de Lac-Mégantic sur l’importance et la manière de renforcer la résilience communautaire à la suite d’une catastrophe. « On voit beaucoup de colère et d’opposition en ce moment sur les réseaux sociaux. Ce dont on a besoin c’est de faire sens avec cette nouvelle réalité, de prendre soin des autres, de ses proches, et de soi. C’est le temps de se connecter, de penser au collectif et de se questionner : comment favoriser, par exemple, un réaménagement de l’espace public de manière sécuritaire et inclusive ».

Une initiative de Grande-Bretagne va dans ce sens avec la promotion des « prescriptions sociales » (social prescribing), des activités culturelles et sportives (chant, art, soccer, etc.), toutes financées par le gouvernement et utiles dans la lutte aux impacts psychosociaux de la pandémie.

Aller à la rencontre du monde

Depuis juin, un projet d’intervention psychosociale du CIUSSS de la Mauricie-et-du-Centre-du-Québec propose des intervenants qui vont à la rencontre du grand public au sein de différentes municipalités de la Mauricie et du Centre-du-Québec. Cette nouvelle approche vise à prendre le pouls psychologique de la population de ce large territoire.

« Nous donnons de l’information sanitaire et nous répondons aux questions tout en adoptant une approche ouverte pour cerner comment vont les personnes rencontrées, de la jeune maman à la personne âgée. Et même l’agriculteur, avec nos travailleurs de rang », explique Jovany Raymond, responsable du projet d’intervenants psychosociaux au CIUSSS de la Mauricie-et-du-Centre-du-Québec.

Pour les plus vulnérables et ceux très isolés, les intervenants offrent une écoute et des références, en plus d’établir un suivi psychologique rapide. Avec les problèmes d’emplois et financiers, mais aussi avec l’isolement social, de nombreuses personnes vivent une augmentation d’anxiété et une diminution de leur bien-être émotionnel, et cela pendant une longue période.

Ce projet, qui se poursuivra jusqu’en mars 2021, vise à améliorer la résilience communautaire, selon l’équipe du CIUSSS. « Le moral des gens remonte avec le déconfinement, le retour à l’école et au travail. Les gens réalisent qu’on va s’en sortir. Et nous espérons aussi une contamination positive de la population pour faire face à la désinformation que l’on peut lire sur les médias sociaux », rappelle M Raymond.

À la lecture des premiers résultats de l’étude du Pr Généreux, et de ses collègues, il note que cela apporte des pistes intéressantes « pour bonifier notre approche communautaire, mais aussi évaluer si nous allons dans le bon sens, comme pour la lutte à la désinformation ».

Car il importe de bien informer les gens pour qu’ils puissent avoir des ressources pour contrer cette épidémie de fausses nouvelles et également avoir accès au bon service pour traverser la crise sanitaire et ses conséquences. « Il ne faut pas hésiter à consulter, les services sont là et les thérapies, disponibles. Ce sont jusqu’aux entreprises qui peuvent faire appel à ce service. Et nous allons continuer à ajuster nos pratiques selon les données probantes des études et surtout, les besoins de notre population », insiste Jovany Raymond.

Vous n’allez pas bien ? N’hésitez pas à rejoindre le service Info-Social en composant le 811.

À lire aussi

Lien vers l’article original : https://www.sciencepresse.qc.ca/actualite/2020/10/02/covid-vagues-desastreuses-pour-sante-mentale

Autres textes sur Santé mentale

Abonnez-vous au format numérique afin de consulter nos articles portant sur la santé mentale

Autres articles publiés dans ce magazine

Guide d’intervention de crise auprès de personnes suicidaires

Cette image a un attribut alt vide ; le nom du fichier est image-2.jpeg

Le guide d’intervention auprès de personnes suicidaires démystifie le suicide. Il permet d’aider les proches à reconnaître les signes avant-coureur du suicide et de déterminer qu’est-ce qui peut être fait pour soutenir la personne en crise.

Une section du guide est réservée aux endeuillés par suicide.

Le livre est disponible au coût de 9,95$. Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009. Par Internet.

Par la poste: Reflet de Société 625 De La Salle Montréal, Qc. H1V 2J3.

Maintenant disponible en anglais: Quebec Suicide Prevention Handbook.

Ressources sur le suicide

  • Québec: 1-866-APPELLE (277-3553). Les CLSC peuvent aussi vous aider.
  • Canada: Service de prévention du suicide du Canada 833-456-4566
  • France Infosuicide 01 45 39 40 00 SOS Suicide: 0 825 120 364 SOS Amitié: 0 820 066 056
  • BelgiqueCentre de prévention du suicide 0800 32 123.
  • Suisse: Stop Suicide
  • Portugal: (+351) 225 50 60 70

Guide d’intervention de crise auprès de personnes suicidaires

Le guide d’intervention auprès de personnes suicidaires démystifie le suicide. Il permet d’aider les proches à reconnaître les signes avant-coureur du suicide et de déterminer qu’est-ce qui peut être fait pour soutenir la personne en crise.

Une section du guide est réservée aux endeuillés par suicide.

Le livre est disponible au coût de 9,95$. Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009. Par Internet.

Par la poste: Reflet de Société 4260 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X6.

Maintenant disponible en anglais: Quebec Suicide Prevention Handbook.

Autres textes sur le Suicide

Survivre, un organisme d’intervention et de veuille en prévention du suicide et en promotion de la Santé mentale. Pour faire un don. Reçu de charité pour vos impôts. Merci de votre soutien.

Autres livres pouvant vous intéresser

Rétrospective d’un détenu


Ce qui représente un demi-siècle. C’est aussi le pourcentage indiquant un parfait équilibre. Plusieurs hommes sont déjà morts d’infarctus à cet âge. L’annonce d’un cancer lors d’examen périodique monte en flèche aussi après la cinquantaine. C’est le moment où les excès alimentaires ou les habitudes de vie turbulentes réclament leurs dus. Tour de taille, tour de rein, tour de conscience entre autres.

Un texte de Jean-Pierre Bellemare, ex-tôlard – Dossier Chronique d’un prisonnier

Une réflexion sur le chemin parcouru et les buts atteints nous oblige à réfléchir autrement, différemment. La douceur, les petites attentions, la qualité de vie prennent de plus en plus d’importance. Même si l’espérance de vie augmente de plus en plus, la qualité de cette extension est loin de faire l’unanimité.

Faire un bilan de nos réalisations nous rassure ou, au contraire, nous presse d’avancer. Le temps devient de plus en plus précieux lorsqu’il diminue. Je réalise que ma vie qui ressemble parfois à un véritable conte de fées, n’est pas vraiment ce que j’avais planifié.

Cependant, j’embrasse les tournures du destin qui ont embelli mon parcours. Je me sais extrêmement privilégié malgré mes 26 ans derrière les barreaux. Cette période très sombre m’a servi à développer mon émerveillement, un peu comme un aveugle qui retrouve la vue. Je me délecte de tout ce que je peux voir, ressentir, toucher et goûter. Que puis-je demander de plus? Une seule chose peut-être. Que ceux que je rencontre puissent en jouir de la vie autant que moi.

Je n’ai rien fait d’éclatant, mais j’ai au moins essayé. Le théâtre, la radio, la réalisation de film, les entrevues télés, l’écriture de livres et de chroniques, sont des médiums qui m’ont généreusement servis.

Je me suis réapprivoisé, j’ai renoué avec cet adolescent insouciant qui croyait posséder le monde. Il est maintenant un jeune adulte plutôt sage et serein dans un corps beaucoup trop vieux. J’assure cette calvitie galopante, ces rides qui grafignent un peu mes yeux et ces cheveux blancs qui rassurent mes interlocuteurs. Je m’occupe d’un magnifique domaine en location où des gens célèbrent leurs anniversaires de naissance, de mariage et autres.

Je me suis questionné sur la façon dont je voudrais célébrer mon demi-siècle. Mon père s’est suicidé il y a 35 ans à Sherbrooke en sautant d’un pont. Ma dernière vision de lui fut à la morgue, dans un garage miteux situé dans un sous terrain. J’avais à peine 15 ans. C’est ce jour-là que l’enfant cessa de grandir et commença à pourrir.

Prochainement, je vais refaire un pèlerinage sur son départ pour marquer mes 50 ans. Je ne sais pas ce que ça signifie et je ne veux pas la réponse. Je veux uniquement vivre ce moment marquant en refaisant le chemin en sens contraire.

Autres textes sur Chronique d’un prisonnier

Abonnez-vous au format numérique afin de consulter nos articles portant sur la santé mentale

Autres articles publiés dans ce magazine

Ressources sur le suicide

  • Québec: 1-866-APPELLE (277-3553). Les CLSC peuvent aussi vous aider.
  • Canada: Service de prévention du suicide du Canada 833-456-4566
  • France Infosuicide 01 45 39 40 00 SOS Suicide: 0 825 120 364 SOS Amitié: 0 820 066 056
  • BelgiqueCentre de prévention du suicide 0800 32 123.
  • Suisse: Stop Suicide
  • Portugal: (+351) 225 50 60 70

Guide d’intervention de crise auprès de personnes suicidaires

Le guide d’intervention auprès de personnes suicidaires démystifie le suicide. Il permet d’aider les proches à reconnaître les signes avant-coureur du suicide et de déterminer qu’est-ce qui peut être fait pour soutenir la personne en crise.

Par la poste: Reflet de Société 625 De La Salle Montréal, Qc. H1V 2J3.

Maintenant disponible en anglais: Quebec Suicide Prevention Handbook.

Autres livres pouvant vous intéresser

%d blogueurs aiment cette page :