Séjour avec le trafic sexuel

Séjour avec le trafic sexuel

Dominic Desmarais              Dossier Prostitution et Sexualité.

Et voilà! Je repprostitution-asiatique-prostitution-internationale-trafic-traite-femmes-3ars à l’aventure! Dès lundi, je saute dans l’avion en direction du Vietnam. En gros, je vais y rencontrer des groupes qui aident les habitants les plus à risque de tomber dans le piège du trafic sexuel à subvenir à leurs besoins. Je ferai la même chose au Cambodge.

Je quitte pour 6 semaines… À mon retour, ce sera Noël! Je reçois donc mon cadeau à l’avance!!!

Suivez mes aventures en direct (si je n’ai pas d’ennuis avec les gouvernements très chatouilleux de ces deux pays) sur ce trafic qui compte parmi les plus lucratifs au monde, avec celui de la drogue et des armes…

Dossier ProstitutionSexualité et Prostitution asiatique.

Avons-nous l’argent nécessaire pour légaliser la prostitution?
Doit-on légaliser la prostitution?
Les effets pervers de la légalisation de la prostitution.
Les clients de la prostitution.
Les filles dans les gangs de rue et la prostitution.
Prostitution de luxe d’une escorte.
Pour ou contre la légalisation de la prostitution?

Définition et historique de la prostitution

Jean-François Lisée de L’actualité et la légalisation de la prostitution.

Ce billet, ainsi que toutes les archives du magazine Reflet de Société sont publiés pour vous être offert gracieusement. Pour nous permettre de continuer la publication des textes ainsi que notre intervention auprès des jeunes, dans la mesure où vous en êtes capable, nous vous suggérons de faire un don de 25 sous par article que vous lisez et que vous avez apprécié.

Merci de votre soutien.

PUBLICITÉ

Témoignage sur l’implication bénévole

benevolat-benevole-implication-jeune La récompense – Regard sur des gens de cœur
Documentaire sur l’implication bénévole.
-Découvrir sa communauté, donner un sens à sa vie…
-Briser son isolement et celui d’autrui.
-Découvrir de nouveaux amis.
-Prendre part à la vie sociale et de quartier.
-Une source de contact et d’échange.
-L’acquisition de nouvelles connaissances.
-Une occasion d’expérimenter et mieux se connaître.
S’impliqer c’est trippant et ça mérite d’être vécu. 25$

Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009
Par Internet: http://www.editionstnt.com/Video.html
Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4.

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel.

Prostitution asiatique: racoleuses ou prostituées? 1 de 3

Prostitution asiatique: racoleuses ou prostituées? 1 de 3

Dominic Desmarais Dossier Prostitution et Sexualité.

À ma première soirée à Ho Chi Minh, je suis allé dans un bar Karaoke. C’est Chin, un taxi-scooter, qui m’y a amené. Il m’avait proposé d’aller prendre une bière. Invitation que j’ai acceptée sur le champ. Avec deux conditions: un endroit pas du tout touristique et pas cher. Il n’a respecté que la première! Chin et moi sommes arrivés tôt, vers les 20h. L’endroit était assez bondé. Mais pas par des clients. Une vingtaine de jeunes vietnamiennes occupaient à elles seules le 23 de la place. Plus sexy – mais pas osées – que les filles rencontrées dans les rues de la ville, elles étaient toutes très jolies.

Sitôt assis, la propriétaire, Mme Hunt, nous a payé une visite. Âgée de 42 ans – c’est du moins ce qu’elle prétend -, Mme Hunt était vêtue d’une robe traditionnelle. Son sourire était faux, comme ses cils et sa peau trop blanche dont les plis tiraient son visage vers l’arrière. Elle nous a quitté pour saluer d’autres clients passablement émêchés et en bonne compagnie. Que des asiatiques, certains dans la mi-vingtaine, la plupart dans la quarantaine voire plus âgés. Les filles de Mme Hunt égaient la soirée des clients. La plupart sont à l’aise dans leur rôle. Elles s’amusent. Si ce n’est pas le cas, ce sont de bonnes comédiennes! Elles discutent et plaisantent avec les clients et entre elles, vont sur la scène chanter. Les mains se baladent, mais pas trop. Elles se posent sur les cuisses, les épaules. Elles rient en se pressant contre leur client attitré. Des entremetteuses qui font boire le client qui leur paie également à boire.prostitution-asiatique-prostitution-internationale-trafic-traite-femmes-3

Alcool et prostitution

Dans ce bar, les verres sont toujours remplis. Dès qu’une bouteille de bière est vide, malgré le verre encore plein, un serveur en débouche une autre. Chez Mme Hunt, on boit! Mauvais endroit pour moi qui, depuis la fin de mes études, est bien incapable d’en ingurgiter plus de trois. Les filles, et Mme Hunt, se sont d’ailleurs bien moquées de mes gorgées liliputiennes lors des innombrables « cheers » (des yo par ici) provoqués par les hôtesses. Mme Hunt, et ses serveurs, boivent aussi dans nos verres!

Mme Hunt amène une de ses filles à un client près de moi. Une très jeune. La petite, qui dit avoir 20 ans, se prénomme Winh. Elle est habillée d’une mini-jupe et d’un chemisier noir. Elle ne parle pas un mot d’anglais. Chin joue les interprête plutôt mal que bien. J’apprends peu de choses, sinon qu’elle a débuté ce travail voilà une semaine. C’est Mme Hunt qui l’a débauchée. Elle l’a remarquée chez le coiffeur. Comme Winh n’avait pas d’emploi, qu’elle était jolie, Mme Hunt a sauté sur l’occasion. Difficile de refuser. Elle travaille, dit-elle, de 19h a 23h tous les soirs.

Une autre demoiselle, vêtue d’un jeans et d’une camisole, rien d’hyper sexy, s’assoit aux côtés de Chin, mon guide. Elle a du chien. Tout le contraire de Winh. Elle travaille pour Mme Hunt depuis 3 mois. Et elle aussi s’appelle Hunt… comme notre serveur d’ailleurs! Assez étrange…

Winh regarde peu son client, sinon a la dérobée. Je la sens très mal a l’aise. Pas à sa place. Après un bon moment, elle se risque à coller sa jambe contre celle de son prospect. Il faudra la venue de Mme Hunt, et son regard froid, pour que la petite se hasarde a déposer sa main sur la cuisse du client. Sa main ne bouge pas. Elle le regarde d’un sourire gênée.

Winh quitte pour un bon moment. Hunt, la jeune, en profite pour la remplacer. Je vois rapidement la différence entre une semaine et trois mois d’expérience. La main va rapidement sur la cuisse du client. Hunt rit abondamment, de façon naturelle. Puis, sa main remonte. D’une tape, elle lui touche l’entrejambe. Puis rit, comme si c’était une bonne blague. Elle recommence son manège plusieurs fois, puis fait à sa guise. D’où je suis, je vois mal si les autres filles sont aussi dégourdies avec leurs clients. Ce que je sais, c’est qu’ils quittent seuls, sans les hôtesses. Je me demande si les filles ne sont que des racoleuses, ou si elles font plus que ca… La soirée est encore très jeune, peut-être attendent-elles la fin avant de partir, accompagnées… Difficile de le savoir.

Plusieurs questions restent sans réponse. Est-ce que les filles proposent de passer à l’étape suivante? De quelle manière s’y prennent-elles et à quel moment? Combien se font-elles? Et surtout, est-ce que ça se passe dans un endroit emménagé dans le bar de Mme Hunt? Des questions auxquelles j’aimerais obtenir les réponses…

La jeune Winh est de retour. Elle dépose sa main sur la cuisse de son prospect. Elle participe peu à la conversation, cherche son regard tout en demeurant fort gênée. La soirée se termine peu après. Chin se lève pour aller aux toilettes. Hunt, la jeune, en profite, de la tête, pour demander au client s’il veut partir… avec Winh. Je suis consterné. Hunt qui propose les services de Winh? Elle qui n’est pas à sa place?

De retour dans ma chambre, je me suis posé un tas de questions. Lorsque Winh a quitté, est-ce parce que Mme Hunt, sa matronne, voulait la forcer à partir avec son client? Est-ce que Mme Hunt voulait entraîner sa recrue vers son premier client? Quel est le taux de roulement de Mme Hunt? Des filles comme Winh, il n’en manque pas à Ho Chi Minh. Combien de temps garde-t-elle ses filles au bar? Les envoie-t-elle ensuite dans un autre réseau moins glamour, une fois qu’elles se sont habituées à ce genre de travail? Je n’en ai aucune idée… Mais je sais que Winh n’est pas à sa place. Et je devine que dans trois mois, elle s’y sentira comme un poisson dans l’eau…

Prostitution asiatique: racoleuses ou prostituées? 1 de 3

Prostitution asiatique: racoleuses ou prostituées? 2 de 3

Prostitution asiatique: racoleuse ou prostituée? 3 de 3

Autres textes sur la Prostitution asiatique

Asie: Traite des femmes et prostitution internationale

Exploitation sexuelle en Asie

Cambodge: sexualité et prostitution

Asie: prostitution ou mariage?

Soutien aux prostituées asiatiques

Prostitution asiatique: racoleuse ou prostituée? 3 de 3

Prostitution asiatique: racoleuses ou prostituées? 2 de 3

Prostitution asiatique: racoleuses ou prostituées? 1 de 3

Trafic d’êtres humains en Asie 1 de 2

Trafic d’êtres humains en Asie 2 de 2

Prostitution: le Cambodge se mobilise

Prostitution: un fléau international

Dossier Prostitution et Sexualité.

L’amour en 3 dimensions.

l-amour-en-3-dimensions-roman-cheminement-humoristique-croissance-personnelleLa relation à soi, aux autres et à notre environnement

Roman de cheminement humoristique. Pour dédramatiser les évènements qui nous ont bouleversés. Pour mieux comprendre notre relation envers soi, notre entourage et notre environnement. Peut être lu pour le plaisir d’un roman ou dans un objectif de croissance personnelle.

L’histoire est une source d’inspiration pour découvrir, d’une façon attrayante et amusante, une nouvelle relation avec soi-même et son environnement. Bonne lecture et bon voyage au pays de Tom.

Le livre est disponible au coût de 19,95$. Une co-écriture avec le journaliste Colin McGregor a permis de présenter une version anglophone LOVE in 3D.

Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009 Par Internet: Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4.

Autres livres pouvant vous intéresser:

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel.

Prostitution: le Cambodge se mobilise

Prostitution: le Cambodge se mobilise

Dominic Desmarais                    Dossier Prostitution et Sexualité.

prostitution-asiatique-prostitution-internationale-trafic-traite-femmes-2 C’est jour de célébration à Monteay Banteay, au Cambodge. Des centaines de personnes célèbrent le 10e anniversaire de l’organisme Cambodgian Women’s Crisis Centre (CWCC) et l’ouverture de son nouveau refuge pour femmes. Pour l’occasion, les 130 pensionnaires du centre, des femmes sorties de la prostitution ou aux prises avec la violence conjugale, ont préparé les repas, dressé le chapiteau et monté la tribune des invités de marque.

Oung Chanthol, présidente de l’organisme, est aux anges. Pendant une journée, elle écarte les histoires malheureuses de ses pensionnaires qui ont marqué les 10 années de CWCC. L’intimidation, les passages à tabac et les meurtres qui ont touché son personnel. Oung Chanthol sait bien que la violence faite aux femmes demeure toujours problématique.

L’égalité des sexes est encore un concept vague au Cambodge. Les prostituées y sont toujours mal vues. Les possibilités de réinsertion sont minces. L’économie du pays est toujours chancelante après 30 ans de conflits. Les femmes ont un accès limité à l’éducation. Elles trouvent difficilement du travail. La police est sous-payée, elle est mal formée pour contrer le trafic et peine à mettre les trafiquants en prison. Sans oublier que la corruption est au cœur du système de justice.

Aujourd’hui, Oung Chanthol se réjouit pour elle, ses employés, le CWCC et, surtout, pour son combat en faveur des droits des femmes. La présence de hauts dignitaires venus dénoncer la traite et la violence qui accablent plusieurs Cambodgiennes est à ses yeux une grande victoire. Des centaines de personnes se sont déplacées pour assister aux cérémonies: signe évident que la question préoccupe la population. La coopération s’améliore entre le gouvernement, les organismes internationaux et les ONG locales. Les gens s’impliquent. Ils sont de plus en plus attentifs aux discours sur les droits de la femme.

Des ONG indispensables

Les pressions internationales, dont celles du Canada, et le lobbying des ONG locales expliquent la mobilisation de plus en plus grande des pays de l’Asie du Sud-Est contre le trafic des personnes. Il y a quelques années, la présence de jeunes filles offertes sur Internet par de grands bordels a alerté des organisations internationales. Sous leurs pressions, le gouvernement cambodgien a fermé les portes de ces établissements. Des ONG recueillent des informations sur les lieux de prostitution qu’elles refilent ensuite à la police anti-trafic. Difficile, pour les forces de l’ordre, d’ignorer ces demandes. Les organismes ont derrière eux le poids de leurs donateurs occidentaux.

C’est le cas de l’organisation Agir pour les femmes en situation précaire (AFESIP). Porté par sa présidente, Somaly Mam, elle-même vendue à deux occasions par son grand-père à des bordels, l’AFESIP est incontournable dans la région. Avec des bureaux au Viêt Nam, au Laos, en Thaïlande et au Cambodge, l’organisme peut suivre les lieux du trafic mieux que les polices nationales.

Débarqué au Cambodge il y a un an, Emmanuel Colineau voulait participer à la lutte contre la traite. Grâce à son diplôme de droit, il est aujourd’hui secrétaire général de l’organisme. Le jeune Français explique que l’AFESIP découvre les victimes de trafic grâce à une équipe d’enquêteurs qui se rend sur les lieux de prostitution. Ils recueillent des informations qu’ils refilent au département juridique de l’organisme.

«Quand on est prêt, on donne les renseignements à la police, qui effectue le sauvetage des femmes trafiquées.» La police anti-trafic, avec qui l’organisme a noué de bons liens, arrête toutes les personnes présentes sur les lieux repérés par les enquêteurs. Cette coopération permet à l’AFESIP de limiter les dégâts. «On observe chaque descente pour nous assu-rer du respect des personnes arrêtées, continue Emmanuel. Des entrevues sont ensuite menées pour distinguer les victimes des intermédiaires et des propriétaires des lieux de prostitution.»

Les raids menés par la police sont souvent traumatisants pour les prostituées. Elles sont acheminées vers des refuges d’ONG adaptés pour les accueillir. «Les victimes sont envoyées dans notre centre de courte durée pour 14 jours. Elles veulent juste sortir. Elles sont libres et retournent à la prostitution, consentantes. Mais, c’est parce qu’elles ne connaissent pas d’autres solutions, estime Emmanuel. On demande à chacune quel est son rêve, ce qu’elle voudrait faire? Ce sont des questions importantes. On veut les aider à le réaliser.»

En montant des dossiers contre les trafiquants, en découvrant les lieux de la prostitution et en assistant les victimes qui désirent porter plainte contre leurs exploiteurs, l’organisme pallie le manque de formation de la police et des procureurs.

La clé de cette réussite est l’approche coopérative. L’AFESIP veut changer, petit à petit, la mentalité des dirigeants du pays. «On maintient la pression, résume Emmanuel Colineau, mais on souligne aussi les bons coups du gouvernement. On ne croit pas à la confrontation.»

Des pressions contre le gouvernement

L’approche consensuelle ne fait cependant pas l’unanimité. Pour la Ligue cambodgienne des droits de l’Homme (LICADHO), le gouvernement ne fait rien. On préfère le talonner. «Le gouvernement fait beaucoup de déclarations. Ça ne coûte rien et ça fait plaisir à tout le monde. Mais, il y a peu d’actions. On a une loi contre le trafic qui n’a que 10 articles… On a un département anti-trafic, mais la femme à sa tête ne fait rien.»

Ces propos tranchés sortent de la bouche du Dr Kek Galabru, présidente de
LICADHO. Contrairement à AFESIP, elle n’apprécie guère la police anti-trafic. L’escouade n’a pas voulu effectuer de descentes dans des bordels désignés par son organisme. Cette dame à l’allure aristocratique travaille sans arrêt. Attablée un vendredi soir à son bureau, Kek Galabru corrige des documents avec un assistant, multiplie les appels et répond aux questions de Reflet de Société. Après, elle assiste à une réception. «C’est très difficile de faire bouger le gouvernement. On a tellement essayé, soupire-t-elle. Si le gouvernement canadien exerçait une pression plus forte, peut-être que ça pourrait améliorer la situation des femmes ici.»

Changer les moeurs

Dans la région, la fille aînée travaille traditionnellement au bordel pour subvenir aux besoins du reste de la famille. «Si elle accepte, est-ce du trafic? se demande le Dr Bruno Maltoni, consultant de l’Organisation internationale pour les migrations (OIM). Dans certaines provinces, la prostitution est la seule façon de s’en sortir. Il s’agit d’un problème socio-économique. En Occident, on croit que les filles ont été kidnappées. Mais, souvent, ce n’est pas le cas. Plusieurs jeunes femmes veulent faire ce travail. Pas besoin de les forcer.»

Conseiller pour Oxfam Québec au Cambodge, Normand Champoux met en place un nouveau programme contre le trafic à la grandeur de la région du sud-est de l’Asie. «Quand on parle de trafic humain, on a notre perception occidentale, dit-il, corroborant l’idée du Dr Maltoni. Aux yeux de plusieurs Cambodgiens, si la famille ne vend pas sa fille, toute la famille meure. Je n’ai pas de solution au problème… Surtout que la famille ne le voit pas comme du trafic. Leur fille travaille pour leur bien.» La luttes aux réseaux de prostitution demeure essentielle, mais l’amélioration du niveau de vie et l’évolution des mentalités le sont tout autant.

Produit grâce à la contribution de l’Agence canadienne de développement international (ACDI)

Autres textes sur la Prostitution asiatique

Asie: Traite des femmes et prostitution internationale

Exploitation sexuelle en Asie

Cambodge: sexualité et prostitution

Asie: prostitution ou mariage?

Soutien aux prostituées asiatiques

Prostitution asiatique: racoleuse ou prostituée? 3 de 3

Prostitution asiatique: racoleuses ou prostituées? 2 de 3

Prostitution asiatique: racoleuses ou prostituées? 1 de 3

Trafic d’êtres humains en Asie 1 de 2

Trafic d’êtres humains en Asie 2 de 2

Prostitution: le Cambodge se mobilise

Prostitution: un fléau international

Dossier Prostitution et Sexualité.

Avons-nous l’argent nécessaire pour légaliser la prostitution?

Doit-on légaliser la prostitution?

Les effets pervers de la légalisation de la prostitution.

Les clients de la prostitution.

Les filles dans les gangs de rue et la prostitution.

Prostitution de luxe d’une escorte.

Pour ou contre la légalisation de la prostitution?

Jean-François Lisée de L’actualité et la légalisation de la prostitution.

 

Ce billet, ainsi que toutes les archives du magazine Reflet de Société sont publiés pour vous être offert gracieusement. Pour nous permettre de continuer la publication des textes ainsi que notre intervention auprès des jeunes, dans la mesure où vous en êtes capable, nous vous suggérons de faire un don de 25 sous par article que vous lisez et que vous avez apprécié.

Merci de votre soutien.

PUBLICITÉ

Graffiti Hip Hop de la scène de Montréal

operation-graffiti-hip-hop-graffiteur-graff Opération Graffiti. Toute l’histoire de la création du Café-Graffiti. La relation avec les jeunes. Ce qu’ils ont vécu dans le projet. Ce qu’ils ont fait vivre aux intervenants. Toutes les anecdotes d’un projet qui fait encore parler de lui. Une façon intéressante et originale de soutenir le Café-Graffiti dans sa mission d’aide et de soutien aux jeunes. 19,95$.

Disponible Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009
Par Internet: http://www.editionstnt.com/Livres.html
Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4.

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel.

Dominic Desmarais part pour le Viet-Nam et le Cambodge; histoire de prostitution

Dominic Desmarais part pour le Viet-Nam et le Cambodge; histoire de prostitution

Dossiers Prostitution et Sexualité

Notre Tintin national, Dominic Desmarais quitte lundi matin pour 3 semaines au Viet-Nam suivi d’un autre 3 semaines au Cambodge. Il nous prépare des reportages sur la prostitution Asiatique et internationale.

Dans la mesure qu’il ne soit pas trop censuré par ces gouvernements, ses péripéties et ses anecdotes seront racontés dans son carnet de voyage que vous retrouvez sur le site Internet de Reflet de Société.
Dès les numéros de février dans Reflet de Société, vous pourrez commencer à lire ses premiers reportages sur ce sujet délicat.

Bon voyage Dominic, on attend impatiemment de lire tes aventures.

Les voyages 2007 de Dominic Desmarais: Haiti, Colombie et l’Afghanistan

Autres textes sur Prostitution et Sexualité.

Avons-nous l’argent nécessaire pour légaliser la prostitution?

Doit-on légaliser la prostitution?

Les effets pervers de la légalisation de la prostitution.

Les clients de la prostitution.

Les filles dans les gangs de rue et la prostitution.

Prostitution de luxe d’une escorte.

Pour ou contre la légalisation de la prostitution?

Définition et historique de la prostitution

Jean-François Lisée de L’actualité et la légalisation de la prostitution.

PUBLICITÉ

Battle breakdance hip hop des meilleurs breakers de Montréal

show_image Extreme Supreme Science
Vidéo VHS, compétition de break-dance.

Skywalker, Omegatron, Psycho Red, Silo, Trackmaster, Strike 3, Jayko Superstar, Speedy, Place Pieces (Maximum Efficiency), Tiger, Dj Frank Boulevard, Dj Devious.
Vidéo VHS 25$

Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009
Par Internet: cafegraffiti.net
Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel.

%d blogueurs aiment cette page :