Concert de piano, la conclusion

concert de piano classique Église St-Barnabas St-Lambert

Concert de piano / Chapitre 7

Raymond Viger | Dossier Humour

J’ai assisté à un concert qui a duré 2 heures 30 minutes. Je suis en train d’écrire le 7e et dernier chapitre de cet événement. Cela peut paraître étrange de faire tant de détour pour en arriver à l’événement qui a provoqué tous ces textes. Pas pour moi. Une phrase que j’ai gardé de mon cour de thérapeute :  » Ce n’est pas l’événement qui est important, c’est ce qu’il nous fait vivre « . Pour pouvoir apprécier et être présent émotionnellement aux jeunes, je me dois de prendre conscience de ce que je vivais et de l’assumer.

Si je m’étais limité à ne décrire que le concert, j’aurai été un chroniqueur art et spectacle. J’aurais couvert l’événement avec ma couleur mais ça n’aurai été qu’une simple couverture journalistique. J’ai préféré prendre la plume de l’écrivain. Celui qui écrit sa vie pour mieux la comprendre.

Cette écriture m’aura été fort utile lorsque qu’au début de la trentaine j’ai fait ma dépression qui m’aura mené à 2 tentatives de suicide. Une écriture qui est une forme d’autothérapie. Une écriture qui me permet de rester en contact avec ma sensibilité et de lui donner une place privilégiée dans ma vie.

Je me dois aussi de citer la devise de mon professeur de chant, Guy Robitaille.  » Jamais plus vite que lent « . En revivant les événements de ce concert, en prenant le temps de décrire toutes les émotions qui m’ont habité lors de cet événement, cela me permet de ralentir le tourbillon de mes émotions et de m’assurer que je peux assumer tout ce qu’elles ont à me dire.

Parce qu’une émotion est un petit cadeau qui nous vient de notre jardin intérieur. Un message à décoder. Un souvenir à ne pas oublier… Depuis un certain temps, je remets en question plusieurs de mes implications, entre autre, mon blogue qui me prend beaucoup de temps et mes livres que je ne réussis plus à trouver le temps nécessaire pour les terminer et les publier. Cette écriture que j’avais utilisé pour écrire certains de mes livres me manquait beaucoup.

Ce concert m’aura donné l’occasion de revenir à cette écriture et de donner une orientation différente à mon blogue. Inconsciemment, je le savais, mais la prise de conscience est maintenant plus forte. Parce que je suis capable de pouvoir nommer et identifier clairement la nouvelle orientation qui prend forme.

Quand j’ai écrit mes livres, je partageais mes émotions et mes états d’âmes quotidiennement dans ceux-ci. Le blogue peut servir à recueillir ces états d’âmes. Un peu comme je l’ai fait avec mes livres. Même si je blogue depuis 2 ½ ans, j’ai eu plusieurs périodes où j’avais adopté ce style littéraire. Lors de ma tournée de conférence en France, j’ai écrit 39 billets sur ce que j’ai vécu pendant la tournée, les gens que j’ai rencontré. Le spectacle de François Morency au chapiteau de Bromont avait lui aussi duré 2 ½ heures et j’avais écrit 8 billets sur cette aventure. Il y avait eu les spectacles d’André-Philippe Gagnon au chapiteau de St-Sauveur, Showtime à Trois-Rivières, Motown génération au Théâtre St-Denis, Disney on Ice au Centre Bell… Même des textes sur un rat musqué qui est venu détruire mon jardin d’eau. Je m’étais déjà préparé à faire de même avec le voyage que je prépare à Vancouver sur la francophonie hors Québec.

Tous ces événements n’auront duré que quelques heures mais me permettent de partager tant de choses. Peut-être qu’un jour je trouverais un fil conducteur à tous ces billets et en ferais un autre livre. Qui sait? En attendant, ce qui me désole le plus, c’est que lorsque les Internautes cliquent sur les catégories associées à ces thèmes, ils ont le billet le plus récent vers le plus vieux. C’est donc dire qu’ils lisent l’aventure en commençant par la fin!!!

Est-ce que mon blogue devient un exemple de confusion des genres? Possiblement. Des textes sur ce que je vis, d’autres sur des phénomènes sociaux, drogue, prostitution, suicide, gambling…, des éditoriaux, des prises de position, des questionnements sociaux, des dénonciations… Finalement, mon blogue me représente avec tous les genres et les styles que j’adopte selon les circonstances.

Merci à Ginette et Normand pour cette invitation à ce concert de fin d’année. Merci Soeur Marie-Paule de vous occuper de soutenir Ginette dans sa démarche. Merci à tous les jeunes, Dylan, Arnaud, Laurence R., Marianne, Noah, Noémie, Geneviève, Audrée, Karyne, Laurence D., Laurence T.L., Carl, Élisabeth, Hugo, François et Nadine pour votre magnifique concert, pour ce que vous m’avez fait vivre pendant ces quelques heures, pour le bonheur que vous avez eu à présenter votre créativité. Merci à tous les parents et amis présents à cette magnifique journée pour m’avoir accepté dans l’intimité de cette journée.

Autres textes sur Concert de piano

Autres textes sur Humour

Bistro le Ste-Cath

bistro le ste-cath restaurant est montréal hochelaga-maisonneuveUn restaurant, une chaleureuse terrasse. Pour une rencontre entre amis ou en famille, les chefs du Bistro le Ste-Cath sauront vous offrir une cuisine réinventée et originale à un prix abordable.

Situé en plein cœur d’Hochelaga-Maisonneuve, au sud du Stade Olympique, à l’est de PIE-IX. 4264 Ste-Catherine est.

Bistro le Ste-Cath est opéré par l’organisme communautaire le Journal de la Rue. Tous les profits servent à financer notre intervention auprès des jeunes.

Pour informations et réservations: (514) 223-8116 ou bistro@le-ste-cath.com.

Ressources sur le suicide

  • Québec: 1-866-APPELLE (277-3553). Les CLSC peuvent aussi vous aider.
  • Canada: Service de prévention du suicide du Canada 833-456-4566
  • France Infosuicide 01 45 39 40 00 SOS Suicide: 0 825 120 364 SOS Amitié: 0 820 066 056
  • BelgiqueCentre de prévention du suicide 0800 32 123.
  • Suisse: Stop Suicide
  • Portugal: (+351) 225 50 60 70

Guide d’intervention de crise auprès de personnes suicidaires

guide-d-intervention-de-crise-personne-suicidaire-suicide-intervention-prevention-suicide-rates-suicideLe guide d’intervention auprès de personnes suicidaires démystifie le suicide. Il permet d’aider les proches à reconnaître les signes avant-coureur du suicide et de déterminer qu’est-ce qui peut être fait pour soutenir la personne en crise.

Une section du guide est réservée aux endeuillés par suicide.

Le livre est disponible au coût de 9,95$. Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009. Par Internet.

Par la poste: Reflet de Société 4260 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X6.

Maintenant disponible en anglais: Quebec Suicide Prevention Handbook.

Survivre, un organisme d’intervention et de veuille en prévention du suicide et en promotion de la Santé mentale. Pour faire un don. Reçu de charité pour vos impôts. Merci de votre soutien.

Autres livres pouvant vous intéresser

Service Canadien de la faune, Ressources naturelles du Québec, SPCA et le Berger Blanc

Raymond Viger | Dossier Ville de Montréal

Le mois dernier, je vous ai écrit l’histoire du rat musqué qui cohabite dans mon jardin. Le blogue se terminait avec l’installation d’une trappe dans laquelle j’espérais que le rat musqué puisse s’enfiler pour que je puisse le relocaliser ailleurs que dans mon bassin.

Les pommes de mon pommier et les raisins de mes vignes ayant été tout mangés, mon cher colocataire s’est finalement décidé à venir manger les pommes et les carottes camouflées dans la trappe.

Maintenant que j’ai un rat musqué à relocaliser, je vais tenter de vérifier avec les autorités ce que je fais avec la bestiole. Nous sommes vendredi soir. Les bureaux sont tous fermés. J’avais vu un reportage sur les agents de la faune, disponible 24 heures sur 24 pour nous aider à relocaliser, ou du moins, nous informer sur ce qu’il faut ou ne faut pas faire.

Le seul numéro de téléphone que j’ai pu trouver au Service Canadien de la Faune pour les urgences me mentionne qu’il ne peut rien faire. Il ne s’occupe que des déversements chimiques. Du côté des ressources naturelles du Québec, rien trouvé. En cherchant du côté de la Ville de Montréal dans animaux sauvages, on nous réfère au Berger Blanc. Mais ceux-ci ne touchent pas aux rats musqués. Sur le site de Ville de Montréal il y a bien un bouton pour la Société Protectrice des animaux (SPCA). Le lien nous amène sur le site de la SPCA International, section pour leur faire des dons. Pas de téléphone nulle part. Internet est un outil intéressant, mais il faut quand même qu’un Webmestre fasse un bon travail. Faire des liens c’est facile, mais il faut tout de même qu’il y ait un peu de pertinence.

Je me sers du bottin téléphonique. Vous savez, cette vieille technologie en papier pour trouver des numéros de téléphone. Parfois cette vieille technologie fonctionne mieux qu’Internet. Je trouve les coordonnés de la SPCA et je parle enfin à un humain. Un peu déçu de sa réponse, il me dit qu’il ne peut rien faire. Légalement, je n’ai même pas le droit de transporter le rat musqué pour le relocaliser.

D’un côté, je pourrais le tuer entre octobre et février, en autant que j’aie un permis pour poser des collets et l’attraper. De l’autre on me dit que c’est une race protégée qu’il faut que je le relocalise. Et maintenant on me dit que je n’ai pas le droit de le transporter dans mon véhicule! Et aucun agent de la faune disponible pour m’aider dans cet embouteillage de règlements qui, additionnés ensemble font un bouchon monstre.

Avec ma conjointe, qui a refusé que nous adoptions le rat musqué,  nous décidons que nous allons le relocaliser et que nous allons arrêter de tenter d’être des bons citoyens qui cherchent à faire tout légalement. Il y a une limite quand même. Il y a un rat musqué qui est prisonnier de ma cage de transport et l’hiver va bien finir par arriver.

Nous nous dirigeons vers la rivière des Prairies. Je laisse aller la bête.  Une rivière, un bois, plein de cachettes partout et quelques canards pour l’accueillir. Il sera sûrement bien dans son nouvel habitat.  Nous espérons juste qu’il ne sera pas assez stupide pour retourner vers la route et se faire frapper. Je n’ai pas fait tout cela pour le voir en charpie sous un véhicule.

Tristement, Danielle et moi lui faisons nos adieux. Même s’il a causé plusieurs milliers de dollars de dommage à notre beau jardin, je pense qu’on avait commencé à s’attacher à cette pauvre petite bête. Les coûts exacts des réparations ne seront connus qu’au printemps, lorsque nous aurons terminé de tout réparer.

Autres textes sur Environnement

Ce billet, ainsi que toutes les archives du magazine Reflet de Société sont publiés pour vous être offert gracieusement. Pour nous permettre de continuer la publication des textes ainsi que notre intervention auprès des jeunes, dans la mesure où vous en êtes capable, nous vous suggérons de faire un don de 25 sous par article que vous lisez et que vous avez apprécié.

Merci de votre soutien.

quand-un-homme-accouche-roman-cheminementQuand un homme accouche

Roman de cheminement. Le personnage principal accouche de son enfant intérieur qui devient son ami et son thérapeute tout au long du roman. Ce livre est le premier d’une trilogie qui a été reprise dans L’amour en 3 Dimensions. 9,95$

Disponible Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009
Par Internet: http://www.editionstnt.com/Livres.html
Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel

Rat musqué, fleur de lotus et un aménagement paysager

Raymond Viger | Dossier Environnement

Question de pouvoir décrocher des heures et des heures de travail que Danielle et moi investissons au Journal de la Rue et au Café-Graffiti, nous avons un aménagement paysager un peu spécial. Nous n’avons pas le temps d’avoir un chalet et d’y aller les week-ends. Nos semaines de travail se suivent à un rythme effréné. Nous n’avons que quelques week-ends bien à nous durant l’année.

Notre aménagement paysager ne comporte aucun gazon. Le couper aurait été une corvée. Nous avons préféré avoir 6 chutes d’eau et 3 bassins dans lesquels nous y avons installé quelques familles de poissons. Des plantes, des arbres et des vignes complètent le décor.

Mais nous sommes à Pointe-aux-Trembles, l’est de Montréal. Juste à côté du Centre de la nature. J’ai eu à partager ma récolte de raisins avec un gros raton laveur, faire des pas de danse pour éviter une moufette, être étonné par un grand héron qui s’est perché sur ma pergola pour tenter de manger mes poissons. Il y a même un chevreuil qui a traversé la rue Sherbrooke devant nous pour aller se cacher dans un champ tout près de notre maison! Même si je demeure à Montréal, j’ai parfois l’impression d’être dans le bois. Et nous ne nous en plaignons pas.

Nous avons toutes sortes de plantes, autant aquatiques que terrestres. Les plantes ont été sélectionnées pour avoir des périodes floraisons qui varient d’un mois à l’autre, des couleurs différentes et même leurs odeurs changent d’une semaine à l’autre. Avec des vignes qui poussent d’un pouce par jour, notre jardin prend parfois l’allure d’une jungle.

Une seule plante manquait à notre collection. Une fleur de lotus. Nous avons décidé de compléter notre collection. Nous installons cette fleur de lotus en plein milieu de l’un des bassins. Mais voilà, en moins de 12 heures, un animal vient l’attaquer, la manger, déterrer toutes les racines pour n’en faire qu’une bouchée. Nous avons un nouveau colocataire, un rat musqué!

Le rat musqué est un animal protégé. Pas question de mettre des collets pour l’attraper. J’ai dû me garnir d’une trappe. Le but du jeu est de pouvoir le relocaliser. Mais voilà. Nous avons eu la chance de le voir à plusieurs reprises. Il est rendu tellement familier avec nous, qu’il passe sans s’inquiéter entre nos pattes quand on fait du jardinage. Juste pour dire qu’il ne nous salue pas au passage!

Et ma trappe demeure installée et il ne s’y aventure pas. En espérant que cet hiver, lorsque la nourriture sera plus rare qu’il soit attiré par mon piège. En attendant, il a mangé les racines de notre fleur de lotus (qui nous avait coûté un bras), ma récolte de raisins, quelques pommes…

Si je ne réussis pas à l’attraper cet hiver, j’imagine que, chanceux comme nous sommes, nous aurons à vivre avec la réalité que c’est possiblement une femelle qui va accoucher, faisant de Danielle et moi, grands-parents adoptifs d’une nouvelle famille de rat musqué! Cela va bien compléter notre collection de 123 poissons, 4 chats et 2 oiseaux!

Autres textes sur Environnement

Ce billet, ainsi que toutes les archives du magazine Reflet de Société sont publiés pour vous être offert gracieusement. Pour nous permettre de continuer la publication des textes ainsi que notre intervention auprès des jeunes, dans la mesure où vous en êtes capable, nous vous suggérons de faire un don de 25 sous par article que vous lisez et que vous avez apprécié.

Merci de votre soutien.

quand-un-homme-accouche-roman-cheminementQuand un homme accouche

Roman de cheminement. Le personnage principal accouche de son enfant intérieur qui devient son ami et son thérapeute tout au long du roman. Ce livre est le premier d’une trilogie qui a été reprise dans L’amour en 3 Dimensions. 9,95$

Disponible Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009
Par Internet: http://www.editionstnt.com/Livres.html
Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel

%d blogueurs aiment cette page :