Rémi Jean-Lefebvre nous présente Simon aux francofolies de Montréal

Rémi Jean-Lefebvre est animateur et illustrateur. Il est un passionné d’art sous toutes les formes, auquel il y jumelle un vif intérêt pour les enjeux sociaux. Il collabore autant au milieu de vie du Café Graffiti qu’aux Éditions TNT.

crédit photo Rémi Jean-Lefebvre

Photographies Rémi Jean-Lefebvre aux Francofolies

Aujourd’hui Rémi Jean-Lefebvre nous présente un autre artiste présent aux Francofolies pour représenter le Café Graffiti. Simon.

Toujours particulier de voir comment un graffiteur débute sa réalisation. Une série de lignes qui vont disparaître en cours de route permet de diriger l’artiste dans son travail.

crédit photo Rémi Jean-Lefebvre

Photo Rémi Jean-Lefebvre

Autres articles sur les photographies graffiti aux Francofolies de Rémi Jean-Lefebvre:

Rémi Jean-Lefebvre aux Francofolies

Rémi Jean-Lefebvre rencontre Arpi aux Francofolies

Rémi Jean-Lefebvre nous présente Bibi Una

crédit photo Rémi Jean-Lefebvre

photo Rémi Jean-Lefebvre

Aux Francofolies, Rémi Jean-Lefebvre nous présente Jonathan Cormier

Café Graffiti

625 De Lasalle, Mtl, Qc. H1V 2J3 (514) 256-9000

Rémi Jean-Lefebvre rencontre Arpi aux Francofolies

Photoreportage de Rémi Jean-Lefebvre

Du 8 au 17 juin, le Café Graffiti  offrait chaque soir une démonstration de peinture sur panneau de bois. Plusieurs grands noms du milieu des arts, muralistes ou graffiteurs, se sont présentés pour livrer d’impressionnantes prestations.

Ce n’est pas tous les jours que l’on peut assister à la création d’œuvres d’art en direct. Le tout se déroulait dans une ambiance décontractée aux saveurs hip-hop à la Place des arts, accompagné de séances éphémères de breakdance, pour finir à la tombée de la nuit en fête dansante pour jeunes et moins jeunes.

Une fois achevées, les fresques étaient placardées sur les murs extérieurs créant un agrégat d’œuvres éclectiques grandissant jour après jour.

Aujourd’hui, Rémi Jean-Lefebvre nous présente son photoreportage sur l’artiste qui a ouvert le bal aux Francofollies, Arpi.

Rémi Jean-Lefebvre est animateur et illustrateur. Il est un passionné d’art sous toutes les formes, auquel il y jumelle un vif intérêt pour les enjeux sociaux. Il collabore autant au milieu de vie du Café graffiti qu’aux Édition TNT.

Arpi Café Graffiti Montréal

Muraliste Arpi graffiteur Montréal Café Graffiti

Arpi muraliste Café Graffiti Montréal

Arpi graffiteur Café Graffiti Montréal

Rémi Jean-Lefebvre aux Francofolies

Rémi Jean-Lefebvre

Rémi Jean-Lefebvre est animateur et illustrateur. Il est un passionné d’art sous toutes les formes, auquel il y jumelle un vif intérêt pour les enjeux sociaux. Il collabore autant au milieu de vie du Café graffiti qu’aux Édition TNT.

Rémi Jean-Lefebvre aux FrancofoliesÊtes-vous allés aux Francofolies cet été 2018 ?  De la bonne musique, du soleil, beaucoup de monde, et si vous en avez eu la chance proche du Musée d’art contemporain : du graffiti !

Du 8 au 17 juin, le Café Graffiti  offrait chaque soir une démonstration de peinture sur panneau de bois. Plusieurs grands noms du milieu des arts, muralistes ou graffiteurs, se sont présentés pour livrer d’impressionnantes prestations. Ce n’est pas tous les jours que l’on peut assister à la création d’œuvres d’art en direct. Le tout se déroulait dans une ambiance décontractée aux saveurs hip-hop à la Place des arts, accompagné de séances éphémères de breakdance, pour finir à la tombée de la nuit en fête dansante pour jeunes et moins jeunes. Une fois achevées, les fresques étaient placardées sur les murs extérieurs créant un agrégat d’œuvres éclectiques grandissant jour après jour. La diversité de style créait la beauté de la chose, l’ensemble pouvant combler les gouts de tout un chacun. Paysage bédéiste de JO, dinosaurisme de SBuONE,  hyperréalisme de DEPS, mosaïque de personnages de MONOSOURCIL, style graffiti de BIBI UNA et SIMON, sans compter le talentueux ARPI !

Beaucoup de rencontres mémorables et d’échanges intéressants se sont créés entre artistes et festivaliers. Sans parler la curiosité enivrante des enfants qui ne quittaient pas des yeux le tracé de la bombe aérosol crachant ses pigments sur le panneau de bois.

Un article de Rémi Jean-Lefebvre initialement écrit pour le magazine Reflet de Société +

 

%d blogueurs aiment cette page :