Les vins du Québec et la Société des alcools du Québec

Les vignobles du Québec

La Société des alcools du Québec, le Wal-Mart du vin

Annick Gazaille est propriétaire d’un marché IGA à Magog. La Régie des alcools, des courses et des jeux (RACJ) a retiré son permis de vente d’alcool pour 14 jours. Son crime? Mme Gazaille a vendu, en 2004, des vins du Domaine Félibre, un vignoble de la région. Sans avoir obtenu la permission de la Société des alcools du Québec. «Il y a beaucoup d’agriculteurs dans les environs. Je les ai toujours aidés», raconte la propriétaire pour justifier sa conduite.

Dominic Desmarais   Dossier Société des alcools du Québec

vins-du-quebec-route-des-vins-vignobles L’affaire Gazaille représente bien les difficultés des vignerons québécois à écouler leurs produits. Leur préoccupation majeure, c’est de rejoindre le client. Il leur est possible de vendre au vignoble. Dans les autres endroits, comme les restaurants, les foires, les épiceries et la Société des alcools du Québec, ils doivent obtenir l’autorisation de la société d’État qui détient l’exclusivité de la distribution des vins et spiritueux au Québec.

«Pour nous, le plus rentable c’est au vignoble, admet Jean-Paul Scieur, propriétaire du Cep d’Argent, à Magog. On écoule nos productions lors de réceptions, des visites guidées. Nous avons un restaurant. Nous avons également des ententes avec des auberges de la région. Mais notre problème, c’est de janvier à avril. Est-il possible d’avoir un marché parallèle?» s’enquiert le vigneron, dépité.

Les vignobles comme le Cep d’Argent ne peuvent attirer des visiteurs à longueur d’année. L’hiver, la caisse enregistreuse ne tinte pas. Les foires sont peu nombreuses. Et la Société des alcools du Québec ne rend pas la vie facile aux producteurs de vins artisanaux.

Le monopole de la Société des alcools du Québec

photos_reportage_images4 La Société d’État possède le monopole de la vente d’alcool au Québec en dehors de la bière, que ce soit dans ses propres succursales ou dans les différents commerces: supermarchés, dépanneurs, restaurants, etc. Quiconque veut offrir ses vins ou spiritueux aux Québécois doit au préalable passer par elle. La Société des alcools du Québec, pour assurer une distribution dans ses 816 succursales et agences, demande aux producteurs de vins d’assurer la livraison d’une importante quantité de vin. Peu de vignobles québécois peuvent répondre à cette exigence.

Le respect des traités internationaux fait également mal aux producteurs. La Société des alcools du Québec doit mettre tous ses clients sur un pied d’égalité. Avec des taxes d’accise pouvant monter jusqu’à 125%, exigées pour tous les produits, les vignobles de la province sont peu concurrentiels. Leur faible production, alliée aux coûts de production élevés pour ce secteur, les écarte, pour la plupart, de la visibilité à la Société des alcools du Québec. Ce qui explique l’absence des vins du vignoble les Trois Clochers. Sa propriétaire, Nadeige Marion, n’a pas les moyens. «Si je veux que mon vin soit vendu à 12$ la bouteille, je dois vendre mon litre 4$. Je ne vendrai pas en bas du prix courant», affirme-t-elle avec frustration.

«La Société des alcools du Québec, c’est le Wal-Mart du vin, lance sérieusement Leonard Pennachetti, propriétaire d’un vignoble en Ontario. C’est conçu pour traiter avec les grosses compagnies. Ça détruit les petits producteurs. À la Société des alcools du Québec, il n’y a pas de produits artisanaux.»

M. Pennachetti considère la LCBO, l’équivalent de la Société des alcools du Québec en Ontario, également comme un Wal-Mart. À la différence près qu’en Ontario, le gouvernement a explicitement demandé à sa société monopolistique de promouvoir les produits locaux.

Au Québec, la Société des alcools du Québec n’a aucune exigence en ce sens. Dans son discours du budget en 2005, le ministre des Finances, Michel Audet, a déclaré vouloir faire de la place aux producteurs de vins québécois et autres alcools artisanaux dans le réseau de la Société des alcools du Québec. Deux ans plus tard, les vignerons du Québec n’ont constaté aucun changement. Les vignerons s’interrogent sur la volonté politique des élus provinciaux.

«Est-ce normal de ne pas voir de présentoirs pour les vins du Québec en entrant dans les succursales de la Société des alcools du Québec?» s’interroge Jean-Paul Scieur, du vignoble le Cep d’Argent. Le gouvernement du Québec, seul actionnaire de la société d’État, demande d’aider les vignobles de la province, rappelle-t-il.

«La Société des alcools du Québec achète 170 millions de bouteilles par année à travers le monde pour les revendre dans ses succursales. Là-dessus, 170 000 proviennent d’ici», détaille Jean-Pierre Belisle, propriétaire du vignoble La Roche des Brises et président de l’Association des Vignerons du Québec (AVQ). Dans l’exercice 2006-2007, les ventes de produits locaux à la Société des alcools du Québec atteignaient 2 200 000$ sur des ventes totales de 2 milliards, indique Linda Bouchard, porte-parole pour la Société des alcools du Québec.

Dans la province voisine, selon les chiffres du Wine Council of Ontario (WCO), les ventes de vins provinciaux ont triplé depuis 15 ans pour atteindre 483 millions cette année. Des ventes 200 fois plus volumineuses qu’au Québec.

Vins locaux sans promotion

vignobles-route-des-vins-du-quebec-vin-quebecois Si le vin québécois s’empoussière sur les tablettes des Société des alcools du Québec, c’est peut-être par manque de promotion de la part des employés du monopole d’État. «Les conseillers sur le plancher offrent des vins français et internationaux depuis 15 à 20 ans, explique Jean-Pierre Belisle, de la Roche des Brises. Il faut changer la mentalité. Promouvoir nos vins doit devenir un réflexe».

En Ontario, la LCBO donne le mandat à un représentant service clientèle de promouvoir les vins locaux. 300 de ses 598 succursales possèdent un tel représentant. Une mesure qui aide beaucoup à promouvoir les vins ontariens, selon Leonard Pennachetti, du vignoble Cave Spring Cellars.

Linda Bouchard, de la Société des alcools du Québec, précise que des employés de la société d’État ont reçu une formation sur les vins locaux. «Certains conseillers ont même fait les vendanges dans des vignobles québécois», raconte-t-elle.

Solutions pour vignobles québécois

Le Cep d’Argent, à Magog, ne va pas trop mal. Son propriétaire, Jean-Paul Scieur, est constamment à la recherche de solutions. Comme celle de vendre ne serait-ce qu’une seule bouteille par année par habitant. «C’est 7,7 millions de bouteilles. Tu multiplies ton industrie par 10. Tu crées des emplois, tu développes les régions», avance-t-il.

Son confrère de la Roche des Brises, Jean-Pierre Belisle, souhaite un marché parallèle à la Société des alcools du Québec pour les vins de la province. «Un vrai réseau, avec une bannière, insiste-t-il. Nos collègues agriculteurs n’ont pas plus de place dans les grandes surfaces». M. Belisle, également président de l’AVQ, verrait d’un bon œil des succursales de produits artisanaux. Il espère que la demande des consommateurs, dans ce réseau nouveau genre, force la main de la Société des alcools du Québec pour donner plus d’espace aux vins québécois.

À l’unanimité, les vignerons considèrent que toute solution passe par une décision du gouvernement. «Le gouvernement n’a qu’à passer le mot. Il est l’actionnaire unique de la Société des alcools du Québec. C’est lui qui décide. Il pourrait, par exemple, vendre 20% de nos bouteilles. Ça ne changerait pas grand chose, rajoute M. Belisle. Linda Bouchard, de la Société des alcools du Québec, confirme que le gouvernement québécois ne ferait pas moins d’argent en vendant des produits locaux plutôt que des vins importés.

Pour M. Belisle, président de l’AVQ, le gros bon sens s’impose. Tant le gouvernement et les consommateurs devraient soutenir une industrie d’ici. «Chaque fois qu’on achète un vin étranger, le Québec ne reçoit que des taxes. Il n’y a aucun rendement économique. On veut créer des emplois en France, mais pas au Québec? C’est fou!»

 

PHOTO-REPORTAGE DE CE TEXTE.

Autres textes sur Société des alcools du Québec

Vignobles du Québec, cul-de-sac à la SAQ

Les sociétés d’État veulent-ils remplacer le Ministère de la culture?

La Société des Alcools du Québec (SAQ) paye pour nous voler!

La Société des alcools du Québec (SAQ), les vins rosés et les inventaires

La SAQ n’en fait qu’à sa tête

Fraude à la Société des Alcools du Québec?

Des prix gonglés à la Société des Alcools du Québec

Société des Alcools du Québec (SAQ) et les vins du Québec

Ce billet, ainsi que toutes les archives du magazine Reflet de Société sont publiés pour vous être offert gracieusement. Pour nous permettre de continuer la publication des textes ainsi que notre intervention auprès des jeunes, dans la mesure où vous en êtes capable, nous vous suggérons de faire un don de 25 sous par article que vous lisez et que vous avez apprécié.

Merci de votre soutien.

PUBLICITÉ

CD Rap music Hip Hop de la scène de Montréal

cd-rap-music-rappeur-musique-hip-hop-dj-mana-sp-manspino-dynastie-des-morniers CD de musique Ill Legal. Compilation de rappeur et rap music Hip Hop avec Chilly D, DJ Mana, L’intrus, Shades of culture, SP, Patrick Batemen, 01 Étranjj, Ninja P, Virus, Vulguerre, Chance Won, Erratum, Son 2 PT, Manspino, Dynastie des Morniers. 9,95$

Tél: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009
Par Internet: http://www.editionstnt.com/musique-hiphop-rap.html

Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4.

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel.

Vignobles du Québec, cul-de-sac à la SAQ

Les vignobles du Québec

Cul-de-sac à la SAQ

À partir de demain, pendant 3 jours, je vais vous présenter un dossier sur la route des vins au Québec et en Ontario écrit par notre journaliste Dominic Desmarais. Pour introduire ce dossier, je vous présente aujourd’hui un éditorial que j’ai écrit en 2007 sur ma découverte de la route des vins du Québec.

Raymond Viger Dossier Société des alcools du Québec

vins-du-quebec-vignoble-route-des-vins Surprise! Le Québec a deux routes des vins. Une dans les Cantons de l’Est et l’autre dans les Basses-Laurentides. J’ai décidé d’en faire un éditorial pour une raison très simple. J’ai 49 ans et je lis plusieurs journaux et magazines. Je n’avais pourtant jamais entendu parlé d’une route des vins au Québec.

C’est par hasard que j’ai découvert l’existence d’une route des vins. En revenant de Bromont, je décide de prendre des petites routes secondaires. Par hasard, j’aperçois une enseigne bleue de Tourisme Québec qui affiche la «Route des vins» et je m’arrête au premier vignoble. En plus de la traditionnelle dégustation, j’ai droit à une carte aux trésors qui révèlent l’emplacement des 14 vignobles des Cantons-de-l’Est. La semaine suivante, lors d’une autre escapade, je tombe sur la route des vins des Basses-Laurentides et ses 8 vignobles.

Tourisme et la route des vins

vignobles-route-des-vins-du-quebec-vin-quebecois On ne peut rater les panneaux routiers qui annoncent partout le Casino de Montréal. Toutes les autoroutes en sont tapissées. Or, ceux des routes des vins sont beaucoup plus discrets. Il faut emprunter une route secondaire pour les apercevoir.

Saviez-vous que parmi ces vignobles Québécois, certains ont maintenant plus de 25 ans d’existence? Que le nom du vignoble «L’Orpailleur» a été trouvé par Gilles Vigneault? Que plusieurs vins québécois ont gagné des prix internationaux? On ne fait pas que du vin de glace. On élabore aussi des vins blancs, rouges, rosées, gris et fortifiés de qualité.

La Société des alcools du Québec et le vin du Québec

route-des-vins-du-quebec-vignobles-quebecois C’est vrai qu’il existe un monopole pour faire la promotion de nos vins: la Société des alcools du Québec. J’ai fait le tour d’une succursale. J’ai vu des affiches identifiant les vins de plusieurs pays. J’ai même constaté que le Canada partageait une enseigne avec le Portugal. Mais rien pour les vins du Québec.

Une commis m’informe que la Société des alcools du Québec vend bel et bien des vins du Québec. Elle me dirige vers le fond du magasin, à côté des vins en solde. Une affiche différente des autres démontre bien que les vins du Québec n’ont pas encore leur place officielle. Elle précise que les producteurs doivent payer pour être présents sur les tablettes. Étonnant! Je lui réponds du tac au tac que la Société des alcools du Québec devrait soutenir les producteurs locaux.

Un vin québécois devrait pouvoir se retrouver sur les tablettes de la Société des alcools du Québec gratuitement, du moins la première année, pour l’aider à se faire connaître. Ceux que j’ai vus à la succursale ont dû payer leur emplacement. Comment se fait-il alors qu’ils soient moins visibles que les autres vins. Comment se fait-il qu’ils n’aient pas droit à une enseigne bien à eux pour proclamer leur existence?

Sarcastique, je pourrais dire qu’avec un vin québécois, contrairement aux vins européens, on ne peut pas jouer avec les taux de change pour augmenter sa marge de profit. Je pourrais aussi souligner qu’un vin d’Europe génère plus de pollution par son transport qu’un vin d’ici. En consommant les vins du Québec, nous créerions de l’emploi local tout en soutenant des artisans qui ont travaillé d’arrache-pied pour créer des vignobles dans notre contrée au climat inhospitalier.

Soutien aux vignobles du Québec

Nous sommes très fier de la percée des fromages québécois. Maintenant, approprions-nous nos vins des Cantons-de-l’Est et des Basses-Laurentides. Pour aviser la Société des alcools du Québec que vous souhaitez une meilleure représentation des vins québécois, contactez le service à la clientèle au (514) 254-2020. En attendant que la Société des alcools du Québec les présente convenablement, vous pouvez toujours faire vos emplettes directement chez le producteur. En plus, c’est le temps des vendanges!

www.laroutedesvins.ca
www.terroirmirabel.com

 

Autres textes sur Société des alcools du Québec

Les sociétés d’État veulent-ils remplacer le Ministère de la culture?

La Société des Alcools du Québec (SAQ) paye pour nous voler!

La Société des alcools du Québec (SAQ), les vins rosés et les inventaires

La SAQ n’en fait qu’à sa tête

Fraude à la Société des Alcools du Québec?

Des prix gonglés à la Société des Alcools du Québec

Société des Alcools du Québec (SAQ) et les vins du Québec

Ce billet, ainsi que toutes les archives du magazine Reflet de Société sont publiés pour vous être offert gracieusement. Pour nous permettre de continuer la publication des textes ainsi que notre intervention auprès des jeunes, dans la mesure où vous en êtes capable, nous vous suggérons de faire un don de 25 sous par article que vous lisez et que vous avez apprécié.

Merci de votre soutien.

PUBLICITÉ

Battle breakdance hip hop des meilleurs breakers de Montréal

video-breakdance-hip-hop-break-breaker-how-to-breakdancing Extreme Supreme Science
Vidéo VHS, compétition de break-dance.

Skywalker, Omegatron, Psycho Red, Silo, Trackmaster, Strike 3, Jayko Superstar, Speedy, Place Pieces (Maximum Efficiency), Tiger, Dj Frank Boulevard, Dj Devious.
Vidéo VHS 25$

Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009
Par Internet: http://www.editionstnt.com/video.html
Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4.

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel.

White Rock, Rain forest reptile refuge, Langley et Canadian museum of flight

White Rock, Rain forest reptile refuge, Langley et Canadian musee of flight

Vancouver chapitre 18    Histoire complète voyage à Vancouver.   Ville de Vancouver

white-rock-vancouver-surrey White Rock est une municipalité plutôt huppé. Nous stationnons l’auto dans un stationnement payant. Des parcomètres électroniques, un peu comme les nouveaux parcomètres que nous retrouvons a Montréal, nous accueillent et nous demandent quelques dollars. J’ai trouvé que ces parcomètres étaient plus intelligent que ceux de Montréal. Quand on veut lui donner de l’argent il nous offre un choix qui n’existe pas a Montréal. Il nous demande si c’est un nouveau stationnement que nous demandons ou de rajouter du temps sur notre stationnement. Cela évite de mettre de l’argent pour payer notre stationnement et perdre le temps déja mis dans le parcomètre.

Une grande plage pleine de roche accueille les baigneurs. Ce qui fait spécial, une voie ferrée sépare la plage du trottoir. Je ne sais pas s’il passe encore des trains sur ces voies, mais a côté d’une plage avec plein d’enfants qui y jouent… Quand même…

Une petite marche et nous aurions déja terminé. Nous apercevons un musée. Nous avons dû demander au bureau touristique si le musée était ouvert tellement l’entrée était discrête! L’histoire du chemin de fer a ses débuts. Une petite salle qui prend quelques minutes a visiter.

En sortant, tel que nous l’avait proposé l’agent du bureau d’information touristique, nous décidons d’aller voir ce qui a donné l’appellation de White Rock a la ville. J’ai décidé d’en prendre quelques photos pour vous les montrer. Je suis demeuré complétement sidéré de voir qu’on ne parlait que d’une roche blanche. Un point c’est tout. Ça ne valait pas le détour. Vraiment pas.

Pour compenser cette expérience, je me suis amusé a emprunter l’appareil photo de rain-forest-reptile-refuge Danielle. Je voulais prendre en photo des oiseaux en vol. Il aura fallu que je joue avec tous les pitons de la caméra et que Danielle m’explique longtemps. J’ai bien hâte de voir les photos.

Après cette visite, nous continuons notre tournée en passant par la route panoramique. Direction Rain forest reptile refuge a Langley. Nous  n’aurons même pas besoin d’arrêter pour nous rendre compte que le refuge pour reptile de la forêt tropicale est fermé. Zut de Zut, on continue.

vampire-canadian-museum-of-flight-vancouver Plus loin on tombe sur le Canadian museum of flight. Quelques vieilles avions dans la cour, le musée est fermé. A 16:00 heures, a tous les jours. Drôle de façon de vouloir faire de l’argent avec les touristes. Ça ferme tôt en Colombie-Britannique!

Pour compenser ces quelques échecs, nous voyons une enseigne annonçant une route des vins pour la vallée Fraser. Quelques arrêts pour gouter le vin et faire un choix pour un petit souper en amoureux à la maison et la journée de vendredi le 27 juin est déjà terminé. Nous remarquons qu’il y a un dépot de 10 sous sur les bouteilles de vin pour s’assurer que les gens les récupèrent. Surprenant qu’au Québec on n’est pas encore consigné les bouteilles de vin.

Histoire complète sur le voyage à Vancouver.

PUBLICITÉcd-rappeur-montreal-hiphop-musique-rap-music

CD de musique Ill Legal. Compilation de rappeur et rap music Hip Hop avec Chilly D, DJ Mana, L’intrus, Shades of culture, SP, Patrick Batemen, 01 Étranjj, Ninja P, Virus, Vulguerre, Chance Won, Erratum, Son 2 PT, Manspino, Dynastie des Morniers. 9,95$

Tél: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009
Par Internet: cafegraffiti.net
Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel.

Congrès de l’Association des médias écrits communautaires du Québec (AMECQ)

Congrès de l’Association des médias écrits communautaires du Québec (AMECQ)

Le 27e Congrès des médias écrits communautaires du Québec vient de se terminer. Un week-end qui s’est déroulé à l’hôtel Mont Gabriel à Ste-Adèle. Cette rencontre entre les artisans de la presse communautaire est une occasion pour des retrouvailles, quelques formations et pour reconnaître le travail journalistique de tous ces gens impliqués, souvent bénévolement, pour servir leur communauté.

Personnellement, j’ai assisté à un atelier sur le Web avec Benoît Munger du journal Le Devoir et L’art du portrait avec l’excellent André Ducharme du magazine L’actualité. M. Munger nous a fait découvrir plusieurs fonctions et outils du Web que, malgré le nombre d’heures que je passe devant celui-ci, m’avait encore échappé. M. Munger réussi à rendre intéressante la formation et capter notre attention malgré que la matière soit un peu aride.

J’avais déjà eu l’occasion d’écouter l’atelier d’André Ducharme. Mais on ne peut se tanner d’écouter un journaliste d’expérience comme lui. On en apprend encore et encore. La passion d’André Ducharme pour le portrait le rend attrayant et intéressant à écouter.

Pendant ce temps, Danielle, co-directrice de l’organisme et spécialiste des équipements et logiciels s’est amusé dans les ateliers de conception graphique, autant pour les magazines que pour les tabloids. Elle a pris des notes qui vont être discutés avec l’équipe et qui devraient amener quelques changements dans le magazine.

Pour la remise des prix, je profite de cette occasion pour souligner les prix remportés par l’équipe de Reflet de Société. Dans la catégorie entrevue, Annie Mathieu pour son texte Quand le Sida frappe encore!  avec le docteur Réjean Thomas. Dans la catégorie chronique, Jean-Pierre Bellemare, notre chroniqueur de la prison de Cowansville pour son texte Vie carcérale: pas banale . Et finalement, une deuxième place pour Dominic Desmarais dans la catégorie reportage pour La route des vins du Québec.

Avec ces 3 prix, cela a permis à Reflet de Société d’être 3e pour le média communautaire de l’année, devancé par Graffici de Gaspésie et le Mouton Noir du bas du fleuve. Nous profitons de l’occasion pour les féliciter pour leur travail et cette reconnaissance de leurs pairs.

Le congrès s’est terminé avec une conférence de Laurence Poole de Sherbrooke. Cette conférence de motivation et de leadership a été une vraie révélation pour notre équipe. Je reviendrais sous peu pour vous en faire part avec plus de détails.

Autres textes sur les médias et commentaires du rédacteur sur les médias.

Ce billet, ainsi que toutes les archives du magazine Reflet de Société sont publiés pour vous être offert gracieusement. Pour nous permettre de continuer la publication des textes ainsi que notre intervention auprès des jeunes, dans la mesure où vous en êtes capable, nous vous suggérons de faire un don de 25 sous par article que vous lisez et que vous avez apprécié.

Merci de votre soutien.

PUBLICITÉ

quand-un-homme-accouche-roman-cheminementQuand un homme accouche. Roman de cheminement. Le personnage principal accouche de son enfant intérieur qui devient son ami et son thérapeute tout au long du roman. Ce livre est le premier d’une trilogie qui a été reprise dans L’amour en 3 Dimensions. 9,95$

Disponible Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009
Par Internet: http://www.editionstnt.com/Livres.html
Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel.

Blog action day, du vin tout près de chez vous

Blog action day, du vin tout près de chez vous

Le Blog action day est une action de mobilisation des Internautes. Des milliers de blogueurs écrivent aujourd’hui un texte sur l’environnement. Pour ma part, j’ai choisi de lever mon verre pour l’environnement.

J’ai appris tout récemment que le Québec comptait plusieurs routes des vins. Certains vignobles ont maintenant 25 ans d’âge. Plusieurs vins du Québec ont gagné des prix internationaux, démontrant la qualité des vins québécois.

Si on pense économie et création d’emploi, on pourrait dire aux Québécois d’encourager les vins du Québec. Mais y a-t-il un lien avec l’environnement? Énorme. La bouteille de vin qui part du bout du monde pour arriver sur votre table a un coût environnemental. Le transport crée de la pollution.

En encourageant un produit local, les coûts environnementaux sont moindres. Et voilà! Levons nos verres (de vin québécois) à la santé de tous les blogueurs qui s’impliquent aujourd’hui pour nous partager leurs petites découvertes.

Je vous laisse la référence de quelques textes qui parlent du reportage que nous avons fait sur le sujet: https://raymondviger.wordpress.com/2007/10/02/societe-des-alcools-du-quebec-et-les-vins-du-quebec/ ainsi que les aventures qui m’ont fait découvrir la route des vins lors du spectacle de François Morency: https://raymondviger.wordpress.com/2007/08/14/francois-morency-et-le-chapiteau-de-bromont-8e-partie/

Prenez le temps de vous promener dans le cyberespace (ça ne cause aucune pollution). Voici quelques liens de la communauté qui s’est impliquée dans le Blog action day: Y-man, folliculaire, La p’tite semaine, Un taxi la nuit, Ze Canada, Caroline, Martin Petit, Capitaine Virgil, Colourful vision, Tetoine, Jean-François Dubé, Mario Tout de go, Renart L’éveillé, Plumes souverainistes.

Pour ceux que j’aurais oubliés, laissez-moi un message et je rajouterais le lien sur vos textes.

https://raymondviger.wordpress.com/2007/11/13/journalisme-citoyen-democratie-et-cent-papiers/

https://raymondviger.wordpress.com/2007/09/01/blogday-une-fete-a-inscrire-a-son-agenda/

https://raymondviger.wordpress.com/2007/04/13/internet-un-soutien-aux-magazines-papier/

https://raymondviger.wordpress.com/2006/08/30/les-blogues-la-democratie-et-la-convergence/

https://raymondviger.wordpress.com/2007/12/06/grande-chicane-sur-le-blogue-martin-petit-humoriste-vs-pierre-cayouette-de-lactualite/

Ce billet, ainsi que toutes les archives du magazine Reflet de Société sont publiés pour vous être offert gracieusement. Pour nous permettre de continuer la publication des textes ainsi que notre intervention auprès des jeunes, dans la mesure où vous en êtes capable, nous vous suggérons de faire un don de 25 sous  par article que vous lisez et que vous avez apprécié.

Merci de votre soutien.

PUBLICITÉ

CD Rap music Hip Hop de la scène de Montréal

cd-rap-music-rappeur-musique-hip-hop-l-queb CD de musique Soul, R n B., Hip Hop. Rappeur et rap music de Bu The Knowledgist, L’Queb, HD, Marilyn, Ol1KU. 9,95$

Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009
Par Internet: http://www.editionstnt.com/Musique-hiphop-rap.html

Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4.

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel.

Après André-Philippe Gagnon, le retour vers Montréal

Après André-Philippe Gagnon, le retour vers Montréal

Raymond Viger   Dossier André-Philippe Gagnon, humoriste

Hier, j’ai assisté au spectacle d’André-Philippe Gagnon au chapiteau de St-Sauveur. Nous avons pris une chambre au Manoir St-Sauveur. Avant le spectacle nous étions à la piscine. Un duo de musiciens créait une ambiance des Caraibes. Ayant été moi-même musicien à mes heures, je trouvais difficile leur prestation. Un peu de monde éparpillé autour de la piscine. Personne ne semblait faire attention aux deux musiciens. Même quand ils terminaient leur chanson et qu’ils disaient « Merci » au micro, personne n’applaudissait, personne ne faisait quoi que ce soit. Pourtant, la musique de Keith Skeete et de Francesco était excellente et agréable. Danielle et moi avons commencé à les applaudir après chacune de leurs prestations. Pendant qu’ils jouaient, nous les regardions en plus de les écouter. C’était notre façon de les encourager.

Keith vendait un CD des chansons qu’il a composées avec un autre musicien, Pierre Lefrançois. Son groupe: les Sunshine boyz. À 10$ le CD, j’en ai pris deux. Je vais en donner un à Lyne comme cadeau. Si on veut que les artistes au Québec continuent de créer, il faut bien les encourager. Non seulement il faut acheter leur musique, mais il faut aussi la faire connaître, la diffuser. Sinon, nous laissons les médias et les producteurs nous vendre leurs artistes sans autre choix.

Pour le retour vers Montréal, pour éviter de prendre l’autoroute, je commence par la 117. Après avoir traversé St-Jérome, je prends la direction de Lachute. Quand on prend des vacances et que l’on veut découvrir un peu de son pays, il faut éviter les lignes droites et les autoroutes.

Nous allons ensuite passer par Carillon. Nous y avons trouvé un musée que nous avons visité. Ce musée parle de l’histoire de Carillon. En passant par les Patriotes et les gens importants qui ont fait connaître cette région. Nous avons ensuite continué vers St-Placide. Je vois une enseigne « Perroquets en folie ». Cela mérite que je fasse demi-tour pour satisfaire ma curiosité. Linda et Robert nous accueillent pour nous présenter plus de 150 perroquets et oiseaux exotiques. Avec une heure d’animation pour nous les présenter, cela méritait de faire un arrêt. www.perroquetsenfolie.com Il y avait des pamphlets publicitaires pour d’autres endroits mignons à visiter. Un dîner safari au Nid’otruche à St-Eustache. Visite guidée d’un éleveur québécois d’autruches, visite en tracteur et dîner safari. Je n’ai pas eu le temps de faire la visite, mais je vous laisse les coordonnées. Vous me ferez vos commentaires. www.nidotruche.com

En repartant, je remarque une autre enseigne. Encore une route des vins! Moi qui ne savais même pas qu’il y avait une route des vins au Québec, voilà que j’en découvre une deuxième. Je fais les 9 kilomètres dans un petit chemin qui pourrait nous amener à St-Benoît. Nous arrivons au Vignoble des Négondos. www.negondos.com Mario Plante, le propriétaire nous y accueille pour une petite dégustation. Sa femme, Carole Desrochers est partie faire une exposition à Montréal.

Mario m’explique que le Vignoble des Négondos est une ferme biologique. Carole participe à la Bio paysanne, une forme de regroupement pour les fermes biologiques. Il me mentionne que l’Union des Producteurs agricoles (UPA), ne fait pas grand-chose pour les fermes biologiques. C’est pourquoi ces fermes tentent de se regrouper ensemble pour défendre leur point.

Mario m’a aussi expliqué que les bouteilles de vin avaient une forme particulière. La bouteille bordelaise, conventionnelle, permettait de garder la lie de vin dans son épaule quand on versait le vin doucement. Aujourd’hui, la lie de vin n’étant plus aussi présente, cela a permis de nouvelles formes de bouteilles de vin.

Je me souviendrais longtemps de Mario et de ses conseils. Danielle et moi avons toujours eu un problème important dans le choix d’une bouteille de vin. Je préfère très sucré, tandis que Danielle peut s’accommoder d’un vin plus sec. Mario nous a expliqué que les vins allemands, réputés pour être plus sucré, le sont tout simplement parce que le producteur rajoute du sucre dans son vin. Même si j’achète un vin blanc sec, je n’ai qu’à y rajouter du sucre dans mon verre et le tour est joué. J’aurais mon vin sucré et Danielle son vin sec. Je pourrais faire différentes expériences avec des sucres de différents fruits ou encore du sirop d’érable.

Il existe huit vignobles dans les basses Laurentides. Moins qu’en Montérégie, mais ces vignobles sont différents de l’un à l’autre. Je vais prendre le temps de les visiter un à un. Pas tous la même journée, mais au fur et à mesure que je vais me donner quelques jours de congé. Je vous laisserai quelques commentaires sur mes différentes dégustations et sur les vins québécois que je préfère. Faites de même et faites-nous bénéficier de vos expériences.

Autres textes sur humoriste

Ce billet, ainsi que toutes les archives du magazine Reflet de Société sont publiés pour vous être offert gracieusement. Pour nous permettre de continuer la publication des textes ainsi que notre intervention auprès des jeunes, dans la mesure où vous en êtes capable, nous vous suggérons de faire un don de 25 sous  par article que vous lisez et que vous avez apprécié.

Merci de votre soutien.

PUBLICITÉ

Guide d’intervention de crise auprès de personnes suicidaires

guide-d-intervention-de-crise-personne-suicidaire-suicide-intervention-prevention-suicide-rates-suicide Le guide d’intervention auprès de personnes suicidaires démystifie le suicide. Il permet d’aider les proches à reconnaître les signes avant-coureur du suicide et de déterminer qu’est-ce qui peut être fait pour soutenir la personne en crise.

Une section du guide est réservée aux endeuillés par suicide.

Le livre est disponible au coût de 4,95$.
Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009
Par Internet: http://www.editionstnt.com/Livres.html
Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4.

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel.

François Morency et le chapiteau de Bromont, 8e partie

François Morency et le chapiteau de Bromont, 8e partie

Dossier Graffiti

Après nos deux visites dans les marchés aux puces, avec un véhicule plein à craquer de nouveaux souvenirs, nous quittons la région de Bromont en direction de Montréal. Pour ceux qui ont déjà lu mes livres, vous savez que je n’aime pas utiliser le même chemin au retour qu’à l’aller. J’aime le changement, l’imprévu, l’aventure. Je suis arrivé par l’autoroute. Je décide donc de revenir par les petites routes secondaires. Celles qui nous font traverser tous les petits villages et qui nous font découvrir le charme et l’intimité d’une région.

Un premier choix s’impose. Vers le nord par Granby ou par le sud en passant par Cowansville. C’est le sud qui gagne. Un chemin que j’ai moins fréquenté que par le Nord. Danielle et moi avions été au Zoo de Granby le mois dernier avec Lyne et son adorable petite fille, Rose. J’ai besoin de changement, c’est pourquoi le sud a gagné.

Après avoir passé par Cowansville, nous nous retrouvons sur  la 202 en direction de Sunham. Je remarque une enseigne bleue de Tourisme Québec. Une indication pour la route des vins! Je ne savais pas qu’il y avait une route des vins au Québec. Trop curieux, je ralentis pour aller questionner. J’atterris ainsi au Vignoble Les Trois Clochers. J’y apprends qu’il y a 14 vignobles en montérégie! Certains ont déjà plus de 25 années d’existence.

Après avoir fait une dégustation au Vignoble Les Trois Clochers, nous nous arrêtons ainsi Domaine des Côtes d’Ardoise, au Vignoble Les Blancs Coteaux et finalement au Vignoble de l’Orpailleur. Ce qui est intéressant dans ce dernier vignoble, c’est une visite guidée d’une heure pour nous expliquer comment fonctionnent le vignoble et la fabrication de leur vin. L’un des propriétaires est le gérant de Gilles Vigneault. C’est lui qui a par ailleurs trouvé le nom du vignoble: L’Orpailleur qui signifie chercheur d’or.

Danielle et moi, nous n’avons pas fait des dégustations. Nous avons pris le temps de faire nos emplettes et remplir notre cave à vin. Il est intéressant de pouvoir goûter un nouveau vin avant de faire notre sélection. Il est aussi intéressant de faire des expérimentations et d’en découvrir de nouveau. Ce qui est aussi intéressant c’est d’encourager cette nouvelle industrie et encore méconnue de la viniculture au Québec. La majorité de ces vins ne se retrouvent pas à la Société des Alcools du Québec. Raison de plus pour faire nos emplettes directement dans ces vignobles.

Quoi de mieux que de déboucher une bonne bouteille d’un vignoble qu’on a eu la chance de visiter. Je vous laisse quelques sites d’information sur cette route des vins. Je vous encourage à prendre le temps d’en visiter quelques-uns. Si vous passez par la Montérégie, que ce soit pour aller un spectacle d’humoriste à Bromont ou encore pour le Zoo de Granby, vous passez tout près de la route des vins. Le détour en vaut le déplacement.

http://www.orpailleur.ca/

www.laroutedesvins.ca

www.brome-missisquoi.ca

En ce qui concerne notre retour à Montréal, nous avons terminé par Bedford, Stanbridge Station, Pike River. Un petit arrêt à Henryville pour manger une bouchée. Dans ces voyages, Danielle et moi ne mangeons jamais dans des grandes chaînes conventionnelles qui ont des restaurants partout et qui brisent le charme d’une visite locale. Nous préférons arrêter dans les petits restaurants ou, souvent, c’est le propriétaire qui vient vous servir. Ce fut le cas à Henryville.

Le dernier arrêt avant de revenir au bercail a été La Maison Simons aux Galeries St-Bruno. Du 30 juillet au 24 septembre, le Café-Graffiti décore les vitrines des magasins Simons. Puisque nous passons devant, nous en avons profité pour admirer la toile que Fluke a réalisée pour le magasin de St-Bruno.

Un retour à la maison qui aura pris toute la journée entière. C’est plaisant de sortir de chez soi pour un spectacle d’humoriste. Mais pourquoi se contenter d’un simple aller-retour comme si on allait travailler à l’usine. Cette sortie n’est qu’un prétexte pour pousser plus loin notre exploration. Il y a tant de choses, partout au Québec, qui ne demandent que nous nous arrêtions pour les admirer. Un peu comme une fleur qui pousse en forêt. Si vous ne prenez pas le temps d’aller en forêt, vous ne pourrez pas la voir.

Autres textes sur le Graffiti :

Arpi: Muraliste et designer d’intérieur

Inauguration de la fresque de Fluke avec RFF

Vidéo murale graffiti pour l’agence de communication ID3 (idées aux Cubes)

Murale graffiti, animation de foule, peinture en direct, T-shirt

Mural de Michael Jackson au Festival de Jazz avec les graffiteurs Fluke et Omen

Mural graffiti en direct par Fluke

Fluke pour Oxygen

Video clip graffiti hiphop et breakdance gratuit

Projet graffiti pour Oakley

Graffiti calligraphie El Seed

Le mural Jean Talon

Rencontre avec Nawlz: Graffeur du monde

Breakdance, hip hop, rap, graffiti: présentation des artistes

Ce billet, ainsi que toutes les archives du magazine Reflet de Société sont publiés pour vous être offert gracieusement. Pour nous permettre de continuer la publication des textes ainsi que notre intervention auprès des jeunes, dans la mesure où vous en êtes capable, nous vous suggérons de faire un don de 25 sous  par article que vous lisez et que vous avez apprécié.

Merci de votre soutien.

PUBLICITÉ

apres-la-pluie-le-beau-temps-recueil-de-textes-a-mediter-croissance-personnelle Après la pluie… Le beau temps. Recueil de textes à méditer. Chaque texte révèle un message, une émotion. Un même texte peut prendre un couleur différente selon notre état d’âme.

Le livre est disponible au coût de 9,95$.

Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009
Par Internet: http://www.editionstnt.com/Livres.html
Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4.

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel.

https://raymondviger.wordpress.com/2007/10/02/societe-des-alcools-du-quebec-et-les-vins-du-quebec/

https://raymondviger.wordpress.com/2007/08/16/apres-andre-philippe-gagnon-le-retour-vers-montreal/

L’histoire complète de François Morency, humoriste au chapiteau de Bromont.

%d blogueurs aiment cette page :