L’itinérance de mon père, un sans-abris au grand coeur

Itinérance et démunis

Mon père, cet itinérant

Marie-Françoise Bélondani travaille auprès des démunis. Originaire de la République démocratique du Congo, elle offre de la nourriture, des vêtements et beaucoup d’amour aux sans-abris de Laval et de Montréal.

Dominic Desmarais Dossier Communautaire

Portée par sa foi, elle offre un message d’espoir à des gens désœuvrés: les épreuves d’hier ne sont pas synonymes d’un échec fatal. Pour toucher ces gens, elle s’inspire d’une histoire bien personnelle. Celle de son père qui, parti de rien, a atteint son but en fondant une famille remplie d’amour.

Marie-Françoise possède cette assurance qui peut déplacer des montagnes. D’une force tranquille qui retient une énergie inépuisable, elle voue son existence à aider les plus démunis. Ceux qui n’ont rien, qui ont tout perdu, tout abandonné. Ceux qui se demandent à quoi bon se battre pour vivre.

Marie-Françoise puise son courage dans l’exemple que son père lui a laissé en héritage. Celle d’un homme seul au monde qui s’est accroché à la vie en se fixant un but: s’entourer d’une famille unie par l’amour. «Mon père fut un itinérant. Je prends son exemple pour donner de l’espoir à ceux qui n’en n’ont plus. La vie peut changer. Ce n’est pas parce qu’ils vivent un échec aujourd’hui qu’ils vont le vivre demain.»

Un enfant orphelin

Son père est né en République démocratique du Congo en 1909. Alors sous domination belge, le Congo servait de garde-manger pour ce pays européen. « Dans son village natal, au Kasaï Oriental, ses parents sont morts alors qu’il avait un peu plus de 10 ans. Personne ne pouvait le prendre en charge. Pour survivre, il devait quitter son petit village afin de gagner Kinshasa, la capitale. »

Dans les années 1920, au Congo, il n’y a pas de routes. Le pays n’est pas développé. Le petit Bélondani n’a qu’une possibilité, s’il veut sortir de son Kasaï natal, c’est le bateau. Pour un enfant sans parents, dans un pays où la pauvreté est la règle, c’est une mission quasi impossible. « Dans son village, la nuit, on jouait de la musique. Il avait appris à jouer de la guitare. En quittant son village, il a offert ses services comme porteur. Il s’est fait un peu d’argent. C’est comme ça qu’il a pu s’acheter une guitare.»

Avec son instrument de musique, le jeune adolescent s’installe dans les places publiques et joue pour amasser de l’argent. « Les passants lui donnaient des sous. C’est la guitare qui l’a aidé à se procurer l’argent pour son passage en bateau. » Marie-Françoise ne sait pas combien de temps son père a erré, avec sa guitare, dans l’attente d’avoir les moyens pour s’offrir un aller simple vers la capitale.

Marie-Françoise passe sous silence les moments de doutes, l’absence d’espoir que vivait son père, alors adolescent. Ses nuits à se sentir abandonné, à se demander pourquoi tant d’efforts pour essayer de survivre. Il se concentrait sur son billet comme avant il s’était concentré à obtenir sa guitare. Un pas à la fois.

Puis, un jour, à force de chanter et de gratter les cordes de son instrument, il touche au but. Il peut enfin passer à l’étape suivante: prendre le bateau pour se trouver un avenir à Kinshasa. « Dans le bateau, il n’a pas arrêté de chanter. Il égayait les passagers. Il chantait son espoir. »

Pendant le trajet de plusieurs jours, des passagers lui apprennent une bien triste nouvelle. Sa grande sœur, qu’il n’a pas vue depuis bien longtemps, est morte. « Il s’est jeté dans le fleuve pour en finir. Il était seul au monde. Mais, son enthousiasme à jouer de la musique a permis qu’il soit sauvé. On a dépêché des plongeurs. Ils l’ont sorti de l’eau, de la noyade. C’était son premier miracle. Ça lui disait qu’il y aurait toujours quelqu’un pour lui venir en aide, qu’il avait un avenir. Ça l’a encouragé. Si pour toi la vie n’est pas terminée, tu ne mourras pas. Pas avant d’accepter le but pour lequel tu as été créé. Le meilleur est à venir. »

Terre promise

En débarquant du navire, il se présente aux missionnaires pour trouver un refuge et de quoi se nourrir. Il cogne à toutes les portes avec enthousiasme. Mais, personne n’avait de place pour le prendre en charge. Bien que n’ayant pas de place pour lui, un missionnaire lui parle d’une école qui allait bientôt s’ouvrir. Il pourrait y suivre une formation pour faire des tests de médicaments sur les souris. « C’est comme les programmes de réinsertion au Canada. Pour suivre ces cours, il n’avait pas besoin de diplômes. Ce fut son 2ème miracle, la formation. Ils étaient plusieurs personnes qui voulaient apprendre. À l’époque, l’emploi était rare, au Congo. Après la formation, parce qu’il a montré qu’il était travaillant, on lui a donné un travail. C’était le début d’une nouvelle vie. »

Marie-Françoise n’aborde pas les conditions de vie de son père à son arrivée dans la capitale, pas plus que le temps qu’il a fallu à son père avant qu’il ne suive sa formation. Son père, habitué à l’itinérance depuis des années, vivait ici et là, accompagné de sa guitare pour se nourrir. Son père avançait en se donnant des buts simples et immédiats. Il venait de faire un pas de géant juste en dénichant un emploi. Mais il ne pouvait en rester là.

Un cadeau du ciel

«Grâce à son salaire économisé, il s’est acheté un terrain. Un autre cadeau du ciel. Mais avant de construire sa maison, il voulait se marier. » Encore une fois, le destin frappe à sa porte. Dans son lieu de travail, il fait la rencontre d’une religieuse. Une Congolaise également originaire de sa province natale, le Kasaï Oriental. « En échangeant, ils sont devenus amis. Il s’est ouvert à elle. Il lui a parlé de son intention de trouver une femme pour partager sa vie. Cette relation lui a permis de rencontrer la petite sœur de la religieuse. Il a épousé celle qui allait devenir ma mère. Comme quoi l’échec d’hier, la perte de sa famille, ne signifie pas que tout est perdu. »

Pour son père, c’est un nouveau départ pour une vie meilleure. Avec sa femme à ses côtés, il peut se procurer son terrain. « Ils l’ont travaillé à deux. Dans un endroit marécageux. Seul, il aurait été incapable d’arranger le terrain, de l’aplanir, le débroussailler. Il a construit notre maison familiale avec ma mère.»

Ils ont eu un garçon et 9 filles. « Mon père, qui était seul au monde, sans famille, en a créé une de 10 enfants. Ça, c’est la foi. Il savait que Dieu ne l’abandonnerait pas. C’est pour ça que je me sers de son exemple. Pour encourager tous les démunis, ceux qui ont des obstacles dans la vie. Il y a de l’espoir. La foi, ça dépend dans quoi tu la mets. Si c’est dans le mauvais chemin, ça te détruit. Mon père a fait de bons choix. Mettre sa foi en Dieu, en l’amour. Même sous les décombres, Dieu voit les itinérants, il les connaît. »

Le père de Marie-Françoise est mort entouré d’une grande famille. « Il nous a laissé une grande maison. Il est mort en 1986 à l’âge de 77 ans. Avec ses 10 enfants toujours vivants. »

Mariage empoisonné

Marie-Françoise pensait bien suivre les traces de son père et vivre un mariage harmonieux. C’est plutôt l’épreuve de sa vie qui l’attendait. « Mon mariage, c’est toute une histoire! J’ai traversé des épreuves qui demandaient un grand coeur. J’ai eu onze enfants. Des morts-nés, des prématurés. J’ai eu cinq rivales, des maîtresses. De ces femmes, mon époux a eu 8 enfants. Je les ai acceptés. J’aimais mes enfants. Et c’est parce que je les aimais que j’ai supporté mon union. L’amour avant tout. Mais, ce n’était pas facile à avaler. Mon mari me considérait comme un objet. J’ai dû vivre comme une chose. Je n’avais pas le droit de parler, d’avoir des opinions, de prendre des décisions. Je devais rester à la maison comme une bonne épouse. Malgré tout, j’ai supporté. J’ai pris mon mal en patience.»

Bien que son mariage batte de l’aile, Marie-Françoise émigre au Canada avec son époux et ses enfants en 1995. « J’ai même fait venir les enfants de mes rivales. J’ai fait venir tout un territoire! Mais, je n’en pouvais plus. Mon père, comme il était orphelin, recevait et hébergeait dans sa parcelle les enfants qui n’avaient pas d’endroit où aller. Quand ils pouvaient voler de leurs propres ailes, il les laissait partir. C’est pourquoi moi aussi j’avais un gros cœur pour recevoir tous ces enfants dans l’espoir de leur donner un avenir. » La dynamique familiale est éprouvante. Marie-Françoise met un terme à son union et à cette famille rapiécée. Son père, parti de rien, avait terminé sa vie avec une grande famille unie. Marie-Françoise sentait qu’elle était sur le point de perdre cet amour légué par son père.

Fraîchement arrivée au Québec, elle fait le tour des organismes pour nourrir ses enfants et les vêtir. Comme son père avant elle, elle participe à toutes les formations qui lui sont proposées. Dans des manufactures, des épiceries et en technique de garde pour ouvrir une petite garderie chez elle. « Quand je suis arrivée au Canada, j’ai tout de suite aimé le pays. Tu ne peux pas prospérer dans un endroit que tu n’aimes pas. »

La semence de l’amour

En utilisant les services d’organismes de bienfaisance, Marie-Françoise noue des contacts et fait connaissance avec le milieu communautaire. En formation dans une épicerie, elle demande l’autorisation de donner le pain qu’il faut jeter à la poubelle. Elle le distribue dans les églises et dans des organismes. Petit à petit, l’immigrante apprend à s’intégrer et, surtout, à s’émanciper. De la femme au foyer qui n’avait pas un mot à dire, elle devient autonome. « Ma formation en technique de garde m’a bénie. Ça m’a permis de bien vivre. Aujourd’hui, j’ai un organisme de bienfaisance. J’étais venue comme une immigrante, j’ai demandé du linge et de la nourriture aux organismes et maintenant, c’est moi qui en donne. C’était une semence pour moi. Je l’ai pris et j’ai semé dans la terre du Canada. »

Quand Marie-Françoise regarde des personnes accablées, elle repense à son père. Elle voit, dans chacun d’eux, la force de l’être humain qui peut trouver sa voie. Elle ne les prend pas en pitié. Elle leur donne de l’amour et de la charité. Comme son père le lui a montré.

Autres textes sur Communautaire

Abonnement au magazine Reflet de Société

magazine revue journal édition journalisme presse écrite communautaireInternet-o-thon pour soutenir le magazine communautaire Reflet de Société édité par le Journal de la Rue. C’est le temps de vous abonner pour montrer votre soutien à votre revue sur l’actualité communautaire et sociale. Toute contribution supplémentaire pour soutenir notre cause est la bienvenue.

Pourquoi s’abonner à Reflet de Société?

  • Le citoyen est au cœur de notre mission
  • Un regard différent, critique et empreint de compassion sur les grands enjeux de société
  • Un espace ouvert aux lecteurs pour prendre la parole, partager leurs expérience et faire progresser les débats
  • Un magazine d’information entièrement indépendant, financé par ses milliers d’abonnés aux quatre coins du Québec
  • Tous les profits générés par la vente de Reflet de Société sont remis à l’organisme Journal de la Rue qui offre des services de réinsertion sociale aux jeunes.

Par téléphone: (514) 256-9000, ext.: 1-877-256-9009 Par Internet: http://www.refletdesociete.com/abonnement.html Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4.

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel.

Le Frapru et le logement social

Front d’action populaire en réaménagement urbain

Le Frapru et le gouvernement

Le FRAPRU est sans doute un des organismes ayant monté le plus souvent aux barricades pour les personnes à faible revenu. Après un quart de siècle de revendications, ce groupe communautaire est devenu un incontournable pour toutes les questions touchant le logement social au Québec.

Anne Lamothe  Dossier Communautaire, Itinérance

Le FRAPRU a été créé en 1978 par un comité de citoyens du Centre-Sud de Montréal pour établir un rapport de force avec le gouvernement en matière de logement. D’abord, des besoins ont été ciblés du côté de la rénovation urbaine, principalement pour défendre les programmes fédéraux, provinciaux et municipaux ayant pour but de permettre aux gens de demeurer le plus longtemps possible dans leur quartier.

Dès le début des années 80, le FRAPRU amorce un premier virage, et devient l’ardent défenseur du logement social que l’on connaît. François Saillant qui a pris la coordination quelques mois seulement après la fondation de l’organisme explique ainsi ce virage: «Déjà, sous le gouvernement péquiste, on avait des signes inquiétants pour l’avenir des HLM (habitation à loyer modique), car l’État voulait se tourner vers l’aide à la personne au lieu d’apporter une allocation au logement. Nous avons décidé de surveiller de plus près les visées de l’État pour ne pas que les personnes à faible revenu soient brimées dans leurs droits.»

Le Frapru et le logement social

Il y a 20 ans, l’appellation logement social était méconnue. Non seulement le FRAPRU en a fait son fer de lance, mais il a veillé à l’inculquer aux paliers de gouvernement fédéral et provincial. Aujourd’hui certaines municipalités ont également ajouté le logement social parmi leurs priorités.

Depuis sa fondation, l’organisme a intensifié sa force de frappe. À ses débuts, six groupes membres provenant de Montréal, Québec, Sherbrooke et Verdun se penchaient sur les orientations. Aujourd’hui, le FRAPRU compte près de 90 membres associés dont une trentaine de membres participants. «En 1986, nous avons voulu élargir nos appuis. Même si les groupes associés n’ont pas le droit de vote, ils nous font partager leur expertise dans leur domaine respectif. C’est un moyen pour nous de nous développer.»

Au fil des années, le conseil d’administration a constaté que pour que la concertation soit judicieuse, il fallait laisser aux groupes leur autonomie dans l’action. Selon le coordonnateur, des organismes ayant des missions différentes ou complémentaires peuvent cohabiter sous un même regroupement. «Une coopérative et un HLM n’ont pas toujours les mêmes intérêts au sein du regroupement. Nous ne pouvons pas leur demander de poser les mêmes actions que nous, mais la présence de chacun a sa raison d’être.»

Le Frapru et les coupures du gouvernement

Durant toutes ces années, le FRAPRU s’est rendu sur la place publique pour dire non aux coupures d’allocations au logement annoncées par le gouvernement provincial et il a été entendu. Plus récemment, il s’est battu pour faire retirer dans la loi la possibilité que les assistés sociaux soient saisis à la source pour le paiement de leur loyer.

Les actions revendicatrices de l’organisme ont porté fruits: «Le Québec est le seul endroit en Amérique du Nord et au Canada où le pourcentage des revenus consacré au loyer est évalué à 25%. Ailleurs, il atteint 30%,» indique M. Saillant.

Le Frapru, présent dans les quartiers

Selon M. Saillant, le FRAPRU joue un rôle dynamisant en épaulant les associations des quartiers dans leurs revendications, notamment auprès de la métropole. Comme le nombre de personnes touchées par la problématique de logement social augmente chaque année, les gouvernements ne peuvent plus ignorer les comités de logement. «Il y a quand même des hauts et des bas dans nos rapports. Le gouvernement fédéral s’était durci, mais il semble avoir une ouverture, nous allons en profiter pour poursuivre les pourparlers.»

Après 25 ans d’existence, la mobilisation des troupes demeure un défi permanent au FRAPRU: «Les mal-logés et les sans-logis sont les premiers porteurs de nos revendications, mais ce sont aussi les personnes les plus difficiles à joindre et à mobiliser. Ces gens ont tellement d’autres problèmes à régler en plus de celui de se loger qu’il est difficile de les impliquer. Nous travaillons actuellement sur la façon de les amener à se mobiliser», nous dit M. Saillant.

À l’approche de la commission parlementaire sur la politique d’habitation du gouvernement Charest prévue en novembre, le FRAPRU est d’attaque: «Nous attendons depuis 30 ans cette politique et le fait que les mots logement social n’apparaissent nulle part jusqu’à présent dans les textes est inquiétant. Nous craignons que le plan de modernisation du gouvernement crée des iniquités et nous fasse perdre les acquis gagnés au fil des ans», conclut M. Saillant.

Le Frapru a été un leader en ce qui touche la concertation pour faire adopter la Loi contre la pauvreté. Ils ont fait une campagne et présenté une pétition avec plus de 100 000 noms de personnes appauvries. Malgré tout, tel que nous le rappelait Michel Venne dans une chronique du Devoir traitant de l’actuel gouvernement: «La philosophie innovatrice visant à lutter contre la pauvreté et l’exclusion sociale est littéralement balayée sous la langue de bois et les préjugés.»

Autres textes sur Itinérance

France Labelle et Dan Bigras du Refuge des jeunes et une recherche de Christian Levac sur les jeunes de la rue

Santé mentale, l’itinérance et les ressources

Ville de Montréal et ses itinérants

Itinérance et toxicomanie

Val d’Or; itinérance, jeu compulsif, alcool et drogue

Recours collectif des sans-abri contre le gouvernement du Québec?

Faux itinérants et détournement de fonds

Ce billet, ainsi que toutes les archives du magazine Reflet de Société sont publiés pour vous être offert gracieusement. Pour nous permettre de continuer la publication des textes ainsi que notre intervention auprès des jeunes, dans la mesure où vous en êtes capable, nous vous suggérons de faire un don de 25 sous par article que vous lisez et que vous avez apprécié.

Merci de votre soutien.

Abonnement au magazine Reflet de Société

reflet-de-societe-magazine-drogue-prostitution-suicide-alcool-gang-de-rue-gambling Internet-o-thon pour soutenir le magazine communautaire Reflet de Société édité par le Journal de la Rue. C’est le temps de vous abonner pour montrer votre soutien à votre revue sur l’actualité communautaire et sociale. Toute contribution supplémentaire pour soutenir notre cause est la bienvenue.

Par téléphone: (514) 256-9000, ext.: 1-877-256-9009
Par Internet: http://www.refletdesociete.com/abonnement.html
Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4.

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel.

Recours collectif des sans-abri contre le gouvernement du Québec?

Recours collectif des sans-abri contre le gouvernement du Québec?

Dossier La Presse – Cyberpresse.

Nathalie Collard dans sa chronique du 11 février nous présente quelques chiffres intéressants. Québec ne donne que 5$ par jour, par lit pour les principaux refuges de Montréal. Québec ne s’est jamais vraiment intéressé aux sans-abri parce qu’il fût une époque, comme le souligne Nathalie Collard, où les communautés religieuses le faisaient bénévolement. Ensuite, les refuges obtiennent des dons privés.

Les communautés religieuses ont été très présentes au Québec. Nous voulons aujourd’hui une société laique. Mais il y a un prix à payer pour cela. Et ça commence par un financement juste et équitable pour les organismes qui prennent la relève des communautés religieuses.

Devrions-nous organiser un recours collectif des sans-abri et des itinérants contre Québec pour les forcer à pourvoir à ses obligations envers tous ses citoyens?

Autres textes sur Société, commentaires du rédacteur sur Société.

Ce billet, ainsi que toutes les archives du magazine Reflet de Société sont publiés pour vous être offert gracieusement. Pour nous permettre de continuer la publication des textes ainsi que notre intervention auprès des jeunes, dans la mesure où vous en êtes capable, nous vous suggérons de faire un don de 25 sous  par article que vous lisez et que vous avez apprécié.

Merci de votre soutien.

PUBLICITÉ

Battle breakdance hip hop des meilleurs breakers de Montréal

video-breakdance-hip-hop-break-breaker-how-to-breakdancing Extreme Supreme Science
Vidéo VHS, compétition de break-dance.

Skywalker, Omegatron, Psycho Red, Silo, Trackmaster, Strike 3, Jayko Superstar, Speedy, Place Pieces (Maximum Efficiency), Tiger, Dj Frank Boulevard, Dj Devious.
Vidéo VHS 25$

Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009
Par Internet: http://www.editionstnt.com/Video.html
Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4.

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel.

%d blogueurs aiment cette page :