Rien ne va plus dans le monde du graffiti

Rien ne va plus dans le monde du graffiti

Éditorial écrit pour Reflet de Société       Dossier Hip Hop,Graffiti

Le monde du graffiti vit une période de transition qui risque de faire mal à beaucoup de monde. Certains graffiteurs ont choisi la voie artistique, d’autres, trop souvent, celle du vandalisme. Une tension de plus en plus palpable se fait sentir dans nos milieux.

Un marchand du centre-ville en a attrapé un sur son toit en train de graffiter. Il l’a suspendu par les pieds au-dessus du troisième étage et lui a dit: “Si je te laisse tomber, tout le monde va penser que t’as manqué le pied en faisant ton barbouillage”. Heureusement il l’a redéposé sans passer à l’acte. L’impuissance, la frustration ou la colère de certains commerçants ne légitiment pas cette violence. Nous cherchons comment éviter cette escalade.

Depuis presque sept ans, notre organisme travaille avec les graffiteurs et la culture Hip Hop. Le dossier spécial que nous présentons dans ce numéro nous a permis de réfléchir à l’évolution des dernières années en matière de graffiti. Nous avons rencontré des parents de graffiteurs, des graffiteurs reconnus par leur milieu, les plus jeunes qui les ont pris en exemple, des policiers, des marchands. C’est une histoire qui est loin d’être terminée.

Début des années 80, un artiste, Zïlon, se bute aux portes fermées des galeries. Il décide de graffiter sa créativité sur les murs de la ville. Début des années 90, la culture Hip Hop fait son entrée à Montréal avec les Timer, Flow, Seaz, Stack…La culture Hip Hop apporte ses règles, son éthique et le respect: on ne graffite pas sur les églises ni les oeuvres d’un autre artiste. Il y a une hiérarchie à respecter et des consignes pas nécessairement faciles à comprendre: on peut faire du bombing sur un tag, du graffiti sur un bombing… On ne passe par-dessus un graffiteur qui est plus fort ou plus connu que soi. On ne graffe pas un petit commerçant qui tente de gagner sa vie… Les règles de l’art sont enseignées par les plus anciens aux nouveaux qui forment la relève.

Après 1997, on espère, on fantasme, on rêve de pouvoir canaliser tous ces artistes dans un cheminement artistique et culturel. Le Café-Graffiti va s’y investir. Avec la Ville de Montréal, on dispose de murs autorisés pour permettre la libre expression des jeunes. C’est l’ère des projets novateurs, sous-financés, qui tentent de survivre malgré tout et d’être significatifs. Un certain nombre de graffiteurs deviennent des artistes connus et respectés.

À partir de 1998, nous assistons à une explosion de jeunes qui se disent graffiteurs, sans connaître la culture du milieu. Confus, les anciens se disent: “Ce sont des graffiteurs, il faut les soutenir”. Cependant, ces jeunes ne suivent pas les règles de l’art. Pour plusieurs, ils ne les ont même pas apprises. Trop de nouveaux qui sont dénoncés par plusieurs graffiteurs. Rebelles parmi les rebelles, certains adoptent le vandalisme. Est-ce vraiment de l’art? Le graffiti dérive vers le scratchfiti (graffignage des vitres) et vers l’acide dans les vitres, des moyens de plus en plus destructeurs. Le graffiti, qui se voulait un art urbain pour donner de nouvelles couleurs à des lieux délabrés, passe maintenant à la destruction des lieux.

Nous constatons les conséquences. Pendant que les marchands demandent plus de répression et accumulent les plaintes, les parents sont dépassés et certains ont tout simplement renié leur progéniture. Certains de ces pseudo-graffiteurs sont recherchés par toutes sortes de personnes, même par d’autres graffiteurs. Des jeunes deviendront peut-être les victimes de gens qui veulent se faire justice eux-mêmes. Gardons notre calme, l’heure est au dialogue.

Parce que la violence attire la violence et que le vandalisme est une forme de violence, nous voulons partager nos préoccupations. Ce dossier graffiti est une occasion d’ouvrir la discussion. Dossier à suivre, qui continuera dans le prochain numéro avec vos commentaires.

Pour rejoindre les artistes du Café-Graffiti: (514) 259-6900

Photos de Murales et fresques urbaines.

Autres textes sur le Graffiti:

Arpi: Muraliste et designer d’intérieur

Inauguration de la fresque de Fluke avec RFF

Vidéo murale graffiti pour l’agence de communication ID3 (idées aux Cubes)

Murale graffiti, animation de foule, peinture en direct, T-shirt

Mural de Michael Jackson au Festival de Jazz avec les graffiteurs Fluke et Omen

Mural graffiti en direct par Fluke

Fluke pour Oxygen

Video clip graffiti hiphop et breakdance gratuit

Projet graffiti pour Oakley

Graffiti calligraphie El Seed

Le mural Jean Talon

Rencontre avec Nawlz: Graffeur du monde

Breakdance, hip hop, rap, graffiti: présentation des artistes

Textes sur le Hip Hop:

Ce billet, ainsi que toutes les archives du magazine Reflet de Société sont publiés pour vous être offert gracieusement. Pour nous permettre de continuer la publication des textes ainsi que notre intervention auprès des jeunes, dans la mesure où vous en êtes capable, nous vous suggérons de faire un don de 25 sous  par article que vous lisez et que vous avez apprécié.

Merci de votre soutien.

PUBLICITÉ

couverture  livre jean-simon copie Poésie urbaine. Je me raconte. Jean-Simon Brisebois. Depuis 1997 Jean-Simon s’est découvert un goût pour l’écriture. Après avoir publié une trilogie poétique aux Éditions TNT(Entité en 2008, L’âme de l’ange en 2007 et Renaissance en 2006), plusieurs de ses lecteurs étaient curieux de savoir lesquels de ces textes parlaient le plus de lui. Il revient donc en force avec Je me raconte, un court récit autobiographique. Laissez-vous guider dans le monde particulier de ce jeune auteur!  7$

Disponible par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009
Par Internet: http://www.editionstnt.com/Livres.html
Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4.

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel.

Le Maire Tremblay, les bombes aérosols et les graffiteurs

Le Maire Tremblay, les bombes aérosols et les graffiteurs.

Dossier GraffitiVille de Montréal

Marcel Tremblay, le frère du Maire, vient de faire une demande au gouvernement du Québec; prohiber la vente de peintures aérosols au moins de 18 ans.

Ce n’est pas la première fois qu’on part en guerre contre les graffiteurs et qu’on avance ce genre d’action. En 1996, accompagné d’une quinzaine de graffiteurs, je m’étais insurgé contre la Ville de Montréal et son programme anti-graffiti. Heureusement, à l’époque, la Ville de Montréal a changé son fusil d’épaule. L’équipe de Pierre Bourque a nommé une fonctionnaire en charge du dossier prévention graffiti et lui a accordé un budget pour faire son travail. Et ce programme a bien réussi. Des murs autorisés ont été créés à travers la Ville, des animateurs en prévention graffiti ont pu être engagé pour offrir des moyens alternatifs aux jeunes… C’était l’époque où la Ville de Montréal était à l’écoute de ces citoyens et de ses jeunes, prenaient le temps de consulter, de se concerter et de trouver, en tant que bon père de famille, des idées originales et fonctionnelles. Les commercants de la rue Ste-Catherie, avec des projets tel le Café-Graffiti avaient dénotés des baisses de 20% des tags et des graffitis lorsque les autres quartiers étaient en hausse.

En 2002, le vent tourne. L’équipe Tremblay entre au pouvoir. Fermeture du poste de la personne responsable graffiti et coupure du maigre budget qu’elle avait. Pour 5 millions d’octroyé en nettoyage, un maigre 150 000$ était alloué à la prévention.

Coupure de la relation entre les graffiteurs et la Ville de Montréal. Les murs autorisés ne sont plus entretenus, certains ont fermés. Avec une hausse des tags et des graffitis, c’est à ce moment que Marcel Tremblay fait sa demande pour interdire la vente de canettes de peinture au moins de 18 ans.

D’une part, si j’enlève les canettes aux graffiteurs, ils leurs restent encore des markers, des stickers, des porcelaine pour faire du scratchfiti, de l’acide… Les canettes ne sont qu’un outil utilisé par les jeunes pour accomplir des graffitis illégaux. Certains utilisent même de simples rouleaux et de la peinture en gallon pour faire leurs tags illégaux.

D’autre part, s’il est illégal pour un jeune d’acheter des canettes, risque-t-on de voir augmenter le vol de ces dites canettes?

Finalement, que faisons-nous de tous ces jeunes qui utilisent des canettes pour exercer un art sur des murs autorisés, des toiles…?

Dans une société, la répression est la dernière méthode d’intervention que nous devons utiliser pour vivre en harmonie. Nous devons offrir des moyens alternatifs, être à l’écoute de nos jeunes, les accompagner dans leur cheminement. Pour les 3% de rebelles puristes qui ne veulent pas utiliser des choix positifs pour eux et la société, la répression devient le dernier recours à utiliser.

Un règlement généraliste tel que voudrait voir appliquer l’équipe du Maire Tremblay est utopique et simpliste. C’est la recherche de la pilule miracle qui va guérir toutes les maladies au lieu de prescrire une psychothérapie.

Au fait, comment se fait-il que depuis l’arrivée de l’équipe Tremblay, il n’y a plus de concertation des principales vicitimes du graffiti? Comment se fait-il que plus personnes ne viennent rencontrer les graffiteurs et voir comment on peut vivre ensemble en harmonie dans nos quartiers?

Un jour, peut-être, certains politiciens comprendront qu’il faut arrêter de ne voir que des problèmes, mais prendre le temps d’écouter les être humains qui se cachent derrière. Mais pour cela il faudra que les politiciens sortent de leurs bureaux du centre-ville et daignent venir rencontrer le peuple.

Pour rejoindre les artistes du Café-Graffiti: (514) 259-6900

Photos de Murales et fresques urbaines.

Autres textes sur le Graffiti:

Arpi: Muraliste et designer d’intérieur

Inauguration de la fresque de Fluke avec RFF

Vidéo murale graffiti pour l’agence de communication ID3 (idées aux Cubes)

Murale graffiti, animation de foule, peinture en direct, T-shirt

Mural de Michael Jackson au Festival de Jazz avec les graffiteurs Fluke et Omen

Mural graffiti en direct par Fluke

Fluke pour Oxygen

Video clip graffiti hiphop et breakdance gratuit

Projet graffiti pour Oakley

Graffiti calligraphie El Seed

Le mural Jean Talon

Rencontre avec Nawlz: Graffeur du monde

Breakdance, hip hop, rap, graffiti: présentation des artistes

Autres textes sur l’Environnement et commentaires du rédacteur sur l’Environnement.

Autres textes dossier Environnement

Une forêt contre le tsunami

Les roses de la St-Valentin empoisonnées

Guy Laliberté, touriste de l’espace et la fondation One drop

Les folies écologiques d’un architecte

Quand l’exotisme nous tue

Des éoliennes fabriqués en Europe

Ford, GM et Toyota démantèlent le métro de Los Angeles!

L’environnement et les trucs de grand-mère

Ce billet, ainsi que toutes les archives du magazine Reflet de Société sont publiés pour vous être offert gracieusement. Pour nous permettre de continuer la publication des textes ainsi que notre intervention auprès des jeunes, dans la mesure où vous en êtes capable, nous vous suggérons de faire un don de 25 sous  par article que vous lisez et que vous avez apprécié.

Merci de votre soutien.

PUBLICITÉ

poesie-urbaine-jean-simon-brisebois-art-de-la-rue Poésie urbaine. L’âme de l’ange. Jean-Simon Brisebois.

À chaque mort, une naissance. À chaque naissance, un combat! Recueil de pensées et de poésies influencé par le béton, la rue et son vécu urbain. De jour et de nuit, la vie continue, se transforme. À travers les ombres et pénombres, elle se colore de différentes nuances de gris.

Disponible par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009
Par Internet: http://www.editionstnt.com/Livres.html
Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4.

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel.

%d blogueurs aiment cette page :