Sur la grande étoile du Ste-Cath… Maurice

La grande famille du Ste-Cath

Une étoile pour Maurice

Raymond Viger     Dossiers RestaurantBistro le Ste-Cath

Sur la grande étoile du Ste-Cath, un auteur inconnu nous a laissé un poème et quelques dessins. Un message simple mais direct pour dire que tout le monde du Ste-Cath, clients et employés, ont apprécié de connaître Maurice et de partager avec lui la vie du Ste-Cath.

img_0504

Dans cette petite fenêtre,
La 3e de droite en partant du bas…
Vivait Maurice.

Un petit homme sensible et verbomoteur
Sans prétention mais rempli d’une joie contagieuse
Il était le gardien du phare.

D’un milieu familial qu’il affectionnait beaucoup,
Avec des valeurs d’amour et de partage,
Aimant aimer et plaire sans trop d’attente

Juste pour jouer le jeu de la vie, de la séduction
Ou le jeu de vérité cru mais éloquante
Sans se berner au sérieux qui empêche de revenir nuancer

Humble mais riche de ton vécu
Enrichissant à écouter, tu es vivant
Dans mes souvenirs mon ami.

Bon dodo Maurice

XXX

Le texte a été présenté publiquement à la Vie en Prose, une soirée poésie du mardi à 19h. au Ste-Cath. Au plaisir de vous y rencontrer.

Bistro le Ste-Cath

bistro restaurant où manger bonne bouffe est montréal souper spectacle bistronomiqueUn restaurant, une chaleureuse terrasse. Pour une rencontre entre amis ou en famille, les chefs du Bistro le Ste-Cath sauront vous offrir une cuisine réinventée et originale à un prix abordable.

Situé en plein coeur d’Hochelaga-Maisonneuve, au sud du Stade Olympique, à l’est de PIE-IX. 4264 Ste-Catherine est.

Bistro le Ste-Cath est opéré par l’organisme communautaire le Journal de la Rue. Tous les profits servent à financer notre intervention auprès des jeunes.

Pour informations et réservations 514-223-8116 bistro@le-ste-cath.com.

4264, rue Sainte-Catherine Est, Montréal, Québec, H1V 1X6.     www.stecath.com.

Flirt et séduction en prison

Livre de Colin McGregor LOVE in 3D

Présentation en français de LOVE in 3D

Sexualité après 20 ans de prison

Mon Dieu, s’il y a un domaine où j’aurai bien aimé exceller au jour de ma libération, c’est bien celui-là.

Jean-Pierre Bellemare Dossier PrisonSexualité

prison-prisonniers-systeme-carceral-penitencier-sexe-sexualite-flirt-seductionPlusieurs années renfermées entre quatre murs avec une meute de loups affamés nous rendent semblables à eux. Sans même m’en rendre compte, j’ai des canines de loup très aiguisées qui sont sorties à travers mes gencives. Pas étonnant de voir les jolies créatures (temps d’une paix) courir dans le sens opposé d’où je viens. Dur, dur, dur pour l’égo (maudit que vous pensez mal). J’ai dû ajuster mon tir et j’avoue que ma précision reste encore si floue que je n’arrive pas à faire mouche la majorité du temps (je sais, un peu macho sur les bords). J’ai espoir que j’arriverai un jour à décortiquer le langage corporel et même verbal des femmes, et ce, avant ma mort.

Sexualité en prison

prison-prisonniers-systeme-carceral-penitencier-sexe-sexualite-flirt-seductionSi je suis arrivé à maitriser relativement bien les relations interdites au pénitencier, c’est tout le contraire qui s’est produit lorsque tout m’est devenu permis. On dirait que le fait que les caméras ont cessé de me surveiller… ma libido est devenu un peu moins grandiose. Qui sait? J’ai 46 ans et le nombre de distractions qui est décuplé lorsqu’on est libre dilue ces envies charnelles sur lesquelles j’avais tant fantasmé.

Donc, me revoilà désabusé, la chose qui paraissait aussi facile s’avère d’une complexité désarmante, déroutante. Un gigantesque sourire peut seulement vouloir dire qu’on nous trouve pas mal «tarlais» (idiot) ou distrayant, mais de là à poser une main sur le même matelas… il y a toute une literie qui nous sépare.

J’ai beau regarder les autres pour saisir la technique, cela ne me renseigne pas plus. Il me manque trop souvent de temps et de proximité pour bien évaluer leur approche. Qui sait? Les demoiselles détectent possiblement trop aisément ma volonté d’une relation sexuelle sans engagement? Je ressens parfois que seul le sexe pourrait me permettre d’évacuer ce trop-plein de tendresse qui sommeille en moi. Je dois faire fausse route, mon envie d’aimer dépasse ma capacité de raisonner ce qui me transforme en sorte de «bibitte» nuisible. Cette attente aussi longue me rend d’une impatiente presque animale.

Domination sexuelle

prison-prisonniers-systeme-carceral-penitencier-sexe-sexualite-flirt-seductionDans mon lugubre passé, il manque cruellement d’exemples sains à suivre pour atteindre une relation sereine et surtout apaisante. Au pénitencier, les couples, si on peut les décrire ainsi, basent leurs relations sur la domination totale (domination ou exploitation pure et simple). Parfois, un énorme endettement transformera un jeune en gonzesse pour un trafiquant de drogue. Voilà à quoi ressemblent mes références, incarcéré à 19 ans et libéré à 46 ans. Non pas parce que j’étais le plus dangereux, mais parce qu’une aussi longue période de séquestration occasionne de sérieuses séquelles. Personne ne sort de là indemne, moi le premier. Incapable de combler mes aspirations, je me suis laissé tenter par les sites pornos et, par la suite, par les agences de rencontre sur le net.

flirter prison prisonnier système carcéral pénitencierSi l’exploration s’est avérée excitante au tout début, on réalise rapidement que le côté magique n’existe plus. Le plaisir de découvrir, d’apprivoiser est devenu secondaire… L’attente qui alimentait l’excitation n’est plus. C’est maintenant de l’instantané uniquement. Ce qui me fait réaliser que j’ai toujours été un grand naïf hyperromantique et que cela n’a plus sa place. Comme les machos Camaro ou les hommes roses, la culture s’est tellement transformée que je ne sais vraiment plus où donner de la tête. En sommes-nous tous rendus là où personne ne voulait aller… une société jetable: briquets, appareils photo, crayons, téléphones et maintenant même les relations affectives!

Je n’aime vraiment pas ça. Je ne me sens plus à ma place la plupart du temps. La peur d’indisposer en vient à me faire sentir de trop. Les femmes, de plus en plus autonomes économiquement, développent ce que nous les hommes avions avant elles: une insouciance, une prétention et une nonchalance qui frôlent parfois le mépris dans les échanges. Est-ce qu’on pourrait appeler cela une période d’acculturation, un moment de réajustement où tout le monde ne sait plus sur quel pied danser?

autres textes de Chroniques d’un prisonnier

autres textes sur sexualité

Les livres de Colin McGregor

Journaliste dans divers médias à travers le pays; Halifax Daily NewsMontreal Daily NewsFinancial Post et rédacteur en chef du Montreal Downtowner. Aujourd’hui, chroniqueur à Reflet de Société, critique littéraire à l’Anglican Montreal, traducteur et auteur aux Éditions TNT et rédacteur en chef du magazine The Social Eyes.

Parmi ses célèbres articles, il y eut celui dénonçant l’inconstitutionnalité de la loi anti-prostitution de Nouvelle-Écosse en 1986 et qui amena le gouvernement à faire marche arrière. Ou encore en Nouvelle-Écosse, l’utilisation répétée des mêmes cercueils par les services funéraires; scoop qui le propulsa sur la scène nationale des journalistes canadiens.

love-in-3dLove in 3D.

Enjoy our tale of the quest, the human thirst, to find light from within the darkness.

This is a tale for everyone, young and old, prisoner and free.

Love in 3D. Une traduction de L’Amour en 3 Dimensions.

teammate roman livre book colin mcgregorTeammates

Three teenage friends on a college rugby team in the shrinking community of English Montreal – three friends each facing wildly different fates.

This is the story of Bill Putnam, whose downward trajectory we first begin to trace in the late 1970s, and his friends Rudy and Max.

Teammates, their paths will cross in ways they never dreamt of in the happier days of their youth.

quebec-suicide-prevention-handbook-anglais-intervention-crise-suicidaireQuebec Suicide Prevention Handbook

Le suicide dérange. Le suicide touche trop de gens. Comment définir le suicide? Quel est l’ampleur du suicide? Quels sont les éléments déclencheurs du suicide? Quels sont les signes avant-coureurs? Comment intervenir auprès d’une personne suicidaire? Comment survivre au suicide d’un proche?…

Ce guide est écrit avec simplicité pour que tout le monde puisse s’y retrouver et démystifier ce fléau social. En français. En anglais.

social-eyes-web Magazine The Social Eyes

Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009
4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4.

Prostitution: les clients

Spectacle hip hop au Bistro le Ste-Cath (l’ancien Bistro In Vivo)

Prostitution: les clients

Lisa Melia      Dossier Prostitution et Sexualité.

«Ce soir, j’ai envie de thaï.» L’homme qui dit ça à visage couvert devant la caméra ne parle pas de gastronomie, mais de femmes. Dans un reportage de moins d’une heure tourné à Lille, dans le nord de la France, et en Belgique, le journaliste Hubert Dubois décortique l’identité du client de prostituées et ses motivations.

prostitution escorte prostituées escort prostitué légaliser légalisation Payer pour du sexe

Tous parleront à visage couvert, comme pris d’une certaine honte et conscients du mépris de la société à leur égard. Tous, sauf un, qui résume la nature de la prostituée aux yeux de ses clients. «Il y a des fois, on a envie d’une femme, ici et maintenant, mais on se retient, car c’est une femme et on la respecte. Avec une prostituée, si je veux faire quelque chose, je le fais» Cette question de respect et d’objectivation du corps humain revient perpétuellement. L’amateur de «thaï» explique à la caméra d’un air expert que «pour avoir le service complet, entrée, plat et dessert, c’est minimum 200 € [environ 315 $].»

Presque tous utilisent ce vocabulaire cru et violent, comme s’ils parlaient d’un objet. Une seule fois un client dira «faire l’amour», les autres utilisent les synonymes les plus vulgaires les uns que les autres pour nommer un coït gênant et culpabilisant. De même, ils payent des «putes», mais pas des «femmes», une nuance caractéristique du malaise qui semblent les prendre devant la caméra inquisitrice d’Hubert Dubois.

Identité masculine et prostitution

L’une des justifications principales est celle du besoin et de l’identité masculine. Par nature, un homme devrait avoir une sexualité régulière. «Après, on se sent des mecs», dit un client avec une pointe de fierté dans la voix. Un argument ridicule d’après Stéphanie, de la Concertation des luttes contre l’exploitation sexuelle (CLES). Selon elle, il ne faut pas confondre besoin et envie, un amalgame que font pourtant les clients et qui traduit en réalité la relation de pouvoir et de domination entre eux et les «travailleuses du sexe.» C’est cette sensation de pouvoir plus qu’un véritable besoin qui conduit un client sur deux à retourner voir une prostituée après la première fois.

Relation et prostitution

Une autre excuse donnée est qu’ils n’ont pas envie de «prise de tête», de complications, de jeux de séduction et de disputes. Bref, ils n’ont pas envie d’un couple. «Si je n’y allais pas, je n’aurais pas maintenue mon mariage, affirme l’un d’eux, car ma femme n’accepte pas tout.» Le recours aux prostituées permet de maintenir une relation sans implication émotionnelle mais, paradoxalement, les psychologues s’accordent pour dire qu’une grande partie des clients recherchent précisément de l’affection et de l’attention. D’où l’apparition d’un nouveau genre de prostitution, qui passe par la simulation d’un rendez-vous galant.

Pour Rhéa, militante de la CLES, ils séparent pourtant complètement l’amour du sexe. «Ce n’est pas une relation, il n’y a pas de réciprocité. Payer pour du sexe, ça veut dire que tu imposes ta sexualité à quelqu’un.» Payer permet aussi de soulager sa conscience, et de se disculper. «Après tout, personne ne les force», affirme un client.

Prostitution: consentante ou contrainte?

Et pourtant, la prostitution constitue rarement un choix, mais plutôt une absence de choix. «97% des filles font ça contraintes», affirme Ulla, ancienne prostituée chef de file des travailleuses du sexe françaises. «Ce n’est qu’une source de revenu, rien d’autre.» Les clients n’ont toutefois pas la même perception des choses. Les prostituées souffrent-elles? La plupart des clients interrogés par Hubert Dubois pensent que non. «Quand on mange un bifteck, on ne se demande pas si la vache a souffert.» Ont-elles du plaisir lors de l’acte sexuel? « Bien sûr, affirme l’un d’eux. Je peux le sentir, et puis elles se font entendre.» Certains clients posent la question mais «quand ils demandent, c’est presque une réponse qu’ils se donnent», dit Ulla.

«Ils vivent dans le déni», explique Michèle Roy, de la CLES. Tous se déculpabilisent comme ils peuvent: en mettant en avant la compensation financière, en affirmant n’aller voir que des filles consentantes qui ne travaillent pas sous la contrainte, en refusant de fréquenter des mineures… «Ce ne sont que des prétextes, tranche Michèle Roy, ils refusent de voir la réalité en face.» Un ancien client, qui a cessé de recourir aux prostituées, confirme: «l’homme aussi est coupable. Ce n’est pas normal, on n’achète pas un corps. On peut tout acheter, mais pas un corps humain.»

Les clients, reportage d’Hubert Dubois

Le site Internet de la Concertation de lutte contre l’exploitation sexuelle (CLES)

autres textes sur la légalisation de la prostitution.

  1. pourquoi le travail du sexe entre adultes consentants est criminel?
  2. le commerce du sexe
  3. avons-nous l’argent nécessaire pour légaliser la prostitution?
  4. doit-on légaliser la prostitution?
  5. les effets pervers de la légalisation de la prostitution
  6. prostitution: légalisation, décriminalisation, tolérance… et quoi encore!
  7. prostitution de luxe: les hauts et les bas d’une escorte.
  8. les clients de la prostitution.
  9. pour ou contre la légalisation de la prostitution?
  10. prostitution et toxicomanie
  11. être la mère d’une prostituée toxicomane
  12. la prostitution dans les prisons
  13. les filles dans les gangs de rue et la prostitution.
  14. prostitution: légalisation, décriminalisation, tolérance… et quoi encore!
  15. pour ou contre la légalisation de la prostitution: décriminaliser l’industrie de la prostitution ou la prostituée?
  16. Prostitution, Grand Prix de F1 et exploitation sexuelle
  17. La prostitution mise à nue

autres textes sur sexualité

Ce billet, ainsi que toutes les archives du magazine Reflet de Société sont publiés pour vous être offert gracieusement. Pour nous permettre de continuer la publication des textes ainsi que notre intervention auprès des jeunes, dans la mesure où vous en êtes capable, nous vous suggérons de faire un don de 25 sous par article que vous lisez et que vous avez apprécié.

Merci de votre soutien.

L’amour en 3 dimensions.

l-amour-en-3-dimensions-roman-cheminement-humoristique-croissance-personnelleLa relation à soi, aux autres et à notre environnement

Roman de cheminement humoristique. Pour dédramatiser les évènements qui nous ont bouleversés. Pour mieux comprendre notre relation envers soi, notre entourage et notre environnement. Peut être lu pour le plaisir d’un roman ou dans un objectif de croissance personnelle.

L’histoire est une source d’inspiration pour découvrir, d’une façon attrayante et amusante, une nouvelle relation avec soi-même et son environnement. Bonne lecture et bon voyage au pays de Tom.

Le livre est disponible au coût de 19,95$.

Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009 Par Internet:Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4.

Autres livres pouvant vous intéresser:

Pour voir le catalogue complet des livres des Éditions TNT.

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel.

%d blogueurs aiment cette page :