Concert de piano, la conclusion

concert de piano classique Église St-Barnabas St-Lambert

Concert de piano, la conclusion

Chapitre 7             Histoire complète.

J’ai assisté à un concert qui a duré 2 heures 30 minutes. Je suis en train d’écrire le 7e et dernier chapitre de cet événement. Cela peut paraître étrange de faire tant de détour pour en arriver à l’événement qui a provoqué tous ces textes. Pas pour moi. Une phrase que j’ai gardé de mon cour de thérapeute :  » Ce n’est pas l’événement qui est important, c’est ce qu’il nous fait vivre « . Pour pouvoir apprécier et être présent émotionnellement aux jeunes, je me dois de prendre conscience de ce que je vivais et de l’assumer.

Si je m’étais limité à ne décrire que le concert, j’aurai été un chroniqueur art et spectacle. J’aurais couvert l’événement avec ma couleur mais ça n’aurai été qu’une simple couverture journalistique. J’ai préféré prendre la plume de l’écrivain. Celui qui écrit sa vie pour mieux la comprendre.

Cette écriture m’aura été fort utile lorsque qu’au début de la trentaine j’ai fait ma dépression qui m’aura mené à 2 tentatives de suicide. Une écriture qui est une forme d’auto-thérapie. Une écriture qui me permet de rester en contact avec ma sensibilité et de lui donner une place privilégiée dans ma vie.

Je me dois aussi de citer la devise de mon professeur de chant, Guy Robitaille.  » Jamais plus vite que lent « . En revivant les événements de ce concert, en prenant le temps de décrire toutes les émotions qui m’ont habité lors de cet événement, cela me permet de ralentir le tourbillon de mes émotions et de m’assurer que je peux assumer tout ce qu’elles ont à me dire.

Parce qu’une émotion est un petit cadeau qui nous vient de notre jardin intérieur. Un message à décoder. Un souvenir à ne pas oublier… Depuis un certain temps, je remets en question plusieurs de mes implications, entre autre, mon blogue qui me prend beaucoup de temps et mes livres que je ne réussis plus à trouver le temps nécessaire pour les terminer et les publier. Cette écriture que j’avais utilisé pour écrire certains de mes livres me manquait beaucoup.

Ce concert m’aura donné l’occasion de revenir à cette écriture et de donner une orientation différente à mon blogue. Inconsciemment, je le savais, mais la prise de conscience est maintenant plus forte. Parce que je suis capable de pouvoir nommer et identifier clairement la nouvelle orientation qui prend forme.

Quand j’ai écrit mes livres, je partagais mes émotions et mes états d’âmes quotidiennement dans ceux-ci. Le blogue peut servir à recueillir ces états d’âmes. Un peu comme je l’ai fait avec mes livres. Même si je blogue depuis 2 ½ ans, j’ai eu plusieurs périodes où j’avais adopté ce style littéraire. Lors de ma tournée de conférence en France, j’ai écrit 39 billets sur ce que j’ai vécu pendant la tournée, les gens que j’ai rencontré. Le spectacle de François Morency au chapiteau de Bromont avait lui aussi duré 2 ½ heures et j’avais écrit 8 billets sur cette aventure. Il y avait eu les spectacles d’André-Philippe Gagnon au chapiteau de St-Sauveur, Showtime à Trois-Rivières, Motown generation au Théâtre St-Denis, Disney on Ice au Centre Bell… Même des textes sur un rat musqué qui est venu détruire mon jardin d’eau. Je m’étais déjà préparé à faire de même avec le voyage que je prépare à Vancouver sur la francophonie hors Québec.

Tous ces événements n’auront duré que quelques heures mais me permettent de partager tant de choses. Peut-être qu’un jour je trouverais un fil conducteur à tous ces billets et en ferais un autre livre. Qui sait? En attendant, ce qui me désole le plus, c’est que lorsque les Internautes cliquent sur les catégories associées à ces thèmes, ils ont le billet le plus récent vers le plus vieux. C’est donc dire qu’ils lisent l’aventure en commençant par la fin!!!

Est-ce que mon blogue devient un exemple de confusion des genres? Possiblement. Des textes sur ce que je vis, d’autres sur des phénomènes sociaux, drogue, prostitution, suicide, gambling…, des éditoriaux, des prises de position, des questionnements sociaux, des dénonçiations… Finalement, mon blogue me représente avec tous les genres et les styles que j’adopte selon les circonstances.

Merci à Ginette et Normand pour cette invitation à ce concert de fin d’année. Merci Soeur Marie-Paule de vous occuper de soutenir Ginette dans sa démarche. Merci à tous les jeunes, Dylan, Arnaud, Laurence R., Marianne, Noah, Noémie, Geneviève, Audrée, Karyne, Laurence D., Laurence T.L., Carl, Élisabeth, Hugo, François et Nadine pour votre magnifique concert, pour ce que vous m’avez fait vivre pendant ces quelques heures, pour le bonheur que vous avez eu à présenter votre créativité. Merci à tous les parents et amis présents à cette magnifique journée pour m’avoir accepté dans l’intimité de cette journée.

PUBLICITÉ
show_image L’amour en 3 dimensions. Roman de cheminement humoristique. Pour dédramatiser les événements qui nous ont bouleversés. Pour mieux comprendre notre relation envers soi, notre entourage et notre environnement. Peut être lu pour le plaisir d’un roman ou dans un objectif de croissance personnelle.

Le livre, au coût de 19,95$ est disponible dans toutes bonnes librairies au Québec ainsi qu’à la Librairie du Québec à Paris.

Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009
Par Internet: www.refletdesociete.com
Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel.

Showtime, François Cossette et la salle J.-Antonio-Thompson

Showtime, François Cossette et la salle J.-Antonio-Thompson, 2e partie

Raymond Viger     Dossier Culture ,GraffitiShowtime 

Dans mon blogue d’hier, je vous parlais de mon malheur d’avoir acheté des billets dans les loges de la Salle J.-Antonio Thompson. Je me devais de faire un rappel sur cette mésaventure. J’espère que personne n’aura la malchance d’acheter ces billets. Prenez des billets réguliers. Ils sont sûrement tous meilleurs que les billets des loges.

Mais oublions cette mésaventure. Concentrons-nous sur la critique de ce spectacle. Le spectacle autant pour ma part que celle de Danielle a été une réussite, un événement à ne pas manquer. Même si la salle n’était pas pleine, la foule a suivi les rythmes, les applaudissements n’ont pas cessé de soutenir les artistes dans leur travail.

Showtime et François Cossette

Les artistes ont travaillé fort pour nous divertir et nous tenir en haleine. Ils méritent d’être nommés: André Veilleux, François Cossette, Cindy Angelini, Natalie Byrns et Marilyn Berthiaume. Yvan Toutant a joué le rôle d’Alex Hendrix. Un personnage qui vient nous parler de l’histoire, des faits saillants qui ont accompagné les principales périodes musicales.

Je ne peux m’empêcher de souligner que j’ai eu une peur bleue du personnage Alex Hendrix. C’est une revue musicale. Quand on me fait un numéro avec Elvis Presley, les Beatles, les Rollings Stones et autres classiques, j’ai le goût de taper des pieds et je m’amuse. Mais quand cette mascotte vient nous parler et que la musique se tait, je deviens pointilleux sur ce qu’il a à nous dire. Un peu de parlotes, ça va, mais il ne faut pas en abuser.

J’ai tout de même réussi à apprécier ce personnage qui me dérangeait au départ. Certains de ces textes méritaient d’être entendus. Une description sociale des événements qui nous ont touchés et influencé nos vies.

Je vais me permettre aussi de mentionner les musiciens. Ils ont participé au spectacle et ils ont bien soutenu les artistes dans leurs prestations: Stéphane Milot, Sylvain Sauvageau, Christian Laflamme, Yves Loiselle, Jacques Livernoche, André Chiasson et François Boutin.

Il faut que j’explique pourquoi je vais si loin dans mes applaudissements électroniques envers les artistes de Showtime. J’ai vu et apprécié le spectacle Generation Motown réalisé par René Simard et présenté au Théâtre St-Denis. Il y a une différence entre ces deux catégories de spectacle. Generation Motown, les billets, à 80$ chacun nous donnait un excellent spectacle, avec des décors à n’en plus finir, des effets spéciaux et toute une équipe d’artistes pour jouer les différents numéros.

Showtime, le billet est à 40$. Les décors, se sont les 23 chemises (et peut-être plus) que les artistes, autant les chanteurs que les musiciens vont mettre et changer à toutes les 3 minutes pour donner la couleur du temps, un follow spot, un rideau noir et c’est à peu près tout. Ce qui fait le spectacle, c’est la présence sur scène des artistes. Tout le monde doit y mettre du sien. Que ce soit le guitariste qui vient faire sa prestation à l’avant-scène ou le batteur qui se déguise en Ringo Star des Beatles, tout le monde doit travailler très fort pour nous donner un spectacle de qualité.

Je dois souligner la prestation effrénée de François Cossette dans ce spectacle. Même si tous les artistes ont été sublimes, la prestation de François Cossette méritait d’être soulignée deux fois plutôt qu’une. Une énergie qui nous transporte dans les différents styles musicaux que Showtime nous présente.

Un spectacle de 2 heures 50 avec l’entracte. Presque trois heures! Plus long que les spectacles traditionnels que l’on peut voir dans les salles du Centre-ville de Montréal.  Je me suis questionné pendant la pause. Avec tout ce que je venais de voir dans la première partie, restait-il encore des styles musicaux à nous présenter pour la 2e partie?

Ma crainte s’est vite estompée. Corbeau, Charlebois, Pagliaro, Boule Noire, Offenbach, Harmonium, Ginette Reno, sans oublier The Walls avec Pink Floyd, Hotel California des Eagles, Cat Steven ou encore The Police. La 2e partie a été au moins aussi entraînante que la première.

Petit bémol pour la fin. Showtime a actualisé la musique jusqu’à nous présenter Locolocas, du techno et d’autres styles musicaux très underground. Cela ne répondait plus à mes attentes d’une revue musicale. Je ne m’y reconnaissais pas. La foule écoutait, mais avait arrêté de taper sur les bancs pour suivre le rythme des chansons qu’elle reconnaissait. Pas grand monde dans la salle pour reconnaître les courants musicaux underground.

Un spectacle qui mérite le déplacement. Et pour ceux qui doivent compter leurs économies avant d’acheter des billets de spectacle, voici un petit calcul. Generation Motown m’avait coûté près de 80$ le billet au théâtre St-Denis. Showtime à Trois-Rivières, 40$ le billet. Un couple vient d’économiser 80$. Si vous invitez un autre couple à se joindre à vous et qui fournit son automobile, vous pouvez cotiser 10$ d’essence. Le 30$ d’économie peut même vous payer un petit souper avant le spectacle. Peut-être pas les gros restaurants, mais tout de même.

Pour ceux qui peuvent acheter des billets de spectacle sans compter, et bien, faites les deux spectacles. Profitez de certains spectacles dans le centre-ville de Montréal, mais prenez le temps de visiter un peu. Ça va vous faire du bien de vous dépaysez un peu.

https://raymondviger.wordpress.com/2007/09/03/showtime-francois-cossette-la-salle-j-a-thomson-et-trois-rivieres/

https://raymondviger.wordpress.com/2007/08/12/francois-morency-et-le-chapiteau-de-bromont-6e-partie/

https://raymondviger.wordpress.com/2007/08/15/andre-philippe-gagnon-au-chapiteau-st-sauveur/

Autres textes sur le Graffiti :

Arpi: Muraliste et designer d’intérieur

Inauguration de la fresque de Fluke avec RFF

Vidéo murale graffiti pour l’agence de communication ID3 (idées aux Cubes)

Murale graffiti, animation de foule, peinture en direct, T-shirt

Mural de Michael Jackson au Festival de Jazz avec les graffiteurs Fluke et Omen

Mural graffiti en direct par Fluke

Fluke pour Oxygen

Video clip graffiti hiphop et breakdance gratuit

Projet graffiti pour Oakley

Graffiti calligraphie El Seed

Le mural Jean Talon

Rencontre avec Nawlz: Graffeur du monde

Breakdance, hip hop, rap, graffiti: présentation des artistes

PUBLICITÉ

Spectacle Hip Hop Breakdance, Graffiti, DJ et rap

show_image Le Choc des Cultures – Le Hip-Hop rencontre le classique
Spectacle original mettant en vedette: organistes classiques, break-dancers, rappers, DJ et graffiteurs.
L’église Saint-Nom-de-Jésus expose une centaine de toiles peints par des artistes. Plus de cinquante artistes complices présentent “Le Choc des Cultures”. 25$

Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009
Par Internet: cafegraffiti.net
Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel.

Showtime, la salle J.-A. Thompson et Trois-Rivières 1ere partie

Showtime, la salle J.-A. Thompson et Trois-Rivières 1ere partie

Raymond Viger     Dossier CultureGraffitiShowtime 

La fin de semaine du travail. Wow! Je vais quitter le bureau vendredi en début d’après-midi pour me diriger à Trois-Rivières. J’ai fait l’achat de deux billets pour le spectacle Showtime à Trois-Rivières à la salle J.-A. Thomson. Je vais en profiter pour me trouver un endroit pour dormir à Trois-Rivières.

J’aurais bien voulu réserver à l’avance l’hôtel, mais sur le site Internet où j’ai pu acheter les billets, il est mentionné qu’il n’y a pas d’hôtel à moins d’un kilomètre de la salle de spectacle. Surprenant, mais bon, nous aviserons sur place.

Un souper à Trois-Rivières

Danielle et moi allons souper dans le Centre-Ville de Trois-Rivières. Nous faisons le tour à pied pour décider quel restaurant va hériter de notre budget réservé au souper. Ça sera le restaurant Angéline qui va gagner la course. J’aurais bien fait le lien Internet sur ce restaurant, malheureusement, ils n’ont pas jugé bon d’avoir un site Internet.

Pour faire le choix du restaurant, nous avons passé devant la salle J.-A. Thompson. Nous avons bien hâte de voir la salle. De l’extérieur, c’est superbe. Un tapis rouge de l’entrée jusqu’à la rue, un portier pour vous ouvrir l’immense porte, un éclairage pour signifier qu’il va y avoir de l’action, de grandes colonnes…

Les hôtels à Trois-Rivières

Je suis obligé de me questionner sur la mise en marché des hôtels du secteur. Pour pouvoir acheter par Internet les billets de Showtime, on tombe sur un site touristique de Trois-Rivières. Pour acheter les billets on se fait transférer sur le site du vendeur de billets. Il y a un onglet pour l’hébergement. Quand on cherche les hébergements près de la salle J.-A. Thompson, on nous dit qu’il n’y a rien à moins d’un kilomètre!!!

Erreur de programmation quelque part. Il y a deux hôtels juste à côté de la salle de spectacle. L’Hôtel Gouverneur et le Delta. Vous pouvez laisser votre automobile dans le sous-sol de l’hôtel et passer de l’hôtel, au restaurant et à la salle de spectacle à pied. Et c’était le scénario que je recherchais pour mes 24 heures de vacances. D’une part, je n’ai pas à m’inquiéter d’être le chauffeur désigné. D’autre part, je ne veux pas me casser la tête à trouver du stationnement et à suivre tout le monde pare-choc à pare-choc.

Showtime à la salle J.-A. Thompson de Trois-Rivières

J’ai été ravi d’avoir découvert ce spectacle à Trois-Rivières. Je demeure à Montréal. À Pointe-aux-Trembles. Au bout de l’île pour être plus précis. De chez-moi, Trois-Rivières est à une heure d’automobile. Vous l’avez deviné. De chez-moi, avec un peu de circulation pour me rendre à la Place des Arts ou aux autres salles de spectacle du Centre-Ville de Montréal, je vais mettre presqu’autant de temps!

À Montréal, il y a une très grande concentration de salle de spectacles et d’événements, tous au même endroit. Après avoir fait la découverte des chapiteaux de Bromont et de St-Sauveur, de la route des vins et de plusieurs autres endroits d’animation assez originaux, me voici à découvrir Trois-Rivières grâce au spectacle Showtime. La proximité de Montréal me donne le goût de revenir éventuellement pour d’autres spectacles. Pour me sentir en vacances, il me faut du dépaysement, du changement.

J’aurais bien pu titrer mon blogue  »Montréal n’est plus la capitale de la culture ». La culture se retrouve partout au Québec. Chaque région a son originalité, des équipements qui lui sont propres…

Bon, revenons à notre spectacle. Danielle et moi nous nous dirigeons vers la majestueuse porte. Le portier nous salue en nous ouvrant le passage. Nous nous dirigeons vers les loges au 2e étage. Parce que je voulais avoir les meilleurs billets, je n’ai pas lésiné sur le prix. J’ai prix les plus chers et les meilleurs disponibles au moment de l’achat.

Mais le plaisir de ce spectacle vient peut-être d’arrêter là. J’offre le meilleur siège à Danielle. Galanterie oblige. Je m’assieds à ses côtés. Ai-je la berlue? Je ne peux pas apercevoir plus du tiers de la scène!!! Un chanteur serait au milieu de la scène et je ne le verrai même pas!!! J’ai été scandalisé qu’on me vende un tel billet. Même Danielle ne réussit pas à avoir une vue complète de la scène. Si cela était des billets gratuits, des billets promotionnels, à la limite, je pourrais comprendre d’entendre le spectacle sans rien voir. Et n’oubliez pas que je mesure 6 pieds 2 pouces. Les moins de 6 pieds n’y verraient rien!!!

Il faut tout de même comprendre ma frustration, ma gêne, la honte qui m’envahit… Quand Danielle avait reçu les billets par la poste (c’était une surprise, elle ne le savait pas à l’avance), je lui ai dit que c’était les meilleurs billets disponibles. Une loge, juste 2 sièges. Pas de voisins à côté de nous. Comme dans le film  »L’impératrice Sisi ».

J’ai été chanceux dans ma malchance. Nous sommes vendredi soir et la salle n’est pas vendue au complet. Danielle va prendre le siège en avant de nous pour mieux voir et moi je vais prendre le sien. Cela va doubler la vue que j’ai sur la scène. Ce n’est pas la perfection, mais c’est mieux que rien.

Vous pourrez lire dans mon blogue de demain ma critique du spectacle Showtime.

https://raymondviger.wordpress.com/2007/09/04/showtime-francois-cossette-et-la-salle-j-antonio-thompson/

https://raymondviger.wordpress.com/2007/08/12/francois-morency-et-le-chapiteau-de-bromont-6e-partie/

https://raymondviger.wordpress.com/2007/08/15/andre-philippe-gagnon-au-chapiteau-st-sauveur/

Autres textes sur le Graffiti :

Arpi: Muraliste et designer d’intérieur

Inauguration de la fresque de Fluke avec RFF

Vidéo murale graffiti pour l’agence de communication ID3 (idées aux Cubes)

Murale graffiti, animation de foule, peinture en direct, T-shirt

Mural de Michael Jackson au Festival de Jazz avec les graffiteurs Fluke et Omen

Mural graffiti en direct par Fluke

Fluke pour Oxygen

Video clip graffiti hiphop et breakdance gratuit

Projet graffiti pour Oakley

Graffiti calligraphie El Seed

Le mural Jean Talon

Rencontre avec Nawlz: Graffeur du monde

Breakdance, hip hop, rap, graffiti: présentation des artistes

PUBLICITÉ

show_image L’amour en 3 dimensions

Roman de cheminement humoristique. Pour dédramatiser les événements qui nous ont bouleversés. Pour mieux comprendre notre relation envers soi, notre entourage et notre environnement. Peut être lu pour le plaisir d’un roman ou dans un objectif de croissance personnelle.

Le livre, au coût de 19,95$ est disponible.

Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009
Par Internet: www.refletdesociete.com
Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel.

%d blogueurs aiment cette page :