Les différents styles de danses urbaines

Compétition de danse Hip hop et breakdance

Vidéo danses urbaines

Comment différencier le B-boying (breakdance), Popping, Waacking, Crumping, New style, Lady style, Video style, New style contemporain…

Raymond Viger | Dossiers BreakdanceHip-hop

Il existe plusieurs styles de danses urbaines. Plusieurs les associent au breakdance. Ce vidéo vous permet de pouvoir différencier breakdance, Popping, Waacking, Crumping, New style, Lady style, Video style, New style contemporain.

Hip-hop

La danse hip-hop est née au début des années 80 et a évolué en suivant l’industrie changeante de la musique R&B et Hip-hop. Tout est dans la manière de ressentir et comprendre la musique afin de créer une combinaison de mouvements, d’attitude et d’expressions. Les styles de danse hip-hop peuvent varier selon la musique utilisée.

VideoStyle

Un style de danse relié avec le Hip-hop spécialisé, conçu pour les besoins de futures danseuses semi-professionnelles et professionnelles afin de les entraîner vers un style plus sexy et féminin utilisé dans le style vidéo, qui met en valeur le pouvoir de la femme combiné à une touche de sensualité élégante.

Cette classe est enseignée en portant des talons hauts, offrant l’opportunité aux danseuses d’exercer leur style vidéo augmentant leur confiance et les familiarisant avec les vêtements moulants requis pour représenter un côté plus féminin du hip-hop.

Stomp (Stepping)

Originaire de l’Afrique du Sud autour de l’année 1870, la danse Gumboots s’apparente aux styles du Step ou du Stomp, où les danseurs utilisent leurs mains et leurs pieds pour créer des rythmes.

Les mineurs de race noire n’avaient pas le droit de parler durant le travail minier et se servaient donc de cette danse comme moyen de communication et d’expression alors qu’ils faisaient face à la vie de classe inférieure.

Waacking

Un style puissant développé sur la Côte Ouest américaine durant les années de Soul Train. Le Waacking est une forme d’art électrisant, composé de mouvements de bras et de mains complexes qui projettent sensualité et force tout en utilisant le corps comme instrument définissant la musique.

Krump

Le Krump est une danse née dans les années 2000 au cœur des bas quartiers de Los Angeles. Cette danse, non-violente malgré son apparence agressive à cause des mouvements exécutés très rapidement, de la rage ou la colère qui peut se lire parfois sur les visages des danseurs de Krump que l’on appelle les « Krumpers », se veut être une danse représentant la « vie » et toute sa « jouissance ».

Popping

Le Popping a suscité l’intérêt en 1978 lorsque Boogaloo Sam et les Electric Boogaloos ont performé à Soul Train, ce qui plus tard influença Michael Jackson à apprendre d’eux, faisant ainsi du Moonwalk l’une des danses les plus reconnues et populaires de son temps.

Boogaloo Sam faisait sauter (pop) ses muscles sur des rythmes funk. Le terme boogaloo est utilisé pour expliquer le style de roulement des hanches pour lequel Sam était reconnu.

D’autres styles de popping ce sont développés avec les variations d’adaptation à la musique P-Funk et G-Funk. Les techniques de base peuvent inclure le Fresno, l’Old Man, le Twist-O-Flex, Cobras, Waving, Back-Sliding (alias le Moonwalk), Bopping, Tutting et plus encore.

Locking

Le Locking a été créé par Don Campbellock au début des années 70. Le Locking a charmé la nation grâce au groupe de pionniers The Lockers qui développa la danse et performa à l’émission de télévision Soul Train en 1976.

Ce style s’exécute sur de la musique funk ou disco et se compose de mouvements de base tels que le Lock, les Wrist Rolls (roulements de poignets), Points (pointer), le Pimp Walk ainsi que des mouvements acrobatiques, des expressions faciales et surtout de « FUNKINESS »!!!

Breakdance (B-Boying & B-Girling)

Le B-Boying aussi connu sous Breakdancing, tient son nom du DJ new-yorkais Cool Herc. Au début des années ’70, les pionniers du b-boying performait une chorégraphie particulière durant le break des beats que le DJ jouait.

Le B-Boying se danse généralement sur des chansons funk des années ’70 ou sur des chansons hip-hop de break et se compose de Top Rock, Brooklyn Rock, 6-step, C-Cs, Freezes et B-Boy Stances.

Ce style de danse est exercé lors de cercles freestyle (à l’improviste) et lors de combats où b-boys et b-girls démontrent leur rocking, jeux de pieds, trucs et mouvements de puissance qui définissent leur style personnel.

House

Cette danse est née durant les années 70 et a été reconnue au début des années 80, nommée aussi Jacking à Chicago et Clubbing à New York. Ce style est mieux connu sous le nom de House grâce au genre de musique duquel il est inspiré.

Le Jacking fait partie de la fondation de la danse typique des années 80 dans la culture House. Le patinage à roulette, le stomping, le spinning, le heel & toe ainsi que les jeux de pieds complexes sont également les bases du House.

Autres textes sur Lazy Legz

Autres textes sur Breakdance

Autres textes sur le Spectacle breakdance et sports extrêmes

Autres textes sur Bistro le Ste-CathRestaurant

Autres textes sur le Rap

Graffiti Hip Hop de la scène de Montréal

show_imageOpération Graffiti

Toute l’histoire de la création du Café-Graffiti. La relation avec les jeunes. Ce qu’ils ont vécu dans le projet. Ce qu’ils ont fait vivre aux intervenants. Toutes les anecdotes d’un projet qui fait encore parler de lui. Une façon intéressante et originale de soutenir le Café-Graffiti dans sa mission d’aide et de soutien aux jeunes. 19,95$.

Disponible Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009
Par Internet: www.refletdesociete.com
Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4

Bistro le Ste-Cath

bistro restaurant souper spectacleUn restaurant, une chaleureuse terrasse. Pour une rencontre entre amis ou en famille, les chefs du Bistro le Ste-Cath sauront vous offrir une cuisine réinventée et originale à un prix abordable.

Situé en plein cœur d’Hochelaga-Maisonneuve, au sud du Stade Olympique, à l’est de PIE-IX. 4264 Ste-Catherine est.

Bistro le Ste-Cath est opéré par l’organisme communautaire le Journal de la Rue. Tous les profits servent à financer notre intervention auprès des jeunes. Plus de 260 spectacles gratuits sont présentés annuellement.

4264, rue Sainte-Catherine Est, Montréal, Québec, H1V 1X6.  www.stecath.com.  

<span>%d</span> blogueurs aiment cette page :