GRAFFITI SECOURS À 12 ANS

GRAFFITI SECOURS À 12 ANS

Texte de Patricia Turcotte, St-Georges de Beauce.

C’était au cours d’art plastique du secondaire 1, appelé à l’époque 1968-1969, la 7ième année du primaire, à l’École Sainte Jeanne-D’Arc de ma ville natale, à Saint Georges QUÉBEC. J’avais 12 ans et je m’ennuyais à mourir durant ce cours, même si notre professeur était vraiment sympatique et compréhensif; heureusement pour moi. Parce que j’ai commit mon premier et dernier acte d’élève rebelle, à travers mon premier Graffiti. Ce n’était pas le côté artistique de ce cours d’art plastique qui me révoltait, à ce moment-là. À vrai dire, on traversait dans ma famille, une bien grande épreuve. Chacun la vivait à sa façon personnelle, mais vu que j’étais la plus jeune à la maison, j’entendais, je voyais et je savais bien des choses pour une petite fille de mon âge. Sous mes airs d’adolescente paisible, joyeuse et heureuse, j’ai vécu dès l’âge de 8 ans jusqu’à 15 ans, soit jusqu’à la mort tragique de mon frère Serge, qui s’est enlevé la vie à l’âge de 22 ans. Mon grand frère Serge, qui était pourtant un jeune adulte doux et généreux avec tout le monde, me faisait très peur après être devenu malade psychologiquement. Parfois, il voulait sûrement m’emmener avec lui dans la mort, parce qu’il me serrait très fort le cou, jusqu’à en perdre le souffle. Soudainement, il s’arrêtait et en me regardant droit dans les yeux, il me chuchotait à l’oreille: « Je reviendrais terminer cela cette nuit ». Le suicide, tout comme les problèmes de santé mentale étaient des sujets tabous. Je ne confiais jamais à qui que ce soit, le drame que je vivais à la maison; ni même à mes camarades de classes, et encore moins à ma grande amie d’enfance.

Un talent caché pour les Graffitis

  Je me souviens comme si c’était hier, qu’en plein milieu du cours d’art plastique, je me suis faufilée dans la salle de bain, avec les couleurs et les pinceaux, en prenant soin de demander à mes amies, de ne pas me stooler. Alors sans réfléchir plus longtemps, me voilà en train de peinturer en couleurs psychadéliques, mon premier Graffiti. Sauf que dans la salle de cours, il n’y avait qu’une seule fenêtre, malheureusement située dans la salle de bain. Je crois avoir dessinée toute la colère, la peine et l’impuissance que je ressentais dans mon for intérieur. Même le professeur me laissait voir que ma peinture Graffiti était peu banale et représentative de profonds chagrins. Heureusement qu’à travers mon malheur d’avoir été dénoncée par mes soi-disant amies, je suis parvenue à négocier avec mon professeur, pour payer la somme de $1. en dédommagements causés par mon beau Graffiti. J’ai réussi à me transformer en avocat du diable, en la convaincant de m’éviter une importante punition, qui ne ferait qu’ajouter de la détresse à mes parents. Elle a consentie à garder le silence sur ce geste plutôt révolutionnaire, pour une étudiante habituellement, calme et studieuse comme moi. Personne de ma famille, ni les amies de mon entourage familial, ne soupçonnaient mon petit côté révolutionnaire pacifique artistique qui sommeillait en moi, à l’étât latent. En réalité, je dois avouer le grand bien-être intérieur que m’avait procuré l’effet de dessiner mes émotions négatives, trop longtemps refoulées au creux de mon être.

Prisonnière du fantôme de mon grand frère

  Et, la mort de mon grand frère Serge n’était la fin de mes misères. Deux ans plus tard, mon père Vic est décédé d’un infarctus du myocarde, sous mes yeux. Trois jours plus tard, à travers un songe du petit matin, celui-ci est venu me visiter en me disant à deux reprises: « Patricia, demande de l’aide ». Mais à qui voulait-il que je m’adresse ? Je n’avais pas appris à demander de l’aide. Pourtant, j’ai bien reconnu des années plus tard, que j’étais prisonnière du souvenir de mon grand frère, qui me suivait et me harcelait. Comment se fait-il que personne n’aborde ou n’explique aux jeunes, ces phénomènes-là ? L’aide passe par le cœur, les yeux, les mains et les talents des autres personnes autour de nous.

L’importance des organismes communautaires pour les jeunes.

Les jeunes qui traversent ce genre de situations ont grand besoin de ressentir un sentiment d’appartenance, comme par exemple, en se rendant auprès d’un organisme communautaire, tel le Café-Graffiti. Tout comme ils ont sûrement besoin de recevoir l’accompagnement d’amis et de professionnels pour des problèmes tels que le suicide, l’alcool, la drogue, la prostitution, le crime, etc.

PUBLICITÉ

Guide d’intervention de crise auprès de personnes suicidaires

show_image Le guide d’intervention auprès de personnes suicidaires démystifie le suicide. Il permet d’aider les proches à reconnaître les signes avant-coureur du suicide et de déterminer qu’est-ce qui peut être fait pour soutenir la personne en crise. Une section du guide est réservée aux endeuillés par suicide. Le livre, au coût de 4,95$, est disponible : Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009 Par Internet: www.refletdesociete.com Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4 Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel.

DÉMYSTIFIER LES MALADIES MENTALES ET LA DÉPRESSION

DÉMYSTIFIER LES MALADIES MENTALES ET LA DÉPRESSION

Patricia Turcotte, Internaute de St-Georges de Beauce.

Dossier Santé mentale

Aller faire soigner notre esprit égaré ou malade ne devrait pas nous intimider plus, que de se rendre à l’hôpital pour recevoir des soins médicaux pour nos reins, nos hanches, nos poumons, ou tout autre problème physique.

Quant une personne traverse un choc émotif, une séparation difficile avec l’être aimé, un divorce déchirant, le décès inattendu d’un être cher, la perte soudaine de son travail ou un épuisement moral, pour ne nommer que ceux-là, il est très possible qu’une dépression légère ou sévère se pointe, sans aucun avertissement. Parfois, c’est le système nerveux qui lâche sans crier gare. De temps en temps, un épuisement physique et moral qui traînait depuis de longs mois, s’aggrave en une seule journée. Voilà que tout bascule si vite. Si on ne reçoit pas les soins médicaux d’urgences, c’est le drame qui risque d’éclater.

Santé mentale et bouleversement intérieur

Pourquoi se moquer, pourquoi juger ou ridiculiser les personnes touchées par les maladies mentales? C’est pourtant un signe que ces gens sont simplement des êtres humains qui ressentent un malaise ou un bouleversement intérieur. Le pire scénario n’est-il pas de ne pas se faire soigner et vivre son drame dans le silence et la solitude complète? Il y en a dans notre entourage, de ces personnes mal en point depuis bien longtemps, qui risquent de se retrouver comme tant d’autres, touchées par la maladie mentale. Personne n’est à l’abri de se retrouver un bon matin, avec un tel fardeau.

Consultation, dépression et santé mentale

L’important est d’aller consulter et ne pas attendre qu’il soit trop tard. Je connais des gens qui n’ont jamais été soignés suite à une dépression sévère. C’est tellement désolant de les voir végéter du matin au soir. Tout devient tellement difficile à supporter, pour leur entourage immédiat. Toutes les personnes impliquées dans une telle situation, risquent de craquer un bon matin.

Est-ce qu’une personne qui se fait soigner pour une crise de foi ou une crise de cœur, a honte de raconter son histoire médicale ? Bien sûr que non ! Alors, pourquoi ressent-on de la gêne et de la honte, de partager son vécu lors d’une hospitalisation, au département de la santé mentale ? C’est parce que dans la société, il y a trop de préjugés nourris et non dénoncés.

Démystifier la maladie mentale auprès des proches

Dans nos vies personnelles, commençons à démystifier la maladie mentale auprès de nos proches, de nos voisins plus familiers, de nos amis, de nos collègues de travail, et même sous formes de témoignages à l’occasion, auprès des médias. Ainsi, nous contribuerons à diminuer les misères de tant de personnes qui se débattent souvent pour faire reconnaître leurs droits, leurs valeurs et leurs dignités humaines.

Autres textes sur Santé mentale

Etienne Gervais au dela de la folie.

 

Martin Matte, l’humour et les traumatismes crâniens à Tout le monde en parle.

 

Ma schizophrénie

Les réalités de l’autisme.

 

Des artistes atteints de déficiences intellectuelles

École Irénée Lussier: Bricoler l’estime de soi

La rage du trop gentil

La dépression des jeunes. 

PUBLICITÉ

Guide d’intervention de crise auprès de personnes suicidaires

show_image Le guide d’intervention auprès de personnes suicidaires démystifie le suicide. Il permet d’aider les proches à reconnaître les signes avant-coureur du suicide et de déterminer qu’est-ce qui peut être fait pour soutenir la personne en crise.

Une section du guide est réservée aux endeuillés par suicide.

Le livre, au coût de 4,95$, est disponible :
Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009
Par Internet: www.refletdesociete.com
Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel.

%d blogueurs aiment cette page :