L’armée, nouveaux rêves pour les jeunes

L’armée, nouveaux rêves pour les jeunes

Raymond Viger             Dossier Société

Sur de mes billets traitant de la mort de Michael Jackson, j’ai reçu près de 200 commentaires. Ce débat s’est divisé sous plusieurs angles. J’ai demandé aux internautes de rester dans le sujet. Pour respecter la consigne de la pertinence des commentaires en lien avec le billet, je me suis engagé à écrire des billets sur les sujets que j’ai demandé de garder au frais.

C’est ainsi que j’ai publié un billet écrit pour Reflet de Société sur le tatouage et le body piercing. J’ai aussi écrit un billet sur les comparaisons de popularité entre Elvis Presley, Michael Jackson et 2Pac.

Malgré tout, il y avait un dernier sujet que j’avais demandé que l’on écarte. Un débat sur l’armée et la vie dans les Forces armées. Je reprends ici quelques commentaires que nous avions eus et vous laissant le soin de reprendre le débat.

Ruiz: Aucun diplôme, aucun rêve, mauvaises notes. Mais ça n’empéche pas que je peux m’exprimer mieux que n’importe qui.

Claude: Les diplômes et les bonnes notes ne sont pas garants d’une philosophie de vie et d’une capacité de s’exprimer. Tu possèdes Ruiz de grandes qualités. Continue de les cultiver et gardes contact avec celles-ci.

Je suis surpris que tu dises que tu n’as pas de rêves. Avec la philosophie et la sagesse que tu as je m’attendais à ce que tu aies des rêves et des objectifs. Es-tu sûr que tu n’as aucun rêve qui ne t’habite?

Ruiz: Tireur d’élite dans l’armée de terre, c’est tout nouveau donc c’est pas un réve de gamin. Pour l’instant je vais faire des stages pour l’armée de terre et si je m’engage j’entrerais dans l’infanterie c’est à dire les soldats de premiere ligne, sur le terrain et arme à la main. C’est pas impossible, suffit que je sois bon à l’entrainement de tir, ce n’est pas vraiment un rêve mais c’est ma première ambition.

BAxT: Concernant ton entrée dans l’armée, ayant moi-même fait cette expérience, je tiens seulement à te préciser que le travail avec ton arme ne représente qu’un faible pourcentage de ton temps de soldat. Surtout au début (note que c’est différent si tu vas en combat à l’étranger dans ta 2e année).

De plus, depuis 1990, l’entrainement de l’armée est beaucoup plus orienté vers le côté psychologique, que le côté guerre.

Lors de ta première année d’entrainement, tu n’auras à peu près jamais ton arme à la main. Car tu ne sera qu’un zombie manipulé psychologiquement. C’est pourquoi les instructeurs se protège. Car y’en a qui pêtent leur coche.

De plus, certaines personnes avec un certain passé aggravent certaines maladies à cause de cela. Beaucoup d’instructeurs militaires n’ont pas vraiment de formation psychologique pour les comprendre. Et certains d’entres eux ne reconnaissent même pas l’existence de certaines maladies comme la dépression (pour eux, ce n’est que pour les faibles).

Trop d’instructeurs manquent littéralement de scolarisation, alors ils pataugent dans leur croyance, plutôt que la connaissance et la compréhension.

Et si dans le future tu tombes malade à cause de tes formations militaires, la procédure actuelle de cette armée est de simplement te laisser tomber, te pousser au suicide, se débarrasser de toi au plus vite… pour pas te payer de soins.

Alors si tu y vas, je te souhaite bonne chance. Car j’en connais beaucoup à l’époque de la Yougoslavie, qui se sont suicidés depuis.

Quand tu prends une personne avec un secondaire 4 seulement, et que tu lui donnes le grade de sergent instructeur de recrue (parce qu’il a fait de la bonne job sur le terrain), que tu lui donnes le droit d’utiliser des techniques de manipulation psychologique coercitive extrêmement complexe (et dangereuse pour un être humain), que même des docteurs en psychologie n’utiliseraient que sous d’intenses supervisions médicales, le risque pour notre société est GRAND. Les risques pour un citoyen l’est encore plus.

Monsieur Viger comprendra surement ce que je veux dire ici. C’est comme donner la charge de décider de la médication et du traitement d’un patient à une préposée aux bénéficiaires… alors que c’est la job d’un médecin pour plusieurs raisons…

Ruiz: Merci BAxT pour tes informations. Évidement je ne m’attends pas toujours à être sur le terrain et je me doute que les instructeurs ne seront pas tendres, pour eux la dépression comme tu le dis peut être vu comme de la faiblesse. Merci pour tes explications.

 

PUBLICITÉ

Témoignage sur l’implication bénévole

show_image La récompense – Regard sur des gens de cœur
Documentaire sur l’implication bénévole.
-Découvrir sa communauté, donner un sens à sa vie…
-Briser son isolement et celui d’autrui.
-Découvrir de nouveaux amis.
-Prendre part à la vie sociale et de quartier.
-Une source de contact et d’échange.
-L’acquisition de nouvelles connaissances.
-Une occasion d’expérimenter et mieux se connaître.
S’impliqer c’est trippant et ça mérite d’être vécu. 25$

Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009
Par Internet: cafegraffiti.net
Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel.

Body piercing et tatouage

Body piercing et les tatouage

Sylwia Skibinska

Dans le passé, le perçage avait plusieurs significations, parfois, c’était pour démontrer la virilité, le courage, parfois, c’était dans le cadre d’un rite de purification ou pour indiquer le passage à la puberté.

Body piercing

Aujourd’hui, dans notre culture occidentale, le perçage, ou body piercing est une pratique assez répandue, surtout chez les jeunes. Il s’agit généralement d’un accessoire de mode, d’une affirmation personnelle d’esthétique ou encore d’audace. Il est rarement ou même jamais question de religion ou du tribalisme. Faîtes attention, car même si c’est devenu une pratique courante, il existe encore un certain nombre de risques et de dangers.

Body piercing, expériences douloureuses

Martin, durant trois ans, a porté une labrette (boucle d’oreille qui la bouche) sur la langue et une autre sur la lèvre inférieure. Il a connu une grande frayeur lorsqu’il s’est réveillé pendant la nuit et s’est aperçu qu’il venait d’avaler une partie de la labrette. Quelques temps plus tard, il a mordu dans le bijou de sa lèvre et s’est cassé une dent. Après ces expériences fâcheuses, il a décidé d’enlever ses labrettes. Toutefois, il n’a aucun regret quant à son expérience de perçage, car il adore l’art corporel et il recommencera, mais sur des parties du visage moins risquées, comme le nez.

Francis a été l’un des premiers au Québec à se faire percer la langue, au début des années 90. Il a vécu, lui aussi, une expérience désagréable. Il a eu la surprise de sa vie en se réveillant au milieu de la nuit, en s’étouffant. Il n’était plus capable de respirer, sa langue avait doublé de volume dans sa bouche et l’air traversait à peine. Il s’est rendu d’urgence à l’hôpital, où le médecin lui a dit qu’il avait une infection.

Body piercing: précautions à prendre

Lorsqu’on prend la décision de se faire percer, il y a de sérieuses précautions à prendre. S’assurer que :

  • les gants ont été changés entre chaque client et cliente,
  • le perceur s’est lavé les mains avant le perçage,
  • tous les instruments et les surfaces de travail ont été désinfectés et stérilisés,
  • les aiguilles ou les rasoirs utilisés pour la préparation de la peau seront jetés après chaque client.

Body piercing, alcool et drogue

Tout perceur qui accepte de percer quelqu’un sous l’influence de l’alcool, de drogue, ou âgé de moins de 18 ans manque d’éthique dans l’exercice de ses fonctions.

Il faut une bonne connaissance des endroits où percer et l’hygiène est un critère de premier plan à respecter ! Informez-vous, visitez les salons de perçage, faîtes une recherche sur Internet, parlez avec vos amis et surtout, restez vigilant, car une simple intervention peut tourner au drame.

Vos histoires sur le body piercing et les tatous?

Portez-vous du perçage corporel ?  Un tatouage? Connaissez-vous des gens dans votre entourage, des proches, des membres de votre famille qui se sont fait percer ou tatouer? Ont-ils eu des difficultés ? Comment ont-ils trouvé un perceur ou un tatoueur digne de confiance ? Quelles sont les règles d’hygiène à respecter, les précautions à prendre ? Envoyez-nous vos récits, partagez vos expériences et vos conseils.

Texte sur les tatous en prison.

PUBLICITÉ

show_imageQuand un homme accouche. Roman de cheminement. Le personnage principal accouche de son enfant intérieur qui devient son ami et son thérapeute tout au long du roman. Ce livre est le premier d’une trilogie qui a été reprise dans L’amour en 3 Dimensions. 9,95$

Disponible Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009
Par Internet: www.refletdesociete.com
Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel.

Tatou et body piercing

tatoo, tatous, tatouage, body piercing, bodypiercing

Tatou et body piercing, mode ou moyen d’expression?

Dossier Sida, VIH, MTS

Un petit tour d’horizon sur des textes et des commentaires sur le tatouage et le body piercing. Débutons avec Noisette sociale qui nous présente un billet sur la symbolique des tatous. Une réflexion qui a motivé plus d’une trentaine de commentaires d’Internautes. Quelques-unes des questions débattues: Est-ce que faire l’amour avec quelqu’un qui s’est fait tatouer son enfant décédé va vous couper l’inspiration? De quoi aura l’air mon tatouage dans 20, 30 ou 40 ans? Après 2 grossesses? Avec un gain de 30 livres?

L’agence Science Presse nous présente les plus vieux tatouages du monde tandis que Sylvia Skibinska nous offre un reportage sur le Body piercing et tatouage  dans Reflet de Société.

Personnellement, dans mon blogue, j’ai écrit un billet sur les risques reliés à l’hépatite et au Sida pour le tatouage dans les prisons ainsi que la fermeture d’un programme de tatouage dans les prisons.

Bonne lecture et n’oubliez pas de venir commenter pour alimenter le débat.

Ce billet, ainsi que toutes les archives du magazine Reflet de Société sont publiés pour vous être offert gracieusement. Pour nous permettre de continuer la publication des textes ainsi que notre intervention auprès des jeunes, dans la mesure où vous en êtes capable, nous vous suggérons de faire un don de 25 sous  par article que vous lisez et que vous avez apprécié.

Merci de votre soutien.

PUBLICITÉ

T-Shirt promotionnel disponible avec votre logo

tshirt-cafe-graffiti-t-shirt-personnalise-votre-logo Soutenez le Café-Graffiti, affichez vos couleurs.

Votre T-shirt Café-Graffiti pour seulement 9,95$. Disponible en rouge, noir ou blanc.

Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009
Par Internet: http://www.editionstnt.com/T-shirts-promotionnels-et-personnalise.html
Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4

Pour votre T-shirt promotionnel avec votre logo: Café-Graffiti: (514) 259-6900

Les prisons, les tatous et le Journal de Montréal

Les prisons, les tatous et le Journal de Montréal

Dossier Journal de Montreal

Le 15 septembre dernier, je vous ai entretenu de la disparition d’un programme de tatouage dans les prisons. 2 mois plus tard, soit 11 novembre, dans le Journal de Montréal, Louis Mathieu Gagné nous confirmait le tout.

Nous pouvions y lire les raisons administratives qui auraient poussé à la fermeture de ce programme. Je suis cependant déçu de ne pas y voir la position des prisonniers. Ceux-ci ont une vision différente de la fermeture du programme.

Louis Mathieu Gagné s’est servi de la Loi sur l’accès à l’information pour nous rapporter la version supposément officielle des autorités carcérales. D’une part, ce que nous retrouvons dans les rapports officielles n’est souvent qu’un faible reflet des motivations réelles. D’autres part, il aurait été intéressant qu’il nous donne aussi l’envers de la médaille et la position des utilisateurs, c’est-à-dire des prisonniers. Et dire que le Journal de Montréal aime bien se pêter les bretelles en montrant qu’ils sont capables d’entrer sur le terrain de l’aéroport, dans les métros… Avoir accès à des prisonniers ne devraient pas être si difficile que cela.

https://raymondviger.wordpress.com/2006/09/15/les-prisons-les-tatous-et-les-tests-mts-sida/

Textes sur Alcool et drogue.

Ce billet, ainsi que toutes les archives du magazine Reflet de Société sont publiés pour vous être offert gracieusement. Pour nous permettre de continuer la publication des textes ainsi que notre intervention auprès des jeunes, dans la mesure où vous en êtes capable, nous vous suggérons de faire un don de 25 sous  par article que vous lisez et que vous avez apprécié.

Merci de votre soutien.

PUBLICITÉ

T-Shirt promotionnel disponible avec votre logo

tshirt-cafe-graffiti-t-shirt-personnalise-votre-logo Soutenez le Café-Graffiti, affichez vos couleurs.

Votre T-shirt Café-Graffiti pour seulement 9,95$. Disponible en rouge, noir ou blanc.

Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009
Par Internet: http://www.editionstnt.com/T-shirts-promotionnels-et-personnalise.html
Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4

Pour votre T-shirt promotionnel avec votre logo: Café-Graffiti: (514) 259-6900

%d blogueurs aiment cette page :