Sécurité minimale: un pas de plus vers la liberté

L’humidité s’élève en vagues de la rivière des Prairies. Comme les insectes, je le constate, qui mordillent lentement ma jambe, présences grises et furtives dans la lumière basse en fin d’après-midi.

Un texte de Colin McGregor publié pour les abonnés de RDS+. Un abonnement à Reflet de Société soutient notre intervention auprès des jeunes.

Dossier Chronique d’un prisonnier

« Je croise un homme de 70 ans aux yeux rouges. Il tient dans ses mains le diplôme d’études primaires qu’il vient de recevoir. Il le porte comme s’il était fait d’or.», raconte le prisonnier incarcéré au Centre fédéral de Formation de Laval.

La suite disponible aux abonnés de Reflet de Société Plus. Un abonnement à Reflet de Société soutient notre intervention auprès des jeunes.

Autres textes sur Chronique d’un prisonnier

Abonnez-vous au format numérique afin de consulter nos articles portant sur la santé mentale

Autres articles publiés dans ce magazine

Guide d’intervention de crise auprès de personnes suicidaires

Cette image a un attribut alt vide ; le nom du fichier est livre_lintervention_de_crise_aupres_dune_personne_suicidaire_raymond_viger_editions_tnt.jpg

Le guide d’intervention auprès de personnes suicidaires démystifie le suicide. Il permet d’aider les proches à reconnaître les signes avant-coureur du suicide et de déterminer qu’est-ce qui peut être fait pour soutenir la personne en crise.

Une section du guide est réservée aux endeuillés par suicide.

Le livre est disponible au coût de 9,95$. Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009. Par Internet.

Par la poste: Reflet de Société 625 De La Salle Montréal, Qc. H1V 2J3.

Maintenant disponible en anglais: Quebec Suicide Prevention Handbook.

Travaux communautaires

Au Café Graffiti, pas moins d’une cinquantaine de personnes par an (de tous âges et toutes catégories professionnelles) effectuent des travaux communautaires. Un va-et-vient constant utile pour l’organisme ; mais l’est-il autant pour ces jeunes? Rencontre avec un avocat, un contrevenant et un organisme pour en apprendre davantage. 

Un texte de Delphine Caubet publié pour les abonnés de RDS+. Un abonnement à Reflet de Société soutient notre intervention auprès des jeunes.

Dossier Communautaire

Petite note : « On doit distinguer travaux communautaires et travaux compensatoires, ces derniers étant réservés aux personnes dans l’impossibilité de payer une amende », s’exclame David Henry, porte-parole de l’Association des services de réhabilitation sociale du Québec (ASRSQ).

La suite disponible aux abonnés de Reflet de Société Plus. Un abonnement à Reflet de Société soutient notre intervention auprès des jeunes.

Autres textes sur Communautaire

Travaux communautaires et bénévolat

Bad boy / Bon gars

«Les travaux communautaires sont un moyen de sortir un contrevenant d’un milieu criminel, puis ils ont l’objectif d’ouvrir et de changer leur réseau social, soutient l’agente de probation Sandra Champagne.

Mally-Tamara Morin Doré | Dossier Bénévolat

Rémi en est l’exemple parfait. Avec son père, il s’est fait prendre pour trafic de stupéfiants en 2005. Grâce aux travaux communautaires, il a découvert une nouvelle passion: le bénévolat.

Rémi est un jeune homme sûr de lui qui raconte son histoire sans hésitation. Après avoir été arrêté avec son père pour vente et culture de marijuana, il a reçu une sentence de 150 heures de travaux communautaires à effectuer en un an.

L’agent de probation de Rémi lui propose quelques organismes communautaires. «Je voulais faire n’importe quoi sauf débloquer des tuyaux», affirme-t-il en riant. Il choisit un organisme qui agit auprès des jeunes, à l’opposé de son père qui décide de travailler avec les personnes âgées.

Dans l’organisme, il exécute du travail administratif, lave de la vaisselle et passe le balais… jusqu’au jour où on lui demande de faire une commission en voiture. C’est ce qui lui plaît le plus. Il se rend compte que ce qu’il accomplit lui fait du bien. Ce qu’il fait n’aide pas seulement une personne, mais tout l’organisme. Cela lui donne le sentiment de faire sa part pour la société.

Finies les folies

Lorsque la police l’a arrêté, Rémi se sentait coupable. Un dossier criminel équivaut pour lui à une mauvaise image. Mais, après avoir fait ses 150 heures de travaux communautaires, il a l’impression de s’être racheté. «C’était une erreur de parcours, mais j’ai compris. Fini le niaisage!»

En terminant ses travaux communautaires, le père de Rémi décide de faire du bénévolat. «Moi aussi, je suis capable de faire ça», se persuade alors Rémi. L’exemple de son père l’a grandement encouragé.

Les services correctionnels ne comptabilisent pas de statistiques à ce sujet, mais l’implication de Rémi et de son père ne surprend pas l’agente de probation Sandra Champagne. «Il est assez fréquent que les contrevenants continuent dans le bénévolat, selon l’accueil qu’ils ont reçu dans les organismes.»

Rémi se sent bien quand il fait du bénévolat. Les travaux communautaires lui ont permis de se développer un nouveau réseau social. «Avant, je me sentais isolé. J’ai maintenant l’impression d’être sorti de mon petit monde.» Le bénévolat a changé sa vie. Il se sent sur la bonne voie. «Je suis revenu sur la map», affirme-t-il, souriant.

Rémi a suivi une cure de désintoxication pour se débarrasser de sa dépendance à la marijuana. Il fume beaucoup moins qu’auparavant. «C’est une question de temps pour que j’arrête complètement.»

Renouer avec les siens

La mère de Rémi était très déçue d’apprendre que son fils faisait pousser de la marijuana. Quand il a été arrêté, elle en était même heureuse. À la suite à son arrestation, Rémi a fait beaucoup d’efforts. Sa mère commence maintenant à l’estimer et elle est plus ouverte. Il voit maintenant fréquemment sa mère et sa sœur, avec qui il n’entretenait presque plus de liens.

Le bénévolat, n’a pas été qu’une simple réinsertion sociale pour Rémi, mais aussi une réinsertion au sein de sa famille. «Ça m’a permis d’aider les autres, alors pourquoi pas ma famille.»

Jamais le jeune homme n’avait pensé faire un jour du bénévolat. Maintenant, ça fait partie de sa vie. Il s’arrange à présent pour être heureux. «Tout le monde me fait confiance, ça fait du bien.»

En regardant son passé, Rémi est plutôt heureux que la police l’ait arrêté. Les travaux communautaires lui ont apporté tant de belles choses. Après avoir payé sa dette, il s’accomplit aujourd’hui en aidant le reste de la société.

Peine passagère  Gabriel Alexandre Gosselin

Trois heures par semaine, plusieurs étudiants du domaine social de Québec se rendent en prison. Non pas pour purger au compte-gouttes une peine d’incarcération, mais bien pour offrir de la compagnie aux détenus de leur communauté.

Le projet se nomme «Service de support et d’accompagnement pour contrevenants adultes». Il consiste à jumeler chacun des étudiants à un prisonnier. Ce dernier rejoint son jeune dans une classe du centre carcéral pour discuter. Le détenu a alors la chance de s’exprimer sur son passé, ses sentiments et ses aspirations dans la vie.

«Les jeunes reçoivent une formation avant de se présenter sur place, mais certains sont nerveux avant d’entrer en contact avec leur contrevenant, raconte Roland Pelletier, coordonnateur du projet. À la fin de chaque séance, je fais un retour avec eux. La rétroaction est toujours très positive, tant du côté des détenus que des bénévoles. Les jeunes jubilent carrément. Ils en retirent une expérience exceptionnelle, tant professionnellement que personnellement.»

L’activité permet aux jeunes bénévoles de se mesurer à un défi de taille et de vivre des émotions fortes. De ce coup, ils aident un de leurs concitoyens à se refaire une place dans la société; une bonne manière de proposer une expérience hors du commun à un jeune, tout en lui faisant prendre conscience de l’importance de son implication sociale.

Autres textes sur le Bénévolat

Autres textes sur Communautaire

Ce billet, ainsi que toutes les archives du magazine Reflet de Société sont publiés pour vous être offert gracieusement. Pour nous permettre de continuer la publication des textes ainsi que notre intervention auprès des jeunes, dans la mesure où vous en êtes capable, nous vous suggérons de faire un don de 25 sous par article que vous lisez et que vous avez apprécié.

Merci de votre soutien.

Témoignage sur l’implication bénévole

benevolat-benevole-implication-jeune La récompense

Regard sur des gens de cœur. Documentaire sur l’implication bénévole. Découvrir sa communauté, donner un sens à sa vie… Briser son isolement et celui d’autrui.. Découvrir de nouveaux amis… Prendre part à la vie sociale et de quartier… Une source de contact et d’échange… L’acquisition de nouvelles connaissances… Une occasion d’expérimenter et mieux se connaître…. S’impliquer c’est trippant et ça mérite d’être vécu. 26,50$

Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009
Par Internet: http://www.editionstnt.com/videos.html
Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4.

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel 

%d blogueurs aiment cette page :