Donald Trump aurait dû manquer son avion!

Maman j’ai encore raté l’avion

Dossiers CinémaPolitique

En regardant ce film de 1992, je n’ai pu m’empêcher de reconnaître Donald Trump.

Dommage que ça ne soit pas lui qui ait manqué l’avion Air Force One le menant à la Présidence des États-Unis!

Le plus drôle c’est que j’ai l’impression qu’il a encore la même cravate et le même manteau!

Autres textes sur Cinéma et télévision

Un quart de siècle d’intervention

D'un couvert à l'autre. 25 ans d'intervention auprès des jeunes.D’un couvert à l’autre

L’histoire complète du Journal de la Rue et de ses projets:

La dernière section du livre présente les artistes réguliers du Ste-Cath:

Pour commander ce livre en édition de luxe, 30 pages couleur pour 23,81$ ou en édition régulière en noir et blanc 19,05$ par Internet, par téléphone (514) 256-9000. Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4.

L’amour en 3 dimensions.

l-amour-en-3-dimensions-roman-cheminement-humoristique-croissance-personnelleLa relation à soi, aux autres et à notre environnement

Roman de cheminement humoristique. Pour dédramatiser les évènements qui nous ont bouleversés. Pour mieux comprendre notre relation envers soi, notre entourage et notre environnement. Peut être lu pour le plaisir d’un roman ou dans un objectif de croissance personnelle.

L’histoire est une source d’inspiration pour découvrir, d’une façon attrayante et amusante, une nouvelle relation avec soi-même et son environnement. Bonne lecture et bon voyage au pays de Tom.

Pour commander par Internet:

Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009
Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4.

Autres livres pouvant vous intéresser:

Pour voir le catalogue complet des livres des Éditions TNT.

Hystérie totale des Américains! 

Américains, montrez-vous!

Raymond Viger  Dossiers référencement

Je suis curieux. Je dois savoir. Depuis le début juin, à tous les jours, les visiteurs provenant des États-Unis ont pris le contrôle des statistiques de ce blogue. Et je ne peux pas identifier quels textes les attirent. 50% du trafic provient des États-Unis contre 25% de la France! Le Canada arrive 3e avec seulement 15%.

Chers Américains, je vous lance un appel. Quels sont les textes qui vous amènent ici? Êtes-vous des anglophones qui cherchez des textes à connotation bilingue tels que SUICIDE or PROSTITUTION? Êtes-vous bilingue et cherchez des textes sociaux en français?

Merci de me renseigner sur vos besoins.

Autres textes sur Internet

L’art d’écrire un blogue et d’être bien référencé, le livre!

Comment assurer d’être bien référencé pour votre blog ? Comment fidéliser les internautes ? Comment augmenter son trafic ? Comment interagir avec un Troll qui commente votre blog ?

guide-referencer-blog-referencement-naturel-livreMaintenant disponible, le livre Référencer son blogue, un mot à la fois. Un livre sur l’art d’écrire un blogue et d’être bien référencé.

Écrire pour un blogue est différent que pour un magazine ou un journal. Comment maîtriser une technique simple et efficace pour que votre billet soit bien référencé par les moteurs de recherche tout en étant pertinent et cohérent pour les internautes? Les techniques d’écrire qu’il faut maîtriser sont expliqués dans ce guide.

Le guide est accessible à tous et facile d’utilisation. Il est une bonne référence autant pour la personne qui veut débuter un blogue que celle qui travaille pour un média et qui veut augmenter son trafic et son rendement.

Pour commander le livre, par Internet aux Éditions TNT, par téléphone au (514) 256-9000 au coût de 9,95$.

Billet n 6 de Marie Sophie en direct du Vietnam

Billet n°6 de Marie-Sophie en direct du Viêt-Nam

Salut à vous tous!

Il y a un moment que je ne vous ai pas donné des nouvelles de notre voyage! Alors je vous fais parvenir les dernières péripéties de notre périple au Viêt-Nam!

2-3-4-5 juin: Quelques journées à la capitale

Nous étions à la capitale Hanoi pendant ce bout de temps! Ca nous a permis de faire tous pleins de reportages: Rencontre avec deux centres qui se spécialisent dans L’agent Orange, produit chimique utilise par les Américains lors de la guerre du Viêt-Nam et qui a encore aujourd’hui  beaucoup de répercussions sur la sante humaine, notamment sur les malformations corporels et la hausse de cancer au pays.

Aussi, notre équipe a rencontré le Centre d’étude en commerce international (CECI) qui œuvre au pays depuis quelques années afin d’améliorer les conditions des minorités ethniques qui voient leur quotidien bouleversé par les changements climatiques (agriculture, commerce). A mon grand étonnement j’ai aussi eu la chance de rencontrer bon nombre de Canadiens qui sont en stage au Viêt-Nam afin de réaliser un projet dans leur cadre de leur projet d’étude: droit, environnement, développement international, business et plus encore!

De plus, un membre du groupe a rencontré une organisation qui aide les autorités municipales dans leur gestion des taxes et de l’informatisation des données, projet qui a été initié par Ville Saguenay! Et oui, le monde est petit….

Finalement, il y a eu la rencontre avec l’ambassade du Canada au Viêt-Nam qui nous a permis d’en apprendre davantage sur les relations diplomatiques Canada-Viêt-Nam ainsi que sur le commerce qui relie les deux pays.

5-6-7 juin: sur le chemin de Sapa

Nous nous sommes rendus par train vers la verdoyante région de Sapa! Ce coin du monde se situe à la frontière de la Chine et il est perdu dans les montagnes à travers les rizières en abondance… Jai bien dis en ADONDANCE!!! Ce sont des kilomètres et des kilomètres de rizières en étages qui entourent les petits villages de la région de Sapa.

En fait, encore aujourd’hui on y retrouve des minorités ethniques qui portent fièrement le costume traditionnel; est-ce réellement encore par coutumes ou est-ce seulement pour gaver les touristes de photos multicolores… mon hypothèse se tourne vers la deuxième option, surtout que leur phrase fétiche pour approche un étranger est: Do you wanna buy something! Trêve de plaisanterie, dans ce périple à la frontière de la Chine nous avons eu la chance de faire du treking le long des rizières tout en visitant des petits villages de minorités. Nous avons fait aussi de la motocyclette sur les routes sinueuses de la vallée en admirant une chute des plus spectaculaires!

Ha oui, comment oublier: une autre membre du groupe a souffert d’un problème de santé et elle a du aller à hôpital pour recevoir du solute… Nous sommes perdus dans les montagnes je vous rappelle, dans un village de minorités! Puisque les employés de l’hôpital à trois lits ne parlaient pas un mot d’anglais, j’ai reçu l’aide d’une minorité qui a été ma traductrice dans cette péripétie médicale! Jai du mimer non seulement pénicilline, mais codéine et ibuprofène du même coup! Sans oublier le terme facture qui nous était très utile pour les assurances… Quelle histoire!

8 juin: repos ou boulot

Pour certain ce fut une journée pénard à la capitale, mais pour moi ce fut une journée de reportage intensif! Imaginez: assis sur un moto-taxi je me rendais à mes entrevues dans la folie des embouteillages de la capitale! Incroyable! Jai alors passée une journée avec deux Canadiens en stage au Viêt-Nam (en lien avec le CECI) afin d’en connaitre davantage sur leurs projets au pays. Très intéressant!

9-10-11 juin: La baie d’Halong

Une seule expression: 8 IEME MERVEILLE DU MONDE! Je ne peux pas vraiment vous expliquer à quel point cette baie est magnifique, sublime, fantasmagorique, inoubliable! Nous avons navigué sur les eaux turquoises à bord d’un petit bateau ou nous avons mangé et dormi. Nous nous sommes baigné sur la plage de l’île Cat quelque part perdu au milieu de toutes ses petites péninsules qui constituent la baie d’Halong. Nous avons mangé du poisson et des fruits de mer, rencontré des gens très sympathiques et nous nous sommes jetés directement dans l’eau salée de la mer de Chine en se battant contre des jelly fish! ce fut de petites vacances bien méritées pour notre groupe… Ce paradis à bien terminé notre périple au Viêt-Nam.

Alors voila, nous sommes présentement le 12 juin, ce soir notre groupe se rend a l’aéroport pour accomplir 23 heures de vol et 13 heures de correspondance. Nous savons qu’à notre arrivée il y aura notre famille, nos amis et pour certains, nos amoureux qui nous attendrons à l’aéroport de Montréal. Je crois que nous avons tous bien envie de voir nos proches, mais chacun d’entres-nous ressent beaucoup de nostalgie à quitter ce beau pays qu’est le Vietnam.

Une des étapes du projet en DIRECTion du Viêt-Nam se termine maintenant. Au retour se sera la rédaction des textes, suivie de la correction, du montage du magazine ainsi que son lancement! Merci à tous ceux qui ont suivis notre périple durant un mois! C’est une expérience incroyable que nous avons vécu et j’espère que mes écrits vous ont permis d’en connaitre un peu plus sur ce pays d’Asie et surtout que vous brulez d’impatience de lire notre magazine. Qui sait, ca vous à peut-être aussi donné le goût de vous envolez un jour en direction du VIETNAM….

Marie-Sophie

Billet n°1: premières nouvelles des participants au stage international au Viêt-Nam

Billet n°2: Ho Chi Minh Ville

Billet n°3: Berceau du colonialisme français au Viêt-Nam

Billet n°4: Une participante à l’hôpital

Billet n°5: Sleeping bus et magasinage

PUBLICITÉ

CD Rap music Hip Hop de la scène de Montréal

show_image CD de musique Ill Legal. Compilation de rappeur et rap music Hip Hop avec Chilly D, DJ Mana, L’intrus, Shades of culture, SP, Patrick Batemen, 01 Étranjj, Ninja P, Virus, Vulguerre, Chance Won, Erratum, Son 2 PT, Manspino, Dynastie des Morniers. 9,95$

Tél: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009
Par Internet: cafegraffiti.net
Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel

Les rues parisiennes

Les rues parisiennes

Conférence en France no 11

Dossier Graffiti

Je suis completement dépaysé. Un décallage horaire de 6 heures. Un vol de 7 heures dans un étau. Avec déjà près de 24 heures sans dormir, voilà que je me retrouve à 10:00 heures le matin et qu’une autre journée va commencer! Heureusement que le sommeil est une denrée que je peux jouer avec sans trop de difficulté.

Christine Burtin, une travailleuse sociale qui est venu travaillé 4 ans au Québec, est venue me cueillir à l’aéroport. C’est elle qui a planifié et préparé ce voyage.

J’ai été estomaqué de ne voir que de petites voitures. Le prix de l’essence (plus de 2$ le litre) et le manque d’espace de stationnement ont facilement sensibilisé les Français que les grosses bagnoles n’ont pas leur place ici. Les gens stationnent sur le trottoir! Et pas question de perdre un pouce de stationnement: pare-choc à pare-choc. Lorsque les autorités veulent empêcher ces petites Renault et Fiat de se garer sur le trottoir, des poteaux ont été installés pour les en empêcher! C’est plein de poteau partout, ce qui laisse supposer que les Français veulent se stationner partout. Même les camions de livraison ont leur modèles réduits. J’en ai vu un que je qualifierais de Smart station wagon! Amélie, qui a une Volvo, se fait traiter de grosse bagnole par Adrien. Amélie cherche régulièrement de l’espace pour stationner et ne peut entrer dans les « places de nain » disponibles.

Il n’y a pas que les autos qui sont petites. Les rues aussi! Malgré que les voitures soient stationnées sur le trottoir, une roue demeure dans la rue. Lorsque vous devez passer entre 2 voitures stationnées, impossible de rencontrer une autre voiture en sens inverse. Il faut, à tout instant deviner qui va prendre la priorité de passer.

Les intersections sont serrées avec des rues qui ne sont pas larges. Je ne réussis pas à décrire les acrobaties que les conducteurs doivent faire pour tourner dans les rues, mais ça ne ressemble en rien à ce que nous connaissons au Québec. Et tout le monde chauffe vite, cherche à se faufiler. Parfois nous nous retrouvons à 3 véhicules sur une intersection où il en est prévu que 2. Cela aurait pu s’arranger si nous n’avions pas eu 4 motocyclettes qui viennent s’intercaler dans tout ce beau monde. En face de nous c’est sensiblement le même décompte. Nous sommes donc au total 14 véhicules qui vont devoir se frayer un chemin dans un espace prévu pour 4!!! La lumière est encore rouge. Je prends ma dernière respiration avant le feu vert. Ouf! Je n’ai rien vu. Je n’ai rien compris. Mais ils ont tous réussit à passer sans se toucher.

Je n’ai pas encore compris comment certaines rues sont agencées. 4 voies. La première et la troisième voies sont en direction nord, la deuxième et la quatrième sont en direction sud! De la première voie, si tu veux tourner à gauche, il faut premièrement éviter les véhicules en sens inverse de la deuxième voie tout en tentant de se trouver un espace dans la 3e voie. Ensuite il faut éviter les voitures de la 4e voie pour tourner sans hésiter dans la bonne rue, sans frapper les piétons qui la traversent et se trouver un espace avec les voitures qui sortent de cette rue et qui veulent tourner à gauche et à droite! J’ai eu l’occasion de chauffer aux USA dans des conditions de traffic denses et je n’ai eu aucun problème. Pour conduire à Paris, j’ai cependant un problème majeur. Je ne réussis pas à garder les yeux ouverts pendant toutes ces manoeuvres. Possiblement un réflexe de survie. J’ai réussit à me contenir et ne pas crier mon désarroi.

En ce qui concerne le nom des rues, même à pied, arrêté sur le coin de la rue, je les cherche et je ne réussis pas à les trouver. Imaginez au volant d’une voiture, les yeux fermés avec tout le monde qui se faufile autour de moi! Je fais le deuil de conduire à Paris. Ce n’est pas pour moi. Vraiment pas. Mais ça vaut la peine de chercher. Quand on trouve le nom de la rue, on peut aussi y lire la signification. Par exemple, pour la rue Georges-Washington, on peut y lire qu’on fait référence à un président des USA. La relation des Français avec l’histoire est très grande.

Toutes ces petites rues sont bordées de maison 7 étages toutes collées les unes sur les autres. Et pour les ruelles, oubliez-ça d’y aller en voiture. Un piéton de mon gabarit se frotte les épaules de chaque côté des murs.

J’ai eu le réflexe de me fermer régulièrement les yeux. Christine et son mari Denis, qui m’a gentiment fait visiter Paris, ont réussi à se faufiler partout sans rien n’accrocher. Félicitations! Vous êtes tous meilleurs conducteurs que moi. Et je ne veux même pas tenter de prouver le contraire.

Lorsque nous sortons de Paris, nous pénétrons dans le monde des carrefours giratoires. En exagérant à peine, je dirais qu’à tous les 1 000 pieds, nous nous retrouvons dans un rond-point. Il faut penser vite. Pas seulement pour s’y faufiler, mais pour y retrouver rapidement quelles sorties nous devons prendre. Nous sommes toujours à nous demander où nous nous dirigeons et par quel chemin nous allons passer! Un peu essoufflant de naviguer sur les routes françaises.

Les bandes pointillées se retrouvent en bordure des routes au lieu d’être au milieu comme au Québec. Non seulement les limites de vitesse sont beaucoup plus hautes que nous (130 km/hr), mais le jeu de dépassement est encore plus terrible. Quand arrive l’instant où les automobiles peuvent dépasser, les 2 directions peuvent le faire. Et quand une courbe arrive, de grosses flèches vous signalent que le côté visé doit retourner dans sa voie!

Quand tu entres dans une ville elle est annoncée. Cela est assez standard un peu partout à travers le monde. Mais quand tu quittes la ville, tu revoies une affiche avec le nom de la ville avec une grosse bande rouge en diagonale. La ville n’existe plus après notre passage.

Autre avantage ou désavantage des nouvelles technologies. Parce que j’ai écrit ce blogue, eh bien oui, Christine l’a vu. Je dois donc passer le test et conduire à Paris! Presque tout le monde a des automobiles à vitesse (standard pour les familiers). Seuls les gens du 3e âges qui ont de la difficulté à conduire ont des voitures automatiques.

Avec mon test routier, je comprends un peu plus ce que je ne comprenais pas. A chaque intersection, il y a une fourche avec au moins 2 choix. Un peu à gauche ou un peu à droite. Quand Christine me dit tout droit, je dois aller vers quel tout droit? Tout droit un peu à gauche ou tout droit un peu à droite? Parce que tout droit en face n’existe pas.

Quand votre instructeur de conduite français vous dit « à gauche toute », cela veut dire que vous tournez à gauche mais que vous ne prenez pas la route à gauche qui est à 90 degrés, la deuxième route à gauche qui est à 135 degrés. Et quand elle dit à droite, une courbe en épingle à cheveux, cela veut dire que vous aurez à faire une virage de 180 degrés, tout en évitant l’auto qui sort de cette même rue mais en vous dépenchant pour ne pas perdre la priorité devant les automobiles qui arrivent par votre gauche et en évitant les 3 motocyclettes qui se faufilent devant tout le monde!

Je reprends tranquillement mon souffle avant de revenir ce soir pour faire ce parcour en sens inverse.

Autres textes sur le Graffiti:

Arpi: Muraliste et designer d’intérieur

Inauguration de la fresque de Fluke avec RFF

Vidéo murale graffiti pour l’agence de communication ID3 (idées aux Cubes)

Murale graffiti, animation de foule, peinture en direct, T-shirt

Mural de Michael Jackson au Festival de Jazz avec les graffiteurs Fluke et Omen

Mural graffiti en direct par Fluke

Fluke pour Oxygen

Video clip graffiti hiphop et breakdance gratuit

Projet graffiti pour Oakley

Graffiti calligraphie El Seed

Le mural Jean Talon

Rencontre avec Nawlz: Graffeur du monde

Breakdance, hip hop, rap, graffiti: présentation des artistes

Ce billet, ainsi que toutes les archives du magazine Reflet de Société sont publiés pour vous être offert gracieusement. Pour nous permettre de continuer la publication des textes ainsi que notre intervention auprès des jeunes, dans la mesure où vous en êtes capable, nous vous suggérons de faire un don de 25 sous  par article que vous lisez et que vous avez apprécié.

Merci de votre soutien.

PUBLICITÉ

conte-illustre-enfant-jeune-ecrivain-livre-illustrationConte illustré ralliant l’imagination débordante de Patrick Viger, un jeune de 15 ans, l’expérience littéraire de Raymond Viger et les illustrations professionnelles de Victor Panin. Patrick Viger a commencé à écrire en duo avec son père dès l’âge de 8 ans. Cette écriture a commencé par un jeu; une façon d’établir une relation entre un père et son fils. Ce conte illustré a été écrit pour le plaisir et l’amusement. 4,95$

Disponible Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009
Par Internet: http://www.editionstnt.com/Livres.html
Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4.

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel.

%d blogueurs aiment cette page :